Mozilla.svg

La querelle des Chiens et des Chats, et celle des Chats et des Souris

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


La querelle des Chiens et des Chats, et celle des Chats et des Souris
Fables, troisième recueil, livre xiiClaude Barbin (p. 35-38).


Fable VIII.
La querelle des Chiens & des Chats, & celle
des Chats & des Souris.


La Diſcorde a toûjours regné dans l’Univers ;
Nôtre monde en fournit mille exemples divers.
Chez nous cette Déeſſe a plus d’un Tributaire.

Commençons par les Élemens ;
Vous ſerez étonnez de voir qu’à tous momens
Ils ſeront appointez contraire.
Outre ces quatre potentats,
Combien d’êtres de tous états
Se font une guerre éternelle ?
Autrefois un logis plein de Chiens & de Chats,
Par cent Arrêts rendus en forme ſolemnelle,
Vit terminer tous leurs débats.
Le Maître aïant reglé leurs emplois, leurs Repas,
Et menacé du foüet quiconque auroit querelle,
Ces animaux vivoient entr’eux comme couſins ;
Cette union ſi douce, & preſque fraternelle

Édifioit tous les voiſins.
Enfin elle ceſſa. Quelque plat de potage,
Quelque os par préférence à quelqu’un d’eux donné,
Fit que l’autre parti s’en vint tout forcené
Repreſenter un tel outrage.
J’ai vû des croniqueurs attribuer le cas
Aux paſſe-droits qu’avoit une Chienne en géſine ;
Quoi-qu’il en ſoit, cet altercas
Mit en combuſtion la ſalle & la cuiſine ;
Chacun ſe déclara pour ſon Chat, pour ſon Chien.
On fit un Reglement dont les Chats ſe plaignirent,
Et tout le quartier étourdirent.
Leur Avocat disoit qu’il faloit bel & bien
Recourir aux Arrêts. En vain ils les chercherent.

Dans un coin où d’abord leurs Agens les cacherent,
Les Souris enfin les mangerent.
Autre procés nouveau : Le peuple Souriquois
En pâtit. Maint vieux Chat, fin, ſubtil, & narquois,
Et d’ailleurs en voulant à toute cette race,
Les guetta, les prit, fit main baſſe.
Le Maître du logis ne s’en trouva que mieux.
J’en reviens à mon dire. On ne void ſous les Cieux
Nul animal, nul être, aucune Creature
Qui n’ait ſon oppoſé ; c’eſt la loi de Nature.
D’en chercher la raiſon, ce ſont ſoins ſuperflus.
Dieu fit bien ce qu’il fit, & je n’en ſçais pas plus.