La Sérénade (Nerval)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Choix de poésies
Texte établi par Alphonse SéchéLouis-Michaud (p. 6).

LA SÉRÉNADE


— Oh ! quel doux chant m’éveille ?
— Près de ton lit je veille.
Ma fille, et n’entends rien…
Rendors-toi, c’est chimère !
— J’entends dehors, ma mère,
Un chœur aérien…
— Ta fièvre va renaître.
— Ces chants de la fenêtre
Semblent s’être approchés.
— Dors, pauvre enfant malade.
Qui rêve sérénade…
Les galants sont couchés !

— Les hommes que m’importe ?
Un nuage m’emporte…
Adieu le monde, adieu !
Mère, ces sons étranges,
C’est le concert des anges
Qui m’appellent à Dieu !