La Société américaine et les partis de l’union en 1850

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LA


SOCIETE AMERICAINE


ET


LES PARTIS DE L'UNION EN 1850.




La nation américaine est l’unique société au monde de qui l’on puisse dire avec vérité qu’elle marche toute seule. C’est là ce qui la distingue profondément des nations européennes et nous rend son existence et son développement si difficiles à bien comprendre. Qu’on prenne tel pays d’Europe que l’on voudra, il est impossible d’en étudier la situation matérielle ou politique sans retrouver dans chacun des élémens de sa puissance l’initiative et l’action de son gouvernement. Cela est vrai même de l’Angleterre, le pays d’Europe où ce qu’on appelle la centralisation administrative a le moins pénétré, et où la plus grande latitude est laissée aux efforts individuels. Le gouvernement des États-Unis est étranger à tout ce qui se fait ou se prépare autour de lui : il ne s’occupe pas des travaux publics, et aucun pays ne compte plus de canaux que les États-Unis, ni plus de chemins de fer, ni plus de services de bateaux à vapeur, ni plus de lignes télégraphiques. Le gouvernement américain ne peut disposer d’un dollar en faveur d’une église, et nulle part les ministres du culte ne sont si bien payés, nulle part les diverses communions chrétiennes n’ont des églises plus nombreuses et des établissemens mieux dotés. L’agriculture et le commerce n’ont à attendre des pouvoirs publics ni des primes, ni des récompenses, ni même des distinctions honorifiques, et leurs progrès sont immenses et continuels. On peut donc dire que le gouvernement américain n’a dans sa main aucun des grands intérêts du pays, et qu’il ne peut influer ni en bien ni en mal sur aucun des élémens de la prospérité nationale. Aussi le gouvernement peut être faible, inactif, malhabile impunément ; il peut être sans crédit au dehors et sans considération au dedans, sans que rien de vital dans la société américaine ressente les atteintes de ce mal toujours passager qu’une bonne élection corrige aussi facilement qu’une mauvaise élection l’amène.

La principale fonction du gouvernement américain est de représenter les États-Unis vis-à-vis des nations étrangères, et l’on comprend sans peine quelle liberté d’allure lui donne ce dégagement de toute direction et aussi de toute difficulté intérieure. Sa tâche est simple autant que celle des gouvernemens européens est compliquée. Non-seulement il n’a point à redouter au dedans le contre-coup d’une mauvaise politique au dehors, mais, comme les États-Unis ne peuvent prétendre à exercer aucune action sur les affaires de l’Europe, leur gouvernement n’a même point une influence extérieure à ménager ; peu lui importe au fond d’être en bons termes ou en démêlé avec quelques-uns ou même avec tous les gouvernemens du vieux monde : il lui suffit de surveiller et de défendre les intérêts commerciaux de l’Union. On s’expliquerait difficilement les habitudes querelleuses et le caractère entreprenant de la politique américaine, si le gouvernement des États-Unis n’était affranchi de tout souci intérieur, et si, au lieu de pouvoir apporter dans une lutte diplomatique une entière liberté d’action, une extrême obstination et jusqu’à de la témérité, il avait, comme les gouvernemens européens, à ménager mille intérêts, à tenir compte de la conduite probable de puissances voisines et rivales, et à empêcher les difficultés du dedans et du dehors de s’aggraver réciproquement. Dans leurs rapports avec les petites républiques américaines, les États-Unis montrent l’arrogance, la mauvaise foi et les habitudes spoliatrices du fort qui sait qu’il peut impunément écraser le faible ; vis-à-vis des nations européennes, ils savent habilement et hardiment mettre à profit l’avantage que leur donnent et leur position insulaire et la modicité de l’enjeu qu’ils exposent. Quand les nations européennes se font la guerre, elles mettent en péril leur influence dans le monde, leur territoire, leur indépendance et jusqu’à la forme de leur gouvernement. La guerre la plus malheureuse amènerait tout au plus aux États-Unis un changement d’administration, elle ne coûterait pas à l’Union un pouce de territoire, et se résumerait en une perte d’argent plus ou moins considérable. Aussi quelle nation, si puissante qu’elle soit, fût-ce même l’Angleterre ou la France, se résoudra autrement qu’à la dernière extrémité à faire aux États-Unis une guerre toujours difficile et coûteuse, et dans laquelle les plus belles victoires seraient stériles ?

La tâche des hommes qui gouvernent est donc beaucoup plus simple et plus facile aux États-Unis que partout ailleurs ; mais leur considération en est diminuée d’autant, car l’importance du pouvoir se mesure d’ordinaire à la grandeur des difficultés qui l’entourent et à la gravité de la responsabilité qu’il supporte. Les États-Unis, en plusieurs occasions, ont pu laisser impunément de côté les hommes les plus distingués par le talent, par l’expérience, par la probité politique, et élever à la dignité suprême des hommes d’une extrême médiocrité. Leurs affaires, jusqu’ici, ne s’en sont pas plus mal trouvées ; mais la nation américaine a incontestablement abaissé le pouvoir qui est à sa tête, en le mettant à la portée de toutes les ambitions vulgaires, en montrant par plusieurs exemples que la possession du premier rang dépend moins de la valeur personnelle et des services rendus que du caprice populaire et des combinaisons des coteries politiques. Les partis eux-mêmes ressentent le contre-coup de cette diminution du pouvoir, car on mesure les hommes au but qu’ils se proposent. Chez les nations européennes, les partis ont des raisons légitimes d’existence dans la diversité des origines, des intérêts et des vues ; on peut ajouter qu’en des temps de lutte et de péril comme les nôtres, l’ambition la plus avouée a un côté désintéressé. Les partis peuvent dire, avec une apparence de fondement, qu’ils poursuivent le bien de leur pays dans leur propre triomphe, et que le pouvoir n’est pour eux que le moyen de faire prévaloir la politique la plus conforme à l’intérêt national, et quelquefois la politique nécessaire au salut de la patrie. Aux États-Unis, le but avoué des partis, c’est le pouvoir pour le pouvoir lui-même et pour les places qu’il permet de distribuer. Aussi les luttes des partis s’y élèvent rarement au-dessus des proportions d’une intrigue, et leurs péripéties dépendent d’influences individuelles et des plus mesquines rivalités de personnes. Jusqu’à ce jour, la fortune a souri sans relâche à la jeune nation américaine, mais il y a ici les germes d’un mal dont les Américains prévoyans appréhendent les rapides progrès. Ils s’alarment avec raison de la promptitude peu scrupuleuse avec laquelle en plus d’une occasion certains hommes politiques ont sacrifié les vrais intérêts et l’honneur de leur pays aux rêves ambitieux et à l’avidité conquérante de la multitude, se montrant plus jaloux d’acquérir ou de regagner une popularité d’un jour que de respecter la foi jurée et la justice. L’invasion du Texas et surtout la guerre du Mexique, dans laquelle les États-Unis ont acquis, au prix de beaucoup de sang et de plusieurs centaines de millions, une source de discorde et de luttes intérieures, sont de significatifs exemples. Aussi devons-nous dire que bien des gens, aux États-Unis, affectent de se tenir en dehors de tous les partis, et qu’une certaine défaveur s’attache déjà, dans l’opinion, aux hommes qui font de la politique ou leur unique ou leur principale occupation. On a créé, pour les désigner, sept ou huit dénominations différentes, et qui toutes équivalent aux expressions de coureurs de places, courtiers ou spéculateurs politiques.

L’influence considérable que les prétentions ou les rivalités individuelles exercent sur les combinaisons et la destinée des partis aux États-Unis ne contribue pas peu à faire de la politique américaine une sorte d’énigme pour les Européens. Tout le monde sait ce que représentent en Angleterre les whigs et les tories, en Prusse les absolutistes, les constitutionnels et les radicaux, en France les trois fractions des conservateurs et les socialistes. Tout le monde sait en quoi ces partis diffèrent les uns des autres, ce qu’ils veulent, et surtout ce qu’ils ne veulent pas, et il est toujours facile à un homme un peu éclairé de conjecturer et de s’expliquer les motifs qui, dans une circonstance donnée, font tenir à un parti telle ou telle conduite. Au contraire, l’Européen qui veut suivre les variations de la politique aux États-Unis a besoin d’un véritable apprentissage avant de pouvoir se rendre compte de ce qui s’y passe. Non-seulement les partis s’y désignent par des dénominations en quelque sorte de fantaisie et sans signification précise, mais ces désignations se multiplient à l’infini, et les mots de whigs, — locofocos, old-hunkers, barnburners, natifs américains, free soilers, abolitionistes, ressemblent plutôt à des appellations de coteries qu’à des noms de partis sérieux. Qu’est-ce donc, lorsque, poussant plus loin l’investigation, on cherche quels sont les doctrines spéciales et le programme de gouvernement de chacun de ces partis, et qu’on ne trouve entre eux nulle différence réelle ; lorsqu’on ne peut découvrir aucune raison un peu plausible qui paraisse de nature à faire désirer même par le peuple américain, et à plus forte raison par les étrangers, le triomphe d’un parti plutôt que celui d’un autre ? Est-il surprenant que le public européen, complètement privé de renseignemens, ne puisse comprendre les oscillations de la politique américaine, et que, voyant sans cesse le pouvoir passer d’un parti à l’autre, il soit conduit à expliquer d’une manière erronée ces déplacemens de la faveur publique, et ne soupçonne pas tout ce qu’il y a de factice dans les évolutions d’un grand peuple et dans les jugemens du suffrage universel ?

C’est dans ce dédale de la politique américaine que nous voudrions essayer de jeter quelque lumière. Quelle est l’origine des partis qui divisent aujourd’hui les États-Unis ? Par quelles transformations successives ces partis ont-ils passé ? Déjà une fois, à propos de l’annexion du Texas, ces questions ont pu être posées et traitées dans cette Revue [1]. Aujourd’hui, il y a lieu de les reprendre en les rattachant à la situation actuelle. Depuis 1844, les États-Unis semblent entrés dans une période de transition qui mérite le plus sérieux examen ; les luttes politiques sont définitivement vidées, et les partis les prolongent plutôt par obstination et pour perpétuer leur propre existence que dans l’espoir de rien conquérir les uns sur les autres. Des luttes nouvelles se préparent, bien autrement vives et redoutables que les luttes anciennes ; les questions territoriales tendent à se substituer définitivement aux questions administratives et politiques. Il y a là en germe toute une série de graves difficultés qui pourraient mettre un jour en péril, comme on va s’en convaincre, l’existence même de l’Union.


I

La rédaction de la constitution américaine donna lieu, au sein de l’assemblée constituante, aux débats les plus orageux. Un jour, à la suite d’une lutte très vive où les esprits s’étaient irrités, les délégués s’étaient levés et allaient se séparer en renonçant à continuer leur œuvre, lorsque Gouverneur Morris, reprenant la parole, adressa à ses collègues un appel si touchant, que toute colère tomba aussitôt et que les sentimens de conciliation reprirent le dessus. « Si Gouverneur Morris avait gardé le silence, disait plus tard un témoin oculaire, devenu président, jamais les États-Unis n’auraient eu de constitution, et jamais je ne me serais assis sur le siège de Washington. » Le jour de la proclamation de la constitution vit naître le parti fédéraliste et le parti démocratique, il vit le peuple américain se partager irrévocablement entre eux.

Les fédéralistes, qui durent leur nom à leurs opinions, et surtout à un remarquable ouvrage publié pour servir de commentaire et d’apologie à la constitution nouvelle, se déclarèrent partisans du pouvoir fédéral et de tout ce qui pouvait fortifier son action et son autorité, même aux dépens de la souveraineté des treize états confédérés. L’Amérique, suivant eux, ne pouvait être bien administrée et ne pouvait avoir au dehors une politique vigoureuse et respectée qu’autant que le pouvoir central ne rencontrerait au dedans aucun obstacle dans les prétentions des états isolés. C’était la force du pouvoir central qui ferait vis-à-vis de l’étranger la force de la confédération. À la tête des fédéralistes était Washington, qui, malgré l’impartialité que lui commandait sa position, a laissé clairement percer ses sympathies. L’expérience de la guerre de l’indépendance, le souvenir des mille difficultés que lui avaient suscitées, pendant son commandement, les rivalités, les lenteurs et l’impéritie des gouvernemens particuliers, lui faisaient juger indispensable d’établir l’unité de pouvoir et de direction, et d’investir l’autorité centrale d’une suprématie incontestée. Les mêmes opinions étaient partagées par les hommes les plus distingués de cette époque féconde en esprits éminens et en grands caractères. Le plus ardent de tous était Alexandre Hamilton, le principal rédacteur du Fédéraliste et le bras droit de Washington pendant son administration. Gouverneur Morris, qui nous a laissé de si charmans mémoires sur la révolution française ; John Jay, esprit ferme et décidé, dont la netteté trahissait l’origine française ; Aaron Burr, dont l’ambition impatiente effaça les brillantes qualités, et qui, après avoir commencé comme un homme d’état, finit comme un aventurier ; Adams, le premier successeur de Washington, étaient dans les mêmes sentimens. Tous ces hommes étaient de grands propriétaires, habitués à la vie presque seigneuriale des riches planteurs ; ils avaient reçu, soit dans les colonies, soit même en Angleterre, une brillante éducation ; ayant embrassé avec ardeur la cause de l’indépendance à laquelle ils apportaient une force considérable par leur influence, leurs richesses et leurs talens, ils avaient occupé aussitôt les principaux emplois ; presque tous avaient rempli des missions diplomatiques, ils avaient vécu dans les cours européennes ; et en avaient rapporté le goût des manières élégantes et du grand ton ; c’étaient, comme le disaient malignement leurs adversaires, des gentilshommes républicains.

En face d’eux se posa nettement, dès les premiers jours, un homme qui pouvait tenir une place élevée dans cette pléiade, mais qui voulait le premier rang, Jefferson, qui à de grandes qualités joignait un esprit atrabilaire et envieux. Élève de Jean-Jacques Rousseau, affecté, guindé et prétentieux comme lui, il érigea la rudesse et la grossièreté des manières en vertus politiques. Malgré ses lumières, son éducation, sa fortune, il apporta au pouvoir une affectation de rusticité dont se moquait sans ménagement son ami Randolph, le brillant orateur qui ne se croyait point obligé de faire à ses opinions politiques le sacrifice de ses habitudes de grand seigneur. Ce fut Jefferson qui créa et qui baptisa du même coup le parti démocratique.

Le choix de ce nom était déjà une accusation contre le parti contraire ; on alla même jusqu’à traiter de royalistes et de partisans de l’Angleterre les véritables fondateurs de la république. Le parti démocratique mit à profit l’attachement profond des Américains pour les libertés municipales. Confondant, par une habile assimilation, deux choses distinctes, il proclama du même coup l’indépendance de la commune au sein de l’état, et surtout l’indépendance de l’état au sein de la confédération. Il se fit le défenseur des droits des états contre les empiétemens supposés du pouvoir central. Il établit en principe ce qu’on a appelé le gouvernement de soi-même, self-government. Tout homme a droit de se gouverner lui-même, et a droit de ne céder de sa liberté d’action et de ses ressources que ce qui est strictement nécessaire pour s’assurer le concours de son semblable, et cette cession, il doit la faire autant que possible au profit du pouvoir le plus rapproché de lui. Le rouage essentiel sera donc la commune, comme le pouvoir le plus rapproché de l’individu ; l’état n’a pas le droit de faire ce que les individus isolés ou réunis peuvent faire suffisamment bien, son unique mission est de se charger de ce que les individus, même en s’associant, ne peuvent faire aussi bien que lui. De même, au sein de la confédération, chaque état, étant une société complète, un gouvernement organisé, a droit à une entière liberté d’action, et le rôle du pouvoir central n’est pas de diriger la confédération, mais de servir d’arbitre entre tous les états qui ont concouru à l’élire.

Nous nous bornons à exposer le fond même de la doctrine des deux partis, car leurs opinions, si éloignées en théorie, s’accordaient souvent dans la pratique. Il ne s’agissait, après tout, que d’interpréter la constitution dans un sens favorable ou contraire à la centralisation administrative, les uns ayant pour maxime de fortifier autant que possible le pouvoir central, et les autres cherchant à le contenir dans d’étroites limites. On ne sera pas surpris d’apprendre que l’avocat, le diplomate et l’écrivain du parti démocratique fut un Genevois, M. Albert Gallatin, mort il y a quelques mois seulement, et qui avait apporté de sa patrie, la république fédérative des Suisses, les idées les plus hostiles à toute centralisation.

Les fédéralistes éprouvèrent un premier et décisif échec, lorsqu’ils ne purent faire réélire M. Adams, le premier successeur de Washington, et que Jefferson, après une lutte acharnée, arriva à la présidence. On avait habilement exploité contre eux les habitudes fastueuses du second président. M. Adams réunissait la fortune des deux familles des Quincy et des Adams, qui étaient au nombre des plus riches de l’Union, qui ont donné leur nom à des villes et à des comtés dans la Nouvelle-Angleterre, et qui peuvent, par une filiation bien établie, remonter non-seulement aux fondateurs de la colonie, mais suivre leur origine jusque dans la vieille contrée (old country), comme on disait avant la guerre de l’indépendance. Il croyait qu’il était bon de relever par un certain éclat extérieur la première dignité de la république, et il tenta d’établir dans les réceptions présidentielles une sorte de cérémonial et d’étiquette que Jefferson qualifia de faste royal, et qui servit de prétexte à ses partisans pour dépopulariser l’ami de Washington. La guerre de 1812 avec l’Angleterre fit comprendre la nécessité de ne point trop affaiblir le pouvoir central et réunit les deux partis ; l’administration conciliante de Madison aida encore puissamment à ce rapprochement. C’est à ce moment que fut rétablie pour trente ans la banque des États-Unis, dont le privilège, expiré en 1811, n’avait pas été renouvelé à cause de l’opposition des démocrates. Le parti fédéraliste fut encore assez puissant pour faire arriver en 1825 le fils de M. Adams à la présidence ; mais ce fut son dernier signe de vie. L’élection du général Jackson, en 1829, lui porta le coup décisif.

Déjà, du reste, le nom de whigs avait remplacé peu à peu celui de fédéralistes, et les partis avaient changé de chefs et de terrain. En effet, on s’était mis à peu près d’accord sur toutes les questions qui avaient fait l’objet des premières luttes. Aucun des deux partis ne s’était jamais proposé de toucher à la constitution, dont les mérites éclataient par l’heureuse épreuve du temps, et dont l’autorité morale croissait d’année en année : il ne s’était jamais agi que de l’interpréter sur les points qu’elle n’avait pas prévus ou n’avait pas tranchés, et le peuple avait été appelé à se prononcer indirectement sur tous ces points dans plusieurs élections générales. Or, les deux partis étaient trop bons républicains et trop habiles pour remettre aucunement en question ce que le souverain pris par eux pour juge avait paru décider. Ils savaient aussi que la multitude est un souverain capricieux, qui se lasse d’entendre toujours répéter les mêmes noms, et déjà ils avaient soin de déplacer chaque fois le terrain de la lutte et de substituer des noms nouveaux aux noms affaiblis par des défaites. C’est ainsi que M. Clay remplaça à la tête des whigs le second Adams, et que des questions nouvelles furent soulevées.

La question de la banque des États-Unis a été le dernier point commun entre l’ancien parti fédéraliste et son héritier, le parti whig. L’établissement de cette banque a été la seule tentative sérieuse de centralisation qui ait été essayée aux États-Unis, et ses services immenses, sa bonne administration, ne purent lui faire pardonner son origine. C’est peut-être le premier exemple qu’on ait eu d’une institution excellente et irréprochable, n’ayant donné et ne donnant que les meilleurs résultats, et sacrifiée volontairement au triomphe d’une théorie. On fit d’abord valoir, pour la défendre, la convenance et l’avantage d’avoir un grand établissement modèle, d’une réputation bien établie dans le monde entier, et qui fût aux États-Unis le régulateur du crédit et de la circulation. On fut promptement vaincu sur ce terrain par les rivalités locales et les suggestions de l’intérêt privé. New-York ne pardonnait pas à la banque des États-Unis d’avoir son siège à Philadelphie ; toutes les banques d’états lui enviaient les avantages qu’elle retirait du dépôt des recettes du trésor et du maniement des fonds de la confédération. Enfin, tous les spéculateurs qui, pour multiplier leurs bénéfices et leur crédit personnel, aspiraient à fonder dans chaque comté et dans chaque ville des banques par actions, se croyaient intéressés à détruire un établissement investi déjà d’une grande autorité commerciale, et assuré de ne point rencontrer de rival dans la confiance publique. L’effroyable crise financière qui a suivi la chute de la banque des États-Unis a justifié les prévisions des défenseurs de cette grande institution, et les faillites périodiques des banques particulières commencent aujourd’hui à répandre dans le public américain la défiance et le dégoût de tout établissement de ce genre.

Les whigs essayèrent ensuite de défendre la banque des États-Unis, non plus comme régulatrice de la circulation, mais comme un précieux instrument de trésorerie. Ils firent valoir qu’elle avait offert le moyen le plus sûr de concentrer les recettes et d’effectuer les paiemens du gouvernement. L’expérience montra bientôt qu’il était impossible de confier l’argent du trésor aux banques particulières, qui se servaient des fonds publics pour se dispenser de tout encaisse métallique, et qui souvent se trouvèrent hors d’état de rendre ce qu’elles avaient reçu. L’autorisation, donnée alors aux receveurs, de conserver entre leurs mains les sommes considérables que produisaient les recettes des douanes fut pour eux une tentation ou de spéculer avec les deniers publics ou simplement de les emporter à l’étranger, et d’assez nombreuses infidélités ont été une dure leçon de défiance pour le trésor fédéral. Il fut dès-lors démontré qu’il y avait eu à la fois sûreté et économie dans l’intervention de la banque des États-Unis, et les whigs essayèrent de ressusciter la banque, non plus comme établissement commercial, mais comme agent de la trésorerie. En 1843, leur dernière tentative, au moment où ils touchaient à un succès complet, fut rendue inutile par le veto que le président Tyler opposa au vote du congrès. Les démocrates, victorieux par cette intervention imprévue de M. Tyler, n’ont point su résoudre la difficulté, et ont été eux-mêmes obligés de créer, pour le service des fonds publics, une administration bâtarde, qu’ils ont appelée sous-trésorerie d’état. Néanmoins les whigs se sont tenus pour battus, et il n’est plus question de rétablir ni la banque des États-Unis ni rien qui lui ressemble.

Une autre question avait été résolue long-temps auparavant, mais elle a eu des conséquences qui subsistent encore : c’est la question des améliorations intérieures (internal improvement), qui fut pour M. Clay l’occasion de luttes glorieuses, quoique terminées par la défaite. Washington et les présidens ses successeurs avaient uniformément recommandé au congrès d’établir ou de maintenir des droits de douane protecteurs de l’industrie naissante des États-Unis. Le peuple américain a une aversion insurmontable pour les taxes, c’est-à-dire pour toute espèce d’impôt direct, soit sur le capital, soit sur le revenu. L’intérêt de la tranquillité publique et la nécessité de protéger l’industrie nationale commandaient donc de s’adresser aux impôts indirects, et particulièrement aux droits de douane. Heureusement ces droits donnaient un produit assez abondant pour suffire et au-delà aux dépenses de la confédération. Aussi, lorsque les dépenses de la guerre de 1812 eurent été acquittées, lorsqu’on eut remboursé en quelques années la dette nationale contractée à l’occasion de cette guerre, le trésor des États-Unis se trouva avoir un excédant de recettes assez considérable, et il fallut songer à l’emploi de cet argent. On ne pouvait laisser accumuler ces excédans de recettes ; un état est dans une situation toute différente de celle des particuliers : il doit, autant que possible, laisser tout le capital national dans la circulation, et il ne saurait lui convenir de thésauriser. Était-il plus convenable de distribuer chaque année entre les états le surplus des recettes de l’Union ? La plus grosse part serait retournée aux états riches, qui s’en seraient servis pour diminuer leurs taxes locales et vivre aux dépens de la communauté. Les whigs proposèrent de donner au surplus des recettes un emploi productif en le consacrant à des travaux publics. Ils demandèrent qu’on appliquât ces fonds à la création d’une route nationale qui relierait entre eux tous les états nouveaux, à l’amélioration du cours des principales rivières, afin de les rendre toujours et facilement navigables, au creusement de canaux qui reliassent entre eux les grands lacs et les principaux cours d’eau. M. Clay présenta un vaste plan dont toutes les parties étaient liées, et qui eût créé au commerce intérieur des États-Unis tout un réseau de communications nouvelles et faciles. Il faisait valoir que tout ce qui ajoutait à la prospérité et à la richesse d’une partie de l’Union donnait un essor nouveau au commerce des autres parties et tournait au profit de la communauté.

Le parti démocratique fit à toutes ces mesures une résistance désespérée. Il dénia au gouvernement central le droit d’entreprendre des travaux publics sur le territoire des états. Il prétendit que l’adoption du plan de M. Clay donnerait une influence inconstitutionnelle au pouvoir fédéral, qui aurait les moyens de favoriser tel ou tel état en lui faisant une plus large part dans les travaux exécutés aux dépens de la communauté. Cette résistance fut victorieuse à la longue, mais seulement après que les démocrates eurent changé le terrain de la discussion. Ne pouvant contester que le gouvernement dût donner un emploi raisonnable au surplus des recettes, ils s’attaquèrent à ce surplus, et prétendirent que les recettes ne devaient jamais dépasser les dépenses. Ils établirent en principe que l’Union n’avait droit de lever des impôts que jusqu’à concurrence des dépenses fédérales, ou du montant de la dette, quand il en existe une. Tout impôt dont la recette n’est pas nécessaire pour couvrir les dépenses ou rembourser la dette fédérale est un prélèvement illégitime et inconstitutionnel sur l’avoir du peuple.

C’était là une théorie spécieuse et assurée de devenir promptement populaire ; mais elle avait l’inconvénient de renverser de fond en comble le système des droits protecteurs, dont les whigs soutinrent avec ardeur la légitimité. Dans le système protecteur, les droits sont calculés moins sur le produit qu’ils donneront que sur le degré de protection qui est nécessaire à l’industrie indigène. La protection est le but, et le revenu n’est que l’accessoire. Les démocrates étaient amenés, au contraire, à mettre le revenu en première ligne. Or, il peut arriver qu’un droit qui donnera un revenu suffisant ne sera pas assez élevé pour protéger efficacement l’industrie nationale. La lutte des partis se compliqua donc d’un antagonisme d’intérêts, et pour la première fois des questions de territoire intervinrent dans la politique. Les états du nord, presque tous manufacturiers, inclinèrent de plus en plus vers le parti whig, dont ils devinrent le principal appui ; les états de l’ouest, désireux d’exporter leurs grains, et les états du sud, qui ne s’enrichissent que par la vente de leurs cotons et de leurs tabacs à l’Angleterre, appréhendèrent qu’un tarif protecteur, en provoquant à Londres des représailles, ne nuisît à leurs exportations : ils furent conduits à soutenir le parti démocratique.

La lutte ne tarda pas à devenir extrêmement vive, lorsqu’au lieu de questions spéculatives des intérêts considérables s’y trouvèrent engagés. Elle prit même un caractère d’acharnement et d’animosité qui faillit compromettre l’existence de la confédération. Il sembla un moment que les exigences du nord et du sud étaient devenues tellement inconciliables, que la rupture du pacte fédéral pouvait seule empêcher une collision violente. C’est à ce moment que M. Clay s’acquit une gloire durable en s’interposant entre les partis ; tenant au sud par sa naissance, par sa résidence, par ses intérêts de propriétaire d’esclaves, et chef reconnu du parti qui avait l’influence prépondérante au nord, il se crut appelé à prendre le rôle de conciliateur. Il sut amener ses amis et ses adversaires à des concessions mutuelles, et ce qu’on a appelé l’Acte de Compromis de 1833 sauva véritablement l’intégrité de la confédération. Les questions de tarif ont sans doute continué d’être agitées, et plus d’une fois, selon les oscillations du pouvoir, des modifications ont été apportées aux droits de douane de manière à accroître ou à diminuer le degré de protection qu’ils assurent à l’industrie américaine ; mais jamais on ne s’est écarté sensiblement des principes qui servent de base au compromis.

Les questions de tarif ne sont donc plus de nature à passionner vivement les esprits aux États-Unis. La force des choses a amené le parti démocratique à accepter et même quelquefois à solliciter l’intervention du pouvoir central, quand il s’est agi de commencer ou de soutenir des entreprises considérables. C’est ainsi qu’en ce moment même les états de l’ouest sollicitent le pouvoir fédéral de faire étudier et d’entreprendre un chemin de fer pour joindre les rives du Mississipi à la Californie. De leur côté, les whigs ont renoncé à tout plan systématique de travaux publics, à toute idée d’un ensemble de routes nationales et de canaux exécutés aux frais de l’Union. Quelles que puissent être les convictions intérieures, les opinions individuelles sur les avantages ou les inconvéniens d’une banque fédérale, il n’est aucun whig qui songe à demander jamais le rétablissement de la banque des États-Unis. Sur la question de la banque, comme sur celle des améliorations intérieures, tout le monde accepte l’arrêt porté par le suffrage universel. On peut donc dire que toutes les grandes questions qui divisaient, il y a vingt ans, les partis, sont aujourd’hui à peu près complètement résolues. Les partis n’ont point désarmé ; mais, quand on étudie leurs déclarations et leurs manifestes, on a peine à découvrir les points sur lesquels ils diffèrent. Aussi il ne manque pas de censeurs pour dire que la vraie différence entre les partis, c’est celle qui existe entre les ins et les outs, c’est-à-dire entre les gens qui occupent les places et ceux qui veulent les occuper.

Ce jugement sévère n’est malheureusement pas dénué de vérité. Il faut, en effet, envisager les partis américains dans leur vie de chaque jour, et non pas seulement aux époques solennelles où ils se disputent la première magistrature du pays, et font donner chacun à leur candidat des millions de suffrages. À ces momens, les partis présentent l’imposant spectacle d’une armée immense d’électeurs votant avec un ordre et une discipline admirables, et acceptant avec le même calme, sinon avec la même joie, la victoire ou la défaite. Mais l’élection présidentielle, qui ne revient que tous les quatre ans, et les quelques milliers de places dont dispose le chef du pouvoir exécutif, ne suffiraient pas à tenir les partis en haleine, et on verrait ceux-ci tomber dans l’apathie et se dissoudre, si les ambitions individuelles ne trouvaient ailleurs un perpétuel aliment. Les efforts d’un whig ou d’un démocrate ne tendent pas seulement à faire arriver tel ou tel candidat à la présidence ou à un siège dans le congrès, mais à faire prévaloir des hommes de son opinion dans son état, dans son comté, dans sa commune. La lutte entre les partis prend donc mille formes, et se reproduit à tous les degrés de l’échelle territoriale avec des chances multipliées. On peut être vaincu dans la lutte générale et vainqueur dans son propre état ; vaincu dans son état, on peut être vainqueur dans sa commune. On se fait donc whig ou démocrate, non pas pour être président ou sénateur, mais quelquefois pour être élu inspecteur de police ou agent-voyer de son district. Les ambitions de tout ordre ont ainsi toujours à leur portée une récompense appropriée à leurs services et à leur importance. Si les grands talens et les grandes influences aspirent aux ministères, aux emplois importans, aux missions diplomatiques, les notabilités secondaires convoitent les magistratures principales de leur état, et les charges municipales suffisent à animer le zèle des meneurs de village. Il ne manque aux États-Unis, pas plus qu’ailleurs, de capacités déclassées ou incomprises et d’avocats sans causes, ce fléau de tous les temps et de tous les pays. Ces deux sortes d’hommes sont invariablement dans chaque localité les agens des partis, parce qu’ils peuvent donner leur temps, c’est-à-dire la chose dont les Américains sont le plus avares. Il y a dans chaque commune un comité permanent, annuellement rééligible, chargé de correspondre avec les autres comités du parti. Les courtiers politiques s’introduisent dans ces comités : ils enrégimentent les habitans de leur circonscription, ils réchauffent les tièdes, ils recrutent les indécis, afin de mener au combat une phalange compacte ; et, en attendant que la victoire électorale leur donne une des charges municipales, ils vivent sur les cotisations par lesquelles les citoyens du parti subviennent aux dépenses du comité, au loyer de son local, à l’entretien des bannières, aux frais de musique, de pétards et de salves d’artillerie les jours de manifestations. Dans les grandes villes, les cotisations des partis produisent de très fortes sommes, parce qu’il faut faire face à des dépenses considérables. À New-York, le comité permanent des démocrates est propriétaire d’un immense édifice, appelé Tammany-Hall, où se tiennent les réunions générales ; la salle principale peut contenir plusieurs milliers de personnes. Le comité a sous ses ordres un grand nombre d’employés, et un orchestre qui, dans les réunions publiques, exécute des airs démocratiques entre chaque discours. Lorsqu’un personnage important du parti vient à New-York, on ne manque jamais d’organiser une procession en son honneur. Plusieurs milliers de démocrates, divisés en colonnes ayant chacune à leur tête un corps de musique, précédés et suivis de canons qu’on décharge par intervalles, vont chercher à Tammany-Hall les bannières du parti, et se portent sous les fenêtres de l’hôte de la ville. Une sérénade lui est donnée, et trois formidables hourrahs en son honneur ébranlent toutes les vitres. Il paraît alors au balcon, et prononce un discours que ceux qui n’entendent pas applaudissent de confiance. Le cortége défile ensuite pendant plusieurs heures, et va faire le tour de la ville avant de rentrer à Tammany-Hall, où les chefs félicitent leurs soldats de l’enthousiasme qu’ils ont montré et du bon ordre qu’ils ont su garder. Les whigs à l’occasion ne manquent pas d’en faire autant pour leurs coryphées.

Cette organisation quasi-militaire des partis aux États-Unis explique seule leur admirable discipline. C’est cet immense état-major, embrassant depuis les grandes villes jusqu’aux moindres villages, qui leur permet d’agir avec une si grande rapidité, un ensemble et un ordre si merveilleux. L’inconvénient est que les deux états-majors vivent aux dépens de la communauté. Nous touchons ici à l’une des plus grandes plaies des États-Unis. L’état de choses que nous décrivons, en déterminant une foule de gens à faire de la politique par spéculation et à n’avoir d’autres moyens d’existence que leurs services électoraux, en entretenant l’amour et le besoin des places, alimente la corruption politique, et jette dans le peuple américain les germes d’une démoralisation profonde. Il a eu en outre pour conséquence de dénaturer rapidement les institutions américaines, en faisant de toutes les fonctions un objet de trafic, une véritable marchandise. Les fonctions purement honorifiques ont disparu ; on a attaché un salaire à toutes, afin que toutes fussent une récompense pécuniaire. Toutes les magistratures, même celles qui semblent exiger le plus impérieusement des garanties de moralité, de savoir et de capacité, même celles qui doivent avoir pour conditions essentielles l’indépendance et la fixité, subissent une commune transformation. Les partis, plus préoccupés d’augmenter la monnaie électorale dont ils disposent que des vrais intérêts de la communauté, sont toujours d’accord pour créer de nouvelles fonctions, pour abréger la durée des fonctions déjà existantes et pour les soumettre à l’élection directe, sans excepter même les charges de judicature. Depuis quinze ans, une véritable révolution s’accomplit, sous ce rapport, aux États-Unis, et ses progrès deviennent chaque jour plus rapides : l’état de New-York, qui a modifié, il y a trois ans, sa constitution, a étendu jusqu’aux fonctions judiciaires le principe de l’élection directe, et la convention qui révise en ce moment même la constitution de Kentucky veut y introduire le même changement. On peut prédire que d’ici à quelques années toutes les fonctions judiciaires seront électives aux États-Unis. L’expérience dira si des corps judiciaires soumis à la réélection tous les trois, tous les cinq ou même tous les sept ans, sont un progrès sur l’ancienne organisation. Déjà, dans les états où ce changement date d’un certain nombre d’années, comme la Louisiane, on se plaint des difficultés que présente un bon recrutement du corps judiciaire ; les places de juges, autrefois recherchées avec ardeur par tous les hommes de mérite, sont aujourd’hui refusées par les hommes de loi de quelque réputation.


II

L’organisation la plus savante et même la large curée que peut promettre la conquête du pouvoir ne suffisent pas long-temps à maintenir unie et compacte la masse d’un parti, lorsque, à défaut de principes bien définis, ce parti n’a pas au moins une idée qui lui serve de signe de ralliement. Aussi, depuis quelques années, les hommes politiques des États-Unis sont-ils toujours à l’affût des moindres circonstances qui peuvent exercer quelque action sur le mouvement de l’opinion publique, et c’est une lutte à qui devinera le premier de quel côté souffle le vent populaire, afin de se mettre à la tête de cet immense courant qui vous porte droit au pouvoir. Quand il fut manifeste que l’ardente et aventureuse population de l’ouest voulait l’annexion du Texas, tous les partis et tous les hommes politiques mirent en avant leur plan particulier pour acquérir cette province. Bien peu d’hommes ont eu le courage, deux ans plus tard, de combattre et de flétrir la guerre spoliatrice faite au Mexique, et quand les idées de conquête, un moment assoupies aujourd’hui, agiteront de nouveau les masses populaires, certains hommes politiques, dont le programme est déjà tout prêt, se mettront à demander la conquête de l’île de Cuba et l’annexion du Canada, peut-être même de toutes les colonies anglaises de l’Amérique du Nord. Le général Scott, qui est un whig, a déjà dit qu’il espérait voir le Canada entrer un jour pacifiquement dans l’Union américaine ; le général Cass, qui est un démocrate, s’est déclaré prêt à le conquérir avec son épée. Mais laissons là l’avenir, et, revenant au présent, montrons par un exemple avec quelle promptitude les partis tournent à leur profit les moindres variations de l’opinion publique.

Après l’élection présidentielle de 1844, dans laquelle les whigs éprouvèrent une défaite inattendue, parce que les deux états de New-York et de Pensylvanie, dont ils se croyaient sûrs, donnèrent aux démocrates une majorité de quelques voix, les vaincus imputèrent leur échec aux fraudes électorales de leurs adversaires : ils accusèrent, avec quelque fondement, les démocrates d’avoir fait voter à New-York un certain nombre de Canadiens, arrivés le matin et repartis le soir par le chemin de fer ; ils les accusèrent, avec bien plus de fondement encore, d’avoir fait voter, à l’aide de faux certificats, un grand nombre d’Irlandais qui n’avaient point acquis la naturalisation. C’est là une fraude qui se pratique perpétuellement, et qui ôte aux élections des grands ports de mer toute espèce de sincérité ; car c’est par milliers qu’on fabrique de faux électeurs en transformant en citoyens improvisés les émigrans qui débarquent chaque jour aux États-Unis. Rien n’est plus facile que de déterminer les émigrans et surtout les Irlandais à voter dès le lendemain de leur débarquement ; mais le grand art des courtiers électoraux consiste à persuader à Paddy [2] qu’il a bien réellement le droit de voter. On raconte la colère d’un Irlandais dont un président de scrutin refusait le bulletin, et qui s’écriait avec indignation qu’il s’était présenté le matin même en huit autres endroits, et que personne ne lui avait encore fait l’affront de refuser son petit papier. La durée du séjour nécessaire pour acquérir la naturalisation est si courte, que les autorités municipales ne font jamais difficulté de délivrer le certificat qu’on leur demande, et il est bien plus rare encore que les présidens de section s’avisent d’en exiger la présentation, surtout quand les électeurs suspects arrivent, bannières et tambours en tête, avec le flot du parti auquel le président lui-même appartient.

À New-York et dans quelques autres villes, les émigrans sont assez nombreux pour exercer une influence sensible sur les élections locales. Ils en ont tiré parti. Les Irlandais notamment se sont promptement organisés ; ils votent avec ensemble dans toutes les élections, passant sans cesse d’un parti à l’autre, et sans autre préoccupation que de s’emparer des petites charges électives. Le parti démocratique fut accusé, en 1844, d’avoir abandonné ses propres candidats dans les élections municipales pour acquérir à ce prix les votes des Irlandais dans la lutte présidentielle. Cette invasion par les étrangers des fonctions municipales et de tous les emplois qui en dépendent était devenue à cette époque si fréquente et si complète, qu’elle exaspéra les Américains. Ceux-ci ne purent supporter d’être ainsi dépouillés par de nouveaux venus qui étaient à peine citoyens, qui souvent même n’avaient pas encore droit de cité. On réclama vivement contre l’influence illégitime exercée sur les affaires de l’Union par des étrangers qu’une générosité imprudente assimilait entièrement aux véritables Américains. Une agitation commença, des associations se formèrent pour réclamer la révision des lois de naturalisation, et pour ne porter dans les élections que des candidats américains de naissance. Les whigs applaudirent à ce mouvement, et un de leurs chefs, M. Daniel Webster, encouragea de ses efforts et de ses exhortations le parti nouveau-né, qui prit le nom de parti des natifs américains.

Les whigs, en s’associant à cette agitation, espéraient qu’elle se répandrait dans toutes les parties de l’Union, que le sentiment d’égoïsme national auquel elle faisait appel entraînerait la multitude, et qu’eux-mêmes recevraient en échange de leur appui un surcroît de popularité et de puissance. Il ne fut donc question, pendant un moment, que de réviser partout les lois de naturalisation, et de rendre plus difficiles à acquérir le titre et les droits de citoyen américain. On peut penser que les nouveaux venus, menacés dans leurs droits et dans leurs espérances, ne s’oublièrent pas ; ils s’agitèrent à leur tour, et se jetèrent dans les bras du parti démocratique, qui, au nom de la générosité américaine, au nom de l’hospitalité, combattit, comme injuste, illibérale et impolitique, l’idée de rendre plus rigoureuse la législation sur la naturalisation. Cependant, au premier moment, l’élan était donné, et les rangs des natifs américains grossirent à vue d’œil ; ils enlevèrent les élections de la Pensylvanie et de New-York. Plusieurs années consécutives, il fut impossible de leur disputer l’élection du maire de New-York ; mais ces succès ne furent pas de longue durée : le mouvement ne prit jamais une grande extension en dehors des villes, où les étrangers avaient exercé une influence passagère. Les jeunes états se déclarèrent très énergiquement contre tout changement à la législation : ils ont en effet un intérêt immense à ce que leur population s’accroisse rapidement, et, pour attirer chez eux le flot de l’émigration, ils ont soin d’abaisser autant que possible toutes les barrières, à tel point que, lors de leur érection en territoires, le Michigan et l’Iowa s’obstinèrent, malgré les observations du congrès, à maintenir dans leur législation un article qui confère aux étrangers, après six mois de séjour, la plénitude des droits civils et politiques. Leurs délégués déclarèrent, au nom de leurs commettans, qu’ils aimeraient mieux différer leur entrée dans l’Union que de modifier cet article. Dans un pays nouveau, l’accroissement de la population amène avec soi la sécurité, l’abondance du travail, le développement de la consommation, en un mot tous les élémens de la prospérité et de la richesse. Là est le secret de cette législation si libérale envers les étrangers.

L’opposition déclarée des jeunes états obligea bientôt de renoncer à toute idée de faire du nativisme un moyen d’agitation générale, et le nouveau parti, confiné dans les lieux mêmes de sa naissance, y périt bientôt à cause même de ses succès. La facilité avec laquelle toute influence dans les élections avait été enlevée aux étrangers montrait péremptoirement que la négligence ou la division des anciens habitans avaient fait seules la force des nouveaux citoyens, et que le péril qu’on avait entrevu était à peu près imaginaire. Le déclin du parti natif américain a été aussi rapide que son développement, et, dans le congrès qui siége aujourd’hui à Washington, il ne se trouve plus qu’un seul membre élu à titre de natif américain ; encore ne le distingue-t-on guère des membres whigs, avec lesquels il vote habituellement. Le rôle des natifs, dans les dernières élections de New-York, a été presque insignifiant, et l’on peut prévoir le jour où le parti lui-même sera complètement éteint. Telle a été la courte carrière d’un parti qui a paru un moment devoir diviser l’Union entière, mais qui, créé par une appréhension populaire, soutenu par les journaux, développé, encouragé par quelques hommes politiques, n’a jamais eu qu’une existence factice.

La vie était ailleurs ; une autre idée bien autrement sérieuse, et destinée à tuer un jour les vieux partis, commençait alors à poindre. Ce n’est pas ici le lieu d’esquisser la longue et curieuse histoire de ce qu’on appelle l’abolitionisme ; qu’il nous suffise de dire qu’en 1844 les idées abolitionistes faisaient depuis dix ou douze ans leur chemin sous le manteau du parti whig. Le vénérable Adams consacrait à leur défense et à leur propagation son éloquente vieillesse, et c’était l’argent des whigs qui fondait ou alimentait les journaux abolitionistes. En échange de cette protection, les abolitionistes, à toutes les élections, votaient avec les whigs. En 1844, pour la première fois, il n’en fut plus ainsi.

La division s’était mise parmi les abolitionistes ; les plus ardens se laissaient entraîner par le célèbre Garrison jusqu’à déclarer la constitution des États-Unis immorale et antichrétienne, parce qu’elle autorise l’esclavage, jusqu’à refuser de lui prêter serment et jusqu’à renoncer à tous les droits qu’elle confère, excepté au droit de pétition, qui est un droit naturel. C’est cette fraction des abolitionistes qui adresse tous les ans au congrès une pétition pour demander l’abolition immédiate et sans indemnité de l’esclavage dans toute l’étendue de l’Union, pétition qui n’est même pas lue, comme étant inconstitutionnelle. À partir de 1844, ces abolitionistes ont cessé de voter dans les élections. Le noyau le plus considérable des abolitionistes était dans de tout autres idées : il comprenait que vouloir abolir l’esclavage dans la moitié de l’Union et malgré plusieurs millions de citoyens, c’était entreprendre l’impossible ; c’était aller droit au déchirement de l’Union et à la guerre civile. Il fallait donc restreindre ses efforts à empêcher l’esclavage de s’étendre là où il n’a point pénétré, à le contenir dans ses limites actuelles, et laisser au temps et à la concurrence du travail libre le soin de détruire l’esclavage dans les états mêmes où il est le plus enraciné. L’accroissement rapide des états libres leur assure une majorité incontestable dans la chambre des représentans et une majorité prochaine dans le sénat : en s’emparant des états libres, on avait tous les moyens constitutionnels nécessaires pour mettre un obstacle efficace aux développemens de l’esclavage. Il fallait donc faire appel à l’opinion publique et donner signe de vie et de force. Or, les abolitionistes se sentaient assez nombreux dans les états du nord pour y tenir déjà la balance du pouvoir et pour donner la supériorité au parti avec lequel ils votaient. Ainsi d’ans l’état du Maine, qui passait pour démocratique, ils avaient, en 1840, donné la majorité aux whigs en faisant cause commune avec eux ; en 1844, ils la leur avaient fait perdre en votant à part. Le temps était donc venu de constater sa force par une épreuve publique, d’avoir son drapeau particulier et de se constituer en parti indépendant, il fut résolu qu’on ne voterait pour aucun des candidats des grands partis, ni pour M. Polk, ni pour M. Clay, parce qu’ils étaient tous deux propriétaires d’esclaves, et qu’un candidat aholitioniste, M. Birney, serait porté concurremment avec eux. Ce candidat eut environ cent soixante mille voix, dont quinze à vingt mille dans le New-York et dix mille dans la Pensylvanie ; mais cette défection suffit pour assurer la défaite de M. Clay, qui eut à New-York six mille voix et dans la Pensylvvanie trois mille voix de minorité.

L’importance de l’opinion abolitioniste était incontestable après l’influence que sa conduite avait eue sur les résultats de l’élection présidentielle. Ses progrès furent rapides dans tous les états du nord, où elle s’accrut aux dépens du parti whig, et où elle commença à entamer le parti démocratique. Il fallut bientôt compter dans tout le nord avec les abolitionistes modérés, qui prenaient le nom de partisans de la liberté du sol (free-soilers). Ceux-ci réussirent à pénétrer non-seulement dans la législature des états, mais même dans la législature fédérale. Leur plan d’attaque a consisté à demander tous les ans au congrès l’abolition de l’esclavage dans le district fédéral, sur lequel il a tout pouvoir. Les députés des états à esclaves ont combattu avec obstination et colère cette proposition, soutenant que la législature fédérale donnerait par là un exemple dangereux pour leur sécurité, qu’elle paraîtrait condamner l’esclavage en principe, et qu’ainsi elle violerait indirectement la constitution, qui lui interdit de toucher aux institutions particulières du sud. Pour mettre fin à une lutte qui, tous les ans, devenait plus ardente, et donnait lieu, au sein même du congrès, à de violens conflits, les deux chambres sont tombées d’accord pour rétrocéder à la Virginie la ville d’Alexandrie et la portion du district fédéral qui avait été donnée par cet état ; mais les free-soilers n’ont pas lâché prise : ils continuent à renouveler tous les ans leur proposition, et il est probable que, cette année, le congrès rendra à l’état de Maryland la seconde moitié du district fédéral, qui se trouvera réduit aux murs de Washington. Nous ne répondons pas que cette mesure suffise pour couper court à cette agitation irritante qui a si bien réussi aux abolitionistes ; mais, comme le nombre des esclaves qui ont pu être amenés à Washington par des députés ou des sénateurs du sud ne dépasse peut-être pas deux cents, il est évident que l’abolition de l’esclavage dans le district fédéral, si on continue à la demander, ne sera plus qu’un prétexte pour inquiéter et alarmer une moitié de l’Union.

Les partisans de la liberté du sol devaient être et ont été, en effet, les adversaires de l’annexion du Texas, qui livrait à l’esclavage un territoire égal aux deux tiers de la France ; ils ont combattu avec acharnement la guerre du Mexique, entreprise par les démocrates pour livrer aux états du sud de nouvelles provinces. L’irritation que ces deux mesures ont produite dans les états du nord a contribué puissamment à développer le parti des free-soilers, et elle a fait éclore la question dite du proviso de Wilmot. Lorsque la guerre eut été engagée, il fallut que le président Polk demandât au congrès les crédits nécessaires pour la soutenir : un député de la Pensylvanie, M. David Wilmot, déclara qu’il ne voulait pas mettre le gouvernement hors d’état de défendre l’honneur du pays, mais qu’il ne voulait pas non plus que l’argent de la confédération servît à étendre la plaie de l’esclavage : il mettait donc à son concours la condition préalable que l’esclavage ne serait introduit dans aucune des provinces, états ou territoires que les événemens de la guerre pourraient ajouter aux possessions de l’Union. Cet amendement préventif, qu’on a appelé le proviso de Wilmot, fut voté par la chambre des représentans, et, chaque fois qu’un nouveau crédit fut demandé par le gouvernement, chaque fois l’amendement de M. Wilmot fut introduit dans les dispositions du bill. En février 1847, un crédit de 3 millions de dollars ayant été demandé, on appréhenda que la chambre des représentans ne manquât de persévérance ; les législatures des états de New-York et de Pensylvanie intimèrent aux députés de ces deux états au congrès l’ordre de réclamer et d’appuyer le proviso de Wilmot, qui, cette fois encore fut voté. Le sénat, il est vrai, où le parti démocratique avait la majorité, ne manqua jamais de rejeter le proviso pour éviter tout embarras à l’administration et pour calmer l’effervescence des esprits. Cette clause, en effet, était un perpétuel sujet d’irritation pour les populations du sud, qui n’avaient voulu la guerre du Mexique que pour ajouter à la confédération de nouveaux états à esclaves, et rétablir entre les deux fractions de l’Union la balance détruite au profit du nord. Si l’esclavage devait être interdit dans les provinces conquises, tous les fruits de la guerre étaient perdus pour les états du sud, et, s’appuyant sur le texte de la constitution, qui laisse aux états particuliers la décision des questions relatives à l’esclavage, les représentans du sud au congrès combattaient le proviso comme un empiétement sur les droits des futurs états, puisqu’il tranchait à l’avance une question dont la solution leur appartenait. Nous n’avons point à faire l’histoire de ces irritans débats, qui ont plus d’une fois transformé le congrès des États-Unis en un véritable champ de bataille. Nous appellerons seulement l’attention sur deux faits. Dans ces luttes si vives, les députés, au moment du vote, se divisaient presque toujours en députés du nord et députés du sud, sans distinction de partis, preuve manifeste de la prépondérance chaque jour croissante des questions territoriales sur les questions politiques. En second lieu, l’intervention officielle des législatures des deux plus grands états du nord en faveur du proviso de Wilmot et cette résurrection du mandat impératif pour une telle question prouvent les progrès rapides qu’avait faits le parti de la liberté du sol.

Ce dernier-né de la politique américaine ne se bornait plus en effet à dissoudre le parti whig, qui l’avait long-temps protégé, et qu’une certaine communauté de luttes et d’opinions prédisposait en faveur de ses doctrines ; il faisait invasion au sein du parti démocratique, que de longues liaisons politiques attachaient bien plus étroitement aux intérêts des états à esclaves. Il y trouva même un point d’appui très puissant dans les amis personnels de l’ancien président Martin Van Buren, qui déjà, en 1844, s’était prononcé contre l’annexion du Texas, et qui passait avec raison pour peu favorable à l’extension de l’esclavage. Le fils même de l’ancien président, John Van Buren, l’orateur le plus éloquent et le plus populaire des démocrates dans le New-York, fut un des premiers de son parti à se prononcer pour la liberté du sol, et bientôt une scission s’opéra à New-York dans le parti démocratique. Une fraction voulut demeurer fidèle à la vieille alliance des démocrates du nord avec les états à esclaves, et reçut le nom de old hunkers, tandis qu’elle appliquait aux dissidens l’épithète de barnburners (brûleurs de granges), que les propriétaires d’esclaves donnent à tout abolitioniste. La gravité de cette scission, long-temps inaperçue, ne s’est révélée qu’au moment de la dernière élection présidentielle. Lorsqu’il s’agit de nommer des délégués à la réunion générale où devait être choisi le candidat du parti démocratique, on vit avec étonnement les démocrates de l’état de New-York former simultanément deux assemblées et envoyer à la réunion de Baltimore deux députations rivales. Après de longs pourparlers et de vaines tentatives de conciliation, la députation des old hunkers fut admise à siéger, et celle des barnburners se retira en protestant. Bientôt après on apprit qu’une convention abolitioniste était convoquée à Utica, dans l’état de New-York ; des représentans de tous les états du nord y assistèrent, des hommes de tous les partis, des whigs aussi bien que des démocrates, y prirent la parole en présence de plusieurs milliers de personnes qui remplissaient l’église où avaient lieu les délibérations de la convention, et Martin Van Buren fut proclamé à l’unanimité candidat des free-soilers à la présidence des États-Unis. M. Van Buren accepta, et cette acceptation ajouta encore à l’importance considérable qu’avait acquise la manifestation du parti de la liberté du sol. Une pareille détermination, prise par un homme qui passe à bon droit pour un des politiques les plus consommés des États-Unis, qui a été plusieurs fois gouverneur de l’état de New-York, qui a été vice-président et président des États-Unis, et qui avait à sauvegarder sa réputation d’habileté et sa dignité personnelle, prouvait clairement qu’à ses yeux le parti de la liberté du sol avait acquis assez de consistance et de force pour qu’il pût, sans se compromettre, unir sa destinée à la sienne. La candidature de l’abolitioniste Birney, en 1844, n’avait pu réunir qu’un nombre de voix insignifiant ; celle de M. Van Buren était autrement sérieuse, car on craignit un moment qu’elle ne divisât suffisamment les voix pour remettre au congrès la désignation du président. Il n’en fut point ainsi : la glorieuse popularité du général Taylor emporta l’élection, en lui ralliant les masses populaires sans distinction d’opinions ; mais la minorité obtenue par M. Van Buren fut considérable : dans le Massachusets même, l’état persévérant et fidèle qui n’a jamais varié dans la foi whig, M. Van Buren, tout ancien démocrate qu’il est, obtint la pluralité des voix, et, dans les autres états de la Nouvelle-Angleterre, il balança, quelquefois même il dépassa les voix du général Cass.

Les résultats de l’élection de 1848 ont démontré à tout le monde que dans les états de la Nouvelle-Angleterre la majorité était déjà ou allait être acquise au parti de la liberté du sol, et que les anciens partis politiques étaient en pleine décadence. Des tentatives ont été faites pour réconcilier à New-York les deux fractions des démocrates ; elles ont abouti à une pacification éphémère, bientôt suivie d’une nouvelle et plus éclatante rupture. L’opinion universelle est aujourd’hui qu’à la prochaine élection présidentielle la lutte ne sera plus entre les whigs et les démocrates, mais entre les adversaires et les défenseurs de l’esclavage.

Si l’on avait besoin d’autres preuves du mouvement qui se fait dans tous les esprits, il suffirait de faire remarquer la position prise par les hommes politiques qui, aux États-Unis, sont plus réservés que partout ailleurs. Au moment où M. Van Buren acceptait une candidature abolitioniste, M. Clay, qui a toujours professé sur l’esclavage des idées très libérales, mais qui est propriétaire d’esclaves lui-même, écrivait, dans une lettre rendue publique, qu’il croyait le moment venu, pour les états du centré de l’Union, de préparer la voie à l’émancipation. Cette lettre avait à peine parcouru les états du sud, où elle répandait la plus vive agitation, qu’un des hommes les plus considérables de l’Union, M. Benton, qui représente depuis trente ans dans le sénat un état à esclaves, le Missouri, refusait d’obéir à l’injonction que lui transmettaient ses commettans de voter contre le proviso de Wilmot, et se déclarait contraire à l’introduction de l’esclavage dans les nouveaux territoires. Après la session, M. Benton a publié sur cette question une lettre violente, dirigée contre M. Calhoun, le chef des défenseurs de l’esclavage, et il s’est mis à parcourir le Missouri pour défendre, dans une série de réunions publiques, ses opinions nouvelles.

C’est donc au milieu de la plus vive agitation que s’est terminée la présidence de M. Polk et que s’est écoulée la dernière session du congrès. M. Polk avait demandé qu’on votât des lois provisoires pour la Californie, qui devait être élevée au rang de territoire en attendant qu’elle eût la population nécessaire pour devenir un état. La chambre des représentans s’est obstinée à introduire dans cette constitution provisoire une clause qui interdisait l’esclavage, et, comme le sénat a toujours rejeté cette clause chaque fois que le bill lui est revenu, la session a fini sans que les deux chambres pussent s’accorder, et la Californie a été abandonnée à elle-même sans lois, sans magistrats, sans gouvernement : témoignage significatif de l’acharnement et de l’obstination des partis. Dans une des discussions du bill au sein de la chambre des représentans, un député du sud s’étant levé comme pour arracher de la tribune un orateur du nord, un des amis de celui-ci se précipita à sa rencontre, et l’on vit les deux côtés de la chambre descendre à l’envi dans l’hémicycle comme pour engager une mêlée générale.

Au moment où la session du congrès allait se clore, les députés et les sénateurs du sud se formèrent en convention, et M. Calhoun fut chargé de rédiger au nom de tous une adresse à leurs commettans sur la situation de l’Union et sur les périls que couraient les états du sud. Voici les conclusions de cet immense document d’une diffusion extrême, et où d’amères récriminations tiennent la plus grande place. La persistance des députés du nord à soulever tous les ans une question qui, insignifiante en elle-même, n’a d’importance qu’au point de vue des principes ; celle de l’abolition de l’esclavage dans le district fédéral, y est présentée comme l’indice d’un parti pris chez les états du nord de flétrir les institutions du sud et de fomenter dans une moitié de l’Union la plus dangereuse des agitations. On veut se servir du district fédéral pour établir en fait l’autorité du congrès à réglementer la question de l’esclavage, et, après avoir ainsi usurpé un droit que la constitution refuse formellement au pouvoir central, on se fera de ce premier exemple un argument pour intervenir dans la législation intérieure des états à esclaves. Laisser consacrer le droit du pouvoir fédéral d’abolir l’esclavage dans le district de Colombie, c’est abandonner implicitement à la majorité du congrès, et par conséquent aux états du nord, le sort de tous les états du sud. La portée réelle du proviso de Wilmot et de toute clause analogue est d’exclure les habitans des états à esclaves des territoires conquis par le sang et avec l’argent de toutes les parties de l’Union. C’est à la fois un déni de justice et une violation formelle de la constitution.

Tous les états contribuent également aux charges de l’Union ; tous ont supporté également le poids des dernières guerres ; tous ont le même droit aux profits de la victoire. Les provinces acquises sont la propriété commune et indivise de l’Union. La constitution garantissant à tout citoyen, dans toute l’étendue et dans toutes les dépendances de l’Union, les mêmes droits et la jouissance incontestée de sa propriété, tout habitant du sud a le même droit qu’un habitant du nord de s’établir dans les nouveaux territoires et d’y transférer ce qu’il possède. La nature particulière de sa propriété ne peut devenir un titre d’exclusion pour lui, puisque la constitution n’a excepté aucune sorte de propriété. Laisser introduire dans la législation fédérale le proviso de Wilmot ou toute clause analogue, ce serait, de la part des habitans du sud, accepter d’être exclus du domaine commun de l’Union, ce serait reconnaître qu’en tant que propriétaires d’esclaves, ils ne sont pas des citoyens complets ; ce serait avouer en même temps que la possession d’esclaves, au lieu de constituer une propriété légitime, apporte avec elle une incapacité civile. Après avoir établi par ces argumens que le bon droit est du côté des habitans du sud, le manifeste les exhortait à aviser sérieusement pour mettre un terme à un système d’attaques persévérantes et d’empiétemens successifs qui a pour résultat de dépouiller les états à esclaves de leurs droits légitimes et qui les menace dans leur existence.

Pendant que ce manifeste devenait, dans tout le sud, le signal d’une série de manifestations, une agitation en sens contraire s’organisait dans les états du nord. Le succès significatif obtenu par les free-soilers dans l’élection présidentielle et dans les élections particulières avait doublé leur ardeur, et les hommes politiques du nord, par leur empressement à se déclarer en faveur du nouveau parti qui paraît devoir disposer désormais des élections, par leur zèle de convertis à provoquer des réunions, à prononcer des discours, à publier des lettres en faveur de la liberté du sol, n’ont pas cessé de donner des alimens à une propagande déjà trop active. Rivalisant les uns avec les autres, et tenant toujours le public en haleine, ils ont fait de l’agitation abolitioniste une sorte de fièvre qui ne s’est pas ralentie un seul instant dans tout le cours de l’été. Conventions sur conventions ont été tenues dans tous les états pour protester contre le maintien de l’esclavage dans le district fédéral, et contre toute extension nouvelle de ce fléau. Les termes les plus violens et les plus blessans pour les états du sud ont été employés comme à dessein dans la rédaction des résolutions destinées à être publiées. Des hommes de tous les partis ont assisté à ces réunions, y ont pris la parole, et ont souscrit aux motions injurieuses pour le sud. Le démocrate John Van Buren, dans la convention de Cleveland (Ohio), a dépassé les philippiques les plus virulentes que le whig Daniel Webster ait jamais dirigées contre l’esclavage. À peine quelques journaux ont-ils élevé la voix pour dire que cette effervescence abolitioniste menait droit à la rupture de l’Union ; rien n’a pu arrêter l’irrésistible torrent qui paraît avoir emporté jusqu’aux barrières qui séparaient autrefois les partis, et onze législatures ont donné aux députés et aux sénateurs de leur état le mandat impératif d’introduire le proviso de Wilmot dans les bills qui régleront le sort de la Californie et du Nouveau-Mexique. La législature du Michigan, état tout démocratique, a été la première à adresser ce mandat impératif au général Cass, dont les chances à la présidence résident dans l’appui que lui ont toujours donné les états du sud à cause de ses opinions favorables à l’esclavage. Cet accord des whigs et des démocrates du nord pour imposer à leurs représentans un vote hostile aux états du sud acquiert plus d’importance encore par la position qu’occupent dans le nouveau congrès les partisans systématiques de la liberté du sol. S’ils ne sont que trois dans le sénat, ils sont vingt-trois dans la chambre des représentans, et cette minorité, décidée à subordonner toutes les questions à celle de l’esclavage, tient entre ses mains la balance du pouvoir. Le parti whig et le parti démocratique ont exactement le même nombre de voix ; tout dépend donc chaque fois de la décision des free-soilers. Ils se sont plu à constater leur pouvoir dès l’ouverture du congrès, et, en s’obstinant à perdre leurs voix, ils ont rendu impossibles, pendant trente et un scrutins, la nomination du président de la chambre et la constitution du congrès.

L’agitation a pris au sud, pendant tout l’été de cette année, les proportions les plus menaçantes pour la tranquillité publique. Chaque nouvelle venue du nord était un outrage ou une menace ; les conventions tenues dans les états, les délibérations des législatures, les discours des orateurs en renom, les manifestations des hommes influens, cette apparente unanimité d’une moitié de l’union à attaquer l’autre jusque dans ses derniers retranchemens, ajoutaient à la colère et à l’animosité des hommes du sud. C’était une huile perpétuellement jetée sur le feu. Des cris de rupture de l’union et de guerre civile n’ont pas tardé à se faire entendre. Les orateurs et les écrivains du sud n’ont rien négligé pour organiser une action commune, et toutes les divisions de partis se sont effacées. La législature du Mississipi a été unanime pour recommander la résistance, et whigs et démocrates se sont déclarés également prêts à recourir au besoin à la force des armes. Si l’on prend les messages adressés par les gouverneurs des états aux législatures, on retrouve dans tous, et presque dans les mêmes termes, les mêmes recommandations. Ajoutons que toutes les législatures leur font un favorable accueil, et transforment en lois les propositions des gouverneurs. L’union doit être regardée comme rompue par le seul fait de l’abolition de l’esclavage dans le district fédéral, ou de l’adoption du proviso de Wilmot ; les représentans des états du sud doivent cesser incontinent de prendre part aux travaux du congrès ; des conventions particulières doivent être convoquées dans chaque état, ainsi qu’une convention générale des états du sud, pour aviser, pour obtenir, même par la force, la dissolution d’un contrat qu’on fait servir à l’oppression d’une moitié du peuple américain. Telle est en substance la résolution à peu près uniforme qu’ont adoptée tous les états du sud. Le seul état qui eût donné quelque inquiétude aux défenseurs de l’esclavage à cause des progrès que l’abolitionisme y a faits, le Kentucky, s’est prononcé sur cette question de la façon la plus rassurante pour eux, et l’important état de Virginie avait été le premier à donner l’exemple.

Les hommes du sud ont voulu constater que les dissidences de partis disparaissaient pour eux quand la question de l’esclavage était soulevée, et un de leurs meneurs les plus ardens, M. Foote, à l’approche de la session, s’est transporté à Washington pour provoquer des déclarations publiques de la part des représentans et des sénateurs du sud à mesure qu’ils arriveraient à leur poste. C’est ainsi qu’il s’est adressé à deux hommes accrédités dans le parti whig, à M. Mangum, sénateur, et à M. Clingman, député de la Caroline du sud, pour leur demander de se prononcer catégoriquement. M. Clingman s’est chargé de répondre, et il déclare dans sa lettre que la résistance du sud doit être mesurée à la violence de l’attaque ; il demande que les hommes de tous les partis n’hésitent pas à se rallier autour du drapeau commun, et il espère que, « long-temps avant que le péril soit devenu imminent, le sud présentera un front compacte à ses ennemis. »

Voici donc les deux fractions de l’Union américaine arrivées à se traiter d’ennemies, voici que les hommes politiques se réunissent ou s’attaquent, non plus suivant leurs opinions politiques, mais suivant la partie du territoire national qu’ils habitent. M. Van Buren et M. Benton d’un côté, M. Calhoun de l’autre, tous les trois démocrates, montrent les uns contre les autres plus de violence, d’acharnement et de haine qu’ils n’en ont jamais déployé contre les whigs. M. Mangum et M. Clingman, tous deux whigs, dénoncent « comme un acte de tyrannie insultant et brutal » une mesure en faveur de laquelle le whig Webster a épuisé toutes les ressources de son éloquence. N’avons-nous pas le droit de conclure de tous les faits qui précèdent qu’aux États-Unis les questions territoriales tendent à se substituer de plus en plus aux questions politiques, que les divisions géographiques y succèdent aux divisions d’opinions, et que le cri de ralliement des partis sera bientôt exclusivement la défense ou l’abolition de l’esclavage ?

Les hommes du sud disent et croient sincèrement que le maintien de l’esclavage est pour eux une condition non-seulement de prospérité, mais d’existence. Depuis le jour où l’abolitionisme a publié son premier pamphlet, les hommes du sud ont tout subordonné à la défense de ce qu’ils appellent leurs institutions particulières, et leur mot d’ordre a toujours été : Ou l’esclavage tel qu’il est, ou plus d’union. On sait que dans leur bouche ce n’est point une vaine menace, et personne ne doute qu’ils ne soient fermement résolus à s’ériger en confédération séparée, plutôt que de voir porter atteinte à ce qui est la clé de voûte de leur organisation sociale. La transformation qui s’opère aujourd’hui dans les partis aux États-Unis constitue donc à elle seule un immense danger pour la prospérité et pour le maintien de l’Union américaine, puisqu’elle hâte le jour où l’esclavage sera le principal et peut-être l’unique champ de bataille de la politique. Qu’est-ce donc, lorsque l’on considère l’acharnement déployé des deux côtés : les cris de guerre civile qui retentissent au sud, les revues des milices auxquelles les gouverneurs recommandent de bien soigner leurs armes parce qu’elles auront à s’en servir, les délibérations des législatures du sud qui préparent les bases d’une organisation séparée ; de l’autre côté, la froide obstination du nord, dont la population, dont les hommes les plus influens et les plus éclairés eux-mêmes semblent se complaire dans d’incessantes provocations, et dont les législatures, l’une après l’autre, imposent aux députés le vote d’une mesure que tous savent être un brandon de guerre civile ? Aussi un journal de New-York, après avoir énuméré les sujets de querelle qui attendaient l’ouverture du congrès pour se faire jour, demandait, sans oser répondre à sa propre question, ce qui pouvait sortir d’une semblable situation, et s’écriait : « Le présent est bien triste, et l’avenir est plus menaçant encore. »


III

Est-il vrai que l’heure des grands périls ait déjà sonné pour l’Union américaine, et que cette prospérité ininterrompue dont elle offre depuis soixante ans le spectacle unique soit arrivée à son terme ? C’est ce qu’on a peine à croire, quand on sait tout ce qu’il y a d’énergie, de vitalité et de bon sens pratique dans le peuple américain. Essayons de résoudre pour notre part les questions que s’adressent, sans oser y répondre, ceux des journaux américains qui n’ont point encore pris parti dans la lutte, et cherchons à deviner ce qui va sortir des délibérations du nouveau congrès.

Nous venons d’esquisser la situation des partis, et elle n’est rien moins que rassurante. Les députés du nord et du sud sont arrivés à Washington dans les dispositions les plus hostiles, et ce qu’on sait de leurs projets tend à faire croire toute conciliation impossible. On pouvait espérer qu’en gagnant du temps, la réflexion agirait sur les uns ou sur les autres, et que l’intervention des hommes les plus sages calmerait des deux côtés les esprits les plus aigris. Les représentans du sud ont annoncé au contraire l’intention de brusquer le dénoûment. Ils veulent aller au-devant de l’attaque, malgré la supériorité numérique des représentans du nord, ils veulent que la question de l’esclavage soit immédiatement posée et résolue ; mais le lendemain du vote hostile qu’ils prévoient, sénateurs et représentans donneront en même temps leur démission et quitteront Washington. Comme le congrès ne sera plus en nombre pour délibérer, ses opérations seront interrompues ; le budget ne pourra être voté, toutes les affaires demeureront en suspens. Les élections auxquelles il faudra procéder fourniront peut-être au peuple un moyen de manifester sa volonté, et les états du sud auront en outre le temps de se consulter par des délégués et d’aviser. Quant à ceux des représentans du nord qui sont les alliés du sud et qui ont reçu le mandat impératif de voter en faveur du proviso de Wilmot, comme le général Cass par exemple, ils annoncent l’intention de combattre la mesure et de donner leur démission au moment du vote.

Ce plan de campagne, s’il est suivi, promet des scènes dramatiques au sein du congrès et une redoutable agitation dans toute l’étendue de l’Union. Les free-soilers reculeront-ils devant l’audacieux défi que les hommes du sud veulent leur porter ? S’ils persistent dans la voie qu’ils se sont tracée, c’en est fait de l’Union. Voilà quelle est au vrai la situation actuelle, et il semble que le drame qui commence ne puisse se dénouer que par la rupture du contrat fédéral. C’est précisément la nécessité de ce dénoûment funeste qui nous fait croire que la lutte ne s’engagera pas, et qu’un compromis viendra encore prévenir la dissolution de l’Union américaine.

Le peuple américain est très susceptible de fanatisme, parce qu’il a les idées étroites, parce que le pays manque d’une classe éclairée qui serve d’initiatrice aux masses et répande au milieu d’elles cette impartialité et cette élévation de vues qui sont le produit d’une civilisation avancée et d’une haute culture de l’esprit. L’éducation des Américains est toute positive ; elle ne comprend que ce qui a une utilité immédiate et pratique ; elle ne fait aucune part aux spéculations de l’intelligence, aux études qui peuvent élever et rectifier le jugement. Le protestantisme, tel qu’il est pratiqué aux États-Unis, ne peut suppléer complètement à cette lacune de l’éducation nationale. Comme l’un des caractères saillans de la race anglo-saxonne, c’est l’ardeur persévérante et l’obstination, le peuple américain, incapable d’enthousiasme, peut être facilement amené au fanatisme. Nous croyons donc que, si les idées abolitionistes s’étaient emparées de la population du nord de l’Union, cette population poursuivrait obstinément leur triomphe, même au prix d’une guerre civile, même au prix de la ruine des états du sud ; mais l’abolitionisme n’en est pas encore là. Les spéculateurs politiques l’ont flatté et secondé pour sauver, qui un siège au congrès, qui un poste de gouverneur d’état, qui une place dans une législature particulière, parce qu’ils savent que, dans les luttes électorales, la victoire appartient toujours au parti le plus actif, le plus entreprenant et le mieux discipliné ; ils n’ont point entraîné à leur suite la masse de la population, qui est toujours en retard sur ses chefs. Dans l’intervalle des deux sessions, l’agitation a été dirigée et entretenue par la fraction exaltée des deux partis, par les hommes qui sont toujours prêts à exagérer leurs paroles et à pousser aux mesures extrêmes. Ce n’est pas à ceux-là qu’appartiendra la décision quand le moment critique sera venu, parce que le peuple américain n’a point pour habitude de s’abandonner lui-même au milieu du péril.

La masse du peuple américain est profondément attachée au maintien de l’union par orgueil national, par patriotisme et aussi par intérêt. Il n’est pas d’Américain un peu sensé qui ne comprenne que c’est l’union qui fait la force de tous les états répandus dans le nord de l’Amérique. C’est parce qu’on obéit aux mêmes lois et au même chef sur les rives de Saint-Laurent ou sur les rives du Mississipi, sur les bords de l’Océan ou sur ceux du golfe du Mexique, que le peuple américain est un grand peuple, et que les nations les plus puissantes comptent avec lui. Il y a sur cet immense territoire place pour plusieurs nations ; mais supposez qu’il y ait seulement deux confédérations au lieu d’une : les rivalités, les jalousies dégénèrent en guerres ; adieu la sécurité des États-Unis, adieu ces conditions exceptionnelles qui leur permettent de se passer d’armée, d’administration et presque de gouvernement. La sécurité, la puissance et jusqu’à la liberté se trouvent compromises du même coup. On ne peut croire que le culte de l’Union soit éteint ni même affaibli dans le cœur des Américains, et sans doute du sein des masses, aujourd’hui inquiètes et alarmées, va s’échapper un cri unanime qui imposera un compromis au nom de la nécessité de sauver l’Union.

Or, les élémens de ce compromis existent incontestablement. Le champ de bataille du nord et du sud était, l’année dernière, le bill qui érigeait en territoire la Californie. Les free-soilers, maîtres de la chambre des représentans, voulaient introduire dans la législation provisoire de la Californie l’interdiction de l’esclavage ; les hommes du sud, aidés de leurs alliés, faisaient repousser obstinément par le sénat cette partie du bill. Nous avons déjà dit que le bill, ainsi ballotté d’une chambre à l’autre, n’avait jamais pu arriver à terme. Les habitans de la Californie, ne pouvant demeurer sans législation et sans gouvernement, ont pris le parti de régler leurs affaires eux-mêmes. Ils ont nommé une convention qui a rédigé une constitution, et, comme ils sont assez nombreux pour que la Californie prenne immédiatement rang d’état, ils ont élu deux sénateurs et des représentans chargés d’aller soumettre leur constitution au congrès et de demander l’admission de la Californie dans l’Union. Aucune objection ne peut leur être faite ; leur constitution interdit l’esclavage, mais les états du sud ont pour principe fondamental que c’est aux états eux-mêmes qu’il appartient de trancher cette question, et ils ne repoussent que l’intervention de la législature fédérale. Lors de l’admission dans l’Union de l’Iowa et du Wisconsin, ils n’ont pas contesté aux habitans de ces nouveaux états le droit d’interdire l’esclavage dans leur constitution ; ils ne sauraient le contester davantage aux habitans de la Californie. Il suffit donc de décréter l’admission pure et simple de la Californie dans l’Union pour vider aussitôt la question qui, l’année dernière, a passionné tous les esprits.

Reste le Nouveau-Mexique, c’est-à-dire le vaste territoire qui a été cédé aux États-Unis à l’issue de la dernière guerre. La constitution mexicaine y a aboli l’esclavage il y a plus de trente ans, et les habitans, en demandant au congrès américain que leur pays fût érigé en territoire, ont demandé aussi que l’on maintînt l’interdiction dont l’esclavage est frappé chez eux. Les habitans du Texas réclament au contraire la presque totalité du Nouveau-Mexique comme une ancienne dépendance de leur état, et si cette prétention était sanctionnée par le congrès, la constitution du Texas, qui proclame la nécessité et la perpétuité de l’esclavage, deviendrait applicable au Nouveau-Mexique. Quelques-uns des états du sud soutiennent les prétentions du Texas, et tous sont opposés à l’interdiction de l’esclavage dans le Nouveau-Mexique, parce qu’ils veulent conserver à l’esclavage la voie d’un développement ultérieur, et qu’ils espèrent que de nouveaux états à esclaves, en se formant au-delà du Mississipi, viendront compenser l’accroissement d’influence que le nord reçoit du rapide défrichement de toutes les contrées situées aux bords des grands lacs. Il est facile d’ajourner la question, de laisser le Nouveau-Mexique se peupler, et choisir lui-même entre l’esclavage et la liberté le jour où sa population lui donnera le droit de voter une constitution et de prendre le rang d’état. M. Clay, M. Benton, et avec eux tous les hommes impartiaux du sud, reconnaissent qu’il est impossible d’imposer de nouveau l’esclavage à une population qui en a été délivrée et qui n’en veut plus. En outre, dans le Nouveau-Mexique, il y a eu fusion entre les Espagnols et les noirs, et entre ces deux races et la race des Indiens indigènes. La majeure partie de la population est métisse, et il est très peu d’hommes qui n’aient dans leurs veines quelques gouttes de sang noir ou de sang indien. Une telle population ne souffrira jamais qu’on rétablisse au milieu d’elle l’esclavage, parce qu’elle s’exposerait à subir tout entière la dégradation civile qui, aux États-Unis, poursuit le mulâtre, même après que toute différence physique est effacée. On est donc assuré de trouver dans la population du Nouveau-Mexique, toute faible qu’elle soit, une résistance désespérée. En outre, la nature du sol et la rigueur relative du climat rendent le Nouveau-Mexique impropre aux seules cultures pour lesquelles le travail esclave est supérieur au travail libre, c’est-à-dire le sucre, le riz, le coton et le tabac. La volonté des hommes sera forcément impuissante, et l’esclavage n’abandonnera pas les plaines humides et fécondes du Texas pour les montagnes du Nouveau-Mexique. Il n’est pas impossible de circonscrire étroitement la portion du Nouveau-Mexique qui est habitée en lui assurant la liberté, et de laisser entre le nouveau territoire et le Texas un vaste espace dont l’avenir déciderait. Le Texas, d’ailleurs, est beaucoup trop vaste pour un seul état, et pourra être divisé le jour où il commencera à se peupler. Le nombre des états du sud n’est donc pas encore forcément limité comme ils le disent, et ils ont devant eux plus de terres qu’ils n’en peuvent défricher d’ici à de longues années. Quant à la dernière question qui divise les deux fractions de l’Union, celle de l’abolition de l’esclavage dans le district fédéral, nous avons déjà indiqué comment on pourra l’éluder ; il suffira de rétrocéder au Maryland la portion du district qui lui a originairement appartenu, et de ne conserver que la ville même de Washington.

Mais il ne suffit pas que la masse des citoyens paisibles désire un compromis, il ne suffit pas que les élémens de ce compromis, existent ; il faut qu’il se trouve encore un homme résolu à en prendre l’initiative, et investi d’assez d’autorité pour obliger les partis à écouter la voix de la sagesse et de la modération. Quelle nation périrait, si les bonnes intentions, sans le talent et sans l’autorité, suffisaient à sauver les peuples ? Cet homme nécessaire, dont le rôle est tout tracé, il existe aux États-Unis : c’est M. Clay, qui déjà deux fois est intervenu pour empêcher une lutte violente entre le nord et le sud, M. Clay, l’auteur du compromis du Missouri en 1824, l’auteur de l’acte de compromis de 1833, M. Clay, que le peuple de l’Union s’est habitué à appeler le grand pacificateur. À mesure que la lutte s’est échauffée cette année, les regards se sont tournés vers M. Clay, et, quand on le sut gravement malade, au moment où le choléra sévissait, ce fut une consternation universelle. À peine rétabli, M. Clay déclara que, malgré ses soixante-douze ans, il irait reprendre cette année au sénat la place qu’il avait quittée, il y a dix ans, en faisant à ses collègues de solennels adieux.

Il a parcouru une partie de l’Union, visitant New-York, Philadelphie, Baltimore, répétant partout les mêmes paroles de conciliation : partout magistrats, législateurs, hommes de tous les partis, populations entières, se sont portés au-devant de lui, accompagnant tous ses pas, lui faisant un cortège tel que roi n’en eut jamais un pareil, lui demandant d’aller à Washington et d’y aller le plus tôt possible. Y a-t-il u n spectacle plus touchant que celui de cette inquiétude de tout un peuple pour le sort de ses institutions, et de sa confiance dans un vieillard de qui il semble attendre son salut ? A Baltimore, M. Clay ne put garder la réserve dans laquelle il s’était maintenu jusque-là, et, dans l’émotion de l’accueil enthousiaste qui lui était fait, il laissa échapper avec le mot de compromis une partie de son secret. Il termina ainsi cette improvisation, qui avait toute une ville pour auditoire : « Si mon cœur et mon dévouement n’ont pas changé, je sens que la main du temps pèse lourdement sur moi ; mais, en toute circonstance et à tout événement, mes derniers efforts seront pour le maintien de l’Union. Que la tempête vienne d’où elle voudra, j’y ferai face, et, pour défendre notre glorieuse confédération, elle me trouvera toujours debout. » En prononçant ces mots, le majestueux vieillard, courbé par les années, se redressait de toute sa hauteur, et une commotion électrique, parcourant la foule, en faisait sortir une immense acclamation. M. Clay ajouta : « Rompez l’union, et c’en est fait de nous tous ? Notre pays n’aura pas besoin d’historien, notre histoire sera celle de la Grèce. Alors viendront les pernicieuses alliances avec l’étranger, les révolutions intérieures, les guerres acharnées, puis quelque chef militaire qui jouera le rôle de Philippe ou d’Alexandre. J’espère que Dieu nous épargnera un pareil avenir, et mes efforts seront sans relâche consacrés à le détourner. » M. Clay s’est rendu à Washington deux jours seulement avant l’ouverture du congrès, et, pendant quarante-huit heures, la population entière assiégea le débarcadère du chemin de fer. « Quand sa venue fut annoncée, écrit un témoin oculaire, des bravos assourdissans s’élevèrent, accompagnés de démonstrations de joie si vives et presque si folles, que, dans ce bruit, cette agitation, cette confusion, il devenait impossible de dire si les trois quarts de la foule marchaient sur leurs pieds ou sur leurs mains. La première émotion passée, la foule s’ouvrit pour faire place à M. Clay, se forma en colonne derrière lui, et l’accompagna dans le plus grand ordre jusqu’à l’Hôtel National. Du haut du perron, MM. Clay adressa quelques mots à la foule, et elle se retira paisible et satisfaite. »

M. Clay rentre donc au sénat des États-Unis pour y recommander la conciliation ; il y apporte quelque chose de plus puissant que la sagesse d’un politique consommé et même que l’éloquence d’un cœur patriote : il y apporte la volonté d’un grand peuple qui l’est allé chercher dans sa retraite pour faire de lui l’instrument d’une pacification nécessaire. Nous croyons donc que le compromis que M. Clay proposera finira par prévaloir ; mais, dût-il échouer, nous sommes sûr que le général Taylor, malgré la déclaration qu’il a faite avant son élection de ne point faire usage du veto présidentiel, saurait se manquer de parole à lui-même, et employer au salut de son pays le pouvoir que lui donne la constitution. Quand un peuple veut fermement être sauvé, il est assuré de surmonter toutes les tempêtes. Les États-Unis en sont là, et la crise actuelle sera conjurée ; mais le mal est permanent, et le remède ne sera que provisoire. Le péril renaîtra, comme d’habitude, tous les quinze ans, jusqu’au jour où les Américains étant plus corrompus, l’énergie nationale plus affaiblie, les ambitions particulières plus insatiables et les rivalités plus acharnées, la désunion ne trouvera plus d’obstacle dans le patriotisme, et la chute des mœurs entraînera la chute de la nation.


CUCHEVAL-CLARIGNY.

  1. Voyez dans la livraison du 15 juillet 1844, le Texas et les États-Unis.
  2. Nom générique des Irlandais.