La Tour Eiffel

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




 

Sous le regard charmeur d’un maître audacieux,
La fonte obéissante, à la fonte agrafée,
Comme la pierre, au temps d’Amphion et d’Orphée,
Va-t-elle d’elle-même escalader les cieux ?

Est-ce un hochet géant d’enfant capricieux ?
Une tour de Babel ridicule ? un trophée ?
Du chant de la Science est-ce le coryphée
Qui nous montre le ciel d’un doigt silencieux ?

Qui sait ? Quand l’ouvrier, exaltant la matière,
Croit blasphémer peut-être, elle fait sa prière
Et, s’éloignant de l’homme, elle approche de Dieu.

Mais quelqu’un chante encore au-dessus : l’alouette,
Quelque chose au-dessus de l’oiseau, le ciel bleu,
Et, plus haut, par delà le ciel bleu, le poète.
=== no match ===