100%.png

La Vie nouvelle/Commentaires/Chapitre XII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


La Vita Nuova (La Vie nouvelle) (1292)
Traduction par Maxime Durand-Fardel.
Fasquelle (p. 154-156).


CHAPITRE XII


Ballata, io vo’che tu ritruovi amore

Cette ballade se divise en trois parties : Dans la première, je lui dis où elle doit aller, et je l’encourage pour qu’elle s’en aille plus hardiment, et je lui dis quelle compagnie elle doit prendre pour aller en sécurité et sans courir aucun danger. Dans la seconde partie, je dis ce qu’il lui appartient de faire entendre. Dans la troisième, je la laisse libre de partir quand elle voudra en recommandant son voyage à la fortune. La seconde partie commence à : Dis-lui d’abord avec douceur… La troisième à : ma gentille ballade…

On pourrait m’adresser un reproche, et dire que l’on ne saurait pas à qui je me serais adressé à la seconde personne, parce que cette ballade n’est autre chose que mes propres paroles : aussi je dis que ce doute, j’entends le résoudre et l’éclaircir dans ce petit livre, ainsi qu’un doute plus grand encore. Et alors comprendra celui qui doutera encore et qui voudra me le reprocher de cette manière.


Si jusqu’ici nous n’avons guère vu dans la partie lyrique qu’une répétition ou un développement de la prose qui la précède, nous trouvons ici deux sujets différens dont l’un est la préparation de l’autre.

Le Poète, dont la pensée, suivant son habitude, s’abrite sous la fiction de l’Amour, se laisse d’abord aller à ses réflexions. Il sent bien qu’il s’est mis dans un mauvais cas. La femme dont il a voulu faire la nouvelle défense de son amour a été compromise (ha ricevuto alcuna noia) par les bavardages auxquels ont donné lieu ses assiduités simulées. Béatrice (laquelle est contraria di tutta la noia) ne se soucie pas de se trouver mêlée à tous ces commérages, et elle en veut à celui qui y a donné lieu. Dante en a conscience et cherche à corriger les choses. Il fait son plan, et la ballade en est l’exécution.

Peut-être trouvera-t-on que le lyrisme dont la nota suave est pleine de charme, recouvre plus de politique que d’inspiration. Mais cela même témoigne de la sincérité du Poète et de la réalité de son récit.

Quant à la ballade elle-même, elle nous représente une scène à quatre personnages, l’amoureux qui l’a écrite, l’aimée à qui elle est destinée, la ballade qui est chargée de présenter les excuses et les explications, enfin, l’Amour qui devra l’accompagner pour la faire agréer.

Il faut remarquer les précautions infinies que prend le premier. D’abord, il n’ose s’adresser directement à celle qui s’est crue offensée. Puis, il multiplie les formes les plus délicates et les plus pressantes de la courtoisie et de l’humilité. Il espère que la forme harmonieuse de son apologie disposera en sa faveur celle dont il implore le pardon : mais il ne se fie pas suffisamment à sa propre éloquence et à ses bonnes raisons. Alors il invoque l’Amour afin qu’il témoigne pour lui et qu’il plaide sa cause. Mais ce n’est pas seulement à l’amour qui habite son propre cœur, qu’il fait appel, c’est peut-être et surtout à l’amour même de Béatrice.