La prise de Montréal/01

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Éditions Édouard Garand (p. 3-8).


Féron - La prise de Montréal, 1928 (page 5 crop).jpg

I

AUX ARMES !


Vers les quatre heures de l’après-midi de ce jour, samedi 11 novembre 1775, sous un ciel nuageux et bas, par un vent du nord-ouest soufflant par intervalles avec une grande violence et charriant des grêlons qui crépitaient en mitraille contre les tuiles des toits et les carreaux des fenêtres, les ouvriers quittaient précipitamment les ateliers et couraient vers le centre de la cité où les précédaient les commerçants et les petits bourgeois suivis de leur femme et de leurs enfants. Ceux des ouvriers, commerçants et bourgeois qui faisaient partie des milices se hâtaient vers leurs logis, y prenaient leurs fusils, leurs balles et leur poudre, et, poussant des cris d’allégresse ou de menace, s’élançaient dans la bourrasque pour se joindre au gros du peuple. Des chevaux traînant du canon ou tirant des chariots de munitions et escortés de cavaliers anglais allaient à toute erre par les rues glacées, raboteuses, coupées çà et là de fossés dont l’eau était gelée, et chariots et canons cahotaient avec un bruit d’enfer en dévalant vers les murs de la ville. Suivaient à peu de distance, au pas de course et aux cris stridents des clairons, quelques escouades de fusiliers et des compagnies de grenadiers. Hâtivement le peuple se rangeait pour faire place aux chevaux, aux canons, aux capotes rouges. Puis ce peuple, qui courait d’un côté tandis que les soldats allaient de l’autre, se mettait à crier à tue-tête :

— Les Américains… Les Américains !… il ne faut pas qu’ils entrent !

Mille clameurs diverses s’élevaient dans l’espace, s’entre-choquaient, se confondaient et se perdaient aussitôt dans les rugissements de la rafale.

S’il était des groupes pour crier contre l’entrée des Américains dans la ville, il s’en trouvait d’autres pour clamer :

— Livrons la ville !… Livrons la ville !…

Mais c’était le petit nombre et, pour la plupart des Anglais avec qui pactisaient quelques ouvriers canadiens. La grande majorité de la population, c’est-à-dire tous les Canadiens, avec les commerçants et les bourgeois en tête, voulait qu’on défendît la ville contre les Yankees.

Et en riposte le « Vox Populi » jetait :

— Les Américains n’entreront pas !

Tantôt un petit groupe de commerçants anglais débouchait d’une ruelle et clamait :

— Vivent les Américains !

Des vociférations et des cris de colère accueillaient ces vivats, un heurt se produisait entre ces Anglais et la masse des Canadiens, des poings se tendaient, s’élevaient, s’abattaient, des jurons ricochaient, parfois des rires énormes dominaient le chahut… puis les Anglais s’éclipsaient. Alors des clameurs de joie succédaient aux clameurs de colère, des voix aigres de femmes lançaient aux fuyards des invectives ou des lazzis, des enfants battaient des mains, puis tout ce peuple, criant, hurlant, riant, s’engouffrait dans la rue Notre-Dame et allait grossir d’autres masses de peuple aux abords des casernes et du marché.

Autour des casernes — c’est-à-dire là où en 1760, s’élevait l’ancienne citadelle — le vacarme était effrayant, car là s’était ramassé le plus gros du peuple. Car le peuple voulait pénétrer dans ses casernes pour s’y armer et courir, après, hors les murs pour repousser les Américains ; mais les soldats Anglais qui en avaient la garde défendaient leur approche. Le peuple hurlait, s’agitait, menaçait. Les soldats, pour effrayer cette foule tourmentée tiraient des coups de fusils au-dessus des têtes furieuses. Ces coups de feu n’intimidaient pas le moindrement le peuple ; au contraire ils l’exaltaient, le courrouçaient davantage. Car, ces soldats, on le savait, étaient des partisans, des Américains. Ils soutenaient les marchands Anglais qui, pour la plupart, souhaitaient la conquête du Canada par les révolutionnaires de l’Atlantique. Les marchands avaient donné ordre à ces soldats de ne pas livrer d’armes aux Canadiens « qui — disaient-ils — s’en serviront contre vous et nous ». Et les marchands n’étaient pas loin de la vérité, car si, à ce moment, le peuple eut été armé, il eût balayé soldats et marchands anglais.

Une mince et faible palissade séparait seulement le peuple canadien des casernes et de leurs défenseurs. Ceux-ci n’étaient pourtant pas en nombre : soixante au plus, dont une quarantaine dans la cour ; les autres étaient postés aux fenêtres, le fusil au poing. Chaque fois que la foule prenait son élan pour se jeter contre la palissade et la culbuter, les soldats épaulaient leurs armes. Ce geste suffisait pour arrêter l’élan, mais non pas qu’on eût peur, seulement, les hommes craignaient pour leurs femmes et pour leurs enfants qui se mêlaient à eux. Repousser ces femmes eût été impossible, elles s’accrochaient à leurs maris comme les enfants s’accrochaient à leurs mères et autant que leurs hommes, ces femmes voulaient défendre leur pays. Quant aux enfants, ils y trouvaient un amusement énorme, et l’on pouvait voir quantité de gamins lancer des pierres aux soldats anglais. Quelquefois ces pierres, plus adroitement lancées, brisaient des carreaux aux fenêtres des casernes, alors de la foule partaient des applaudissements et des quolibets. La bourrasque emportait avec elle des rumeurs joyeuses, tantôt des refrains gais qu’à pleine voix chantaient des jeunes femmes enthousiasmées.

Les gardes des casernes commençaient à désespérer de leur cause, car de moment en moment la masse du peuple grossissait, et tout ce peuple était français, car les Anglais partisans des Américains n’étaient pas là, ils étaient ailleurs. On aurait pu compter sept à huit cents Canadiens devant les casernes et aux abords de la rue Saint-Gabriel.

À un moment il se produisit une sorte de remous, car des ouvriers venaient de convaincre les femmes qu’elles devaient se retirer à l’arrière et se mettre à l’abri des balles ; trois cents hommes déterminés allaient se jeter pour tout de bon contre la palissade et les balles des soldats anglais n’arrêteraient pas l’élan.

À cet instant précis, une troupe de trente miliciens canadiens, tous armés de fusils et de pistolets, parut à quelque distance de là débouchant de l’étroite rue Saint-Joseph. Un grand diable de flandrin armé d’une rapière énorme et la ceinture garnie de pistolets et de couteaux commandait la troupe. Ce flandrin marchait en tête de sa troupe, nonchalamment, balançant sa haute taille, tantôt titubant comme un homme à moitié endormi, tantôt butant contre un pavé, et très indifférent d’apparence à ce qui se passait devant et derrière lui. Maigre et sec, le teint bilieux, les yeux encavés sous d’épais sourcils roux, les joues creuses et hâlées, les pommettes saillantes, le nez long et busqué, le menton plus long encore sous une bouche énorme aux lèvres minces et dédaigneuses, cet homme offrait une étrange physionomie. On l’eut pris pour un squelette maquillé en carnaval. Il portait une longue redingote bleue aux basques relevées par devant, et sous la redingote on découvrait une culotte de cuir brun. Les jambes et les pieds disparaissaient dans d’énormes bottes aux semelles ferrées. Malgré les bruits du vent et des clameurs, on percevait le bruit que faisaient ces semelles ferrées en heurtant le pavé de la rue. Le chef de cet homme était couvert par un large feutre gris qui, relevé à l’un de ses bords, avait pour ornement une plume de coq de couleur jaune. De longs cheveux châtains tombaient en désordre sur la nuque et les épaules. À voir sa tête penchée en avant, ses épaules légèrement voûtées et sa taille balancer, tanguer, rouler, on aurait pensé que cette curieuse armature humaine allait à tout moment s’écrouler avec un bruit d’os broyés. Mais il n’en était rien : si l’homme chancelait, butait, louvoyait, il demeurait debout. Pour un peu, on l’aurait cru ivre. Il arrêta sa troupe à quelques pas de la masse du peuple qui barrait la rue Notre-Dame.

— Halte !… commanda-t-il à ses hommes d’une voix sourde et ennuyée.

Il alla s’appuyer de l’épaule contre le mur d’une maison voisine, bâilla, leva le nez en l’air et se mit à regarder les nuages.

À la vue de cette troupe de miliciens un calme relatif s’était produit parmi le peuple, et tous les regards se détachèrent des casernes pour se porter sur la troupe et son officier.

Une grosse femme, au visage rouge et couperosé, la tête échevelée, en jupon de toile rouge auquel s’agrippaient des marmots nu-tête, pieds nus et grelottants, en corsage mince, bras demi-nus et les poings sur les hanches, s’avança vers les miliciens.

Le silence se fit de toutes parts et tout le monde regarda cette femme. Elle, l’œil étincelant, la voix forte et sonore, interpella l’officier qui ne cessait de regarder les nuages au-dessus de sa tête.

— Hé ! Lambruche… cria la femme… est-ce bien vrai que ces vauriens de soldats ne nous laisseront pas prendre les armes des casernes pour repousser les Américains ?

L’officier, appelé de cet étrange surnom, Lambruche, abaissa le nez, laissa flotter sur la femme d’abord, puis sur le peuple et les casernes, un regard vague, sourit niaisement, et, débonnaire, répondit :

— Ah bien ! mame Ledoux, c’est pas moi qui vous empêcherai, allez !

— Je crois bien, il ne manquerait plus que ça que tu nous empêches, Lambruche. C’est déjà bien assez que ces gredins-là (elle montrait les soldats devant les casernes) nous empêchent eux… si c’est pas une honte.

Ses yeux jetaient des éclairs en se promenant sur les miliciens, la masse du peuple et les soldats plus loin.

Le silence continuait de régner. Le vent hurlait avec rage, balançait les enseignes, secouait les volets des maisons, et les grêlons cinglaient les nuques et les faces.

— Moi, Lambruche, reprit la femme avec aigreur, je dis qu’il nous faut ces fusils-là qui sont dans les casernes, et je dis encore…

Elle fut interrompue par un bourgeois anglais qui, enveloppé dans un épais manteau de fourrure, la canne à pomme d’or à la main, sortait d’une ruelle avoisinante pour s’engager sur la rue Notre-Dame. Le bourgeois, gros homme d’importance, ayant entendu les paroles de la canadienne, s’était arrêté.

— Eh ! dites donc, la mère, fit-il en un français haché et comique, si vous tenez tant à vous frotter contre les Américains allez-y donc comme ça, et laissez les fusils à ceux qui peuvent les porter et s’en servir !

La commère tourna sur l’Anglais un regard surpris d’abord, terrible ensuite.

— Ah ça, milord, répliqua-t-elle qui est-ce qui vous dit que je ne peux pas porter un fusil et m’en servir ? Allez m’en chercher un et je vais le faire voir !

Des éclats de rires et des vivats acclamèrent cette réplique.

— Vous feriez mieux, la mère, reprit le bourgeois anglais, d’aller décrotter vos marmots qui gèlent debout accrochés à votre jupon… N’est-ce pas honteux pour une mère qui a des enfants ?…

— Ah bien ! l’entendez-vous, vous autres, le milord qui parle « d’une mère qui a des enfants » ?…

Et la grosse femme se mit à rire aux éclats.

La foule hua le bourgeois anglais.

Une jeune femme clama :

— Il serait peut-être bon qu’on le décrotte cet Anglais-là !

— Et j’en ai bien envie ! rugit la mère Ledoux en brandissant un poing énorme vers le bourgeois.

Celui-ci, redoutant de s’attirer des horions, retraitait déjà, tout en grommelant ces paroles :

— Vous ne nierez pas, la mère, que j’ai bien le droit comme un autre de dire ce que je pense !

— Ah ! oui, parlons-en de vos droits à vous autres, riposta aigrement la mère Ledoux ; vous en avez des drôles de droits vous autres qui voulez nous donner aux Américains, comme si on était des chiens ! Eh bien ! milord, ici c’est notre pays à nous autres, Canadiens, et dame ! quand on a un pays, on le défend, et pour le défendre on prend tous les moyens. Le premier des moyens, milord, on se débarrasse des lâches et des traîtres ! Et si ce que je vous dis là fait pas votre affaire, fichez le camp… et fichez-le vite !

Mais déjà le bourgeois se sauvait poursuivi par les quolibets du peuple amusé.

Lambruche, toujours appuyé au mur de la maison, tête basse, les yeux demi fermés, regardait sans l’air de voir, écoutant sans l’air d’entendre.

De nouveau la mère Ledoux l’interpella :

— Eh bien ! qu’est-ce que tu dis Lambruche ?

— Moi, Mame Ledoux… rien !

On partit à rire à la ronde.

La mère Ledoux sembla s’indigner.

— Je te demande, Lambruche, si on doit aller prendre les fusils ?

— On ira bien manque, Mame Ledoux… Seulement, il faudrait avoir l’ordre de M. Maurice.

La grosse femme tressaillit, parut surprise et regarda le peuple massé derrière elle.

— Tiens ! c’est vrai, dit-elle, radoucie. J’avais pas pensé à Monsieur Maurice. Mais où est-il, qu’on ne le voit point ?

À cet instant de grandes clameurs s’élevèrent plus loin du côté de la rue Saint-Gabriel, et une violente poussée se produisit dans la masse du peuple. On vit quelque chose comme une trombe humaine s’abattre sur la palissade des casernes. C’était une nouvelle bande d’ouvriers qui accourait, et la bande voulait aussi des armes. Étrangers à la scène qui venait de se passer, ces ouvriers tentaient de renverser la palissade. Les soldats firent feu, et cette fois des balles ne manquèrent pas de blesser quelques hommes. Une rumeur de rage circula et toute la masse du peuple fut soulevée. Ce fut une véritable vague en furie qui se darda à l’assaut de la palissade.

La mère Ledoux s’élança à l’attaque, traînant toujours ses deux marmots en criant :

— Arrive, Lambruche, arrive… Viens nous aider… On va les avoir ces fusils-là !

Cette fois, c’en était bien fait : la palissade craqua… pencha… Des cris de triomphe éclataient déjà.

Mais à l’instant même une voix retentissante domina les bruits de la rue et de l’espace, et le peuple s’immobilisa et fit silence.

— Hé là ! mes amis, venait de jeter la voix sonore, prêtez l’oreille !

Tous les regards s’étaient tournés vers le balcon d’une maison faisant vis-à-vis aux casernes. Sur ce balcon se tenait un jeune homme, beau d’énergie, superbe d’audace, vêtu d’une redingote noire que recouvrait en partie une cape de velours vert. Ce jeune homme tenait à sa main un tricorne orné d’une plume rouge, et à son côté gauche pendait une épée.

Une immense clameur s’éleva aussitôt de la foule.

— D’Aubières… Maurice D’Aubières !…

Le jeune homme salua majestueusement la foule.

Deux jeunes hommes, pareillement vêtus d’une redingote noire et d’une cape bleue, mais portant à leur chapeau une plume noire, vinrent l’instant d’après se poster de chaque côté de Maurice D’Aubières.

Celui-ci, ayant, promené un regard assuré sur le peuple massé sous ses yeux, avisa l’officier des miliciens.

— Ah ! ah ! fit-il en étendant sa main gantée de gris, je vois là mon bon Lambruche…

— Présent, Mesieu !… murmura l’officier des miliciens en reprenant la pose militaire.

— C’est bien, Lambruche, tu es au poste.

Puis ramenant ses regards sur le peuple :

— Mes amis Canadiens, reprit-il, c’est à lui, Lambruche, à qui j’ai donné l’ordre de distribuer les armes et les munitions !

— Eh ! mais… s’écria la mère Ledoux, pour les distribuer, il faut les avoir !

— Vous n’avez qu’à les prendre répliqua Maurice D’Aubières avec un sourire. J’en donne l’ordre… allez, Lambruche !

Un immense vivat emplit l’espace.

Aussitôt, Lambruche, ce flandrin, ce nonchalant, cet endormi, ce niais, dressa sa haute taille. Ses yeux s’illuminèrent de rapides éclairs. Sa voix détonna comme la charge d’un canon. Et, suivi de près par ses miliciens, il enjamba la rue, s’ouvrit un large passage dans la foule et se rua contre la palissade qui entourait les casernes.

Une clameur joyeuse éclata.

— En avant, Canadiens ! tonna la voix de D’Aubières.

Les soldats anglais de leurs fusils couchèrent en joue ce jeune homme qui semblait le maître de ce peuple : mais avant qu’ils n’eussent tiré un seul coup, D’Aubières avait disparu du balcon avec ses deux compagnons. Alors des fenêtres de cette même maison partirent plusieurs coups de feu dans la direction des soldats de la caserne et six d’entre eux roulèrent sur le sol frappés à mort. À cette vue, les autres soldats, épouvantés, s’élancèrent dans l’intérieur des casernes pour y chercher un refuge.

La voix de Maurice D’Aubières roula de nouveau au-dessus du peuple :

— En avant, Canadiens !

Mais on le voyait plus.

N’importe ! L’exaltation était à son comble et des cris de triomphe se croisaient dans les airs.

D’un formidable coup d’épaule Lambruche venait de renverser un pan de la palissade et miliciens et peuple couraient vers les casernes. Le reste de la palissade était bientôt renversé, écrasé, les casernes cernées. Par les fenêtres crépitait le feu des soldats anglais. Les balles, cette fois, faisaient des morts et des blessés. Mais l’élan était donné et rien n’empêcherait le peuple dans sa course… Portes et fenêtres furent enfoncées, la populace faisait irruption dans les casernes où déjà Lambruche et ses miliciens désarmaient les soldats anglais. Ceux qui demeuraient dans la cour et sur la rue Notre-Dame trépignaient de joie et poussaient de retentissants vivats chaque fois que des miliciens poussaient dans la cour des soldats prisonniers et liés deux par deux. Jamais ce peuple ne s’était autant amusé. Il huait les soldats prisonniers, il acclamait D’Aubières, et Lambruche, battait des mains, dansait, chantait en dépit du vent glacial qui continuait de souffler en tempête.

Bientôt Lambruche parut dans la cour des casernes. Ses miliciens suivaient apportant des fusils et des munitions que Lambruche se mit à distribuer aux hommes les plus vigoureux. Puis, tandis qu’on s’essayait fièrement au maniement de ces fusils anglais, Lambruche rentra dans les casernes pour en revenir peu après en tirant un petit canon. Cet incident créa une joie délirante dans le peuple…

— Bravo ! Bravo ! Lambruche…

Lui, bâillant, chambranlant, avec un sourire insignifiant à ses lèvres minces, poussa le petit canon au centre de la cour, puis, pour le simple plaisir de la chose et comme un enfant s’amuserait avec un jouet, le brave Lambruche bourra le petit canon, s’assit tranquillement sur l’affût, sortit d’une poche de sa redingote un calumet et un briquet « un batte-feu », comme il disait lui-même. Tranquillement, sous les regards quelque peu surpris de la foule, il mit le feu à une mèche soufrée, alluma son calumet, en tira d’énormes bouffées avec un ravissement angélique, puis, d’un coup alluma la mèche du canon…

Et pan !…

Tremblèrent ciel et terre… Et citadins et soldats qui ne savaient pas, plus loin dans la cité, furent saisis de crainte, croyant que les Américains venaient d’attaquer la ville vers les fortifications du bord de l’eau.

Mais le peuple sur la rue Notre-Dame sautait de joie folle…

— Hourra ! Hourra, ! Vivent les Canadiens !… Vive Lambruche !… Vive le Canada !… Mort, aux Yankees !… À bas les traîtres et les lâches !…

Dans la cour des casernes, sur la rue Notre-Dame, on dansait en rond par groupes nombreux au son des violons et des flûtes. Femmes et filles enthousiasmées, embrassaient les hommes qui étaient armés de fusils.

— Vous chasserez les Américains ! disaient-elles.

Et, eux, ces hommes en qui coulaient ce vigoureux sang de la race, répondaient :

— Ils n’entreront pas !

Et pendant qu’on se réjouissait ainsi, Lambruche, secouait son calumet vide contre la canon, s’éloignait en titubant et allait s’asseoir sur le sol près des casernes en s’appuyant le dos au mur. Là, rêveur, paisible, il regardait le peuple s’amuser. Puis il tira de nouveau son calumet de sa poche. Mais il constata qu’il manquait de tabac.

Il grogna de mécontentement, enfonça son feutre sur ses yeux et s’allongea, sur le sol comme pour dormir.

Le crépuscule tombait rapidement. Le peuple continuait à chanter et à danser. Des commères passaient avec des cruches d’eau-de-vie et traitaient les hommes.

Les miliciens, l’arme au pied, surveillaient paisiblement les soldats anglais prisonniers qui grelottaient dans le vent.

La mère Ledoux, souriante, plus rouge, plus gaillarde, vint offrir à boire à Lambruche.

— Eh bien ! Mame Ledoux, fit-il d’une voix traînante, vous devez être contente j’espère bien ?

— Je raffole, mon brave Lambruche. Tiens ! bois un coup ça met du cœur au ventre par le temps qu’il fait.

— Merci, on a du cœur dans le ventre. C’est égal ! je n’ai jamais encore dans ma vie refusé de trinquer en l’honneur des créatures ! À votre santé, madame Ledoux !

À cet instant, trois ou quatre indiens, qui avaient flairé l’eau-de-vie qu’en leur langage ils appelaient l’eau-de-feu, s’approchèrent à pas feutrés de la mère Ledoux qui tenait dans ses mains une superbe carafe. Ils offriront à la femme des peaux de loutre et de castor en échange de la carafe et de son contenu.

Mais la mère Ledoux connaissant les décrets sur le trafic des eaux-de-vie avec les sauvages, les rabroua de la bonne façon.

— Allez-vous en, tas d’ivrognes… laissez-moi la paix ! Est-ce que j’ai besoin de vos peaux de bêtes sauvages ? Quand on a du sang dans les veines… du sang canadien, est-ce qu’on se met des peaux sur le corps ?

Et toujours en corsage mince, les bras nus, mais sans plus ses marmots qu’elle avait renvoyés au logis, la mère Ledoux alla traiter les miliciens.

Lambruche se recoucha sur le sol, ferma les yeux et parut dormir.

Mais il fut bientôt tiré de sa tranquillité par un autre vacarme qui, cette fois, s’élevait plus loin sur la place du marché.

Curieux le peuple s’élança de ce côté…