La région de l’Abitibi : terres à coloniser/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Département de la colonisation, des mines et des pêcheries (p. 35-36).

Canton de Trécesson



Le chemin de fer traverse ce canton dans les rangs I, II, III, IV et V.

On ne peut pas dire de ce canton qu’il est de première valeur, au point de vue de la colonisation. Cependant il s’y trouve partout de belles étendues de bonne terre, et le gouvernement a mis en vente les lots suivants :

Rang I. — Lots 1 à 35.

Rang II. — Lots 1 à 35 et 50 à 62.

Rang III. — Tous les lots.

Rang IV. — Tous les lots.

Rang V. — Lots 1 à 35.

Comme on le voit par cette classification, c’est à l’ouest de la ligne centrale, plus particulièrement le long de la rivière Villemontel, que se trouvent les meilleurs lots, et aujourd’hui ils sont presque tous occupés.

LA FERME. — Ancien camp de détention, où l’on a compté jusqu’à 2,500 prisonniers autrichiens, allemands et bulgares. Ce sont ces prisonniers qui ont fait les premiers travaux de défrichement de la ferme expérimentale que le Gouvernement Fédéral a entrepris d’établir en cet endroit. Ces défrichements couvrent déjà une très grande étendue de terrain ; malheureusement les formations rocheuses qui sont à proximité du chemin de fer ne permettent pas au voyageur qui ne fait que passer, de juger du travail accompli.


Caron - La région de l'Abitibi, terres à coloniser, etc, 1919 p 36 crop.jpg
ÉGLISE DE LA PAROISSE DE LASARRE — Bâtie en 1918

Il faut se rendre à la résidence de M. Pascal Fortier, l’habile directeur de la ferme, pour se rendre compte des défrichements et de l’étendue du terrain ensemencé. La ferme deviendra peu à peu un immense champ d’expérimentation agricole, où les cultivateurs de l’Abitibi, pourront aller puiser d’utiles enseignements. Nous invitons les visiteurs à faire un petit arrêt à la ferme ; ils y verront de beaux champs d’avoine, de foin et de pommes de terres, des jardins où poussent de fort beaux légumes et des fleurs de toutes couleurs.

VILLEMONTEL (Saint-Simon). — le village de Villemontel, s’est développé rapidement. On y trouve un bon hôtel, deux magasins, deux moulins à scie. Sa population est maintenant de 540 âmes, en y comprenant les colons établis au lac Davy, et ceux de la partie est du canton de Launay. Un curé, l’abbé Alphonse Auclair, vient d’arriver à Villemontel. (juillet 1919).