Lais de Marie de France/Lanval

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Texte établi par Karl Warnke, Max Niemeyer (Bibliotheca Normannica) (pp. 86-112).
V.
Lanval.


     L’aventure d’un altre lai,
cum ele avint, vus cunterai.
Faiz fu d’un mult gentil vassal ;
en Bretanz l’apelent Lanval.


5 A Kardoeil surjurnot li reis,
Artur, li pruz e li curteis,
pur les Escoz e pur les Pis
ki destrueient le païs ;
en la terre de Loengre entroënt
10 e mult suvent le damajoënt.
A la pentecuste en esté
i aveit li reis sujurné.
Asez i duna riches duns.
E as cuntes e as baruns,
15 a cels de la table roünde
(n’ot tant de tels en tut le munde !)
femmes e terres departi,
fors a un sul ki l’ot servi.

Ceo fu Lanval ; ne l’en sovint,
20 ne nuls des soens bien ne li tint.
Pur sa valur, pur sa largesce,
pur sa bealté, pur sa pruësce
l’envioënt tuit li plusur ;
tels li mustrout semblant d’amur,
25 s’al chevalier mesavenist,
ja une feiz ne l’en pleinsist.
Fiz a rei fu, de halt parage,
mes luin ert de sun heritage.
De la maisniee le rei fu.
30 Tut sun aveir a despendu ;
kar li reis rien ne li dona,
ne Lanval ne li demanda.
Ore est Lanval mult entrepris,
mult est dolenz, mult est pensis.
35 Seignur, ne vus en merveilliez :
huem estranges, descunseilliez
mult est dolenz en altre terre,
quant il ne set u sucurs querre.


     Li chevaliers dunt jeo vus di,
40 ki tant aveit le rei servi,
un jur munta sur sun destrier,
si s’est alez esbaneier.
Fors de la vile en est eissuz ;

tuz suls est en un pre venuz.
45 Sur une ewe curant descent ;
mes sis chevals tremble forment :
il le descengle, si s’en vait,
en mi le pre vultrer le fait.
Le pan de sun mantel plia
50 desuz sun chief, si se culcha.
Mult est pensis pur sa mesaise,
il ne veit chose ki li plaise.
La u il gist en tel maniere,
guarda a val lez la riviere,
55 si vit venir dous dameiseles ;
unc nen ot veües plus beles.
Vestues furent richement
e laciees estreitement
en dous blialz de purpre bis ;
60 mult par aveient bels les vis.
L’einznee portout uns bacins
d’or esmeré, bien faiz e fins :
le veir vus en dirai senz faille ;
l’altre portout une tuaille.
65 Eles en sunt alees dreit
la u li chevaliers giseit.
Lanval, ki mult fu enseigniez,
cuntre eles s’est levez en piez.

Celes l’unt primes salué,
70 lur message li unt cunté.
’Sire Lanval, ma dameisele,
ki mult par est curteise e bele,
ele nus enveie pur vus :
kar i venez ensemble od nus !
75 Salvement vus i cunduiruns.
Veez, pres est sis paveilluns ! ’
Li chevaliers od eles vait ;
de sun cheval ne tient nul plait,
ki devant lui pesseit el pre.
80 Des i qu’al tref l’unt amené,
ki mult fu beals e bien asis.
La reïne Semiramis,
quant ele ot unkes plus aveir
e plus puissance e plus saveir,
85 ne l’emperere Octovian
n’eslijassent le destre pan.
Un aigle d’or ot desus mis ;
de cel ne sai dire le pris
ne des cordes ne des pessuns
90 ki del tref tienent les giruns :
suz ciel n’a rei kis eslijast
pur nul aveir qu’il i donast.
Dedenz cel tref fu la pucele.

Flur de lis e rose nuvele,
95 quant ele pert el tens d’esté,
trespassot ele de bealté.
Ele jut sur un lit mult bel
(li drap valeient un chastel)
en sa chemise senglement.
100 Mult ot le cors bien fait e gent.
Un chier mantel de blanc hermine,
covert de purpre Alexandrine,
ot pur le chalt sur li geté ;
tut ot descovert le costé,
105 le vis, le col e la peitrine :
plus ert blanche que flurs d’espine.


     Li chevaliers avant ala,
e la pucele l’apela.
Il s’est devant le lit asis.
110 ’Lanval’, fet ele, ’bels amis,
pur vus vinc jeo fors de ma terre ;
de luinz vus sui venue querre.
Se vus estes pruz e curteis,
emperere ne quens ne reis
115 n’ot unkes tant joie ne bien ;
kar jo vus aim sur tute rien.’
Il l’esguarda, si la vit bele ;
amurs le puint de l’estencele
ki sun quer alume e esprent.
120 Il li respunt avenantment.
’Bele’, fet il, ’se vus plaiseit

e cele joie m’aveneit
que vus me volsissiez amer,
ne savriëz rien comander
125 que jeo ne face a mun poeir,
turt a folie u a saveir.
Jeo ferai voz comandemenz ;
pur vus guerpirai tutes genz.
Ja mes ne quier de vus partir :
130 ceo est la riens que plus desir.’
Quant la pucele oï parler
celui ki tant la pout amer,
s’amur e sun cuer li otreie.
Ore est Lanval en dreite veie !
135 Un dun li a duné aprés :
ja cele rien ne vuldra mes
que il nen ait a sun talent ;
doinst e despende largement,
ele li trovera asez.
140 Ore est Lanval bien assenez :
cum plus despendra richement,
e plus avra or e argent.
’Amis’, fet ele, ’or vus chasti,
si vus comant e si vus pri :
145 ne vus descovrez a nul hume !
De ceo vus dirai jeo la sume.
A tuz jurs m’avriëz perdue,

se ceste amurs esteit seüe ;
mes ne me purriëz veeir
150 ne de mun cors saisine aveir.’
Il li respunt que bien tendra
ceo qu’ele li comandera.
De lez li s’est el lit culchiez :
ore est Lanval bien herbergiez
155 ensemble od li. La relevee
demura jusqu’a la vespree,
e plus i fust, se il poïst
e s’amie li cunsentist.
’Amis’, fet ele, ’levez sus !
160 Vus n’i poëz demurer plus.
Alez vus en ; jeo remeindrai.
Mes une chose vus dirai :
quant vus voldrez a mei parler,
ja ne savrez cel liu penser,
165 u nuls peüst aveir s’amie
senz repruece e senz vileinie,
que jeo ne vus seie en present
a faire tut vostre talent ;
nuls huem fors vus ne me verra
170 ne ma parole nen orra.’
Quant il l’oï, mult en fu liez ;
il la baise, puis s’est dresciez.
Celes ki al tref l’amenerent

de riches dras le cunreerent.
175 Quant il fu vestuz de nuvel,
suz ciel nen ot plus bel dancel ;
n’esteit mie fols ne vileins.
L’ewe li donent a ses meins
e la tuaille a essuier ;
180 puis li aportent a mangier.
Od s’amie prist le super ;
ne faiseit mie a refuser.
Mult fu serviz curteisement,
e il a grant joie le prent.
185 Un entremés i ot plenier,
ki mult plaiseit al chevalier :
kar s’amie baisout sovent
e acolot estreitement.


     Quant del mangier furent levé,
190 sun cheval li unt amené.
Bien li ourent la sele mise ;
mult a trové riche servise.
Il prent cungié, si est muntez,
vers la cité en est alez,
195 Suvent reguarde ariere sei.
Mult est Lanval en grant esfrei ;
de s’aventure vait pensant
e en sun curage dotant.
Esbaïz est, ne set que creire ;

200 il ne la quide mie a veire.
Il est a sun ostel venuz ;
ses humes trueve bien vestuz.
Icele nuit bon ostel tint ;
mes nuls ne sot dunt ceo li vint.
205 N’ot en la vile chevalier
ki de surjur ait grant mestier,
que il ne face a lui venir
e richement e bien servir.
Lanval donout les riches duns,
210 Lanval aquitout les prisuns,
Lanval vesteit les jugleürs,
Lanval faiseit les granz honurs,
Lanval despendeit largement,
Lanval donout or e argent :
215n’i ot estrange ne privé
a qui Lanval n’eüst doné.
Mult ot Lanval joie e deduit :
u seit par jur u seit par nuit,
s’amie puet veeir sovent,
220 tut est a sun comandement.


     Ceo m’est a vis, meïsmes l’an
aprés la feste Seint Johan
des i qu’a trente chevalier
s’erent alé esbaneier
225 en un vergier desuz la tur

 
u la reïne ert a surjur.
Ensemble od els esteit Walwains
e sis cusins, li beals Ywains.
Ceo dist Walwains, li frans, li pruz,
230 ki tant se fist amer a tuz :
’Par deu, seignur, nus faimes mal
endreit nostre cumpain Lanval,
ki tant est larges e curteis
e sis pere est si riches reis,
235 que nus ne l’avum amené.’
A tant sunt ariere turné.
A sun ostel revunt ariere,
Lanval ameinent par preiere.


     A une fenestre entailliee
240 s’esteit la reïne apuiee ;
treis dames ot ensemble od li.
La maisniee le rei choisi ;
Lanval conut e esguarda.
Une des dames apela ;
245 par li manda ses dameiseles,
les plus quointes e les plus beles,
od li s’irrunt esbaneier

 
la u cil erent el vergier.
Trente en mena od li e plus ;
250 par les degrez descendent jus.
Li chevalier encuntre vunt,
ki pur eles grant joie funt.
Il les unt prises par les mains :
cil parlemenz n’ert pas vilains.
255Lanval s’en vait de l’altre part,
luin des altres. Mult li est tart
que s’amie puisse tenir,
baisier, acoler e sentir ;
l’altrui joie prise petit,
260 se il nen a le suen delit.
Quant la reïne sul le veit,
al chevalier en va tut dreit.
Lez lui s’asist, si l’apela,
tut sun curage li mustra.
265 ’Lanval, mult vus ai honuré
e mult cheri e mult amé.
Tute m’amur poëz aveir :
kar me dites vostre voleir !
Ma druërie vus otrei ;
270 mult devez estre liez de mei ! ’
’Dame’, fet il, ’laissiez m’ester !
Jeo n’ai cure de vus amer.
Lungement ai servi le rei,

ne li vueil pas mentir ma fei.
275 Ja pur vus ne pur vostre amur
ne mesferai a mun seignur ! ’
La reïne se curuça,
iriee fu, si mesparla.
’Lanval’, fet ele, ’bien le quit,
280 vus n’amez guaires tel deduit.
Asez le m’a hum, dit sovent,
que de femme n’avez talent.
Vaslez amez bien afaitiez,
ensemble od els vus deduiez.
285 Vileins cuarz, malvais failliz,
mult est mis sire mal bailliz,
ki pres de lui vus a sufert,
mien esciënt que deu en pert ! ’


     Quant il l’oï, mult fu dolenz.
290 Del respundre ne fu pas lenz ;
tel chose dist par maltalent,
dunt il se repenti sovent.
’Dame’, dist il, ’de cel mestier
ne me sai jeo niënt aidier.
295 Mes jo aim e si sui amis
cele ki deit aveir le pris
sur tutes celes que jeo sai.
E une chose vus dirai :

bien le saciez a descovert,
300 qu’une de celes ki la sert,
tute la plus povre meschine,
valt mielz de vus, dame reïne,
de cors, de vis e de bealté,
d’enseignement e de bunté.’
305 La reïne s’en part a tant ;
en sa chambre s’en vait plurant.
Mult fu dolente e curuciee
de ceo qu’il l’out si avilliee.
En sun lit malade culcha ;
310 ja mes, ceo dit, n’en levera,
se li reis ne li faiseit dreit
de ceo dunt ele se pleindreit.


     Li reis fu de bois repairiez,
mult out esté le jur haitiez.
315 Es chambres la reine entra.
Quant el le vit, si se clama,
as piez li chiet, merci li crie
e dit que Lanval l’a hunie :
de druërie la requist ;
320pur ceo qu’ele l’en escundist,
mult la laidi e avilla :
de tel amie se vanta,

ki tant ert ; cuinte, noble e fiere
que mielz valeit sa chamberiere,
325 la plus povre ki la serveit,
que la reïne ne faiseit.
Li reis s’en curuça forment ;
juré en a sun sairement :
s’il ne s’en puet en curt defendre,
330 il le fera ardeir u pendre.
Fors de la chambre eissi li reis ;
de ses baruns apela treis,
il les enveie pur Lanval,
ki asez a dolur e mal.
335 A sun ostel fu revenuz ;
ja s’esteit bien aparceüz
qu’il aveit perdue s’amie :
descoverte ot la druërie.
En une chambre fu tuz sous,
340 pensis esteit e anguissous.
S’amie apele mult sovent,
mes ceo ne li valut niënt.
Il se pleigneit e suspirot,
d’ures en altres se pasmot ;
345 puis li crie cent feiz merci,
qu’ele parolt a sun ami.
Sun quer e sa buche maldit ;

c’est merveille qu’il ne s’ocit.
Il ne set tant criër ne braire
350 ne debatre ne sei detraire,
qu’ele en vueille merci aveir
sul tant qu’il la puisse veeir.
A las, cument se cuntendra !


     Cil que li reis i enveia
355i sunt venu, si li unt dit
qu’a la curt vienge senz respit ;
li reis l’aveit par els mandé,
la reïne l’a encusé.
Lanval i vet od sun grant doel,
360 il l’eüssent ocis sun voel.
Il est devant le rei venuz.
Mult fu pensis, taisanz e muz ;
de grant dolur mustre semblant.
Li reis li dist par maltalant :
365 ’Vassal, vus m’avez mult mesfait !
Trop començastes vilein plait
de mei hunir e avillier
e la reïne laidengier.
Vantez vus estes de folie !
370 Trop par est noble vostre amie,

quant plus est bele sa meschine
e plus vaillanz que la reïne.’


     Lanval defent la deshonur
e la hunte de sun seignur
375 de mot en mot si cum il dist,
que la reïne ne requist ;
mes de ceo dunt il ot parlé
reconut il la verité,
de l’amur dunt il se vanta ;
380 dolenz en est, perdue l’a.
De ceo lur dit que il fera
quan que la curz esguardera.
Li reis fu mult vers lui iriez.
Tuz ses humes a enveiez,
385 pur dire dreit qu’il en deit faire,
qu’um ne li puisse a mal retraire.
Cil unt sun comandement fait :
u els seit bel, u els seit lait,
comunement i sunt alé,
390 si unt jugié e esguardé
que Lanval deit aveir un jur,
mes pleges truisse a sun seignur
qu’il atendra sun jugement
e revendra en sun present ;
395 si sera la curz enforciee,

kar dunc n’i ot fors sa maisniee.
Al rei revienent li barun,
si li mustrerent la raisun.
Li reis a pleges demandez.
400 Lanval fu suls e esguarez,
n’i aveit parent ne ami.
Walwains i vait, ki l’a plevi,
e tuit si cumpaignun aprés.
Li reis lur dit : ’E jol vus les
405 sur quan que vus tenez de mei,
terres e fieus, chescuns par sei.’
Quant pleviz fu, dunc n’i ot el :
alez s’en est a sun ostel.
Li chevalier l’unt conveié ;
410 mult l’unt blasmé e chastié
qu’il ne face si grant dolur,
e maldiënt si fole amur.
Chescun jur l’aloënt veeir,
pur ceo qu’il voleient saveir
415 u il beüst, u il manjast ;
mult dotouent qu’il s’afolast.


     Al jur que cil orent numé,
li barun furent asemblé.
Li reis e la reïne i fu.

 
420 e li plege unt Lanval rendu.
Mult furent tuit pur lui dolent ;
jeo quid qu’il en i ot tels cent
ki feïssent tut lur poeir
pur lui senz plait delivre aveir ;
425 il ert retez a mult grant tort.
Li reis demande le recort
sulunc le cleim e le respuns :
ore est trestut sur les baruns !
Il sunt al jugement alé ;
430 mult sunt pensif e esguaré
del franc hume d’altre païs,
ki entre els ert si entrepris.
Encumbrer le vuelent plusur
pur la volenté lur seignur.
435 Ceo dist li dus de Cornuaille :
’Ja endreit nus n’i avra faille ;
kar ki qu’en plurt ne ki qu’en chant,
le dreit estuet aler avant !
Li reis parla vers sun vassal,
440 que jo vus oi numer Lanval ;
de felunie le reta
e d’un mesdit l’achaisuna,
d’une amur dunt il se vanta,
e madame s’en curuça.
445 Nuls ne l’apele fors le rei :
par cele fei que jeo vus dei,

ki bien en vuelt dire le veir,
ja n’i deüst respuns aveir,
se pur ceo nun qu’a sun seignur
450 deit um par tut porter honur.
Un sairement l’en guagera,
e li reis le nus pardurra.
E s’il puet aveir sun guarant
e s’amie venist avant
455 e ceo fust veirs que il en dist,
dunt la reïne se marrist,
de ceo avra il bien merci,
quant pur vilté nel dist de li.
E s’il ne puet guarant aveir,
460 ceo li devum faire saveir :
tut sun servise pert del rei,
e sil deit cungeer de sei.’
Al chevalier unt enveié,
e si li unt dit e nuncié
465 que s’amie face venir
pur lui tenser e guarentir.
Il lur a dit qu’il ne porreit :
ja par li sucurs nen avreit.
Cil s’en revunt as jugeürs,
470 qu’il n’i atendent nul sucurs.
Li reis les hastot durement
pur la reïne kis atent.

Quant il deveient departir,
dous puceles virent venir
475 sur dous beals palefreiz amblanz.
Mult par esteient avenanz ;
de cendal purpre sunt vestues
tut senglement a lur chars nues.
Cil les esguardent volentiers.
480 Walwains, od lui treis chevaliers,
vait a Lanval, si li cunta ;
les dous puceles li mustra.
Mult fu haitiez, forment li prie
qu’il li deïst se c’ert s’amie,
485 Il li a dit : ’Ne sai ki sunt
ne dunt vienent n’u eles vunt’
Celes sunt alees avant
tut a cheval ; par tel semblant
descendirent devant le deis,
490 la u seeit Artur li reis.
Eles furent de grant belté,
si unt curteisement parlé.
’Cil deus ki fet cler e oscur,
il salt e guart le rei Artur !
495 Reis, faites chambres delivrer
e de pailes encurtiner,
u madame puisse descendre :
ensemble od vus vuelt ostel prendre.’

Il lur otreie volentiers,
500 si apela dous chevaliers ;
as chambres les menerent sus.
A cele feiz ne distrent plus.


     Li reis demande a ses baruns
le jugement e le respuns,
505 e dit que mult l’unt curucié
de ceo que tant l’unt delaié.
’Sire’, funt il, ’nus departimes.
Pur les dames que nus veïmes
nen i avum nul esguart fait.
510 Or recumencerum le plait.’
Dunc assemblerent tuit pensif ;
asez i ot noise e estrif.


     Quant il erent en cel esfrei,
dous puceles de gent cunrei
515 — vestues de dous pailes freis,
chevalchent dous muls Espaigneis —
virent venir la rue a val,
Grant joie en ourent li vassal ;
entre els diënt qu’ore est guariz
520 Lanval, li pruz e li hardiz.

Walwains en est a lui alez,
ses cumpaignuns i a menez.
’Sire’, fet il, ’rehaitiez vus !
Pur amur deu, parlez a nus !
525 Ici vienent dous dameiseles
mult acesmees e mult beles.
C’est vostre amie veirement ! ’
Lanval respunt hastivement
e dit qu’il pas nes avuot
530 n’il nes cunut n’il nes amot.
A tant furent celes venues ;
devant le rei sunt descendues.
Mult les loërent li plusur
de cors, de vis e de colur ;
535 n’i ot cele mielz ne valsist
qu’unkes la reïne ne fist.
L’ainznee fu curteise e sage,
avenantment dist sun message.
’Reis, kar nus fai chambres baillier
540 a oés madame herbergier ;
ele vient ci a vus parler.’
Il les cumanda a mener
od les altres ki anceis vindrent.

 
Unkes des muls nul plait ne tindrent :
545 il fu assez ki guarde en prist
e ki es estables les mist.
Quant il fu d’eles delivrez,
puis a tuz ses baruns mandez,
que li jugemenz seit renduz ;
550 trop a le jur esté tenuz ;
la reine s’en curuçot,
que trop lungement jeünot.


     Ja departissent a itant,
quant par la vile vint errant
555 tut a cheval une pucele ;
en tut le siecle n’ot si bele.
Un blanc palefrei chevalchot,
ki bien e suëf la portot ;
mult ot bien fet e col e teste :
560 suz ciel nen ot plus gente beste.
Riche atur ot el palefrei :
suz ciel nen a cunte ne rei
ki tut le peüst eslegier
senz terre vendre u enguagier.
565 Ele ert vestue en itel guise

 
de chainse blanc e de chemise,
que tuit li costé li pareient,
ki de dous parz lacié esteient.
Le cors ot gent, basse la hanche,
570 le col plus blanc que neif sur branche ;
les uiz ot vairs e blanc le vis,
bele buche, nes bien asis,
les surcilz bruns e bel le frunt
e le chief cresp e alkes blunt ;
575 fils d’or ne gete tel luur
cum si chevel cuntre le jur.
Sis mantels fu de purpre bis,
les pans en ot en tur li mis.
Un espervier sur sun poin tint,
580 e uns levriers aprés li vint.
Uns genz dameisels l’adestrout,
un cor d’ivoire od lui portout,
Mult vindrent bel par mi la rue.
Tant granz bealtez ne fu veüe
585 en Venus, ki esteit reïne,
ne en Dido ne en Lavine.
Il n’ot el burc petit ne grant,
ne li veillard ne li enfant,
ki ne l’alassent esguarder,
590 si cum il la virent errer.
De sa bealté n’est mie gas.

Ele veneit meins que le pas.
Li jugeür, ki la veeient,
a grant merveille le teneient ;
595 n’i ot un sul ki l’esguardast,
de dreite joie n’eschalfast.
N’i ot tant vieil hume en la curt,
ki volentiers sun ueil n’i turt
e volentiers ne la servist,
600 pur ceo que sufrir le volsist.
Cil ki le chevalier amoënt,
a lui vienent, si li cuntouent
de la pucele ki veneit,
se deu plest, kil deliverreit.
605 ‘Sire cumpain, ci en vient une,
mes el n’est pas falve ne brune ;
ceo ’st la plus bele de cest mund,
de tutes celes ki i sunt.’
Lanval l’oï, sun chief dresça ;
610 bien la cunut, si suspira.
Li sans li est muntez el vis ;
de parler fu alkes hastis.
‘Par fei’, fet il, ‘ceo est m’amie !
Or ne m’est guaires ki m’ocie,
615 s’ele nen a merci de mei :
kar guariz sui, quant jeo la vei.’

 
La pucele entra el palais ;
unkes si bele n’i vint mais.
Devant le rei est descendue,
620 si que de tuz fu bien veüe.
Sun mantel a laissié chaeir,
que mielz la peüssent veeir.
Li reis, ki mult fu enseigniez,
s’est tost encuntre li dresciez,
625 e tuit li altre l’enurerent,
de li servir mult se penerent.
Quant il l’orent bien esguardee
e sa bealté assez loëe,
ele parla en tel mesure,
630 kar de demurer nen ot cure.
’Artur’, fet ele, ’entent a mei,
e cist barun que jeo ci vei !
Jeo ai amé un tuen vassal.
Veez le ci ! Ceo est Lanval !
635 Achaisunez fu en ta curt,
ne vueil mie qu’a mal li turt,
de ceo qu’il dist. Ceo saces tu
que la reïne a tort eü :
unkes nul jur ne la requist,
640 De la vantance que il fist,
se par mei puet estre aquitez,
par voz baruns seit delivrez ! ’

 
Ceo qu’il en jugerunt par dreit,
li reis otreie que si seit.
645 N’i a un sul ki n’ait jugié
que Lanval a tut desraisnié.
Delivrez est par lur esguart,
e la pucele s’en depart.
Ne la pot li reis retenir ;
650 asez ot gent a li servir.
Fors de la sale aveit um mis
un grant perrun de marbre bis,
u li pesant hume muntoënt,
ki de la curt le rei aloënt.
655 Lanval esteit muntez desus.
Quant la pucele ist fors de l’us,
sur le palefrei detriers li
de plein eslais Lanval sailli.
Od li s’en vait en Avalun,
660 ceo nus recuntent li Bretun,
en un isle qui mult est beals ;
la fu raviz li dameiseals.
Nuls n’en oï puis plus parler,
ne jeo n’en sai avant cunter.