Lancelot ou le Chevalier de la charrette (Édition Belinfante)

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Lancelot ou le Chevalier de la charrette.


entre 1176 et 1181

Édition Belinfante (1850)



LI ROMANS DE LA CHARRETE


PAR


CHRESTIEN DE TROYES et GODEFROI DE LEIGNI


(MS. de la Bibliothèque Nationale de Paris, fonds de Cangé 73.)



Séparateur



f. 27. b.Puis que ma dame de Chanpaigne
Vialt que romans a feire anpraigne,
Je l’anprendrai mout volentiers,
Come cil qui est suens antiers
5De quanqu’il puet el monde feire,
Sanz rien de losange avant treire.
Mes tex s’an poïst antremetre
Qui i volsist losenge metre,
Si deïst, et jel tesmoignasse,
10Que ce est la dame qui passe
Totes celes qui sont vivanz,
Tant con les funs passe li vanz
Qui vante en mai ou en avril.
Par foi, je ne sui mie cil
15Qui vuelle losangier sa dame ;
Dirai je : "Tant com une jame
Vaut de pelles et de sardines,
Vaut la Contesse de reïnes" ?
Naie, je n’en dirai ja rien,
20S’est il voirs maleoit gré mien ;
Mes tant dirai je que mialz oevre
Ses comandemanz an cest oevre
Que sans ne painne que g’i mete.
Del chevalier de la charrete
25Comance Crestïens son livre ;
Matiere et san li done et livre
La Contesse, et il s’antremet
De panser, si que rien n’i met
Fors sa painne et s’antancion.
30Et dit qu’à une Acenssion
Li rois Artus et tenu ot
Riebe et belle tant com lui pot,
Si riche com au jor estut.
Aprés mangier ne se remut
35Li rois d’antre ses conpaignons ;
Moult ot en la sale barons,
Et s’i fu la reïne ensanble ;
Si ot avoec li, ce me sanble,
Mainte bele dame cortoise,
40Bien parlant an lengue françoise ;
27. c.Et Kex qui ot servi as tables
Manjoit avoec les conestables.
La ou Kex seoit au mangier,
A tant ez vos un chevalier
45Qui vint a cort molt acesmez,
De totes ses armes armez.
Li chevaliers a tel conroi
S’an vint jusque devant le roi
La ou antre ses barons sist,
50Nel salua pas, einz li dist :
"Rois Artus, j’ai en ma prison
De ta terre et de ta maison
Chevaliers, dames et puceles,
Mes ne t’an di pas les noveles
55Por ce que les te vuelle randre ;
Ençois te voel dire et aprandre
Que tu n’as force ne avoir
Par quoi tu les puisses ravoir ;
Et saches bien qu’ainsi morras
60Que já aidier ne lor porras."
Li rois respont qu’il li estuet
Sofrir, s’amander ne le puet,
Mes moult l’an poise duremant.
Lors fet li chevaliers sanblant
65Qu’aler s’an voelle, si s’an torne,
Devant le roi plus ne sojorne,
Et vient jusqu’a l’uis de la sale ;
Mes les degrez mie n’avale,
Einçois s’areste et dit de la :
70 « Rois, s’a ta cort chevalier a
Nes.i. an cui tu te fiasses
Que la reïne li osasses
Baillier por mener an ce bois
Aprés moi, la ou je m’an vois,
75Par un covant l’i atandrai
Que les prisons toz te randrai
Qui sont an essil an ma terre
Se il la puet vers moi conquerre
Et tant face qu’il l’an ramaint."
80Ce oïrent el palés maint,
S’an fu la cort tote estormie.
La novele en a Kex oïe,
Qui avoec les sergenz manjoit ;
Le mangier leit, si vient tot droit
85Au roi, si li comance a dire
Tot autresi come par ire:
« Rois, servi t’ai molt longuemant
Par boene foi et lëaumant ;
Or praing congié si m’an irai
90Que jamès ne te servirai;
Je n’ai volenté ne talant
De toi servir d’ore en avant."
Au roi poise de ce qu’il ot,
Més, quant respondre mialz li pot,
95Si li a dit eneslepas :
« Est ce a certes ou à gas ? »
Et Kex respont : « Biax sire rois,
Je n’ai or cure de gabois,
Einz praing congié trestot a certes ;
100Je ne vos quier autres dessertes
N’autre loier de mon servise ;
Ensi m’est or volantez prise
Que je m’an aille sanz respit. »
— « Est ce par ire ou par despit,
105Fet li rois, qu’aler an volez ?

Seneschax, si con vos solez,
Soiez a cort, et sachiez bien
Que je n’ai en cest monde rien
Que je por vostre remenance
Ne vos doigne sanz demorance
- Sire, fet Kex, ce n’a mestier ;
Ne prandroie pas un sestier,
Chascun jor, d’or fin esmeré."
Ez vos le roi molt desperé ;
Si est a la reïne alez.
"Dame, fet il, vos ne savez
Del seneschal que il me quiert ?
Congié demande et dit qu’il n’iert
A ma cort plus, ne sai por coi
Ce qu’il ne vialt feire por moi
Fera tost por vostre proiere ;
Alez a lui, ma dame chiere !
Quant por moi remenoir ne daigne ;
Proiez li que por vos remaigne
Et einz l’an cheez vos as piez,
Que ja mes ne seroie liez
Se sa conpaignie perdoie."
Li rois la reïne i anvoie
Au seneschal, et ele i va ;
Avoec les autres le trova,
Et quant ele vint devant lui,
Si li dit : "Kex, a grant enui
Me vient, ce sachiez a estros,
Ce qu’ai oï dire de vos.
L’an m’a conté, ce poise moi,
Que partir vos volez del roi ;
Don vos vient, et de quel corage ?
Ne vos an tieng or mie a sage
Ne por cortois, si con ge suel ;
Del remenoir proier vos vuel :
Kex, remenez, je vos an pri.
- Dame, fet il, vostre merci,
Mes je ne remanroie mie."
Et la reïne encor l’an prie
Et tuit li chevalier a masse,
Et Kex li dit qu’ele se lasse
De chose qui rien ne li valt.
Et la reïne de si haut
Come ele estoit as piez li chiet.
Kex li prie qu’ele se liet,
Mes ele dit que nel fera :
Ja mes ne s’an relevera
Tant qu’il otroit sa volenté.
Lors li a Kex acreanté
Qu’il remandra, mes que li rois
Otroit ce qu’il voldra ainçois,
Et ele meïsmes l’otroit.
"Kex, fet ele, que que ce soit
Et je et il l’otroierons ;
Or an venez si li dirons
Que vos estes einsi remés."
Avoec la reïne an va Kes,
Si sont devant le roi venu.
"Sire, je ai Keu retenu,
Fet la reïne, a grant travail ;
Mes par un covant le vos bail
Que vos feroiz ce qu’il dira."
Li rois de joie an sopira
Et dit que son comandemant
Fera, que que il li demant.
"Sire, fet il, ce sachiez dons
Que je voel, et quex est li dons
Don vos m’avez asseüré ;
Molt m’an tieng a boeneüré
Quant je l’avrai, vostre merci :
Sire, ma dame que voici
M’avez otroiee a baillier ;
S’irons aprés le chevalier
Qui nos atant an la forest."
Au roi poise, et si l’an revest,
Car einz de rien ne se desdist,
Mes iriez et dolanz le fist,
Si que bien parut a son volt ;
La reïne an repesa molt,
Et tuit dïent par la meison
Qu’orguel, outrage et desreison
Avoit Kex demandee et quise.
Et li rois a par la main prise
La reïne, et si li a dit :
"Dame, fet il, sanz contredit
Estuet qu’avoec Keu en ailliez."
Et cil dit : "Or la me bailliez,
Et si n’an dotez ja de rien,
Car je la remenrai molt bien
Tote heitiee et tote sainne."
Li rois li baille et cil l’an mainne.
Aprés ax deus s’an issent tuit ;
N’i a un seul cui molt n’ennuit.
Et sachiez que li seneschax
Fu toz armez et ses chevax
Fu enmi la cort amenez ;
Uns palefroiz estoit delez.
Tex com a reïne covient.
La reïne au palefroi vient,
Qui n’estoit braidis ne tiranz ;
Mate et dolante et sopiranz,
Monte la reïne et si dist
An bas por ce qu’an ne l’oïst :
"Ha ! ha ! se vos ce seüssiez,
Ja, ce croi, ne me leissessiez
Sanz chalonge mener un pas !"
Molt le cuida avoir dit bas,
Mes li cuens Guinables l’oï,
Qui au monter fu pres de li.
Au departir si grant duel firent
Tuit cil et celes qui la virent,
Con s’ele geüst morte en biere.
Ne cuident qu’el reveigne arriere
Ja mes an trestot son aage.
Li seneschax par son outrage
L’an mainne la ou cil l’atant.
Mes a nelui n’an pese tant
Que del sivre s’antremeïst,
Tant que messire Gauvains dist
Au roi son oncle, en audïence :
"Sire, fet il, molt grant anfance
Avez feite, et molt m’an mervoil ;
Mes se vos creez mon consoil,
Tant com il sont ancor si pres
Je et vos irïens aprés
Et cil qui i voldront venir.
Je ne m’an porroie tenir
Qu’aprés n’alasse maintenant.
Ce ne seroit pas avenant
Que nos aprés ax n’alessiens,
Au moins tant que nos seüssiens
Que la reïne devandra
Et comant Kex s’an contandra.
- Alons i, biax niés, fet li rois,
Molt avez or dit que cortois.
Et des qu’anpris avez l’afeire,
Comandez les chevax fors treire
Et metre frains et anseler,
Qu’il n’i ait mes que del monter."
Ja sont li cheval amené
Apareillié et anselé ;
Li rois monte toz primerains ;
Puis monta messire Gauvains
Et tuit li autre qui ainz ainz ;
Chascuns an volt estre conpainz,
Si va chascuns si con lui plot :
Armé furent, de tex i ot,
S’an i ot sanz armes asez.
Messire Gauvains fu armez,
Et si fist a deus escüiers.
Mener an destre deus destriers.
Et einsi com il aprochoient
Vers la forest, issir an voient
Le cheval Keu, sel reconurent
Et virent que les regnes furent
Del frain ronpues anbedeus.
Li chevax venoit trestot seus,
S’ot de sanc tainte

l’estriviere,
Et de la sele fu derriere
Li arçons frez et peçoiez.
N’i a nul qui n’an soit iriez,
Et li uns l’autre an cingne et bote.
Bien loing devant tote la rote
Messire Gauvains chevalchoit ;
Ne tarda gaires quant il voit
Venir un chevalier le pas
Sor un cheval duillant et las
Et pantoisant et tressüé.
Li chevaliers a salüé
Monseignor Gauvain primerains,
Et puis lui messire Gauvains.
Et li chevaliers s’arestut,
Qui monseignor Gauvain conut,
Si dist : "Sire, don ne veez
Con mes chevax est tressüez
Et tex qu’il n’a mes nul mestier ?
Et je cuit que cist dui destrier
Sont vostre, or si vos prieroie,
Par covant que je vos randroie
Le servise et le guerredon,
Que vos, ou a prest ou a don,
Le quel que soit me baillissiez."
Et cil li dit : "Or choississiez
Des deus le quel que il vos plest."
Mes cil cui grant besoigne en est
N’ala pas querant le meillor,
Ne le plus bel, ne le graignor ;
Einz sailli molt tost sor celui
Que il trova plus pres de lui,
Si l’a maintenant eslessié ;
Et cil chiet morz qu’il a lessié,
Car molt l’avoit le jor pené
Et traveillié et sormené.
Li chevaliers sanz nul arest
S’an vet poignant par la forest,
Et messire Gauvains aprés
Lo siut et chace com angrés,
Tant qu’il ot un tertre avalé.
Et quant il ot grant piece alé,
Si retrova mort le destrier
Qu’il ot doné au chevalier,
Et vit molt grant defoleïz
De chevax, et grant froisseïz
D’escuz et de lances antor ;
Bien resanbla que grant estor
De plusors chevaliers i ot ;
Se li pesa molt et desplot
Ce que il n’i avoit esté.
N’i a pas granmant aresté,
Einz passe outre grant aleüre
Tant qu’il revit par aventure
Le chevalier tot seul a pié,
Tot armé, le hiaume lacié,
L’escu au col, l’espee ceinte,
Si ot une charrete atainte.
(De ce servoit charrete lores
Don li pilori servent ores,
Et en chascune boene vile,
Ou or en a plus de trois mile,
N’en avoit a cel tans que une,
Et cele estoit a ces comune,
Ausi con li pilori sont,
Qui traïson ou murtre font,
Et a ces qui sont chanpcheü,
Et as larrons qui ont eü :
Autrui avoir par larrecin
Ou tolu par force an chemin :
Qui a forfet estoit repris
S’estoit sor la charrete mis
Et menez par totes les rues ;
S’avoit puis totes lois perdues,
Ne puis n’estoit a cort oïz
Ne enorez ne conjoïz.
Por ce qu’a cel tens furent tex
Les charretes et si crüex,
Fu premiers dit : "Quant tu verras
Charrete et tu l’anconterras,
Fei croiz sor toi et te sovaigne
De Deu, que max ne t’an avaigne.")
Li chevaliers a pié, sanz lance,
Aprés la charrete s’avance
Et voit un nain sur les limons,
Qui tenoit come charretons
Une longue verge an sa main.
Et li chevaliers dit au nain :
"Nains, fet il, por Deu, car me di
Se tu as veü par ici
Passer ma dame la reïne."
Li nains cuiverz de pute orine
Ne l’an vost noveles conter,
Einz li dist : "Se tu viax monter
Sor la charrete que je main,
Savoir porras jusqu’a demain
Que la reïne est devenue."
Tantost a sa voie tenue,
Qu’il ne l’atant ne pas ne ore.
Tant solemant deus pas demore
Li chevaliers que il n’i monte.
Mar le fist et mar en ot honte
Que maintenant sus ne sailli,
Qu’ils s’an tendra por mal bailli !
Mes Reisons, qui d’Amors se part,
Li dit que del monter se gart,
Si le chastie et si l’anseigne
Que rien ne face ne n’anpreigne
Dont il ait honte ne reproche.
N’est pas el cuer, mes an la boche,
Reisons qui ce dire li ose ;
Mes Amors est el cuer anclose
Qui li comandë et semont
Que tost an la charrete mont.
Amors le vialt et il i saut,
Que de la honte ne li chaut
Puis qu’Amors le comande et vialt.
Et messire Gauvains s’aquialt
Aprés la charrete poignant,
Et quant il i trueve seant
Le chevalier, si s’an mervoille ;
Puis dit au nain : "Car me consoille
De la reïne, se tu sez."
Li nains dit : "Se tu tant te hez
Con cist chevaliers qui ci siet,
Monte avoec lui, se il te siet,
Et je te manrai avoec li."
Quant messire Gauvains l’oï,
Si le tint a molt grant folie
Et dit qu’il n’i montera mie,
Car trop vilain change feroit
Se charrete a cheval chanjoit.
"Mes va quel part que tu voldras
Et g’irai la ou tu iras."
A tant a la voie se metent.
Cil chevalche, cil dui charretent,
Et ansanble une voie tindrent.
De bas vespre a un chastel vindrent,
Et ce sachiez que li chatiax,
Estoit molt riches et molt biax.
Tuit troi antrent par une porte.
Del chevalier, que cil aporte
Sor la charrete, se mervoillent
Les genz, mes mie n’an cosoillent,

Einz le huient petit et grant,
Et li veillart et li anfant
Parmi le rues a grant hui ;
S’ot molt li chevaliers de lui
Vilenies et despit dire.
Tuit demandent : "A quel martire
Sera cist chevaliers randuz ?
Iert il escorchiez ou panduz,
Noiez ou ars an feu d’espines ?
Di, nains, di, tu qui le traïnes,
A quel forfet fu il trovez ?
Est il de larrecin provez ?
Est il murtriers ou chanpcheüz ?"
Et il nains s’est adés teüz,
Qu’il ne respont ne un ne el.
Le chevalier mainne a l’ostel,
Et Gauvains siut adés le nain
Vers une tor qui tot a plain
Par devers la vile seoit.
D’autre part praerie avoit,
Et par delez estoit assise
La torz sor une roche bise,
Haute et tranchiee contre val.
Aprés la charrete a cheval
Entre Gauvains dedanz la tor.
An la sale ont de bel ator
Une dameisele ancontree,
N’avoit si bele an la contree ;
Et voient venir deus puceles
Avoeques li, gentes et beles.
Tot maintenant que eles virent
Monseignor Gauvain, si li firent
Grant joie, et si le salüerent ;
Et del chevalier demanderent :
"Nains, qu’a cist chevaliers mesfet
Que tu mainnes come contret ?"
Cil ne lor an vialt reison rendre,
Einz fet le chevalier descendre
De la charrete, si s’an va ;
Ne sorent ou il s’an ala.
Et messire Gauvains descent ;
A tant vienent vaslet avant
Qui anbedeus les desarmerent.
Deus mantiax veirs, qu’il afublerent,
Fist la dameisele aporter.
Quant il fu ore de soper,
Li mangiers fu bien atornez.
La dameisele sist delez
Monseignor Gauvain au mangier.
Por neant volsissent changier
Lor ostel por querre meillor,
Car molt lor i fist grant enor
Et conpeignie boene et bele
Tote la nuit la dameisele.
Qant il orent assez veillié,
Dui lit furent apareillié
Anmi la sale haut et lonc ;
Et s’en ot un autre selonc,
Plus bel des autres et plus riche,
Car, si con li contes afiche,
Il i avoit tot le delit
Qu’an seüst deviser an lit.
Quant del couchier fu tans et leus,
La dameisele prist andeus
Ses ostes qu’ele ot ostelez ;
Deus liz molt biax et lons et lez
Lor mostre et dit : "A oés vos cors
Sont fet cist dui lit ça defors ;
Mes an celui qui est dela
Ne gist qui desservi ne l’a ;
Ne fu pas fez cist a vostre ués."
Li chevaliers li respont lués,
Cil qui sor la charrete vint,
Qu’a desdaing et a despit tint
La desfanse a la dameisele
"Dites moi, fet il, la querele
Por coi cist liz est an desfanse."
Cele respondi, pas ne panse,
Qui en ere apansee bien :
"A vos, fet ele, ne taint rien
Del demander ne de l’anquerre !
Honiz est chevaliers an terre
Puis qu’il a esté an charrete,
Si n’est pas droiz qu’il s’antremete
De ce don vos m’avez requise,
Entesmes ce que il i gise :
Qu’il le porroit tost conparer.
L’an ne l’a mie fet parer
Si richemant por vos colchier.
Vos le conparrïez molt chier
Se il vos venoit nes an pans.
- Ce verroiz vos, fet il, par tans.
- Jel verrai ? - Voire. - Or i parra.
- Je ne sai qui le conparra,
Fet li chevaliers, par mon chief.
Cui qu’il enuit ne cui soit grief,
An cestui lit voel ge jesir
Et reposer tot a leisir."
Maintenant qu’il fu deschauciez,
El lit qui fu lons et hauciez
Plus des autres deus demie aune
Se couche soz un samit jaune,
Un covertor d’or estelé.
N’estoit mie de veir pelé
La forreüre, ainz ert de sables ;
Bien fust a oés un roi metables
Li covertors qu’il ot sor lui ;
Li liz ne fu mie de glui,
Ne de paille ne de viez nates.
A mie nuit, de vers les lates
Vint une lance come foudre,
Le fer desoz, et cuida coudre
Le chevalier parmi les flans
Au covertor et as dras blans
Et au lit, la ou il gisoit.
En la lance un panon avoit
Qui estoit toz de feu espris ;
El covertor est li feus pris.
Et es dras et el lit a masse.
Et li fers de la lance passe
Au chevalier lez le costé
Si qu’il li a del cuir osté
Un po, mes n’est mie bleciez.
Et li chevaliers s’est dreciez,
S’estaint le feu et prant la lance,
Enmi la sale la balance.
Ne por ce son lit ne guerpi,
Einz se recoucha et dormi
Tot autresi seüremant
Com il ot fet premieremant.
L’andemain par matin, au jor,
La dameisele de la tor
Lor ot fet messe apareillier,
Ses fist lever et esveillier.
Quant an lor ot messe chantee,
As fenestres devers la pree
S’an vint li chevaliers pansis,
Cil qui sor la charrete ot sis,
Et esgardoit aval les prez.
A l’autre fenestre delez.
Estoit la pucele venue,
Si l’i ot a consoil tenue
Messire Gauvain an requoi
Une piece, ne sai de quoi ;
Ne sai don les paroles furent.
Mes tant sor la fenestre jurent
Qu’aval les prez, lez la riviere,

An virent porter une biere ;
S’avoit dedanz un chevalier,
Et delez ot duel grant et fier
Que trois dameiseles feisoient.
Aprés la biere venir voient
Une rote, et devant venoit
Uns granz chevaliers qui menoit
Une bele dame a senestre.
Li chevaliers de la fenestre
Conut que c’estoit la reïne ;
De l’esgarder onques ne fine,
Molt antentis, et molt li plot,
Au plus longuemant que il pot.
Et quant plus ne la pot veoir,
Si se vost jus lessier cheoir
Et trebuchier aval son cors ;
Et ja estoit demis defors
Quant messire Gauvains le vit ;
Sel trait arrieres, se li dit :
"Merci, sire, soiez an pes !
Por Deu nel vos pansez ja mes
Que vos faciez tel desverie !
A grant tort haez vostre vie.
- Mes a droit, fet la dameisele ;
Don n’iert seüe la novele
Par tot de sa maleürté ?
Des qu’il a en charrete esté,
Bien doit voloir qu’il fust ocis,
Que mialz valdroit il morz que vis :
Sa vie est desormés honteuse
Et despite et maleüreuse."
A tant lor armes demanderent
Li chevalier et si s’armerent.
Et lors corteisie et pröesce
Fist la dameisele et largesce,
Que quant ele ot asez gabé
Le chevalier et ranponé,
Si li dona cheval et lance
Par amor et par acordance.
Li chevalier congié ont pris
Come cortois et bien apris
A la dameisele et si l’ont
Salüee, puis si s’an vont
Si con la route aler an virent ;
Mes si fors del chastel issirent
C’onques nus nes i aparla.
Isnelemant s’an vont par la
Ou la reïne orent veüe.
N’ont pas la rote aconseüe,
Qu’il s’an aloient eslessié.
Des prez antrent an un plessié
Et truevent un chemin ferré ;
S’ont tant par la forest erré
Qu’il pot estre prime de jor,
Et lors ont en un quarrefor
Une dameisele trovee,
Si l’ont anbedui salüee ;
Et chascuns li requiert et prie,
S’ele le set, qu’ele lor die
Ou la reïne an est menee.
Cele respont come senee
Et dit : "Bien vos savroie metre,
Tant me porrïez vos prometre,
El droit chemin et an la voie,
Et la terre vos nomeroie
Et le chevalier qui l’en mainne ;
Mes molt i covendroit grant painne,
Qui an la terre antrer voldroit !
Einz qu’il i fust molt se doldroit."
Et messire Gauvains li dist :
"Dameisele, si Dex m’aïst,
Je vos an promet a devise
Que je mete an vostre servise,
Quant vos pleira, tot mon pooir,
Mes que vos m’an dites le voir."
Et cil qui fu sor la charrete
Ne dit pas que il l’an promete
Tot son pooir, einçois afiche,
Come cil cui Amors fet riche
Et puissant et hardi par tot,
Que sanz arest et sanz redot,
Quanqu’ele voldra li promet
Et tot an son voloir se met.
"Donc le vos dirai ge," fet ele.
Lors lot conte la dameisele :
"Par foi, seignor, Meleaganz,
Uns chevaliers molt forz et granz,
Filz le roi de Gotte, l’a prise,
Et si l’a el rëaume mise
Don nus estranges ne retorne,
Mes par force el païs sejorne
An servitume et an essil."
Et lors li redemandent cil :
"Dameisele, ou est cele terre ?
Ou porrons nos la voie querre ?"
Cele respont : "Bien le savroiz,
Mes, ce sachiez, molt i avroiz
Anconbriers et felons trespas,
Que de legier n’i antre an pas,
Se par le congié le roi non :
Li rois Bademagus a non.
Si puet l’en antrer totevoies
Par deus molt perilleuses voies
Et par deus molt felons passages.
Li uns a non LI PONZ EVAGES,
Por ce que soz eve est li ponz
Et s’a de l’eve jusqu’au fonz
Autant desoz come desus,
Ne deça moins ne dela plus,
Einz est li ponz tot droit en mi ;
Et si n’a que pié et demi
De lé et autretant d’espés.
Bien fet a refuser cist mes,
Et s’est ce li moins perilleus,
Mes il a assez antre deus
Avantures don je me tes.
Li autres ponz est plus malvés
Et est plus perilleus assez
Qu’ainz par home ne fu passez,
Qu’il est com espee tranchanz ;
Et por ce trestotes les genz
L’apelent LE PONT DE L’ESPEE :
La vérité vos ai contee
De tant con dire vos an puis."
Et cil li redemandent puis :
"Dameisele, se vos daigniez,
Ces deus voies nos anseigniez."
Et la dameisele respont :
"Vez ci la droite voie au Pont
Desoz Eve, et cele dela
Droit au Pont de l’Espee an va."
Et lors a dit li chevaliers,
Cil qui ot esté charretiers :
"Sire, je vos part sanz rancune :
Prenez de ces deus voies l’une
Et l’autre quite me clamez ;
Prenez celi que mialz amez.
- Par foi, fet messire Gauvains,
Molt est perilleus et grevains
Li uns et li autres passages ;
Del prandre ne puis estre sages,
Je ne sai preu le quel je praigne ;
Mes n’est pas droiz qu’an moi remaingne
Quant parti m’an avez le geu :
Au Pont desoz Eve me veu.
- Donc est il droiz que je m’an voise
Au Pont de l’Espee, sanz noise,
Fet l’autres, et je m’i otroi."
A tant se departent tuit troi,
S’a li uns l’autre comandé

Molt deboneiremant a Dé.
Et, quant ele aler les an voit,
Si dit : "Chascuns de vos me doit
Un guerredon a mon gré randre,
Quele ore que jel voldrai prandre ;
Gardez, ne l’oblïez vos mie.
- Nel ferons nos, voir, dolce amie,"
Font li chevalier anbedui.
A tant s’an va chascuns par lui ;
Et cil de la charrete panse
Con cil qui force ne desfanse
N’a vers Amors qui le justise ;
Et ses pansers est de tel guise
Que lui meïsmes en oblie,
Ne set s’il est, ou s’il n’est mie,
Ne ne li manbre de son non,
Ne set s’il est armez ou non,
Ne set ou va, ne set don vient ;
De rien nule ne li sovient
Fors d’une seule, et por celi
A mis les autres en obli ;
A cele seule panse tant
Qu’il n’ot, ne voit, ne rien n’antant.
Et ses chevax molt tost l’en porte,
Ne ne vet mie voie torte,
Mes la meillor et la plus droite ;
Et tant par avanture esploite
Qu’an une lande l’a porté.
An cele lande avoit un gué
Et d’autre part armez estoit
Uns chevalier qui le gardoit ;
S’ert une dameisele o soi
Venue sur un palefroi.
Ja estoit pres de none basse,
N’ancor ne se remuet ne lasse
Li chevaliers de son panser.
Li chevax voit et bel et cler
Le gué, qui molt grant soif avoit ;
Vers l’eve cort quant il la voit.
Et cil qui fu de l’autre part
S’escrie : "Chevaliers, ge gart
Le gué, si le vos contredi."
Cil ne l’antant ne ne l’oï,
Car ses pansers ne li leissa,
Et totes voies s’esleissa
Li chevax vers l’eve molt tost.
Cil li escrie que il l’ost
Loing del gué, si fera que sages,
Que la n’est mie li passages.
Et jure le cuer de son vantre
Qu’il le ferra, se il i antre.
Mes li chevaliers ne l’ot mie,
Et cil tierce foiz li escrie :
"Chevaliers ! n’antrez mie el gué
Sor ma desfanse et sor mon gré,
Que par mon chief je vos ferrai
Si tost come el gué vos verrai."
Cil panse tant qu’il ne l’ot pas ;
Et li chevax eneslepas
Saut an l’eve et del chanp se soivre,
Par grant talant comance a boivre.
Et cil dit qu’il le conparra :
Ja li escuz ne l’an garra
Ne li haubers qu’il a el’ dos.
Lors met le cheval es galos,
Et des galoz el cors l’anbat
Et fiert celui si qu’il l’abat
Enmi le gué tot estandu,
Que il li avoit desfandu ;
Si li cheï tot a un vol
La lance et li escuz del col.
Quant cil sant l’eve, si tressaut ;
Toz estormiz en estant saut,
Ausi come cil qui s’esvoille,
S’ot, et si voit, et se mervoille
Qui puet estre qui l’a feru.
Lors a le chevalier veü ;
Si li cria : "Vasax, por coi
M’avez feru, dites le moi,
Quant devant moi ne vos savoie,
Ne rien mesfet ne vos avoie ?
- Par foi, si avïez, fet cil ;
Don ne m’eüstes vos molt vil,
Quant je le gué vos contredis
Trois foiees, et si vos dis
Au plus haut que je poi crïer ?
Bien vos oïstes desfïer
Au moins, fet cil, deus foiz ou trois,
Et si antrastes sor mon pois,
Et bien dis que je vos ferroie
Tantost qu’an l’eve vos verroie."
Li chevaliers respont adonques :
"Dahez ait qui vos oï onques,
Ne vit onques mes, que je soie !
Bien puet estre, mes je pansoie,
Que le gué me contredeïstes ;
Bien sachiez que mar le feïstes,
Se au frain a une des mains
Vos pooie tenir au mains."
Et cil respont : "Qu’an avandroit ?
Tenir me porras or androit
Au frain, se tu m’i oses prandre.
Je ne pris pas plain poing de cendre
Ta menace ne ton orguel."
Et cil respont : "Je mialz ne veul :
Que qu’il an deüst avenir,
Je t’i voldroie ja tenir."
Lors vient li chevaliers avant
Enmi le gué, et cil le prant
Par la resne a la main senestre,
Et par la cuisse a la main destre ;
Sel sache et tire et si l’estraint
Si duremant que cil se plaint
Qu’il li sanble que tote fors
Li traie la cuisse del cors ;
Se li prie que il le lest
Et dit : "Chevaliers, se toi plest
A moi conbatre par igal,
Pran ton escu et ton cheval
Et ta lance, si joste a moi."
Cil respont : "Nel ferai, par foi,
Que je cuit que tu t’an fuiroies
Tantost qu’eschapez me seroies."
Quant cil l’oï, s’en ot grant honte ;
Si li ra dit : "Chevaliers, monte
Sor ton cheval seüremant,
Et je te creant lëaumant
Que je ne ganchisse ne fuie.
Honte m’as dite, si m’enuie."
Et cil li respont autre foiz :
"Einz m’an iert plevie la foiz :
Si vuel que tu le me plevisses,
Que tu ne fuies ne ganchisses,
Et que tu ne me tocheras
Ne vers moi ne t’aprocheras
Tant que tu me voies monté ;
Si t’avrai fet molt grant bonté,
Quant je te tieng, se ge te les."
Cil li plevist, qu’il n’an puet mes ;
Et quant il an ot la fiance,
Si prant son escu et sa lance
Qui par le gué flotant aloient
Et totes voies s’avaloient,
S’estoient ja molt loing aval ;
Puis revet prendre son cheval.
Quant il l’ot pris et montez fu,
Par les enarmes prant l’escu
Et met la lance sor lo fautre,
Puis point li uns ancontre l’autre
Tant con cheval lor porent randre.
Et cil qui le gué dut desfandre
L’autre premieremant requiert
Et si tres duremant le fiert
Que sa lance a estros peçoie.
Et cil fiert lui si qu’il l’envoie
El gué tot plat desoz le flot,
Si que l’eve sor

lui reclot.
Puis se trest arriers et descent,
Car il an cuidoit bien tex cent
Devant lui mener et chacier.
Del fuerre treit le brant d’acier
Et cil saut sus, si treit le suen
Qu’il avoit flanbeant et buen ;
Si s’antrevienent cors a cors ;
Les escuz ou reluist li ors
Traient avant, et si s’an cuevrent ;
Les espees bien i aoevrent,
Qu’eles ne finent ne reposent ;
Molt granz cos antredoner s’osent
Tant que la bataille a ce monte
Qu’an son cuer en a molt grant honte
Li chevaliers de la charrete,
Et dit que mal randra la dete
De la voie qu’il a enprise,
Quant il si longue piece a mise
A conquerre un seul chevalier.
S’il an trovast en un val hier
Tex cent, ne croit il pas ne panse
Qu’il eüssent vers lui desfanse,
S’an est molt dolanz et iriez
Qant il est ja si anpiriez
Qu’il pert ses cos et le jor gaste.
Lors li cort sore et si le haste
Tant que cil li ganchist et fuit ;
Le gué, mes que bien li enuit,
Et le passage li otroie.
Et cil le chace tote voie
Tant que il chiet a paumetons ;
Lors li vient sus li charretons,
Si jure quanqu’il puet veoir
Que mar le fist el gué cheoir
Et son panser mar li toli.
La dameisele que o li
Li chevaliers amenee ot
Les menaces antant et ot ;
S’a grant peor et se li prie
Que por li lest qu’il ne l’ocie ;
Et il dit que si fera voir,
Ne puet por li merci avoir
Que trop li a grant honte feite.
Lors li vient sus, l’espee treite ;
Et cil dit, qui fu esmaiez :
"Por Deu et por moi l’en aiez
La merci que je vos demant."
Et cil respont : "Se Dex m’amant,
Onques nus tant ne me mesfist
Se por Deu merci me requist,
Que por Deu, si com il est droiz,
Merci n’an eüsse une foiz.
Et ausi avrai ge de toi,
Car refuser ne la te doi
Des que demandee la m’as ;
Mes ençois me fianceras
A tenir, la ou ge voldrai,
Prison quant je t’an semondrai."
Cil li plevi, cui molt est grief.
La dameisele de rechief
Dit : "Chevaliers, par ta franchise,
Des que il t’a merci requise
Et tu otroiee li as,
Se onques prison deslias,
Deslie moi cestui prison ;
Claimme moi quite sa prison
Par covant que quant leus sera
Tel guerredon con toi pleira
T’an randrai selonc ma puissance."
Et lors i ot cil conuissance
Par la parole qu’ele ot dite ;
Si li rant le prison tot quite.
Et cele en a honte et angoisse
Qu’ele cuida qu’il la conoisse ;
Car ele ne le volsist pas.
Et cil s’an part eneslepas ;
Et cil et cele le comandent
A Deu et congié li demandent.
Il lor done, puis si s’an va
Tant que de bas vespre trova
Une dameisele venant,
Molt tres bele et molt avenant,
Bien acesmee et bien vestue.
La dameisele le salue
Come sage et bien afeitiee,
Et cil respont : "Sainne et heitiee,
Dameisele, vos face Dex !"
Puis li dit : "Sire, mes ostex
Vos est ci pres apareilliez
Se del prandre estes conseilliez ;
Mes par itel herbergeroiz
Que avoec moi vos coucheroiz,
Einsi le vos ofre et presant."
Plusor sont qui de ce presant
Li randissent.v.c. merciz,
Et il en fu trestoz nerciz,
Et li a respondu tot el :
"Dameisele, de vostre ostel
Vos merci ge, si l’ai molt chier,
Mes, se vos pleisoit, del couchier
Me soferroie je molt bien.
- Je n’an feroie autremant rien,
Fet la pucele, par mes ialz."
Et cil, des que il ne puet mialz,
L’otroie si com ele vialt ;
De l’otroier li cuers li dialt,
Quant itant seulemant le blesce,
Molt avra au couchier destresce ;
Molt i avra travail et painne
La dameisele qui l’an mainne :
Espoir tant le puet ele amer,
Ne l’en voldra quite clamer.
Puis qu’il li ot acreanté
Son pleisir et sa volenté,
Si l’en mainne jusqu’an un baile,
N’avoit plus bel jusqu’an Thessaile,
Qu’il estoit clos a la reonde
De haut mur et d’eve parfonde ;
Et la dedanz home n’avoit
Fors celui qu’ele i amenoit.
Cele i ot fet por son repeire
Asez de beles chanbres feire,
Et sale molt grant et pleniere.
Chevauchant lez une riviere
S’an vindrent jusqu’au herberjage,
Et an lor or por le passage
Un pont torneïz avalé :
Par sor le pont sont anz alé.
S’ont trovee la sale overte
Qui de tiules estoit coverte :
Par l’uis qu’il ont trové overt
Antrent anz, et voient covert
Un dois d’un tablier grant et lé ;
Et sus estoient aporté
Li mes, et les chandoiles mises
Es chandeliers totes esprises,
Et li henap d’argent doré,
Et dui pot, l’uns plains de moré,
Et li autres de fort vin blanc.
Delez le dois, au chief d’un banc
Troverent deus bacins toz plains
D’eve chaude a laver lor mains ;
Et de l’autre part ont trovee
Une toaille bien ovree,
Bele et blanche, as mains essüier.
Vaslet, ne sergent, n’escüier
N’ont trové leanz ne veü.
De son col oste son escu

Li chevaliers, et si le pant
A un croc, et sa lance prant
Et met sor un hantier an haut.
Tantost de son cheval jus saut,
Et la dameisele del suen.
Au chevalier fu bel et buen,
Quant ele tant nel vost atendre
Que il li eidast a descendre.
Tantost qu’ele fu descendue
Sanz demore et sanz atandue
Tresqu’a une chanbre s’an cort ;
Un mantel d’escarlate cort
Li aporte, si l’an afuble.
La sale ne fu mie enuble,
Si luisoient ja les estoiles ;
Mes tant avoit leanz chandoiles
Tortices, grosses et ardanz,
Que la clartez estoit molt granz.
Quant cele li ot au col mis
Le mantel, si li dit : "Amis,
Veez ci l’aigue et la toaille,
Nus ne la vos ofre ne baille,
Car ceanz fors moi ne veez ;
Lavez vos mains, si asseez
Quant vos pleira et boen vos iert ;
L’ore et li mangiers le requiert,
Si con vos le pöez veoir."
Cil leve, si se va seoir
Molt volantiers, et si li siet ;
Et cele delez lui s’asiet,
Et mangierent ansanble et burent
Tant que del mangier lever durent.
Qant levé furent del mangier,
Dist la pucele au chevalier :
"Sire, alez vos la fors deduire,
Mes que il ne vos doie nuire,
Et seulemant tant i seroiz,
Se vos plest, que vos panseroiz
Que je porrai estre couchiee.
Ne vos enuit ne ne dessiee,
Que lors porroiz a tans venir,
Se covant me volez tenir."
Et cil respont : "Je vos tendrai
Vostre covant, si revandrai
Quant je cuiderai qu’il soit ore."
Lors s’an ist fors, et si demore
Une grant piece enmi la cort,
Tant qu’il estuet qu’il s’an retort,
Car covant tenir li covient.
Arriere an la sale revient,
Mes cele qui se fet s’amie
Ne trueve, qu’el ni estoit mie.
Quant il ne la trueve ne voit,
Si dit : "An quel leu qu’ele soit
Je la querrai tant que je l’aie."
Del querre plus ne se delaie
Por le covant que il li ot.
En une chanbre antre, si ot
An haut crïer une pucele,
Et ce estoit meïsmes cele
Avoec cui couchier se devoit.
A tant d’une autre chanbre voit
L’uis overt, et vient cele part
Et voit tot enmi son esgart
C’uns chevaliers l’ot anversee,
Si la tenoit antraversee
Sor le lit, tote descoverte ;
Cele, qui cuidoit estre certe
Que il li venist en aïe,
Crioit en haut : "Aïe ! aïe !
Chevaliers, tu qui es mes ostes,
Se de sor moi cestui ne m’ostes,
Ne troverai qui le m’an ost ;
Et se tu ne me secors tost,
Il me honira, veant toi ;
Ja te doiz tu couchier o moi,
Si con tu m’as acreanté.
Fera donc cist sa volanté
De moi, veant tes ialz, a force ?
Gentix chevaliers, car t’esforce,
Si me secor isnelemant !"
Cil voit que molt vileinnemant
Tenoit la dameisele cil
Descoverte jusqu’au nonbril ;
S’en a grant honte et molt l’en poise
Quant nu a nu a li adoise ;
Si n’en ert il mie jalos
Ne ja de lui ne sera cos.
Mes a l’entree avoit portiers
Trestoz armez, deus chevaliers
Qui espees nues tenoient ;
Aprés quatre sergent estoient,
Si tenoit chascuns une hache
Tel don l’en poïst une vache
Tranchier outre parmi l’eschine,
Tot autresi con la racine
D’un genoivre ou d’une geneste.
Li chevaliers a l’uis s’areste
Et dit : "Dex, que porrai ge feire ?
Meüz sui por si grant afeire
Con por la reïne Guenievre.
Ne doi mie avoir cuer de lievre
Quant por li sui an cest queste ;
Se Malvestiez son cuer me preste
Et je son comandemant faz,
N’ateindrai pas ce que je chaz ;
Honiz sui se je ci remaing.
Molt me vient or a grant desdaing,
Quant j’ai parlé del remenoir ;
Molt en ai le cuer triste et noir ;
Or an ai honte, or an ai duel
Tel que je morroie mon vuel,
Quant je ai tant demoré ci.
Ne ja Dex n’ait de moi merci,
Se jel di mie por orguel,
Et s’asez mialz morir ne vuel
A enor que a honte vivre.
Se la voie m’estoit delivre,
Quele enor i avroie gié,
Se cil me donoient congié
De passer oltre sanz chalonge ?
Donc i passeroit, sanz mançonge,
Ausi li pires hom qui vive ;
Et je oi que cest chestive
Me prie merci molt sovant
Et si m’apele de covant
Et molt vilmant le me reproche."
Maintenant jusqu’a l’uis s’aproche
Et bote anz le col et la teste
Et esgarde amont vers le feste :
Si voit deux espees venir ;
Arriers se tret et retenir
Li chevalier lor cos ne porent.
De tel aïr meüz les orent
Qu’an terre les espees fierent
Si qu’anbedeus les peçoierent.
Quant cil voit qu’eles sont brisiees
Moins en a les haches prisiees
Et moins les an crient et redote ;
Entr’ax se lance et fiert del cote
Un sergent et un autre aprés ;
Les deus que il trova plus prés
Hurte des codes et des braz
Si qu’andeus les abat toz plaz ;
Et li tierz a a lui failli,
Et li quarz qui l’a asailli
Fiert si que lo mantel li tranche,
Et la chemise et la char blanche
Li ront anprés l’espaule tote,
Si que li sans jus an degote,
Et cil qui rien ne se delaie

Ne se plaint mie de sa plaie,
Einz vet et fet ses pas plus emples,
Tant qu’il aert parmi les temples
Celui qui esforçoit s’ostesse.
Randre li voldra sa promesse
Et son covant einz qu’il s’an aut.
Volsist ou non, le dresce an haut,
Et cil qui a lui failli ot
Vient aprés lui plus tost qu’il pot
Et lieve son cop de rechief ;
Sel cuide bien parmi le chief
Jusqu’as danz de la hache fandre :
Et cil qui bien s’an sot desfandre
Li tant le chevalier ancontre,
Et cil de la hache l’ancontre
La ou l’espaule au col se joint
Si que l’un de l’autre desjoint.
Et li chevaliers prant la hache,
Des poinz isnelemant li sache,
Et leisse cel que il tenoit,
Car desfandre le covenoit,
Que li chevalier sus li vienent
Et cil qui les trois haches tienent,
Si l’asaillent molt crüelmant ;
Et cil saut molt delivremant
Antre le lit et la paroi
Et dit : "Or ça, trestuit a moi !
Que s’or estïez vint et set,
Des que ge ai tant de recet,
Si avroiz vos bataille assez,
Ja n’en serai par vos lassez."
Et la pucele qui l’esgarde
Dit : "Par mes ialz, vos n’avrez garde
D’or en avant la ou ge soie."
Tot maintenant arriere anvoie
Les chevaliers et les sergenz ;
Lors s’an vont cil hors de laienz
Sanz arest et sanz contredit ;
Et la dameisele redit :
"Sire, bien m’avez desresniee
Ancontre tote ma mesniee.
Or an venez, je vos an main."
An la sale an vont main a main,
Mes celui mie n’abeli,
Qu’il se soffrist molt bien de li.
Un lit ot fet enmi la sale,
Don li drap n’erent mie sale,
Mes blanc et lé et delïé.
N’estoit pas de fuerre esmïé
La couche ne de coutes aspres.
Un covertor de deus diaspres
Ot estandu desor la couche ;
Et la dameisele s’i couche,
Mes n’oste mie sa chemise.
Et cil a molt grant poinne mise
Au deschaucier et desnüer :
D’angoisse le covint süer ;
Totevoies parmi l’angoisse
Covanz le vaint et si le froisse.
Donc est ce force ? Autant se vaut ;
Par force covient que il s’aut
Couchier avoec la dameisele :
Covanz l’en semont et apele.
Et il se couche tot a tret,
Mes sa chemise pas ne tret,
Ne plus qu’ele ot la soe treite.
De tochier a li molt se gueite,
Einz s’an esloigne et gist anvers,
Ne ne dit mot ne c’uns convers
Cui li parlers est desfanduz,
Quant an son lit gist estanduz ;
N’onques ne torne son esgart
Ne devers li ne d’autre part.
Bel sanblant feire ne li puet.
Por coi ? Car del cuer ne li muet ;
S’estoit ele molt bele et gente,
Mes ne li pleist ne atalante
Quanqu’est bel et gent a chascun.
Li chevaliers n’a cuer que un
Et cil n’est mie ancor a lui,
Einz est comandez a autrui
Si qu’il nel puet aillors prester.
Tot le fet an un leu ester
Amors, qui toz les cuers justise.
Toz ? Nel fet, fors cez qu’ele prise.
Et cil s’an redoit plus prisier
Cui ele daigne justisier.
Amors le cuer celui prisoit
Si que sor toz le justisoit
Et li donoit si grant orguel
Que de rien blasmer ne le vuel
S’il lait ce qu’Amors li desfant
Et la ou ele vialt antant.
La pucele voit bien et set
Que cil sa conpaignie het
Et volentiers s’an sofferroit,
Ne ja plus ne li requerroit,
Qu’il ne quiert a li adeser,
Et dit : "S’il ne vos doit peser,
Sire, de ci me partirai.
En ma chanbre couchier m’irai
Et vos an seroiz plus a eise :
Ne cuit mie que molt vos pleise
Mes solaz ne ma conpaignie.
Nel tenez pas a vilenie,
Se je vos di ce que je cuit.
Or vos reposez mes enuit,
Que vos m’avez randu si bien
Mon covant que nes une rien
Par droit ne vos puis demander.
Si vos voel a Deu comander ;
Si m’an irai." Lors si se lieve ;
Au chevalier mie ne grieve,
Einz l’an leisse aler volentiers
Con cil qui est amis antiers
Autrui que li ; bien l’aparçoit
La dameisele et bien le voit ;
Si est an sa chanbre venue
Et si se couche tote nue,
Et lors a dit a li meïsmes :
"Des lores que je conui primes
Chevaliers, un seul n’an conui
Que je prisasse, anvers cestui,
La tierce part d’un angevin ;
Car si con ge pans et devin,
Il vialt a si grant chose antendre
Qu’ainz chevaliers n’osa enprendre
Si perilleuse ne si grief ;
Et Dex doint qu’il an veigne a chief !"
A tant s’andormi et si jut
Tant que li jorz clers aparut.
Tot maintenant que l’aube crieve,
Isnelemant et tost se lieve.
Et li chevaliers se resvoille,
Si s’atorne et si s’aparoille
Et s’arme, que nelui n’atant.
La dameisele vient a tant,
Si voit qu’il est ja atornez,
"Boens jorz vos soit hui ajornez,"
Fet ele, quant ele le voit.
"Et vos, dameisele, si soit."
Fet li chevaliers d’autre part ;
Et cil dit que molt li est tart
Qu’an li ait son cheval fors tret.
La pucele amener li fet
Et dit : "Sire, je m’an iroie
O vos grant piece an ceste voie,
Se vos mener m’an osïez
Et se vos me conduisïez

Par les us et par les costumes
Qui furent ainz que nos ne fumes
El rëaume de Logres mises."
(Les costumes et les franchises
Estoient tex, a cel termine
Que dameisele ne meschine,
Se chevaliers la trovast sole,
Ne plus qu’il se tranchast la gole
Ne feïst se tote enor non,
S’estre volsist de boen renon ;
Et, s’il l’esforçast, a toz jorz
An fust honiz an totes corz.
Mes, se ele conduit eüst,
Uns autres, se tant li pleüst
Qu’a celui bataille an feïst
Et par armes la conqueïst,
Sa volenté an poïst faire
Sanz honte et sanz blasme retraire.)
Por ce la pucele li dist
Que, se il l’osast ne volsist
Par ceste costume conduire
Que autres ne li poïst nuire,
Qu’ele s’an alast avoec lui.
Et cil li dit : "Ja nus enui
Ne vos fera, ce vos otroi,
Que premiers ne le face moi.
- Dons i voel ge, fet ele, aler."
Son palefroi fet anseler :
Tost fu ses comandemanz fez,
Li palefroiz li fu fors trez
Et li chevax au chevalier.
Andui montent sanz escüier,
Si s’an vont molt grant aleüre,
Cele l’aresne, et il n’a cure
De quanquë ele l’aparole,
Einçois refuse sa parole :
Pansers li plest, parlers li grieve.
Amors molt sovant li escrieve
La plaie que feite li a ;
Onques anplastre n’i lia
Por garison ne por santé.
Qu’il n’a talant ne volanté
D’emplastre querre ne de mire,
Se sa plaie ne li anpire ;
Mes celi querroit volantiers.
Tant tindrent voies et santiers,
Si con li droiz chemins les mainne,
Qu’il vienent pres d’une fontainne.
La fontainne est enmi uns prez
Et s’avoit un perron delez.
Sor le perron que ert iqui
Avoit oblïé ne sai qui
Un peigne d’ivoire doré.
Onques, des le tens Ysoré,
Ne vit si bel sages ne fos.
Es danz del peigne ot des chevos
Celi qui s’an estoit paigniee
Remés bien demie poigniee.
Qant la dameisele parçoit
La fontainne et le perron voit,
Si ne volt pas que cil la voie,
Einz se mist en une autre voie.
Et cil qui se delite et pest
De son panser qui molt li plest
Ne s’aperçoit mie si tost
Qu’ele fors de sa voie l’ost ;
Mes quant il s’est aparceüz,
Si crient qu’il ne soit deceüz,
Qu’il cuide que ele ganchisse
Et que fors de son chemin isse
Por eschiver aucun peril.
"Ostez, dameisele, fet il ;
N’alez pas bien, venez deça ;
Onques, ce cuit, ne s’adreça
Qui fors de cest chemin issi.
- Sire, nos irons mialz par ci,
Fet la pucele, bien le sai."
Et cil li respont : "Je ne sai,
Dameisele, que vos pansez,
Mes ce pöez veoir asez
Que c’est li droiz chemins batuz ;
Des que ge m’i sui anbatuz,
Je ne tornerai autre san ;
Mes, s’il vos plest, venez vos an,
Que g’irai ceste voie adés."
Lors s’an vont tant qu’il vienent pres
Del perron et voient le peigne.
"Onques certes, don me soveigne,
Fet li chevaliers, mes ne vi
Tant bel peigne con je voi ci.
- Donez le moi, fet la pucele
- Volentiers, dit il, dameisele."
Et lors s’abeisse et si le prant.
Quant il le tint, molt longuemant
L’esgarde et les chevox remire,
Et cele an comança a rire.
Et quant il la voit, se li prie
Por qu’ele a ris qu’ele li die ;
Et cele dit : "Teisiez vos an,
Ne vos an dirai rien oan.
- Por coi ? fet il. - Car je n’ai cure."
Et quant cil l’ot, si li conjure
Come cil qui ne cuidoit mie
Qu’amie ami, n’amis amie
Doient parjurer a nul fuer
"Se vos rien nule amez de cuer,
Dameisele, de par celi
Vos conjur et requier et pri
Que vos plus ne le me celez.
- Trop a certes m’an apelez,
Fet ele, si le vos dirai,
De rien nule n’an mantirai :
Cist peignes, se j’onques soi rien,
Fu la reïne, jel sai bien ;
Et d’une chose me creez,
Que li chevol que vos veez
Si biax, si clers et si luisanz,
Qui sont remés antre les danz,
Que del chief la reïne furent :
Onques en autre pré ne crurent."
Et li chevaliers dit : "Par foi,
Assez sont reïnes et roi ;
Mes de la quel volez vos dire ?"
Et cele dit : "Par ma foi, sire,
De la fame le roi Artu."
Quant cil l’ot, n’a tant de vertu
Que tot nel coveigne ploier ;
Par force l’estut apoier
Devant a l’arçon de la sele
Et quant ce vit la dameisele,
Si s’an mervoille et esbaïst
Qu’ele cuida que il cheïst ;
S’ele ot peor, ne l’en blasmez,
Qu’ele cuida qu’il fust pasmez.
Si ert il, autant se valoit,
Molt po de chose s’an failloit,
Qu’il avoit au cuer tel dolor
Que la parole et la color
Ot une grant piece perdue.
Et la pucele est descendue,
Et si cort quanqu’ele pot corre
Por lui retenir et secorre,
Qu’ele ne le volsist veoir,
Por rien nule, a terre cheoir.
Quant il la vit, s’en ot vergoigne,
Si li a dit : "Por quel besoigne
Venistes vos ci devant moi ?"
Ne cuidiez pas que le porcoi
La dameisele l’an conoisse,
Qu’il an eüst honte et angoisse,
Et si li grevast et neüst,

Se le voir l’en reconeüst ;
Si s’est de voir dire gueitiee,
Einz dit come bien afeitiee :
"Sire, je ving cest peigne querre,
Por ce sui descendue a terre ;
Que de l’avoir oi tel espans
Ja nel cuidai tenir a tans."
Et cil, qui vialt que le peigne ait,
Li done, et les chevox an trait
Si söef que nul n’an deront.
Ja mes oel d’ome ne verront
Nule chose tant enorer,
Qu’il les comance a aorer,
Et bien.c.m. foiz les toche,
Et a ses ialz et a sa boche,
Et a son front et a sa face ;
N’est joie nule qu’il n’an face :
Molt s’an fet lié, molt s’an fet riche ;
An son saing, pres del cuer, les fiche
Entre sa chemise et sa char.
N’en preïst pas chargié un char
D’esmeraudes ne d’escharboncles ;
Ne cuidoit mie que reoncles
Ne autre max ja mes le praigne ;
Diamargareton desdaigne
Et pleüriche et tiriasque,
Neïs saint Martin et saint Jasque ;
Car an ces chevox tant se fie
Qu’il n’a mestier de lor aïe,
Mes quel estoient li chevol ?
Et por mançongier et por fol
M’an tanra l’en, se voir an di :
Quant la foire iert plainne au Lendi
Et il i avra plus avoir,
Nel volsist mie tot avoir
Li chevaliers, c’est voirs provez,
S’il n’eüst ces chevox trovez
Et se le voir m’an requerez,
Ors.c.m. foiz esmerez
Et puis autantes foiz recuiz
Fust plus oscurs que n’est la nuiz
Contre le plus bel jor d’esté
Qui ait an tot cest an esté,
Qui l’or et les chevols veïst,
Si que l’un lez l’autre meïst.
Mes por coi feroie lonc conte ?
La pucele molt tost remonte,
A tot le peigne qu’ele an porte ;
Et cil se delite et deporte
Es chevox qu’il a en son saing.
Une forest aprés le plaing
Truevent et vont par une adresce
Tant que la voie lor estresce,
S’estut l’un aprés l’autre aler,
Qu’an n’i poïst mie mener
Deus chevax por rien coste a coste ;
La pucele devant son oste
S’an vet molt tost la voie droite.
La ou la voie ert plus estroite,
Voient un chevalier venant.
La dameisele maintenant,
De si loing com ele le vit,
L’a coneü et si a dit :
"Sire chevaliers, veez vos
Celui qui vient ancontre nos
Toz armez et prez de bataille ?
Il m’an cuide mener sanz faille
Avoec lui sanz nule desfanse ;
Ce sai ge bien que il le panse,
Qu’il m’ainme, et ne fet pas que sages :
Et par lui et par ses messages
M’a proiee, molt a lonc tans ;
Mes m’amors li est an desfans,
Que por rien amer nel porroie ;
Si m’aïst Dex, ainz me morroie
Que je l’amasse an nul androit.
Je sai bien qu’il a or androit
Si grant joie et tant se delite
Con s’il m’avoit ja tote quite ;
Mes or verrai que vos feroiz ;
Or i parra se preuz seroiz,
Or le verrai, or i parra
Se vostre conduiz me garra.
Se vos me pöez garantir,
Donques dirai ge sanz mantir
Que preuz estes et molt valez."
Et il li dit : "Alez, alez !"
Et ceste parole autant vaut
Con se il deïst : "Po m’an chaut,
Que por neant vos esmaiez
De chose que dite m’aiez."
Que que il vont ensi parlant,
Ne vint mie cele part lant
Li chevaliers qui venoit seus,
Le grant cors vint ancontre aus deus ;
Et por ce li plest a haster
Que ses pas ne cuide gaster,
Et por boen eüré se clainme,
Quant la rien voit que il plus ainme.
Tot maintenant que il l’aproche,
De cuer la salue et de boche
Et dit : "La riens que je plus vuel,
Don moins ai joie, et plus me duel,
Soit bien veignanz, don qu’ele veingne !"
N’est mie droiz que cele teingne
Vers lui sa parole si chiere
Que ele ne li rande arriere,
Au moins de boche, son salu.
Molt a au chevalier valu,
Quant la pucele le salue,
Qui sa boche pas n’en palue
Ne ne li a neant costé.
Et s’il eüst tot fors josté
A cele ore un tornoiemant,
Ne s’an prisast il mie tant,
Ne ne cuidast avoir conquis
Ne tant d’enor, ne tant de pris.
Por ce que mialz s’an ainme et prise
L’a par la resne del frain prise
Et dit :"Or vos an manrai gié ;
Molt ai hui bien et droit nagié,
Qu’a molt boen port sui arivez.
Or sui ge toz descheitivez :
De peril sui venuz a port,
De grant enui a grant deport,
De grant dolor a grant santé ;
Or ai tote ma volanté,
Qant an tel meniere vos truis
Qu’avoec moi mener vos an puis
Or androit, que n’i avrai honte."
Et cele dit : "Rien ne vos monte,
Que cist chevaliers me conduit.
- Certes, si a malvés conduit,
Fet il, qu’adés vos en maing gié.
Un mui de sel avroit mangié
Cist chevaliers, si con je croi,
Einçois qu’il vos desraist vers moi ;
Ne cuit c’onques home veïsse
Vers cui je ne vos conqueïsse ;
Et quant je vos truis ci an eise,
Mes que bien li poist et despleise,
Vos an manrai, veant ses ialz
Et s’an face trestot son mialz."
Li autres de rien ne s’aïre
De tot l’orguel qu’il li ot dire,
Mes sanz ranpone et sanz vantance

A chalongier la li comance ;
Et dist : "Sire, ne vos hastez,
Ne vos paroles ne gastez,
Mes parlez un po par mesure
Ja ne vos iert vostre droiture
Tolue, quant vos l’i avroiz.
Par mon conduit, bien le savroiz,
Est ci la pucele venue ;
Lessiez la, trop l’avez tenue,
Qu’ancor n’a ele de vos garde."
Et cil otroie que an l’arde,
S’il ne l’an mainne mau gré suen.
Cil dit : "Ce ne seroit pas buen,
Se mener la vos an lessoie ;
Sachiez, einçois m’en combatroie.
Mes, se nos bien nos volïens
Conbatre, nos ne porrïens
An cest chemin por nule painne ;
Mes alons desqu’a voie plainne,
Ou jusqu’a pree ou jusqu’a lande."
Cil dit que ja mialz ne demande
Et dit : "Certes bien m’i acort :
De ce n’avez vos mie tort
Que cist chemins est trop estroiz ;
Ja iert mes chevax si destroiz,
Einçois que ge torner le puisse,
Que je crien qu’il se brit la cuisse."
Lors se torne a molt grant destresce,
Mes son cheval mie ne blesce,
Ne de rien n’i est anpiriez,
Et dit : "Certes molt sui iriez,
Quant antre ancontré ne nos somes
An place lee et devant homes,
Que bel me fust que l’en veïst
Li quex de nos mialz le feïst ;
Mes or venez, se l’irons querre :
Nos troverons pres de ci terre
Tote delivre et grant et lee."
Lors s’an vont jusqu’a une pree :
An cele pree avoit puceles
Et chevaliers et dameiseles,
Qui jooient a plusors jeus,
Por ce que biax estoit li leus.
Ne jooient pas tuit a gas,
Mes as tables et as eschas,
Li un as dez, li autre au san,
A la mine i rejooit l’an ;
A ces jeus li plusor jooient.
Li autre, qui iluec estoient,
Redemenoient lor anfances,
Baules et queroles et dance ;
Et chantent et tunbent et saillent,
Et au luitier se retravaillent.
Uns chevaliers auques d’ahé
Estoit de l’autre part del pré
Sor un cheval d’Espaigne sor ;
S’avoit lorain et sele d’or
Et s’estoit de chienes meslez.
Une main a l’un de ses lez
Avoit par contenance mise ;
Por le bel tans ert an chemise,
S’esgardoit les geus et les baules ;
Un mantel ot par ses espaules
D’escarlate et de veir antier.
De l’autre part, lez un santier,
En avoit jusqu’a vint et trois
Armez, sor boens chevax irois.
Tantost con li troi lor sorvienent,
Tuit de joie feire se tienent
Et crïent tuit parmi les prez :
"Veez le chevalier, veez,
Qui fu menez sor la charrete !
N’i ait mes nul qui s’antremete
De jöer, tant com il i ert ;
Dahez ait qui jöer i quiert
Et dahez ait qui daingnera
Jöer, tant com il i sera."
Et autretant ez vos venu
Le fil au chevalier chenu,
Celui qui la pucele amoit
Et por soe ja la tenoit,
Si dist :"Sire, molt ai grant joie,
Et qui la vialt oïr si l’oie,
Que Dex m’a la chose donee
Que j’ai toz jorz plus desirree ;
N’il ne m’aüst pas tant doné
S’il m’eüst fet roi coroné,
Ne si boen gré ne l’en seüsse
Ne tant gahaignié n’i eüsse ;
Car cist gaainz est biax et buens.
- Ne sai encor se il est tuens,"
Fet li chevaliers a son fil.
Tot maintenant li respont cil :
"Nel savez ? Nel veez vos donques ?
Por Deu, sire, n’an dotez onques,
Quant vos veez que je la tieng :
An cele forest don je vieng
L’ancontrai ore ou el venoit.
Je cuit que Dex la m’amenoit,
Si l’ai prise come la moie.
- Ne sai ancor se cil l’otroie
Que je voi venir aprés toi ;
Chalongier la te vient, ce croi."
Antre ces diz et ces paroles
Furent remeses les queroles
Por le chevalier que il virent,
Ne jeu ne joie plus ne firent,
Por mal de lui et por despit.
Et li chevaliers sanz respit
Vint molt tost aprés la pucele.
"Lessiez, fet il, la dameisele,
Chevaliers, que n’i avez droit.
Se vos osez, tot or androit
La desfandrai vers vostre cors."
Et li chevaliers vialz dist lors :
"Don ne le savoie je bien ?
Biax filz, ja plus ne la retien,
La pucele, mes leisse l’i."
A celui mie n’abeli,
Qu’il jure qu’il n’en randra point,
Et dit :"Je Dex puis ne me doint
Joie, que je la li randrai !
Je la tieng et si la tendrai
Come la moie chose lige.
Einz iert de mon escu la guige
Ronpue et totes les enarmes,
Ne an mon cors ne an mes armes
N’avrai je puis nule fiance,
Ne an m’espee n’en ma lance,
Quant je li lesserai m’amie."
Et cil dit : "Ne te leirai mie
Conbatre, por rien que tu dies.
An ta pröesce trop te fies ;
Mes fai ce que je te comant."
Cil par orguel respont : "Comant !
Sui j’anfes a espoanter ?
De ce me puis je bien vanter
Qu’il n’a, tant con la mers aceint,
Chevalier, ou il an a meint,
Nul si boen cui je la leissasse,
Et cui ge feire n’an cuidasse
An molt po d’ore recreant."
Li peres dit : "Je te creant,
Biax filz, ensi le cuides tu,
Tant te fies an ta vertu,
Mes ne voel ne ne voldrai hui
Que tu t’essaies a cestui."
Et cil respont : "Honiz seroie
Se je vostre consoil creoie.
Maudahez ait

qui le cresra
Et qui por vos se recresra,
Que fieremant ne me conbate.
Voirs est que privez mal achate
Mialz poïsse aillors barguignier,
Que vos me volez anguignier.
Bien sai qu’an un estrange leu
Poïsse mialz feire mon preu.
Ja nus qui ne me coneüst
De mon voloir ne me neüst,
Et vos m’an grevez et nuisiez.
Tant an sui je plus angoissiez
Por ce que blasmé m’an avez,
Car qui blasme, bien le savez,
Son voloir a home n’a fame,
Plus en art et plus en anflame.
Mes se je rien por vos an les,
Ja Dex joie ne me doint mes,
Einz me conbatrai, mau gré vostre.
- Foi que doi saint Pere l’apostre,
Fet li peres, or voi ge bien
Que proiere n’i valdroit rien :
Tot pert quanque je te chasti.
Mes je t’avrai molt tost basti
Tel plet que, maleoit gré tuen,
T’estovra feire tot mon buen,
Car tu an seras au desoz."
Tot maintenant apele toz
Les chevaliers, que a lui veignent,
Si lor comande qu’il li tiegnent
Son fil, qu’il ne puet chastïer,
Et dit : "Jel feroie lïer
Einz que conbatre le lessasse.
Vos estes tuit mi home a masse,
Si me devez amor et foi ;
Sor quanque vos tenez de moi
Le vos comant et pri ansanble.
Grant folie fet, ce me sanble,
Et molt li vient de grant orguel,
Quant il desdit ce que je vuel."
Et cil dïent qu’il le panront,
Ne ja puis que il le tanront
De conbatre ne li prendra
Talanz, et si li covendra
Mau gré suen, la pucele randre.
Lors le vont tuit seisir et prandre
Et par les braz et par le col.
"Dons ne te tiens tu or por fol ?
Fet li peres, or conois voir :
Or n’as tu force ne pooir
De conbatre ne de joster
Que que il te doie coster,
Que qu’il t’enuit ne qu’il te griet.
Ce qui me plest et qui me siet
Otroie, si feras que sages.
Et sez tu quiex est mes corages ?
Por ce que mandres soit tes diax,
Siudrons moi et toi, se tu viax,
Le chevalier, hui et demain.
Et par le bois et par le plain.
Chascuns sor son cheval anblant.
De tel estre et de tel sanblant
Le porrïens nos tost trover
Que je t’i leiroie esprover
Et conbatre a ta volanté."
Lors li a cil acreanté
Mau gré suen, quant feire l’estuet.
Con cil qui amander nel puet
Dist qu’il s’an sofferroit por lui.
Mes qu’il le siudront amedui.
Et quant ceste avanture voient
Les genz qui par le pré estoient,
Si dïent tuit : "Avez veü ?
Cil qui sor la charrete fu
A hui conquise tel enor
Que l’amie au fil mon seignor
En mainne, sel suefre mes sire.
Por verité, poomes dire
Que aucun bien cuide qu’il ait
An lui, quant il mener li lait.
Et cent dahez ait qui meshui
Lessera a jöer por lui !
Ralons jöer." Lors recomancent
Lor jeus, si querolent et dancent.
Tantost li chevaliers s’an torne,
En la pree plus ne sejorne,
Mes aprés lui pas ne remaint
La pucele qu’il ne l’en maint.
Andui s’an vont a grant besoing.
Li filz et li peres de loing
Les sivent ; par un pré fauchié
S’ont jusqu’à none chevalchié,
Et truevent en un leu molt bel,
Un mostier et lez le chancel
Un cemetire de mur clos.
Ne fist que vilains ne que fos
Li chevaliers qui el mostier
Entra a pié por Deu proier.
Et la dameisele li tint
Son cheval tant que il revint.
Quant il ot feite sa proiere
Et il s’an revenoit arriere
Si li vient uns moinnes molt vialz
A l’encontre, devant ses ialz.
Quant il l’encontre, se li prie
Molt dolcement que il li die
Que ce estoit qu’il ne savoit.
Et cil respont qu’il i avoit
Un cemetire ; et cil li dist :
"Menez m’i, se Dex vos aïst.
- Volentiers, sire." Lors l’i moinne.
Li chevaliers aprés le moinne
Antre et voit les plus beles tonbes
Qu’an poïst trover jusqu’a Donbes,
Ne de la jusqu’a Panpelune ;
Et s’avoit letres sor chascune
Qui les nons de ces devisoient
Qui dedanz les tonbes girroient.
Et il meïsmes tot a tire
Comança lors les nons a lire
Et trova : "Ci girra Gauvains,
Ci Looÿs, et ci Yvains."
Aprés ces trois i a mainz liz
Des nons as chevaliers esliz,
Des plus prisiez et des meillors
Et de cele terre et d’aillors.
Antre les autres une an trueve
De marbre, si sanble estre nueve,
Sor totes autres riche et bele.
Li chevaliers le moinne apele
Et dit : "Ces tonbes qui ci sont,
De coi servent ?" Et cil respont :
"Vos avez les letres veües ;
Se vos les avez antendues,
Don savez vos bien qu’ele dïent
Et que les tonbes senefïent.
- Et de cele plus grant me dites
De qu’ele sert." Et le hermites
Respont : "Jel vos dirai assez :
C’est uns veissiax qui a passez
Toz ces qui onques furent fet ;
Si riche ne si bien portret
Ne vit onques ne ge ne nus,
Biax est defors et dedanz plus.
Mes ce metez en nonchaloir,
Que rien ne vos porroit valoir,
Que ja ne la verroiz dedanz,
Car set homes molt forz et granz
I covandroit au descovrir,
Qui la tonbe

voldroit ovrir,
Qu’ele est d’une lame coverte,
Et sachiez que c’est chose certe
Qu’au lever covandroit set homes
Plus forz que moi et vos ne somes.
Et letres escrites i a
Qui dïent : "Gil qui levera
cele lamme seus par son cors
gitera ces et celes fors
qui sont an la terre an prison,
Don n’ist ne sers ne gentix hon
Qui ne soit de la antor nez
N’ancor n’en est nus retornez ;
Les estranges prisons retienent,
Et cil del païs vont et vienent
Et anz et fors a lor pleisir."
Tantost vet la lame seisir
Li chevaliers et si la lieve,
Si que de neant ne s’i grieve,
Mialz que dis home ne feïssent
Se tot lor pooir i meïssent.
Et li moinnes s’an esbahi
Si qu’a bien pres qu’il ne chaï,
Quant veü ot ceste mervoille ;
Car il ne cuidoit la paroille
Veoir an trestote sa vie.
Si dit : "Sire, or ai grant envie
Que je seüsse vostre non ;
Direiez le me vos ? - Je non,
Fet li chevaliers, par ma foi.
- Certes, fet il, ce poise moi.
Mes se vos le me diseiez,
Grant corteisie fereiez,
Si porreiez avoir grant preu.
Qui estes vos et de quel leu ?
- Uns chevaliers sui, ce veez,
Del rëaume de Logres nez :
A tant an voldroie estre quites ;
Et vos, s’il vos plest, me redites
An cele tonbe qui girra ?
- Sire, cil qui deliverra
Toz ces qui sont pris a la trape
El rëaume don nus n’eschape."
Et quant il li ot tot conté,
Li chevaliers l’a comandé
A Deu et a trestoz ses sainz ;
Et lors est, c’onques ne pot ainz,
A la dameisele venuz,
Et li vialz moinnes, li chenuz,
Fors de l’eglise le convoie.
A tant vienent enmi la voie,
Et que que la pucele monte,
Li moinnes trestot li raconte
Quanque cil leanz fet avoit
Et son non, s’ele le savoit.
Li pria qu’ele li deïst,
Tant que cele li regeïst
Qu’ele nel set, mes une chose
Seüremant dire li ose,
Qu’il n’a tel chevalier vivant
Tant con vantent li quatre vant
Tantost la pucele le leisse,
Aprés le chevalier s’esleisse.
Maintenant cil qui les sivoient
Vienent, et si truevent et voient
Le moinne seul devant l’eglise.
Li vialz chevaliers an chemise
Li dist : "Sire, veïstes vos
Un chevalier, dites le nos
Qui une dameisele mainne ?"
Et cil respont : "Ja ne m’iert painne
Que tot le voir ne vos an cont,
Car or androit de ci s’an vont.
Et li chevaliers fu leanz,
Si a fet mervoilles si granz
Que toz seus la lame leva
C’onques de rien ne s’i greva,
De sor la grant tonbe marbrine.
Il vet rescorre la reïne,
Et il la rescorra sanz dote,
Et avoec li l’autre gent tote.
Vos meïsmes bien le savez,
Qui sovant leües avez
Les letres qui sont sor la lame.
Onques voir d’ome ne de fame
Ne nasquié, n’en sele ne sist
Chevaliers qui cestui vausist."
Et lors dit li pere a son fil :
"Filz, que te sanble ? Don n’est il
Molt preuz qui a fet tel esforz ?
Or sez tu bien cui fu li torz :
Bien sez se il fu tuens ou miens.
Ja ne voldroies por Amiens
Qu’a lui te fusses conbatuz.
Si t’an iés tu molt debatuz
Einçois qu’an t’an poïst torner.
Or nos an poons retorner,
Car grant folie ferïens
S’avant de ci les suïens."
Et cil respont : "Je l’otroie bien :
Li siudres ne nos valdroit rien.
Des qu’il vos plest, ralons nos an !"
Del retorner a fet grant san.
Et la pucele tote voie
Le chevalier de pres costoie,
Si le vialt feire a li antendre
Et son non vialt de lui aprendre ;
Ele li requiert qu’il li die,
Une foiz et autre li prie,
Tant que il li dit par enui :
"Ne vos ai ge dit que je sui
Del rëaume le roi Artu ?
Foi que doi Deu et sa vertu,
De mon non ne savroiz vos point !"
Lors li dit cele qu’il li doint
Congié, si s’an ira arriere ;
Et il li done a bele chiere.
A tant la pucele s’an part,
Et cil, tant que il fu molt tart,
A chevalchié sanz conpaignie.
Aprés vespres, androit conplie,
Si com il son chemin tenoit,
Vit un chevalier qui venoit
Del bois ou il avoit chacié.
Cil venoit le hiaume lacié
Et a sa venison trossee,
Tel con Dex li avoit donee,
Sor un grant chaceor ferrant.
Li vavasors molt tost errant
Vient ancontre le chevalier,
Si le prie de herbergier :
"Sire, fet il, nuiz iert par tans ;
De herbergier est huimés tans,
Sel devez feire par reison ;
Et j’ai une moie meison
Ci pres, ou ge vos manrai ja.
Einz nus mialz ne vos herberja
Lonc mon pooir que je ferai,
S’il vos plest et liez an serai.
- Et g’en resui molt liez," fet cil.
Avant en anvoie son fil
Li vavasors tot maintenant,
Por feire l’ostel avenant
Et por la cuisine haster.
Et li vaslez sans arester
Fist tantost son comandemant
Molt volantiers et lieemant,
Et s’an vet molt grant aleüre.
Et cil

qui del haster n’ont cure
Ont aprés lor chemin tenu
Tant qu’il sont a l’ostel venu.
Li vavasors avoit a fame
Une bien afeitiee dame,
Et cinq filz qu’il avoit molt chiers,
Troiz vaslez et deus chevaliers,
Et deus filles gentes et beles
Qui encore estoient puceles.
N’estoient pas del païs né,
Mes il estoient anserré,
Et prison tenu i avoient
Molt longuemant, et si estoient
Del rëaume de Logres né.
Li vavasors a amené
Le chevalier dedanz sa cort,
Et la dame a l’encontre cort,
Et si fil et ses filles saillent ;
Por lui servir trestuit se baillent,
Si le salüent et descendent.
A lor seignor gaires n’antendent
Ne les serors ne li cinc frere,
Car bien savoient que lor pere
Voloit que ensi le feïssent.
Molt l’enorent et conjoïssent ;
Et quant il l’orent desarmé,
Son mantel li a afublé
L’une des deus filles son oste,
Au col li met et del suen l’oste.
S’il fu bien serviz au soper,
De ce ne quier je ja parler ;
Mes quant ce vint aprés mangier,
Onques n’i ot puis fet dangier,
De parler d’afeires plusors.
Premieremant li vavasors
Comança son oste a enquerre
Qui il estoit, et de quel terre,
Mes son non ne li anquist pas.
Et il respont eneslepas :
"Del rëaume de Logres sui,
Einz mes an cest païs ne fui."
Et quant li vavasors l’entant,
Si s’an mervoille duremant
Et sa fame et si anfant tuit,
N’i a un seul cui molt n’enuit ;
Si li ancomancent a dire :
"Tant mar i fustes, biax dolz sire,
Tant est granz domages de vos !
C’or seroiz ausi come nos
Et an servage et an essil.
- Et dom estes vos donc ? fet il.
- Sire, de vostre terre somes.
An cest païs a mainz prodomes
De vostre terre an servitume.
Maleoite soit tex costume
Et cil avoec, qui la maintienent !
Que nul estrange ça ne vienent
Qu’a remenoir ne lor covaingne
Et que la terre nes detaigne ;
Car qui se vialt antrer i puet,
Mes a remenoir li estuet.
De vos meïsmes est or pes :
Vos n’en istroiz, ce cuit, ja mes.
- Si ferai, fet il, se je puis."
Li vavasors li redit puis :
"Comant ? Cuidiez an vos issir ?
- Oïl, se Deu vient a pleisir ;
Et g’en ferai mon pooir tot.
- Donc an istroient sanz redot
Trestuit li autre quitemant,
Car puis que li uns lëaumant
Istra fors de ceste prison,
Tuit li autre sanz mesprison
An porront issir sanz desfanse."
A tant li vavasors s’apanse
Qu’an li avoit dit et conté
C’uns chevaliers de grant bonté
El païs a force venoit
Por la reïne que tenoit
Meleaganz, li filz le roi ;
Et dit : "Certes, je pans et croi
Que ce soit il, dirai li donques."
Lors li dist : "Ne me celez onques,
Sire, rien de vostre besoigne
Par un covant que je vos doigne
Consoil au mialz que je savrai.
Je meïsmes preu i avrai
Se vos bien feire le pöez.
La verité m’an desnöez.
Por vostre preu et por le mien.
An cest païs, ce cuit je bien,
Estes venuz por la reïne,
Antre ceste gent sarradine
Qui peior que Sarrazin sont."
Et li chevaliers li respont :
"Onques n’i ving por autre chose.
Ne sai ou ma dame est anclose,
Mes a li rescorre tesoil,
Et s’ai grant mestier de consoil.
Conseilliez moi, se vos savez."
Et cil dit : "Sire, vos avez
Anprise voie molt grevainne.
La voie ou vos estes vos mainne
Au Pont de l’Espee tot droit.
Consoil croire vos covendroit :
Se vos croire me volïez,
Au Pont de l’Espee irïez
Par une plus seüre voie,
Et je mener vos i feroie."
Et cil qui la menor covoite
Li demande : "Est ele ausi droite
Come ceste voie de ça ?
- Nenil, fet il, einçois i a
Plus longue voie et plus seüre."
Et cil dit : "De ce n’ai ge cure ;
Mes an cesti me conseilliez,
Car je i sui apareilliez.
- Sire, voir ja n’i avroiz preu :
Se vos alez par autre leu,
Demain venroiz a un passage
Ou tost porroiz avoir domage,
S’a non : li Passages des Pierres.
Volez que je vos die gierres
Del passage com il est max ?
N’i puet passer c’uns seus chevax ;
Lez a lez n’i iroient pas
Dui home, et si est li trespas
Bien gardez et bien desfanduz.
Ne vos sera mie randuz
Maintenant que vos i vandroiz :
D’espee et de lance i prandroiz
Maint cop et s’an randroiz assez
Einz que soiez outre passez."
Et quant il li ot tot retret,
Uns chevaliers avant se tret,
Qui estoit filz au vavasor,
Et dit : "Sire, avoec cest seignor
M’an irai, se il ne vos grieve."
A tant uns des vaslez se lieve
Et dit : "Ausins i irai gié."
Et li pere an done congié
Molt volentiers a enbedeus.
Or ne s’an ira mie seus
Li chevaliers, ses an mercie,
Que molt aime lor conpaignie.
A tant les paroles remainnent,
Le chevalier couchier an mainnent ;
Si dormi, se talant en ot.
Tantost con le jor veoir pot,

Se lieve sus, et cil le voient
Qui avoec lui aler devoient ;
Si sont tot maintenant levé.
Li chevalier se sont armé,
Si s’an vont et ont congié pris ;
Et li vaslez s’est devant mis,
Et tant lor voie ansanble tienent
Qu’an Passage des Pierres vienent,
A ore de prime tot droit.
Une bretesche en mi avoit,
Ou il avoit un home adés.
Einçois que il venissent pres,
Cil qui sor la bretesche fu
Les voit et crie a grant vertu :
"Cist vient por mal ! Cist vient por mal !"
A tant ez vos sor un cheval
Un chevalier soz la bretesche,
Armé d’une armeüre fresche,
Et de chascune part sergenz
Qui tenoient haches tranchanz.
Et quant il au passage aproche,
Cil qui le garde li reproche
La charrete molt laidemant,
Et dit : "Vassax, grant hardemant
As fet, et molt es fos naïs,
Quant antrez iés an cest païs.
Ja hom ça venir ne deüst
Qui sot charrete esté eüst,
Et ja Dex joïr ne t’an doint !"
A tant li uns vers l’autre point
Quanque cheval porent aler ;
Et cil qui doit les pas garder
Peçoie sa lance a estros
Et lesse andeus cheoir les tros ;
Et cil an la gorge l’asanne
Trestot droit par desus la panne
De l’escu, si le giete anvers
Desus les pierres an travers ;
Et li sergent as haches saillent ;
Mes a esciant a lui faillent,
Qu’il n’ont talant de feire mal
Ne a lui ne a son cheval.
Et li chevaliers parçoit bien
Qu’il nel voelent grever de rien
Ne n’ont talant de lui mal feire,
Si n’a soing de s’espee treire,
Einz s’an passe oltre sanz tançon
Et aprés lui si conpaignon.
Et li uns d’ax a l’autre dit
C’onques tel chevalier ne vit,
Ne nus a lui ne s’aparoille.
"Dont n’a il feite grant mervoille
Qui par ci est passez a force ?
- Biax frere, por Deu, car t’esforce,
Fet li chevaliers a son frere,
Tant que tu vaignes a mon pere ;
Si li conte ceste avanture."
Et li vaslez afiche et jure
Que ja dire ne li ira,
Ne ja mes ne s’an partira
De ce chevalier, tant qu’il l’ait
Adobé et chevalier fait ;
Mes il aut feire le message,
Se il en a si grant corage.
A tant s’an vont tuit troi a masse,
Tant qu’il pot estre none basse.
Vers none un home trové ont,
Qui lor demande qui il sont,
Et il dïent : "Chevalier somes,
Qui an noz afeires alomes."
Et li hom dit au chevalier :
"Sire, or voldroie herbergier
Vos et voz conpaignons ansanble."
A celui le dit, qui li sanble
Que des autres soit sire et mestre.
Et il li dit : "Ne porroit estre
Que je herberjasse a ceste ore,
Car malvés est qui se demore
Ne qui a eise se repose
Puis qu’il a enprise grant chose.
Et je ai tel afeire anpris
Qu’a piece n’iert mes ostex pris."
Et li hom li redit aprés :
"Mes ostex n’est mie ci pres,
Einz est grant piece ça avant.
Venir i pöez par covant
Que a droite ore ostel prendroiz,
Que tart iert quant vos i vendroiz.
- Et je, fet il, i irai donques."
A la voie se met adonques
Li hom devant, qui les an mainne,
Et cil aprés la voie plainne.
Et quant il ont grant piece alé,
S’ont un escüier ancontré,
Qui venoit trestot le chemin
Les granz galoz sor un roncin
Gras et reont com une pome.
Et li escüiers dit a l’ome :
"Sire, sire, venez plus tost,
Car cil de Logres sont a ost
Venu sor ces de ceste terre,
S’ont ja comanciee la guerre
Et la tançon et la meslee ;
Et dïent qu’an ceste contree
S’est uns chevaliers anbatuz
Qui an mainz leus s’est conbatuz,
N’en ne li puet contretenir
Passage, ou il vuelle venir,
Que il n’i past, cui qu’il enuit.
Ce dïent an cest païs tuit
Que il les deliverra toz
Et metra les noz au desoz.
Or si vos hastez, par mon los !"
Lors se met li hom es galos,
Et cil an sont molt esjoï,
Qui autresi l’orent oï,
Car il voldront eidier as lor.
Et dit li filz au vavasor :
"Sire, öez que dit cist sergenz.
Alons, si eidons a nos genz
Qui sont meslé a ces de la !"
Et li hom tot adés s’an va,
Qu’il nes atant, ençois s’adrece
Molt tost vers une forterece
Qui sor un tertre estoit fermee,
Et cort tant qu’il vient a l’entree,
Et cil aprés a esperon.
Li bailes estoit anviron
Clos de haut mur et de fossé.
Tantost qu’il furent anz antré,
Si lor lessierent avaler,
Qu’il ne s’an poïssent raler,
Une porte aprés les talons.
Et cil dïent : "Alons, alons !
Que ci n’aresterons nos pas."
Aprés l’ome plus que le pas
Vont tant qu’il vienent a l’issue,
Qui ne lor fu pas desfandue ;
Mes maintenant que cil fu fors
Li lessierent aprés le cors
Cheoir une porte colant.
Et cil an furent molt dolant
Quant dedanz anfermé se voient,
Car il cuident qu’anchanté soient ;
Mes cil don plus dire vos doi
Avoit un anel an son doi
Don la pierre tel force avoit
Qu’anchantemanz ne le pooit
Tenir, puis qu’il l’avoit veüe.
L’anel met devant sa veüe,

S’esgarde la pierre, et si dit :
"Dame, dame se Dex m’aït,
Or avroie je grant mestier
Que vos me poïssiez eidier."
Cele dame une fee estoit
Qui l’anel doné li avoit,
Et si le norri an s’anfance ;
S’avoit an li molt grant fiance
Que ele, an quel leu que il fust,
Secorre et eidier li deüst ;
Mes il voit bien a son apel
Et a la pierre de l’anel
Qu’il n’i a point d’anchantemant,
Et set trestot certainnemant
Qu’il sont anclos et anserré.
Lors vienent a un huis barré
D’une postorne estroite et basse.
Les espees traient a masse ;
Si fiert tant chascuns de s’espee
Qu’il orent la barre colpee.
Quant il furent fors de la tor,
Et comancié voient l’estor,
Aval les prez, molt grant et fier,
Et furent bien mil chevalier
Que d’une part que d’autre au mains
Estre la jaude des vilains.
Quant il vindrent aval les prez,
Come sages et atremprez
Li filz au vavasor parla :
"Sire, einz que nos vaigniemes la,
Ferïemes, ce cuit, savoir,
Qui iroit anquerre et savoir
De quel part les noz genz se tienent.
Je ne sai de quel part il vienent,
Mes g’i irai, se vos volez.
- Jel voel, fet il, tost i alez,
Et tost revenir vos covient."
Cil i va tost et tost revient,
Et dit : "Molt nos est bien cheü,
Que j’ai certainnemant veü
Que ce sont li nostre de ça."
Et li chevaliers s’adreça
Vers la meslee maintenant ;
S’ancontre un chevalier venant
Et joste a lui, sel fiert si fort
Parmi l’uel que il l’abat mort.
Et li vaslez a pié descent,
Le cheval au chevalier prent
Et les armes que il avoit
Si s’an arme bel et adroit.
Quant armez fu, sanz demorance,
Monte et prant l’escu et la lance
Qui estoit grosse et roide et peinte ;
Au costé ot l’espee ceinte
Tranchant et flanbeant et clere.
An l’estor est aprés son frere
Et aprés son seignor venuz,
Qui molt bien s’i est maintenuz
An la meslee une grant piece,
Que il ront et fant et depiece
Escuz et hiaumes et haubers.
Nes garantist ne fuz ne fers
Cui il ataint, qu’il ne l’afolt
Ou morz jus del cheval ne volt.
Il seus si tres bien le feisoit
Que trestoz les desconfisoit,
Et cil molt bien le refeisoient
Qui avoec lui venu estoient.
Mes cil de Logres s’en mervoillent,
Qu’il nel conuissent, et consoillent
De lui as filz au vavasor.
Tant an demandent li plusor
Qu’an lor dist : "Seignor, ce est cil
Qui nos gitera toz d’essil
Et de la grant maleürté
Ou nos avons lonc tans esté ;
Se li devons grant enor feire
Qant, por nos fors de prison treire,
A tant perilleus leus passez
Et passera ancor assez ;
Molt a a feire et molt a fait."
N’i a celui joie n’en ait :
Quant ceste novele ont oïe,
Molt an est lor genz esjoïe.
Quant la novele est tant alee
Que ele fu a toz contee,
Tuit l’oïrent et tuit le sorent.
De la joie que il en orent
Lors croist force et s’an esvertüent
Tant que mainz des autres an tüent,
Et plus les mainnent leidemant
Por le bien feire seulemant
D’un seul chevalier, ce me sanble,
Que por toz les autres ansanble.
Et s’il ne fust si pres de nuit,
Desconfit s’an alassent tuit ;
Mes la nuiz si oscure vint
Que departir les an covint.
Au departir tuit li cheitif,
Autresi come par estrif,
Environ le chevalier vindrent,
De totes parz au frain le prindrent,
Si li ancomancent a dire :
"Bien veignanz soiez vos, biax sire."
Et dit chascuns : "Sire, par foi,
Vos vos herbergeroiz o moi ;
Sire por Deu et por son non,
Ne herbergiez se o moi non."
Tuit dïent ce que dit li uns,
Que herbergier le vialt chascuns,
Ausi li juenes con li vialz,
Et dit chascuns : "Vos seroiz mialz
El mien ostel que an l’autrui."
Ce dit chascuns androit de lui ;
Et li uns a l’autre le tost
Si con chascuns avoir le vost,
Et par po qu’il ne s’an conbatent.
Et il lor dit qu’il se debatent
De grant oiseuse et de folie.
"Lessiez, fet il, ceste anreidie,
Qu’il n’a mestier n’a moi n’a vos.
Noise n’est pas boene antre nos,
Einz devroit li uns l’autre eidier.
Ne vos covient mie pleidier
De moi herbergier par tançon.
Einz devez estre an cusançon
De moi herbergier an tel leu,
Por ce que tuit i aiez preu,
Que je soie an ma droite voie."
Ancor dit chascuns tote voie :
"C’est a mon ostel. - Mes au mien.
- Ne dites mie ancore bien,
Fet li chevaliers ; a mon los,
Li plus sages de vos est fos
De ce don ge vos oi tancier.
Vos me devrïez avancier,
Et vos me volez feire tordre.
Se vos m’avïez tuit en ordre
Li uns aprés l’autre a devise
Fet tant d’enor et de servise
Com an porroit feire a un home,
Par toz les sainz qu’an prie a Rome,
Ja plus boen gré ne l’an savroie,
Quant la bonté prise en avroie,
Que je faz de la volanté.
Se Dex me doint joie et santé,
La volantez autant me haite
Con se chascuns m’avoit ja faite
Molt grant enor et grant bonté ;
Si soit an leu de fet conté."

Ensi les vaint toz et apeise.
Chiés un chevalier molt a eise
El chemin a ostel l’en mainnent,
Et de lui servir tuit se painnent.
Trestuit l’enorent et servirent
Et molt tres grant joie li firent
Tote la nuit jusqu’au couchier,
Car il l’avoient tuit molt chier.
Le main, quant vint au dessevrer
Vost chascuns avoec lui aler,
Chascuns se poroffre et presante ;
Mes lui ne plest ne n’atalante
Que nus hom s’an voist avoec lui,
Fors que tant solemant li dui
Que il avoit la amenez :
Ces, sanz plus, en avoit menez.
Cel jor ont des la matinee
Chevalchié tresqu’a la vespree,
Qu’il ne troverent aventure.
Chevalchant molt grant aleüre,
D’une forest molt tart issirent ;
A l’issir une meison virent
A un chevalier, et sa fame,
Qui sanbloit estre boene dame,
Virent a la porte seoir.
Tantost qu’ele les pot veoir
S’est contre aus an estant dreciee ;
A chiere molt joiant et liee
Les salue et dit : "Bien vaingniez !
Mon ostel voel que vos praigniez ;
Herbergiez estes, descendez !
- Dame, quant vos le comandez,
Vostre merci, nos descendrons ;
Vostre ostel enuit mes prendrons."
Il descendent, et au descendre
La dame fet les chevax prendre,
Qu’ele avoit mesniee molt bele.
Ses filz et ses filles apele
Et il vindrent tot maintenant :
Vaslet cortois et avenant
Et chevalier et filles beles :
As uns comande oster les seles
Des chevax, et bien conreer.
N’i a celui qui l’ost veher,
Einz le firent molt volentiers.
Desarmer fet les chevaliers,
Au desarmer les filles saillent ;
Desarmé sont, puis si lor baillent
A afubler trois corz mantiax.
A l’ostel, qui molt estoit biax,
Les an mainnent eneslepas.
Mes li sires n’i estoit pas,
Einz ert en bois, et avoec lui
Estoient de ses filz li dui ;
Mes il vint lués, et sa mesniee
Qui molt estoit bien anresniee
Saut contre lui defors la porte.
La veneison que il aporte
Destrossent molt tost et deslïent
Et si li recontent et dïent :
"Sire, sire, vos ne savez,
Trois ostes chevaliers avez.
- Dex an soit aorez," fet il.
Li chevaliers et si dui fil
Font de lor ostes molt grant joie ;
Et la mesniee n’est pas coie
Que toz li mandre s’aprestoit
De feire ce qu’a feire estoit :
Cil corent le mangier haster
Et cil les chandoiles gaster,
Si les alument et espranent ;
La toaille et les bacins pranent
Si donent l’eve as mains laver :
De ce ne sont il mie aver ;
Tuit levent, si vont asseoir,
Riens qu’an poïst leanz veoir
N’estoit charjable ne pesanz.
Au premier mes vint uns presanz
D’un chevalier a l’uis defors,
Plus orguelleus que n’est uns tors,
Que c’est molt orguilleuse beste.
Cil des les piez jusqu’a la teste
Sist toz armez sor son destrier.
De l’une janbe an son estrier
Fu afichiez, et l’autre ot mise
Par contenance et par cointise
Sor le col del destrier crenu.
Estes le vos ensi venu
C’onques nus garde ne s’an prist
Tant qu’il vint devant aus et dist ;
"Li quex est ce, savoir le vuel,
Qui tant a folie et orguel,
Et de cervel la teste vuide
Qu’an cest païs vient, et si cuide
Au Pont de l’Espee passer ?
Por neant s’est venuz lasser,
Por neant a ses pas perduz."
Et cil, qui ne fu esperduz,
Molt seüremant li respont :
"Je sui qui vuel passer au Pont.
- Tu ? Tu ? Comant l’osas panser ?
Einz te deüsses apanser
Que tu anpreïsses tel chose
A quel fin et a quel parclose
Tu an porroies parvenir,
Si te deüst resovenir
De la charrete ou tu montas.
Ce ne sai ge se tu honte as
De ce que tu i fus menez,
Mes ja nus qui fust bien senez
N’eüst si grant afaire anpris
S’il de cest blasme fust repris."
A ce que cil dire li ot
Ne li daigne respondre un mot ;
Mes li sires de la meison
Et tuit li autre par reison
S’an mervoillent a desmesure.
"Ha, Dex ! Con grant mesaventure !
Fet chascuns d’ax a lui meïsmes,
L’ore que charrete fu primes
Pansee et feite soit maudite,
Car molt est vix chose et despite.
Ha, Dex ! De coi fu il retez ?
Et por coi fu il charretez ?
Por quel pechié ? Por quel forfet ?
Ce li ert mes toz jorz retret.
S’il fust de cest reproche mondes,
An tant con dure toz li mondes,
Ne fust uns chevaliers trovez,
Tant soit de pröesce esprovez,
Qui cestui valoir resanblast,
Et qui trestoz les assanblast
Si bel ne si gent n’i veïst,
Por ce que le voir an deïst."
Ce disoient comunemant.
Et cil molt orguilleusemant
Sa parole recomança
Et dist : "Chevaliers, antant ça,
Qui au Pont de l’Espee an vas :
Se tu viax, l’eve passeras
Molt legieremant et söef,
Je te ferai an une nef
Molt tost oltre l’eve nagier.
Mes se je te vuel paagier,
Quant de l’autre part te tandrai,
Se je vuel, la teste an prandrai,
Ou se non, an ma merci iert."
Et cil respont que il ne quiert
Avoir mie desaventure :
Ja sa teste an ceste avanture
N’iert

mise por nes un meschief.
Et cil li respont de rechief :
"Des que tu ce feire ne viax,
Cui qu’an soit la honte et li diax,
Venir te covendra ça fors
A moi conbatre cors a cors."
Et cil dit por lui amuser :
"Se jel pooie refuser,
Molt volantiers m’an sosferroie ;
Mes ainçois voir me conbatroie
Que noauz feire m’esteüst."
Einçois que il se remeüst
De la table ou il se seoient,
Dist as valez qui le servoient,
Que sa sele tost li meïssent
Sor son cheval, et si preïssent
Ses armes, se li aportassent.
Et cil del tost feire se lassent ;
Li un de lui armer se painnent,
Li autre son cheval amainnent ;
Et sachiez, ne resanbloit pas,
Si com il s’an aloit le pas,
Armez de trestotes ses armes,
Et tint l’escu par les enarmes
Et fu sor son cheval montez,
Qu’il deüst estre mescontez
N’antre les biax n’antre les buens.
Bien sanble qu’il doie estre suens
Li chevax, tant li avenoit,
Et li escuz que il tenoit
Par les enarmes anbracié ;
Si ot un hiaume el chief lacié
Qui tant i estoit bien assis
Que il ne vos fust mie avis
Qu’anprunté n’acreü l’eüst ;
Einz deïssiez, tant vos pleüst,
Qu’il fu ensi nez et creüz ;
De ce voldroie estre creüz.
Fors de la porte, an une lande,
Est cil qui la joste demande,
Ou la bataille estre devoit.
Tantost con li uns l’autre voit
Point li uns vers l’autre a bandon,
Si s’antrevienent de randon,
Et des lances tex cos se donent
Que eles ploient et arçonent
Et anbedeus an pieces volent ;
As espees les escuz dolent
Et les hiaumes et les haubers ;
Tranchent les fuz, ronpent les fers
Si que an plusors leus se plaient ;
Par ire tex cos s’antrepaient
Con s’il fussent fet a covant ;
Mes les espees molt sovant
Jusqu’as cropes des chevax colent ;
Del sanc s’aboivrent et saolent
Que jusques es flans les anbatent.
Si que andeus morz les abatent.
Et quant il sont cheü a terre,
Li uns vet l’autre a pié requerre ;
Et s’il de mort s’antrehaïssent,
Ja por voir ne s’antranvaïssent
As espees plus crüelmant.
Plus se fierent menüemant
Que cil qui met deniers an mine,
Qui de jöer onques ne fine
A totes failles deus et deus ;
Mes molt estoit autres cist jeus,
Que il n’i avoit nule faille,
Mes cos et molt fiere bataille,
Molt felenesse et molt crüel.
Tuit furent issu de l’ostel :
Sires, dame, filles et fil,
Qu’il n’i remest cele ne cil,
Ne li privé ne li estrange,
Ainçois estoient tuit an range
Venu por veoir la meslee
An la lande qui molt fu lee.
Li chevaliers de la charrete
De malvestié se blasme et rete
Quant son oste voit qui l’esgarde ;
Et des autres se reprant garde
Qui l’esgardoient tuit ansanble.
D’ire trestoz li cors li tranble,
Qu’il deüst, ce li est avis,
Avoir molt grant pieç’a conquis
Celui qui a lui se conbat.
Lors le fiert si qu’il li anbat
L’espee molt pres de la teste
Si l’anvaïst come tanpeste,
Car il l’anchauce et si l’argüe
Tant que place li a tolue ;
Si li tost terre et si le mainne
Tant que bien pres li faut l’alainne,
S’a an lui molt po de desfanse.
Et lors li chevaliers s’apanse
Que il li avoit molt vilmant
La charrete mise devant.
Si li passe et tel le conroie
Qu’il n’i remaint laz ne corroie
Qu’il ne ronpe antor le coler ;
Si li fet le hiaume voler
Del chief et cheoir la vantaille.
Tant le painne et tant le travaille
Que a merci venir l’estuet,
Come l’aloe qui ne puet
Devant l’esmerillon durer,
Ne ne s’a ou aseürer
Puis que il la passe et sormonte ;
Ausi cil a tote sa honte
Li vet requerre et demander
Merci, qu’il nel puet amander.
Et quant il ot que cil requiert
Merci, si nel toche ne fiert,
Einz dit : "Viax tu merci avoir ?
- Molt avez or dit grant savoir,
Fet cil, ce devroit dire fos ;
Onques rien nule tant ne vos
Con je faz merci or androit."
Et cil dit : "Il te covandroit
Sor une charrete monter ;
A neant porroies conter
Quanque tu dire me savroies,
S’an la charrete ne montoies
Por ce que tant folle boche as
Que vilmant la me reprochas."
Et li chevaliers li respont :
"Ja Deu ne place que g’i mont.
- Non ? fet cil, et vos i morroiz.
- Sire, bien feire le porroiz,
Mes, por Deu, vos quier et demant
Merci, fors que tant seulemant
Qu’an charrete monter ne doive.
Nus plez n’est que je n’an reçoive
Fors cestui, tant soit griés ne forz.
Mialz voldroie estre cent foiz morz
Que fet eüsse tel meschief.
Ja nul autre chose si grief
Ne me diroiz que je ne face
Por merci et por vostre grace."
Que que cil merci li demande,
A tant ez vos parmi la lande
Une pucele l’anbleüre
Venir sor une fauve mure,
Desafublee et deslïee ;
Et si tenoit une corgiee
Don la mule feroit granz cos,
Et nus chevax les granz galos

Por verité si tost n’alast
Que la mule plus tost n’anblast.
Au chevalier de la charrete
Dist la pucele : "Dex te mete,
Chevaliers, joie et cuer parfite
De la rien qui plus te delite !"
Cil qui volantiers l’ot oïe
Li respont : "Dex vos beneïe,
Pucele, et doint joie et santé !"
Lors dist cele sa volanté :
"Chevaliers, fet ele, de loing
Sui ça venue a grant besoing
A toi, por demander un don
En merite et an guerredon
Si grant con ge te porrai feire ;
Et tu avras encor afeire
De m’aïde, si con je croi."
Et cil li respont : "Dites moi
Que vos volez, et se je l’ai
Avoir le porroiz sanz delai,
Mes que ne soit chose trop griés."
Et cele dit : "Ce est li chiés
De cest chevalier que tu as
Conquis ; et, voir, einz ne trovas
Si felon ne si desleal.
Ja ne feras pechié ne mal,
Einçois sera aumosne et biens,
Que c’est la plus deslëax riens
Qui onques fust ne ja mes soit."
Et quant cil qui vaincuz estoit
Ot qu’ele vialt que il l’ocie,
Si li dist : "Ne la creez mie,
Qu’ele me het ; mes je vos pri
Que vos aiez de moi merci
Por ce Deu qui est Filz et Pere
Et qui de celi fist Sa mere
Qui estoit Sa fille et S’ancele !
- Ha ! Chevaliers, fet la pucele,
Ne croire pas ce traïtor.
Que Dex te doint joie et enor
Si grant con tu puez covoitier,
Et si te doint bien esploitier
De ce que tu as entrepris !"
Or est li chevaliers si pris
Qu’el panser demore et areste,
Savoir s’il an donra la teste
Celi qui la rueve tranchier,
Ou s’il avra celui tant chier
Qu’il li praigne pitiez de lui.
Et a cesti et a celui...
Viaut feire ce qu’il li demandent :
Largece et pitiez li comandent
Que lor boen face a enbedeus,
Qu’il estoit larges et piteus.
Mes se cele la teste an porte,
Donc iert pitiez vaincue et morte ;
Et s’ele ne l’an porte quite,
Don iert largece desconfite.
An tel prison, an tel destrece
Le tienent pitiez et largece
Que chascune l’angoisse et point.
La teste vialt que il li doint
La pucele qui li demande ;
Et d’autre part li recomande...
Sor pitié et sor sa franchise
Et des que il li a requise
Merci, ne l’avra il adonques ?
Oïl, ce ne li avint onques
Que nus, tant fust ses anemis,
Des que il l’ot au desoz mis
Et merci crïer li covint,
Onques ancor ne li avint
C’une foiz merci li veast,
Mes au sorplus ja ne beast.
Donc ne la vehera il mie
Cestui qui li requiert et prie
Des que ensi feire le sialt.
Et cele qui la teste vialt
Avra la ele ? Oïl, s’il puet.
"Chevaliers, fet il, il t’estuet
Conbatre de rechief a moi,
Et tel merci avrai de toi,
Se tu viax ta teste desfandre,
Que je te lesserai reprendre
Ton hiaume et armer de rechief
A leisir ton cors et ton chief
A tot le mialz que tu porras.
Mes saches que tu i morras
Se je autre foiz te conquier."
Et cil respont : "Ja mialz ne quier,
N’autre merci ne te demant.
- Et ancor assez t’i amant,
Fet cil, que je me conbatrai
A toi que ja ne me movrai
D’ensi con ge sui ci elués."
Cil s’atorne et revienent lués
A la bataille com angrés ;
Mes plus le reconquist aprés
Li chevaliers delivremant
Qu’il n’avoit fet premieremant.
Et la pucele eneslepas.
Crie : "Ne l’espargnier tu pas,
Chevaliers, por rien qu’il te die !
Certes qu’il ne t’espargnast mie
S’il t’eüst conquis une foiz.
Bien saches tu, se tu le croiz,
Il t’angignera de rechief.
Tranche au plus desleal le chief
De l’empire et de la corone,
Frans chevaliers, si le me done !
Por ce le me doiz bien doner
Que jel te cuit guerredoner
Molt bien, ancor tex jorz sera.
S’il puet, il te rangignera
De sa parole autre foiee."
Cil qui voit sa mort aprochiee
Li crie merci molt an haut,
Mes ses crïers rien ne li vaut,
Ne chose que dire li sache,
Que cil par le hiaume le sache
Si que trestoz les laz an tranche ;
La vantaille et la coiffe blanche
Li abat de la teste jus.
Et cil li crie, et plus et plus :
"Merci, por Deu ! Merci, vassax !"
Cil respont : "Se je soie sax,
Ja mes de toi n’avrai pitié,
Puis c’une foiz t’ai respitié.
- Ha ! fet il, pechié ferïez
Se m’anemie creïez
De moi an tel meniere ocirre."
Et cele qui sa mort desirre
De l’autre part li amoneste
Qu’isnelemant li trant la teste,
Ne plus ne croie sa parole.
Cil fiert et la teste li vole
Enmi la lande et li cors chiet ;
A la pucele plaist et siet.
Li chevaliers la teste prant
Par les chevox et si la tant
A celi qui grant joie an fait
Et dit : "Tes cuers si grant joie ait
De la rien que il plus voldroit,
Con li miens cuers a or androit
De la rien que je plus voloie.
De nule rien ne me doloie
Fors de ce que il vivoit tant.
Uns guerredons de moi t’atant
Qui molt te vanra an boen leu.
An cest servise avras grant preu,

Que tu m’as fet, ce t’acreant.
Or m’an irai, si te comant
A Deu, qui d’anconbrier te gart."
Tantost la pucele s’an part,
Et li uns l’autre a Deu comande.
Mes a toz ces qui an la lande
Orent la bataille veüe
An est molt grant joie creüe,
Si desarment tot maintenant
Le chevalier, joie menant,
Si l’enorent de quanqu’il sevent.
Tot maintenant lor mains relevent,
Qu’al mangier rasseoir voloient ;
Or sont plus lié qu’il ne soloient,
Si manjüent molt lieemant.
Quant mangié orent longuemant,
Li vavasors dist a son oste
Qui delez lui seoit ancoste :
"Sire, nos venimes pieç’a
Del rëaume de Logres ça.
Né an somes, si voudrïens
Q’annors vos venist et granz biens
Et joie en cest païs, que nos
I avrïens preu avoec vos,
Et a maint autre preuz seroit
S’enors et biens vos avenoit
An ceste oevre et an ceste voie."
Et cil respont : "Bien le savoie."
Quant li vavasors ot lessiee
Sa parole et sa voiz bessiee,
Si l’a uns de ses filz reprise
Et dist : "Sire, an vostre servise
Devrïens toz noz pooirs metre
Et doner einçois que prometre ;
Se mestier avïez del prendre,
Nos ne devrïens mie atendre
Tant que vos demandé l’aiez.
Sire, ja ne vos esmaiez
De vostre cheval s’il est morz,
Car ceanz a chevax bien forz ;
Tant voel que vos aiez del nostre :
Tot le meillor an leu del vostre
En manroiz, qu’il vos est mestiers."
Et cil respont : "Molt volantiers."
A tant font les liz atorner,
Si se couchent. A l’ajorner
Lievent matin et si s’atornent.
Atorné sont, puis si s’an tornent.
Au departir rien ne mesprant :
A la dame et au seignor prant,
Et a toz les autres, congié.
Mes une chose vos cont gié
Por ce que rien ne vos trespas,
Que li chevaliers ne volt pas
Monter sor le cheval presté
Qu’an li ot a l’uis presanté ;
Einz i fist, ce vos voel conter,
Un des deus chevaliers monter
Qui venu erent avoec lui.
Et il sor le cheval celui
Monte, qu’ainsi li plot et sist.
Quant chascuns sor son cheval sist,
Si s’acheminerent tuit troi
Par le congié et par l’otroi
Lor oste, qui serviz les ot
Et enorez de quanqu’il pot.
Le droit chemin vont cheminant
Tantque li jorz vet declinant,
Et vienent au Pont de l’Espee
Après none vers la vespree.
Au pié del pont, qui molt est max,
Sont descendu de lor chevax,
Et voient l’eve felenesse,
Noire et bruiant, roide et espesse,
Tant leide et tant espoantable
Con se fust li fluns au deable,
Et tant perilleuse et parfonde
Qu’il n’est riens nule an tot le monde,
S’ele i cheoit, ne fust alee
Ausi com an la mer salee.
Et li ponz qui est an travers
Estoit de toz autres divers,
Qu’ainz tex ne fu ne ja mes n’iert.
Einz ne fu, qui voir m’an requiert,
Si max ponz ne si male planche :
D’une espee forbie et blanche
Estoit li ponz sor l’eve froide,
Mes l’espee estoit forz et roide
Et avoit deus lances de lonc.
De chasque part ot un grant tronc,
Ou l’espee estoit closfichiee.
Ja nus ne dot que il i chiee
Por ce que ele brist ne ploit,
Que tant i avoit il d’esploit
Qu’ele pooit grant fes porter
Ce feisoit molt desconforter
Les deus chevaliers qui estoient
Avoec le tierz, que il cuidoient
Que dui lÿon ou dui liepart
Au chief del pont de l’autre part
Fussent lïé a un perron.
L’eve et li ponz et li lÿon
Les metent an itel freor
Qu’il tranblent andui de peor
Et dïent : "Sire, car creez
Consoil de ce que vos veez,
Qu’il vos est mestiers et besoinz.
Malveisemant est fez et joinz
Cist pons, et mal fu charpantez.
Se a tans ne vos repantez,
Au repantir vanroiz a tart.
Il convient feire par esgart
De tex choses i a assez.
Or soit c’outre soiez passez
Ne por rien ne puet avenir,
Ne que les vanz pöez tenir
Ne desfandre qu’il ne vantassent,
Et as oisiax qu’il ne chantassent
Ne qu’il n’osassent mes chanter,
Ne que li hom porroit antrer
El vantre sa mere et renestre,
Mes ce seroit qui ne peut estre,
Ne qu’an porroit la mer vuidier
Pöez vos savoir et cuidier
Que cil dui lÿon forsené,
Qui de la sont anchaené,
Que il ne vos tüent et sucent
Le sanc des voinnes et manjucent
La char et puis rungent les os ?
Molt sui hardiz quant je les os
Veoit et quant je les esgart.
Se de vos ne prenez regart,
Il vos ocirront, ce sachiez ;
Molt tost ronpuz et arachiez
Les manbres del cors vos avront,
Que merci avoir n’an savront.
Mes or aiez pitié de vos
Si remenez ansanble nos !
De vos meïsmes avroiz tort
S’an si certain peril de mort
Vos meteiz a esciant."
Et cil lor respont an riant :
"Seignor, fet il, granz grez aiez
Quant por moi si vos esmaiez ;
D’amor vos vient et de franchise.
Bien sai que vos an nule guise
Ne voldrïez ma mescheance ;
Mes j’ai tel foi et tel creance
An Deu qu’il me garra par tot :
Cest pont

ne ceste eve ne dot
Ne plus que ceste terre dure,
Einz me voel metre en aventure
De passer outre et atorner.
Mialz voel morir que retorner."
Cil ne li sevent plus que dire,
Mes de pitié plore et sopire
Li uns et li autres molt fort.
Et cil de trespasser le gort
Au mialz que il set s’aparoille
Et fet molt estrange mervoille,
Que ses piez desarme et ses mains.
N’iert mie toz antiers ne sains,
Quant de l’autre part iert venuz.
Bien s’iert sor l’espee tenuz,
Qui plus estoit tranchanz que fauz,
As mains nues et si deschauz
Que il ne s’est lessiez an pié
Souler ne chauce n’avanpié.
De ce gueres ne s’esmaioit
S’es mains et es piez se plaioit :
Mialz se voloit il mahaignier
Que cheoir del pont et baignier
An l’eve don ja mes n’issist.
A grant dolor si con li sist
S’an passe outre et a grant destrece :
Mains et genolz et piez se blece,
Mes tot le rasoage et sainne
Amors qui le conduist et mainne,
Si li estoit a sofrir dolz.
A mains, a piez et a genolz
Fet tant que de l’autre part vient.
Lors li remanbre et resovient
Des deus lÿons qu’il i cuidoit
Avoir veüz quant il estoit
De l’autre part ; lors si esgarde :
N’i avoit nes une leisarde,
Ne rien nule qui mal li face.
Il met sa main devant sa face,
S’esgarde son anel et prueve,
Quant nul des deus lÿons n’i trueve
Qu’il i cuidoit avoir veüz,
Qu’anchantez fu et deceüz,
Car il n’i avoit rien qui vive.
Et cil qui sont a l’autre rive
De ce qu’ainsi passé le voient
Font tel joie com il devoient,
Mes ne sevent pas son mehaing.
Et cil le tint a grant guehaing
Quant il n’i a plus mal soffert,
Le sanc jus de ses plaies tert
A sa chemise tot antor.
Et voit devant lui une tor
Si fort c’onques de sa veüe
N’avoit nule si fort veüe ;
La torz miaudre ne pooit estre.
Apoiez a une fenestre
S’estoit li rois Bademaguz,
Qui molt ert soutix et aguz
A tote enor et a tot bien,
Et lëauté sor tote rien
Voloit par tot garder et faire.
Et ses filz, qui tot le contraire
A son pooir toz jorz feisoit,
Car deslëautez li pleisoit,
N’onques de feire vilenie
Et traïson et felenie
Ne fu lassez ne enuiez,
S’estoit delez lui apoiez.
S’orent veü de la amont
Le chevalier passer le pont
A grant poinne et a grant dolor.
D’ire et de mautalant color
En a Meleaganz changiee ;
Bien set c’or li ert chalangiee.
La reïne ; mes il estoit
Tex chevaliers qu’il ne dotoit
Nul home, tan fust forz ne fiers.
Nus ne fust miaudres chevaliers,
Se fel et deslëaus ne fust,
Mes il avoit un cuer de fust
Tot sanz dolçor et sanz pitié.
Ce fet le roi joiant et lié,
Don ses filz molt grant duel avoit.
Li rois certeinnemant savoit
Que cil qui ert au pont passez
Estoit miaudres que nus assez ;
Que ja nus passer n’i osast
An cui dormist et reposast
Malvestiez, qui fet honte as suens
Plus que Pröesce enor as buens.
Donc ne puet mie tant Pröesce
Con fet Malvestiez et Peresce,
Car voirs est, n’an dotez de rien,
Qu’an puet plus feire mal que bien.
De ces deus choses vos deïsse
Molt, se demore n’i feïsse ;
Mes a autre chose m’ator,
Qu’a ma matiere m’an retor,
S’orroiz comant tient a escole
Li rois son fil qu’il aparole :
"Filz, fet il, avanture fu
Quant ci venimes, gié et tu,
A ceste fenestre apoier,
S’an avons eü tel loier
Que nos avons apertemant
Veü le plus grant hardemant
Qui onques fust mes nes pansez.
Or me di se boen gré ne sez
Celui qui tel mervoille a feite ?
Car t’acorde a lui et afeite,
Si li rant quite la reïne !
Ja n’avras preu an l’ateïne,
Einz i puez avoir grant domage.
Car te fai or tenir por sage
Et por cortois, si li anvoie
La reïne einçois qu’il te voie.
Fei li tel enor an ta terre
Que ce que il est venuz querre
Li dones ainz qu’il le demant.
Car tu sez bien certainnemant
Qu’il quiert la reïne Ganievre.
Ne te fai tenir por anrievre,
Ne por fol ne por orguilleus !
Se cist est an ta terre seus,
Se li doiz conpaignie feire,
Que prodom doit prodome atteire
Et enorer et losangier,
Nel doit pas de lui estrangier.
Qui fet enor, l’anors est soe :
Bien saches que l’enors iert toe
Se tu fez enor et servise
A cestui qui est a devise
Li miaudres chevaliers del monde."
Cil respont : "Que Dex me confonde,
S’ausins boen ou meillor n’i a !"
Mal fist quant lui i oblia,
Qu’il ne se prise mie mains.
Et dit : "Joinz piez et jointes mains,
Volez espoir que je devaigne
Ses hom et de lui terre taigne ?
Si m’aïst Dex, ainz devandroie
Ses hom que je ne li randroie
La reïne ! Dex m’an desfande
Qu’en tel guise je la li rande !
Ja certe n’iert par moi randue,
Mes contredite et desfandue
Vers toz ces qui si fol seront
Que venir querre l’oseront."
Lors de rechief li dit li rois :
"Filz, molt feroies que cortois

Se ceste anreidie lessoies.
Je te lo et pri qu’an pes soies.
Ce sez tu bien que enors iert
Au chevalier se il conquiert
Vers toi la reïne an bataille.
Il la doit mialz avoir sanz faille
Par bataille que par bonté
Por ce qu’a pris li ert conté.
Mien esciant il n’an quiert point
Por ce que l’an an pes la doint,
Einz la vialt par bataille avoir.
Por ce feroies tu savoir
Se la bataille li toloies.
Molt me poise quant tu foloies,
Mes se tu mon consoil despis,
Moins m’an sera s’il t’an est pis ;
Et grant max avenir t’an puet,
Que rien au chevalier n’estuet
Doter fors que seulemant toi.
De toz mes homes et de moi
Li doing trives et seürté ;
Onques ne fis deslëauté
Ne traïson ne felenie,
Ne je nel comancerai mie
Por toi ne que por un estrange.
Ja ne t’an quier dire losange,
Einz promet bien au chevalier
Qu’il n’avra ja de rien mestier,
D’armes ne de cheval, qu’il n’ait,
Des qu’il tel hardemant a fait
Que il est jusque ci venuz.
Bien iert gardez et maintenuz
Vers trestoz homes sauvemant
Fors que vers toi tot seulemant.
Et ce te voel je bien aprandre,
Que s’il vers toi se puet desfandre,
Il nel convient d’autrui doter.
- Assez me loist ore escoter,
Fet Meleaganz, et teisir,
Et vos diroiz vostre pleisir,
Mes po m’est de quanque vos dites ;
Je ne sui mie si hermites
Si piteus ne si charitables,
Ne tant ne voel estre enorables
Que la rien que plus aim li doingne.
N’iert mie feite sa besoigne
Si tost ne si delivremant,
Einçois ira tot autremant
Qu’antre vos et lui ne cuidiez.
Ja se contre moi li aidiez,
Por ce ne nos correceromes ;
Se de vos et de toz voz homes
A pes et trives, moi que chaut ?
Onques por ce cuers ne me faut ;
Einz me plest molt, se Dex me gart,
Que il n’ait fors de moi regart,
Ne je ne vos quier por moi feire
Rien nule ou l’an puise retreire
Deslëauté ne traïson.
Tant con vos plest soiez boens hon
Et moi lessiez estre crüel.
- Comant ? N’an feroies tu el ?
- Nenil, fet cil. - Et je m’an tes.
Or fei ton mialz, que je te les,
S’irai au chevalier parler :
Offrir li voel et presanter
M’aïde et mon consoil del tot,
Car je me tieng a lui de bot."
Lors descendi li rois aval
Et fet anseler son cheval.
L’an li amainne un grant destrier
Et il i monte par l’estrier,
Et mainne avoec lui de ses genz :
Trois chevaliers et deus sergenz
Sanz plus fet avoec lui aler.
Einz ne finerent d’avaler
Tant que il vindrent vers la planche,
Et voient celui qui estanche
Ses plaies et le sanc en oste.
Lonc tans le cuide avoir a oste
Li rois por ses plaies garir,
Mes a la mer feire tarir
Porroit autresi bien antendre.
Li rois se haste del descendre,
Et cil qui molt estoit bleciez
S’est lors ancontre lui dreciez,
Non pas por ce qu’il le conoisse,
Ne ne fet sanblant de l’angoisse
Qu’il avoit es piez et es mains
Ne plus que se il fust toz sains.
Li rois le vit esvertüer,
Si le cort molt tost salüer
Et dit : "Sire, molt m’esbaïs
De ce que vos an cest païs
Vos estes anbatuz sor nos.
Mes bien veignanz i soiez vos,
Que ja mes nus ce n’anprendra,
Ne mes n’avint ne n’avandra
Que nus tel hardemant feïst
Que an tel peril se meïst.
Et sachiez, molt vos en aim plus
Quant vos avez ce fet que nus
N’osast panser antemes feire.
Molt me troveroiz deboneire
Vers vos et leal et cortois.
Je sui de ceste terre rois,
Si vos offre tot a devise
Tot mon consoil et mon servise ;
Et je vois molt bien esperant
Quel chose vos alez querant :
La reïne, ce croi querez.
- Sire, fet il, bien esperez ;
Autres besoinz ça ne m’amainne.
- Amis, il i covendroit painne,
Fet li rois, ainz que vos l’aiez.
Et vos estes formant plaiez :
Je voi les plaies et le sanc.
Ne troveroiz mie si franc
Celui qui ça l’a amenee,
Qu’il la vos rande sanz meslee ;
Mes il vos covient sejorner
Et vos plaies feire atorner
Tant qu’eles soient bien garies.
De l’oignemant as trois Maries
Et de meillor, s’an le trovoit,
Vos donrai ge, car molt covoit
Vostre aise et vostre garison.
La reïne a boene prison
Que nus de char a li n’adoise,
Neïs mes filz cui molt an poise,
Qui avoec lui ça l’amena :
Onques hom si ne forssena
Com il s’an forssene et anrage.
Et j’ai vers vos molt boen corage,
Si vos donrai, se Dex me saut,
Molt volantiers quanqu’il vos faut.
Ja si boenes armes n’avra
Mes filz, qui mal gré m’an savra,
Qu’altresi boenes ne vos doigne,
Et cheval tel con vos besoigne.
Et si vos praing, cui qu’il enuit,
Vers trestoz homes an conduit.
Ja mar doteroiz de nelui,
Fors que seulemant de celui
Qui la reïne amena ça.
Onques hom si ne menaça
Autre con ge l’ai menacié,
Et par po je ne l’ai chacié
De ma terre par mautalant

Por ce que il ne la vos rant ;
S’est il mes filz ; mes ne vos chaille,
Se il ne vos vaint an bataille,
Ja ne vos porra sor mon pois
D’enui faire vaillant un pois.
- Sire, fet il, vostre merci !
Mes je gast le tans et pert ci,
Que perdre ne gaster ne vuel.
De nule chose ne me duel,
Ne ja n’ai plaie qui me nuise.
Menez moi tant que je le truise,
Car a tex armes con je port
Sui prez c’or androit me deport
A cos doner et a reprandre.
- Amis, mialz vos valdroit atandre
Ou.xv. jors ou trois semainnes,
Tant que vos plaies fussent sainnes ;
Car boens vos seroit li sejorz
Tot au moins jusqu’a.xv. jorz,
Que je por rien ne sosferroie,
Ne esgarder ne le porroie,
Qu’a tez armes n’a tel conroi
Vos combatessiez devant moi."
Et cil respont : "S’il vos pleüst,
Ja autres armes n’i eüst,
Que volantiers a ces feïsse
La bataille, ne ne queïsse
Qu’il i eüst, ne pas ore,
Respit ne terme ne demore.
Mes por vos ore tant ferai
Que jusqu’a demain atendrai ;
Et ja mar an parleroit nus,
Que je ne l’atandroie plus."
Lors a li rois acreanté
Qu’il iert tot a sa volanté,
Puis le fet a ostel mener
Et prie et comande pener
De lui servir ces qui l’en mainnent,
Et il del tot an tot s’an painnent.
Et li rois, qui la pes queïst
Molt volantiers se il poïst,
S’an vint de rechief a son fil,
Si l’aparole come cil
Qui volsist la pes et l’acorde,
Si li dit : "Biax filz, car t’acorde
A cest chevalier sanz combatre !
N’est pas ça venuz por esbatre,
Ne por berser ne por chacier,
Einz vient por enor porchacier
Et son pris croistre et aloser,
S’eüst mestier de reposer
Molt grant, si con je l’ai veü.
Se mon consoil eüst creü,
De cest mois ne de l’autre aprés
Ne fust de la bataille angrés
Dom il est ja molt desirranz.
Se tu la reïne li ranz,
Criens an tu avoir desenor ?
De ce n’aies tu ja peor,
Qu’il ne t’an puet blasmes venir ;
Einz est pechiez del retenir
Chose ou an n’a reison ne droit.
La bataille tot or androit
Eüst feite molt volantiers,
Si n’a il mains ne piez antiers,
Einz les a fanduz et plaiez.
- De folie vos esmaiez,
Fet Meleaganz a son pere ;
Ja par la foi que doi saint Pere
Ne vos cresrai de cest afeire.
Certes, l’an me devroit detreire
A chevax se je vos creoie.
S’il quiert s’anor, et je la moie,
S’il quiert son pris, et je le mien,
Et s’il vialt la bataille bien,
Ancor la voel je plus cent tanz.
- Bien voi qu’a la folie antanz,
Fet li rois, si la troveras.
Demain ta force esproveras
Au chevalier, quant tu le viax.
- Ja ne me vaigne plus grans diax,
Fet Meleaganz, de cestui !
Mialz volsisse qu’ele fust hui
Assez que je ne faz demain.
Veez or con ge m’an demain
Plus matemant que ge ne suel.
Molt m’an sont or troblé li oel,
Et molt en ai la chiere mate.
Ja mes tant que ge me conbate
N’avrai joie ne bien ne eise,
Ne m’avendra rien qui me pleise."
Li rois ot qu’an nule meniere
N’i valt rien consauz ne proiere,
Si l’a lessié tot mau gré suen,
Et prant cheval molt fort et buen
Et beles armes, ses anvoie
Celui an cui bien les anploie.
Iluec fu uns cirugïens
Qui molt estoit boens crestïens ;
El monde plus leal n’avoit,
Et de plaies garir savoit
Plus que tuit cil de Monpellier
Cil fist la nuit au chevalier
Tant de bien con feire li sot,
Car li rois comandé li ot.
Et ja savoient les noveles
Li chevalier et les puceles
Et les dames et li baron
De tot le païs anviron ;
Si vindrent d’une grant jornee
Tot anviron de la contree
Et li estrange et li privé ;
Tuit chevalchoient abrivé
Tote la nuit anjusqu’au jor.
D’uns et d’autres devant la tor
Ot si grant presse a l’enjorner
Qu’an n’i poïst son pié torner.
Et li rois par matin se lieve,
Cui de la bataille molt grieve,
Si vient a son fil de rechief,
Qui ja avoit le hiaume el chief
Lacié, qui fu fez a Peitiers.
N’i puet estre li respitiers,
Ne n’i puet estre la pes mise ;
Si l’a li rois molt bien requise,
Mes ne puet estre qu’il la face.
Devant la tor, enmi la place
Ou tote la genz se fu treite,
La sera la bataille feite,
Que li rois le vialt et comande.
Le chevalier estrange mande
Li rois molt tost, et l’an li mainne
An la place qui estoit plainne
Des genz del rëaume de Logres ;
Ausi con por oïr les ogres
Vont au mostier a feste anel,
A Pantecoste ou a Nöel,
Les genz acostumeemant,
Tot autresi comunemant
Estoient la tuit aüné.
Trois jorz avoient geüné
Et alé nuz piez et an lenges
Totes les puceles estrenges
Del rëaume le roi Artu,
Por ce que Dex force et vertu
Donast contre son aversaire
Au chevalier qui devoit faire
La bataille por les cheitis.
Et autresi cil del païs
Reprioient por lor seignor
Que Dex la victoire et l’enor

De la bataille li donast.
Bien main ainz que prime sonast
Les ot an endeus amenez
Enmi la place toz armez
Sor deus chevax de fer coverz.
Molt estoit genz et bien aperz
Meliaganz et bien tailliez,
Et li haubers menu mailliez,
Et li hiaumes et li escuz
Qui li estoit au col panduz
Trop bien et bel li avenoient.
Mes a l’autre tuit se tenoient,
Nes cil qui volsissent sa honte,
Et dïent tuit que rien ne monte
De Meliagant avers lui.
Maintenant qu’il furent andui
Enmi la place, et li rois vient,
Qui tant com il puet les detient,
Si se painne de la peis feire,
Mes il n’i puet son fil atreire ;
Et il lor dit : "Tenez vos frains
Et vos chevax a tot le mains
Tant qu’an la tor soie montez.
Ce n’iert mie trop granz bontez
Se por moi tant vos delaiez."
Lors se part d’ax molt esmaiez
Et vient droit la ou il savoit
La reïne qui li avoit
La nuit proié qu’il la meïst
An tel leu que ele veïst
La bataille tot a bandon ;
Et il l’en otrea le don,
Si l’ala querre et amener ;
Car il se voloit molt pener
De s’anor et de son servise.
A une fenestre l’a mise,
Et il fu delez li a destre
Couchiez sor une autre fenestre,
Si ot avoec aus deus assez
Et d’uns et d’autres amassez
Chevaliers et dames senees
Et puceles del païs nees ;
Et molt i avoit des cheitives
Qui molt estoient antantives
En orisons et an proieres.
Li prison et les prisonieres
Trestuit por lor seignor prioient,
Qu’an Deu et an lui se fioient
De secors et de delivrance.
Et cil font lors sanz demorance
Arriere treire les genz totes,
Et hurtent les escuz des cotes,
S’ont les enarmes anbraciees
Et poignent si que deus braciees
Parmi les escuz s’antranbatent
Des lances, si qu’eles esclatent
Et esmïent come brandon :
Et li cheval tot de randon
S’antrevienent que front a front
Et piz a piz hurté se sont,
Et li escu hurtent ansanble
Et li hiaume, si qu’il resanble
De l’escrois que il ont doné
Que il eüst molt fort toné,
Qu’il n’i remest peitrax ne cengle,
Estriés ne resne ne sorcengle
A ronpre, et des seles peçoient
Li arçon, qui molt fort estoient ;
Ne n’i ont pas grant honte eü
Se il sont a terre cheü
Des que trestot ce lor failli ;
Tost refurent an piez sailli,
Si s’antrevienent sanz jengler
Plus fieremant que dui sengler,
Et se fierent sanz menacier
Granz cos des espees d’acier
Come cil qui molt s’antreheent.
Sovant si aspremant se reent
Les hiaumes et les haubers blans
Qu’aprés le fer an saut li sans.
La bataille molt bien fornissent,
Qu’il s’estoutoient et leidissent
Des pesanz cos et des felons.
Mainz estors fiers et durs et lons
S’antredonerent par igal,
C’onques ne del bien ne del mal
Ne s’an sorent au quel tenir,
Mes ne pooit pas avenir
Que cil qui ert au pont passez
Ne fust afebloiez assez
Des mains, que il avoit plaiees.
Molt an sont les genz esmaiees,
Celes qui a lui se tenoient,
Car ses cos afebloier voient,
Si criement qu’il ne l’an soit pis ;
Et il lor estoit ja a vis
Que il en avoit le peior
Et Meliaganz le meillor,
S’an murmuroient tot antor.
Mes as fenestres de la tor
Ot une pucele molt sage,
Qui panse et dit an son corage
Que li chevaliers n’avoit mie
Por li la bataille arramie,
Ne por cele autre gent menue
Qui an la place estoit venue,
Ne ja enprise ne l’eüst
Se por la reïne ne fust ;
Et panse, se il la savoit
A la fenestre ou ele estoit,
Qu’ele l’esgardast ne veïst,
Force et hardemant an preïst.
Et s’ele son non bien seüst
Molt volantiers dit li eüst
Qu’il se regardast un petit.
Lors vint a la reïne et dit :
"Dame, por Deu et por le vostre
Preu, vos requier, et por le nostre,
Que le non a ce chevalier,
Por ce que il li doie eidier,
Me dites, se vos le savez.
- Tel chose requise m’avez,
Dameisele, fet la reïne,
Ou ge n’antant nule haïne
Ne felenie, se bien non :
Lanceloz del Lac a a non
Li chevaliers, mien esciant.
- Dex ! Com en ai lié et riant
Le cuer, et sain !" fet la pucele.
Lors saut avant et si l’apele,
Si haut que toz li pueples l’ot,
A molt haute voiz : "Lancelot !
Trestorne toi et si esgarde
Qui est qui de toi se prant garde !"
Qant Lanceloz s’oï nomer,
Ne mist gaires a lui torner :
Trestorne soi et voit amont
La chose de trestot le mont
Que plus desirroit a veoir,
As loges de la tor seoir.
Ne puis l’ore qu’il l’aparçut
Ne se torna ne ne se mut
De vers li ses ialz ne sa chiere,
Einz se desfandoit par derriere ;
Et Meleaganz l’enchauçoit
Totes voies plus qu’il pooit,
Si est molt liez con cil qui panse.
C’or

n’ait ja mes vers lui desfanse ;
S’an sont cil del païs molt lié,
Et li estrange si irié
Qu’il ne se pueent sostenir,
Einz an i estut mainz venir
Jusqu’a terre toz esperduz
Ou as genolz ou estanduz ;
Ensi molt joie et duel i a.
Et lors de rechief s’escria
La pucele des la fenestre ;
"Ha ! Lancelot ! Ce que puet estre
Que si folemant te contiens ?
Ja soloit estre toz li biens
Et tote la pröesce an toi,
Ne je ne pans mie ne croi
C’onques Dex feïst chevalier
Qui se poïst apareillier
A ta valor ne a ton pris.
Or te veons si antrepris
Qu’arriere main gietes tes cos,
Si te conbaz derrier ton dos.
Torne toi si que de ça soies
Et que adés ceste tor voies,
Que boen veoir et bel la fet."
Ce tient a honte et a grant let
Lanceloz, tant que il s’an het,
C’une grant piece a, bien le set,
Le pis de la bataille eü,
Si l’ont tuit et totes seü.
Lors saut arriere et fet son tor,
Et met antre lui et la tor
Meleagant trestot a force.
Et Meleaganz molt s’esforce
Que de l’autre part se retort ;
Et Lanceloz sore li cort,
Sel hurte de si grant vertu
De tot le cors a tot l’escu,
Quant d’autre part se vialt torner,
Que il le fet tot trestorner
Deus foiz ou plus, mes bien li poist ;
Et force et hardemanz li croist,
Qu’Amors li fet molt grant aïe
Et ce que il n’avoit haïe
Rien nule tant come celui
Qui se conbat ancontre lui.
Amors et haïne mortex,
Si granz qu’ainz ne fu encor tex,
Le font si fier et corageus
Que de neant nel tient a geus
Meleaganz, ainz le crient molt,
C’onques chevalier si estolt
N’acointa mes ne ne conut,
Ne tant ne li greva ne nut
Nus chevaliers mes con cil fet.
Volantiers loing de lui se tret,
Se li ganchist et se reüse,
Que ses cos het et ses refuse.
Et Lanceloz pas nel menace,
Mes ferant vers la tor le chace,
Ou la reïne ert apoiee.
Sovant l’a servie et loiee
De tant que si pres l’i menoit
Qu’a remenoir li covenoit
Por ce qu’il ne la veïst pas
Se il alast avant un pas.
Ensi Lanceloz molt sovant
Le menoit arriers et avant
Par tot la ou boen li estoit,
Et totevoies s’arestoit :
Devant la reïne sa dame
Qui li a mis el cors la flame,
Por qu’il la va si regardant ;
Et cele flame si ardant
Vers Meleagant le feisoit,
Que par tot la ou li pleisoit
Le pooit mener et chacier !
Come avugle et come eschacier
Le mainne, mau gré en ait il
Li rois voit si ataint son fil
Qu’il ne s’aïde ne desfant ;
Si l’an poise et pitiez l’en prant ;
S’i metra consoil se il puet.
Mes la reïne l’an estuet
Proier se il el vialt bien feire.
Lors li comança a retreire :
"Dame, je vos ai molt amee
Et molt servie et enoree
Puis qu’an ma baillie vos oi ;
Onques chose feire ne soi
Que volantiers ne la feïsse,
Mes que vostre enor i veïsse ;
Or m’an randez le guerredon.
Mes demander vos voel un don
Que doner ne me devrïez
Se par amor nel feisïez.
Bien voi que de ceste bataille
A mes filz le poior sanz faille,
Ne por ce ne vos an pri mie
Qu’il m’an poist, mes que ne l’ocie
Lanceloz, qui en a pooir.
Ne vos nel devez pas voloir,
Non pas por ce que il ne l’ait
Bien vers vos et vers lui mesfait,
Mes por moi qui molt vos an pri
Li dites, la vostre merci,
Qu’il se taigne de lui ferir.
Ensi me porrïez merir
Mon servise se boen vos iere.
- Biax sire, por vostre proiere,
Le voel ge bien, fet la reïne ;
Se j’avoie mortel haïne
Vers vostre fil, cui ge n’aim mie,
Si m’avez vos si bien servie,
Que por ce que a gré vos vaigne
Voel ge molt bien que il se taigne :"
Ceste parole ne fu mie
Dite a consoil, ainz l’ont oïe
Lanceloz et Meleaganz.
Molt est qui aimme obeïssanz,
Et molt fet tost et volentiers,
La ou il est amis antiers,
Ce qu’a s’amie doie plaire.
Donc le dut bien Lanceloz faire,
Qui plus ama que Piramus,
S’onques nus hom pot amer plus.
La parole oï Lanceloz,
Ne puis que li darriens moz
De la boche li fu colez,
Puis qu’ele ot dit : "Quant vos volez
Que il se taigne, jel voel bien,"
Puis Lanceloz por nule rien
Nel tochast ne ne se meüst,
Se il ocirre le deüst.
Il nel toche ne ne se muet ;
Et cil fiert lui tant com il puet,
D’ire et de honte forssenez,
Quant ot qu’il est a ce menez
Que il covient por lui proier.
Et li rois por lui chastïer
Est jus de la tor avalez ;
An la bataille an est alez
Et dist a son fil maintenant :
"Comant ! Est or ce avenant,
Qu’il ne te toche et tu le fiers ?
Trop par es or crüex et fiers,
Trop es or preuz a mal eür !
Et nos savons tot de seür
Qu’il est au desore de toi."
Lors dit Meliaganz au roi,
Qui de honte fu desjuglez :
"Espoir, vos estes avuglez !
Mien esciant n’i veez gote.

Avuglez est qui de ce dote
Que au desor de lui ne soie.
- Or quier, fet li rois, qui te croie !
Que bien sevent totes ces genz
Se tu diz voir ou se tu manz.
La verité bien an savons."
Lors dit li rois a ses barons
Que son fil arriere li traient.
Et cil de rien ne se delaient,
Tost ont son comandemant fet :
Meliagant ont arriers tret.
Mes a Lancelot arriers treire
N’estut il par grant force feire
Car molt li poïst grant enui
Cil feire ainz qu’il tochast a lui.
Et lors dist li rois a son fil :
"Si m’aïst Dex, or t’estuet il
Pes feire et randre la reïne.
Tote la querele anterine
T’estuet lessier et clamer quite.
- Molt grant oiseuse avez or dite !
Molt vos oi de neant debatre !
Fuiez ! Si nos lessiez conbatre,
Et si ne vos an merlez ja !"
Et li rois dit que si fera,
"Que bien sai que cist t’ocirroit,
Qui conbatre vos lesseroit.
- Il m’ocirroit ? Einz ocirroie
Je lui molt tost et conquerroie
Se vos ne nos destorbeiez
Et conbatre nos lesseiez."
Lors dit li rois : "Se Dex me saut,
Quanque tu diz rien ne te vaut.
- Por coi ? fet il - Car je ne vuel.
Ta folie ne ton orguel
Ne cresrai pas por toi ocirre.
Molt est fos qui sa mort desirre,
Si con tu fez, et tu nel sez.
Et je sai bien que tu m’an hez
Por ce que je t’an voel garder.
Ta mort veoir ne esgarder
Ne me laira ja Dex, mon vuel,
Car trop en avroie grant duel."
Tant li dit et tant le chastie
Que pes et acorde ont bastie.
La pes est tex que cil li rant
La reïne par tel covant
Que Lanceloz sanz nule aloigne,
Quele ore que cil l’an semoigne,
Des le jor que semons l’avra,
Au chief de l’an se conbatra
A Meliagant de rechief ;
Ce n’est mie Lancelot grief.
A la pes toz li pueples cort
Et devisent que a la cort
Le roi Artu iert la bataille,
Qui tient Bretaigne et Cornoaille :
La devisent que ele soit,
S’estuet que la reïne otroit
Et que Lanceloz acreant
Que, se cil le fet recreant,
Qu’ele avoec lui s’an revanra,
Ne ja nus ne la detanra.
La reïne ensi le creante,
Et Lancelot vient a creante,
Si les ont ensi acordez
Et departiz et desarmez.
Tel costume el païs avoit
Que, puis que li uns s’an issoit,
Que tuit li autre s’an issoient.
Lancelot tuit beneïssoient :
Et ce pöez vos bien savoir
Que lors i dut grant joie avoir,
Et si ot il sanz nule dote.
La genz estrange asanble tote,
Que de Lancelot font grant joie,
Et dïent tuit por ce qu’il l’oie :
"Sire, voir, molt nos esjoïsmes
Tantost con nomer vos oïsmes,
Que seür fumes a delivre
C’or serions nos tuit delivre."
A cele joie ot molt grant presse
Que chascuns se painne et angresse
Comant il puisse a lui tochier.
Cil qui plus s’an puet aprochier
An fu plus liez que ne pot dire.
Assez ot la et joie et ire,
Que cil qui sont desprisoné
Sont tuit a joie abandoné ;
Mes Meliaganz et li suen
N’ont nule chose de lor buen,
Einz sont pansif et mat et morne.
Li rois de la place s’an torne
Ne Lancelot n’i lesse mie,
Einçois l’an mainne ; et cil li prie
Que a la reïne le maint.
"En moi, fet li rois, ne remaint,
Que bien a feire me resanble,
Et Queu le seneschal ansanble
Vos mosterrai ge, s’il vos siet."
A po que as piez ne l’an chiet
Lanceloz, si grant joie en a.
Li rois maintenant l’an mena
En la sale, ou venue estoit
La reïne qui l’atandoit.
Quant la reïne voit le roi,
Qui tient Lancelot par le doi,
Si s’est contre le roi dreciee
Et fet sanblant de correciee,
Si s’anbruncha et ne dist mot.
"Dame, veez ci Lancelot,
Fet li rois, qui vos vient veoir ;
Ce vos doit molt pleire et seoir.
- Moi ? Sire, moi ne puet il plaire ;
De son veoir n’ai ge que faire.
- Avoi ! Dame, ce dit li rois
Qui molt estoit frans et cortois,
Ou avez vos or cest cuer pris ?
Certes vos avez trop mespris
D’ome qui tant vos a servie
Qu’an ceste oirre a sovant sa vie
Por vos mise an mortel peril,
Et de Meliagant mon fil
Vos a resqueusse et desfandue,
Qui molt iriez vos a randue.
- Sire, voir, mal l’a enploié ;
Ja par moi ne sera noié
Que je ne l’an sai point de gré."
Ez vos Lancelot trespansé,
Se li respont mout humblemant
A meniere de fin amant :
"Dame, certes, ce poise moi,
Ne je n’os demander por coi."
Lanceloz molt se demantast
Se la reïne l’escoutast ;
Mes por lui grever et confondre
Ne li vialt un seul mot respondre,
Einz est an une chanbre antree.
Et Lanceloz jusqu’a l’antree
Des ialz et del cuer la convoie,
Mes as ialz fu corte la voie
Que trop estoit la chanbre pres ;
Et il fussent antré aprés
Molt volantiers s’il poïst estre.
Li cuers qui plus est sire et mestre
Et de plus grant pooir assez
S’an est oltre aprés li passez,
Et li

oil sont remés defors,
Plain de lermes, avoec le cors.
Et li rois a privé consoil
Dist : "Lancelot, molt me mervoil
Que ce puet estre et don ce muet
Que la reïne ne vos puet
Veoir n’aresnier ne vos vialt.
S’ele onques a vos parler sialt,
N’an deüst or feire dangier,
Ne vos paroles estrangier
A ce que por li fet avez.
Or me dites se vos savez
Por quel chose, por quel mesfet
Ele vos a tel sanblant fet.
- Sire, or androit ne m’an gardoie ;
Mes ne li plest qu’ele me voie
Ne qu’ele ma parole escolt ;
Il m’an enuie et poise molt.
- Certes, fet li rois, ele a tort,
Que vos vos estes jusqu’a mort
Por li en avanture mis.
Or an venez, biax dolz amis,
S’iroiz au seneschal parler.
- La voel je molt, fet il, aler."
Au seneschal an vont andui.
Quant Lanceloz vint devant lui,
Se li dist au premerain mot
Li seneschax a Lancelot :
"Con m’as honi ! - Et je de quoi ?
Fet Lanceloz, dites le moi ;
Quel honte vos ai ge donc feite ?
- Molt grant, que tu as a chief treite
La chose que ge n’i poi treire,
S’as fet ce que ge ne poi feire."
A tant li rois les lesse andeus,
De la chambre s’an ist toz seus ;
Et Lanceloz au seneschal
Anquierts s’il a eü grant mal.
"Oïl, fet il, et ai encore :
Onques n’oi plus mal que j’ai or ;
Et je fusse morz grant piece a,
Ne fust li rois qui de ci va,
Qui m’a mostré par sa pitié
Tant de dolçor et d’amistié
C’onques la ou il le seüst
Riens nule qui mestier m’eüst
Ne me failli nule foiee,
Qui ne me fust apareilliee
Maintenant que il le savoit.
Ancontre un bien qu’il me feisoit,
Et Meliaganz d’autre part,
Ses filz, qui plains est de mal art,
Par traïson a lui mandoit
Les mires, si lor comandoit
Que sor mes plaies me meïssent
Tex oignemanz qui m’oceïssent.
Ensi pere avoie et parrastre,
Que quant li rois un boen anplastre
Me fesoit sor mes plaies metre,
Qui molt se volsist antremetre
Que j’eüsse tost garison,
Et ses filz par sa traïson,
Por ce qu’il me voloit tüer,
Le m’an feisoit tost remüer
Et metre un malvés oignemant
Mes je sai bien certainement
Que li rois ne le savoit mie :
Tel murtre ne tel felenie
Ne sofrist il an nule guise.
Mes ne savez pas la franchise
Que il a a ma dame faite :
Onques ne fu par nule gaite
Si bien gardee torz an marche
Des le tans que Nöex fist l’arche,
Que il mialz gardee ne l’ait,
Que neïs veoir ne la lait
Son fil, qui molt an est dolanz,
Fors devant le comun des genz
Ou devant le suen cors demainne.
A si grant enor la demainne
Et a demené jusque ci
Li frans rois la soe merci,
Com ele deviser le sot.
Onques deviseor n’i ot
Fors li, qu’ainsi le devisa ;
Et li rois molt plus l’an prisa,
Por la lëauté qu’an li vit.
Mes est ce voirs que l’an m’a dit,
Qu’ele a vers vos si grant corroz
Qu’ele sa parole, oiant toz,
Vos a vehee et escondite ?
- Vérité vos en a l’an dite,
Fet Lanceloz tot a estros.
Mes por Deu, savrïez me vos
Dire por coi ele me het ?"
Cil respont que il ne le set,
Einz s’an mervoille estrangemant.
"Or soit a son comandemant,"
Fet Lanceloz qui mialz ne puet,
Et dit : "Congié prandre m’estuet,
S’irai monseignor Gauvain querre,
Qui est antrez an ceste terre,
Et covant m’ot que il vandroit
Au Pont Desoz Eve tot droit."
A tant est de la chambre issuz ;
Devant le roi an est venuz
Et prant congié de cele voie.
Li rois volantiers li ottoie ;
Mes cil qu’il avoit delivrez
Et de prison desprisonez
Li demandent que il feront.
Et il dit : "Avoec moi vandront
Tuit cil qui i voldront venir ;
Et cil qui se voldront tenir
Lez la reïne, si s’i taignent :
N’est pas droiz que avoec moi vaingnent."
Avoec lui vont tuit cil qui voelent,
Lié et joiant plus qu’il ne suelent.
Avoec la reïne remainnent
Puceles qui joie demainnent
Et dames et chevalier maint ;
Mes uns toz seus n’en i remaint
Qui mialz n’amast a retorner
An son païs que sejorner.
Mes la reïne les retient
Por monseignor Gauvain qui vient,
Et dit qu’ele ne se movra
Tant que noveles an savra.
Par tot est la novele dite
Que tote est la reïne quite
Et delivré tuit li prison,
Si s’an iront sanz mesprison
Quant ax pleira et boen lor iert.
Li uns l’autre le voir an quiert,
Onques parole autre ne tindrent
Les genz quant tuit ansanble vindrent.
Et de ce sont molt correcié
Que li mal pas sont depecié,
Si va et vient qui onques vialt :
N’est pas ensi com estre sialt !
Quant les genz del païs le sorent
Qui a la bataille esté n’orent
Comant Lanceloz l’avoit fet,
Si se sont tuit cele part tret
Ou il sorent que il aloit
Car il cuident qu’au roi bel soit
Se pris et mené li avoient
Lancelot. Et li suen estoient
Tuit de lor armes desgarni
Et por ce furent escherni,

Que cil del païs armé vindrent.
Ne fu pas mervoille s’il prindrent
Lancelot, qui desarmez iere.
Tot pris le remainnent arriere,
Les piez lïez soz son cheval.
Et cil dïent : "Vos feites mal,
Seignor, car li rois nos conduit.
Nos somes an sa garde tuit."
Et cil dïent : "Nos nel savons,
Mes ensi con pris vos avons
Vos covandra venir a cort."
Novele qui tost vole et cort
Vient au roi que ses genz ont pris
Lancelot et si l’ont ocis.
Quant li rois l’ot, molt l’an est grief,
Et jure assez plus que son chief
Que cil qui l’ont mort an morront ;
Ja desfandre ne s’an porront
Et, s’il les puet tenir ou prandre,
Ja n’i avra mes que del pandre
Ou de l’ardoir ou del noier.
Et se il le voelent noier
Ja nes an cresra a nul fuer,
Que trop li ont mis an son cuer
Grant duel, et si grant honte faite
Que li devroit estre retraite
S’il n’an estoit prise vangence ;
Mes il l’an panra sanz dotance !
Ceste novele par tot va
Tant que la reïne trova,
Qui au mangier estoit assise.
A po qu’ele ne s’est ocise
Maintenant que de Lancelot
La mançonge et la novele ot ;
Mes ele la cuide veraie
Et tant duremant s’an esmaie
Qu’a po la parole n’an pert ;
Mes por les genz dit en apert :
"Molt me poise, voir, de sa mort,
Et s’il m’an poise n’ai pas tort,
Qu’il vint an cest païs por moi :
Por ce pesance avoir an doi."
Puis dit a li meïsme an bas,
Por ce que l’en ne l’oïst pas,
Que de boivre ne de mangier
Ne la covient ja mes proier
Se ce est voirs que cil morz soit
Por la cui vie ele vivoit.
Tantost se lieve molt dolante
De la table, si se demante
Si que nus ne l’ot ne escoute.
De li ocirre est si estoute
Que sovant se prant a la gole ;
Mes ainz se confesse a li sole,
Si se repant et bat sa colpe
Et molt se blasme et molt s’ancolpe
Del pechié qu’ele fet avoit
Vers celui don ele savoit
Qu’il suens avoit esté toz dis
Et fust ancor se il fust vis.
Tel duel a de sa crualté
Que molt an pert de sa biauté.
Sa crualté, sa felenie
L’ont fet molt tainte et molt nercie,
Et ce qu’ele voille et geüne ;
Toz ses mesfez ansanble aüne,
Et tuit li reviennent devant ;
Toz les recorde et dit sovant :
"Ha ! lasse ! De coi me sovint,
Quant mes amis devant moi vint,
Que je nel deignai conjoïr
Ne ne le vos onques oïr ?
Quant mon esgart et ma parole
Li veai, ne fis je que fole ?
Que fole ? Ainz fis, si m’aïst Dex,
Que felenesse et que crüex ;
Et sel cuidai ge feire a gas,
Mes ensi nel cuida il pas,
Si nel m’a mie pardoné.
Nus fors moi ne li a doné
Le mortel cop, mien esciant.
Quant il vint devant moi riant
Et cuida que je li feïsse
Grant joie et que je le veïsse,
Et onques veoir ne le vos,
Ne li fu ce donc mortex cos ?
Quant ma parole li veai,
Tantost, ce cuit, le dessevrai
Del cuer et de la vie ansanble.
Cil dui cop l’ont mort, ce me sanble ;
Ne l’ont mort autre Breibançon.
Et Dex ! Avrai ge reançon
De cest murtre, de cest pechié ?
Nenil voir, ainz seront sechié
Tuit li flueve, et la mers tarie !
Ha ! lasse ! Con fusse garie
Et com me fust granz reconforz
Se une foiz ainz qu’il fust morz
L’eüsse antre mes braz tenu.
Comant ? Certes, tot nu a nu,
Por ce que plus an fusse a eise.
Quant il est morz, molt sui malveise
Que je ne faz tant que je muire.
Por quoi ? Doit don mon ami nuire
Se je sui vive aprés sa mort,
Quant je a rien ne me deport
S’es max non que je trai por lui ?
Quant aprés sa mort m’i dedui,
Certes molt fust dolz a sa vie
Li max don j’ai or grant anvie.
Malveise est qui mialz vialt morir
Que mal por son ami sofrir.
Mes certes il m’est molt pleisant
Que j’en aille lonc duel feisant.
Mialz voel vivre et sofrir les cos
Que morir et estre an repos."
La reïne an tel duel estut
Deus jorz que ne manja ne but,
Tant qu’an cuida qu’ele fust morte.
Assez est qui noveles porte,
Einçois la leide que la bele.
A Lancelot vient la novele
Que morte est sa dame et s’amie.
Molt l’en pesa, n’en dotez mie ;
Bien pueent savoir totes genz
Qu’il fu molt iriez et dolanz.
Por voir il fu si adolez,
S’oïr et savoir le volez,
Que sa vie en ot an despit :
Ocirre se volt sanz respit,
Mes ainçois fist une complainte :
D’une ceinture qu’il ot ceinte
Noe un des chiés au laz corrant,
Et dit a lui seul an plorant :
"Ha ! Morz ! Com m’as or agueitié
Que tot sain me fez desheitié !
Desheitiez sui, ne mal ne sant
Fors del duel qu’au cuer me descent.
Cist diax est max, voire mortex.
Ce voel je bien que il soit tex
Et, se Deu plest, je an morrai.
Comant ? N’autremant ne porrai
Morir se Damedeu ne plest ?
Si ferai, mes que il me lest
Cest laz antor ma gole estraindre,
Ensi cuit bien la Mort destraindre
Tant que mal gré suen m’ocirra.
Morz qui onques ne desirra

Se cez non qui de li n’ont cure
Ne vialt venir, mes ma centure
La m’amanra trestote prise,
Et des qu’ele iert an ma justise,
Donc fera ele mon talant.
Voire, mes trop vanra a lant,
Tant sui desirrans que je l’aie !"
Lors ne demore ne delaie,
Einz met le laz antor sa teste
Tant qu’antor le col li areste
Et por ce que il mal se face
Le chief de la ceinture lace
A l’arçon de sa sele estroit,
Ensi que nus ne l’aperçoit ;
Puis se let vers terre cliner,
Si se vost feire traïner
A son cheval tant qu’il estaigne :
Une ore plus vivre ne daigne.
Quant a terre cheü le voient
Cil qui avoec lui chevalchoient,
Si cuident que pasmez se soit,
Que nus del laz ne s’aparçoit
Qu’antor son col avoit lacié.
Tot maintenant l’ont anbracié,
Sel relievent antre lor braz
Et si ont lors trové le laz,
Dont il estoit ses anemis,
Qu’anviron son col avoit mis ;
Sel tranchent molt isnelemant :
Mes la gorge si duremant
Li laz justisiee li ot
Que de piece parler ne pot ;
Qu’a po ne sont les voinnes rotes
Del col et de la gorge totes ;
Ne puis, se il le volsist bien,
Ne se pot mal feire de rien.
Ce pesoit lui qu’an le gardoit,
A po que de duel n’en ardoit,
Que molt volantiers s’oceïst,
Se nus garde ne s’an preïst.
Et quant il mal ne se puet faire,
Si dit : "Ha ! Vix Morz deputaire,
Morz, por Deu, don n’avoies tu
Tant de pooir et de vertu
Qu’ainz que ma dame m’oceïsses !
Espoir por ce que bien feïsses,
Ne volsis feire ne daignas !
Par felenie m’espargnas
Que ja ne t’iert a el conté.
Ha ! Quel servise et quel bonté !
Con l’as or an boen leu assise !
Dahez ait qui de cest servise
Te mercie ne gré t’an set.
Je ne sai li quex plus me het
Ou la vie qui me desirre,
Ou Morz qui ne me vialt ocirre.
Ensi l’une et l’autre m’ocit ;
Mes c’est a droit, se Dex m’aït,
Que maleoit gré mien sui vis ;
Que je me deüsse estre ocis
Des que ma dame la reïne
Me mostra sanblant de haïne.
Ne ne le fist pas sanz reison,
Einz i ot molt boene acheison,
Mes je ne sai quex ele fu.
Mes se ge l’eüsse seü,
Einz que s’ame alast devant Dé
Je le li eüsse amandé
Si richemant con li pleüst,
Mes que de moi merci eüst.
Dex ! Cist forfez quex estre pot ?
Bien cuit que espoir ele sot
Que je montai sor la charrete.
Ne sai quel blasme ele me mete
Se cestui non. Cist m’a traï.
S’ele por cestui m’a haï,
Dex ! Cist forfez por coi me nut ?
Onques Amors bien ne conut
Qui ce me torna a reproche ;
Qu’an ne porroit dire de boche
Rien qui de par Amors venist,
Que a reproche apartenist ;
Einz est amors et corteisie
Quanqu’an puet feire por s’amie.
Por m’amie nel fis je pas.
Ne sai comant je die, las !
Ne sai se die "amie" ou non,
Ne li os metre cest sornon.
Mes tant cuit je d’amor savoir
Que ne me deüst mie avoir
Por ce plus vil, s’ele m’amast,
Mes ami verai me clamast,
Quant por li me sanbloit enors
A feire quanque vialt Amors,
Neïs sor charrete monter.
Ce deüst ele amor conter ;
Et c’est la provance veraie :
Amors ensi les suens essaie,
Ensi conoist ele les suens.
Mes ma dame ne fu pas buens
Cist servises ; bien le provai
Au sanblant que an li trovai.
Et tote voie ses amis
Fist ce don maint li ont amis
Por li honte et reproche et blasme ;
S’ai fet ce geu don an me blasme
Et de ma dolçor m’amertume,
Par foi, car tex est la costume
A cez qui d’amor rien ne sevent
Et qui enor an honte levent :
Mes qui enor an honte moille
Ne la leve pas, einz la soille.
Or sont cil d’Amors non sachant
Qui ensi les vont despisant,
Et molt an sus d’Amors se botent
Qui son comandemant ne dotent.
Car sanz faille molt en amande
Qui fet ce qu’Amors li comande,
Et tot est pardonable chose ;
S’est failliz qui feire ne l’ose."
Ensi Lanceloz se demante,
Et sa genz est lez lui dolante
Qui le gardent et qui le tiennent.
Et antretant noveles vienent
Que la reïne n’est pas morte.
Tantost Lanceloz se conforte,
Et s’il avoit fet de sa mort,
Devant, grant duel et fier et fort,
Encor fu bien.c.m. tanz
La joie de sa vie granz.
Et quant il vindrent del recet
Pres a sis liues ou a set,
Ou li rois Bademaguz iere,
Novele que il ot molt chiere
Li fu de Lancelot contee,
Si l’a volantiers escotee,
Qu’il vit et vient sains et heitiez.
Molt an fist que bien afeitiez,
Que la reïne l’ala dire.
Et ele li respont : "Biax sire,
Quant vos le dites, bien le croi ;
Mes s’il fust morz, bien vos otroi,
Que je ne fusse ja mes liee.
Trop me fust ma joie estrangiee
S’uns chevaliers an mon servise
Eüst mort receüe et prise."
A tant li rois de li se part ;
Et molt est la reïne tart

Que sa joe et ses amis veigne.
N’a mes talant que ele teigne
Atahine de nule chose.
Mes novele qui ne repose,
Einz cort toz jors qu’ele ne fine,
De rechief vient a la reïne
Que Lancelot ocis se fust
Por li, se feire li leüst.
Ele en est liee et sel croit bien,
Mes nel volsist por nule rien,
Que trop li fust mesavenu.
Et antre tant ez vos venu
Lancelot qui molt se hastoit.
Maintenant que li rois le voit,
Sel cort beisier et acoler.
Vis li est qu’il doie voler
Tant le fet sa joie legier.
Mes la joie font abregier
Cil qui le lïerent et prindrent :
Li rois lor dist que mar i vindrent,
Que tuit sont mort et confondu.
Et il li ont tant respondu
Qu’il cuidoient qu’il le volsist.
"Moi desplest il, mes il vos sist,
Fet li rois, n’a lui rien ne monte.
Lui n’avez vos fet nule honte,
Se moi non, qui le conduisoie ;
Comant qu’il soit, la honte est moie.
Mes ja ne vos an gaberoiz,
Quant vos de moi eschaperoiz !"
Qant Lanceloz l’ot correcier,
De la pes feire et adrecier
Au plus qu’il onques puet se painne
Tant qu’il l’a feite ; lors l’en mainne
Li rois la reïne veoir.
Lors ne lessa mie cheoir
La reïne ses ialz vers terre ;
Einz l’ala lieemant requerre,
Si l’enora de son pooir,
Et sel fist lez li aseoir.
Puis parlerent a grant leisir
De quanque lor vint a pleisir ;
Ne matiere ne lor failloit,
Qu’Amors assez lor an bailloit.
Et quant Lanceloz voit son eise,
Qu’il ne dit rien que molt ne pleise
La reïne, lors a consoil
A dit : "Dame, molt me mervoil
Por coi tel sanblant me feïstes
Avant hier quant vos me veïstes,
N’onques un mot ne me sonastes :
A po la mort ne m’an donastes,
Ne je n’oi tant de hardemant
Que tant com or vos an demant
Vos en osasse demander.
Dame, or sui prez de l’amander,
Mes que le forfet dit m’aiez
Dom j’ai esté molt esmaiez."
Et la reïne li reconte :
"Comant ? Don n’eüstes vos honte
De la charrete et si dotastes ?
Molt a grant enviz i montastes
Quant vos demorastes deus pas.
Por ce, voir, ne vos vos je pas
Ne aresnier ne esgarder.
- Autre foiz me doint Dex garder,
Fet Lanceloz, de tel mesfet,
Et ja Dex de moi merci n’et
Se vos n’eüstes molt grant droit.
Dame, por Deu, tot or androit
De moi l’amande an recevez,
Et se vos ja le me devez
Pardoner, por Deu sel me dites !
- Amis, toz an soiez vos quites,
Fet la reïne, oltreemant :
Jel vos pardoing molt boenemant.
- Dame, fet il, vostre merci ;
Mes je ne vos puis mie ci
Tot dire quanque ge voldroie ;
Volantiers a vos parleroie
Plus a leisir, s’il pooit estre."
Et la reïne une fenestre
Li mostre a l’uel, non mie au doi,
Et dit : "Venez parler a moi
A cele fenestre anquenuit,
Quant par ceanz dormiront tuit,
Et si vanroiz par cel vergier.
Ceanz antrer ne herbergier
Ne porroiz mie voste cors ;
Je serai anz et vos defors
Que ceanz ne porroiz venir.
Ne je ne porrai avenir
A vos fors de boche ou de main ;
Mes s’il vos plest jusqu’a demain
I serai por amor de vos.
Asanbler ne porrïens nos,
Qu’an ma chanbre devant moi gist
Kex li seneschax, qui lenguist
Des plaies dom il est coverz.
Et li huis ne rest mie overz,
Einz est bien fers et bien gardez.
Quant vos vandroiz, si vos gardez
Que nule espie ne vos truisse.
- Dame, fet il, la ou je puisse
Ne me verra ja nule espie
Qui mal i pant ne mal an die."
Ensi ont pris lor parlemant,
Si departent molt lieemant.
Lanceloz ist fors de la chanbre
Si liez que il ne li remanbre
De nul de trestoz ses enuiz.
Mes trop li demore la nuiz,
Et li jorz li a plus duré,
A ce qu’il i a enduré,
Que cent autre ou c’uns anz entiers.
Au parlement molt volentiers
S’an alast s’il fust anuitié !
Tant a au jor vaintre luitié
Que la nuiz molt noire et oscure
L’ot mis desoz sa coverture
Et desoz sa chape afublé.
Quant il vit le jor enublé,
Si se fet las et traveillié,
Et dit que molt avoit veillié,
S’avoit mestier de reposer.
Bien pöez antendre et gloser,
Vos qui avez fet autretel,
Que por la gent de son ostel
Se fet las et se fet couchier ;
Mes n’ot mie son lit molt chier,
Que por rien il n’i reposast,
N’il ne poïst ne il n’osast,
Ne il ne volsist pas avoir
Le hardemant ne le pooir.
Molt tost et söef s’an leva,
Ne ce mie ne li greva
Qu’il ne luisoit lune n’estoile,
N’an la meison n’avoit chandoile
Ne lanpe ne lanterne ardant.
Ensi s’an ala regardant
C’onques nus garde ne s’an prist,
Einz cuidoient qu’il se dormist
An son lit trestote la nuit.
Sanz conpaignie et sanz conduit
Molt tost

vers le vergier s’an va,
Qu’onques nul home n’ancontra ;
Et de ce li est bien cheü
C’une piece del mur cheü
Ot el vergier novelemant.
Par cele fraite isnelemant
S’an passe et vet tant que il vient
A la fenestre et la se tient
Si coiz qu’il n’i tost n’esternue,
Tant que la reïne est venue
En une molt blanche chemise ;
N’ot sus blïaut ne cote mise,
Mes un cort mantel ot desus
D’escarlate et de cisemus.
Quant Lanceloz voit la reïne
Qui a la fenestre s’acline,
Qui de gros fers estoit ferree,
D’un dolz salu l’a enerree.
Et ele un autre tost li rant,
Que molt estoient desirrant
Il de li et ele de lui.
De vilenie ne d’enui
Ne tienent parlemant ne plet.
Li uns pres de l’autre se tret
Et andui main a main se tienent.
De ce que ansanble ne vienent
Lor poise molt a desmesure,
Qu’il an blasment la ferreüre.
Mes de ce Lanceloz se vante
Que, s’a la reïne atalante,
Avoec li leanz anterra :
Ja por les fers ne remanra.
Et la reïne li respont :
"Ne veez vos con cist fer sont
Roide a ploier et fort a fraindre ?
Ja tant ne les porroiz destraindre
Ne tirer a vos ne sachier
Que les poïssiez arachier.
- Dame, fet il, or ne vos chaille !
Ja ne cuit que fers rien i vaille ;
Rien fors vos ne me puet tenir
Que bien ne puisse a vos venir.
Se vostre congiez le m’otroie
Tote m’est delivre la voie ;
Mes se il bien ne vos agree
Donc m’est ele si anconbree
Que n’i passeroie por rien.
- Certes, fet ele, jel voel bien,
Mes voloirs pas ne vos detient ;
Mes tant atandre vos covient
Qu’an mon lit soie recouchiee,
Que de noise ne vos meschiee ;
Qu’il n’i avroit geu ne deport
Se li seneschax qui ci dort
S’esveilloit ja por nostre noise.
Por c’est bien droiz que je m’an voise,
Qu’il n’i porroit nul bien noter
Se il me veoit ci ester.
- Dame, fet il, or alez donques
Mes de ce ne dotez vos onques
Que je i doie noise faire.
Si söef an cuit les fers traire
Que ja ne m’an traveillerai
Ne nelui n’an esveillerai."
A tant la reïne s’an torne
Et cil s’aparoille et atorne
De la fenestre desconfire.
As fers se prant et sache et tire
Si que trestoz ploier les fet
Et que fors de lor leus les tret.
Mes si estoit tranchanz li fers
Que del doi mame jusqu’as ners
La premiere once s’an creva,
Et de l’autre doi se trancha
La premerainne jointe tote ;
Mes del sanc qui jus an degote
Ne des plaies nule ne sant
Cil qui a autre chose antant.
La fenestre n’est mie basse,
Neporquant Lanceloz i passe
Molt tost et molt delivremant.
An son lit trueve Keu dormant
Et puis vint au lit la reïne,
Si l’aore et se li ancline,
Car an nul cors saint ne croit tant.
Et la reïne li estant
Ses braz ancontre, si l’anbrace,
Estroit pres de son piz le lace,
Si l’a lez li an son lit tret
Et le plus bel sanblant li fet
Que ele onques feire li puet,
Que d’Amors et del cuer li muet.
D’Amors vient qu’ele le conjot ;
Et s’ele a lui grant amor ot,
Et il.c. mile tanz a li,
Car a toz autres cuers failli
Amors avers qu’au suen ne fist ;
Mes an son cuer tote reprist
Amors et fu si anterine
Qu’an toz autres cuers fu frarine.
Or a Lanceloz quanqu’il vialt
Qant la reïne an gré requialt
Sa conpagnie et son solaz,
Qant il la tient antre ses braz
Et ele lui antre les suens.
Tant li est ses jeus dolz et buens
Et del beisier et del santir
Que il lor avint sanz mantir
Une joie et une mervoille
Tel c’onques encore sa paroille
Ne fu oïe ne seüe ;
Mes toz jorz iert par moi teüe,
Qu’an conte ne doit estre dite.
Des joies fu la plus eslite
Et la plus delitable cele
Que li contes nos test et cele.
Molt ot de joie et de deduit
Lanceloz tote cele nuit.
Mes li jorz vient qui molt li grieve,
Quant de lez s’amie se lieve.
Au lever fu il droiz martirs,
Tant li fu griés li departirs,
Car il i suefre grant martire.
Ses cuers adés cele part tire
Ou la reïne se remaint.
N’a pooir que il l’an remaint,
Que la reïne tant li plest
Qu’il n’a talant que il la lest :
Li cors s’an vet, li cuers sejorne.
Droit vers la fenestre s’an torne ;
Mes de son cors tant i remaint
Que li drap sont tachié et taint
Del sanc qui cheï de ses doiz.
Molt s’an part Lanceloz destroiz,
Plains de sopirs et plains de lermes.
Del rasanbler n’est pas pris termes,
Ce poise lui, mes ne puet estre.
A enviz passe a la fenestre,
S’i antra il molt volantiers ;
N’avoit mie les doiz antiers,
Que molt fort s’i estoit bleciez ;
Et s’a il les fers redreciez
Et remis an lor leus arriere,
Si que ne devant ne derriere
N’an l’un ne an l’autre costé
Ne pert que l’an eüst osté
Nul des fers ne tret ne ploié.
Au departir a soploié
A la chanbre et fet tot autel
Con s’il fust devant

un autel.
Puis s’an part a molt grant angoisse ;
N’ancontre home qui le conoisse,
Tant qu’an son ostel est venuz.
An son lit se couche toz nuz,
Si c’onques nelui n’i esvoille.
Et lors a primes se mervoille
De ses doiz qu’il trueve plaiez ;
Mes de rien n’an est esmaiez
Por ce qu’il set tot de seür
Que au traire les fers del mur
De la fenestre se bleça ;
Por ce pas ne s’an correça,
Car il se volsist mialz del cors
Andeus les braz avoir traiz fors
Que il ne fust oltre passez ;
Mes s’il se fust aillors quassez
Et si laidemant anpiriez,
Molt an fust dolanz et iriez.
La reïne la matinee,
Dedanz sa chanbre ancortinee,
Se fu molt söef andormie ;
De ses dras ne se gardoit mie
Que il fussent tachié de sanc,
Einz cuidoit qu’il fussent molt blanc
Et molt bel et molt avenant.
Et Meliaganz, maintenant
Qu’il fut vestuz et atornez,
S’an est vers la chanbre tornez
Ou la reïne se gisoit.
Veillant la trueve et les dras voit
Del fres sanc tachiez et gotez ;
S’en a ses conpaignons botez,
Et com aparcevanz de mal
Vers le lit Keu le seneschal
Esgarde, et voit les draz tachiez
De sanc, que la nuit, ce sachiez,
Furent ses plaies escrevees.
Et dit : "Dame, or ai ge trovees
Tex anseignes con je voloie !
Bien est voirs que molt se foloie
Qui de fame garder se painne,
Son travail i pert et sa painne ;
Qu’ainz la pert cil qui plus la garde
Que cil qui ne s’an done garde.
Molt a or bele garde feite
Mes pere qui por moi vos gueite !
De moi vos a il bien gardee ;
Mes enuit vos a regardee
Kex li seneschax mal gré suen,
S’a de vos eü tot son buen,
Et il sera molt bien prové.
- Comant ? fet ele. - J’ai trové
Sanc an vos dras, qui le tesmoingne,
Puis qu’a dire le me besoigne.
Par ce le sai, par ce le pruis
Que an vos dras et es suens truis
Le sanc qui cheï de ses plaies :
Ce sont ansaignes bien veraies."
Lors primes la reïne vit
Et an l’un et an l’autre lit
Les dras sanglanz, si s’an mervoille ;
Honte en ot, si devint vermoille
Et dist : "Se Damedex me gart,
Ce sanc que an mes dras regart
Onques ne l’i aporta Ques,
Einz m’a enuit senié li nes ;
De mon nes fu au mien espoir."
Et ele cuide dire voir.
"Par mon chief, fet Meleaganz,
Quanque vos dites est neanz.
N’i a mestier parole fainte,
Que provee estes et atainte,
Et bien sera li voirs provez."
Lors dit : "Seignor, ne vos movez !"
As gardes qui iluec estoient,
"Et gardez que osté ne soient
Li drap del lit tant que je veigne.
Je voel que li rois droit me teigne
Qant la chose veuë avra."
Lors le quist tant qu’il le trova,
Si se lesse a ses piez cheoir
Et dit : "Sire, venez veoir
Ce don garde ne vos prenez.
La reïne veoir venez,
Si verroiz mervoilles provees
Que j’ai veües et trovees ;
Mes ainçois que vos i ailliez
Vos pri que vos ne me failliez
De justise ne de droiture :
Bien savez an quel aventure
Por la reïne ai mon cors mis,
Dom vos estes mes anemis,
Que por moi la faites garder.
Hui matin l’alai regarder
An son lit, et si ai veü
Tant que j’ai bien aparceü
Qu’avoec li gist Kex chasque nuit.
Sire, por Deu, ne vos enuit
S’il m’an poise et se je m’an plaing,
Car molt me vient a grant desdaing
Qant ele me het et despist
Et Kex o li chasque nuit gist.
- Tes ! fet li rois, je nel croi pas.
- Sire, or venez veoir les dras,
Comant Kex les a conreez.
Quant ma parole ne creez,
Ençois cuidiez que je vos mante,
Les dras et la coute sanglante
Des plaies Keu vos mosterrai.
- Or i alons, si le verrai,
Fet li rois, que veoir le voel :
Le voir m’an aprendront mi oel."
Li rois tot maintenant s’an va
Jusqu’an la chanbre ou il trova
La reïne qui se levoit.
Les draz sanglanz an son lit voit
Et el lit Keu autresimant,
Et dist : "Dame, or vet malemant
Se c’est voirs que mes filz m’a dit."
Ele respont : "Se Dex m’aït,
Onques ne fu neïs de songe
Contee si male mançonge.
Je cuit que Kex li seneschax
Est si cortois et si lëax
Que il n’an fet mie a mescroire ;
Et je ne regiet mie an foire
Mon cors ne n’an faz livreison.
Certes, Kex n’est mie tex hom
Qu’il me requeïst tel outrage,
Ne je nen oi onques corage
Del faire ne ja ne l’avrai.
- Sire, molt bon gré vos savrai,
Fet Meleagant a son pere,
Se Kex son outrage conpere,
Si que la reïne i ait honte.
A vos tient la justise et monte,
Et je vos an requier et pri.
Le roi Artu a Kex traï,
Son seignor qui tant le creoit
Que comandee li avoit
La rien que plus ainme an cest monde.
- Sire, or sofrez que je responde,
Fet Kex, et si m’escondirai.
Ja Dex, quant de cest siegle irai,
Ne me face pardon a l’ame
Se onques jui avoec ma dame.
Certes, mialz voldroie estre morz
Que tex leidure ne tiex torz
Fust par moi quis vers mon seignor ;
Et ja mes Dex santé graignor

Que j’ai or androit ne me doint,
Einz me praigne morz an cest point,
Se je onques le me pansai.
Mes itant de mes plaies sai
Qu’annuit m’ont seinnié a planté,
S’an sont mi drap ansanglanté.
Por ce vostre filz me mescroit,
Mes certes il n’i a nul droit."
Et Meleaganz li respont :
"Si m’aïst Dex, traï vos ont
Li deable et li vif maufé ;
Trop fustes enuit eschaufé,
Et por ce que trop vos grevastes
Voz plaies sanz dote escrevastes.
Ne vos il valt neant contrueve :
Li sans d’anbedeus parz le prueve ;
Bien le veons et bien i pert.
Droiz est que son forfet conpert
Qui si est provez et repris.
Einz chevaliers de vostre pris
Ne fist si grant descovenue,
Si vos an est honte avenue.
- Sire, sire, fet Kex au roi,
Je desfandrai ma dame et moi
De ce que vostre filz m’amet ;
An poinne et an travail me met,
Mes certes a tort me travaille.
- Vos n’avez mestier de bataille,
Fet li rois, que trop vos dolez.
- Sire, se sofrir le volez,
Ensi malades con je sui
Me conbatrai ancontre lui
Et mosterrai que je n’ai colpe
An cest blasme don il m’ancolpe."
Et la reïne mandé ot
Tot celeemant Lancelot,
Et dit au roi que ele avra
Un chevalier qui desfandra
Le seneschal de ceste chose
Vers Meleagant, se il ose.
Et Meleaganz dist tantost :
"Nul chevalier ne vos en ost
Vers cui la bataille n’anpraigne
Tant que li uns vaincuz remaingne,
Nes se ce estoit uns jaianz."
A tant vint Lanceloz leanz ;
Des chevaliers i ot tel rote
Que plainne an fu la sale tote.
Maintenant que il fu venuz,
Oiant toz, juenes et chenuz,
La reïne la chose conte
Et dit : "Lancelot, cest honte
M’a ci Meleaganz amise ;
An mescreance m’an a mise
Vers trestoz ces qui l’öent dire
Se vos ne l’an feites desdire.
Enuit, ce dit, a Kex geü
O moi, por ce qu’il a veü
Mes dras et les suens de sanc tainz
Et dit que toz an iert atainz,
Se vers lui ne se puet desfandre
Ou se autres ne vialt anprandre
La bataille por lui aidier.
- Ja ne vos an covient pleidier,
Fet Lanceloz, la ou je soie.
Ja Deu ne place qu’an mescroie
Ne vos ne lui de tel afeire ;
Prez sui de la bataille feire
Que onques ne le se pansa.
Se an moi point de desfanse a,
A mon pooir l’an desfandrai ;
Por lui la bataille anprandrai."
Et Meleagant avant saut
Et dit : "Se Damedex me saut,
Ce voel je bien et molt me siet :
Ja ne pant nus que il me griet."
Et Lanceloz dist : "Sire rois,
Je sai de quauses et de lois
Et de plez et de jugemanz :
Ne doit estre sanz seiremanz
Bataille de tel mescreance."
Et Meleaganz sanz dotance
Li respont molt isnelemant :
"Bien i soient li seiremant
Et veignent li saint or androit,
Que je sai bien que je ai droit !"
Et Lanceloz ancontre dit :
"Onques, se Damedex m’aït,
Queu le seneschal ne conut
Qui de tel chose le mescrut."
Maintenant lor chevaus demandent,
Lor armes aporter comandent ;
L’an lor aporte tost amont,
Vaslet les arment : armé sont ;
Et je resont li saint fors tret.
Meleaganz avant se tret
Et Lanceloz dejoste lui,
Et s’agenouillent anbedui ;
Et Meleaganz tant sa main
Aus sainz et jure tot de plain :
"Ensi m’aïst Dex et cist sainz,
Kex li seneschaus fu conpainz
Enuit la reïne an son lit
Et de li ot tot son delit.
- Et je t’an lief come parjur,
Fet Lanceloz, et si rejur
Qu’il n’i jut ne ne la santi.
Et de celui qui a manti
Praigne Dex, se lui plest, vangence
Et face voire demostrance.
Mes ancor un autre an ferai
Des seiremanz et jurerai,
Cui qu’il enuit ne cui qu’il poist,
Que se il hui venir me loist
De Meleagant au desus,
Tant m’aïst Dex et neant plus
Et ces reliques qui sont ci
Que ja de lui n’avrai merci."
Li rois de rien ne s’esjoï
Quant cestui sairemant oï.
Qant li seiremant furent fet,
Lor cheval lor furent fors tret,
Bel et boen de totes bontez ;
Sor le suen est chascuns montez,
Et li uns contre l’autre muet
Tant con chevax porter le puet ;
Et es plus granz cors des chevax
Fiert li uns l’autre des vasax
Si qu’il ne lor remaint nes poinz
Des deus lances tresqu’anz es poinz.
Et li uns l’autre a terre porte,
Mes ne font mie chiere morte
Que tot maintenant se relievent
Et tant com il pueent se grievent
Aus trancanz des espees nues.
Les estanceles vers les nues
Totes ardanz des hiaumes saillent.
Par si grant ire s’antr’asaillent
As espees que nues tienent
Que si com eles vont et vienent
S’antr’ancontrent et s’antrefierent,
Ne tant reposer ne se quierent
Qu’aleinne reprandre lor loise.
Li rois, cui molt an grieve et poise,
En a la reïne apelee,
Qui apoier s’estoit alee
Amont as loges de la tor :
Por Deu, li dist, le Criator,
Que ele departir les lest !
"Tot quanque

vos an siet et plest,
Fet la reïne a buene foi,
Ja n’an feroiz rien contre moi."
Lanceloz a bien antandu
Que la reïne a respondu
A ce que li rois li requiert,
Ja puis conbatre ne se quiert,
Einz a tantost guerpi le chaple ;
Et Meleaganz fiert et chaple
Sor lui, que reposer ne quiert ;
Et li rois antre deus se fiert
Et tient son fil, qui dit et jure
Que il n’a de pes feire cure :
"Bataille voel, n’ai soing de peis."
Et li rois li dit : "Car te teis
Et me croi, si feras que sages ;
Ja certes honte ne domages
Ne t’an vandra se tu me croiz ;
Mes fei ice que fere doiz !
Don ne te sovient il que tu
As an la cort le roi Artu
Contre lui bataille arramie ?
Et de ce ne dotes tu mie
Que il ne te soit granz enors,
Se la te vient biens, plus qu’aillors ?"
Ce dit li rois por essaier
Se il le porroit esmaier,
Tant qu’il l’apeise et ses depart.
Et Lanceloz, cui molt fu tart
De monseignor Gauvain trover,
An vient congié querre et rover
Au roi, et puis a la reïne.
Par le congié d’ax s’achemine
Vers le Pont soz Eve corrant ;
Si ot aprés lui rote grant
Des chevaliers qui le suioient ;
Mes assez de tex i aloient
Don bel li fust s’il remassissent.
Lor jornees molt bien fornissent,
Tant que le Pont soz Eve aprochent,
Mes d’une liue ancor n’i tochent.
Einçois que pres del pont venissent
Et que il veoir le poïssent,
Uns nains a l’encontre lor vint
Sor un grant chaceor, et tint
Une corgiee por chacier
Son chaceor et menacier.
Et maintenant a demandé
Si com il li fu comandé :
"Li quex de vos est Lanceloz ?
Nel me celez, je sui des voz ;
Mes dites le seüremant
Que por voz granz biens le demant."
Lanceloz li respont por lui
Et dit il meïsmes : "Je sui
Cil que tu demandes et quiers.
- Ha !, fet li nains, frans chevaliers,
Leisse cez gens et si me croi :
Vien t’an toz seus ansanble o moi
Qu’an molt boen leu mener te voel.
Ja nus ne t’an siue por l’uel,
Einz nos atandent ci androit
Que nos revandrons or androit."
Cil qui de nul mal ne se dote
A fet remenoir sa gent tote
Et siust le nain qui traï l’a ;
Et sa gent qui l’atendent la
Le pueent longuemant atandre,
Que cil n’ont nul talant del randre
Qui l’ont pris et seisi an sont.
Et sa gent si grant duel an font
De ce qu’il ne vient ne repeire
Qu’il ne sevent qu’il puissent feire.
Tuit dïent que traïz les a
Li nains, et si lot an pesa,
Oiseuse seroit de l’anquerre.
Dolant le comancent a querre,
Mes ne sevent ou il le truissent,
Ne de quel part querre le puissent ;
S’an prenent consoil tuit ansanble.
A ce s’acordent, ce me sanble,
Li plus resnable et li plus sage,
Qu’il an iront jusqu’au passage
Del Pont soz Eve, qui est pres,
Et querront Lancelot aprés
Par le los monseignor Gauvain,
S’il le truevent n’a bois n’a plain.
A cest consoil trestuit s’acordent
Si bien que de rien n’i descordent.
Vers le Pont soz Eve s’an vont
Et tantost qu’il vienent au pont
Ont monseignor Gauvain veü,
Del pont trabuchié et cheü
En l’eve, qui estoit parfonde.
Une ore essort et autre afonde,
Or le voient et or le perdent.
Tant tressaillent que il l’aerdent
A rains, a perches et a cros.
N’avoit que le hauberc el dos
Et sor le chief le hiaume assis,
Qui des autres valoit bien dis,
Et les chauces de fer chauciees
De sa suor anruïlliees,
Car molt avoit sofferz travauz,
Et mainz perils et mainz asauz
Avoit trespassez et vaincuz.
Sa lance estoit, et ses escuz
Et ses chevax, a l’autre rive.
Mes ne cuident pas que il vive
Cil qui l’ont tret de l’eve fors,
Car il en avoit molt el cors,
Ne desque tant qu’il l’ot randue
N’ont de lui parole antandue.
Mes quant sa parole et sa voiz
Et del cuer delivre ot la doiz,
Qu’an le pot oïr et antandre,
Au plus tost que il s’i pot prandre
A la parole, se s’i prist ;
Lués de la reïne requist
A ces qui devant lui estoient
Se nule novele an savoient.
Et cil qui li ont respondu,
D’avoec le roi Bademagu
Dïent qu’ele ne part nule ore,
Qui molt la sert et molt l’enore.
"Vint la puis nus an ceste terre,
Fet messire Gauvains, requerre ?"
Et il li respondent : "Oïl !
- Qui ? - Lanceloz del Lac, font il,
Qui passa au Pont de l’Espee ;
Si l’a resqueusse et delivree,
Et avoec li nos autres toz ;
Mes traïz nos en a uns goz,
Uns nains boçuz et rechigniez :
Laidemant nos a engigniez,
Qui Lancelot nos a fortret ;
Nos ne savons qu’il en a fet.
- Et quant ? fet messire Gauvains.
- Sire, hui nos a ce fet li nains,
Molt pres de ci, quant il et nos
Venïemes ancontre vos.
- Et comant s’est il contenuz
Puis qu’an cest païs fu venuz ?"
Et cil li comancent a dire,
Si li recontent tire a tire
Si c’un tot seul mot n’i oblïent,
Et de la reïne li dïent
Qu’ele l’atant, et dit por voir
Que riens ne la feroit movoir
Del païs, tant qu’ele le voie,

Por novele que ele en oie.
Messire Gauvains lor respont :
"Quant nos partirons de cest pont,
Irons nos querre Lancelot ?"
N’i a un seul qui mialz ne lot
Qu’a la reïne aillent ençois :
Si le fera querre li rois ;
Car il cuident qu’an traïson
L’ait fet ses filz metre an prison,
Meleaganz, qui molt le het.
Ja an leu, se li rois le set,
Ne sera qu’il nel face randre ;
De seür s’i pueent atandre.
A cest consoil tuit s’acorderent
Et tot maintenant s’aroterent
Tant que vers la cort s’aprochierent
Ou la reïne et li rois ierent,
Et Kex avoec, li seneschax,
Et s’i estoit li deslëax
De traïson plains et conblez,
Qui molt laidemant a troblez
Por Lancelot toz ces qui vienent.
Por mort et por traï se tienent,
S’an font grant duel, que molt lor poise.
N’est pas la novele cortoïse
Qui la reïne cest duel porte ;
Neporquant ele s’an deporte
Au plus belemant qu’ele puet.
Por monseignor Gauvain l’estuet
Auques esjoïr, si fet ele.
Et neporquant mie ne cele
Son duel que auques n’i apeire.
Et joie et duel li estuet feire :
Por Lancelot a le cuer vain
Et contre monseignor Gauvain
Mostre sanblant de passejoie.
N’i a nul qui la novele oie
De Lancelot qui est perduz
Ne soit dolanz et esperduz.
De monseignor Gauvain eüst
Li rois joie et molt li pleüst
Sa venue et sa conuissance,
Mes tel duel a et tel pesance
De Lancelot qui est traïz
Que maz an est et esbaïz.
Et la reïne le semont
Et prie qu’aval et amont
Par sa terre querre le face
Tot sans demore et sanz espace,
Et messire Gauvains et Ques :
Un trestot seul n’i a remés
Qui de ce nel prit et semoingne.
"Sor moi lessiez ceste besoigne,
Fet li rois, si n’an parlez ja !
Que ja en sui prez grant piece a.
Tot sanz proiere et sanz requeste
Ferai bien feire ceste anqueste."
Chascuns l’an ancline et soploie.
Li rois maintenant i envoie,
Par son rëaume, ses messages,
Sergenz bien coneüz et sages,
Qui ont par toute la contree
De lui novele demandee.
Par tot ont la novele anquise
Mes n’en ont nule voire aprise ;
N’an troverent point, si s’an tornent
La ou li chevalier sejornent,
Gauvains et Kex et tuit li autre,
Qui dïent que lance sor fautre,
Trestuit armé, querre l’iront ;
Ja autrui n’i anvoieront.
Un jor aprés mangier estoient
Tuit an la sale ou il s’armoient,
S’estoit venu a l’estovoir,
Qu’il n’i avoit que del movoir,
Quant uns vaslez leanz antra
Et parmi aus oltre passa
Tant qu’il vint devant la reïne,
Qui n’avoit pas color rosine,
Que por Lancelot duel avoit
Tel, don noveles ne savoit,
Que la color en a müee.
Et li vaslez l’a salüee,
Et le roi qui de li fu pres,
Et puis les autres toz aprés,
Et Queu et monseignor Gauvain.
Unes letres tint an sa main,
Ses tant le roi, et il les prant.
A tel qui de rien n’i mesprant
Les fist li rois oiant toz lire.
Cil qui les lut lor sot bien dire
Ce qu’il vit escrit an l’alue,
Et dit que Lanceloz salue
Le roi come son boen seignor,
Si le mercie de l’enor
Qu’il li a fet et del servise,
Come cil qui est a devise
Trestoz an son comandemant.
Et sachiez bien certainnemant
Qu’il est avoec le roi Artu,
Plains de santé et de vertu,
Et dit qu’a la reïne mande
C’or s’an vaigne, se le comande,
Et messire Gauvains et Ques.
Et si a entresaignes tes
Qu’il durent croire, et bien le crurent.
Molt lié et molt joiant an furent :
De joie bruit tote la corz,
Et l’andemain quant il ert jorz
Dïent qu’il s’an voldront torner.
Et quant ce vint a l’ajorner,
Si s’aparoillent et atornent :
Lievent et montent, si s’an tornent.
Et li rois les silt et conduit
A grant joie et a grant deduit
Une grant piece de la voie.
Fors de sa terre les convoie,
Et quant il les an ot fors mis,
A la reïne a congié pris,
Et puis a toz comunemant.
La reïne molt sagemant
Au congié prandre le mercie
De ce que il l’a tant servie ;
Et ses deus braz au col li met,
Se li offre et si li promet
Son servise et le son seignor :
Ne li puet promette graignor.
Et messire Gauvains ausi
Com a seignor et a ami,
Et Kex ausi, tuit li prometent.
Tantost a la voie se metent :
Si les comande a Deu li rois ;
Toz les autres aprés ces trois
Salue, et puis si s’an retorne.
Et la reïne ne sejorne
Nul jor de tote la semainne,
Ne la rote que ele an mainne,
Tant qu’a la cort vient la novele
Qui au roi Artu fut molt bele
De la reïne qui aproiche,
Et de son neveu li retoiche
Grant joie au cuer et grant leesce,
Qu’il cuidoit que par sa pröesce.
Soit la reïne revenue,
Et Kex et l’autre genz menue ;
Mes autremant est qu’il ne cuident.
Por aus tote la vile vuident,
Si lor vont trestuit a l’encontre,
Et dit chascuns qui les ancontre,
Ou soit chevaliers ou vilains :
"Bien vaingne messire Gauvains,
Qui la reïne a ramenee,
Et mainte dame escheitivee,
Et main prison nos a randu !"
Et Gauvains lor a respondu :
"Seignor, de neant m’alosez ;
Del dire huimés vos reposez,
Qu’a moi nule chose n’an monte.
Ceste enors

me valt une honte,
Que je n’i ving n’a tans n’a ore ;
Failli i ai par ma demore.
Mes Lanceloz a tans i vint,
Cui si granz enors i avint
Qu’ainz n’ot si grant nus chevaliers.
- Ou est il donc, biax sire chiers,
Quant nos nel veons ci elués ?
- Ou ? fet messire Gauvains lués,
A la cort mon seignor le roi.
Don n’i est il ? - Nenil, par foi,
Ne an tote ceste contree.
Puis que ma dame an fu menee,
Nule novele n’an oïmes."
Et messire Gauvains lors primes
Sot que les letres fausses furent,
Qui les traïrent et deçurent ;
Par les letres sont deceü.
Lors resont a duel esmeü :
A cort vienent lor duel menant ;
Et li rois trestot maintenant
Anquiert noveles de l’afaire.
Assez fu qui li sot retraire
Comant Lanceloz a ovré,
Comant par lui sont recovré
La reïne et tuit li prison,
Comant et par quel traïson
Li nains lor anbla et fortrest.
Ceste chose le roi desplest
Et molt l’an poise et molt l’an grieve,
Mes joie le cuer li sozlieve
Qu’il a si grant de la reïne,
Que li diax por la joie fine ;
Quant la rien a que il plus vialt,
Del remenant petit se dialt.
Demantres que fors del païs
Fu la reïne, ce m’est vis,
Pristrent un parlemant antr’eles
Les dames et les dameiseles,
Qui desconseilliees estoient,
Et distrent qu’eles se voldroient
Marïer molt prochienemant,
S’anpristrent a cel parlemant
Une ahatine et un tornoi.
Vers celi de Pomelegoi
L’anprist la dame de Noauz.
De cels qui le feront noauz
Ne tandront parole de rien,
Mes de ces qui le feront bien
Dïent que les voldront avoir ;
Sel firent crïer et savoir
Par totes les terres prochienes
Et autresi par les loingtienes,
Et firent a molt lonc termine
Crïer le jor de l’ahatine
Por ce que plus i eüst genz.
Et la reïne vint dedenz
Le termine que mis i orent ;
Et maintenant qu’eles le sorent
Que la reïne estoit venue,
La voie ont cele part tenue
Les plusors tant qu’a la cort vindrent
Devant le roi, et si le tindrent
Molt an grant c’un don lor donast
Et lor voloir lor otreast.
Et il lor a acreanté,
Ainz qu’il seüst lor volanté,
Qu’il feroit quanqu’eles voldroient.
Lors li distrent qu’eles voloient
Que il sofrist que la reïne
Venist veoir lor ahatine.
Et cil qui rien veher ne sialt
Dist que lui plest s’ele le vialt.
Celes qui molt liees an sont
Devant la reïne s’an vont,
Si li dïent eneslepas :
"Dame, ne nos retolez pas
Ce que li rois nos a doné."
Et ele lor a demandé :
"Quex chose est ce ? Nel me celez !"
Lors li dïent : "Se vos volez
A nostre ahatine venir,
Ja ne vos an quiert retenir
Ne ja nel vos contredira."
Et ele dist qu’ele i ira,
Des que il le congié l’an done.
Tantost par tote la corone
Les dameiseles an envoient
Et mandent que eles devoient
Amener la reïne au jor
Qui estoit crïez de l’estor.
La novele par tot ala
Et loing et pres et ça et la ;
S’est tant alee et estandue
Qu’el rëaume fu espandue
Don nus retorner ne soloit ;
Mes ore quiconques voloit
Avoit et l’antree et l’issue,
Et ja ne li fust desfandue.
Tant est par le rëaume alee
La novele, dite et contee,
Qu’ele vint chiés un seneschal
Meleagant le desleal,
Le traïtor, que max feus arde !
Cil avoit Lancelot an garde :
Chiés lui l’avoit an prison mis
Meleaganz ses anemis,
Qui le haoit de grant haïne.
La novele de l’anhatine
Sot Lanceloz, l’ore et le terme,
Puis ne furent si oil sanz lerme
Ne ses cuers liez, que il le sot.
Dolant et pansif Lancelot
Vit la dame de la meison,
Sel mist a consoil a reison :
"Sire, por Deu et por vostre ame,
Voir me dites, fet li la dame,
Por coi vos estes si changiez.
Vos ne bevez ne ne mangiez,
Ne ne vos voi jöer ne rire ;
Seüremant me pöez dire
Vostre panser et vostre enui.
- Ha ! dame, se je dolanz sui,
Por Deu, ne vos an merveilliez.
Voir que trop sui desconseilliez,
Quant je ne porrai estre la
Ou toz li biens del mont sera :
A l’ahatine ou toz asanble
Li pueples, ensi con moi sanble.
Et neporquant, s’il vos pleisoit
Et Dex tant franche vos feisoit
Que vos aler m’i leissessiez,
Tot certeinnemant seüssiez
Que vers vos si me contanroie
Qu’an vostre prison revandroie.
- Certes, fet ele, jel feïsse
Molt volantiers se n’i veïsse
Ma destrucion et ma mort.
Mes je criem mon seignor si fort,
Meleagant le deputaire,
Que je ne l’oseroie faire,
Qu’il destruiroit mon seignor tot.

N’est mervoille se jel redot,
Qu’il est si fel con vos savez.
- Dame, se vos peor avez
Que je tantost aprés l’estor
An vostre prison ne retor,
Un seiremant vos an ferai
Dom ja ne me parjurerai,
Que ja n’iert riens qui me detaingne
Qu’an vostre prison ne revaigne
Maintenant aprés le tornoi.
- Par foi, fet ele, et je l’ottoi
Par un covant. - Dame, par quel ?"
Ele repont : "Sire, par tel
Que le retor me jureroiz
Et avoec m’aseüreroiz
De vostre amor, que je l’avrai.
- Dame, tote celi que j’ai
Vos doing et jur le revenir.
- Or m’an puis a neant tenir,
Fet la dame tot an riant ;
Autrui, par le mien esciant,
Avez bailliee et comandee
L’amor que vos ai demandee.
Et neporcant sanz nul desdaing,
Tant con g’en puis avoir s’an praing.
A ce que je puis m’an tandrai,
Et le sairemant an prandrai
Que vers moi si vos contendroiz
Que an ma prison revandroiz."
Lanceloz tot a sa devise
Le sairemant sor sainte Eglise
Li fet qu’il revandra sanz faille.
Et la dame tantost li baille
Les armes son seignor vermoilles
Et le cheval qui a mervoilles
Estoit biax et forz et hardiz.
Cil monte, si s’an est partiz,
Armez d’unes armes molt beles,
Trestotes fresches et noveles ;
S’a tant erré qu’a Noauz vint.
De cele partie se tint
Et prist fors de la vile ostel.
Einz si prodom n’ot mes itel,
Car molt estoit petiz et bas ;
Mes herbergier ne voloit pas
An leu ou il fust coneüz.
Chevaliers boens et esleüz
Ot molt el chastel amassez ;
Mes plus en ot defors assez,
Que por la reïne en i ot
Tant venu que li quinz n’i pot
Ostel avoir dedanz recet ;
Que por un seul en i ot set
Don ja un tot seul n’i eüst
Se por la reïne ne fust.
Bien cinc liues tot anviron.
Se furent logié li baron
Es trez, es loges et es tantes.
Dames et dameiseles gentes
I rot tant que mervoille fu.
Lanceloz ot mis son escu
A l’uis de son ostel defors,
Et il por aeisier son cors
Fu desarmez et se gisoit
En un lit qu’il molt po prisoit,
Qu’estroiz ert et la coute tanve
Coverte d’un gros drap de chanve.
Lanceloz trestoz desarmez
S’estoit sor ce lit acostez.
La ou il jut si povremant,
A tant ez vos un garnemant,
Un hiraut d’armes an chemise,
Qui an la taverne avoit mise
Sa cote avoec sa chauceüre,
Et vint nuz piez grant aleüre,
Desafublez contre le vant.
L’escu trova a l’uis devant,
Si l’esgarda, mes ne pot estre
Qu’il coneüst lui ne son mestre,
Ne set qui porter le devoit.
L’uis de la meison overt voit,
S’antre anz et vit gesir el lit
Lancelot, et puis qu’il le vit
Le conut, et si s’an seigna.
Et Lanceloz le regarda
Et desfandi qu’il ne parlast
De lui an leu ou il alast ;
Que, s’il disoit qu’il le seüst
Mialz li vandroit que il s’eüst
Les ialz treiz ou le col brisié.
"Sire, je vos ai molt prisié,
Fet li hyraus, et toz jorz pris,
Ne ja tant con je soie vis
Ne ferai rien por nul avoir
Don mal gré me doiez savoir."
Tantost de la meison s’an saut,
Si s’an vet criant molt an haut :
"Or est venuz qui l’aunera !
Or est venuz qui l’aunera !"
Ice crioit par tot li garz,
Et genz saillent de totes parz,
Se li demandent que il crie.
Cil n’est tant hardiz que le die,
Einz s’an va criant ce meïsmes ;
Et sachiez que dit fu lors primes
"Or est venuz qui l’aunera !"
Nostre mestre an fu li hyra
Qui a dire le nos aprist,
Car il premieremant le dist.
Ja sont assanblees les rotes,
La reïne et les dames totes
Et chevalier et autres genz,
Car molt i avoit des sergenz
De totes parz, destre et senestre.
La ou li tornoiz devoit estre
Ot unes granz loges de fust,
Por ce que la reïne i fust
Et les dames et les puceles :
Einz nus ne vit loges si beles,
Ne si longues ne si bien faites.
La si se sont l’andemain traites
Trestotes aprés la reïne,
Que veoir voldront l’ahatine
Et qui mialz le fera ou pis.
Chevalier vienent dis et dis,
Et vint et vint, et trante et trante,
Ca iiij. xx. et ça nonante,
Ca cent, ça plus et ça deus tanz ;
Si est l’asanblee si granz
Devant les loges et antor
Que il ancomancent l’estor.
Armé et desarmé asanblent ;
Les lances un grant bois resanblent,
Que tant en i font aporter
Cil qui s’an vuelent deporter
Qu’il n’i paroit se lances non
Et banieres et confanon.
Li josteor au joster muevent
Qui compaignons asez i truevent
Qui por joster venu estoient.
Et li autre se raprestoient
De faire autres chevaleries.
Si sont plainnes les praeries
Et les arees et li sonbre,
Que l’an n’en puet esmer le nonbre
Des chevaliers, tant en i ot.
Mes n’i ot point de Lancelot
A cele premiere asanblee ;
Mes quant

il vint parmi la pree,
Et li hirauz le voit venir,
De crïer ne se pot tenir :
"Veez celui qui l’aunera !
Veez celui qui l’aunera !"
Et l’an demande : "Qui est il ?"
Ne lor an vialt rien dire cil.
Quant Lanceloz an l’estor vint,
Il seus valoit des meillors vint.
Sel comance si bien a feire
Que nus ne puet ses ialz retreire
De lui esgarder, ou qu’il soit.
Devers Pomelesglai estoit
Uns chevaliers preuz et vaillanz,
Et ses chevax estoit saillanz
Et corranz plus que cers de lande ;
Cil estoit filz le roi d’Irlande
Qui molt bien et bel le feisoit ;
Mes quatre tanz a toz pleisoit
Li chevaliers qu’il ne conoissent.
Trestuit de demander s’angoissent :
"Qui est cil qui si bien le fet ?"
Et la reïne a consoil tret
Une pucele cointe et sage
Et dit : "Dameisele, un message
Vos estuet feire, et tost le feites
A paroles briémant retreites.
Jus de ces loges avalez,
A ce chevalier m’an alez
Qui porte cel escu vermoil
Et si li dites a consoil
Que au noauz que je lui mant."
Cele molt tost et saigemant
Fet ce que la reïne vialt.
Aprés le chevalier s’aquialt
Tant que molt prés de lui s’est jointe,
Si li dist come sage et cointe,
Que ne l’ot veisins ne veisine :
"Sire, ma dame la reïne
Par moi vos mande et jel vos di
Que au noauz." Quand cil l’oï,
Si li dist que molt volantiers,
Come cil qui est suens antiers.
Et lors contre un chevalier muet
Tant con chevax porter le puet,
Et faut quant il le dut ferir ;
N’onques puis jusqu’a l’anserir
Ne fist s’au pis non que il pot
Por ce qu’a la reïne plot.
Et li autres qui le requiert
N’a pas failli, einçois le fiert
Grant cop, roidemant s’i apuie,
Et cil se met lors a la fuie ;
Ne puis cel jor vers chevalier
Ne torna le col del destrier ;
Por amorir rien ne feïst
Se sa grant honte n’i veïst
Et son leit et sa desenor,
Et fet sanblant qu’il ait peor
De toz ces qui vienent et vont.
Et li chevalier de lui font
Lor risees et lor gabois,
Qui molt le prisoient ainçois.
Et li hirauz qui soloit dire :
"Cil les vaintra trestoz a tire !"
Est molt maz et molt desconfiz ;
Qu’il ot les gas et les afiz
De ces qui dïent : "Or te tes ;
Amis, cist ne l’aunera mes.
Tant a auné c’or est brisiee
S’aune que tant nos as prisiee."
Li plusor dïent : "Ce que doit ?
Il estoit si preus or endroit,
Or est si coarde chose
Que chevalier atandre n’ose.
Espoir por ce si bien le fist
Que mes d’armes ne s’antremist,
Si fu si forz a son venir
Qu’a lui ne se pooit tenir
Nus chevaliers, tant fust senez,
Qu’il feroit come forcenez.
Or a tant des armes apris
Que ja mes tat com il soit vis
N’avra talant d’armes porter.
Ses cuers nes puet plus andurer,
Qu’el monde n’a rien si coarde."
Et la reïne qui l’esgarde
An est molt liee et molt li plest,
Qu’ele set bien, et si s’an test,
Que ce est Lanceloz por voir.
Ensi tote jor jusqu’au soir
Se fist cil tenir por coart,
Mes li bas vespre les depart ;
Au departir i ot grant plet
De ces qui mialz l’avoient fet.
Li filz le roi d’Irlande pansse
Sanz contredit et sanz desfansse
Qu’il ait tot le los et le pris ;
Mes laidemant i a mespris
Qu’asez i ot de ses parauz.
Neïs li chevaliers vermauz
Plot as dames et as puceles,
Aus plus gentes et aus plus beles,
Tant qu’eles n’orent a nelui
Le jor bahé tant com a lui ;
Que bien orent veü comant
Il l’avoit fet premieremant,
Com il estoit preuz et hardiz ;
Puis restoit si acoardiz
Qu’il n’osoit chevalier atandre.
Einz le poïst abatre et prandre
Toz li pires se il volsist.
Mes a totes et a toz sist
Que l’andemain tuit revandront
A l’ahatine, et si prandront
Ces cui le jor seroit l’enors
Les dameiseles a seignors ;
Ensi le dïent et atornent.
A tant vers les ostez s’an tornent,
Et quant il vindrent as ostex,
An plusors leus en ot de tex
Qui ancomancierent a dire :
"Ou est des chevaliers li pire
Et li noauz, et li despiz ?
Ou est alez ? Ou est tapiz ?
Ou iert trovez ? Ou le querrons ?
Espoir ja mes ne le verrons,
Que Malvestiez l’en a chacié,
Dom il a tel fes anbracié
Qu’el monde n’a rien si malveise ;
N’il n’a pas tort, car plus a eise
Est uns malvés.c.m. tanz
Que n’est uns preuz, uns conbatanz.
Malvestiez est molt aeisiee,
Por ce l’a il an pes beisiee,
S’a pris de li quanque il a.
Onques voir tant ne s’avilla
Pröesce qu’an lui se meïst
Ne que pres de lui s’aseïst ;
Mes an lui s’est tote reposte
Malvestiez, s’a trové tel oste
Qui tant l’ainme et qui tant la sert
Que por s’enor la soe pert."
Ensi tote nuit se degenglent
Et cil de mal dire s’estrenglent.
Mes tex dit sovant mal d’autrui
Qui est molt pires de celui
Que il blasme et que il despit.
Chascuns ce que lui plest an dit.
Et quant ce vint a l’anjornee
Refu la genz tote atornee,

Si s’an vindrent a l’anhatine.
Es loges refu la reïne
Et les dames et les puceles,
Si ot chevaliers avoec eles
Assez qui armes ne portoient,
Qui prison ou croisié estoient,
Et cil les armes lor devisent
Des chevaliers que il plus prisent.
Antr’ax dïent : "Veez vos or
Celui a cele bande d’or
Par mi cel escu de bernic ?
C’est Governauz de Roberdic.
Et veez vos celui aprés
Qui an son escu pres a pres
A mise une aigle et un dragon ?
C’est li filz le roi d’Arragon
Qui venuz est an ceste terre
Por pris et por enor conquette.
Et veez vos celui dejoste
Qui si bien point et si bien joste
A cel escu vert d’une part,
S’a sor le vert point un liepart
Et d’azur est l’autre moitiez ?
C’est Ignaures li covoitiez,
Li amoreus et li pleisanz.
Et cil qui porte les feisanz
An son escu poinz bec a bec ?
C’est Coguillanz de Mautirec.
Et veez vos ces deus delez
A ces deus chevax pomelez
As escuz d’or as lyons bis ?
Li uns a non Semiramis
Et li autres est ses conpainz,
S’ont d’un sanblant lor escuz tainz.
Et veez vos celui qui porte
An son escu pointe une porte,
Si sanble qu’il s’an isse uns cers ?
Par foi, ce est li rois Yders.
Ensi devisent cil des loges :
"Cil escuz fu fez a Lymoges,
Si l’an aporta Piladés
Qui an estor vialt estre adés
Et molt le desirre et golose.
Cil autres fu fez a Tolose
Et li lorains et li peitrax,
Si l’en aporta Kex d’Estrax.
Cil vint de Lÿon sor le Rosne :
N’a nul si boen desoz le trosne,
Si fu por une grant desserte
Donez Taulas de la Deserte
Qui bel le porte et bien s’an cuevre.
Et cil autres si est de l’ueuvre
D’Engleterre et fu fez a Londres,
Ou vos veez ces deus arondres
Qui sanblent que voler s’an doivent,
Mes ne se muevent, ainz reçoivent
Mainz cos des aciers poitevins ;
Sel porte Thoas li meschins."
Ensi devisent et deboissent
Les armes de ces qu’il conoissent ;
Mes de celui mie n’i voient
Qu’an tel despit eü avoient,
Si cuident qu’il s’an soit anblez
Quant a l’estor n’est assanblez.
Quant la reïne point n’an voit,
Talanz li prist qu’ele i anvoit
Les rans cerchier tant qu’an le truisse.
Ne set cui envoier i puisse
Qui mialz le quiere de celi
Qui hier i ala de par li.
Tot maintenant a li l’apele,
Si li dit : "Alez, dameisele,
Monter sor vostre palefroi.
Au chevalier d’ier vos envoi,
Sel querez tant que vos l’aiez.
Por rien ne vos an delaiez,
Et tant si li redites or
Qu’au noauz le reface ancor.
Et quant vos l’en avroiz semons
S’antandez bien a son respons."
Cele de rien ne s’en retarde,
Qui bien s’estoit donee garde
Le soir quel part il torneroit,
Por ce que sanz dote savoit
Qu’ele i reseroit anvoiee.
Parmi les ranss’ est avoiee
Tant qu’ele vit le chevalier,
Si li vet tantost conseillier
Que ancor au noauz le face,
S’avoir vialt l’amor et la grace
La reïne, qu’ele li mande.
Et cil : "Des qu’ele le comande,
Li respont, la soe merci !"
Tantost cele se departi ;
Et lors comancent a hüier
Vaslet, sergent et escüier
Et dïent tuit : "Veez mervoilles
De celui as armes vermoilles ;
Revenuz est, mes que quiert il ?
Ja n’a el monde rien tant vil,
Si despite ne si faillie.
Si l’a malvestiez an baillie
Qu’il ne puet rien contre li faire."
Et la pucele s’an repaire,
S’est a la reïne venue,
Qui molt l’a corte et pres tenue
Tant que la responsse ot oïe,
Dom ele s’est molt esjoïe
Por ce c’or set ele sanz dote
Que ce est cil cui ele est tote
Et il toz suenz sanz nule faille.
A la pucele dit qu’ele aille
Molt tost arriere et si li die
Que ele li comande et prie
Que au mialz face qu’il porra.
Et cele dit qu’ele i ira
Tot maintenant sanz respit querre.
Des loges est venue a terre
La ou ses garçons l’atandoit,
Qui son palefroi li gardoit,
Et ele monte, si s’an va
Tant que le chevalier trova,
Si li ala maintenant dire :
"Or vos mande ma dame, sire,
Que tot "le mialz" que vos porroiz !"
Et il respont : "Or li diroiz
Qu’il n’est riens nule qui me griet
A feire des que il li siet,
Que quanque il plest m’atalante."
Lors ne fu mie cele lante
De son message reporter,
Que molt an cuide deporter
La reïne et esleescier.
Quanqu’ele se pot adrecier
S’est vers les loges adreciee,
Et la reïne s’est dreciee,
Se li est a l’ancontre alee ;
Mes n’est mie jus avalee
Einz l’atant au chief del degré.
Et cele vient, qui molt a gré
Li sot son message conter ;
Les degrez comance a monter,
Et quant ele est venue a li
Si li dist : "Dame, onques ne vi
Nul chevalier tant deboneire,
Qu’il vialt si otreemant feire
Trestot quanque vos li mandez
Que, se le voir m’an demandez,
Autel chiere tot par igal
Fet il del bien come del mal.
- Par foi, fet ele, bien puet estre."
Lors s’an retorne a la fenestre

Por les chevaliers esgarder.
Et Lanceloz sanz plus tarder
L’escu par les enarmes prant,
Que volentez l’art et esprant
De mostrer tote sa pröesce.
Le col de son destrier adresce
Et lesse corre antre deus rans.
Tuit seront esbahi par tans
Li deceü, li amusé,
Qui an lui gaber ont usé
Piece del jor et de la nuit ;
Molt s’an sont grant piece deduit
Et deporté et solacié.
Par les enarmes anbracié
Tint son escu li filz le roi
D’Irlande, et point a grant desroi
De l’autre part ancontre lui ;
Si s’antrefierent anbedui
Si que li filz le roi d’Irlande
De la joste plus ne demande,
Que sa lance fraint et estrosse ;
Car ne feri mie sor mosse,
Mes sor ais molt dures et seches.
Lanceloz une de ses teches
Li a aprise a cele joste,
Que l’escu au braz li ajoste
Et le braz au costé li serre,
Sel porte del cheval a terre.
Et tantost chevalier descochent,
D’anbedeus parz poingnent et brochent,
Li un por celui desconbrer
Et li autre por l’enconbrer.
Li un lor seignor eidier cuident,
Et des plusors les seles vuident
An la meslee et an l’estor ;
Mes onques an trestot le jor
Gauvains d’armes ne se mesla
Qui ert avoec les autres la ;
Qu’a esgarder tant li pleisoit
Les pröesces que cil feisoit
As armes de sinople taintes
Qu’estre li sanbloient estaintes
Celes que li autre feisoient :
Envers les soes ne paroient.
Et li hyrauz se resbaudist
Tant qu’oiant toz cria et dist :
"Or est venuz qui l’aunera !
Hui mes verroiz que il fera,
Hui mes aparra sa pröesce."
Et lors li chevaliers s’adresce
Son cheval et fet une pointe
Ancontre un chevalier molt cointe,
Et fiert si qu’il le porte jus
Loing del cheval.c. piez ou plus.
Si bien a faire le comance
Et de l’espee et de la lance
Qu’il n’est riens qui armes ne port
Qu’a lui veoir ne se deport.
Nes maint de ces qui armes portent
S’i redelitent et deportent,
Que granz deporz est de veoir
Con fet trabuchier et cheoir
Chevax et chevaliers ansanble.
Gaires a chevalier n’asanble
Qu’an sele de cheval remaingne,
Et les chevax que il gaaigne
Done a toz ces qui les voloient.
Et cil qui gaber le soloient
Dïent : "Honi somes et mort.
Molt avomes eü grant tort
De lui despire et avillier ;
Certes il valt bien un millier
De tex a en cest champ assez,
Que il a vaincuz et passez
Trestoz les chevaliers del monde,
Qu’il n’i a un qu’a lui s’aponde."
Et les dameiseles disoient,
Qui a mervoilles l’esgardoient,
Que cil les tolt a marïer ;
Car tant ne s’osoient fïer
En lor biautez n’an lor richeces,
N’an lor pooirs, n’an lor hauteces,
Que por biauté ne por avoir
Deignast nule d’eles avoir
Cil chevalier, que trop est prouz.
Et neporquant si font tex vouz
Les plusors d’eles qu’eles dïent
Que s’an cestui ne se marïent
Ne seront ouan marïees,
N’a mari n’a seignor donees.
Et la reïne qui antant
Ce dom eles se vont vantant
A soi meïsme an rit et gabe ;
Bien set que por tot l’or d’Arrabe,
Qui trestot devant li metroit,
La meillor d’eles ne prandroit,
La plus bele ne la plus gente,
Cil qui a totes atalante.
Et lor volentez est comune
Si qu’avoir le voldroit chascune ;
Et l’une est de l’autre jalouse
Si con s’ele fust ja s’espouse,
Por ce que si adroit le voient,
Qu’eles ne pansent ne ne croient
Que nus d’armes, tant lor pleisoit,
Poïst ce feire qu’il feisoit.
Si bien le fist qu’au departir
D’andeus parz distrent sanz mantir
Que n’i avoit eü paroil
Cil qui porte l’escu vermoil.
Trestuit le distrent et voirs fu.
Mes au departir son escu
Leissa an la presse cheoir,
La ou greignor la pot veoir,
Et sa lance et sa coverture ;
Puis si s’an va grant aleüre.
Si s’an ala si en anblee
Que nus de tote l’asanblee,
Qui la fust, garde ne s’an prist
Et cil a la voie se mist,
Si s’an ala molt tost et droit
Cele part don venuz estoit
Por aquiter son sairemant.
Au partir del tornoiemant
Le quierent et demandent tuit ;
N’an truevent point, car il s’an fuit,
Qu’il n’a cure qu’an le conoisse.
Grant duel en ont et grant angoisse
Li chevalier, qui an feïssent
Grant joie se il le tenissent.
Et se aus chevaliers pesa
Quant il ensi lessiez les a,
Les dameiseles, quant le sorent,
Asez plus grant pesance en orent
Et dïent que par saint Johan
Ne se marïeront ouan :
Quant celui n’ont qu’eles voloient,
Toz les autres quites clamoient ;
L’anhatine ensi departi
C’onques nule n’an prist mari.
Et Lanceloz pas ne sejorne,
Mes tost an sa prison retorne.
Et li seneschax vint ençois
De Lancelot deus jorz ou trois,
Si demanda ou il estoit.
Et la dame qui li avoit
Ses armes vermoilles bailliees,
Beles et bien apareillies,

Et son hernois et son cheval
Le voir an dist au seneschal,
Comant ele l’ot anvoié
La ou en avoit tornoié,
A l’ahatine de Noauz.
"Ne poïssiez faire noauz,
Dame, voir, fet li seneschaus ;
Molt m’an vanra, ce cuit, granz maus,
Que mes sire Meleaganz
Me fera pis que li jaianz
Se j’avoie esté perilliez.
Morz an serai et essilliez
Maintenant que il le savra,
Que ja de moi pitié n’avra.
- Biax sire, or ne vos esmaiez,
Fet la dame, mie n’aiez
Tel peor, qu’il ne vos estuet ;
Riens nule retenir nel puet,
Que il le me jura sor sainz
Qu’il vanroit ja ne porroit ainz."
Li seneschaus maintenant monte,
A son seignor vint, se li conte
Tote la chose et l’avanture ;
Mes ice molt le raseüre
Que il li dit con faitemant
Sa fame an prist le sairemant
Qu’il revandroit an la prison.
"Il n’an fera ja mesprison,
Fet Meleaganz, bien le sai,
Et neporquant grant duel en ai
De ce que vostre fame a fait :
Je nel volsisse por nul plait
Qu’il eüst esté an l’estor.
Mes or vos metez au retor
Et gardez, quant il iert venuz,
Qu’il soit an tel prison tenuz
Qu’il n’isse de la prison fors
Ne n’ait nul pooir de son cors ;
Et maintenant le me mandez.
- Fet iert si con vos comandez,"
Fet li seneschax, si s’an va ;
Et Lancelot venu trova
Qui prison tenoit an sa cort.
Uns messages arriere cort,
Que li seneschax en anvoie
A Meleagant droite voie,
Si li a dit de Lancelot
Qu’il est venuz. Et quant il l’ot,
Si prist maçons et charpantiers
Qui a enviz ou volantiers
Firent ce qu’il lor comanda.
Les meillors del païs mande,
Si lor a dit qu’il li feïssent
Une tor et poinne i meïssent
An ce que ele fust tost feite.
Sor la mer fu la pierre treite,
Que pres de Gorre iqui de lez
An cort uns braz et granz et lez :
Enni le braz une isle avoit
Que Meliaganz bien savoit.
La comanda la pierre a traire
Et le merrien por la tor faire.
An moins de cinquante et.vii. jorz
Fu tote parfeite la torz,
Haute et espesse et bien fondee.
Quant ele fu a ce menee,
Lancelot amener i fist
Par nuit et an la tor le mist ;
Puis comanda les huis murer
Et fist toz les maçons jurer
Que ja par aus de cele tor
Ne sera parole a nul jor.
Ensi volt qu’ele fust celee,
Ne n’i remest huis ne antree
Fors c’une petite fenestre.
Leanz covint Lancelot estre,
Si li donoit l’an a mangier,
Molt povrement et a dangier,
Par cele fenestre petite
A ore devisee et dite,
Si con l’ot dit et comandé
Li fel plains de deslëauté.
Or a tot fet quanque il vialt
Meleaganz ; aprés s’aquialt
Droit a la cort le roi Artu.
Estes le vos ja la venu,
Et quant il vint devant le roi,
Molt plains d’orguel et de desroi
A comanciee sa reison :
"Rois, devant toi an ta meison
Ai une bataille arramie ;
Mes de Lancelot n’i voi mie,
Qui l’a enprise ancontre moi.
Et neporquant, si con je doi,
Ma bataille, oiant toz ; presant
Ces que ceanz voi an presant.
Et s’il est ceanz, avant veingne
Et soit tex que covant me teigne
An vostre cort d’ui en un an.
Ne sai s’onques le vos dist l’an
An quel meniere et an quel guise
Ceste bataille fu anprise ;
Mes je voi chevaliers ceanz
Qui furent a noz covenanz,
Et bien dire le vos savroient,
Se voir reconuistre an voloient.
Mes se il le me vialt noier,
Ja n’i loierai soldoier,
Einz le mosterrai vers son cors."
La reïne, qui seoit lors
Delez le roi, a soi le tire
Et si li encomance a dire :
"Sire, savez vos qui est cist ?
C’est Meliaganz qui me prist
El conduit Keu le seneschal :
Assez li fist et honte et mal."
Et li rois li a respondu :
"Dame, je l’ai bien antendu :
Je sai molt bien que ce est cil
Qui tenoit ma gent an essil."
La reïne plus n’an parole ;
Li rois atorne sa parole
Vers Meleagant, si li dit :
"Amis, fet il, se Dex m’aït,
De Lancelot nos ne savons
Noveles, don grant duel avons.
- Sire rois, fet Meleaganz,
Lanceloz me dist que ceanz
Le troveroie je sanz faille ;
Ne je ne doi ceste bataille
Semondre s’an vostre cort non ;
Je vuel que trestuit cist baron
Qui ci sont m’an portent tesmoing
Que d’ui en un an l’en semoing
Par les covanz que nos feïsmes
La ou la bataille anpreïsmes."
A cest mot an estant se lieve
Messire Gauvains, cui molt grieve
De la parole que il ot,
Et dit : "Sire, de Lancelot
N’a point an tote ceste terre ;
Mes nos l’anvoieromes querre,
Se Deu plest, sel trovera l’an
Ençois que veigne au chief de l’an,
S’il n’est morz ou anprisonez.
Et s’il ne vient, si me donez
La bataille, je la ferai :
Por Lancelot m’an armerai
Au jor, se il ne

vient ençois.
- Haï ! Por Deu, biax sire rois,
Fet Meliaganz, donez li :
Il la vialt et je vos an pri,
Qu’el monde chevalier ne sai
A cui si volentiers m’essai,
Fors que Lancelot seulemant.
Mais sachiez bien certainnemant,
S’a l’un d’aus deus ne me conbat,
Nul eschange ne nul rabat
Fors que l’un d’aus deus n’an prandroie."
Et li rois dit que il l’otroie
Se Lanceloz ne vient dedanz.
A tant s’an part Meleaganz
Et de la cort le roi s’an va ;
Ne fina tant que il trova
Le roi Bademagu son pere.
Devant lui, por ce que il pere
Qu’il est preuz et de grant afeire,
Comança un sanblant a feire
Et une chiere merveilleuse.
Ce jor tenoit cort molt joieuse
Li rois a Bade sa cité.
Jorz fu de sa natevité,
Por ce la tint grant et pleniere ;
Si ot gent de mainte meniere
Avoec lui venu plus qu’assez.
Toz fu li palés antassez
De chevaliers et de puceles ;
Mes une en i ot avoec eles
Qui suer estoit Meleagant,
Don bien vos dirai ça avant
Mon pansser et m’antencion,
Mes n’an vuel feire mancion,
Car n’afiert pas a ma matire
Que ci androit an doie dire,
Ne je ne la vuel boceier
Ne corronpre ne forceier
Mes mener boen chemin et droit.
Et si vos dirai or androit,
Ou Meleaganz est venuz,
Qui, oiant toz gros et menuz,
Dist a son pere molt en haut :
"Pere, fet il, se Dex me saut,
Se vos plest, or me dites voir
Se cil ne doit grant joie avoir
Et se molt n’est de grant vertu
Qui a la cort le roi Artu
Par ses armes se fet doter."
Li peres, sanz plus escoter,
A sa demande li respont :
"Filz, fet il, tuit cil qui boen sont
Doivent enorer et servir
Celui qui ce puet desservir
Et maintenir sa compaignie."
Lors le blandist et si li prie
Et dit c’or ne soit mes teü
Por coi a ce amanteü,
Qu’il quiert, qu’il vialt et dom il vient.
"Sire, ne sai s’il vos sovient,
Ce dit ses filz Meleaganz,
Des esgarz et des covenanz
Qui dit furent et recordé
Quant par vos fumes acordé
Et moi et Lanceloz ansanble.
Bien vos an manbre, ce me sanble,
Que devant plusors nos dist l’an
Que nos fussiens au chief de l’an
An la cort Artu prest andui.
G’i alai quant aler i dui,
Apareilliez et aprestez
De ce por coi g’i ere alez ;
Tot ce que je dui faire fis ;
Lancelot demandai et quis,
Contre cui je devoie ovrer ;
Mes nel pot veoit ne trover ;
Foïz s’an est et destornez.
Or si m’an sui par tel tornez
Que Gauvains m’a sa foi plevie
Que se Lanceloz n’est an vie
Et se dedanz le terme mis
Ne vient, bien m’a dit et promis
Que je respiz pris n’an sera,
Mes il meïsmes la fera
Ancontre moi por Lancelot.
Artus n’a chevalier qu’an lot
Tant con cestui, c’est bien seü ;
Mes ainz que florissent seü
Verrai ge, s’au ferir venons,
S’au fet s’acorde li renons,
Et mon vuel seroit or androit !
- Filz, fet li peres, or a droit
Te fez ici tenir por sot.
Or set tex qui devant nel sot
Par toi meïsmes ta folie ;
Voirs est que boens cuers s’umilie,
Mes li fos et li descuidiez
N’iert ja de folie vuidiez.
Filz, por toi le di, que tes teches
Par sont si dures et si seches
Qu’il n’i a dolçor n’amitié ;
Li tuens cuers est trop sanz pitié :
Trop es de la folie espris.
C’est ce por coi ge te mespris ;
C’est ce qui molt t’abeissera.
Se tu es preuz, assez sera
Qui le bien an tesmoingnera
A l’ore qui besoingnera ;
N’estuet pas prodome löer
Son cuer por son fet alöer ;
Que li fez meïsmes se loe ;
Neïs la monte d’une aloe
Ne t’aïde a monter an pris
Tes los, mes assez mains t’en pris.
Filz, je te chasti ; mes cui chaut ?
Quanqu’an dit’a fol petit vaut,
Que cil ne se fet fors debatre,
Qui de fol vialt folie abatre ;
Et biens qu’an anseigne et descuevre
Ne valt rien s’an nel met a oevre,
Einz est lués alez et perduz."
Lors fu duremant esperduz
Meleaganz et forssené ;
Onques home de mere né,
Ce vos puis je bien por voir dire,
Ne veïstes ausi plain d’ire
Com il estoit ; et par corroz
Fu ilueques li festuz roz,
Car de rien nule ne blandist
Son pere, mes itant li dist :
"Est ce songes, ou vos resvez,
Qui dites que je sui desvez
Por ce se je vos cont mon estre ?
Com a mon seignor cuidoie estre
A vos venuz, com a mon pere ;
Mes ne sanble pas qu’il apere,
Car plus vilmant me leidoiez,
Ce m’est avis, que ne doiez ;
Ne reison dire ne savez
Por coi ancomancié l’avez.
- Si faz assez. - Et vos de quoi ?
- Que nule rien an toi ne voi
Fors seulemant forssan et rage.
Je conois molt bien ton corage
Qui ancor grant mal te fera.
Dahait et qui ja cuidera
Que Lanceloz, li bien apris,
Qui de toz fors de toi a pris,
S’an soit por ta crieme foïz ;
Mes espoir qu’il est anfoïz

Ou an tel prison anserrez
Don li huis est si fort serrez
Qu’il n’an puet issir sanz congié.
Certes c’est la chose dont gié
Seroie duremant iriez
S’il estoit morz ou anpiriez.
Certes trop i avroit grant perte,
Se criature si aperte,
Si bele, si preuz, si serie
Estoit ja si par tans perie ;
Mes c’est mançonge ; se Deu plest."
A tant Bademaguz se test,
Mes quanqu’il ot dit et conté
Ot antendu et escouté
Une soe fille pucele ;
Et sachiez bien que ce fu cele
C’orainz amantui an mon conte,
Qui n’est pas liee quant an conte
Tex noveles de Lancelot.
Bien aparçoit qu’an le celot,
Quant an n’an set ne vant ne voie.
"Ja Dex, fet ele, ne me voie,
Quant je ja mes reposerai
Jusque tant que je an savrai
Novele certainne et veraie."
Maintenant sanz nule delaie,
Sanz noise feire et sanz murmure,
S’an cort monter sor une mure
Molt bele et molt söef portant.
Mes de ma part vos di ge tant,
Qu’ele ne set onques quel part
Torner, quant de la cort se part ;
N’ele nel set n’ele nel rueve,
Mes el premier chemin qu’el trueve
S’an antre et va grant aleüre,
Ne set ou, mes par avanture,
Sanz chevalier et sanz sergent.
Molt se haste, molt est an grant
D’aconsivre ce qu’ele chace.
Molt se porquiert, molt se porchace,
Mes ce n’iert ja mie si tost !
N’estuet pas qu’ele se repost
Ne demort an un leu granmant
S’ele vialt feire avenanmant
Ce qu’ele a anpanssé a faire :
C’est Lancelot de prison traire
S’el le trueve et feire le puisse.
Mes je cuit qu’ainçois qu’el le truisse
En avra maint païs cerchié,
Maint alé et maint reverchié,
Ainz que nule novele an oie.
Mes que valdroit se je contoie
Ne ses gistes ne ses jornees ?
Mes tantes voies a tornees
Amont, aval, et sus et jus,
Que passez fu li mois ou plus
C’onques plus aprandre n’an pot
Ne moins qu’ele devant an sot,
Et c’est neanz tot an travers.
Un jor s’an aloit a travers
Un chanp, molt dolante et pansive,
Et vit bien loing lez une rive
Pres d’un braz de mer une tor,
Mes n’avoit d’une liue antor
Meison ne buiron ne repeire.
Meleaganz l’ot feire feire
Qui Lancelot mis i avoit,
Mes cele neant n’an savoit.
Et si tost com el l’ot veüe,
S’i a si mise sa veüe
Qu’aillors ne la torne ne met ;
Et ses cuers tres bien li promet
Que c’est ce qu’ele a tant chacié :
Mes ore an est venue a chié,
Qu’a droite voie l’a menee
Fortune qui tant l’a penee.
La pucele la tor aproche
Et tant a alé qu’ele i toche.
Antor va, oroille et escote,
Et si met s’antencion tote
Savoir mon se ele i oïst
Chose dont ele s’esjoïst.
Aval esgarde et amont bee :
La tor voit fort et haute et lee ;
Mervoille soi que ce puet estre
Qu’ele n’i voit huis ne fenestre,
Fors une petite et estroite.
An la tor, qui est haute et droite,
N’avoit eschiele ne degré.
Por ce croit que c’est fet de gré
Et que Lanceloz est dedanz ;
Mes ainz qu’ele manjut des danz
Savra se ce est voirs ou non.
Lors le viaut apeler par non :
Apeler voloit Lancelot,
Mes ce la tarde que ele ot,
Andemantiers que se teisoit,
Une voiz qui un duel feisoit
An la tor merveilleus et fort,
Qui ne queroit el que la mort.
La mort covoite et trop se diaut,
Trop par a mal et morir viaut :
Sa vie et son cors despisoit
A la foiee, si disoit
Foiblement a voiz basse et roe :
"Haï ! Fortune, con ta roe
M’est ore leidemant tornee !
Malemant la m’as bestornee,
Car g’iere el mont, or sui el val ;
Or avoie bien, or ai mal ;
Or me plores, or me rioies.
Las, cheitis, por coi t’i fioies
Quant ele si tost t’a lessié !
An po d’ore m’a abessié :
Voiremant "de si haut si bas"
Fortune, quant tu me gabas,
Molt feïs mal, mes toi que chaut ?
A neant t’est comant qu’il aut.
Ha ! sainte Croiz, Sainz Esperiz,
Con sui perduz, con sui periz !
Con sui del tot an tot alez !
Ha ! Gauvain, vos qui tant valez,
Qui de bontez n’avez paroil,
Certes, duremant me mervoil
Por coi vos ne me secorez !
Certes, trop i par demorez,
Si ne feites pas corteisie ;
Bien deüst avoir vostre aïe
Cil cui tant solïez amer !
Certes, deça ne dela mer,
Ce puis je bien dire sanz faille,
N’eüst destor ne repostaille
Ou je ne vos eüsse quis
A tot le moins.vii. anz ou dis,
Se je an prison vos seüsse,
Einz que trové ne vos eüsse.
Mes de coi me vois debatant ?
Il ne vos an est mie a tant
Qu’antrer an vuilliez an la poinne.
Li vilains dit bien voir qu’a poinne
Puet an mes un ami trover ;
De legier puet an esprover
Au besoing qui est boens amis.
Las ! Plus a d’un an qu’an m’a mis
Ci an ceste tor an prison.
Certes, jel tieng a mesprison,
Gauvain, quant lessié m’i avez.
Mes espoir que vos nel savez,
Espoir que je vos blasme a tort.
Certes, voirs est, bien

m’an recort,
Et grant oltrage et grant mal fis
Quant jel cuidai, car je sui fis
Que por quanque cuevrent les nues
Ne fust que n’i fussent venues
Vos genz et vos por moi fors traire
De cest mal et de cest contraire,
Se vos de voir le seüssiez ;
Et faire le redeüssiez
Par amor et par conpaignie,
Qu’autremant nel redi je mie.
Mes c’est neanz, ce ne puet estre.
Ha ! De Deu et de saint Cervestre
Soit maudiz, et Dex le destruie,
Cil qui a tel honte m’estuie !
C’est li pires qui soit an vie,
Meleaganz, qui par envie
M’a fet tot le pis que il pot."
A tant se coise, a tant se tot
Cil qui a dolor sa vie use.
Mes lors cele qui aval muse
Quanqu’il ot dit et entandu ;
N’a plus longuemant atandu,
C’or set qu’ele est bien assenee,
Si l’apele come senee :
"Lancelot !", quanqu’el puet et plus,
"Amis, vos qui estes lessus,
Parlez a une vostre amie !"
Mes cil dedanz ne l’oï mie.
Et cele plus et plus s’esforce,
Tant que cil qui n’a point de force
L’antroï, si s’an merveilla
Que puet estre qui l’apela.
La voiz entant, apeler s’ot,
Mes qui l’apele il ne le sot :
Fantosme cuide que ce soit.
Tot entor soi garde et porvoit
Savoir se il verroit nelui ;
Mes ne voit fors la tor et lui.
"Dex, fet il, qu’est ice que j’oi ?
J’oi parler et neant ne voi !
Par foi, ce est plus que mervoille,
Si ne dor je pas, ençois voille.
Espoir, s’il m’avenist an songe,
Cuidasse que ce fust mançonge ;
Mes je voil, et por ce me grieve."
Lors a quelque poinne se lieve
Et va vers le pertuis petit,
Foiblemant, petit et petit ;
Et quant il i fu, si s’acoste
Sus et jus, de lonc et de coste.
Quant sa veüe a mise fors,
Si com il puet esgarde, lors
Vit celi qui huchié l’avoit ;
Ne la conut quant il la voit,
Mes cele tantost conut lui,
Si li dit : "Lancelot, je sui
Por vos querre de loing venue,
Or est si la chose avenue,
Deu merci, c’or vos ai trové.
Je sui cele qui vos rové
Quant au Pont de l’Espee alastes
Un don, et vos le me donastes
Molt volantiers quant jel vos quis :
Ce fu del chevalier conquis
Le chief, que je vos fis tranchier,
Que je nes point n’avoie chier.
Por ce don et por ce servise
Me sui an ceste poinne mise :
Por ce vos metrai fors de ci.
- Pucele, la vostre merci,
Fet donques li anprisonez ;
Bien me sera guerredonez
Li servises que je vos fis,
Se je fors de ceanz sui mis.
Se fors de ci me pöez mettre,
Por voir vos puis dire et prometre
Que je toz jorz mes serai vostres,
Si m’aïst sainz Pos li Apostres !
Et se je Deu voie an la face,
Ja mes n’iert jorz que je ne face,
Quanque vos pleira comander.
Ne me savroiz ja demander
Chose nule, por que je l’aie,
Que vos ne l’aiez sanz delaie.
- Amis, ja de ce ne dotez
Que bien n’an soiez fors botez.
Hui seroiz desclos et delivres :
Je nel leiroie por mil livres
Que fors n’an soiez ainz le jor.
Lors vos metrai a boen sejor,
A grant repos et a grant aise.
Ja n’avrai chose qui vos plaise,
Se vos la volez, ne l’aiez.
Ja de rien ne vos esmaiez :
Mes ençois me covient porquerre,
Ou que soit ci an ceste terre,
Aucun engin, se je le truis,
Don puissiez croistre cest pertuis
Tant que vos issir an puissiez.
- Et Dex doint que vos le truissiez !
Fet se cil qui bien s’i acorde ;
Et j’ai ceanz a planté corde
Que li sergent bailliee m’ont
Por traire le mangier amont,
Pain d’orge dur et eve troble
Qui le cuer et le cors me troble."
Lors la fille Bademagu
Un pic fort, quarré, et agu,
Porquiert, et tantost si le baille
Celui qui tant an hurte et maille,
Et tant a feru et chevé,
Neporquant s’il li a grevé,
Qu’issuz s’an est legieremant.
Or est a grant alegemant,
Or a grant joie, ce sachiez,
Quant il est de prison sachiez,
Et quant il d’iluec se remue
Ou tel piece a esté an mue.
Or est au large et a l’essor :
Et sachiez bien que por tot l’or
Qui est espanduz par le mont,
Qui tot le meïst an un mont
Et tot li donast et solsist,
Arrieres estre ne volsist.
Ez vos desserré Lancelot,
Qui si ert vains qu’il chancelot
De vanité et de feblece.
Cele si söef que nel blece
Le met devant soi sor sa mure,
Puis si s’an vont grant aleüre.
Mes la pucele se desvoie
Tot de gré por ce qu’an nes voie ;
Et chevalchent celeemant,
Car s’ele alast apertemant
Espoir assez tost lor neüst
Aucuns s’il les reconeüst ;
Et ce ne volsist ele pas.
Por ce eschive les max pas
Et est venue a un repeire
Ou sovant sejorne et repeire,
Por ce que biax estoit et genz.
Et li repeires et les genz
Erent an son comant del tot,
Si estoit planteïs de tot
Li leus, et sains et molt privez.
La est Lanceloz arivez :
Et si tost com il fu venuz,
Quant il fu de sa robe nuz,

En une haute et bele couche
La pucele söef le couche,
Puis le baigne, puis le conroie
Si tres bien que je n’an porroie
La mitié deviser ne dire.
Söef le menoie et atire
Si com ele feïst son pere :
Tot le renovele et repere,
Tot le remue, tot le change.
Or n’est mie moins biax d’un ange,
Or est plus tornanz et plus vistes
Qu’onques rien aussi ne veïstes.
N’est mes roigneus n’esgeünez,
Mes forz et biax, si s’est levez.
Et la pucele quis li ot
Robe plus bele qu’ele pot,
Dom au lever le revesti ;
Et cil lieemant la vesti
Plus legiers que oisiax qui vole.
La pucele beise et acole,
Puis le dist amiablemant :
"Amie, fet il, seulemant
A Deu et a vos rant merciz
De ce que sains sui et gariz.
Par vos sui de prison estors,
Por ce pöez mon cuer, mon cors,
Et mon servise et mon avoir,
Quant vos pleira, prandre et avoir.
Tant m’avez fet que vostres sui,
Mes grant piece a que je ne fui
A la cort Artu mon seignor,
Qui m’a portee grant enor ;
Et g’i avroie assez a feire.
Or, douce amie deboneire,
Par Amors si vos prieroie
Congié d’aler, et g’i iroie,
S’il vos pleisoit, molt volantiers.
- Lancelot, biax dolz amis chiers,
Fet la pucele, jel vuel bien ;
Que vostre enor et vostre bien
Vuel je par tot et ci et la."
Un merveilleus cheval qu’ele a,
Le meillor c’onques veïst nus,
Li done cele, et cil saut sus,
Qu’as estriés congié n’an rova.
N’an sot mot quant sus se trova.
Lors a Deu qui onques ne mant
S’antrecomandent boenemant.
Lanceloz s’est mis a la voie
Si liez que, se juré l’avoie,
Ne porroie por nule painne
Dire la joie qu’il demainne
De ce qu’ainsi est eschapez
De la ou il fu antrapez.
Mes or dit sovant et menu
Que mar l’a en prison tenu
Li traïtres, le forsligniez,
Qui est gabez et angigniez,
"Et maugré suen an sui je fors."
Donc jure le cuer et le cors
Celui qui tot le mont cria
Qu’avoir ne richesce nen a
Des Babiloine jusqu’a Gant,
Por qu’il leissast Meleagant
Eschaper, se il le tenoit
Et de lui au desu venoit ;
Que trop li a fet leit et honte.
Mes li afeires a ce monte
Que par tans en iert a meïsmes ;
Car cil Meleaganz meïsmes
Qu’il menace et tient ja si cort
Estoit ce jor venuz a cort
Sanz ce que nus ne le manda.
Quant il i fu, si demanda
Tant monseignor Gauvain qu’il l’ot
Puis li enquiert de Lancelot,
Li mauvés traïtres provez,
Se puis fu veüz ne trovez,
Ausi con s’il n’en seüst rien ;
Nel feisoit il, nel sot pas bien,
Mes il le cuidoit bien savoir.
Et Gauvains li a dit por voir
Qu’il nel vit ne il ne vint puis.
"Des qu’ainsi est que je nel truis,
Fet Meleaganz, donc venez
Et mon covenant me tenez ;
Car plus ne vos en atandrai."
Ce fet Gauvains : "Bien vos tandrai,
Se Deu plest, ou j’ai ma creance,
Jusqu’a po vostre convenance.
Bien me cuit a vos aquiter ;
Mes se vient a plus poinz giter
Et g’en giet plus que ne façoiz,
Si m’aïst Dex et saint Foiz,
Quanqu’avra el geu tot an tasche
Prendrai, ja n’en avrai relasche."
Et lors Gauvains sanz plus atandre
Comande gitier et estandre
Iluec devant soi un tapi,
Ne se sont mucié ne tapi
A son comant li escüier,
Mes sanz grondre et sanz enüier
De ce qu’il rueve s’antremetent.
Le tapiz prenent, si le metent
Cele part ou il comanda ;
Lors s’assiet cil qui le manda
Et dedesore armer se rueve
Aus vaslez que devant soi trueve,
Qui an cors desfublé estoient.
Trois en i ot, qui li estoient
Ne sai ou cosin ou neveu,
Por voir bien ansegnié et preu :
Cil l’armerent bel et si bien
Qu’il n’a el monde nule rien
Dont nus hom reprendre les puisse
Por nule rien que il i truisse
En chose qu’il en aient fait.
Quant l’ont armé, li uns d’ax vait
Amener un destrier d’Espaigne
Tel qui plus tost cort par chanpaigne,
Par bois, par tertres et par vax
Que ne fist li boens Bucifax.
El cheval tel con vos öez
Monta li chevaliers löez,
Gauvains, li plus bien anseigniez
Qui onques fust de main seigniez.
Et ja voloit son escu prandre,
Quant il vit devant lui descendre
Lancelot, don ne se gardoit.
A grant mervoille l’esgardoit
Por ce que si soudainnemant
Est venuz ; et, se je n’an mant,
Mervoilles li sont avenues
Ausins granz con s’il fust des nues
Devant lui cheüz maintenant ;
Mes nel va lors riens detenant
Ne besoinz qu’il poïst avoir,
Quant il voit que c’est il por voir,
Qu’a terre ne soit descenduz ;
Lors li vet ses braz estanduz,
Si l’acole et salue et beise.
Or a grant joie, or est a eise,
Quant son conpaignon a trové.
Et je vos dirai voir prové,
Si ne m’an mescreez vos pas,
Que Gauvains tot eneslepas
Ne volsist pas qu’an l’esleüst
A roi por ce qu’il ne l’eüst.
Ja set li rois, ja sevent tuit
Que Lanceloz, cui qu’il enuit,
Qui tel piece a esté gaitiez,
Est venuz toz sains et haitiez ;

S’an font gant joie tuit ansanble,
Et por lui festoier s’ansanble
La corz, qui lonc tans l’a bahé.
N’i a nul tant de grant ahé
Ou de petit, joie n’an face.
Joie depiece et si esface
La dolor qui ençois i ert ;
Li diaus s’an fuit, si i apert
Joie, qui formant les revele.
Et la reïne n’i est ele
A cele joie qu’an demainne ?
Oïl voir, tote premerainne.
Comant ? Dex, ou fust ele donques ?
Ele n’ot mes si grant joie onques
Com or a de sa revenue
Et ele a lui ne fust venue ?
Si est voir, ele an est si pres
Qu’a po se tient, molt s’an va pres,
Que li cors le cuer ne sivoit.
Ou est donc li cuers ? Il beisoit
Et conjoïssoit Lancelot.
Et li cors por coi celot ?
N’estoit bien la joie anterine ?
A y donc corroz ne haïne ?
Nenil certes, ne tant ne quant,
Mes puet cel estre, li auquant,
Li rois, li autre qui la sont,
Qui lor ailz espanduz i ont,
Aparceüssent tost l’afeire
S’ainsi veant toz volsist feire
Tot si con li cuers le volsist.
Et se Reison ne li tolsist
Ce fol panser et cele rage
Si veïssent tot son corage ;
Lors si fust trop granz la folie.
Por ce Reisons enferme et lie
Son fol cuer et son fol pansé,
Si l’a un petit racenssé
Et a mis la chose an respit
Jusque tant que voie et espit
Un boen leu et un plus privé
Ou il soient mialz arivé
Que il or ne sont a ceste ore
Li rois Lancelot molt enore
Et, quant assez l’ot conjoï,
Se li dist : "Amis, je n’oï
Certes de nul home noveles
Piece a qui si me fussent beles
Con de vos, mes molt m’esbaïs
An quel terre et an quel païs
Vos avez si grant piece esté.
Et tot iver et tot esté
Vos ai fet querre et sus et jus,
N’onques trover ne vos pot nus.
- Certes, fet Lanceloz, biax sire,
A briés paroles vos puis dire
Tot si com il m’est avenu.
Meleaganz si m’a tenu,
Li fel traïtres, an prison
Des cele ore que li prison
De sa terre furent delivre,
Si m’a fet a grant honte vivre
En une tor qui est sor mer.
La me fist mettre et anfermer,
La menasse ancor dure vie
Se ne fust une moie amie,
Une pucele cui ge fis
Un petit servise jadis.
Cele por assez petit don
M’a rendu large guerredon :
Grant enor m’a feite et gran bien.
Mes celui cui je n’aim de rien,
Qui cele honte et cest mesfet
M’a porchacié, porquis et fet,
Voldrai randre son paiemant
Or androit sanz delaiemant.
Il l’est venuz querre et il l’ait.
N’estuet pas que il se delait
Por l’atandre, car toz est prez
Li gaainz, la monte et li prez ;
Mes ja Dex ne doint qu’il s’an lot."
Lors dit Gauvains a Lancelot :
"Amis, fet il, iceste paie
Se je vostre deteur la paie,
C’iert assez petite bontez.
Et ausi sui je ja montez
Et toz prez si con vos veez.
Biax dolz amis, ne me veez
Cest don, que je requier et vuel."
Cil dit qu’il se leiroit ainz l’uel,
Voire andeus, de la teste traire
Einz qu’a ce le poïst atraire.
Bien jure que ja n’avandra ;
Il li doit et il li randra,
Car de sa main li afia.
Gauvains voit bien mestier n’i a
Riens nule que dire li sache ;
Si desvest son hauberc et sache
De son dos, et toz se desarme.
Lancelot de ces armes s’arme
Tot sanz delai et sanz demore,
Car molt li delaie et demore
Qu’aquitez se soit et paiez.
N’avra mes bien s’iert apaiez
Meliaganz, qui se mervoille
Oltre reison de la mervoille
Qu’il a ses ialz esgarde et voit ;
A bien petit qu’il ne desvoit
Et par po n’a le san changié.
"Certes, fet il, fos fui quant gié
N’alai, ençois que ça venisse,
Veoir s’ancore le tenisse
An ma prison et an ma tor
Celui qui or m’a fet un tor.
Ha ! Dex, je por coi i alasse ?
Comant, por quel reison cuidasse
Que il s’an poïst estre issuz ?
N’est li murs assez fort tissuz
Et la torz assez forz et haute ?
N’il n’i avoit pertuis ne faute,
Par ou il issir an peüst
S’aïde par defors n’eüst.
Espoir qu’il i fu ancusez.
Or soit que li murs soit usez
Et tot cheoiz et tot fonduz,
Ne fust il avoec confonduz
Et morz et desmanbrez et roz ?
Oïl, si m’aïst Dex, trestoz !
S’il fust cheüz, morz fust sanz faille ;
Mes je cuit qu’ainz que li murs faille,
Faudra la mers et l’eve tote
Si qu’il n’en i remandra gote,
Ne li monz ne durera plus
S’a force n’est abatuz jus.
Autremant va, n’est pas issi :
Aïde ot quant il en issi,
Ne s’an est autrement volez ;
Bien sui par consant afolez.
Comant qu’il fust, il an est fors ;
Mes se m’an gardasse bien lors,
Ja ne fust ne ja n’avenist,
Ne ja mes a cort ne venist.
Mes tart an sui au repantir :
Cil qui n’a talant de mantir,
Li vilains, dit bien chose estable,
Que trop a tart ferme an l’estable
Quant li chevax an est menez.
Bien sai c’or serai demenez

A grant honte et a grant laidure,
Se assez ne suefre et andure.
Quel sosfrir et quel andurer ?
Mes tant con je porrai durer
Li donrai je assez antante,
Se Deu plest, a cui j’ai m’atante."
Ensi se va reconfortant
Ne ne demande mes fors tant
Qu’il an chanp soient mis ansanble.
Et c’iert par tans, si con moi sanble,
Car Lanceloz le va requerre
Qui molt tost le cuide conquerre.
Mes, ainz que li uns l’autre assaille,
Lor dit li rois que chascuns aille
Aval soz la tor an la lande ;
N’a si bele jusqu’an Irlande.
Et il si font : la sont alé,
Molt furent tost jus avalé.
Li rois i va et tuit et totes
A granz tropiax et a granz rotes.
La s’an vont tuit, nus n’i remaint ;
Et as fenestres revont maint,
La reïne, dames, puceles
Dom avoec li avoit de beles.
En la lande un sagremor ot
Si bel que plus estre ne pot :
Molt tenoit place, molt est lez,
S’est tot antor selonc orlez
De menue erbe fresche et bele,
Qui an toz tans estoit novele.
Soz le sagremor gent et bel,
Qui fu plantez del tans Abel,
Sort une clere fontenele
Qui de corre est assez isnele.
Li graviers est et biax et genz
Et clers con se ce fust argenz,
Et li tuiax, si con ge cuit,
De fin or esmeré et cuit ;
Et cort parmi la lande aval,
Antre deus bois parmi un val.
Iluec plest le roi qu’il se siee,
Qu’il n’i voit rien qui li dessiee.
Les genz fet treire bien an sus ;
Et Lanceloz molt tost cort sus
Meliagant de grant aïr,
Con celui cui molt puet haïr.
Mes avant, einz que il le fiere,
Li dist a haute voiz et fiere :
"Traiez vos la, je vos desfi !
Et sachiez bien trestot de fi
Que ne vos espargnerai point."
Lors broche son cheval et point
Et arriers un petit se trait
Tant de place con uns ars trait ;
Puis lessent l’uns vers l’autre corre
Quanque cheval lor porent corre,
Si s’antrefierent maintenant
Es escuz qui bien sont tenant,
Qu’il les ont tröez et perciez,
Mes l’uns ne l’autres n’est bleciez
N’an char conseüz a cele ore.
Lors passent oltre sanz demore,
Puis se revont granz cos doner,
Quanque chevax puet randoner,
Et escuz qui boen sont et fort ;
Et il resont de grant esfort,
Et chevalier preu et vassal,
Et fort et isnel li cheval.
Et a ce qu’il fierent granz cos
Sor les escuz qu’il ont as cos,
Les lances sont oltre passees
Qui fraites ne sont ne quassees,
Et sont a force parvenues
Desi qu’a lor charz totes nues.
Par grant vertu l’uns l’autre anpaint,
Qu’a terre se sont jus anpaint,
Ne peitrax ne cengle n’estriers
N’i pot eidier, que par derriers
Chascuns d’ax la sele ne vuide
Que de seignor fu tote vuide.
Estraier an sont li cheval
Qui s’an vont amont et aval ;
Li uns regibe, l’autres mort,
Que l’uns volsist l’autre avoir mort.
Et li chevalier qui cheïrent
Plus tost qu’il porent sus saillirent
Et ont tost les espees traites.
Qui de letres erent portraites,
Les escuz devant lor vis metent
Et des ore mes s’antremetent
Comant se puissent domagier
As espees tranchanz d’acier.
Lanceloz nel redote mie,
Car il savoit plus d’escremie
La mitié que cil n’an savoit ;
Car an s’anfance apris l’avoit.
Andui s’antrefierent granz cos
Sor les escuz qu’il ont as cos
Et sor les hiaumes d’or barrez,
Que fraiz les ont et anbarrez ;
Mes Lanceloz le haste fort :
Si li done un grant cop et fort
Devant l’escu a descovert
El braz destre de fer covert,
Si li a colpé et tranchié.
Et quant cil se sant domagié
De sa destre qu’il a perdue
Dist que chier li sera vandue.
S’il an puet leu ne aise avoir,
Ne remanra por nul avoir ;
Car tant a duel et ire et rage
Qu’a bien petit que il n’anrage,
Et molt po prise son afeire
S’un malvés geu ne li puet feire.
Vers lui cort, que prendre le cuide,
Mes Lanceloz bien se porcuide ;
Car a s’espee qui bien taille
Li a fet tele osche an sa taille
Dom il ne respassera mais,
Einz iert passez avrix et mais ;
Que le nasal li hurte as danz
Que trois l’en a brisiez dedanz.
Et Meliaganz a tele ire
Qu’il ne puet parler ne mot dire,
Ne merci demander ne daingne,
Car ses fos cuers li desansaingne,
Qui trop l’enprisone et anlace.
Lanceloz vient, si li deslace
Le hiaume et la teste li tranche.
Ja mes cist ne li fera ganche :
Morz et cheüz, fet est de lui.
Mes or vos di, n’i a celui
Qu’ilueques fust, qui ce veïst,
Cui nule pitiez an preïst.
Li rois et tuit cil qui i sont
Grant joie an demainnent et font.
Lancelot desarment adonques
Cil qui plus lié ne furent onques,
Si l’en ont mené a grant joie.
Seignor, se j’avant an disoie,
Ce seroit oltre la matire,
Por ce au definer m’atire :
Ci faut li romanz an travers.
Godefroiz de Leigni, li clers,
A parfinee LA CHARRETE ;

Mes nus hom blasme ne l’an mete
Se sor Crestïen a ovré,
Car ç’a il fet par le boen gré
Crestïen, qui le comança :
Tant en a fet des lors an ça
Ou Lanceloz fu anmurez,
Tant con li contes est durez :
Tant en a fet, n’i vialt plus metre
Ne moins, por le conte malmetre.
Ci faut li ROMANS DE LANCELOT DE LA CHARRETE