Le Bassa et le Marchand

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fables, deuxième recueil : livres vii, viiiClaude Barbin et Denys Thierry3 (p. 176-180).

XVIII.

Le Baſſa & le Marchand.



UN Marchand Grec en certaine contrée
Faiſoit trafic. Un Baſſa l’appuyoit ;
Dequoy le Grec en Baſſa le payoit,

Non en Marchand ; tant c’eſt chere denrée
Qu’un protecteur. Celuy-cy coûtoit tant,
Que noſtre Grec s’alloit partout plaignant.
Trois autres Turcs d’un rang moindre en puiſſance
Luy vont offrir leur ſupport en commun.
Eux trois vouloient moins de reconnoiſſance
Qu’à ce Marchand il n’en coutoit pour un.
Le Grec écoute : avec eux il s’engage ;
Et le Baſſa du tout eſt averty :
Meſme on luy dit qu’il joûra s’il eſt ſage,
À ces gens-là quelque méchant party,
Les prévenant, les chargeant d’un meſſage
Pour Mahomet, droit en ſon paradis,
Et ſans tarder : Sinon ces gens unis
Le préviendront, bien certains qu’à la ronde,

Il a des gens tout preſts pour le venger.
Quelque poiſon l’envoyra proteger,
Les trafiquans qui ſont en l’autre monde.
Sur cet avis le Turc ſe comporta
Comme Alexandre ; & plein de confiance
Chez le Marchand tout droit il s’en alla ;
Se mit à table : on vid tant d’aſſurance
En ſes diſcours & dans tout ſon maintien,
Qu’on ne crut point qu’il ſe doutaſt de rien.
Amy, dit-il, je ſçais que tu me quites :
Meſme l’on veut que j’en craigne les ſuites ;
Mais je te crois un trop homme de bien :
Tu n’as point l’air d’un donneur de breuvage.
Je n’en dis pas là deſſus davantage.
Quant à ces gens qui penſent t’appuyer,
Écoute-moy. Sans tant de Dialogue,
Et de raiſons qui pourroient t’ennuyer,

Je ne te veux conter qu’un Apologue.

Il eſtoit un Berger, ſon Chien, & ſon troupeau.
Quelqu’un luy demanda ce qu’il prétendoit faire
D’un Dogue de qui l’ordinaire
Eſtoit un pain entier. Il faloit bien & beau
Donner cet animal au Seigneur du village.
Luy Berger pour plus de ménage
Auroit deux ou trois maſtineaux,
Qui luy dépenſant moins veilleroient aux troupeaux,
Bien mieux que cette beſte ſeule.
Il mangeoit plus que trois : mais on ne diſoit pas
Qu’il avoit auſſi triple gueule
Quand les Loups livroient des combats.

Le Berger s’en défait : Il prend trois chiens de taille
A luy dépenſer moins, mais à fuir la bataille.
Le troupeau s’en ſentit, & tu te ſentiras
Du choix de ſemblable canaille.
Si tu fais bien, tu reviendras à moy.
Le Grec le crut. Cecy montre aux Provinces
Que tout compté mieux vaut en bonne foy
S’abandonner à quelque puiſſant Roy,
Que s’appuyer de pluſieurs petits Princes.