Mozilla.svg

Le Bataillon de la Moselle

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Les Coquelicotsno 16, de septembre 1890 (p. 3-6).

LE BATAILLON DE LA MOSELLE



Avertissant les plus lointains échos,
Comme une immens’ crécelle ;
Marchant d’aplomb sous les glorieux lambeaux
D’sa bannière immortelle :

V’là l’bataillon d’la Moselle
En sabots.
V’là l’bataillon d’la Moselle !


Pour arm’s des fusils d’la veille encor chauds,
Là-d’ssus l’soleil ruisselle ;
Nos sabr’s, la preuv’ que nous n’ somm’s pas manchots
N’tien’nt que par un’ ficelle :

V’là l’bataillon d’la Moselle
En sabots,
V’là l’bataillon d’la Moselle !

Rois, galonnez vos hussards si farauds
Des talons à l’aisselle,
Ils s’enfuiront devant nos bleus sarraux
Dont la tram’ se décèle :

V’là l’bataillon d’la Moselle
En sabots,
V’là l’bataillon d’la Moselle !


Eh quoi ! conscrit, tu song’rais aux coteaux
D’la provinc’ maternelle ;
Fixe plutôt tes r’gards sur nos drapeaux,
La France, où donc est-elle ?

V’là l’bataillon d’la Moselle
En sabots,
V’là l’bataillon d’la Moselle !

Quoi ! tu voudrais par toi, par tes suppôts,
Continuer ta tutelle ;
Va, royauté, cach’ tes vieux oripeaux,
Car tu crèv’ras demoiselle :

V’là l’bataillon d’la Moselle
En sabots,
V’là l’bataillon d’la Moselle.


Mon général, comm’ ces canons sont beaux,
Qu’la r’doute enn’mie est belle !
Vous devriez nous ach’ter l’tout en gros,
L’affair’ vous convient-elle ?

V’là l’bataillon d’la Moselle
En sabots,
V’là l’bataillon d’la Moselle !

La Républiqu’ n’est pas un d’ces vains mots
Qu’on trait’ de bagatelle ;
Nous jurâm’s tous de n’mettre l’sac au r’pos
Qu’ell’ n’ soit universelle :

V’là l’bataillon d’la Moselle
En sabots,
V’là l’bataillon d’la Moselle !