Le Bec en l’air/Utilisation de certains résidus industriels

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Utilisation de certains résidus industriels

UTILISATION
DE
CERTAINS RÉSIDUS INDUSTRIELS


Un jeune ingénieur américain, M. Gym Nott, qui s’est fait une brillante et lucrative situation dans une grosse maison de publicité sous-marine, nous contait dernièrement quelques typiques anecdotes touchant l’industrie moderne.

Tous, nous l’écoutions, bouche bée, anéantis d’admiration.

Ah ! si notre vieux Brunetière avait été là ! regrettait chacun.

Parmi tous ces récits, malheureusement trop techniques pour être insérés en cette place, j’en ai retenu un, fort susceptible d’intéresser une grande partie des lecteurs et des lectrices de ce recueil.

Notre ami Gym Nott nous parlait des résidus industriels dont la science d’aujourd’hui sait tirer un si habile parti.

Car il est loin, le temps où les savonniers jetaient au ruisseau de profitables glycérines, où les chimistes du gaz ignoraient l’art d’isoler l’éclatante fuschine, charme de certains châtaux-margaux, et de quelques hauts-médocs, dont plus exacte serait l’appellation de bas-médiocres.

Un exemple, entre mille, de l’ingéniosité des fabricants nos contemporains.

Cyclistes ou non, vous avez certainement entendu parler de la

SELLE SANS BEC

Comme l’indique son nom, cette selle est une selle dépouillée de tout bec.

Beaucoup de vélocipédistes la préfèrent à n’importe quelle autre, en dépit de son prix un peu plus élevé.

La fabrication de la selle sans bec est des plus simples : on prend une selle ordinaire et on lui enlève le bec.

M. L…, le fabricant de cet objet, eut, un jour, l’idée d’utiliser tous ces becs sans emploi, et il y réussit à merveille.

La principale propriété du bec, dans la salle, étant de déterminer une certaine inflammation, ce fut un jeu pour M. L…, un jeu d’enfant, de transformer cette simple inflammation en incandescence et de faire servir ses becs à l’éclairage.

Pour une idée lumineuse, voilà, n’est-ce pas, ce qu’on peut appeler une idée lumineuse.

Et c’est ainsi qu’on a, chaque jour, l’occasion d’admirer sur les murs de toutes les villes de France une affiche qui vante les mérites de la

SELLE SANS BEC

à côté d’une autre qui exalte l’éblouissante clarté du

BEC DESELLE

Vous me direz qu’il n’y a dans tout cela rien de bien extraordinaire.

Parfaitement, vous répondrai-je, mais encore est-il qu’il fallait y penser.

L’éternelle histoire de la brouette de Pascal !