Mozilla.svg

Le Cerf malade

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Fable VI.
Le Cerf malade.


En païs pleins de Cerfs un Cerf tomba malade.
Incontinent maint Camarade
Accourt à ſon grabat le voir, le ſecourir,
Le conſoler du moins ; Multitude importune.

Eh ! Meſſieurs, laiſſez-moi mourir.
Permettez qu’en forme commune
La parque m’expedie, & finiſſez vos pleurs.
Point du tout : les Conſolateurs
De ce triſte devoir tout au long s’acquitterent :
Quand il plut à Dieu s’en allerent.
Ce ne fut pas ſans boire un coup,
C’eſt-à-dire ſans prendre un droit de pâturage.
Tout ſe mit à brouter les bois du voiſinage.
La pitance du Cerf en déchut de beaucoup.
Il ne trouva plus rien à frire.
D’un mal il tomba dans un pire,
Et ſe vid reduit à la fin
À jeûner & mourir de faim.

Il en coûte à qui vous reclame,
Medecins du corps & de l’ame.
Ô temps, ô mœurs ! J’ai beau crier,
Tout le monde ſe fait païer.