75%.png

Le Cheval sauvage/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
H. Lecène et H. Oudin (p. 33-39).
◄  Égaré

V

Un repas dans la prairie


À ce moment, ma vue fut attirée par des objets que je n’avais pas aperçus jusqu’alors. C’étaient des animaux ; mais il aurait été impossible de dire à quelle espèce ils appartenaient. Il y a des heures et des époques où dans la prairie la forme et la grandeur des choses prennent un aspect, des proportions qui trompent : un loup paraît avoir la taille d’un cheval, et un corbeau perché sur une éminence de terrain peut se confondre aisément avec un buffle. Ces grandissements sont dus à des conditions particulières de l’atmosphère, et il n’y a que l’œil exercé du chasseur qui puisse, par une entente exacte des rapports du mirage à la réalité, ramener les objets à leurs dimensions véritables.

Ceux que j’avais remarqués étaient au moins à trois milles de distance de l’endroit où je me trouvais, dans la direction du lac, et par conséquent de l’autre côté du gouffre. Ils m’apparaissaient, au nombre de cinq, comme autant de fantômes qui se mouvaient à l’horizon. Un moment, mon attention fut détournée d’eux, je ne me rappelle plus pourquoi. Lorsque mon regard les chercha de nouveau, il ne les trouva plus ; mais, au bord du lac, à une distance d’environ six cents pas, il découvrit cinq magnifiques antilopes. Elles étaient si près de l’eau que leurs formes s’y réfléchissaient, et leur attitude démontrait qu’après une course rapide, elles venaient de faire halte. Leur nombre répondait, je le répète, à celui des animaux que j’avais vus déjà dans la prairie, et j’étais convaincu que c’étaient bien les mêmes. En effet, la vitesse de ces charmantes créatures égale celle de l’hirondelle.

La vue de ces antilopes ne fit qu’aiguillonner ma faim. Aussi toutes mes pensées se concentrèrent-elles sur les moyens de m’en approcher. La curiosité les avait évidemment attirées vers le lac. Elles avaient dû apercevoir de loin ma jument et son cavalier, et elles étaient sans doute accourues au galop pour faire une reconnaissance ; mais elles semblaient encore très craintives, très circonspectes et peu disposées à venir plus près de nous.

Le gouffre me séparait d’elles. Si je pouvais réussir à les attirer jusque-là, elles seraient infailliblement à la portée de mon fusil. J’attachai mon cheval, et j’employai tous les artifices de séduction que je pus imaginer. Je me couchai dans l’herbe sur le dos, les jambes en l’air, mais mon extravagance fut infructueuse : les antilopes s’obstinaient à ne plus s’éloigner du bord de l’eau.

Alors je m’avisai que ma couverture avait une couleur très vive, et je conçus un plan qui, adroitement exécuté, manque rarement de réussir. Je pris la couverture, je la liai par un bord à la baguette de mon fusil, après avoir passé celle-ci dans l’anneau supérieur de l’arme, et je retins la baguette en place avec le pouce de la main gauche. Ensuite, je m’agenouillai, j’épaulai mon fusil, de telle sorte que la couverture voyante étalée dans toute sa longueur tombât à terre et formât une espèce de paravent derrière lequel je pouvais me dissimuler complétement. Avant d’avoir eu cette idée, j’avais rampé jusqu’au bord du gouffre,
À une distance d’environ six cents pas, je découvris cinq magnifiques antilopes
afin d’être le plus proche possible quand les antilopes viendraient de l’autre côté. Ma manœuvre fut accomplie dans le plus grand silence et avec une extrême précaution, car je savais que mon déjeuner et peut-être ma vie dépendaient du résultat de mon expérience.

Je n’eus pas longtemps à attendre pour avoir la joie de voir les jolies bêtes donner dans mon piège. Le trait caractéristique de l’antilope, c’est la curiosité qui est poussée cher ces animaux au plus haut degré. Tout en étant les plus timides des habitants de la prairie et en tremblant de tous leurs membres à l’approche d’un ennemi connu, elles semblent, chaque fois qu’elles se trouvent à proximité d’un objet qui les intrigue, avoir dépouillé toute leur crainte ; ou plutôt le sentiment de la peur est dominé par celui de la curiosité, et cédant entièrement à celle-ci, elles arrivent le plus près possible de l’objet inconnu et le considèrent d’un air ébahi. Le loup de la prairie, dont la ruse l’emporte même sur celle du renard, connaît cette faiblesse de l’antilope et la met fréquemment à profit. Il court beaucoup moins vite qu’elle et s’évertuerait en vain à la poursuivre, mais l’artifice lui tient lieu de vitesse. Quand le hasard lui fait rencontrer au troupeau d’antilopes, il se flâtre dans l’herbe, se roule en boule, et tout en tournoyant ainsi, en se livrant à une série de manœuvres bizarres, il se rapproche peu à peu de ses victimes jusqu’à ce qu’il soit assez près pour n’avoir plus qu’un dernier bond à faire.

L’éclat de la couverture ne tarda pas à produire son effet. Les cinq antilopes accoururent au trot, jusqu’au bord du lac, considérèrent un instant cet objet qui leur paraissait inconnu, puis rebroussèrent chemin. Presque aussitôt après, elles revinrent en courant, cette fois apparemment plus confiantes et excitées par la curiosité. Je pouvais les entendre renâcler tandis qu’elles levaient leurs têtes fines et élégantes et aspiraient l’air. Par bonheur, j’étais favorisé par le vent qui soufflait vers moi ; autrement elles auraient flairé ma présence et découvert ma ruse.

Le troupeau se composait d’un mâle et de quatre femelles, celles-ci se laissant visiblement guider par leur compagnon, qui semblait diriger tous leurs mouvements, car elles se tenaient rangées derrière lui, imitant tout ce qu’elles lui voyaient faire. Tous cinq s’approchèrent jusqu’à deux cents pas. Mon fusil avait bien cette portée, et je me préparai à faire feu. Le mâle était le plus proche et mon choix s’arrêta sur lui. Je visai et lâchai la détente. Dès que la fumée se fut dissipée, j’eus l’inexprimable joie de voir l’animal étendu sur la prairie, pantelant et rendant le dernier soupir. À ma grande stupéfaction, aucune de ses quatre compagnes n’avait été effarouchée par la détonation. Elles se tenaient près de lui, comme ébahies et considérant avec pitié leur guide tombé. Ce ne fut que lorsque je me redressai de toute la hauteur de ma taille qu’elles se retournèrent et prirent la fuite, volant comme le vent. Deux minutes après, je les avais complètement perdues de vue.

Il me restait à savoir comment je franchirais le gouffre. J’examinai attentivement la pente des parois et je découvris bientôt un endroit d’où je pouvais me laisser glisser sans avoir trop de risques à courir, et sans devoir mettre en œuvre trop d’efforts. Après avoir enfoncé encore plus solidement en terre le piquet qui retenait ma jument, je déposai mon fusil sur l’herbe et, ne conservant d’autre arme que mon couteau de chasse, je me mis à opérer ma descente. Il ne me fallut pas beaucoup de temps pour toucher fond, et alors je fis l’escalade de l’autre paroi. Celle-ci était plus raide, mais je pus me cramponner aux branches des cèdres nains enracinés dans la roche. Je remarquai aussi, non sans étonnement, que le sentier que je gravissais avait déjà été mis à profit par l’homme ou l’animal, car la terre répandue sur les saillies du rocher avait été manifestement foulée et fouillée. Cependant, je n’accordai qu’un instant de réflexion à cette circonstance ; j’étais si affamé que tout mon esprit était obsédé par une pensée unique : celle de faire un repas.

À la fin, j’atteignis le haut du rocher et, m’aidant des deux mains et des genoux, je me hissai sur la prairie. Deux minutes après, j’étais penché sur l’antilope que je dépeçai avec mon couteau. Tout autre que moi aurait peut-être pris le temps de ramasser du bois et de faire du feu selon la méthode primitive. Mais je ne raisonnai pas : j’avais mon déjeuner sous la main. Je le mangeai cru, et si vous aviez été à ma place, cher auditeur, vous auriez fait de même, quand vous eussiez été le plus délicat des gastronomes.

Après avoir apaisé les premiers besoins de la faim en dévorant à belles dents la langue saignante et une couple de côtelettes de l’antilope, je commençai à me montrer un peu plus difficile, et je me dis que la chair de l’animal serait bien plus succulente en la faisant rôtir. Je retournai donc au gouffre pour aller chercher quelques branches de cèdre. Mais, à peine eus-je fait trois pas que je m’arrêtai, les yeux hagards, frissonnant et oubliant d’un seul coup mon rôti, tant mon cœur était serré d’effroi. Devant moi se dressait un animal monstrueux, un de ces ours gris qui sont les plus terribles de tous les habitants de la prairie.