La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/Le Christ en bois

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Le Christ en bois


Bon Guieu ! la sal’ commune ! À c’souèr,
Parsounne a voulu m’ar’cevouèr
Pou’ que j’me gîte et que j’me cache
Dans la paille, à couté d’ses vaches,
Et c’est poure ren qu’j’ai tiré
L’cordon d’sounnette à ton curé
Et qu’j’ai cougné cheu tes déviotes :
Les cell’s qui berdouill’nt des pat’nôt’es
Pour aller dans ton Paradis.
S’ment pas un quignon d’pain rassis
À m’fourrer en travars d’la goule.
I’s l’gard’nt pour jiter à leu’s poules ;
Et c’est pour ça qu’j’attends v’ni d’main
Au bas d’toué, su’ l’rabôrd du ch’min,
En haut du talus, sous l’vent d’bise,
Qu’ébranl’ les grands bras d’ta crouéx grise.

Abrrrr ! Qu’i’ pinc’ fort, el’ salaud !
Et j’sens mon nez qui fond en ieau
Et tous mes memb’ers qui guerdillent,
Et mon cul g’lé sous mes penilles ;
Mais, tu t’en fous, toué, qu’i’ fass’ frouéd :
T’as l’cul, t’as l’cœur, t’as tout en boués !

Hé, l’Christ ! t’entends-t-y mes boyaux
Chanter la chanson des moignieaux
Qui d’mand’nt à picoter queuqu’ chose ?
Hé, l’Christ ! t’entends-t-y que j’te cause
Et qu’j’te dis qu’j’ai-z-eun’ faim d’voleux
Tell’ment qu’si, par devant nous deux,
I’ passait queuq’un su’ la route,
Pour un méyion coumm’ pour eun’ croûte,
I’ m’sembl’ que j’frais un mauvais coup !…
Tout ça, c’est ben, mais c’est point tout !
Après, ça s’rait en Cour d’assises
Que j’te r’trouv’rais ; et, quoué que j’dise,
Les idée’s qu’ça dounne et l’effet
Qu’ça produit d’pas avouèr bouffé,
Les jug’s, i’s vourin ren entend’e,
Car c’est des gâs qui sont pas tend’es

Pour les ceuss’qu’a pas d’position ;
I’s n’me rat’rin pas, les cochons !
Et tu s’rais pus cochon qu’mes juges,
Toué qui m’voués vent’ creux et sans r’fuge,
Tu frais pas eun’ démarch’ pour moué :
T’as l’vent’, t’as l’cœur, t’as tout en boués !

L’aut’e, el’ vrai Christ ! el’ bon j’teux d’sôrts
Qu’était si bon qu’il en est mort,
M’trouvant guerdillant à c’tte place,
M’aurait dit : « Couch’ su’ ma paillasse ! »
Et, m’voyant coumm’ ça querver d’faim,
I’ m’aurait dit : « Coup’-toué du pain !
Gn’en a du tout frés dans ma huche.
Pendant que j’vas t’tirer eun’cruche
De vin nouvieau à mon poinson.
T’as drouét coumm’ tout l’monde au gueul’ton
Pisque l’souleil fait pour tout l’monde
V’ni du grain d’blé la mouésson blonde
Et la vendange des sâs tortus. »
Si, condamné, i’ m’avait vu,
Il aurait dit aux jug’s : « Mes frères,
Qu’il y fout’ don’ la premièr’ pierre

C’ti d’vous qui n’a jamais fauté ! »
Mais, toué qu’les curés ont planté
Et qui trôn’ cheu les gens d’justice,
T’es ren !… qu’un mann’quin au sarvice
Des rich’s qui t’mett’ent au coin d’leu’s biens
Pour fair’ peur aux moignieaux du ch’min
Que j’soumm’s. Et, pour ça, qu’la bis’ grande
T’foute à bas, Christ ed’ contrebande,
Christ ed’ l’Églis’! Christ ed’ la Loué,
Qu’as tout, d’partout, qu’as tout en boués !