100 percent.svg

Le Coffret de santal (éd. 1879)/Scherzo

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le Coffret de santalTresse (p. 85-87).


SCHERZO



 

Sourires, fleurs, baisers, essences,
Après de si fades ennuis,
Après de si ternes absences,
Parfumez le vent de mes nuits !

Illuminez ma fantaisie,
Jonchez mon chemin idéal,
Et versez-moi votre ambroisie,
Longs regards, lys, lèvres, santal !

                    Feuille-Separateur-Cros-Poesie.png


Car j’ignore l’amour caduque
Et le dessillement des yeux,
Puisqu’encor sur ta blanche nuque
L’or flamboie en flocons soyeux.

Et cependant, ma fière amie,
Il y a longtemps, n’est-ce pas ?
Qu’un matin tu t’es endormie,
Lasse d’amour, entre mes bras.

                    Feuille-Separateur-Cros-Poesie.png

Ce ne sont pas choses charnelles
Qui font ton attrait non pareil,
Qui conservent à tes prunelles
Ces mêmes rayons de soleil.

Car les choses charnelles meurent,
Ou se fanent à l’air réel,
Mais toujours tes beautés demeurent
Dans leur nimbe immatériel.

                    Feuille-Separateur-Cros-Poesie.png

Ce n’est plus l’heure des tendresses
Jalouses, ni des faux serments.

Ne me dis rien de mes maîtresses,
Je ne compte pas tes amants.

                    Feuille-Separateur-Cros-Poesie.png

À toi, comète vagabonde
Souvent attardée en chemin,
Laissant ta chevelure blonde
Flotter dans l’éther surhumain,

Qu’importent quelques astres pâles
Au ciel troublé de ma raison,
Quand tu viens à longs intervalles
Envelopper mon horizon ?

                    Feuille-Separateur-Cros-Poesie.png

Je ne veux pas savoir quels pôles
Ta folle orbite a dépassés,
Tends-moi tes seins et tes épaules ;
Que je les baise, c’est assez.