75%.png

Le Conte de Floire et Blanchefleur

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Robert d’Orbigny Le Conte de Floire et Blancheflor

XIIe siècle


C'est de Flore et Blanceflor (Paris, BNF, fr. 375, 247a)


Signor, oiiés, tot li amant,
cil qui d'amors se vont penant,
li chevalier et les puceles,
li damoisel, les damoiseles !
Se mon conte volés entendre,
molt i porrés d'amors aprendre :
çou est du roi Flore l'enfant
et de Blanceflor le vaillant,
[de cui Berte as grans piés fu nee ;
puis fu en France marïee.
Berte fu mere Charlemaine,
qui pukis tint France et tot le Maine.
Flores ses amis que vos di
uns rois paiiens l'engenuï,
et Blanceflor que tant ama
uns cuens crestiiens l'engenra.
Flores fu tos nés de paiiens
et Blanceflors de crestiiens.
Bautisier se fist en sa vie
Flores por Blanceflor s'amie,
car en un biau jor furent né
et en une nuit engenré.
Puis que Flores fu crestiiens
li avint grans honors et biens,
car puis fu rois de Hongerie
et de trestoute Bougerie.
Uns siens oncles fu mors sans oirs,
qui de Hongerie estoit rois ;
Flores fu fius de sa serour,
por çou fu sires de l'onour.
Or sivrai mon proposement,
si parlerai avenanment.]

[En une cambre entrai l'autrier,
un venredi aprés mangier,
por deporter as damoiseles
dont en la cambre avoit de beles.
En cele cambre un lit avoit
qui de paile aornés estoit.
Molt par ert boins et ciers li pailes,
ainc ne vint miudres de Tessaile.
Li pailes ert ovrés a flors,
d'indes tires bendes et ours.
Illoec m'assis por escouter
deux dames que j'oï parler.
Eles estoient deus serours ;
ensamble parloient d'amors.
Les dames erent de parage,
cascune estoit et bele et sage.
L'aisnee d'une amor parloit
a sa seror, que molt amoit,

qui fu ja entre deus enfans,
bien avoit passé deus cens ans,
mais un boins clers li avoit dit,
qui l'avoit leü en escrit.
Elle commence avenanment.
Or oiiés son commencement.]

Uns rois estoit issus d'Espaigne ;
de chevaliers ot grant compaigne.
O sa nef ot la mer passee,
en Galisse fu arivee.
Felis ot non, si fu paiiens,
mer ot passé sor crestiiens
por el païs la proie prendre
et les viles livrer a cendre.
Un mois entier et quinze dis
sejorna li rois u païs ;
ne fu nus jors k'o sa maisnie
ne fust li rois en chevaucie.
Viles reuboit, avoirs praoit
et a ses nés tot conduisoit.
De quinze liues el rivache
ne remest ainc ne bués ne vace,
ne castel ne vile en estant ;
vilains n'i va son boef querant.
Es vos le païs tout destruit,
paiien en ont joie et deduit.
Donc s'en vaut li rois repairier.
Ses nés commanda a cargier,
et apele de ses fouriers
dusqu'a quarante cevaliers :
"Esranmant, fait il, vos armés !
Nous cargerons sans vos assés.
Alés lassus en ces chemins
gaitier por reuber pelerins."
Et cil en vont en la montaigne,
gardent aval parmi la plaigne,
pelerins voient qui montoient
la montaigne que il gardoient.
Il lor vont seure, ses assalent,
et li pelerin se defalent
de combatre tot li plusor,
lor avoir tendent por paour.
En la compaigne ot un François,
chevalier et preu et courtois,
qui au baron saint Jake aloit ;
une soie fille i menoit
qui a l'apostle s'ert vouee
ains qu'ele issist de sa contree
por son ami qui mors estoit,
de cui remese ençainte estoit.
Li chevaliers le vaut deffendre.
De lui ne caut a aus vif prendre,
ains l'ocïent, sel laissent mort
et sa fille mainent au port.
Au roi Felis l'ont presentee
et il l'a forment esgardee.
Bien aperçoit a son visage
que ele estoit de grant parage,
et dist s'il puet, a la roïne
fera present de la mescine.

De cel avoir molt le pria
quant il por reuber mer passa.
A tant s'en entrent tot es nés
et amont traient sus les trés.
Or ont boin vent et bien portant,
si repairent lié et joiant.
Il n'orent pas deus jors erré
k'en lor païs sont arivé.
A tant est issus el rivage
li rois o trestot son barnage.
A Naples, a la cité bele,
est de lui venue novele
c'arivé sont lié et joiant,
ce dïent cil qui vont devant.
Cil de la vile encontre vont,
a l'encontrer grant joie font.
Tot se font lié de lor amis
c'arivé sont en lor païs.
Es vos le roi en la cité.
Son barnage a trestot mandé ;
son eskiec lor depart li rois
bien largement, comme cortois,
et por la part a la roïne
done de gaaing la mescine.
La roïne s'en fait molt lie,
en sa cambre l'a envoiie ;
sa loi li laist molt bien garder,
servir le fait et honerer ;
o li sovent jue et parole
et françois aprent de s'escole.
La mescine ert cortoise et prous,
molt se faisoit amer a tous.
La roïne molt bien servoit
comme cele qui sage estoit.
Un jour avint que la mescine
ouvroit es cambres la roïne
un confanon a oés le roi,
u ele peinst et lui et soi.
La roïne le vit palir,
coulor muer et tressalir
et a ses flans ses mains jeter,
sovent fremir et tressuer,
dont sot bien quel mal ele avoit
a son sanlant, qu'ençainte estoit.
Ele demande combien a
qu'ele reçut çou dont mal a.
Le terme sot bien et dist li.
La roïne, quant çou oï,
dist de cel terme estoit enprains
et a cel jour et noient ains.
Dont sorent bien sans deviner
le terme de lor enfanter.
Le jor de le Paske Flourie,
si com le raconte lor vie,
vint li termes k'eles devoient
enfanter çou dont griés estoient.
Travail orent et paine grant
tant que né furent li enfant.
Vallés fu nés de la paiiene.
et mescine ot la crestiiene.

Li doi enfant, quant furent né,
de la feste furent nomé :
la crestiiene, por l'onor
de la feste, mist Blanceflor
non a sa fille, et li rois Floire
a son fil quant il sot l'estoire.
Li pere ama molt son enfant,
la mere plus u autretant.
Livré l'ont a la damoisele,
por çou qu'ele estoit sage et bele,
a norrir et a maistroier,
fors seulement de l'alaitier.
Une paiienne l'alaitoit,
car lor lois l'autre refusoit.
El le nouri molt gentement
et farda ententivement
plus que sa fille, et ne savoit
le quel des deux plus cier avoit.
Ensamble nori les enfans
tant que cascuns ot bien deus ans ;
onques ne lor sevra mangier
ne boire, fors seul l'alaitier.
Ensamble en un lit les coucoit,
andeus paissoit et abevroit.
Quant cinc ans orent li enfant,
molt furent bel et gent et grant.
De lor aé en nule terre
plus biaus enfans n'esteüst querre.
Quant li rois vit son fil si bel
de son eage damoisel
et aperçut que sot entendre,
a letres le vaut faire aprendre.
Gaidon l'a commandé, un mestre ;
miudres de lui ne pooit estre.
Ses parens ert, de sa maison ;
fondés des ars Gaides ot non.
Li roi commande son enfant
qu'il aprenge, et cil en plourant
li respont : "Sire, que fera
Blanceflors ? Et dont n'aprendra ?
Sans li ne puis jou pas aprendre
ne ne saroie lechon rendre."
Li roi respont :"Por vostre amor
ferai aprendre Blanceflor."
Es les vos andeus a l'escole.
Molt delivre orent la parole.
Cascuns d'aus deus tant aprendoit
pour l'autre que merveille estoit.
Li doi enfant molt s'entramoient
et de biauté s'entresambloient.
Nus d'aus deus conseil ne savoit
de soi quant l'autre ne veoit.
Au plus tost que souffri Nature
ont en amer mise lor cure.
En aprendre avoient boin sens,
du retenir millor porpens.

Livres lisoient paienors
u ooient parler d'amors.
En çou forment se delitoient,
es engiens d'amor qu'il trovoient.
Cius lires les fist molt haster
en autre sens d'aus entramer
que de l'amor de noureture
qui lor avoit esté a cure.
[Ensamble lisent et aprendent,
a la joie d'amor entendent.
Quant il repairent de l'escole,
li uns baise l'autre et acole.
Ensamble vont, ensamble vienent,
et lor joie d'amor maintienent.
Un vergier a li peres Floire
u plantee est li mandegloire,
toutes les herbes et les flours
qui sont de diverses coulours.
Flouri i sont li arbrissel,
d'amors i cantent li oisel.
La vont li enfant deporter
cascun matin et por disner.
Quant il mangeoient et bevoient,
li oisel deseure aus cantoient.
Des oiselés oënt les cans,
çou est la vie as deus enfans.
Quant ont mangié, si s'en revont,
molt grant joie par voie font.
Et quant a l'escole venoient,
lor tables d'yvoire prenoient.
Adont lor veïssiés escrire
letres et vers d'amours en cire !
Lor graffes sont d'or et d'argent
dont il escrisent soutiument.
Letres et salus font d'amours
du cant des oisiaus et des flours.
D'autre cose n'ont il envie,
molt par ont glorieuse vie.]
En seul cinc ans et quinze dis
furent andoi si bien apris
que bien sorent parler latin
et bien escrire en parkemin,
et consillier oiant la gent
en latin, que nus nes entent.
Li rois aperçoit bien l'amour
que ses fius a a Blanceflour.
Forment cremoit en son corage
que, quant ses fius ert en eage
que feme devra espouser,
que ne s'en puisse deporter.
Es cambres vint a la roïne
consel prendre de la mescine.
S'ele li done a son talent,
ocirra le hastivement,
puis querra selonc son lignage
a son fil feme de parage.
La roïne voit son signor
iriet, bien part a sa coulor,
car de sanc ot le vis vermel.
Il l'apele par grant consel :
"Dame, fait il, malement vait
de vostre fil, mal li estait.

Saciés a estrous le prendons."
El dist : "Comment ? - Car tele amor
a vostre fius a Blanceflor,
cele fille vostre kaitive,
ja tant com ele sera vive
l'amor de li ne cangera
ne autre feme ne prendra,
dont seroit forment ahontés
de li tos notres parentés.
Certes, fait il, sans eslongier
li voel faire le cief trencier,
puis donrai a mon fil oissour
fille de roi u d'aumachour."
La roïne s'est porpensee,
si a parlé comme senee.
A la mescine veut aidier
et si son signor consillier
c'a son signor puisse plaisir
et Blanceflor de mort garir.
"Sire, fait ele, bien devons querre
com nostre fius remaigne en terre
et qu'il ne perde pas s'onour
por l'amistié de Blanceflour.
Mais qui li porroit si tolir
qu'il ne l'en esteüst morir,
çou m'est avis plus bel seroit."
Li rois respont la dame a droit :
"Dame, dist il, et jou l'otroi.
Consilliés m'ent et vos et moi.
- Sire, fait ele, envoions Floire
nosre fil, aprendre a Montoire.
Lie en ert molt dame Sebile,
ma suer, quist dame de la vile.
Desqu'ele l'ocoison savra,
s'el puet, oblïer li fera
la crestiiene Blanceflor
par le confort d'une autre amor.
Malades se fera Gaidons,
ne lor porra lire lechons,
et nos li ferons a entendre
que la l'envoions por aprendre.
Se ses maistres sains remanoit,
Floires plus tost s'apercevroit,
car il sont boin devineour
tout cil qui aiment par amour.
Il ert dolans de la novele,
s'en vaura mener la pucele.
Sa mere malade se faigne,
por li garder cele remaigne,
et molt tres bien l'asseürés
ains quinze jors li trametrés."
A tant sont du conseil torné.
Li rois a son fil demandé,
mais primes ont aparillié
si com il orent consillié,
et puis li a conté et dit.
Floires iriés li respondit :

"Sire, fait il, que puet çou estre
que Blanceflor lais et mon mestre ?
Blanceflor pri que viegne o moi."
Dont l'ot otrïement au roi,
muire sa mere u voist vivant,
que il l'avra sans contremant.
Flores l'otroie a quelque paine.
Li rois son cambrelenc demaine
li a cargiet o grant conroi,
tel que convient a fil de roi.
Es les vos venus au castel
de Montoire, le fort, le bel.
Li dus Joras molt liés en fu,
a grant honor l'a recheü,
et s'ante li a fait grant joie,
mais ne li caut de riens qu'il oie :
por Blanceflor qu'il n'a, s'amie,
en noncaloir a mis sa vie.
Aprendre l'en maine Sebile
o les puceles de la vile,
savoir se il l'oublieroit
et en l'escole autre ameroit.
Mais nul oïr ne nul veoir
ne li puet faire joie avoir ;
il ot assés, mais poi aprent,
car grant doel a u il s'entent.
Amors li a livré entente,
el cuer li a planté une ente
qui en tous tans flourie estoit
et tant doucement li flairoit
que encens ne boins citouaus
ne giroffles ne garingaus.
Et cele odour rien ne prisoit ;
toute autre joie en oublioit :
le fruit de cele ente atendoit,
mais li termes molt lons estoit,
çou li ert vis, du fruit cuellir,
quant Blanceflor verra gesir
jouste soi et le baisera,
le fruit de l'ente cuellera.
Flores atent a quelque paine
tot le terme de le quinzaine.
Quant il vit qu'ele ne venoit,
dont sot bien que gabés estoit,
et si doute forment et crient
que morte soi quant el ne vient.
A tant laist le mangier ester
et tot le rire et le jüer,
le boire laist et le dormir.
Cil se criement de son morir.
Li cambrelens au roi le mande.
Il en ot doel et ire grande.
Del venir li done congiés.
La roïne apela iriés :
"Certes, fait il, la damoisele
mar acointa ceste novele !
Puet estre que par sorcerie
a de mon fil la drüerie.
Faites le moi tost demander,
ja li ferai le cief cauper.

Quant mes fius morte le sara,
en peu de tans l'oublïera."
La roïne li respondi :
"Sire, fait el, por Dieu, merchi !
A cest port a molt marceans
de Babiloine, bien manans.
Au port le fai mener et vendre,
grant avoir pués illoeques prendre.
Cil l'en menront, car molt est bele ;
ja n'orrés mais de li novele,
si en serons delivre bien
sans estre homecide de rien."
Li rois a grant paine l'otroie.
Par un borgois illoec l'envoie
qui de marcié estoit molt sages
et sot parler de mains langages.
Ne le fist pas par covoitise
vendre li rois en nule guise ;
mius amast il sa mort avoir
que ne fesist cent mars d'avoir :
le pecié crient, por çou le lait.
Li marceans au port s'en vait
et a teus offre la pucele
qui l'acatent, car molt ert bele [...],
trente mars d'or et vint d'argent,
et vint pailes de Bonivent,
et vint mantiaus vairs osterins,
et vint bliaus indes porprins,
et une ciere coupe d'or
qui fu emblee du tresor
au rice empereour de Rome,
ainc a plus ciere ne but home.
A grant mervelle fu bien faite
et molt fu soutiument portraite
par menue neeleüre ;
Vulcans le fist, s'i mist sa cure.
El hanap ot paint environ
Troies et le rice doignon,
et com li Griu dehors l'assaillent,
com au mur par grant aïr maillent,
et com cil dedens se deffendent,
quariaus et peus agus lor rendent.
En l'eur aprés fu painte Helaine,
comment Paris ses drus l'en maine.
D'un blanc esmail ot fait l'image,
assise en l'or par artimage.
Aprés i est com ses maris
le siut par mer, d'ire maris,
et l'os des Grius com il nagoit
et Agamennon quil menoit.
Ens el covercle de desus,
illoec ert paint comme Venus,
Pallas et Juno ensement
vinrent oïr le jugement
de Paris, car eles troverent
une pume, dont estriverent,

de fin or, u escrit estoit
la plus bele d'eles l'aroit.
Cele pume a Paris livrerent
et en aprés li conjurerent
que la plus bele le donast
et celi que il mius prisast.
Cascune li promet granment,
que vers li soit au jugement :
Juno plenté de grant avoir
et Pallas prouece et savoir,
et Venus li promet la feme
que de totes autres ert geme.
Paris le pume li dona
et de sa feme le hasta ;
assés le voloit mius avoir
que sens, proëce ne avoir.
Et tres bien mostroit la painture
l'amor Paris et la grant cure,
com il ses nés aparilloit
et com por li par mer nagoit.
Li coupiers ert ciers et vaillans,
d'une escarboucle reluisans ;
n'est soussiel si orbes celiers,
s'il i estoit, li boutilliers
ne peüst sans autre clarté
cler vin connoistre d'ysopé.
D'or avoit deseur un oisel
trifoire, qui molt par ert bel,
qui en son pié tenoit la geme,
plus bel ne vit ne hom ne feme :
c'ert vis celui qui l'esgardoit
que vis estoit, si voletoit.
Li rois Eneas l'em porta
de Troies quant il s'en ala,
si le dona en Lombardie
a Lavine, qui fu s'amie.
Puis l'orent tot li ancissour
qui de Rome furent signor
dusqu'a Cesar, a cui l'embra
uns leres, qui la l'aporta
u li marceant l'acaterent
et por Blanceflor le donerent.
Çou l'en donent par droit marcié,
et il s'en font joiant et lié,
k'a double cuident gaaignier
se il s'en pueent repairier.
Li marceant ont bon oré,
en lor païs sont retorné,
en Babiloine l'ont menee,
a l'amiral l'ont presentee,
et il l'a tant bien acatee,
de son or l'a set fois pesee :
cele a gent cors et cler visage,
bien sanle feme de parage.
Por sa grant biauté molt l'ama
et bien garder le commanda.
Li marceant en sont tout lié,
car assés i ont gaaignié.
Et li borgois est revenus,
au roi fu tos l'avoirs rendus.

[La roïne s'est porpensee
et si parla comme senee :
"Sire, fait ele, que dirons
quant vostre fil Flore verrons
et quant il repairiés sera,
s'amie nos demandera ?
Quant il demandera sa drue,
que dirons nos qu'est devenue ?
Par foi, jou ai molt grant paor
qu'il ne s'ocie por s'amor.
- Dame, fait il, or en pensés.
C'est vostre fius, sel confortés.
- Sire, fait ele, a moi entent :
car faisons faire un tomblel gent,
fais soit de marbre et de cristal,
et d'or et d'argent li esmal.
"Morte est Blanceflor", ce dirons,
et nostre fil conforterons.
- Dame, fait il, tost l'estuet faire,
car Flores, çou saciés, repaire."
Dont manderent machons vaillans
et boins orfevres bien sachans.
Faire lor fait un tel tomblel,
nus hom de char ne vit si bel.
La tombe fu molt bien ovree,
d'or et d'argent iert neelee.
N'a soussiel beste ne oisel
ne soit escrit en cel tomblel,
ne serpent c'on sace nomer,
poisson de douce aige et de mer.
Devant un mostier, sos un arbre,
sist la tombe, qui fu de marbre.
Une piere ont desus assise
que orfevre fisent de Frise.
Cele piere qui sus gisoit
de tres fin marbre faite estoit,
inde, vert et gausne, vermel ;
molt reluisoit contre solel,
si fu entaillie environ
de la trifoire Salemon.
Entremis i sont a cristal
d'or et d'argent tot li esmal.
Desor la tombe ot tresjetés
deus biaus enfans tres bien mollés.
Onques nus hom si bien sanlans
d'or ne vit faire deus enfans.
Li uns des deus Flore sanloit
plus que riens nule qui ja soit.
L'autre ymage ert ensi mollee
comme Blanceflor ert formee.
Et li ymage Blanceflor
devant Flore tint une flor ;
devant son ami tint la bele
une rose d'or fin novele.
Flores li tint devant son vis
d'or une gente flor de lis.
L'uns jouste l'autre se seoit,
gente contenance faisoit.
Desor le cief Flore l'enfant
ot un escarboucle luisant ;

par nuit oscure veoit on
une liue tot environ.
En la tombe ot quatre tuiaus
as quatre cors, bien fais et biaus,
es queus li quatre vent feroient
cascuns ausi com il ventoient.
Quant li vens les enfans toucoit,
l'un baisoit l'autre et acoloit,
si disoient par ingremance
trestout lor bon et lor enfance.
Ce dist Flores a Blanceflor :
"Baisiés moi, bele, par amor."
Blanceflor respont en baisant :
"Je vos aim plus que riens vivant."
Tant com li vent les atouvoient
et li enfant s'entrebaisoient,
et quant il laissent le venter,
dont se reposent de parler.
Tant doucement s'entresgardoient
que c'ert avis que il rioient.
Au cief desus de cel tomblel
avoit planté un arbrisel ;
molt estoit biaus et bien foillis
et de flors ert adés garnis ;
totes sont cargies les brances
et les flors noveles et blances.
Cius arbres a a non benus ;
ja un seul point n'en ardra fus.
As piés par devers le solel
avoit un turabim vermel ;
soussiel nen a plus bele cose,
plus ert bele que flors de rose.
A destre part ot un cresmier
et a senestre un balsamier ;
n'ert en cest siecle tele odour
qui vausist cele de la flour,
car de l'un basmes decouroit
et de l'autre cresmes caoit.
Cil qui les quatre arbres planterent
trestos les dieus en conjurerent,
au planter tel conjur i firent
que toustans cil arbre florirent.
Bien sont flouri cil arbrisel,
tous tans i cantent mil oisel.
La oïssiés tel melodie,
onques tele ne fu oïe.
Tel melodie demenoient
li oisel qui illoec cantoient,
se damoisiaus les escoutast
ne pucele, por qu'ele amast,
de ces dous cans que il oïssent
d'amors si tres fort espresissent
qu'il se courussent embracier,
l'uns l'autre doucement baisier.
Se nules gens les escoutaissent
qui ja d'amor ne se penaissent,
de la douçor que il oïssent
isnellepas s'en endormissent.
Entre ces quatre arbres seoit
cele tombe qui faite estoit.
Onques mais por une pucele
ne cuit que fust faite tant bele.

De rices listes ert listee,
de ciers esmaus avironee.
Pieres i a qui vertus ont
et molt grans miracles i font,
jagonses, saffirs, calcedoines,
et esmeraudes et sardoines,
pelles, coraus et crisolites
et diamans et ametites,
et ciers bericles et filates,
jaspes, topaces et acates.
Toute ert la tombe neelee,
de l'or d'Arrabe bien letree.
Les letres de fin or estoient,
et en lisant çou racontoient :]
"Ci gist la bele Blanceflor,
a cui Flores ot grant amor."
A tant es Flore repairié,
quant de son pere ot le congié.
il descent jus del palefroi
en la sale devant le roi.
Son pere et sa mere salue,
puis lor demande de sa drue.
Cil se tardent de respons rendre.
Isnelement es cambres entre :
la mere a la mescine trueve
a cui son corage descuevre :
"Dame, fait il, u est m'amie ?"
Cele respont : "El n'i est mie.
- U est ? - Ne sai. - Vos l'apelés !
- Ne sai quel part. - Vos me gabés.
Celés la vos ? - Sire, nonal.
- Par Diu, fait il, çou est grant mal !"
Quant cele mais celer nel puet,
pitié ot grant, plorer l'estuet.
En plourant li a dit : "Morte est.
- Puet estre voirs ? - Oïl, voirs est.
- U est li cors, u ? - El mostier.
- Et quant fu morte ? - Uit jors ot ier
que si est morte Blanceflour,
voire, sire, por vostre amor."
Ele mentoit a essïent,
c'au roi en ot fait sairement.
QUant Flores ot qu'ele estoit morte,
molt durement se desconforte,
la color pert, li cuers li ment,
tos pasmés ciet el pavement.
La crestiiene s'esbahi,
de la paor jeta un cri.
Li cris fu haus, que li rois l'ot ;
courant i vint que plus tost pot.
La roïne y reva courant.
Grant doel ont fait de lot enfant.
Il s'est pasmés en molt poi d'eure
trois fois ; quant revint, forment pleure :
"La mors, fait il, pot coi m'oublie,
quant perdu ai ensi m'amie ?
Dame, fait il, car me menés
a se tombe, se le savés."
Li rois a la tombe l'en maine.
Flores i va a molt grant paine
et vit l'escrit de Blanceflor
a cui Flores ot grant amor.

Trois fois le list, lors s'a pasmé
ains c'un seul mot eüst parlé.
Aprés s'assist li damoisel
desor la piere del tomblel.
Durement commence a plorer
et Blanceflor a regreter :

"Oï ! Blanceflor ! Blanceflor !
Ja fumes nos né en un jor
et en une nuit engenré,
si com nos meres ont conté.

Nouri avons esté ensamble :
bien deüssons, si com moi samble,
ens en un jor issir de vie
se la mors fust a droit partie.

Ahi ! Blanceflor, cler visage !
Onques feme de vostre eage
ne vi plus bele ne plus sage,
de coi que fuissiés de parage.

Morte estes, precïeuse heme !
Ja mais n'en ert plus bele feme.
Bele, nus ne porroit descrire
vostre biauté, ne bouce dire.

Car la matere teus seroit
que nus hom a cief nel trairoit ;
sa crigne, son cief, son visage,
quel descriroit molt seroit sage.

Ha ! tenre face couloree,
desor vos ne fu onques nee
qui portast si bien caasté,
s'aviés la forme de biauté.

Humle estiiés et honerable,
et as besoigneus secourable,
petit et grant vos amoient
por la bonté qu'en vos trovoient.

Bele, forment nos entramiens
et en escrivant consilliens ;
l'uns a l'autre son bon disoit
en latin, nus ne l'entendoit.

Ha ! Mors, tant par es enuieuse,
dde pute part, contralieuse,
ja apelee ne venras,
ne ciaus qui t'aimment n'ameras.

Et ciaus qui te heent plus aimmes
et la u ne voelent les mainnes ;
ne se poet defendre Savoirs
vers toi, Proëce ne Avoirs.

Quant hom mius vaut et il doit vivre,
dont t'entremés de lui ocirre ;
quant doit avoir en son jovent
joie, tu li taus soudement.

Mais quant vois aucun mendiant
qui de viellece va tranlant,
il t'apele pot sa viellece,
ne veus oïr sa grant destrece.

Quant tu m'amie me tolis
qui vivre voloit, tort feïs ;

or refais tort, quant voel morir
et jou t'apel, ne veus venir.

Mors, tu me fuis, jou te sivrai :
tu te repons, jou te querrai :
par Diu, qui de cuer veut morir,
ne li pués par longes guencir.

Quant aucuns dolereus t'apele,
adont torne bien ta roëlle ;
tu veus avoir regré et prés,
adont te caient bien tes dés.

Par foi, mais ne te proierai,
ains qu'il soit vespres m'ocirrai.
Des or mais haiç jou ceste vie
quant j'ai perdu ma douce amie.

M'ame le m'amie sivrai,
en Camp Flori le trovera
u el jeut encontre moi flors,
car molt se fie en nos amours.

Molt hastivement le sivrai
et au plus tost com ains porrai.
Ele m'ara proçainement
en Camp Flori u el m'atent." [...]

===match manuel rendu ici texte à localiser===
<A tant s'est dreciés en estant
com cil cui s'amour vait hastant.>
Un grafe trait de son grafier,
d'argent estoit, molt l'avoit cier
por Blanceflor qui li dona
le darrain jor k'a lui parla,
quant il en ala a Montoire.
Dont parla a sa grafe Floire :
"Grafe, fait il, por çou fus fait
que fin mesisses a cest plait.
Moi te dona por ramembrer
de soi et a son oés garder
Blanceflor. Mais or fai que dois,
a li m'envoie, car c'est drois.
Molt me calenge Blanceflor,
en ma vie trop i demor."
En son cuer bouter le voloit ;
quant sa mere çou aperçoit,
seureli court, le grafe prent,
si le castie doucement.
Mere que mere, por morir
ne pora mais ce doel soffrir.
"Fius, fait ele, molt es enfans
quant de ta mort es porquerans.
N'est soussiel hom, s'il doit morir
et de la mort puisse sortir,
mius ne vausist estre mesel
et ladres vivre en un bordel
que de mort soffrir le trespas.
Fius, mort soffrir ce n'est pas gas.
Se vos ensi vous ocïés,
en Camp Flori ja n'enterrés
ne vos ne verrés Blanceflor :
cil cans ne reçoit pecheor.
Infer son calenge i metroit :
la irés, biaus fius, orendroit.
Minor, Thoas, Rodomadus,
cil sont jugeor de la jus,
en infer font lor jugement,
cil vos metroient el torment,
la u est Dido et Biblis,
qui por amor furent ocis,
qui par infer vont duel faisant
et en infer lor drus querant.
Eles les quierent et querront
tos jors, ne ja nes troveront.
Biaus dous ciers fius, or te conforte,
car ains l'aras vivre que morte.
Jou cuit trover tel medecine
par voi revenra la mescine.
Plorant en est venue au roi :
"Sire, fait ele, entent a moi.
Jou te requier por diu le grant
k'aies pitié de ton enfant.
Ja s'ocesist, quant l'aperçui,
d'une grafe, mais tant prés fui
que ainç qu'il s'en eüst garni
des mains le grafe li toli.
- Dame, fait il, et cor souffrés !
Cest duel laira, vos le verrés.
- Voire, fait ele, par morir !
Car il morra por çou soffrir.
De tous enfans plus n'en avons,
et cestui de gré si perdons !
Si dira on par cest pa¨£is
que nos de gré l'avons ocis.
- Dame, fait il, qu'en volés vos ?
Dirons li dont ? - Biaus sire, oi nos,
car tot ensanle les avrés
u ambesdeus por l'un perdrés."
La dame ot lors le cuer joiant.
Repairie est a son enfant :
"Biaus fius, fait ele, par engien,
par le ton pere et par le mien,
fesins cest tomblel faire ci.
El n'i est pas, mais tot ensi
coliemes que tu l'oubliasses
et par no consel espousaisses
la fille d'aucun rice roi
qui honerast et nos et toi.
Nos voliemes que Blanceflor
n'eüst a toi plus nule amor,
por çou que crestiiene estoit,
povre cose de bas endroit.
En autre terre l'ont menee
marceant qui l'ont acatee.
Fius, fait ele, por Diu, merci !
car tot est voirs çou que je di,
cest grant doel, fius, ne maine mais,
en cest païs remain en pais. [...]
- Dame, fait il, dites vos voir ?
- Fius, fait ele, tel pués veoir."
A tant la piere ont soslevee.
Quant il desous ne l'a trovee,
Diu en rent grasses et mercie
quant sot que vive estoit s'amie.
Quant il le sot, errant jura
que il querre partout l'ira.
Molt se vante qu'il l'ira querre,
ja n'ert en si sauvage terre
qu'il ne le truist ! Puis revenra,
a grant joie le ramenra.
Sa joie li fait oublïer
tot le travail de li trover.
Signor, ne vos esmervilliés,
car qui d'Amors est justiciés,
çou cuide faire certement
dont s'esmervellent molt de gent.
C'est en Calcide et en Platon
que pas ne cuidera nus hom
qu'estre puist fait çou que fera
cil qui d'amors espris sera.
De çou qu'est vive fait grant joie
et dist qu'il ne li caut qui l'oie,
<que pot noient s'en peneroit
li rois, que ja autre n'aroit.>
Es le vos au roi revenu ;
li rois liés e joians en fu
quant il le vit, et puis irié
quant il li demande congié
d'aler querre la damoisele,
quant il de li ne set novele
ne ne set dire ne penser
u il le doie querre aler.
Le consel blasme a la roïne
par cui il vendi la mescine.
L'eure maudist que fu vendue,
car son fil pert quant l'a perdue.
Mil mars d'argent por li donroit
et quank'ot arriere rendroit
s'il le trovoit : mais non fera
voelle u non s'en consïerra.
"Fius, fait li rois, cor remanés !
- Par foi, fait il, grant tort avés :
com plus mon oirre hasterés,
et moi et li plus tost rarés.
- Fius, quant remanoir ne volés,
dites u querre le devés,
car vostre volenté ferai,
çou que mestiers ert vos donrai,
ciers pailes et or et argent,
biaus gras et mules en present.
- Sire, fait il, or m'escoutés,
vostre merci, et si l'orrés :
comme marceans le querrai ;
set somiers avoec moi menrai,
les deus cargiés d'or et d'argent
et de vaissiaus a mon talent,
le tiers de moneés deniers,
car tos jors me sera mestiers,
et les deus, sire, de ciers dras,
des millors que tu troveras,
les daarrains de sebelines,
de cieres pennes marterines,
et set homes as set somiers,
et avoec moi trois escuiers
qui nostre mangier porquerront
et nos cevaus nos garderont.
Vostre cambrelenc, sire roi,
s'il vos plaist, envoiés o moi,
car bien set vendre et acater
et au besoing consel doner.
Partot sera nostre okisons
nostre marcié querant alons.
Et se nos le poons avoir,
nos en donrons molt largement,
puis revenrons hastivement."
Li enfes fine sa raison.
Et li rois fu molt gentius hom,
trestot li a aparillié.
QUant vint au prendre le congié,
li rois la coupe a demandee
qui pot Blanceflor fu donee :
"Fius, fait il, cesti porteras.
Puet estre que por li aras
celi qui por li fu vendue.
- Sire, qui ? - Blanceflor, ta drue."

Li rois li done un palefroi
qui siens estoit, o le conroi,
qui d'une part estoit tos blans
de l'autre rouges comme sans.

La soussele ert d'un paile cier,
tres bien ovree a eskekier ;
toute la sele et li arçon
fu de la coste d'un pisson.

Sa colors est inde et vermelle
naturelment ; a grant mervelle
en est faite l'entailleüre,
li ors assis par molt grant cure.

La covreture de la sele
ert d'un brun paile de Castele,
tote floree a flors d'orfrois ;
tel le voloit avoir li rois.

Les estrivieres et les çaingles
de soie, avoec les contreçaingles
lacies mervilleusement ;
toutes les boucles sont d'argent.

Li estrier valent un castel,
d'or fin sont ovré a noiel.
Li lorains est molt biaus et ciers,
onques n'ot millor chevaliers.

La caveçure est de fin or,
les pieres valent un tresor
qui a blanc esmail sont assises
de lius en lius par entremises.

Li frains si est de l'or d'Espaigne ;
çou saciés mieus en vaut l'ovraigne
que l'ors ne les pieres ne font,
que toutes precïeuses sont.

Les resnes de fin or estoient
de la u du frain departoient.
Trestout ensi aparillié
l'a li rois a Flore baillié.

Et la roïne son anel
a mis el doit au damoisel :
"Fius, fait ele, or le gardés bien ;
tant con l'arés, mar cremés rien,
<fers ne vos porra entamer
ne fus ardoir, n'eve noier.
Fius, cest anel a grant poissance,
si en pöés avoir fiance>
que vos ja rien ne requeriés
que tost u tart tot ne l'aiés."
Il prent l'anel, si l'en mercie
et dist : "Encor l'avra m'amie !"
A tant a congié demandé.
Li rois en plorant l'a doné.
A sa mere ra pris congié
et ele l'a cent fois baisié.
La les veïssiés molt plorer,
lor puins tordre, lor crins tirer,
et tel duel faire au departir
com sel veïssent dont morir.
A tant s'en est Flores alés ;
de tos fu a Diu commandés.
Es le vos hors de la cité
o ses somiers bien arrouté.
Il et li cambrelens consellent
et lor jornees aparellent.
Au port coelent primes aler
u Blanceflor entra en mer.
Tant on erré qu'il sont venu
ciés un borgois et descendu
qui maison ot larges et grans
a herbergier les marceans.
Quant li ceval establé sont,
fuerre et avaine a plenté ont ;
et cil a cui fu commandé
as estaus del bourc sont alé,
chars i acatent des plus cieres
qu'il ont trovees de manieres
car si li sire a bien commandé
qu'il en aient a grant plenté,
et pain et vin en font porter.
Molt aprestent rice souper.
Marceant dïent que il sont,
por lor marcié mer passeront.
Flores dïent k'est lor signor,
siens est l'avoirs, n'est mie lor.
Quant il furent asseüré
et lor mangier on apresté,
napes font metre et vont laver,
puis si s'assïent au souper.
Li ostes est preus et vaillant,
dejoste soi assiet l'enfant.
Il l'onore molt et tient chier
et semont sovent de mangier.
La table fu molt marceande,
grant plenté i ot de viande.
Tres bien les servent li sergant,
vin lor moissent a espandant ;
en coupes, en hanas d'argent
moissentcler vin, herbé, piument.
Li marceant travillié furent,
assés i mangierent et burent,
sovent dïent por le bon vin
que il ont l'ostel saint Martin.
Cil se deduisent lïement ;
Flores a Blanceflor entent,
por le bon vin pas ne l'oublie,
sans li ne prise rien sa vie.
Por li sovent s'entroublioit
et parfondement souspiroit,
et ne donoit garde a sa main
se il prendoit u car u pain.
L'ostesse l'a bien regardé,
du jeute a son signor bouté :
"Sire, fait ele, avés veü
com cius enfes s'a contenu ?
Son mangier laist por le penser,
sovent le voi molt souspirer.
Par mon cief, n'est pas marceans,
gentius hom est, el va querans."
Dont a l'enfant a raison mis :
"Sire, fait el, molt es pensis.
A cest mangier t'ai esgardé :
poi as mangié, molt as pensé.
Çou que as pris de cest mangier
seroit legier a eslegier.
Autretel vi jou l'autre jor
de damoisele Blanceflor
(ensi se noma ele a moi) ;
el vos resanle du visage.
Ensement au mangier pensoit
et un sien ami regretoit,
Flore, cui amie ele estoit ;
por lui tolir on le vendoit.
[Ele fu çaient quinze jors,
ses regrés fu adés en plors.
Flore son ami regretoit,
et nuit et jor por lui ploroit.
Fors de cest dit tos jors ert mue.
Ele fu a cest port vendue.]
Cil qui l'acaterent disoient
k'en Babiloine l'en menroient,
a l'amiral tant la vendroient
qu'il a double i gaaigneroient."
Quant Flores s'amie or nommer
et de li certement parler,
de la joie tos s'esbahi,
ainc n'en sot mot, si abati
le vin que devers lui estoit
a un coutel que il tenoit.
L'ostes s'escrie : "Il est foufais !
Amendés nos sera cius plais.
- Çou est voirs !" çou dïent trestuit,
car liés en sont, por le deduit.
Flores une coupe d'or fin
a fait emplir de molt bon vin,
tous liés a la dame le tent :
"Iceste, fait il, vos present
por çou que m'avés dit novele
de Blanceflor la damoisele.
Por li est çou que jou pensoie
a cest mangier et souspiroie,
et por içou que ne savoie
quel part jou querre le devoie.
Or le sivrai en Babiloine,
ne le lairai por nul essoine."
Aprés dist : "Li vins rrespandus
bien est raisons qu'il soit rendus.
Tant en faites sor moi venir
com il vos venra a plaisir."
A tant es quatre pautoniers
qui aportent quatre sestiers.
Boire li donent par amende,
puis li dïent la coupe rende
a l'oste quant avra beü.
Il en boit, puis li a rendu.
Et li autre par la maison
de vin boivent par contençon.
Li plus povres se tient a rice
et de grant hardement s'afice.
Cil se deduisent lïement;
A tant es vos torné le vent.
Li vespres ert bien abesprés
et li flos tos au port montés.
Li airs est clers, nés et seris,
et li cieus trestous esclarcis ;
ce dïent li maistre des nés
du vent aront tos plains lor trés.
Longement sejorné i ont
et de passer desirant sont.
<Dont font crïer li notonnier
par la vile qu'aillent cargier
cil qui en Babiloine iront
et es terres qui dela sont.>
Flores quant l'or molt s'en fait liés ;
de l'aler s'est aparilliés.
Quant son conroi ot acuité,
a son oste a du sien doné,
<puis prent a sont oste congié,
a la nef bien, si a cargié.>
Son estrumant a molt proié,
et il li a bien otroié
que a cel port l'arivera,
dont il plus tost venir porra
en Babiloine la cité,
car on li a dit et conté
que d'icel jor en un seul mois
i assanlera cascuns rois
qui de l'amiral terre tiennent :
trestout ensanle a ssa cort vienent,
a une feste qu'il tenra.
"S'adont, fait il, estoie la,
mes toursiaus puet estre vendroie,
si cuit que jou i gaigneroie."
Li vens fu boins, l'air orent cler,
a tant se sont empaint en mer ;
a retraiant, por avoir bort,
toutes les nés issent du port.
Le tref ont tost desharneskié
et sus dusc'a torés sacié ;
li vens s'i prent qui fait errer,
A tant es Flore en haute mer.
En la nef a mis tel conroi
com il convient a fil de roi.
uit jors tos plains par mer erra
que nule terre ne trova.
Au nueme jor sont arivé
tot droit a Baudas la cité,
qui sist sor une roce bise,
desor le port en haut assise.
D'illoec puet on quant il fait cler
cent liues loing veïr en mer.
Bien sot tenir li notonier
a la cité le droit sentier :
çou est li pors dont le requist
Flores, quant en la mer se mist.
D'illoec porra en jours
d'iver, que on tient as plus cours,
veir, se il n'a destourbiers,
en Babiloine o ses somiers.
Icil sa promesse demande,
et il li done boine et gande :
vint mars d'or fin et vint d'argent
li fist doner joiousement,
car vis li est j'en Paradis
l'a mis quant il est el païs
u s'amie cuide trover
que il siut par terre et par mer.
A tant sont mis hors li toursel ;
del descargier sont molt isnel,
et sont venu a la cité
desous cui il sont arivé.
Ciés un borgois sont herbergié
qui rices hom ert u marcié
et notoniers et marceans.
Une nef ot qui estoit grans,
par coi demenoit son marcié
et u erroit quant ert cargié.
Dedens icele nef passerent
li marceant qui acaterent
Blanceflor, que Flores queroit,
por cui issi dolans estoit ;
en sa maison cele nuit jurent
quant il hors de mer issu furent.
<Par lui, çou cuit, rorra novele
Flores illoec de la pucele.>
Il font destorser lor torsiaus,
puis establerent lor cevaus ;
molt les fisent bien aaisier
et de litiere et de mangier.
En cel ostel molt bien troverent
trestout içou qu'il demanderent,
fain et avaine et de boins vins,
char salee, freske et poucins.
Lor mangier fisent molt haster
car travillié sont de la mer.
Li pors estoit a l'amirail ;
maint home i a eü travail.
U soit a droit u soit a tort,
tot lor estuet doner au port
la siste part de lor avoir
et puis jurer qu'il dïent voir,
<et rendre toute a dam Marsile
cil qui maistres est de la vile.>
Quant cel avoir orent rendu
et lor mangiersaprestésfu,
il vont laver, puis sont assis.
El plus bel liu ont Flore mis.
A mangier ont molt ricement,
si mangierent molt lïement.
Mais Flors molt petit manga
pors'amie dont il pensa.
Li ostes l'a aperceü
qu'il n'est pas liés, quant l'a veü :
"Sire, fait il, çou m'est avis,
por vostre avoir estes pensis,
por la coustume qui est grant.
- Jou pens tot el", çou dist l'enfant.
Li ostes dist : "Tot autretel
vi jou l'autrier une compaigne
de marceans, jou cuit, d'Espaigne,
et amenerent a cest port,
ce m'est avis, se voir recort,
une pucele o eus avoit
qui ensement se contenoit ;
<jou l'oï nomer Blanceflor ;
en ma nef mena grant dolor.>
Ensi au mangier sospiroit
et un sien ami regretoit."
Flores est liés de la novele :
"U menerent il la pucele ?"
Cil respont : "Quant de ci tornerent,
en Babiloine s'en alerent."
Flores li done un boin mantel
et un hanap d'argent molt bel :
"Sire, fait il, çou voel k'aies
et Blanceflor gré en saciés,
car çou saciés, li vois jo querre.
Emblee me fu en ma terre."
L'ostes li dist, si l'en mercie :
"Jesus vos renge costre amie !"
Quant de mangier sont souffissant,
les napes ostent li serjant.
Dont font lor lis aparillier,
puis si se sont alé coucier.
Quant Flores dort, et ses cuers velle,
o Blanceflor jue et conseille,
mais s'il dormi, ce fu petit.
Au matinet, quant le jor vit,
ses compaignons a esvillié
et il se sont aparillié.
Ens el droit cemin sont entré
vers Babiloine la cité.
Cele nuit a un ostel jurent
u il molt bien herbergié furent,
et l'endemain, bien par matin,
se remetent en lor cemin.
La nuit se resont herbergié
en une vile u ot marcié.
La oïrentde li parler :
par illoec le virent passer.
Au tierç jor, devant l'avesprer,
parvinrent a un braç de mer ;
Lenfer le noment el païs.
De l'autre part fu Monfelis,
castiaus rices u cil manoient
qui la gent outre conduisoient.
Il n'i avoit planke ne pont,
car trop erent li gué parfont,
mais au rivage un cor avoit
quia un pel pendus estoit ;
li venant a celui cornoient
qui le notonier apeloient.
Quant cil cornent et il les ot,
si vient au plus tost que il pot.
Li maistres sist en un batel,
o soi cuelli le damoisel,
li serjant o les escuiers
en la nef traient les somiers.
A tant commencent à nagier
et marceant et notonier.
Li maistres esgarde l'enfant ;
gentius hom sanle a son sanlant.
Il li demande : "U errés vous ?
-Marceans sui, ce veés vous.
En Babiloine voel aler
et por vendre et por acater.
S'en cest castel ostel avés,
anuit mais nous i ostelés.
- Par foi, site, fait il, si ai.
Volentiers vos herbergerai.
Mais, biaus amis, por cel disoie
que morne et pensiu vos veoie.
Tot ensement viç jou owan,
n'a mie encore demi an,
çaiens une pucele entrer
et trestout ensement penser.
Ne sai se li apartenés,
par ma foi, vos le resanlés."
Quant il l'oï, son chief freça :
"Site, fait il, et u ala ?
- En Babiloine fu menee
et l'amiraus l'a acatee."
Trestot ensi li a conté,
tant que il furent arivé.
O lui l'a le nuit herbergié,
tant c'au matin a rpsi congié.
A son oste cent sols dona
et en aprés molt li pria,
s'a Babiloine ami eüst
qui de riens aidier li peüst,
que par enseigne li mandast
qu'il au besoing le consillast.
"Sire, fait il, ains que viegnois
en babiloine, troverois
un flun molt lé et molt parfont.
Quant en arés passé le pont,
dont troverés le pontenier.
Mes compains est, de mon mestier.
En Babiloine est rices hom,
grant tour i a et fort maison.
De nos deus pors somes compaing,
par mi partomes le gaaing.
Icest anel li porterés
et de moie part li dirés
qu'il vos conseut mius qu'il porra.
Jou cuit qu'il vos herbergera."
A tant se sont de lui parti.
Au pont viennent a mïedi.
Desous un arbre l'ont trové
qu'il ot au cief du pont planté.
La le troevent u siet sous l'arbre,
sor un perron qui fu de marbre.
Son cors ot ricement vestu,
preudome pert quant l'ont veü.
Ja a cel pont hom ne passast,
quatre deniers ne li donast,
et puis quatre cil a ceval.
Flores salue le vassal ;
de tous ses dieus l'a salüé
et puis lia l'anel doné,
ensegne de son compaignon
qu'il le herbert en sa maison
et a son besoing le conseut,
si com il s'amour avoir veut.
Cil a bien l'anel conneü,
receü l'a, molt liés en fu.
Le sien anel li a baillé,
a sa feme l'a envoié
que le herbert por soie amor.
Puis li a mostree sa tour.
Es les vos el castel venus.
Por l'anel fu bien receüs,
herbergiés fu molt lïement,
estables i ot a talent.
Or est Flores en la cité
u estre avoit tant desité,
herbergiés ciés le pontenier.
De consel a molt grant mestier,
car ja soit çou que venus soit
a la cité qu'il desiroit,
il ne set ne consel nen a
comment il faire le porra.

Savoir se met en son corage,
qui li ramembre son parage
et com il oirrre folement.
Fait il : "Tu ne connois la gent,
Flores, ton consel u diras,
comment oirres et que quis as ?
Se t'en descuevres, fol seras,
u soit a certes u a gas !

Par aucun l'amiraus l'orroit
qui ta folie conistoit.
Se il l'ooit, toi feroit prendre
et en aprés noier u pendre.
Fai que sages, arriere va !
Tes peres feme te donra
del mieus de trestout son barnage,
pucele de grant parentage."

Amors respont : "J'oi grant folie !
Raler ? Et ci lairas t'amie ?
Dont ne venis tu por li querre ?
Sans li veus aler en ta terre !
Dont ne te membre de l'autrier,
que del graffe de ton graffier
por li ocirre te vausis,
et or penses de ton païs !

Et se tu sans li i estoies,
voelles u non, ça revenroies.
Porroies tu dont sans li vivre ?
Se tel cuides, dont es tu yvre.
Tos l'ors del mont ne tos l'avoir
ne te feroit sans li manoir.
Remain ci, que sages feras,
puet estre encor le raveras.

N'est mie legiere a garder
la beste qui se veut embler :
s'ele t'i set, engien querra,
s'ele puet, qu'a toi parlera.
Maint engien a Amors trové
et avoié maint esgaré.
Li vilains dist que Dieus labeure,
quant il li plaist, en molt peu d'eure."

Itel bataille en lui avoit ;
Amors forment le destaignoit.
A tant es vos l'oste venu.
Quant a veü Floire si mu,
francement l'a mis a raison :
"Damoisiaus sire, gentius hom,
estes vos de rien coureciés ?
En'estes vos bien herbegiés ?
Se rien veés qui vos desplaise,
amendé iert, se j'en ai aise.
- Sire, fait il, vos dites bien,
vostre merci. Mais nule rien
d'endroit l'ostel ne me desplaist,
mais mon Diu pri qu'il me laist,
biaus dous sire, guerredoner
vostre ostage, vo bel parler.
Sire, dist il, jou sui pensis
de mon marcié que j'ai enquis.
Molt par m'en criem que jou nel truisse
et, se le truis, k'avoir nel puisse."
Li ostes fu molt gentius hom :
"Sire, fait il, nos manegron ;
aprés, se jou puis et jou sai,
volentiers vos consillerai."
Lors le laissent, si vont mangier.
L'ostes apele sa moullier :
"Dame, honerés cest damoisel.
Veïstes vos onques tant bel ?"
L'ostes Daires et Licoris
entr'aus deus ont lués Flore assis.
Molt se font servir ricement
en boins vaissiaus d'or et d'argent
cler vin et piument et claré
et boin bogeraste et anné.
De boin mangier ont a fuison
et vollilles et venison.
Lardés de cerf et de sangler
ont a mangier sans refuser,
grues et gantes et hairons,
pertris, bistardes et pplongons ;
tout en orent a remanant.
Quant del mangier sont soffisant,
adont fait aporter le fruit
li ostes Faires par deduit,
puns de grenat, figes et poires
- et avoec fu molt boins li boires !-,
peskes, castaignes a plenté,
car molt en ont en cel regné.
Douç fruit mangüent, douç vin boivent,
tot lié se font, si se renvoisent.
Flores a le coupe esgardee
qui por Blanceflor fu donee,
qui devant lui fu tote plaine
de plus cler vin que n'est fontaine :
Helaine i ert, comment Paris
le tint par le main, ses amis.
El regarder qu'il fist l'ymage,
Amors ralume son corage,
se li dist : "Or aies envie :
ci en maine Paris s'amie.
(Ha ! Dieus ! verrai jou ja le jor
k'ensi en maigne Blanceflor ?)
Diva, Floires ! aprés mangier
te doit tes ostes consillier."
Li lons mangiers l'a bien grevé !
La dame l'a bien esgardé
k'en son corage a grant estrif.
Triste le voit, morne et pensif ;
aval la face clere et tendre
voit les larmes del cuer descendre.
Pitié en a, si l'a moustré
a son signor et l'a bouté.
Les napes fait oster des dois.
Tout se lievent ne mais j'aus trois.
Puis li a dit : "Damoisiaus sire,
se vos avés ne duel ne ire
por voi pensés, dites le moi.
Je vos consillerai par foi.
Vostre estre ne me celés pas :
molt me sanle que çou soit gas
que vos dras vendés a detail ;
d'autre marcié avés travail.
- Sire, fait Licoris, par foi,
çou m'est avis, quant jou le voi,
que çou soit Blanceflor la bele.
Jou cuit qu'ele est sa suer jumele :
tel vis, tel cors et tel sanlant
com ele avoit a cest enfant.
Jou cuit qu'il sont proçain parant,
car a amerveille sont sanlant.
Ele fu çaiens quinze jours ;
ses confors fu regrés et plors.
Floire, un sien ami, regretoit,
et nuit et jor por lui ploroit,
quant ele de çaiens torna
et li amirals l'acata.
Cius est ses frer u ses ami."
Quant Flores l'or si s'esbahi,
isnelement li respondi
et dist : "Non frer, mais ami !"
De çou k'ot dit se repenti :
"Mais freres, dame, jou mesdi !
Dame, merci oublïés iere ;
ele est ma suer et jou ses frere.
- Amis, dist Daires, ne cremés,
par mi le voir vos en alés.
Se vos la dansele querés,
saciés por voir con fous errés !
- SIre, fait il, por Diu, merci,
fius de roi sui, je vos afi,
et Blanceflo si est m'amie.
Emblee me fu par envie.
Sivie l'ai par ces regnés.
Entrepris sui et esgarés.
Rices hom sui d'or et d'argent,
si vos en donrai largement
se de cest plait me consilliés.
Biau sire ciers, tos sui jugiés,
çou est la fins : u jor l'arai,
u por s'amor de duel morrai."
Daires li dist : "Çou est damage
se vos morés por tel folage.
De çou ne m'os jou pas vanter
que j'en sace conseil doner.
Le mieus que jou en sace oiés :
se vos içou faire voliés
(mais bien sai vos nel feriés mir),
puet estre k'en perdriés la vie,
car se l'amirals l'ooit dire,
livrer vos feroit a martire.
Il n'i a roi en cest païs,
se autretel plait avoit quisqui par force ne por avoir
ja l'akievast, si com j'espoir,
ne engien ne encantement
a li ravoir ne vaut nïent.
Se trestoutes les gens del mont
qui onques furent et or sont
par force tolir le voloient
a l'amirail, tot i fauroient.
Li amiraisu a sa justice
sor cent et cinquante rois mise.
Se il les mande en Babiloine,
tot i vendront sans nul essoine.
Babiloine, si com jou pens,
dure vint liues de tos sens
Li murs qui le clot n'est pas bas ;
tot entor est fais a compas
et est faos trestous d'un mortier
qui ne doute pikois d'aciersi a quinze toises de haut ;
de nule part ne crient assaut.
Et tot entor est fais a compas
et est fais trestous d'un mortier
qui ne doute pikois toises de haut ;
de nule part ne crient assaut.
Et tot entor a set vins portes :
tors a desus larges et fortes.
A totes est la foire plaine
en tous les jors de la semaine
En Babiloine ça dedens
a tors faites plus de set cens
u mainent li baron casé,
qui enforcent molt la cité.
La plus foible ne la menor
ne doute roi ne aumaçor ;
neïs l'empereres de Rome
n'i feroit vaillant une pome.
Par force nus hom ne par guerre
ne porroit Blanceflor conquerre ;
encontre engien rest si gardee
par larron ne puet estre emblee.
En miliu de ceste cité
a une tor d'antiquité,
cent toises haute et cent lee,
roonde comme keminee ;
tote est de vert quarrel de marbre
coverte a vause tot sans arbre,
hourdee amont comme clokier ;
li torpins est desus d'or mier.
Longe est soissante piés l'aguille,
del millor or qui soit en Puille,
et el torpin qui est desus
a bien cent mars d'or fin u plus.
Deseur siet par encantement
uns escarboucles qui resplent ;
assis i est par grant consel,
par nuit reluist comme solel.
Tot environ par la cité
par nuit obscure a tel clarté
que il n'estuet a nul garçon
porter lanterne ne brandon.
Soit chevaliers ne marceant,
ne autres qui rien voist querant,
se par nuit vient en la cité,
de nule part n'ert esgaré ;
u soit sor terre u soit sor mer,
de nule part n'estuet douter ;
quant de vint liues le verra,
a une prés li samblera.
En cele tor a trois estages.
Cil qui les fist molt par fu sages.
Li pavement de marbre sont,
ne nul soustenement nen ont
les deus desus fors d'un piler
que par celui estuet passer ;
li pilers sort du fondement,
dusqu'a l'aguille en haut s'estent.
U marbre cler comme cirstal
dedens a un bien fait canal
par quoi sus monte une fontaine,
dont l'eve est molt clere et molt saine,
desi c'amont el tierç estage.
Li engignieres fu molt sage ;
el tierç fait l'eve retorner
de l'autre part par le piler :
en cascun estage se trait
l'eve par le conduit et vait.
Les dames qui en la tor sont
en prendent quant mestier en ont.
Et es estages cambres a
dusc'a set vins ; ja ne verra
nus hom morteus plus delitable :
li piler sont trestout de marbre
et de plaitoine est la closure,
d'un arbre cier qui tostans dure ;
de myrre et aussi de benus
sont les fenestres tot li plus.
Tot çou fist querre a grant travail
por metre en sa tor l'amirail,
car la u est, serpens ne wivre
n'autre vermine n'i puet vivre.
Li cieus desus qui ferme au mur
est pains a or et a azur.
Molt a apris de l'escriture
qui puet savoir de la painture :
li fait i sont des ancissours,
les proueces et les estours.
EN cascune a une pucele
li amirals mise novele,
tele com lui vient a plaisir ;
la l'a fait metre et bien servir.
De l'un estage en l'autre vont
par les degrés qui fait i sont.
El moien estage a un huis
en une loge qui vait juis ;
par celui vait on contreval
droit en le cambre l'amiral.
Par icel huis vienent et vont
les puceles que il semont,
qui doivent l'amiral servir
ensi com il vient a plaisir.
En la tor a set vins puceles
de grant parage et forment beles ;
por çou qu'i sont les damoiseles
a a non la Tors as Puceles.
Trestoutes celes qui i sont
deus et deus son service font,
iceles deus que il eslit,
a son lever et a son lit ;
l'une sert de l'eve doner
et la touaile tient son per.
Les gardes qui en la tor sont
les genitaires pas nen ont.
Trois en a en cascun estage,
estre le maistre, le plus sage,
a cui cascuns des nuef apent,
par lui les servent humlement
et del mangier et del lit faire.
Li maistres est fel et deputaire
et si garde l'uis de la tour
set bien quant il est nuis u jour.
En son puing tient cascuns une arme,
u misericorde u gisarme.
Li maistre maint en un arvol.
De l'uis garder nel tien por fol :
[...] se nisun home voit garder
sus en la tor por espïer,
par si que il n'en ait congié
de l'amirail, est tout jugié :
ains qu'il se parte de la place,
tot sans parole et sans manace,
se il veut, tot le reuvera
et sans amende le batra,
car de l'amirail acongié,
por çou est si outrecuidié.
[Et il molt bien garde se prent,
que nus hom en la tor laiens
ne puet metre le pié sans li,
por çou est il si signori.]
Quatre gaites a en la tour
qui veillent le nuit et le jour.
[De ces gaites vos di por voir
que il en ont molt grant avoir
por çou que le doivent garder,
et il s'en voelent molt pener.]
Se riens i voient aprocier,
a ceus dedens le vont noncier.
Li amirals tel costume a
que une feme o lui tenra
un an plenier et noient plus,
puis mande ses rois et ses dus :
dont li fera le cief trancier.
Ne veut que clerc ne chevalier
ait la feme qu'il a eüe :
a la dame est l'onors rendue.
Aprés, quant il veut l'autre prendre,
ses puceles si fait descendre
totes ensanle en un vergié ;
cascune en a son cuer irié,
car l'onor doutent por la mort
k'aprés en ont sans nul restort.
Or devés del vergier oïr,
por coi les fait illuec venir.
Li vergiers est et biaus et grans,
nus n'est si biaus ne si vaillans.
De l'une part est clos de mur
tot paint a or et a asur,
et desus, sor cascun cretel,
divers de l'autre a un oisel ;
d'arain est trestous tresjetés,
onques mais ne fu veüs tés :
quant il vent si font douç cri
que onques nus hom tel n'oï,
si ne fu ainc veste tant fiere,
se de son cant or la maniere,
lupars ne tygre ne lions,
ne s'asoait quant ot les sons.
Quant li oisel ont grignor vent,
adont cantent plus doucement,
et el vergier, au tans seri,
des oisiaus i a si douç cri,
et tant de faus et tant de vrais,
merles et calendres et gais
et estorniaus et rosignos,
et pinçonés et espringos
et autres oisiaus qui i sont
qui par le vergier joie font,
qui les sons ot et l'estormie
molt est dolans s'il n'a s'amie.
De l'autre part, ce m'est avis,
court uns flueves de Paradis
qui Eufrates est apelés :
de celui est avironés,
issi que riens n'i puet passer
se par desus ne peut voler.
EN icele eve de manieres
truevë on precïeuses pieres ;
saffirs i a et calcidoines,
boines jagonses et sardoines,
rubis et jaspes et cristaus
et topasses et boins esmaus
et autres que nomer ne sai,
car pas oï nomer nes ai.
Li vergiers est tostans floris
et des oisiaus i a grans cris.
Il n'a soussiel arbre tant cier,
benus, plantoine n'aliier,
ente nule ne boins figiers,
peskiers ne periers ne noiers,
n'autre cier arbre qui fruit port,
dont il n'ait assés en cel ort.
Poivre, canele et garingal,
encens, girofle et citoual
et autres espisses assés
i a, qui flairent molt soués.
Il n'en a tant, mon essïent,
entre Orïent et Occident.
Qui ens est et sent les odors
et des espisses et des flors
et des oisiaus oïst les sons
et haus et bas les gresillons,
por la douçor li est avis
des sons qu'il est en Paradis.
En miliu sort une fontaine
en un prael, et clere et saine ;
en quarel est fais li canal
de blanc argent et de cristal.
Un arbre i a desus planté,
plus bel ne virent home né ;
por çou que tos jors i a flors
l'apelë on l'arbre d'amors :
l'une revient quant l'autre ciet.
Par grant engien l'arbres i siet,
car li arbres est tos vermeus.
De çou ot cil molt bons conseus
qui le planta k'a l'asseoir
fu fais l'engiens, si com j'espoir.
Au main, quant lieve li soleus,
en l'arbre fiert trestos vermeus.
Cil arbre est si engigniés
que tostans est de flors cargiés.
Quant li amirals veut coisir,
ses puceles i fait venir
au ruissel de la fontenele
dont de fin or est la gravele
quant passer doivent le canal
qui est d'argent et de cristal,
outre en vont ordoneement
et il au passer molt entent
et a sa gent i fait entendre.
Grant mervelle i puet on aprendre,
car quant il i passe pucele,
lors est li eve clere et bele ;
au trespasser de feme eüe
l'eve en est lués tote meüe.
Oïr pöés molt grant merveille
a cui nule ne s'apareille :
cele qui puet estre provee
desfaite est et en fu jetee.
Aprés les fait totes passer
desous l'arbre por acerter
la quel d'eles cel an ara,
cele sor cui la flors carra.
Li arbres est de tel maniere ;
sor cui karra la flors premiere
eneslepas iert coronee
et dame du païs clamee ;
il le noçoie a grant honor
et si l'aime comme s'oissor
desi a l'an, que jou ai dit ;
adont le viole et ocit.
Et se il a o soi pucele
que il mieus aime et soit plus bele,
sor li fait par encantement
la flor caïr a son talent.
D'ui en un mois li jors sera
que ses barons assanlera,
tot icil qui sont de sa geste,
car a cel jor tenra sa feste.
Blanceflor dist k'adont prendra,
sor totes autres ciere l'a ;
es set vins n'a si bele flor,
por çou le veut prendre a oissor.
Il desire molt son servise,
tote s'entente a en li mise ;
le terme het qui tant demeure,
ja ne cuide que viegne l'eure."
Flores respont : "Sire, merci !
Dont sui jou mors s'il est ensi.
Car s'est espouse l'amirail,
dont sai bien k'a estros i fail.
Daires, biaus ostes, que ferai ?
Par mon cief, calenge i metrai !
Et moi k'en caut se perç ma vie
quant jou perdu arai m'amie ?"
Daires respont : "Puis que jou voi
k'en vostre cuer a tel esfroi
que vos ne caut de vostre vie
se le perdés por vostre amie,
or m'escoutés, si vos dirai
le millor consel que jou sai.
Demain irés droit a la tor ;
con se fuissiés engigneor,
quans piés est lee mesurés,
a la hautor garde prendés.
Li portiers a le cuer felon,
sempres vos metra a raison,
et vos par engien respondés
que contrefaire le volés
quant vos serés en vostre terre,
car n'i venistre por ele querre.
<Quant ensi parler vos orra,
rice home lors vos cuidera,>
puet estre a vos s'acointera,
des eskés a vos jüera,
car il molt volentiers i juie
quant trueve a cui molt se deduie.
Et vos en vostre mance arés
cent onces d'or qu'al ju metrés,
mais sans avoir n'i alés mie,
si com vos amés vostre vie,
car a engien, si com j'espoir,
le decevrés par vostre avoir.
Se gaaignés, tout li rendés
et vos cent onces li donés,
et il molt s'esmerveillera,
por çou a vos jüer volra.
Et l'endemain la repairiés
et molt tres bien li otroiés ;
au ju a double porterés.
Se gaaignés, tot li rendés,
le vostre et le sien li donés,
que vos ja plus n'i atendés.
Vos li dirés : "Sire, de gré.
Je vos ai forment enamé.
Or et argent a plenté ai,
saciés k'assés vos en donrai,
car vos m'avés bel acuelli,
bel aparlé, vostre merci."
quatre cent onces l'endemain
et vostre coupe en l'autre main
reporterés a l'eskekier.
S'il vos avient a gaaigner,
vostre or et le sien li rendés,
mais vostre coupe retenés.
Donc vaura que por li jüés
et que vos au ju le metés.
Et vos, ne vaurés mais jüer.
Dont vos menra a son disner.
Liés se fera de son tresor
que il avra fait de vostre or,
ennorra toi a son mangier
et durement te tenra chier.
De la coupe iert molt covoiteus
et de l'acater angoisseus.
Molt offerra por acater,
mil mars vos en vaura doner.
Dont li dites rien n'en prendrés,
mais par amistiés li donrés.
Dont par ert il si deceüs
et de vostre amor embeüs
que de joie a vos piés karra
et homage vos offerra.
Et vos en prendés bien l'omage
et la fiance s'estes sage.
Lors vos tenra il a amor
com li hom liges son signor.
Puis li porrés tot descovrir
le mal qui si vos fait languir.
Se il puet, il vos aidera,
et s'il ne puet, nus nel porra."
Flors a Dairon mercïé
del consel qu'il li a doné.
A tant boivent, si vont gesir.
Por le penser laist le dormir.
Flores se lieve par matin
et Daires le mist au cemin.
Es le vos au pié de la tour ;
a esgarder le prent entour.
Es vos l'uissier qui l'arasone
si roidement que tot l'estone :
"Estes espie u traïtour
qui si espiiés nostre tour ?
- Sire, fist il, naie, par foi,
mais por içou l'esgar et voi
k'en mon païs tele feroie
se ja mais venir i pooie."
Cil sot parler tant ricement,
et cil le vit tant bel et gent,
por çou k'en lui vit tel biauté,
tote entrelaist sa cruauté
et dist : "Ne sanlés pas espie."
De jüer as eskés l'envie.
<Floires li dist qu'il joëroit
se grant avoir en jeu metoit :
"Qu'i metrïez ? - Cent onces d'or.
- Et je autant de mon tresor."
Au geu s'asieent, plus n'i ot.
Cil joua mielz qui plus en sot ;
ce fu Floires qui l'avoir ot.
Lui le donna con plus tost pot.
Cil le vit, moult s'en merveilla,
du don forment le mercia ;
moult le pria du reperier
joër au geu de l'eschequier.
Et il si fist sanz demorance,
deus cenz onces d'or en sa manche,
et cil en i remist deus cenz.
Floires du gaaignier n'est lenz ;
tout gaaigna et tot li donne.
Tel joie a cil que mot ne sonne ;
aprés grant piece l'en mercie
et son service li afie.
Quant Floires prist de li congié,
du reperier l'a moult proié.
Et il si fist a l'endemain.
Sa coupe d'or porte en sa main
et quatre cenz onces d'or mier
qu'il mist au geu de l'eschequier,
et li huissiers fet ensement ;
puis a assis chaucuns sa gent.
Li huissiers a sa gent assise
et moult l'a bien en ordre mise.
Au roc em prent un grant tropel
Floires, si dist eschec moult bel.
Quant li huissiers est perceüz,
bien set que ses geuz est perduz ;
son or li rent forment iriez,
mais Floires li rent dont est liez :
le sien li donne et si li rent
le gaaing, et cil le reprent,
car soi tenoit a engignié.
Puis li a doucement proié
que la coupe au geu remeïst.
"Non ferai, voir !" Floires li dist.>
A tant l'en maine li huissier
o lui a son ostel mangier.
Forment l'oneure tot por l'or
dont tant a creü son tresor.
Mais de la coupe ert angoisseus
et de l'avoir molt convoiteus,
et dist molt bien l'acatera,
mil onces d'or por lui donra.
<Quant Flores voit sa convoitise,
es poins li a la coupe mise,
et dist : "Pas ne la vos vendrai,
mais par amor le vos donrai,
por çou qu'il m'ert gerredonés
se mon besoing ja mais veés."
Cil prent la coupe et puis li jure
k'en lui servir metra sa cure.
De s'amor est tous embeüs
et de l'avoir tout deceüs.
Il l'en maine sans atargier
esbanoier ens el vergier.
As piés li ciet, offre s'oumage ;
Flores le prent, si fait que sage.
Cil fiance que par amor
le servira comme signor,
de çou soit il seür et fis
que j'a n'en iert fais contredis.
"Sire, fait Flore, or est ensi,
com en mon home en vos me fi.
Des ore vos dirai ma vie.
Lassus en la tor est m'amie,
cele qui non a Blanceflors.
Tant me destraint la soie amors
que d'Espaigne l'ai cha sivie.
Emblee me fu par envie.
Sire, or aiés de moi merci,
car de ma vie en vos me fi.
La fins est tele : u jou l'avrai,
u por s'amor de duel morrai."
Li portiers l'ot, molt s'esbahi,
forment se tint a escarni :
Engigniés sui, dist il, c'est voirs !
Deceü m'a li vostre avoirs.
Par convoitise en ai le tort,
por vostre avoir avrai la mort.
Mais ensi est k'el n'en puis faire,
lacié m'avés, n'en puis retraire.
U bien m'en prenge, u mal m'en viegne,
ne lairai covens ne vos tiegne,
et si sai jou bien, par ma foi,
que par içou morrons tot troi.
A vostre ostel vos en irés,
dusqu'a tierç jor repaierrés.
Jou commencerai entre tant."
Et Flores respont en plorant :
"Cil termes, fait il, est trop grans."
Li portiers li fu respondans :
"A moi est cours, car de la mort
sui dont aseür sans resort."
Flores s'en va et cil remaint.
Cascuns d'aus deus forment se plaint ;
a l'un est lons, a l'autre court.
Flore ne caut a coi qu'il tourt :
se il pooit avoir s'amie,
ne li caut se il pert sa vie.
A tant s'en est Flores torné.
Li portiers a engien trové
k'as damoiseles de la tour
vaura present faire au tierç jor ;
de flors assés a fait cuellir
et corbeilles grandes emplir.
A tant est Flores repairiés,
au terme vient joians et liés.
Un bliaut ot vestu vermel,
car de l'huissier en ot consel,
por çou c'avoir une coulor
et li vestimens et la flor.
L'uissiers envoie ses presens,
de l'envoier ne fu pas lens.
une corbeille a a cascune,
si a fait Flore entrer en une ;
Flores clot les ieus, pas nes oevre,
et li portiers des flors le coevre.
Dont a deus serjans apelés :
"Ceste corbeille me portés
<lassus amont en cele tor,
a damoisele Blanceflor,>
a la cambre lés le degré
qui va au lit a l'amiré,
se li dites que li envoi.
Gré m'en sara, si com jou croi,
et si cuit que l'avra molt ciere.
Puis vos en venés tost arriere."
Cil prendent les flors, ses emportent ;
si sont cargié que tot detordent.
Des flors dïent molt en i a,
si maudïent kis i foula.
Par les degrés montent amont,
mais a la cambre fali ont ;
le Blanceflor laissent a destre,
en l'autre entrent kist a senestre.
Quant cil sont ens, lor flors descargent,
a celi qu'il truevent les baillent
et lor message en haste font,
lor flors laissent, si s'en revont.
Cele les prent, si les mercie.
A la corbeille est tost salie,
des flors se jue et esbanie.
Flors cuide çou soit s'amie,
de la grant joie sus sailli,
et la pucele s'esfreï,
de la poor c'ot si s'escrit :
"Merveille voi ! Aïe ! Aïe !"
Flores resaut en la corbeille,
s'il ot paor n'est pas merveille !
Quant il a s'amie a failli,
dont cuide bien c'on l'ait trahi.
Des flors errant s'a recovert,
si que de lui noient ne pert.
A tant ses compaignes akeurent ;
quant els l'oënt pas ne demeurent,
si li demandent que ele oit,
por quel paor ensi crioit.
Cele se fu asseüree
et de Blanceflor porpensee :
ce fu ses amis, bien le sot,
que ele tant regreter sot.
Quant ele se fu porpensee,
si a parlé comme senee :
"Des flors sali uns paveillon,
des eles feri mon menton.
Del paveillon tel paor oi
que m'escriai plus tost que poi."
Arriere s'en revont gabant,
ele remest seule o l'enfant.
Ele ert a Blanceflor compaigne
et fille a un duc d'Alemaigne.
Entre les deus molt s'entramoient,
ensanle a l'amirail aloient.
La plus bele estoit de la tour
de touters, aprés Blanceflor.
illueques pas grant plait ne tint,
en la cambre Blanceflor vint.
Blanceflor est de l'autre part.
S'ele parole, c'est a tart :
en son ami a mis s'entente,
por lui est nuit et jor dolente.
Les cambres prés a prés estoient ;
entre les deus un huis avoient
par coi l'une a l'autre venoit
quant son bon dire li voloir.
Gloris ot non la damoisele.
Blanceflor doucement apele :
"Bele compaigne Blanceflor,
volés vos veoir bele flor
et tele que molt amerés,
mon essïent, quant le verrés ?
Tel flor n'a nule en cest païs :
ele n'i crut pas, ce m'est vis.
Venés i, si le connistrés ;
donrai le vos se vos volés.
- Avoi ! fait Blanceflor, Gloris,
por voi si griement m'escarnis ?
Pecié faites, en moie foi,
quant vos ensi gabés de moi.
Damoisele qui a amor
et joie en soi doit avoir flor.
Bele suer Gloris, douce amie,
prés est li termes de ma vie.
Li amirals dist qu'il m'ara,
mais se Diu plaist, il i faura.
L'amirals faura a m'amor
com fait Flores a Blanceflor.
Por soie amor engien querrai
et priveement m'ocirrai.
Ami ne vaurai ne mari
quant jou au bel Flore ai fali."
- Avoi ! fait Blanceflor, Gloris,
por coi si griement m'escarnis ?
Pecié faites, en moie foi,
quant vos ensi gabés de moi.
Damoisele qui a amor
et joie en soi doit avoir flor.
Bele suer Gloris, douce amie,
prés est li termes de ma vie.
Li amiralsdist qu'il m'ara,
mais, se Diu plaist, il i faura.
L'amirals faura a m'amor
com fait Flores a Blanceflor.
Por soie amor engien querrai
et priveement m'ocirrai.
Ami ne vaurai ne mari
quant jou au bel Flore ai fali."
Quant cele l'ot, pitiés l'en prent,
puis se li a dit doucement :
"Damoisele, por soie amor
vos requiert que veés la flor."
Quant de s'amor conjuré l'ot,
o li s'en va com plus tost pot.
Flores a la parole oïe.
Quant sot de voir que c'est s'amie,
de la corbeille sali hors.
Visage ot cler et gent le cors,
onques nus plus biaus hom ne fu.
Blanceflor l'a tost coneü,
et il ra bien li coneüe ;
el vit son dru et il sa drue.
Sus s'entrekeurent sans parler,
grant joie font a l'assambler.
De grant pitié, de grant amor,
pleure Flores et Blanceflor.
De ses bras li uns l'autre lie
et en baisier cascuns s'oublie.
El baisier a une loëe,
qu'il font a une reposee.
Lor baisiers est de douce amor,
molt l'asaveurent par douçor.
Quant le laissent, nul mot ne dïent,
ains s'entresgardent, si sosrïent.
Gloris voit lor contenement,
lor joie et lor acointement.
En riant dist a Blanceflor :
"Compaigne conissiés la flor ?
Orains estiés vos deshaitie,
mais or vos voi joiant et lie !
Grant vertu a icele flors,
qui si tost taut si grans dolors.
Orains ne le voliés veoir,
or n'avés nul si cier avoir !
Molt esteroit vostre anemie
qui vos en feroit departie.
- Kieles ! fait Blanceflor, Gloris,
ja est çou Flores, mes amis !"
Puis se torne vers son ami :
"Par li vos ai, soie merci."
Gloris de Diu forment mercïent
et en plorant merci li crïent
que par li descovert ne soient,
car mort u desfait en seroient.
"Bien en pöés estre asseür,
la rien que plus aimvos en jur,
garderai vos en boine foi
si comme jou feroie a moi
se ensement m'iert avenu."
Quant Flores l'or, joians en fu.
Et Blanceflor adont l'en maine
en la soie cambre demaine.
En un arvol d'une cortine
de soie u gisoit la mescine
se sont assis priveement.
Aprés dist cascuns son talent.
Flores a premiers commencié :
"Amie, fait il, molt sui lié.
Molt ai bien ma paine akievee
quant jou ensi vos ai trovee.
Por vos ai esté de mort prés
et de travail soffert grant fés.
Onques, puis que perdu vos oi,
joie ne repos ainc puis n'oi.
Quant je vos ai a mon talent,
il m'est avis nul mal ne sent."
Ele respont : "Estes vos Floire,
qui fu envoiés a Montoire,
a cui me toli par envie
li rois ses pere o trecerie ?
Biaus dous amis, je vos faç sage
que je vos aim de boin corage :
ainc puis n'oi joie ne deduit,
saciés, ne par jor ne par nuit.
Comment venistes vos çaiens ?
Çou cuit que soit encantemens.
Biaus amis Flores, je vos voi
et neporquant si vos mescroi !
Mais, amis, qui que vos soiés,
forment vos aim, ça vos traiés !"
Et il li fist com plus tost pot ;
la damoisele bien le got.
<Aprés a l'un l'autre conté
confaitement il ont erré
des icel jour qu'il departirent
dusqu'a celui qu'il s'entrevirent.>
Quinze jors entiers iloec furent,
ensanle mangierent et burent
et orent joie a lor talent,
si se deduisent lïement.
Gloris les garde en boine foi
et si les sert molt bien a moi ;
et de lor mangier et del sien
les sert Gloris, molt lor est bien.

Se cele vie lor durast,
ja mais cangier ne le rovast
Flores li biaus et Blanceflor,
ensi menaissent lor amor.

Mais ne porent, car lor amors
torna Fortune, par ses mors.
De lor amor et de lor vie
demoustra bien qu'ele ot envie.

Por çou que d'aus voloit jüer,
sor ausfait sa roe torner.
Or les avoit assis desus,
et abattre les reveut jus.

Çou est ses jus, c'est sa nature,
en çou met s'entente et sa cure,
bien le connoissent cil del mont,
car tout le sentent qui i sont. [...]

As uns taut et as autres done,
set fois mue entre prime et none.
El ne garde pas a proëce
a doner largement rikece.

Ce set on bien, au fol prové
done roiame u grant conté
et les veskiés done as truans
et les boins clercs fait pain querans.

Qui en li cuide estableté,
je le tieng bien por fol prové ;
qui en son doner point se fie
ne connoist pas sa drüerie.

Or fait plourer et or fait rire,
or done joie et or done ire :
ceus fist primes joieus et liés,
puis angoisseus et coreciés.

Par un matin se fu levee
bele Gloris et contaee ;
Blanceflor la preus apela.
El respont : "Alés, g'irai ja."
En dormillant li respondi,
eneslepas se rendormi.
Ele est a l'amirail venue ;
il li demande de sa drue
por coi ne vient et or n'est ci.
Gloris respont : "Sire, merci !
Tote nuit a liut en son livre
que a joie peüssiés vivre,
k'a paines tote nuit dormi,
contre le jor se rendormi.
- Est çou voirs, Gloris ? - SIre, oïl.
- Molt est france cose ! fait il.
Bien doit estre cele m'amie
qui veut que j'aie longe vie !"
Li amirals en ot pitié,
por çou si l'a ensi laissié.
Et l'endemain tot ensement
lieve Gloris premierement ;
Blanceflor doucement apele :
"Trop avons ci demoré, bele."
Cele respont : "Je me conroi.
Ains de vos i serai, ce croi."
A tant ses amis le racole
et ele lui, si fait que fole,
et puis l'a baisié et il li.
En baisant se sont rendormi.
Ensanle dorment bouce a bouce,
que l'une face a l'autre touce.
Gloris fu au piler alee,
el basin a l'aigue versee.
Quant ele revint, si l'apele,
quatre fois li dist : "Damoisele !"
Quant ele rien ne respondoit,
dont cuide bien k'alee en soit.
ele vient au lit son signor.
Quant le vit : "U est Blanceflor ?
Par foi, fait il, poi me crient,
que tant demeure et que ne vient."
En Gloris n'ot que porpenser :
"Par foi, ci le cuidai trover,
sire, car ains de moi leva.
Quant n'est venue, ja venra."
Venue fust s'ele peüst,
s'autre oquison troé n'eüst !
Li rois ot son cuer trespensé.
Son cambrelenc a apelé :
"Va, fait il, haste Blanceflor,
que tost descende de la tour."
Cil ne s'est mie aperceüs
de Gloris, sus en est venus.
Quant vint en la cambre maniere,
par mi l'arvol de la verriere
le lit a tost aperceü ;
visli est qu'il i a veü
Blanceflor et bele Gloris.
Por coi ne li fust il avis ?
K'a face n'a menton n'avoit
barbe, ne grenons n'i paroit :
en la tor n'avoit damoisele
qui de visage fust plus bele.
Quant il les vit tant doucement
jesir andeus, pitiés l'en prent,
esbahi fu, si s'en revait ;
a son signor conte ce plait :
"Sire, merveilles ai veü !
Ainc mais si grans amors ne fu
com a Blanceflor vers Gloris
et ele a li, ce m'est avis.
Ensanle dorment doucement,
acolé s'ont estroitement,
et bouce a bouce et face a face
s'ont acolé, et brace a brace.
De pitié nes voel esvillier,
trop les cremoie a travillier.
Molt lor siet a gesir ensanle."
Quant Gloris l'ot, de paor tranle !
Li rois entra en jalousie,
crient que aucuns gise o s'amie :
"Aportés moi, fait il, m'espee,
s'irai veïr cele assanlee.
Vois ci Gloris, tu as failli !"
A tant se lieve a cuer mari.
Coureciés est par verité
et molt par a son cuer iré.
Adont s'en vont tot cele part.
De jalousie trestous art,
car por voir il ne cuidoit mie
que nus osast amer s'amie.
Et neporquant par jalousie
li met amors el cuer envie.
Il et ses cambrelens s'en vont,
par les degrés montent amont,
en son puing tint sa nue espee,
en la cambre entre a recelee.
Il a fait la fenestre ovrir
que lis olaus puist ens venir.
Li enfant doucement dormoient,
estoit acolé se tenoient ;
bouce a bouce ert cascuns dormans.
S'or n'en pense li Rois poissans,
lor joie iert par tristor fenie,
se il n'en ont Diu en aïe.
En la cambre grant clarté ot
quant li solaus entrer i pot ;
li jors fu ja bien esclarcis.
Quant il les vit, tous fu maris ;
Blanceflor connut bien, s'amie,
mais l'autre connut n'avoit mie.
Flores o s'amie gisoit ;
en son vis nul sanlant n'avoit
qu'il fust hom, car a son menton
n'avoit ne barbe ne grenon ;
fors Blanceflor n'avoittant bele
en la tor nule damoisele.
Li rois le voit, nel connut mie.
Griement le point la jalousie.
Teus est amors et teus sa teke,
çou dont se crient tos jors seneke.
"Descoevre, fait il, les poitrines,
au cambrelenc, des deus mescines,
les mameles primes verrons
et puis si les esvillerons.
Cil les descoevre, s'aparut
que cil est hom qui illuec jut.
Tel duel en a ne pot mot dire.
Eneslepas le vaut ocirre,
puis se porpense k'ais sara
qui il est, puis si l'ocirra.
Entretant li enfant s'esveillent ;
paot ont grant, si s'esmerveilllent ; [...]
L'espee nue sor aus virent,
grant paor orent, si fremirent,
et de çou furent esperdu
quant le roi orent perceü.
Dolant furent et courecié
quant il se furent esveillié.
Flors plora et Blanceflor ;
morir cuident sans nul retor.
Et li rois en fu molt irés
quant il les a ensi trovés.
Il en a Flore a raison mis :
"Qui estes qui tant estes bris
k'osastes entrer en ma tour
et coucier avoec Blanceflor ?
Par tos les dieus a cui j'aour,
ancui morrés a deshonor !
Ocirrai vos et la putain,
ançois qu'escapés, de ma main."
Li doi enfant andoi ploroient
et de pitié s'entresgardoient.
Flores respont : "Por Diu, nel dites !
Ainc millor cose neveïstes.
Ses amis sui, ele est m'amie,
trovee l'ai tant l'ai sivie."
Flores a l'amiral deprie
que respit lor doint de lor vie
tant qu'en sa cort, voiant sa gent,
les ocie par jugement.
Il lor done, ses fait lever.
Estroitement les fait garder,
que il ne puissent escaper.
Aprés fait ses barons mander.
Li baron furent assamblé
contre la feste en la cité,
car li termes molt prés estoit
que sa feme prendre devoit.
Vienent i roi et aumaçor,
et duc, et conte, et vavassor.
Tous emplist li palais le roi
de sa gent qui sont de sa loi.
Il les a fait trestous taisir,
car dire lot veut son plaisir.
Tantost com il l'ot commandé,
ainc n'i ot puis un mot soné.
Il s'est dreciés en son estage ;
iriés est molt en son corage :
"Signor, fait il, or escoutés,
puis jugiés droit de çou k'orrés.
Qui du droit dire defaura
c'est l'oquisons par coi morra."
Qui vers lui dont forfait se set
ceste parole forment het.
"Signor, fait il, tot li pluisor,
avés oï de Blanceflor,
une pucele c'acatai.
Grant masse d'or por li donai :
encore n'a il pas deus mois
d'or i donai set fois son pois.
Sa biautés fu entre autres fiere,
por çou l'avoie forment ciere.
En la tor entre mes puceles
dont il i a set vins de beles,
a honor servir le faisoie.
Sor totes ciere le tenoie.
En li avoie tele amor
k'en voloie faire m'oisçor.
Por çou qu'ele ert et bele et gente
avoie en li mise m'entente.
Cascun matin soloit venir
a mon lever por moi servir.
Ier n'i vint pas. Ui ensement,
quant dui lever, ne vint Nïent.
Mes cambrelens por li ala.
Un jovencel o li trova
dormant, cuida que fust pucele.
Eneslepas m'en dist novele.
Jou i alai com plus tost poi ;
quant le trovai, grant ire en oi,
de duel qu'en oi ne peuç mot dire.
Eneslepas le vauç ocirre.
Signor, si est que je vos di,
il me cria por Diu merci
que en ma cort, voiant ma gent,
les ocie par jugement.
Porpensai moi que mal feroie
se sant jugier les ocioie.
Signor, oï avés mon conte.
Par jugement vengiés ma honte."
Uns rois s'en est levés en piés,
si lor a dit : "Signor, oiés !
Nos sires a conté son conte.
Nos i entendons bien sa honte,
mais neporquant oïr devons,
ains que jugement en faiçons,
se cil le voloit riens desdire
que nos ne le veons ocirre.
De l'encouper, si com j'entent,
sans respons n'est pas jugement."
De l'autre part est dans Yliers,
rois de Nubie fors et fiers :
"Dans rois, fait il, foi que vos doi,
del tot en tot pas ne l'otroi.
Se me sire el forfait le prist,
grant droit eüst que l'ocesist,
que s'on prent larron el forfait,
vers lui ne doit avoir nul plait.
Ses mesfais mostre apertement,
morir l'estuet sans jugement."
Or sont tot li baron levé,
sus el palais en sont entré ;
quant cil ot dit qui la besoigne
tient a trop malvaise, et tesmoigne
et dist : "Por aus me sire envoit.
Ardoir les face et si l'otroit !",
tel parole vont otriant.
Doi serf les amainent avant.
Il i vinrent forment plorant,
si s'entresfardent doucemant.
Flores apela Blanceflor :
"Bele, or avons de mort paor,
si avons droit, car bien savons
que sans nisun terme morrons.
Mais, bele, çou vos ai jou fait,
parmoi abésbos icest plait.
Se jou ne venisse en la tor,
n'eüssiés pas ceste dolor.
Par vos ne fu çou pas, amie.
Or en perdrés por moi la vie.
deux fois deüsse bien morir,
sel peüst Nature soffrir,
l'une por vos, l'autre por moi,
car trestout est par mon desroi.
Bele, vostre anel bien gardés,
ne morrés pas tant com l'arés."
Blanceflor respont en plourant :
"Amis, dist el, tort avés grant !
Biaus amis Flores, de ta mort
ai jou les coupes et le tort.
Vos venistes en ceste terre
trestot seulement por moi querre.
Jou seule en fui li oquison,
por moi montastes el doignon,
n'i venissiés se jou n'i fuisse ;
morir por vos por çou deüsse.
Por moi feront le jugement.
Biaus amis, vostre anel vos rent,
car par lui ne coel pas garir
par si que vos voie morir."
Il jure Diu nel recevra,
car ains de li, s'il puet, morra.
Et Blanceflor adont souspire
de çou que ele li ot dire.
Encor li dist qu'il le prendra,
et cil li dist que non fera.
Ele voit nel prendra noient,
dont l'a jeté par maltalent.
Uns dus le prist, qui l'entendi ;
quant l'anel tint, molt s'esjoï.
[Et adont a Blanceflor dit,
qu'ele n'i a mis nul respit,
"Amis, dist ele, tort ariés
se vos ançois de moi moriés,
car bien sai, quant mort vos verroit,
por ma biauté me retenroit.
- Bele, dist il, ançois morai,
certes, que trestot çou ai fait."]
Issi parlant li enfant vinrent
plorant, et par les mains se tinrent.
Li rois rueve qu'il aient pais
trestot cil qui sont el palais.
Flore et Blanceflor venu furent,
par devant l'amirail s'esturent.
Grans gens por aus assanlés virent ;
pleurent des ieus, del cuer sospirent.
De vivre seürté n'avoient
et neporquant tant bel estoient
que lor tristor, par lor biauté,
resanle lune de clarté.
Paris de Troies n'Absalon,
Parthonopeus n'Ypomedon,
ne Leda ne sa fille Elaine,
ne Antigone ne Ysmaine
en leece tant bel ne furent
com erent cil, qui morir durent.
Flores li enfes fu molt biaus
de son eage damoisiaus.
Ses eages fu de quinze ans
et neporquant assés fu grans.
Cief ot bien fait et crigne bloie,
desi au braiel si baloie,
front par mesure, molt ert blans,
plus biaus ne fu nus hom vivans.
Si surcil sont brun et petit,
onques nus hom plus bel ne vit.
Si oel sont gros por le plorer ;
nus ne s'en peüst soëler
d'els esgarder s'il fussent lié,
mais del plorer sont empirié.
Sa face resanle soleus
quant au matin apert vermeus.
Au nés n'a bouce n'a menton
n'avoit ne barbe ne grenon.
Grailles par flans et grans par pis,
la car blance com flors de lis,
bras ot cras, mains blances com nois.
Je ne cuit que voiés des mois
nisun plus bel de son eage,
plus fort, plus vaillant ne plus sage.
Reube porprine vestue ot,
si fu laciés au mius qu'il pot.
Desfulés fu joste s'amie,
qui de biauté nel passoit mie.
Desgulee fu ensement
u ele atent son jugement.
Cief a reont et blonde crine,
plus blanc le front que n'est hermine.
Greve avoit droite et bien menee.
El palais fu escavelee.
Suercils brunés, ieus vairs rians,
plus que gemme resplendissans.
Nul contrefaire nel porroit.
Çou ert avis qui l'esgardoit
que a ses ieus n'aperceüst,
fors as larmes, que tristre fust.
Sa face de color tres fine,
plus clere que nen est verrine.
Et les narines ot bien faites,
coom se fuissent as mains portraites.
Bouce bien faite par mesure,
ainc ne fist plus bele Nature.
Mieus faite estature pucele
nen a, ne roïne plus bele.
Les levres por baisier grossetes,
si les avoit un peu rougetes.
Li dent sont petit et seré
et plus blanc d'argent esmeré.
De sa bouce ist si douce alaine
vivre en puet on une semaine ;
qui au lundi le sentiroit
en la semaine mal n'aroit.
Le col a tel et le menton
com apartient a la façon.
La car avoit assés plus blance
que n'est nule flors sor la brance.
Le cors a tel et si bien fait
que s'on l'eüst as mains portrait,
grailles les flans, basse le hance.
Molt li siet bien sa destre mance.
Blances mains et grailles les dois,
lons par mesure, forment drois.
N'a si sage home el pavement
qui sace eslire le plus gent.
De lor biauté tot s'esbahirent
quant u palais entrer les virent.
N'a si felon home en la cort
qui de pitié por eus ne plort.
Molt volentiers dont trestornaissent
le jugement se il osassent.
Mais li rois fu si fort iriés
que d'aus ne li prendoit pitiés.
Oiant aus les afait jugier
et en aprés estoit loier.
En un plain enmi la cité,
laont trois serf espris un ré.
Il les a fait andeus mener,
el fu les commande a jeter.
Quant li baron loier les virent,
de totes pars grant duel en firent ;
par grant pitié et par douçor
pleurent el palais li pluisor,
et dïent tot tant mal i furent
quant sifaitement morir durent.
Se il peüssent et osaissent,
de grant avoir les racataissent.
Li dus qui lor anel trova
quant la pucele le jeta, [...]
tenrement pleure de pitié.
Envers le roi s'a aproismié.
Le dolousement qu'il oï
li a isnelement jehi.
Li rois les ra fait apeler
por çou ques veut oïr parler.
Andeus les a mis a raison ;
Flore demande com a non.
Cil li respont : "J'ai a non Floire.
Aprendre ere alés a Montoire
quant Blanceflor me fu emblee.
Or l'ai en cest païs trovee.
Sor sains jurrai que Blanceflor
ne sot quant j'entrai en la tor ;
et, se vos venoir a plaisir,
quant nel sot, n'en devroit morir.
Por moi et por li m'ociois,
saciés de fi que çou est drois.
Tote en ai le coupe et le tort,
por moi est el jugie a mort."
Blanceflor en est molt marie :
"Sire, fait el, je sui s'amie
et je sui par foi l'oquison
por coi il monta el doignon :
se il n'i seüst Blanceflor,
ja ne montast en vostre tor.
Grans dolors ert s'il muert por moi.
Il est d'Espaigne, fius de roi.
Par droit doit vivre et jou morir,
sire, s'il vos vient a plaisir."
Flores li dist : "Nel creés mie !
Ocïés moi, laissiés m'amie !"
Il lot dist : "Ambedoi morrés
sans demorer, ja n'i faurés !
Jou meïsmes vos ocirrai
et de vos deus les ciés prendrai."
S'espee tote nue a prise.
Blanceflor saut, avant s'est mise,
et Flores le reboute arriere :
"N'i morrés pas, fait il, premiere.
Hom sui, si ne doi pas soffrir
que devant moi doiés morir."
Devant se met, le col estent.
Blanceflor par le main le prent :
"Grant tort avés !" Met soi avant,
son col estent tot en plorant.
Cascuns voloit avant morir,
li autres nel pooit soffrir.
Tot cil grant pitié en avoient
qui tel duel faire lor veoient.
Li baron qui les esgardoient
par la sale molt en ploroient.
Ja n'ert mais fais nus jugemens
dont aient pitié tant de gens.
Lors en ot li rois grant pitié
ja soit çou k'ait le cuer irié,
que cascun valt avant salir
por çou que primes veut morir,
et voit tant tristement plorer
de pitié nel puet esgarder.
Quant Blanceflor a esgardee
de la pitié li ciet l'espee.
Cil qui le voient en sont lié,
pleurent de joie et de pitié.
Et li dus qui trova l'anel
l'a esgardé ; molt li fu bel.
Or voit que lius est de parler.
Molt se paine d'elsdelivrer.
Dont en apele les barons :
"Signor, fait il, bien deverons
tot consillier a no signor
de cest plait qu'il fust a s'onor.
<Ce set on bien certeinnement
que morir doivent voirement.
Se touz est fez li jugemenz,
de la merci est més noienz.
Mais de çou qui lor est jugié
me sire ait merci et pitié,
mais que Flores nel çoile mie
que tot son engien ne li die,
comment il entra en la tor
et com il conquist Blanceflor.
Et que dira on s'il l'ocit ?
N'est pas grant los, si com je cuit !
Se il les deux enfans afole,
molt en istra male parole.
Molt vautoir mius, si com j'espoir,
trestot l'engien Flore a savoir
et confaitement il entra
en la tor, et qui l'i aida.
Li rois molt grant pris en aroit,
ce m'est avis, et mius seroit.
Et quant il l'engien en saroit,
contregarder mius s'en porroit.
Ensi fera il s'il est sages."
Tot dient ce seroit damages
se il teus enfans ocioit :
"Laist les aler, se il nos croit !"
Et quant li rois lor los en a,
bel l'en fu, si lor otria
pardon de mort, mais voir en die,
si ciere com il a sa vie
et la vie de Blanceflor,
comment il entra en la tor.
Flores respont : "Voir n'en diroie,
por nul destroit k'avoir en doie,
se ensement ne pardonés,
se sor aus poësté avés,
a tos ceus qui m'i ont aidié
et secourut et consillié."
Li rois s'en est molt coreciés
et dist : "Ja nen iert otroiés
li plais que vos me requerés.
Certes andoi ançoi morrés.
Ja tant n'ere entrepris de plais
que cis otrois vos soit ja fais."
Dont saut uns evesques sor piés,
qui del pardon estoit molt liés,
que on tenoit a forment sage,
si parla oiant le barnage :
"Biaus sire rois, et çou que vaut
se tu l'ocis ? A lui n'en caut !
Fai çou que loent ti baron,
vis m'est que c'est sens et raison.
Flores li enfes ne dist mie
que il soient de ta baillie ;
puet estre gré ne t'en saront
car de ta poësté ne sont.
Mais çou que tu pués pardoner
lor pardone, si fais que ber.
Mieus vaut molt l'enfiens a oïr
que les enfans veoir morir,
car damages seroit molt grant
s'ensi moroient li enfant,
car de lor biauté n'est mesure.
Plus biaus ne fist onques Nature."
Tot escrïent : "Boin est a faire !
Otroie lor, roi deboinaire !"
Ensi prïent trestot merci ;
et quant li rois les a oï,
nes vaut pas contredire tous,
pardone lor, si fait que prous.
Tot li baron l'en mercïerent
et de cel fait molt le loërent.
Molt s'en sont fait li enfant lié.
Flores son conte a commencié
assés haut, que cil de la cort
l'oïrent tot et mu et sort,
et dist comment il a erré
des icel jor que il fu né,
com il l'ama en sa contree,
confaitement li fu emblee.
Le duel qu'il fist lor a conté,
com il issi de son regné
por Blanceflor s'mie querre,
son oirre par mer et par terre,
et com en Babiloine bint,
et com ses ostes cier le tint,
et comment il le consilla,
et comment l'uissier engigna,
com fu portés en la corbeille
(lors tirent tot a grant merveille ;
li rois meïsmes en a ris),
aprés, com il fu entrepris
dedens la tor et abaubis
quant il fu presenté Gloris,
<et com il fu desi que la
que li amiraus les trova.>
Tot a conté, sa raison fine
et humlement le roi encline,
as piés li ciet, merci li crie
por Diu qu'il li renge s'amie,
car se il pert sa drüerie,
dont veut mieus la mort que la vie.
Et li rois a fait molt que prous,
Flore a le main prist voiant tous
et aprés a fait frant francise,
par le main a Blanceflor prise
et Flore par le main reprent.
Aprés a parlé frankement :
"Je vos rent, fait il, vostre amie."
Flores molt forment l'en mercie.
Andoi li sont keü as piés,
a grant joie li ont baisiés.
Li rois les a fait redrecier,
Flore veut faire chevalier.
Des millors armes que il ot
le conrea au mieus qu'il pot.
Aprés, quant l'ot fait chevalier,
mener les fait a un mostier
s'maie li fait espouser.
Aprés fait Gloris demander.
Par le consel de Blanceflor
l'a prise li rois a oissor ;
mais Blanceflor molt li pria,
quant Floris eüe avera
tot l'an, por Diu que ne l'ocie,
ains le tiegne tote sa vie.
Et Flores ausi l'em pria ;
Blanceflor molt grant joie en a.
Et li amirals lor otrie
qu'il le tenra tote sa vie.
Gloris molt grant joie en a fait,
vers Blanceflor adont se trait,
cent fois le baise doucement.
L'amirals par le main le prent,
corone d'or li fait porter
et comme s'oissor honerer.
Quant par la sale fu moustree,
devant sa gent l'a coronee.
Tot li baron de la cité
a la feste sont assanlé.
Cele feste fu molt joïe,
et bele et boine et molt jolie.
Lyons i betent et grans ours,
grant joie i a de jougleours ;
totes manieres d'estrumens
i sonent dehors et dedens.
Molt grant joie i ont demené
cil qui a la feste ont esté.
N'i ot si povre jougleour
quatre mars d'argent n'ait le jour
et boin ronci et un mantel.
Tot s'envoisent et bien et bel.
Flores son boin oste manda
et le portier pas n'oublia.
A tant fu l'aige demandee ;
li cambrelens l'a aportee.
Quant lavé ont, si sont assis.
Li amirals assiet Gloris
dejouste soi comme s'oissor,
d'autre part assiet Blanceflor.
Flores s'assiet joste sa drue ;
tel joie en a quant l'a reüe,
por estre ocis dont nel laissast
que voiant tous ne le baisaist.
Par le palais auquant s'en rïent
et en riant içou li dïent :
"Flores, a cel més vos tenés !
Bien vos fera se vos l'amés !"
La ot feste joieuse et grant ;
bien i servoient li serjant.
Claré portent li boutillier,
n'i ot hanap ne fust d'or mier ;
en boins janas ovrés d'or fin
aportoient claré et vin
et espandent par le maison.
Trestot s'enyvrent li garçon.
Ne saveriés més porpenser
que la ne veïssiés porter,
grues et gantes et hairons,
bistardes, cisnes et paons,
niules, oublees, gibelés
et pastés de vis oiselés ;
et quant il ces pastés brisoient,
li oiselet partot voloient ;
adont veïssiés vos faucons
et ostoirs et esmerillons
et molt grant plenté d'emouskés
voler aprés les oiselés.
La oïssiés les estrumens,
vïeles et encantemens.
Molt demenoient grant baudor
a ceste feste li pluisor.
A tant es vos dis chevaliers
qui aportent a Flore birés.
Devant l'amirail s'aresterent
et lui et Flore salüerent.
De son pere noncent la mort
et de sa mere le duel fort :
"Sire, font il, de par tes homes
les plus vaillans ci venu somes,
que en vostre terre venés.
Tote est en pais, tres bien l'avrés."
Quant Flores ot qu'est mors ses pere,
grant duel en fist, et de sa mere. [...]
Il et s'amie grant duel font.
Vers l'amirail regardé ont,
boinement li ruevent congié,
et il en a son cuer irié
et dist : "Se volés remanoir,
vos arés bien vostre voloir.
Je vos feroie coroner
et riche roiame doner.
Riche roiame vos donroie
et d'or fin vos coroneroie." [...]
Flores dist pas ne remanroit
mais l'amirail du sien donroit
<tant com li rois en velt et plus.
Son bon anel li rent li dus.>
Li amiraus li racata
sa kiere coupe k'aporta,
qu'il l'avoit au portier donee ;
de cent mars d'or l'a racatee.
Flores a son oste apelé,
molt grant avoir li a doné. [...]
Et une riche coupe d'or
qu'il aporta de son tresor
done a s'ostesse Licoris,
et dis mantiaus que vairs que gris.
Cascun de ceus de la maison
dona u paile u siglaton.
Molt boinement a pris congié
et il l'ont trestout convoié,
et l'amirals le convoia,
au departir molt le baisa.
Li enfes Flores s'en revait,
molt riche convoi li ont fait,
molt l'ont baisié et acolé
et a Damlediu commandé.
Et il les a salüé tous
com cil qui ert sages et prous.
Flores s'en va liés et dolans,
une eure liés, l'autre pensans.
Forment li poise de son pere
que il est mors, et de sa mere.
De l'autre part joie mena
de Blanceflor que o soi a.
Oï avés com ert perdue :
tant le quist que Dieus l'a rendue.
Flores s'en va, s'amie en maine.
Tant a erré a quelque paine
qu'en son païs est revenus
et a grant joie receüs.
Tot li baron contre li vinrent,
a l'encontre grant joie firent.
Et la mere de Blanceflor
mena grant joie a icel jor,
car remese ert escaitivee,
dolante, en estrainge contree.
Or est Flores en son païs
a grant joie entre ses amis.
Sa corone li aporterent,
par la flor d'or li presenterent.
Flores se fait crestïener
et aprés a roi coroner.
Por Blanceflor, la soie amie,
mena puis crestiiene vie.
Trois archevesques ot o soi
qui sont de crestiiene loi.
Sa corone li presignierent
et saintement le baptisierent.
Quant il se fu crestiienés,
tos ses barons a apelés,
si lor prie par boine amor
qu'il croient Diu nostre signor
et croient en sainte Marie,
nel laissent pas, coi que nus die,
et si prengent hasteement
por l'amor Diu baptisement.
Trestot si baron li pluisor
se baptisierent a cel jor ;
saciés que peu en demora,
por lor signor qui lor pria.
A baptisier la gent vilaine
dura bien plus d'une semaine.
Qui le baptesme refusoit
ne en Diu croire ne voloit,
Flores les faisoit escorcier,
ardoir en fu u detrencier.
Quant cel regne ot a Diu torné,
Flores a un duc esgardé,
le plus fort et le plus vaillant,
le plus preu et le plus poissant ;
au plus rice duc de s'onor
dona la mere Blanceflor.
Estes le vos bone eüree ;
molt l'a Fortune relevee !
Fortune qui l'ot mis jus
tost le ra relevee sus,
quant sa fille voit coronee,
ele rest duçoise apelee.
A Damlediu grasses en rent
et sel mercie doucement.
Chi genist li contes de Floire.
Dieus nos mece tos en sa gloire !

Chi fine de Floire et de Blanceflor.