100 percent.svg

Le Crépuscule des Nymphes, suivi de Lectures antiques/Le Crépuscule des Nymphes/Introduction

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Slatkine reprints (p. Couv2-6).
PIERRE LOUŸS

ŒUVRES
COMPLÈTES


TOME III

SLATKINE REPRINTS
GENÈVE
1973























Réimpression de l’édition de Paris, 1929-1931







LE CRÉPUSCULE
DES NYMPHES


SUIVIES DE

LECTURES ANTIQUES



INTRODUCTION


On sait qu’Aphrodite fut d’abord une mince plaquette éditée en 1893 sous le titre de “ Chrysis ”. Pendant qu’il ébauchait ainsi son immortel roman, Pierre Louÿs préparait un recueil de sept nouvelles antiques, puisées à la même source limpide, glorifiant les mêmes voluptés, composées avec le même souci d’art et de perfection. En 1893, il publia Lêda à cent vingt-cinq exemplaires. Puis, avec une égale indifférence pour le public, il fit paraître à tirage limité, pour ses amis, Ariane, La Maison sur le Nil, Byblis. La cinquième de ces précieuses nouvelles, Danaë, ne fut même jamais éditée en librairie et ne parut que dans un numéro du Mercure de France. Dès 1894, Pierre Louÿs annonça les deux derniers contes (La Sirène, l’Amour et la Mort d’Hermaphrodite) qui allaient clore cet éblouissant cortège de beautés nues ; ils ne furent jamais composés ; mais la collection d’inédits que nous avons eus sous les yeux nous en a livré le plan et quelques ébauches délicates. Nous les ajoutons aux autres textes du Crépuscule.

Le titre général devait en être tout d’abord l’Heptaméron d’Amarillys, puis Les Sept Douleurs. Enfin, l’auteur qui déjà pensait à un huitième conte de la même source antique, l’Hyacinthe, choisit définitivement Le Crépuscule des Nymphes, qui résume avec tant de bonheur toute la grâce et la troublante mélancolie de ses héroïnes.


LES ÉDITEURS.