Le Devisement du monde (français moderne)/Livre 2/Chapitre 14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Livre 2 - Chapitre 13 Le Devisement du Monde Livre 2 - Chapitre 15


XIV
Comment on célèbre le jour de la naissance du roi.


Les Tartares observent tous la coutume de célébrer avec beaucoup d’honneur le jour de la naissance de leur prince. Celui de la naissance de l’empereur Koubilaï est le 28 de septembre, et il célèbre ce jour avec plus de solennité qu’aucun de toute l’année, excepté les calendes de février, qui est le commencement de l’année. Le roi, au jour de sa naissance, est revêtu d’un habit d’étoffe d’or très précieuse ; tous les courtisans sont aussi habillés le plus magnifiquement qu’ils peuvent ; le roi leur donne à chacun des manteaux d’or de grand prix, et des souliers faits de peau de chameau et cousus de fil d’argent, en sorte que chacun tâche de faire honneur au roi par sa magnificence, chacun des courtisans ayant l’air d’un roi. Cette pompe ne s’observe pas seulement pour le jour de la naissance du roi, mais dans toutes les fêtes que les Tartares célèbrent pendant l’année, et qui sont au nombre de treize, à toutes lesquelles le roi fait présent aux grands de sa cour d’habits précieux enrichis d’or, de perles et d’autres pierres précieuses, de même que des robes et des souliers, comme nous avons déjà dit. Et tous ces habits des courtisans sont de même couleur que celui du roi, C’est aussi une coutume parmi les Tartares que, le jour de la naissance du Grand Khan, les princes et les nobles de son empire envoient des présents à l’empereur ; et ceux qui ont dessein d’obtenir de lui quelque faveur s’adressent à douze barons établis pour cela, dont la réponse est comme si l’empereur même avait répondu. Tous les peuples, de quelque secte qu’ils soient, chrétiens, juifs, mahométans, tartares et autres païens, sont obligés de prier leurs dieux pour la vie, la conservation et la prospérité du Grand Khan.


Livre 2 - Chapitre 13 Le Devisement du Monde Livre 2 - Chapitre 15