Le Devisement du monde (français moderne)/Livre 2/Chapitre 68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Livre 2 - Chapitre 67 Le Devisement du Monde Livre 2 - Chapitre 69


LXVIII
Des villes de Quelinfu et Unquen.


Après avoir fait les six journées dont nous avons parlé, on vient à une ville nommée Quelinfu, qui est grande et considérable, bâtie sur le bord d’une rivière qui passe près des murailles. Il y a sur cette rivière trois ponts de pierre ornés de colonnes de marbre très magnifiques ; ces ponts ont huit pas de largeur et mille de long. Cette ville a en abondance de la soie, du gingembre ; les hommes et les femmes y sont beaux. On y trouve des poules qui ont du poil au lieu de plumes, comme les chats ; leur poil est noir, mais elles pondent de fort bons œufs. Et parce que ce pays-là est rempli de lions, les chemins y sont fort dangereux. À quinze milles de celle ville, on en trouve une autre nommée Unquen ; il croît dans son territoire quantité de sucre, que l’on transporte à la cour du Grand Khan, c’est-à-dire à la ville de Cambalu.


Livre 2 - Chapitre 67 Le Devisement du Monde Livre 2 - Chapitre 69