Le Diable à Paris/Série 4/Pantalons et corsets

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pantalons et corsets
Le Diable à ParisJ. HetzelVolume 4 (p. 136).
PANTALONS ET CORSETS

Au temps des culottes courtes, certains hommes cagneux ou rachitiques imaginèrent un jour qu’il serait très-important pour eux de trouver un moyen de cacher leurs jambes.

Mais les cacher, tandis que les hommes bien faits continueraient à montrer les leurs, cela ne les eût avancés à rien. Sous prétexte de mode, ils amenèrent tout le monde à quitter la culotte courte pour le pantalon.

Les premières femmes qui portèrent des corsets étaient nécessairement des femmes déjetées, contrefaites ou minées par le temps. Cela remettait certaines choses à leur place, et en suppléait quelques autres.

Mais le fin fut d’amener à mettre ces cilices les femmes qui n’en avaient pas besoin, et de déclarer inconvenantes les tentatives de celles qui refusent de s’y soumettre, et qui, au bout de quelque temps, ne peuvent plus en réalité les quitter.

Cela était aussi difficile à amener que si l’on avait publié la chose en ces termes : « De par la mode, les femmes qui ne sont ni bossues ni contrefaites cesseront de manifester cet avantage, et s’arrangeront de manière à ressembler entièrement à celles qui le sont.

« Les hommes qui ont la jambe bien faite feront semblant d’être crochus, cagneux et bancals, pour ne pas humilier plus longtemps la majorité de la nation. »

Mais j’ai beau prêcher, le genre humain a de tout temps été mené par les sots et par les bossus ; il en sera de même jusqu’à la consommation des siècles, ce qui est évident, surtout aujourd’hui que l’on a inventé le gouvernement des majorités.

alphonse karr.

T4 - p136 - pantalons et corsets.png