100%.png

Le Géranium ovipare/Le nain et le cochon sous le crâne du poète

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LE NAIN ET LE COCHON
SOUS LE CRANE DU POÈTE


Horreur que connaissent toutes les femmes enceintes : l’horreur d’être double.
Michelet (La Sorcière).


Cet homme était hagard, cet homme était hispide,
cet homme était poète et cet homme était saoul.
Il était ostrogoth, ou peut-être gépide
et me tint en bavant les propos ci-dessous.

Un nain s’est logé sous mon crâne chauve
avec son petit cochon mauve :
ces deux avortons de Lilliput
gîtent sous mon sinciput ;
ils vivent là tous les deux
tératologiques et hideux.
Oh ! qui me délivrera d’eux ?
Le cochon fouille ma cervelle
grognant, grattant de son gros groin,
pour déterrer comme des truffes
mes concepts métaphysiques
les déterrer comme des truffes !
Et le méchant nain s’en régale

en dépit de Spurzheim et de Gall,
il faut voir comme il s’en régale !
Souriant, l’air amène,
se frottant l’abdomen
il a bouffé mes notions sur le noumène
et mes concepts sur le libre arbitre
dont j’étais fier à si juste titre !
Puis il monte sur son cochon
et pique de falots galops
à califourchon
sur son cochon.
C’est une marche triomphale,
une ruée, une rafale
à travers tout mon encéphale.
Le pourceau
fait des sauts,
le cochon
fait des bonds,
mes circonvolutions
sont en révolution !
La vitesse les grise !
Ils piétinent ma substance grise
et mes méninges ! Ma pauvre pie-
mère, ils en ont fait de la charpie
et c’est bien pis
pour l’arachnoïde et la dure-mère :

elles ne sont plus que souvenir et chimère !
Fils de nain et fils de truie
ils ont détruit
ma glande pituitaire
au delà du pont de Varole.
Oh ! je vous en donne ma parole,
j’aimerais mieux le ver solitaire,
ça ne lèse que l’intestin,
au moins, le ver solitaire !
Horrible, horrible destin !
mes concepts sont le festin
d’un cochon et d’un nain
très peu bénins !…
Et maintenant je n’ai plus d’idées !
Ils me les ont toutes mangées !
Ah ! puisque je n’ai plus d’idées
Seigneur, envoyez-moi la rime
Seigneur, ô par pitié la rime
pour remplacer les idées !
Et puis nettoyez mon pauvre cerveau,
mon docte cerveau
plein d’in-octavo
reliés en veau !

Ayant dit tout cela
cet homme s’en alla !