Mozilla.svg

Le Japon (Gautier)/Les jardins

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
A. et C. Black (p. 40-44).

les jardins

Ce sont des endroits féeriques, dont le dessin ne diffère pas trop de nos jardins européens, mais où la science des couleurs atteint un raffinement extrême, source de délices pour les yeux.

Nous voyons des arbres magnifiques, cèdres, palmiers et bambous. Et puis, tout d’un coup, les mêmes essences en miniatures : cèdres, pins et palmiers, mais qui tiendraient dans une potiche, à côté des arbres fruitiers qui, au printemps, se couvrent de neige blanche ou rosée : citronniers, pêchers, cerisiers. Et le prunier qui fleurit même en hiver, et embaume l’air de ses parfums suaves et pénétrants.


El Japón pg 41.jpg
La fête des lanternes

Çà et là, des frondaisons de pavots, de pivoines, de camélias, de chrysanthèmes, larges comme des assiettes, jettent le visiteur dans le ravissement. Ses yeux lui suffisent à peine pour contempler cette gracieuse débauche de nuances, et son regard erre, enivré, des riches parterres aux frais bassins où s’épanouissent les délicats lotus et vers lesquels les tiges graciles des iris se penchent, mirant dans l’eau leurs larges fleurs jaunes et violettes. Là-bas, au détour d’une allée la silhouette d’une maisonnette s’accusent à travers les arbres. C’est un pavillon de poésie. Par la fenêtre encadrée de glycines, la vue s’étend au loin sur la plaine ; tout près serpente une rivière : c’est là que le maître de maison vient, après ses repas, se reposer, rêvasser, composer des vers ou faire de la musique. Le pavillon est toujours élégamment orné, avec sobriété pourtant : quelques nattes, un arbre nain dans un beau vase, une théière, des pipes, des pinceaux et quelques livres composant d’ordinaire tout l’ameublement.

Les Japonais aiment à égayer leur intérieur des fleurs de leurs jardins et leurs décorations florales sont d’un goût parfait. Cet arrangement n’est toutefois pas le fruit d’un caprice, loin de là. L’art de réunir des fleurs en bouquets est une vraie science qui s’acquiert au prix d’études minutieuses. D’abord, chaque fleur a un sens, et le premier principe est de faire exprimer à une composition florale un sentiment déterminé ; en outre, il ne faut pas violenter la nature ; le second principe consiste donc à mettre en valeur les formes et les tendances de chaque plante ; enfin, il s’agit de ne pas empiéter sur les saisons, il faut éviter les tiges entre-croisées ou parallèles, les couleurs qui contrastent par trop, etc.… Ce raffinement donne des résultats délicieux aussi, que nous ne pouvons juger d’ici, même en contemplant l’œuvre des peintres sur les kakemonos délicats que nos musées ont acquis.