La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/Le Jour du marché

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Le Jour du marché


À la rond’ les v’là qui vienn’nt de dix yieues ;
A’s ont des couéff’s blanch’s, i’s ont des blous’s bleues.
I’s iniss’ le ch’val à l’auberg’ du coin,
Et s’quitt’nt pour aller ousqu’i’s ont besoin.
I’s compt’ront ensembl’les sous empochés…
C’est tous les jeudis le jour du marché.


Refrain

        Moué, j’sés la gaup’ du Bas du Bourg ;
Et, ben hounnêt’ment, sans jamais tricher,
        Pour eun écu, j’dounn’ de l’amour…
C’est itou l’jeudi mon jour de marché !

Quand qu’i’s auront fait monnai’ d’tout’s leu’s graines,
De tout c’blé qu’est né d’leu’s sué’s et d’leu’s peines,

Ces gâs dont les glèb’s dur’s mang’nt la gaieté
S’trouv’ront pris d’un grand besoin d’joyeus’té,
Et, dam’, i’s song’ront tertous à Françouése,
Eux qui n’ont d’l’amour qu’aux bras d’eun pauv’er
Toujou’s grousse ou ben en train d’éccoucher…
C’est tous les jeudis le jour du marché !

 
Dans la p’quitt’ ruelle où qu’i’s sav’nt que j’gite
I’s s’en vienront m’fèr’ l’hounneur d’eun’ visite :
Plan, plan, rataplan ! dans mes cont’ervents !
Boum, boum, badaboum ! dessus mon lit blanc !
Et j’s’rai l’four banal qui dounn’ tout’s les s’maines
Eun’ fourné’ d’amour aux bons marchands d’graines
Qu’ont cheux eux un four qu’est toujou’s bouché…
C’est tous les jeudis le jour du marché.

 
Comme i’s vend’nt leu’blé, comme a vend’nt leu’ beurre,
J’leu’vends des mamours qui dur’nt un quart d’heure.
Tous les mangeux d’pain n’ont pas l’mal-parler
Pour les marchands d’grain’s qui leu’ vend’nt du blé ;
Pourquoi don’, à c’cas, qu’tous les marchands d’graines
M’jett’nt à qui mieux mieux des piarr’s à mains pleines

À moué qui leu’ vends ça qu’i’s viennent charcher ?
C’est tous les jeudis le jour du marché.


Dernier refrain

        Moué, j’sés la Francouése à tout le monde !
Pisque c’est comm’ ça, pourquoé m’en cacher ?
        J’lou mes yeux doux et ma chair blonde.
C’est itou l’jeudi mon jour de marché.