Le Luth abandonné

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

AnonymeJean Polonius

Le Luth abandonné



 
Enfant mélodieux de la belle Italie,
          Que fais-tu dans ces bois ?
Ne te souvient-il plus de la douce magie
          De tes sons d'autrefois ?

Qu'as-tu fait des accords dont tu charmais naguère
          Les pâtres de l'Arno,
Ou que tu mariais à la danse légère
          Des vierges du Lido ?

Réveille-toi, beau luth ! entends du pin sauvage
          Frissonner les rameaux,
Et l'écureuil folâtre agiter le feuillage
          De ces jeunes ormeaux.
 
Entends l'insecte ailé frémir dans la verdure,
          Et le ramier gémir,
Et, toutes de concert, les voix de la nature
          Se confondre et s'unir.

Seul, tu restes sans voix ; et le vent qui s'exhale
          De la cime des ifs,
A peine de ton sein tire par intervalle
          Quelques sons fugitifs.

Le lierre chaque jour t'enlace de verdure,
          Et ses nœuds étouffants
Par degrés chaque jour éteignent le murmure
          De tes derniers accents.

Ah ! si la main de l'art, si les doigts d'une femme
          Ranimaient tes concerts,
Avant que pour jamais les restes de ton âme
          S'envolent dans les airs ;

On entendrait encore une douce harmonie
          S'échapper de ton sein,
Et l'oiseau de ces bois , contre ta mélodie ,
          Ne lutterait qu'en vain.

Mais tu meurs solitaire, et tes sons dans l'espace
          Bientôt seront perdus :
Au toucher caressant de la brise qui passe
          Tu ne répondras plus !...

Pauvre luth ! comme toi, du fond de ma retraite
          J'implore chaque jour
Une main qui réveille en mon âme muette
          La corde de l'amour.

Oh ! comme au seul toucher de cette main chérie
          Tous mes sens frémiraient.
Quels sublimes accords, quels fleuves d'harmonie
          De mon cœur jailliraient !
 
Il est, il est en moi des pensers que j'ignore,
          Et qui, jusqu'à ce jour,
Endormis et caches, n'attendent pour éclore
          Qu'un souffle de l'Amour.

Mais, pareils à l'enfant que le trépas réclame
          Encore en son berceau ,
Dans leur germe étouffés, ils meurent... et mon âme
          Est son propre tombeau.

Hélas ! dans la tristesse et la monotonie
          J'unis les jours aux jours ;
Et les jours, et les mois, et les ans, et la vie,
          S'écoulent pour toujours.

Au bout de l'horizon je porte en vain la vue,
          Je pousse en vain le temps ;
Nul signe à l'horizon n'annonce la venue
          De celle que j'attends !

Etre selon mon cœur, hâte-toi, l'heure presse ;
          Viens, si tu dois venir.
Hâte-toi ; chaque jour enlève à ma jeunesse
          Ce qu'elle a d'avenir.

Si tu tardes encore, ma dernière espérance
          Aura fui sans retour ;
J'aurai vu dans mon cœur se briser en silence
          La corde de l'Amour.

Alors, alors eu vain tu tâcheras encore
          D'en tirer un soupir ;
Il ne répondra pas, et celui qui t'implore
          N'aura plus qu'à mourir !...