Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Ô sombre aveuglement du jugement humain »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

<poem>

Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 35).
XXII.


O sombre aveuglement du jugement humain :
Le cors devers sa fin à toute heure balance
A toute heure la mort cite en derniere instance,
Et nous osons promettre un ferme lendemain ;

Autant comme se peut de nostre àge incertain
Estendre le passage, autant par esperance
Nous nous en promettons, & n'est telle puissance
Qui des ambicieus refrene le dessein.

O sottize du monde, ô vanité des hommes
Plus voisins du tombeau de jour en jour nous sommes,
Et chaque heure nous pousse au lieu ds trespassez.

Nous vivons pour mourir, & sur le point extreme
De la mort de ce cors, & quant nous mourons mesme
Mal-heureus avortons rien ne nous semble assez.