Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Ce monde composé d’un discordant accort »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 31).
XIII.


Ce monde composé d’un discordant accort
Fait toute chose humaine aller à son contraire,
Et sous le mouvement du monde elementaire
Il n’est rien de certain que le coup de la mort.

La mort passe par tout, dez l’oëst jusqu’au Nort
Des le Sus jusqu’à l’Est, le meurdrier sanguinaire
Fuit ainsi le meurdrier, & ne scauroit on faire
Qu’apres un long voyage on n’anchre dans le port.

Plaindre le trespacé que la terre consomme
Cest se plaindre, & douloir que Dieu l’avoit fait homme
Sujet à faire un saut qu’on ne peut eviter :

Haste toy donc de vivre, & si tu as envie
Quant ton heure viendra de ne tespouvanter,
Pense qu’autant de jours, autant te sont de vie.