Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« L’on ne s’estonne point que la mort sommeilleuse »

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 298).

CCCXX.


L'on ne s'estonne point que la mort sommeilleuse
Ensuive au jour luisant, & que les hommes las
Prennent dedans leut lit quelque peu de soulas
Quand le soir a vestu sa robbe tenebreuse

L'homme ne doit aussi quand la mort ombrageuse
Esprouve dessus nous les violens fracas
De ses trais meurtrissans, en faire plus de cas
Que s'il venoit à naistre en la terre outrageuse

Le naistre & le mourir à tous est naturel
Et n'y a rien ca bas qui ne soit temporel
Que la fuitte des ans incontinent devore

Celuy la le savoit qui des siens asseuré
De la mort de son fils au combat demeuré
Je l'avoy fait mortel respond Anaxagore.