Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Ou sont des grands Seigneurs les robes Consulaires »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 35).
XXI.


Ou sont des grands Seigneurs les robes Consulaires
Les Augurs, & Tribuns, qu’un long deportement
La honte, l’infamie, & le bannissement
N’ait fait le tourne-dos des tourbes populaires ?

Ou sont des Empereurs les pompes militaires,
Que du tems ravisseur l’assidu mouvement
N’aye en fin renversé depuis le fondement,
Changeant comme il luy plait le cour de nos affaires ?

Ou sont les grands thresors que la honteuse faim
Pas à pas ne talonne ? ou l’homme tant hautain
Que ne soit en tout tems à la mort redevable ?

Et puis tu dis, mortel, que tu ne pensois pas
Devoir si tost mourir, tu serois excusable
Si DIEU t’avait cotté l'heure de ton trespas.