Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Quant tu coules et fons en plaisir et richesse »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 65).
LXXXII.


Quant tu coules, et fons en plaisir, et richesse
D'ou pourrois je scavoir de quelle fermeté
Tu soustiendrois la peine, ou bien la pauvreté
Qui la maigre famille eternellemebt presse ?

Quand du peuple insconstant, la faveur tromperesse
Te sourit, t'applaudit, te suit de tout costé :
D'où pourrais je scavoir de quelle majesté
Tu voudrois rebouscher sa haine, & sa rudesse ?

Nostre calamité est une occasion
D'exercer la vertu, & la division
Et de l'ame & du cors demonstre quel nous sommes.

Le meschant ne scauroit mourir honnestement,
Ny le juste finir ses jours honteusement,
Communement la mort est le juge des hommes.