Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Si j’ay crain autre-fois, homme pusillanime »

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 147).

CLVI.


Si j'ay crain autre-fois, homme pusillanime
Le courrous de la mort, helas ! j'estois charnel
Sujet à passion, or je ne suis plus tel
Le Seigneur par la foy en mon ame s'imprime

Le Seigneur par la foy me conjoint & s'ublime
A sa divinité, qui me rend immortel,
Et purgeant de son sanc le crime originel
De l'esprit d'innocence au baptesme m'anime

Je t'embrasse, mon DIEU, ah! mon DIEU, je le croy
Que mon salut sera avancé par la foy
Pourveu qu'ne bien croyant ta volonté je suive

Je t'embrasse, ô mon DIEU, & quand le froid trespas
Ceste masse de chair renversera la bas
Fait que malgré la mort ma foy demeure vive.