Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Viellart qui longuement as courru ceste vie »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 36).
XXIIII.


Viellart qui longuement as couru ceste vie
Or sus racconte moy combien t'en à osté
Ton chiche creancier, combien d'autre costé
De tes haineus couvers l'injurieuse envie :

Dis moy semblablement combien t'en à ravie
Ta femme rioteuse, ou l'amis enrouté
Dans un lac de misere, ou l'ennui degousté
Les soupcons, ou la peur de tristesse suivie ?

Combien le chastiment des fils, & des valets
Combien l'Art de la Court, ou celuy du palais :
En fin tu treuveras que durant ton voyage

Ce que tu as vescu, est le plus court de tous
Ne vivant qu'a demy, puisque le sommeil dous
Ravit incontinant la moitié de noste àge.