Le Monument de Marceline Desbordes-Valmore/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche



D. Vint’ d’Osier à Marceline Desbordes-Valmore


M Min bon viux patois douaisien,
A Arot biau vanter chell’poete,
R Rapp’ler s’mémoire à son d’trompette ;
C Cha n’sarot fair’ ni ma, ni bien.
E Ejou, pour cha, qui n’faut rien dire ?
L Lijez-me, sans d’avanche in rire :
I Inter gins savants, gins d’esprit,
N Naïf s’ra pris min pauve écrit.
E Et, malgré tout, j’ai l’mauvais’ tiete,

D Dins ch’tas, d’offrir un bouquet d’fiète.
E Elle-même, in patois désolé,
S Su chés pauvers gins, a parlé !
B Bonté, pitié, ch’est l’fond de s’ n’àme.
O Oh ! qu’il est temps qu’Douai ll’acclame !
R Reine aujord’hui, poète hier,
D Décidémint, chacun est fier,
E Ed’ li dire, in l’traitant d’souv’raine :
S Salut, Poète et Douaisienne !

V Va, cros-le, toudis, dins l’av’nir,
A Au fond d’nous vivra tin souv’nir !
L L’attach’mint sûr à t’vill’ natale,
M Mélé dins t’not’ sintimintale,
O Ouve el’ porte à ch’tiot complimint.
R Récit n’ s’ra fait pus sincèr’mint.
E Et v’là m’pierre à tin monumint !


Juillet 1896. D. Vint’ d’Osier.