Le Parnasse contemporain/1866/Bouquet d’un absent

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveauxAlphonse Lemerre [Slatkine Reprints]I. 1866 (p. 197-198).


BOUQUET D’UN ABSENT


A Madame X***


Il est de tristes fleurs qui fleurissent fanées,
Aux crevasses des murs, sur les tours ruinées ;
Le soleil les accable, et le vent orageux
Les déchire, cruel comme nous dans ses jeux.
On les voit cependant, qui se pressent d’éclore,
Comme si dans leur sein devait pleurer l’aurore ;
Comme si la bergère, en l’effeuillant, un jour,
Y devait consulter l’oracle de l’amour !
Car, tout suit une loi fatale ; que l’on boive

Le nectar ou l’absynthe, hélas ! que l’on reçoive
Le jour comme un bienfait ou comme un châtiment,
Il faut naître, il faut vivre… il n’importe comment !

Ainsi, mes pauvres vers, floraison languissante,
Entr’ouvrant leur calice à la rosée absente,
Sous les coups de l’orage, au sifflement moqueur,
S’obstinent à jaillir des fentes de mon cœur ;
Dans l’espoir qu’attendrie à je ne sais quel charme,
Vous leur pourrez donner l’aumône d’une larme,
Et que, même à la fête où l’on vous aime tant,
Votre grâce en fera sa parure un instant…
Tout meurtris, laissez-les vous chercher et vous suivre,
Et qu’ils meurent du moins… comme je voudrais vivre
Ou si, par un miracle, on les voit refleurir,
Qu’ils vivent à vos pieds… comme on voudrait mourir !