Le Parnasse contemporain/1869/Le Dernier Salut

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le Parnasse contemporainAlphonse Lemerre [Slatkine Reprints]II. 1869-1871 (p. 319-320).


LE DERNIER SALUT


Vivant, cet homme était une âme basse & vile :
Il avait insulté, calomnié, menti,
Vendu sa conscience & trahi son parti ;
Ses mains gardaient le sang de la guerre civile.

Rien n’avait fatigué sa lâcheté servile.
Le mépris sur son nom s’était apesanti,
Et, debout sous la honte, il n’avait rien senti.
Nul ne saluait plus l’infâme par la ville.

Dans l’ombre s’est éteint le sinistre vieillard ;
Là-bas furtivement s’enfuit le corbillard :
Pas un ami ne suit sa mémoire abhorrée.


Mais, — ô respect des morts, culte grave & profond ! —
Au milieu des saluts la dépouille ignorée
S’avance, & les plus purs se découvrent le front !