Le Parnasse contemporain/1869/Le Disciple

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveauxSlatkine ReprintsII. 1869-1871 (p. 84-85).


III

LE DISCIPLE


Le Bouddha rêve, ayant dans ses mains ses orteils.

Pourna dit : « Les esprits affranchis sont pareils
Au libre vent du nord dans le ciel sans nuage !
Grimpant les rocs, passant les fleuves à la nage,
Aux peuples très-lointains des bords très-reculés,
Pour qu’ils soient délivrés et qu’ils soient consolés,
Maître, j’apporterai ton dogme secourable.

— Si ces peuples, répond le Bouddha vénérable,
T’outragent, ô disciple aimé, que diras-tu ?

— Ces peuples sont doués, dirai-je, de vertu,
Car ils n’ont point jeté de sable à mes paupières,
Et, doux, ne m’ont frappé ni des mains ni de pierres.

— Mais s’ils t’osent frapper de pierres ou des mains ?

— Ces peuples sont très-bons, dirai-je, et très-humains,
Car leurs mains à lancer des pierres occupées
N’ont point levé sur moi de bâtons ni d’épées.

— Mais si leur fer t’atteint ?


— Mais si leur fer t’atteint ? — Je dirai : Qu’ils sont doux
De frapper sans me faire expirer sous les coups !

— Mais si tu meurs ?

— Mais si tu meurs ? — Heureux ceux qui cessent de vivre !

— C’est bien, dit le Bouddha. Va, console, & délivre. »