Le Parnasse contemporain/1876/Néant peuplé

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveauxSlatkine ReprintsIII. 1876 (p. 387).




JOSÉPHIN SOULARY

————


NÉANT PEUPLÉ


L’immensité t’écrase, — impasse
Dont les sphères sont l’horizon ;
Regarde à tes pieds, ô Raison !
Les cieux sont hauts, ta vue est basse.

Vois ! pour l’humble ciron qui passe,
L’univers est fait d’un gazon ;
Une heure écoule une saison ;
Le point lui-même est un espace.

De ces infiniment petits,
Les impalpables sont sortis,
Les invisibles vont éclore.

Le rien se meut ; descends toujours…
« O terreurs ! dis-tu, c’est encore
L’immensité, mais à rebours ! »