100%.png

Le Piccinino/Chapitre 05

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  IV.
VI.  ►

V.

LE CASINO.

« Eh bien, dit Pier-Angelo, tu ne m’aides point ? Tu te laisses servir par ton père et tu restes les bras croisés ? Au moins, tu vas te donner la peine de boire et de manger toi-même ?

― Pardon, cher père, vous me paraissez faire les honneurs de la maison avec une aisance que j’admire, mais que je n’oserais pas imiter. Il me semble que vous êtes ici comme chez vous.

― J’y suis mieux que chez moi, répondit Pierre en mordant une aile de volaille et en présentant l’autre aile à son fils. Ne compte pas que je te ferai faire souvent de pareils soupers. Mais profite de celui-ci sans mauvaise honte ; je t’ai dit que le majordome m’y avait autorisé.

― Le majordome n’est qu’un premier domestique qui gaspille comme les autres, et qui invite ses amis à prendre ses aises aux frais de sa patronne. Pardon, mon père, mais ce souper me répugne ; tout mon appétit s’en va, à l’idée que nous volons le souper de la princesse ; car ces assiettes du Japon chargées de mets succulents n’étaient pas destinées pour notre bouche, ni même pour celle de monsieur le majordome.

― Eh bien, s’il faut te le dire, c’est vrai ; mais c’est la princesse elle-même qui m’a commandé de manger son souper, parce qu’elle n’a pas faim ce soir et qu’elle a supposé que tu aurais quelque répugnance à souper avec ses gens.

― Voilà une princesse d’une étrange bonté, dit Michel, et d’une exquise délicatesse à mon égard ! J’avoue que je n’aimerais pas à manger avec ses laquais. Pourtant, mon père, si vous le faites, si c’est l’habitude de la maison et une nécessité de ma position nouvelle, je ne serai pas plus délicat que vous, je m’y accoutumerai. Mais comment cette princesse a-t-elle songé à m’épargner, pour ce soir, ce petit désagrément ?

― C’est que je lui ai parlé de toi. Comme elle s’intéresse à moi particulièrement, elle m’a fait beaucoup de questions sur ton compte, et, en apprenant que tu étais un artiste, elle m’a déclaré qu’elle te traiterait en artiste, qu’elle te trouverait dans sa maison une besogne d’artiste, enfin qu’on y aurait pour toi tous les égards que tu pourrais souhaiter.

― C’est là une dame bien libérale et bien généreuse, reprit Michel en soupirant, mais je n’abuserai pas de sa bonté. Je rougirais d’être traité comme un artiste, à côté de mon père l’artisan. Non, non, je suis artisan moi-même, rien de plus et rien de moins. Je veux être traité comme mes pareils, et, si je mange ici ce soir, je veux manger demain où mangera mon père.

― C’est bien, Michel ; ce sont là de nobles sentiments. À ta santé ! Ce vin de Syracuse me donne du cœur et me fait paraître le cardinal aussi peu redoutable qu’une momie ! Mais que regardes-tu ainsi ?

― Il me semble voir ce rideau s’agiter à chaque instant derrière le vitrage. Il y a là certainement quelque domestique curieux qui nous voit de mauvais œil manger un si bon souper à sa place. Ah ! ce sera désagréable d’avoir des relations de tous les instants avec ces gens-là ! Il faut les ménager, sans doute, car ils peuvent nous desservir auprès de leurs maîtres et priver d’une bonne pratique un honnête ouvrier qui leur déplaît.

― C’est vrai, en général, mais ici ce n’est point à craindre ; j’ai la confiance de la princesse ; je traite avec elle directement et sans recevoir d’ordres du majordome. Et puis, elle n’est servie que par d’honnêtes gens. Allons, mange tranquille et ne regarde pas toujours ce rideau agité par le vent.

― Je vous assure, mon père, que ce n’est pas le vent, à moins que Zéphyre n’ait une jolie petite main blanche avec un diamant au doigt.

― En ce cas, c’est la première femme de chambre de la princesse. Elle m’aura entendu dire à sa maîtresse que tu étais un joli garçon, et elle est curieuse de te voir. Place-toi bien de ce côté, afin qu’elle puisse satisfaire sa fantaisie.

― Mon père, je suis plus pressé d’aller voir Mila que d’être vu par madame la première femme de chambre de céans. Me voilà rassasié, partons.

― Je ne partirai pas sans avoir encore une fois demandé du cœur et des jambes à ce bon vin. Trinque avec moi de nouveau, Michel ! je suis si heureux de me trouver avec toi, que je me griserais si j’en avais le temps !

― Moi aussi, mon père, je suis heureux ; mais je le serai encore plus quand nous serons chez nous auprès de ma sœur. Je ne me sens pas aussi à l’aise que vous dans ce palais mystérieux : il me semble que j’y suis épié, ou que j’y effraie quelqu’un. Il y a ici un silence et un isolement qui ne me semblent pas naturels. On n’y marche pas, on ne s’y montre pas comme ailleurs. Nous y sommes furtivement, et c’est furtivement aussi qu’on nous y observe. Partout ailleurs je casserais une vitre pour regarder ce qu’il y a derrière ce rideau… et tout à l’heure, dans la galerie, j’ai eu une émotion terrible : j’ai été réveillé par un cri tel que je n’en ai jamais entendu de pareil.

― Un cri, vraiment ? comment se fait-il qu’étant peu éloigné, dans cette partie du palais, je n’aie rien entendu ? Tu auras rêvé !

― Non ! non ! je l’ai entendu deux fois ; un cri faible, il est vrai, mais si nerveux et si étrange que le cœur me bat quand j’y songe.

― Ah ! voilà bien ton esprit romanesque ! À la bonne heure, Michel, je te reconnais ; cela me fait plaisir, car je craignais que tu ne fusses devenu trop raisonnable. Cependant je suis fâché pour ton aventure d’être forcé de te dire ce que j’en pense : c’est que la première femme de chambre de Son Altesse aura vu une araignée ou une souris, en passant dans un des couloirs qui longent le plafond de la grande galerie de peinture. Toutes les fois qu’elle voit une de ces bestioles, elle fait des cris affreux, et je me permets de me moquer d’elle. »

Cette explication prosaïque contraria un peu le jeune artiste. Il entraîna son père, qui penchait à s’oublier à l’endroit du vin de Syracuse, et, une demi-heure après, il était dans les bras de sa sœur.

Dès le lendemain, Michel-Ange Lavoratori était installé avec son père au palais de Palmarosa, pour y travailler assidûment le reste de la semaine. Il s’agissait de décorer une immense salle de bal construite en bois et en toile pour la circonstance, attenant au péristyle de cette belle villa, et ouvrant de tous côtés sur les jardins. Voici à propos de quoi la princesse, ordinairement très-retirée du monde, donnait cette fête splendide, à laquelle devaient prendre part tous les riches et nobles habitants de Catane et des villas environnantes.

Tous les ans, la haute société de cette contrée se réunissait pour donner un bal par souscription au profit des pauvres, et chaque personnage, propriétaire d’un vaste local, soit à la ville, soit à la campagne, prêtait son palais et faisait même une partie des frais de la fête quand sa fortune le lui permettait.

Quoique la princesse fût fort charitable, son goût pour la retraite lui avait fait différer d’offrir son palais ; mais enfin son tour était venu ; elle avait pris magnifiquement son parti en se chargeant de tous les frais du bal, tant pour le décor de la salle que pour le souper, la musique etc. Moyennant cette largesse, la somme des pauvres promettait d’être fort ronde, et la villa Palmarosa étant la plus belle résidence du pays, la réception étant organisée d’une manière splendide, cette fête devait être la plus éclatante qu’on eût encore vue.

La maison était donc pleine d’ouvriers qui travaillaient depuis quinze jours à la salle du bal, sous la direction du majordome Barbagallo, homme très-entendu dans cette partie, et sous l’influence très-prépondérante de maître Pier-Angelo Lavoratori, dont le goût et l’habileté étaient avérés et fort prisés déjà dans tout le pays.

Le premier jour, Michel, fidèle à sa parole et résigné à son sort, fit des guirlandes et des arabesques avec son père et les apprentis employés par lui ; mais là se borna son épreuve ; car, dès le lendemain, Pier-Angelo lui annonça que la princesse lui confiait le soin de peindre des figures allégoriques sur le plafond et les parois de toile de la salle. On lui laissait le choix et la dimension des sujets ; on lui fournissait tous les matériaux ; on l’invitait seulement à se dépêcher et à avoir confiance en lui-même. Cette œuvre ne demandait pas le soin et le fini d’une œuvre durable ; mais elle ouvrait carrière à son imagination ; et, quand il se vit en possession de ce vaste emplacement où il était libre de jeter ses fantaisies à pleines mains, il eut un instant de véritable transport, et il se retrouva plus enivré que jamais de sa destinée d’artiste.

Ce qui acheva de l’enthousiasmer pour cette tâche, c’est que la princesse lui faisait savoir par son père que, si sa composition était seulement passable, elle lui serait comptée comme servant à l’acquittement de la somme prêtée pour lui à Pier-Angelo ; mais que, si elle obtenait les éloges des connaisseurs, elle lui serait payée le double.

Ainsi, Michel allait redevenir libre à coup sûr, et peut-être riche pour un an encore, s’il faisait preuve de talent.

Une seule terreur, mais bien grande, vint refroidir sa joie : le jour du bal était fixé, et il n’était pas au pouvoir de la princesse de le reculer. Huit jours restaient, rien que huit jours ! Pour un décorateur exercé c’en est assez, mais pour Michel, qui n’avait pas encore taillé en grand dans cette partie, et qui ne pouvait se défendre d’y porter un vif amour-propre, c’était si peu qu’il en avait une sueur froide rien que d’y songer.

Heureusement pour lui, ayant travaillé dans son enfance avec son père, et l’ayant vu travailler mille fois depuis, les procédés de la détrempe lui étaient familiers, ainsi que la géométrie des ornements ; mais, quand il voulut choisir ses sujets, il fut assailli par la surabondance de ses fantaisies, et la prodigalité de son imagination le mit à la torture. Il passa deux nuits à dessiner ses compositions, et tout le jour sur son échafaud pour les adapter au local. Il ne songea ni à dormir, ni à manger, ni même à renouer très-ample connaissance avec sa jeune sœur, tant qu’il ne fut pas fixé. Enfin, il arrêta son sujet et il s’en alla au milieu du parc, où sa toile de ciel, longue de cent palmes, était étendue dans le parvis d’une ancienne chapelle en ruines. Là, aidé de quelques bons apprentis, qui lui présentaient ses couleurs toutes prêtes, et marchant, pieds nus, sur son firmament mythologique, il demanda aux muses de donner à sa main tremblante l’expérience et la maestria nécessaires ; puis, enfin, armé d’un pinceau gigantesque, qu’on eût bien pu qualifier de balai, il esquissa son Olympe et travailla avec tant de fougue et d’espérance, que, deux jours avant le bal, les toiles se trouvèrent prêtes à être mises en place.

Il fallut encore assister à leur installation et refaire quelques parties endommagées nécessairement par cette opération. Enfin, il lui fallut aussi aider à son père, qui, ayant été retardé par lui, avait encore beaucoup de bordures de lambris et de corniches à rajuster.

Ces huit jours passèrent comme un rêve pour Michel, et le peu d’instants de repos qu’il se permit lui parurent délicieux. La villa était admirable au dedans comme au dehors. Les jardins et le parc donnaient une idée du paradis terrestre. La nature est si féconde dans cette contrée, les fleurs si belles et si suaves, la végétation si splendide, les eaux si claires et si courantes, que l’art a bien peu de chose à faire pour créer des lieux de délices autour des palais. Ce n’est pas que, çà et là, des blocs de lave et des plaines de cendres n’offrent l’image de la désolation à côté de l’Élysée. Mais ces horreurs ajoutent au charme des oasis qu’a épargnées le passage des feux volcaniques.

La villa Palmarosa, située à mi-côte d’une colline qui présentait son élévation ardue aux ravages de l’Etna, subsistait depuis des siècles au milieu des continuels désastres qu’elle avait pu tranquillement contempler. Le palais était fort ancien, et d’une architecture élégante, empruntée au goût sarrasin. La salle de bal, qui enveloppait maintenant les premiers plans de sa façade, offrait un contraste étrange avec la couleur sombre et les ornements sérieux des plans élevés. À l’intérieur, le contraste était plus frappant encore. Tandis que tout était bruit et confusion au rez-de-chaussée, tout était calme, ordre et mystère à l’étage le plus élevé, habité par la princesse. Michel pénétrait dans cette partie réservée, à l’heure de ses repas, car le petit office vitré, où il avait soupé le premier jour avec son père, lui fut réservé comme par une gracieuseté spéciale et mystérieuse. Ils y étaient toujours seuls, et, si le rideau s’agita encore, ce fut d’une manière si peu sensible que Michel ne put être certain d’avoir inspiré une passion romanesque à madame la première femme de chambre.

Le palais étant adossé au rocher, des appartements de la princesse, on entrait de plain-pied sur des terrasses ornées de fleurs et de jets d’eau, et même on pouvait, en descendant un escalier étroit, hardiment taillé dans la lave, aller gagner le parc et la campagne. Michel pénétra une fois dans ces parterres babyloniens suspendus au-dessus d’un ravin effroyable. Il vit les fenêtres du boudoir de la princesse, qui se trouvait à deux cents pieds plus haut que l’entrée principale du palais, et d’où elle pouvait aller se promener sans descendre une seule marche. Tant de hardiesse et de délices dans le plan d’une habitation lui donna le vertige au physique et au moral. Mais il ne vit jamais la reine de ce séjour enchanté. Aux heures où il montait chez elle, elle faisait la sieste ou recevait des visites d’intimité dans les salons du second étage.

Cet usage sicilien d’habiter l’étage le plus élevé, pour y jouir de la fraîcheur et du repos, est commun à plusieurs villes d’Italie. Ces appartements réservés, petits et tranquilles, s’appellent quelquefois le Casino, et grâce à leur jardin particulier, forment comme une habitation distincte au-dessus du palais. Celui dont nous parlons reculait sur la façade et sur les côtés, de toute la largeur d’une vaste terrasse, et se trouvait ainsi caché et comme isolé. Sur l’autre face, il formait, au niveau du parterre, un étage unique, puisque la masse de l’édifice inférieur était adossée au rocher. On eût dit, de ce côté, qu’une coulée de laves était venue s’adosser et se figer contre le palais, dont elle aurait envahi toute une face jusqu’au pied du Casino. Mais la construction de cette villa avait été ainsi conçue pour échapper au danger de nouvelles éruptions. À la voir, du côté de l’Etna on l’eût prise pour un léger pavillon planté à la cime d’un rocher. Ce n’est qu’en tournant cette masse de déjections volcaniques qu’on découvrait un palais splendide, composé de trois grands corps superposés, et gravissant la colline à reculons.

En d’autres circonstances, Michel eût été fort curieux de savoir si cette dame, qu’on disait belle et bonne, était, par droit de poésie, bien digne d’habiter une si noble demeure ; mais son imagination, absorbée par le travail brûlant avec lequel on l’avait mise aux prises, ne s’occupa guère d’autre chose.

Il se sentait si fatigué lorsqu’il abandonnait un instant son rude pinceau, qu’il était forcé de lutter contre le sommeil pour ne pas prolonger sa sieste au delà d’une demi-heure. Il craignait même tellement de voir ses compagnons se refroidir, qu’il allait en cachette prendre cet instant de repos dans la galerie de peinture, où son père l’enfermait, et où il semblait que personne ne mît jamais les pieds. Deux ou trois fois, il n’eut pas le courage d’aller passer la nuit jusqu’au faubourg de Catane, où sa maison était pourtant une des premières sur le chemin de la villa, et il consentit à ce que son père lui fit donner un lit dans le palais. Lorsqu’il se retrouvait dans la misérable demeure où Mila fleurissait comme une rose sous un châssis, il ne voyait et ne comprenait rien à ce qui se passait dans son intérieur. Il se bornait à embrasser sa sœur, à lui dire qu’il était heureux de la voir, et il n’avait pas le temps de l’examiner et de causer avec elle.

Enfin, la veille de la fête se trouva un dimanche. Il n’y avait plus qu’un dernier coup d’œil et de main à donner aux travaux ; la journée du lundi devait suffire, et, d’ailleurs, dans ce pays de dévotion ardente, il ne faut pas songer à l’art le jour du repos.

Michel ne s’intéressait à rien qu’à ses toiles, et son père fut forcé d’insister beaucoup pour qu’il allât prendre l’air. Il se décida enfin à faire un peu de toilette et à parcourir la ville après avoir mené Mila aux offices du soir. Il prit vite connaissance des églises, des places et des édifices principaux. Enfin son père le présenta à quelques-uns de ses amis et de ses parents, qui lui firent bon accueil, et avec lesquels il s’efforça d’être aimable. Mais la différence de ce milieu avec celui qu’il avait fréquenté à Rome le rendit triste malgré lui, et il se retira de bonne heure, aspirant au lendemain ; car, en présence de son ouvrage et sous le prestige de la belle résidence, où il travaillait, il oubliait qu’il était peuple pour se souvenir seulement qu’il était artiste.

Enfin arriva ce jour d’espoir et de crainte où Michel devait voir son œuvre applaudie ou raillée par l’élite de la société sicilienne.