Le Poème du Jardin des Plantes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L’Art d’être grand-pèreCalmann-Lévy, éditeurs (p. 63-108).

I.[modifier]

 
Le comte de Buffon fut bonhomme, il créa
Ce jardin imité d’Évandre et de Rhéa
Et plein d’ours plus savants que ceux de la Sorbonne,
Afin que Jeanne y puisse aller avec sa bonne ;

Buffon avait prévu Jeanne, et je lui sais gré
De s’être dit qu’un jour Paris un peu tigré,
Complétant ses bourgeois par une variante,
La bête, enchanterait cette âme souriante ;
Les enfants ont des yeux si profonds, que parfois
Ils cherchent vaguement la vision des bois ;
Et Buffon paternel, c’est ainsi qu’il rachète
Sa phrase sur laquelle a traîné sa manchette,
Pour les marmots, de qui les anges sont jaloux,
A fait ce paradis suave, orné de loups.

J’approuve ce Buffon. Les enfants, purs visages,
Regardent l’invisible, et songent, et les sages
Tâchent toujours de plaire à quelqu’un de rêveur.

L’été dans ce jardin montre de la ferveur ;
C’est un éden où juin rayonne, où les fleurs luisent,
Où l’ours bougonne, et Jeanne et Georges m’y conduisent.
C’est du vaste univers un raccourci complet.
Je vais dans ce jardin parce que cela plaît
À Jeanne, et que je suis contre elle sans défense.
J’y vais étudier deux gouffres, Dieu, l’enfance,
Le tremblant nouveau-né, le créateur flagrant,
L’infiniment charmant et l’infiniment grand,
La même chose au fond ; car c’est la même flamme
Qui sort de l’astre immense et de la petite âme.



Je contemple, au milieu des arbres de Buffon,
Le bison trop bourru, le babouin trop bouffon,
Des bosses, des laideurs, des formes peu choisies,
Et j’apprends à passer à Dieu ses fantaisies.
Dieu, n’en déplaise au prêtre, au bonze, au caloyer,
Est capable de tout, lui qui fait balayer
Le bon goût, ce ruisseau, par Nisard, ce concierge,
Livre au singe excessif la forêt, cette vierge,
Et permet à Dupin de ressembler aux chiens.
(Pauvres chiens !) — Selon l’Inde et les manichéens,
Dieu doublé du démon expliquerait l’énigme ;
Le paradis ayant l’enfer pour borborygme,
La Providence un peu servante d’Anankè,
L’infini mal rempli par l’univers manqué,
Le mal faisant toujours au bien quelque rature,
Telle serait la loi de l’aveugle nature ;
De là les contresens de la création.
Dieu, certe, a des écarts d’imagination ;
Il ne sait pas garder la mesure ; il abuse
De son esprit jusqu’à faire l’oie et la buse ;
Il ignore, auteur fauve et sans frein ni cordeau,
Ce point juste où Laharpe arrête Colardeau ;
Il se croit tout permis. Malheur à qui l’imite !
Il n’a pas de frontière, il n’a pas de limite ;
Et fait pousser l’ivraie au beau milieu du blé,
Sous prétexte qu’il est l’immense et l’étoilé ;

Il a d’affreux vautours qui nous tombent des nues ;
Il nous impose un tas d’inventions cornues,
Le bouc, l’auroch, l’isard et le colimaçon ;
Il blesse le bon sens, il choque la raison ;
Il nous raille ; il nous fait avaler la couleuvre !
Au moment où, contents, examinant son œuvre,
Rendant pleine justice à tant de qualités,
Nous admirons l’œil d’or des tigres tachetés,
Le cygne, l’antilope à la prunelle bleue,
La constellation qu’un paon a dans sa queue,
D’une cage insensée il tire le verrou,
Et voilà qu’il nous jette au nez le kangourou !
Dieu défait et refait, ride, éborgne, essorille,
Exagère le nègre, hélas, jusqu’au gorille,
Fait des taupes et fait des lynx, se contredit,
Mêle dans les halliers l’histrion au bandit,
Le mandrille au jaguar, le perroquet à l’aigle,
Lie à la parodie insolente et sans règle
L’épopée, et les laisse errer toutes les deux
Sous l’âpre clair-obscur des branchages hideux ;
Si bien qu’on ne sait plus s’il faut trembler ou rire,
Et qu’on croit voir rôder, dans l’ombre que déchire
Tantôt le rayon d’or, tantôt l’éclair d’acier,
Un spectre qui parfois avorte en grimacier.
Moi, je n’exige pas que Dieu toujours s’observe,
Il faut bien tolérer quelques excès de verve
Chez un si grand poète, et ne point se fâcher
Si celui qui nuance une fleur de pêcher


Et courbe l’arc-en-ciel sur l’Océan qu’il dompte,
Après un colibri nous donne un mastodonte !
C’est son humeur à lui d’être de mauvais goût,
D’ajouter l’hydre au gouffre et le ver à l’égout,
D’avoir en toute chose une stature étrange,
Et d’être un Rabelais d’où sort un Michel-Ange.
C’est Dieu ; moi je l’accepte.

                                                          Et quant aux nouveau-nés,
De même. Les enfants ne nous sont pas donnés
Pour avoir en naissant les façons du grand monde ;
Les petits en maillot, chez qui la sève abonde,
Poussent l’impolitesse assez loin quelquefois ;
J’en conviens. Et parmi les cris, les pas, les voix,
Les ours et leurs cornacs, les marmots et leurs mères,
Dans ces réalités semblables aux chimères,
Ébahi par le monstre et le mioche, assourdi
Comme par la rumeur d’une ruche à midi,
Sentant qu’à force d’être aïeul on est apôtre,
Questionné par l’un, escaladé par l’autre,
Pardonnant aux bambins le bruit, la fiente aux nids,
Et le rugissement aux bêtes, je finis
Par ne plus être, au fond du grand jardin sonore,
Qu’un bonhomme attendri par l’enfance et l’aurore,
Aimant ce double feu, s’y plaisant, s’y chauffant,
Et pas moins indulgent pour Dieu que pour l’enfant.

II.[modifier]

 
Les bêtes, cela parle ; et Dupont de Nemours
Les comprend, chants et cris, gaîté, colère, amours.
C’est dans Perrault un fait, dans Homère un prodige ;
Phèdre prend leur parole au vol et la rédige ;
La Fontaine, dans l’herbe épaisse et le genêt
Rôdait, guettant, rêvant, et les espionnait ;


Ésope, ce songeur bossu comme le Pinde,
Les entendait en Grèce, et Pilpaï dans l’Inde ;
Les clairs étangs le soir offraient leurs noirs jargons
A monsieur Florian, officier de dragons ;
Et l’âpre Ézéchiel, l’affreux prophète chauve,
Homme fauve, écoutait parler la bête fauve.
Les animaux naïfs dialoguent entr’eux.
Et toujours, que ce soit le hibou ténébreux,
L’ours qu’on entend gronder, l’âne qu’on entend braire,
Ou l’oie apostrophant le dindon, son grand frère,
Ou la guêpe insultant l’abeille sur l’Hybla,
Leur bêtise à l’esprit de l’homme ressembla.

III. CE QUE DIT LE PUBLIC[modifier]

 
CINQ ANS
Les lions, c’est des loups.


SIX ANS
                                            C’est très méchant, les bêtes.




CINQ ANS
Oui.

SIX ANS
              Les petits oiseaux ce sont des malhonnêtes ;
Ils sont des sales.

CINQ ANS
                          Oui.

SIX ANS, regardant les serpents.
                                               Les serpents…

CINQ ANS, les examinant.
                                                                            C’est en

peau.

SIX ANS
Prends garde au singe ; il va te prendre ton chapeau.

CINQ ANS, regardant le tigre.
Encore un loup !

SIX ANS
                               Viens voir l’ours avant qu’on le couche.

CINQ ANS, regardant l’ours.
Joli !

SIX ANS
                    Ça grimpe.


CINQ ANS, regardant l’éléphant.
                                               Il a des cornes dans la bouche.

SIX ANS
Moi, j’aime l’éléphant, c’est gros.

SEPT ANS, survenant et les arrachant à la contemplation de l’éléphant.
                                                       Allons ! venez !
Vous voyez bien qu’il va vous battre avec son nez.


IV. À GEORGES[modifier]


Mon doux Georges, viens voir une ménagerie
Quelconque, chez Buffon, au cirque, n’importe où ;
Sans sortir de Lutèce allons en Assyrie,
Et sans quitter Paris partons pour Tombouctou.

Viens voir les léopards de Tyr, les gypaètes,
L’ours grondant, le boa formidable sans bruit,


Le zèbre, le chacal, l’once, et ces deux poètes,
L’aigle ivre de soleil, le vautour plein de nuit.

Viens contempler le lynx sagace, l’amphisbène
À qui Job comparait son faux ami Sepher,
Et l’obscur tigre noir, dont le masque d’ébène
A deux trous flamboyants par où l’on voit l’enfer.

Voir de près l’oiseau fauve et le frisson des ailes,
C’est charmant ; nous aurons, sous de très sûrs abris,
Le spectacle des loups, des jaguars, des gazelles,
Et l’éblouissement divin des colibris.

Sortons du bruit humain. Viens au jardin des plantes.
Penchons-nous, à travers l’ombre où nous étouffons
Sur les douleurs d’en bas, vaguement appelantes,
Et sur les pas confus des inconnus profonds.

L’animal, c’est de l’ombre errant dans les ténèbres ;
On ne sait s’il écoute, on ne sait s’il entend ;

Il a des cris hagards, il a des yeux funèbres ;
Une affirmation sublime en sort pourtant.

Nous qui régnons, combien de choses inutiles
Nous disons, sans savoir le mal que nous faisons !
Quand la vérité vient, nous lui sommes hostiles,
Et contre la raison nous avons des raisons.

Corbière à la tribune et Frayssinous en chaire
Sont fort inférieurs à la bête des bois ;
L’âme dans la forêt songe et se laisse faire ;
Je doute dans un temple, et sur un mont je crois.

Dieu par les voix de l’ombre obscurément se nomme ;
Nul Quirinal ne vaut le fauve Pélion ;
Il est bon, quand on vient d’entendre parler l’homme,
D’aller entendre un peu rugir le grand lion.

V. ENCORE DIEU, MAIS AVEC DES RESTRICTIONS[modifier]

 
Quel beau lieu ! Là le cèdre avec l’orme chuchote,
L’âne est Iyrique et semble avoir vu Don Quichotte,
Le tigre en cage a l’air d’un roi dans son palais,
Les pachydermes sont effroyablement laids ;
Et puis c’est littéraire, on rêve à des idylles
De Viennet en voyant bâiller les crocodiles.


Là, pendant qu’au babouin la singesse se vend,
Pendant que le baudet contemple le savant,
Et que le vautour fait au hibou bon visage,
Certes, c’est un emploi du temps digne d’un sage
De s’en aller songer dans cette ombre, parmi
Ces arbres pleins de nids, où tout semble endormi
Et veille, où le refus consent, où l’amour lutte,
Et d’écouter le vent, ce doux joueur de flûte.

Apprenons, laissons faire, aimons, les cieux sont grands ;
Et devenons savants, et restons ignorants.
Soyons sous l’infini des auditeurs honnêtes ;
Rien n’est muet ni sourd ; voyons le plus de bêtes
Que nous pouvons ; tirons partie de leurs lec,ons.
Parce qu’autour de nous tout rêve, nous pensons.
L’ignorance est un peu semblable à la prière ;
L’homme est grand par devant et petit par derrière ;
C’est, d’Euclide à Newton, de Job à Réaumur,
Un indiscret qui veut voir par-dessus le mur,
Et la nature, au fond très moqueuse, paraphe
Notre science avec le cou de la girafe.
Tâchez de voir, c’est bien. Épiez. Notre esprit
Pousse notre science à guetter ; Dieu sourit,
Vieux malin.



                           Je l’ai dit, Dieu prête à la critique.
Il n’est pas sobre. Il est débordant, frénétique,
Inconvenant ; ici le nain, là le géant,
Tout à la fois ; énorme ; il manque de néant.
Il abuse du gouffre, il abuse du prisme.
Tout, c’est trop. Son soleil va jusqu’au gongorisme ;
Lumière outrée. Oui, Dieu vraiment est inégal ;
Ici la Sibérie, et là le Sénégal ;
Et partout l’antithèse ! il faut qu’on s’y résigne ;
S’il fait noir le corbeau, c’est qu’il fit blanc le cygne ;
Aujourd’hui Dieu nous gèle, hier il nous chauffait.
Comme à l’académie on lui dirait son fait !
Que nous veut la comète ? À quoi sert le bolide ?
Quand on est un pédant sérieux et solide,
Plus on est ébloui, moins on est satisfait ;
La férule à Batteux, le sabre à Galifet
Ne tolèrent pas Dieu sans quelque impatience ;
Dieu trouble l’ordre ; il met sur les dents la science ;
À peine a-t-on fini qu’il faut recommencer ;
Il semble que l’on sent dans la main vous glisser
On ne sait quel serpent tout écaillé d’aurore.
Dès que vous avez dit : assez ! il dit : encore !

Ce démagogue donne au pauvre autant de fleurs
Qu’au riche ; il ne sait pas se borner ; ses couleurs,
Ses rayons, ses éclairs, c’est plus qu’on ne souhaite.


Ah ! tout cela fait mal aux yeux ! dit la chouette.
Et la chouette, c’est la sagesse.

                                             Il est sûr
Que Dieu taille à son gré le monde en plein azur ;
Il mêle l’ironie à son tonnerre épique ;
Si l’on plane il foudroie et si l’on broute il pique.
(Je ne m’étonne pas que Planche eût l’air piqué.)
Le vent, voix sans raison, sorte de bruit manqué,
Sans jamais s’expliquer et sans jamais conclure,
Rabâche, et l’océan n’est pas exempt d’enflure.
Quant à moi, je serais, j’en fais ici l’aveu,
Curieux de savoir ce que diraient de Dieu,
Du monde qu’il régit, du ciel qu’il exagère,
De l’infini, sinistre et confuse étagère,
De tout ce que ce Dieu prodigue, des amas
D’étoiles de tout genre et de tous les formats,
De sa facon d’emplir d’astres le télescope,
Nonotte et Baculard dans le café Procope.

VI. À JEANNE[modifier]

 
Je ne te cache pas que j’aime aussi les bêtes ;
Cela t’amuse. et moi cela m’instruit ; je sens
Que ce n’est pas pour rien qu’en oes farouches têtes
Dieu met le clair-obscur des grands bois frémissants.



Je suis le curieux qui, né pour croire et plaindre,
Sonde, en voyant l’aspic sous des roses rampant,
Les sombres lois qui font que la femme doit craindre
Le démon, quand la fleur n’a pas peur du serpent.

Pendant que nous donnons des ordres à la terre,
Rois copiant le singe et par lui copiés,
Doutant s’il est notre œuvre ou s’il est notre pére,
Tout en bas, dans l’horreur fatale, sous nos pieds,

On ne sait quel noir monde étonné nous regarde
Et songe, et sous un joug, trop souvent odieux,
Nous courbons l’humble monstre et la brute hagarde
Qui, nous voyant démons, nous prennent pour des dieux.

Oh ! que d’étranges lois ! quel tragique mélange !
Voit-on le dernier fait, sait-on le dernier mot,
Quel spectre peut sortir de Vénus, et quel ange
Peut naître dans le ventre affreux de Béhémoth ?

Transfiguration ! mystère ! gouffre et cime !
L’âme rejettera le corps, sombre haillon ;
La créature abjecte un jour sera sublime,
L’être qu’on hait chenille on l’aime papillon.

VII.[modifier]

Tous les bas âges sont épars sous ces grands arbres.
Certes, l’alignement des vases et des marbres,
Ce parterre au cordeau, ce cèdre résigné,
Ce chêne que monsieur Despréaux eut signé,
Ces barreaux noirs croisés sur la fleur odorante,
Font honneur à Buffon qui fut l’un des Quarante


Et mêla, de façon à combler tous nos vœux,
Le peigne de Lenôtre aux effrayants cheveux
De Pan, dieu des halliers, des rochers et des plaines ;
Cela n’empêche pas les roses d’être pleines
De parfums, de désirs, d’amour et de clarté ;
Cela n’empêche pas l’été d’être l’été ;
Cela n’ôte à la vie aucune confiance ;
Cela n’empêche pas l’aurore en conscience
D’apparaitre au zénith qui semble s’élargir,
Les enfants de jouer, les monstres de rugir.

Un bon effroi joyeux emplit ces douces têtes.
Écoutez-moi ces cris charmants. — Viens voir les bêtes !
Ils courent. Quelle extase ! On s’arrête devant
Des cages où l’on voit des oiseaux bleus rêvant
Comme s’ils attendaient le mois où l’on émigre.
— Regarde ce gros chat. — Ce gros chat c’est le tigre.
Les grands font aux petits vénérer les guenons,
Les pythons, les chacals, et nomment par leurs noms
Les vieux ours qui, dit-on, poussent l’humeur maligne
Jusqu’à manger parfois des soldats de la ligne.

Spectacle monstrueux ! Les gueules, les regards
De dragon, lueur fauve au fond des bois hagards,
Les écailles, les dards, la griffe qui s’allonge,


Une apparition d’abîme, l’affreux songe
Réel que l’œil troublé des prophètes amers
Voit sous la transparence effroyable des mers
Et qui se traîne épars dans l’horreur inouïe,
L’énorme bâillement du gouffre qui s’ennuie,
Les mâchoires de l’hydre ouvertes tristement,
On ne sait quel chaos blême, obscur, inclément,
Un essai d’exister, une ébauche de vie
D’où sort le bégaiement furieux de l’envie.
C’est cela l’animal ; et c’est ce que l’enfant
Regarde, admire et craint, vaguement triomphant ;
C’est de la nuit qu’il vient contempler, lui l’aurore.
Ce noir fourmillement mugit, hurle, dévore ;
On est un chérubin rose, frêle et tremblant ;
On va voir celui-ci que l’hiver fait tout blanc,
Cet autre dont l’œil jette un éclair du tropique ;
Tout cela gronde, hait, menace, siffle, pique,
Mord ; mais par sa nourrice on se sent protéger ;
Comme c’est amusant d’avoir peur sans danger !
Ce que l’homme contemple, il croit qu’il le découvre.
Voir un roi dans son antre, un tigre dans son Louvre,
Cela plaît à l’enfance. — Il est joliment laid !
Viens voir ! — Étrange instinct ! Grâce à qui l’horreur plaît !
On vient chercher surtout ceux qu’il faut qu’on évite.
— Par ici ! — Non, par là ! — Tiens, regarde ! — Viens vite !
— Jette-leur ton gâteau. — Pas tout. — Jette toujours.
— Moi, j’aime bien les loups. — Moi, j’aime mieux les ours.
Et les fronts sont riants, et le soleil les dore,


Et ceux qui, nés d’hier, ne parlent pas encore
Pendant ces brouhahas sous les branchages verts,
Sont là, mystérieux, les yeux tout grands ouverts,
Et méditent.

                        Afrique aux plis infranchissables,
Ô gouffre d’horizons sinistres, mer des sables,
Sahara, Dahomey, lac Nagain, Darfour,
Toi, l’Amérique, et toi, l’Inde, âpre carrefour
Où Zoroastre fait la rencontre d’Homère,
Paysages de lune où rôde la chimère,
Où l’orang-outang marche un bâton à la main,
Où la nature est folle et n’a plus rien d’humain,
Jungles par les sommeils de la fièvre rêvées,
Plaines où brusquement on voit des arrivées
De fleuves tout à coup grossis et déchaînés,
Où l’on entend rugir les lions étonnés
Que l’eau montante enferme en des îles subites,
Déserts dont les gavials sont les noirs cénobites,
Où le boa, sans souffle et sans tressaillement,
Semble un tronc d’arbre à terre et dort affreusement,
Terre des baobabs, des bambous, des lianes,
Songez que nous avons des Georges et des Jeannes,
Créez des monstres ; lacs, forêts, avec vos monts
Vos noirceurs et vos bruits, composez des mammons ;
Abîmes, condensez en eux toutes vos gloires,
Donnez-leur vos rochers pour dents et pour mâchoires,


Pour voix votre ouragan, pour regard votre horreur ;
Donnez-leur des aspects de pape et d’empereur,
Et faites, par-dessus les halliers, leur étable
Et leur palais, bondir leur joie épouvantable.
Certes, le casoar est un bon sénateur,
L’oie a l’air d’un évêque et plaît par sa hauteur,
Dieu quand il fit le singe a rêvé Scaramouche,
Le colibri m’enchante et j’aime l’oiseau-mouche ;
Mais ce que de ta verve, ô nature, j’attends
Ce sont les Béhémoths et les Léviathans.
Le nouveau-né qui sort de l’ombre et du mystère
Ne serait pas content de ne rien voir sur terre ;
Un immense besoin d’étonnement, voilà
Toute l’enfance, et c’est en songeant à cela
Que j’applaudis, nature, aux géants que tu formes ;
L’œil bleu des innocents veut des bêtes énormes ;
Travaillez, dieux affreux ! Soyez illimités
Et féconds, nous tenons à vos difformités
Autant qu’à vos parfums, autant qu’à vos dictames,
Ô déserts, attendu que les hippopotames,
Que les rhinocéros et que les éléphants
Sont évidemment faits pour les petits enfants.

VIII.[modifier]

C’est une émotion étrange pour mon âme
De voir l’enfant, encor dans les bras de la femme,
Fleur ignorant l’hiver, ange ignorant Satan,
Secouant un hochet devant Léviathan,
Approcher doucement la nature terrible.
Les beaux séraphins bleus qui passent dans la bible,


Envolés d’on ne sait quel ciel mystérieux,
N’ont pas une plus pure aurore dans les yeux
Et n’ont pas sur le front une plus sainte flamme
Que l’enfant innocent riant au monstre infâme.
Ciel noir ! Quel vaste cri que le rugissement !
Quand la bête, âme aveugle et visage écumant,
Lance au loin, n’importe où, dans l’étendue hostile
Sa voix lugubre, ainsi qu’un sombre projectile,
C’est tout le gouffre affreux des forces sans clarté
Qui hurle ; c’est l’obscène et sauvage Astarté,
C’est la nature abjecte et maudite qui gronde ;
C’est Némée, et Stymphale, et l’Afrique profonde
C’est le féroce Atlas, c’est l’Athos plus hanté
Par les foudres qu’un lac par les mouches d’été ;
C’est Lerne, Pélion, Ossa, c’est Érymanthe,
C’est Calydon funeste et noir, qui se lamente.

*


L’enfant regarde l’ombre où sont les lions roux.
La bête grince ; à qui s’adresse ce courroux ?


L’enfant jase ; sait-on qui les enfants appellent ?
Les deux voix, la tragique et la douce se mêlent
L’enfant est l’espérance et la bête est la faim ;
Et tous deux sont l’attente ; il gazouille sans fin
Et chante, et l’animal écume sans relâche ;
Ils ont chacun en eux un mystère qui tâche
De dire ce qu’il sait et d’avoir ce qu’il veut
Leur langue est prise et cherche à dénouer le nœud.
Se parlent-ils ? Chacun fait son essai, l’un triste
L’autre charmant ; l’enfant joyeusement existe ;
Quoique devant lui l’Être effrayant soit debout
Il a sa mère, il a sa nourrice, il a tout ;
Il rit.

*


                   De quelle nuit sortent ces deux ébauches ?
L’une sort de l’azur ; l’autre de ces débauches,
De ces accouplements du nain et du géant,


De ce hideux baiser de l’abîme au néant
Qu’un nomme le chaos.

                              Oui, cette cave immonde,
Dont le soupirail blême apparaît sous le monde,
Le chaos, ces chocs noirs, ces danses d’ouragans,
Les éléments gâtés et devenus brigands
Et changés en fléaux dans le cloaque immense,
Le rut universel épousant la démence,
La fécondation de Tout produisant Rien,
Cet engloutissement du vrai, du beau, du bien,
Qu’Orphée appelle Hadès, qu’Homère appelle Érèbe,
Et qui rend fixe l’œil fatal des sphinx de Thèbe,
C’est cela, c’est la folle et mauvaise action
Qu’en faisant le chaos fit la création,
C’est l’attaque de l’ombre au soleil vénérable,
C’est la convulsion du gouffre misérable
Essayant d’opposer l’informe à l’idéal,
C’est Tisiphone offrant son ventre à Bélial,
C’est cet ensemble obscur de forces échappées
Où les éclairs font rage et tirent leurs épées,
Où périrent Janus, l’âge d’or et Rhéa,
Qui, si nous en croyons les mages, procréa
L’animal ; et la bête affreuse fut rugie
Et vomie au milieu des nuits par cette orgie.



C’est de là que nous vient le monstre inquiétant.

L’enfant, lui, pur songeur rassurant et content,
Est l’autre énigme ; il sort de l’obscurité bleue.
Tous les petits oiseaux, mésange, hochequeue,
Fauvette, passereau, bavards aux fraîches voix,
Sont ses frères, tandis que ces marmots des bois
Sentent pousser leur aile, il sent croître son âme
Des azurs embaumés de myrrhe et de cinname,
Des entre-croisements de fleurs et de rayons,
Ces éblouissements sacrés que nous voyons
Dans nos profonds sommeils quand nous sommes des justes,
Un pêle-mêle obscur de branchages augustes
Dont les anges au vol divin sont les oiseaux,
Une lueur pareille au clair reflet des eaux
Quand, le soir, dans l’étang les arbres se renversent,
Des lys vivants, un ciel qui rit, des chants qui bercent,
Voilà ce que l’enfant, rose, a derrière lui.
Il s’éveille ici-bas, vaguement ébloui ;
Il vient de voir l’Eden et Dieu ; rien ne l’effraie,
Il ne croit pas au mal ; ni le loup, ni l’orfraie,
Ni le tigre, démon taché, ni ce trompeur,
Le renard, ne le font trembler ; il n’a pas peur,
Il chante ; et quoi de plus touchant pour la pensée
Que cette confiance au paradis, poussée
Jusqu’à venir tout près sourire au sombre enfer !


Quel ange que l’enfant ! Tout, le mal, sombre mer,
Les hydres qu’en leurs flots roulent les vils avernes,
Les griffes, ces forêts, les gueules, ces cavernes,
Les cris, les hurlements, les râles, les abois,
Les rauques visions, la fauve horreur des bois,
Tout, Satan, et sa morne et féroce puissance,
S’évanouit au fond du bleu de l’innocence !
C’est beau. Voir Caliban et rester Ariel !
Avoir dans son humble âme un si merveilleux ciel
Que l’apparition indignée et sauvage
Des êtres de la nuit n’y fasse aucun ravage,
Et se sentir si plein de lumière et si doux
Que leur souffle n’éteigne aucune étoile en vous !

*


Et je rêve. Et je crois entendre un dialogue
Entre la tragédie effroyable et l’églogue ;
D’un côté l’épouvante, et de l’autre l’amour ;
Dans l’une ni dans l’autre il ne fait encor jour ;
L’enfant semble vouloir expliquer quelque chose ;
La bête gronde, et, monstre incliné sur la rose,


Écoute… — Et qui pourrait comprendre, ô firmament,
Ce que le bégaiement dit au rugissement ?

Quel que soit le secret, tout se dresse et médite,
La fleur bénie ainsi que l’épine maudite ;
Tout devient attentif ; tout tressaille ; un frisson
Agite l’air, le flot, la branche, le buisson,
Et dans les clairs-obscurs et dans les crépuscules,
Dans cette ombre où jadis combattaient les Hercules,
Où les Bellérophons s’envolaient, où planait
L’immense Amos criant : Un nouveau monde naît !
On sent on ne sait quelle émotion sacrée,
Et c’est, pour la nature où l’éternel Dieu crée,
C’est pour tout le mystère un attendrissement
Comme si l’on voyait l’aube au rayon calmant
S’ébaucher par-dessus d’informes promontoires,
Quand l’âme blanche vient parler aux âmes noires.

IX.[modifier]


La face de la bête est terrible ; on y sent
L’Ignoré, l’éternel problème éblouissant
Et ténébreux, que l’homme appelle la Nature ;
On a devant soi l’ombre informe, l’aventure
Et le joug, l’esclavage et la rébellion,
Quand on voit le visage effrayant du lion ;
Le monstre orageux, rauque, effréné, n’est pas libre,
Ô stupeur ! et quel est cet étrange équilibre


Composé de splendeur et d’horreur, l’univers,
Où règne un Jéhovah dont Satan est l’envers ;
Où les astres, essaim lumineux et livide,
Semblent pris dans un bagne, et fuyant dans le vide,
Et jetés au hasard comme on jette les dés,
Et toujours à la chaîne et toujours évadés ?
Quelle est cette merveille effroyable et divine
Où, dans l’éden qu’on voit, c’est l’enfer qu’on devine,
Où s’éclipse, ô terreur, espoirs évanouis,
L’infini des soleils sous l’infini des nuits,
Où, dans la brute, Dieu disparaît et s’efface ?
Quand ils ont devant eux le monstre face à face,
Les mages, les songeurs vertigineux des bois,
Les prophètes blêmis à qui parlent des voix,
Sentent on ne sait quoi d’énorme dans la bête ;
Pour eux l’amer rictus de cette obscure tête,
C’est l’abîme, inquiet d’être trop regardé,
C’est l’éternel secret qui veut être gardé
Et qui ne laisse pas entrer dans ses mystères
La curiosité des pâles solitaires ;
Et ces hommes, à qui l’ombre fait des aveux,
Sentent qu’ici le sphinx s’irrite, et leurs cheveux
Se dressent, et leur sang dans leurs veines se fige
Devant le froncement de sourcil du prodige.


X.[modifier]


Toutes sortes d’enfants, blonds, lumineux, vermeils,
Dont le bleu paradis visite les sommeils
Quand leurs yeux sont fermés la nuit dans les alcôves,
Sont là, groupés devant la cage aux bêtes fauves ;
Ils regardent.

                           Ils ont sous les yeux l’élément,


Le gouffre, le serpent tordu comme un tourment,
L’affreux dragon, l’onagre inepte, la panthère,
Le chacal abhorré des spectres, qu’il déterre,
Le gorille, fantôme et tigre, et ces bandits,
Les loups, et les grands lynx qui tutoyaient jadis
Les prophètes sacrés accoudés sur des bibles ;
Et, pendant que ce tas de prisonniers terribles
Gronde, l’un vil forçat, l’autre arrogant proscrit,
Que fait le groupe rose et charmant ? Il sourit.

L’abîme est là qui gronde et les enfants sourient.

Ils admirent. Les voix épouvantables crient
Tandis que cet essaim de fronts pleins de rayons,
Presque ailé, nous émeut comme si nous voyions
L’aube s’épanouir dans une géorgique,
Tandis que ces enfants chantent, un bruit tragique
Va, chargé de colère et de rébellions
Du cachot des vautours au bagne des lions.

Et le sourire frais des enfants continue.

Devant cette douceur suprême, humble, ingénue,
Obstinée, on s’étonne, et l’esprit stupéfait


Songe, comme aux vieux temps d’Orphée et de Japhet,
Et l’on se sent glisser dans la spirale obscure
Du vertige, où tombaient Job, Thalès, Épicure,
Où l’on cherche à tâtons quelqu’un, ténébreux puits
Où l’âme dit : Réponds ! où Dieu dit : Je ne puis !

Oh ! si la conjecture antique était fondée,
Si le rêve inquiet des mages de Chaldée,
L’hypothèse qu’Hermès et Pythagore font,
Si ce songe farouche était le vrai profond ;
La bête parmi nous, si c’était là Tantale !
Si la réalité redoutable et fatale
C’était ceci : les loups, les boas, les mammons
Masques sombres, cachant d’invisibles démons !
Oh ! ces êtres affreux dont l’ombre est le repaire,
Ces crânes aplatis de tigre et de vipère,
Ces vils fronts écrasés par le talon divin,
L’ours, rêveur noir, le singe, effroyable sylvain,
Ces rictus convulsifs, ces faces insensées,
Ces stupides instincts menaçant nos pensées,
Ceux-ci pleins de l’horreur nocturne des forêts,
Ceux-là, fuyants aspects, flottants, confus, secrets,
Sur qui la mer répand ses moires et ses nacres,
Ces larves, ces passants des bois, ces simulacres,
Ces vivants dans la tombe animale engloutis,
Ces fantômes ayant pour loi les appétits,
Ciel bleu ! s’il était vrai que c’est là ce qu’on nomme


Les damnés, expiant d’anciens crimes chez l’homme,
Qui, sortis d’une vie antérieure, ayant
Dans les yeux la terreur d’un passé foudroyant,
Viennent, balbutiant d’épouvante et de haine,
Dire au milieu de nous les mots de la géhenne,
Et qui tâchent en vain d’exprimer leur tourment
A notre verbe avec le sourd rugissement ;
Tas de forçats qui grince et gronde, aboie et beugle ;
Muets hurlants qu’éclaire un flamboiement aveugle ;
Oh ! s’ils étaient là. nus sous le destin de fer,
Méditant vaguement sur l’éternel enfer ;
Si ces mornes vaincus de la nature immense
Se croyaient à jamais bannis de la clémence ;
S’ils voyaient les soleils s’éteindre par degrés,
Et s’ils n’étaient plus rien que des désespérés ;
Oh ! dans l’accablement sans fond, quand tout se brise,
Quand tout s’en va, refuse et fuit, quelle surprise,
Pour ces êtres méchants et tremblants à la fois,
D’entendre tout à coup venir ces jeunes voix !
Quelqu’un est là ! Qui donc ? On parle ! ô noir problème !
Une blancheur paraît sur la muraille blême
Où chancelle l’obscure et morne vision.
Le léviathan voit accourir l’alcyon !
Quoi ! le déluge voit arriver la colombe !
La clarté des berceaux filtre à travers la tombe
Et pénètre d’un jour clément les condamnés !


Les spectres ne sont point haïs des nouveau-nés !
Quoi ! l’araignée immense ouvre ses sombres toiles !
Quel rayon qu’un regard d’enfant, saintes étoiles !
Mais puisqu’on peut entrer, on peut donc s’en aller !
Tout n’est donc pas fini ! L’azur vient nous parler !
Le ciel est plus céleste en ces douces prunelles !
C’est quand Dieu, pour venir des voûtes éternelles
Jusqu’à la terre, triste et funeste milieu,
Passe à travers l’enfant qu’il est tout à fait Dieu !
Quoi ! le plafond difforme aurait une fenêtre !
On verrait l’impossible espérance renaître !
Quoi ! l’on pourrait ne plus mordre, ne plus grincer !
Nous représentons-nous ce qui peut se passer
Dans les craintifs cerveaux des bêtes formidables ?
De la lumière au bas des gouffres insondables !
Une intervention de visages divins !
La torsion du mal dans les brûlants ravins
De l’enfer misérable est soudain apaisée
Par d’innocents regards purs comme la rosée !
Quoi ! l’on voit des yeux luire et l’on entend des pas !
Est-ce que nous savons s’ils ne se mettent pas,
Ces monstres, à songer, sitôt la nuit venue,
S’appelant, stupéfaits de cette aube inconnue
Qui se lève sur l’âpre et sévère horizon ?
Du pardon vénérable ils ont le saint frisson ;
Il leur semble sentir que les chaînes les quittent ;
Les échevèlements des crinières méditent ;
L’enfer, cette ruine, est moins trouble et moins noir ;


Et l’œil presque attendri de ces captifs croit voir
Dans un pur demi-jour qu’un ciel lointain azure
Grandir l’ombre d’un temple au seuil de la masure.
Quoi ! l’enfer finirait ! l’ombre entendrait raison !
Ô clémence ! ô lueur dans l’énorme prison !
On ne sait quelle attente émeut ces cœurs étranges.

Quelle promesse au fond du sourire des anges !