Le Régime du corps/Texte entier

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par Louis Landouzy, Roger PépinH. Champion (p. titre-202).
LE RÉGIME DU CORPS
Pli0EMK FOla.

Au commencement de che livre, si dirons pour coi il fu fais, et là où il fu prins, et quant il fu fais à le requeste le contesse de Prou- venche ki est mere le roine de France, le roine d'Engletiere, et le roine de Alemaigne, et la contesse d'Angou. 5 10 Et si le fist maistres Alebrans de Florence, en l'an de l'incarnation JhesuI Crist .m.cc.lvi. ans, quant ele dut venir veir ses filles si com ele fist, et li fist cest livre por che k'il ne pooit aler avoec li, car ele ne vaut mie k'il laissast les marcheans d'outre les mons k'il avoit en cure, et ele tenoit plus de lui ke d'un autre. Si li fist faire che livre por porter avoec li et por garder. F°Ib. 15 Et il mist .iiij. parties el livre, de coi li premiere parole de tout le cors, quels coses il sont propres à santé garder et queles non, et est ordenee par .xx. capiteles. Il La seconde partie parole de cascun menbre garder à per lui. Li tierche partie parole des coses k'il nous couvient user communément. Le quarte enseigne coument on puet, parnature, counoistre l'oumeet le femme par dehors. 20 Et sachent tout cil ki ce livre verront et orront k'il ne doutent mie de celui ki le fist; ke nus ki vive i sace ke reprendre, se n'est par les escrivains corrunpus, car il entrait à tiesmoignage les auteurs d'as- tronomie, de natures et de medecine de coi li livres parole. 25 D'astronomie parole il là où il parole des .xii. signes par coi li solaux fait sen cours, des elemens et des planetes et d'autres coses ki nous sont invisibles; de medecine parole il en ce k'il nous aprent le cors à garder en santé et à remouvoir les maladies et mout d'autres coses. F°Ic. De natures dist il enseignemens, si com de counoistre le nature des hommes et des femmes et de mout || autres coses k'i<l) nous cou- vient user, et ce n'est mie prouvé par les esperimens corrunpus ki ne sont mie d'auteur, ains est prouvé par les milleurs auteurs ki pa- i. Ecrit:ib'u. 5 rolent de ces .iij. sciences devant dites, si com par Ypocras, par Galiien, par Constentin, par Jehenniste, par Ysaac, par Aristotele, par Diogenen, par Serapion, par Rasis, et par Avicenne, et autres auteurs que cascuns detierminara en sen capitele, li .i. par l'auto- rité de l'autre. pord. 10 15 Diex,kiparsagrant poissance 1, le monde establi, ki premièrement fist le ciel, apriès2fist les .iiij. elemens, c'est la tiere, li ewe, li airs et li fus, si li plot ke toutes les autres coses de 3 la lune en aval fussent4 faites par le vertu de ces .iiij. elemens, si com sont herbes, arbre, oisel et toutes autres biestes, poissons, et houmes, et fist pre- mièrement toutes ces 5 coses avant k'il fesist oume, et l'oume fist il au deesrain, à sa samblance, por le plus noble creature k'il pe||ust faire en tiere, et li douna le segnorie entiere de toutes coses qu'il avoit premièrement faites, et volt que toutes les coses fussent obeis- sans à l'oume por çou qu'il est ausi 6 com fins de toutes coses. Si com dist Aristoteles, ke on doit bien savoir que fins est li miudre cose en totes oevres, car par 7 le fin fait on quank on fait8. 20 Or, doit on savoir, puis que toutes coses sont faites des .iiij. ele- mens, si com vous avés oii, et por çou que cist .iiij. element se re- muent tous jors li .i. à le nature de l'autre, et se corrunpent, cou- vient que toutes les coses ki sont faites des .iiij. elemens se corrun- pent, ajovenissent, enviellissent et se cangent, ne ne puent en .i. estat demorer. F°2a. 25 Donques, puis que li ons 9 est de ces .iiij. elemens engerrés 10 et fais, ne mie de le nature II, com sont les estoiles et li angele ki tous jors sont en .i. estat et ne se cangent, mais li om tant com il vit, ains qu'il muire, se cange de jour en jor, et ja en .i. estat ne porra demou|rer, et por ce, Notre Sires li dona, si com à le plus noble crea- i. Le ms. 14822 (B) commence ici : « Dius ki par sa grant poiscance tout le mont estavli. »— Le ms. 2510 Arsenal (C.) débute par ces mots: «En cest livre porrés apenre et savoir, chascuns qui sens et discretion a en soi, coment il se doit maintenir et vivre en santé, les maladies eskiveer de çi à la mort nature1 selonch ce que vos porrés oïr çi apriès el prologue. Dieus qui par sa digne grant poissance le monde estaubli. »— 2-. apeies. B. apriès. — 3. C. des. — 4. B. et soient. — 5. ses. — 6. B. ensi. — 7. B. por. — 8. B.quant ke on fait. — 9. B. hom.— 10. B. engenrés. —11. B. tel manière. 5 ture qui soit, une science k'on apiele phisike, par le quele il gardast le santé qu'il li dona premièrement et peust encore remouvoir les maladies, car phisike est faite especiaument1 por le santé garder; et n'entendés mie que phisique soit science por l'oume faire vivre tous jours, ains est faite por conduire l'omme jusque la mort naturel. Et sachiés que mors natureus si est en .lxx. ans par nature, et plus et mains, si com il plaist à Nostre Signeur. F°2b. 10 15 Et si vous dirai por coi, car tant com li ons met à croistre en force, en biauté et en vigeur, si est à .xxxv. ans et dont couvient <que il mete> tant de tans à envillier et à aler à noient, si com il le proeve 2par Avicenne 3. Donques, puet on veir que cil qui murent devant le tierme naturel, c'est par l'outrage qu'il font à lor nature et à lor complexion, et cil qui vivent plus, si lor avient par boine com- plexion qu'il ont et par boine garde qu'il puent faire de phisique. Et encore i a autres Il raisons assés que nous ne dirons pas, por ce k'il couvient assés savoir de clergie qui entendre le vauroit. Et entendés ke çou ke nous vous dirons si est selonc nature, mais li vivres et li mourirs est au plaisir Notre Signor. F°2c. 20 25 30 35 Or, dirons dont.i. partie de cele science que nous vous avons noumee, la quele Diex dona à l'omme por garder sen cors, car ele a maintes parties si com nous vous dirons. L'une partie si est por garder le cors, tot ausi le bien sain com le mal sain4 generaument, si com distConstentins, et l'autre puet iestre de garder cascun menbre par lui, et por çou, ara en ceste oevre .ij. principals parties, car de ces .ij. entendons nous principaument, et la tierche i sera ki dira des simples coses qu'il convient à oume user, la quarte i sera qui est apelee phisanomie, par coi on counoist l'omme de regarder s'il est boens ou malvais, et cascune partie aura capitaus 5 especiaus si com nous trouverons 6 : Li premiers est de l'air. Li secons de mangier. ri Li tiers dou boire. Li quars du dormir et du vellier. Li .v. du travellier et du reposer. Li vi. du baignier. Li .vii. d'abiter avoec femme. i. B. principalment. — 2. B. est prouvet. — 3. B. ajoute: « Li termines est de croistre en biauté et en vigheur à .XXXV. ans. » — 4. B. malade. — 5. B. capiteles. C. chapitres. — 6. B. vous trouverés. 5 Li .viii. por coi on se doit garder de courous. Li .ix. en quel tans 1 on se doit sainier. Li .X. por coi on se doit ventoser et à coi il fait bien. Li .xi. à quel cose les sansues font bien et por coi on les use. Li .xij. por coi on se doit purgier et en quel tans 2. Li .xiij. por coi il fait boin user le vomir et à coi il est boins. Li .xiiij. comment on se doit garder de pestilense et de corrup- tion d'air. Li .xv. comment on doit le cors garder en cascune saison de l'an. 10 Li .xvi. comment on doit connoistre les lius et les viles por de- morer plus sainnement. Li .xvij. comment on se doit garder ki veut errer 3 par mer. 15 Li .xviij. comment li femme se doit garder puis k'ele est en- çainte et comment on puet aprendre à femme à soi délivrer legierement de sen enfant. F°2d. || Li .xix. comment on doit l'enfant garder puis qu'il est nés et comment on doit counoistre et eslire le nourice por garder et nourir l'enfant. 20 Li .xx. comment on doit sen cors garder en cascun aige et com- ment on puet le villece atargier et soi maintenir jone. Por ce que nous vous avons dit desus ke nous volions dire d'au- cune partie de phisique, si que por entendre miex ce ke nous vous dirons, si dirons tot premièrement que est phisike. 25 Phisique est .i. science par lequele on counoist toutes les ma- nieres 4 du cors de l'hom et par lequele on garde le santé du cors et remue les maladies, et poons dire queceste science a .ij. parties: l'une des parties est apelee theorike, et l'autre pratike. po3a. 30 Par theorike, savons nous counoistre et jugier tous les comman- demens5 de phisique, c'est à counoistre et à savoir qu'il sont.iij. ma-

nieres de fievres.
  • si avient que les humeurs sont corrunpues, et ceste maniere de fievre apielent li phisitiien 6 phebris pu||trida. L'autre si avient as menbres, la quele il apielent ethica. La tierce si est qui vient des esperis, la quele on apiele effimera. i. B. ajoute: «et pour coi ». — 2. B. ajoute: « de l'an. » -3.B.ceminer ne nagier. — 4. D. maladies. — 5. commencemens. B. commandemens. — 6. B. ajoute: « en latin ». Iceus commandemens de phisique et autres pluiseurs savons nous par theorique 1. 5 Par pratique, savons nous comment et en quel maniere on doit ouvrer et maintenir homme en santé et le maladie removoir. Con- mençons donques comment on doit savoir garder le santé du cors par pratike, et laissons ester le theorike por ce que de li n'est mie no ententions, et premièrement començerons de l'air. I. « par theorique » est ajouté après grattage. PREMIÈRE PARTIE DE GARDER LE CORS TOT AUSI LE BIEN SAIN COM LE MAL SAIN GENERAUMENT DE L'AIR 5 10 i airs est i. des .iiij.elemens des quels totes coses sont faites et for- mées, si com nous avons dit. Et ne vaut mie tant seulement li airs à fourmer le cors de l'oume, ains est cose especiaus à garder et maintenir le cors de l'oume en santé puis qu'il est formés, et sans le quel li ons ne puet vivre. Si vous dirai comment li airs puet aidier1 l'oume par .ij. coses, F°3b. 15 l'une si est k'il refroide les caleurs du cuer par .ij. 2 manieres: l'une si est par II l'air quili entre ou cors par le bouce, l'autre si est par les piertruis de le char ki sont par tot le cors 3 [de l'homme, li autre si est par le pous dou cors de l'homme4. 20 Et devés savoir que li cuers de l'homme est li principaus menbres du cors, et del cuer covient que] toutes les vertus et tote li calors viegne à tous les menbres du cors [et] de l'oume, et por çou, li cou- vient plus avoir caleur ke se nature ne li aporte, si couvient don- ques qu'il soit refroidiés par aide5 d'air. Car jasoit ce cose que li airs, de se nature, soit caus et moistes, il est mout frois et temprés à 6 le caleur du cuer. -25 Li seconde cose par coi li airs fait bien et aide à vivre au cors de l'oume si est tele qu'ele8 aide à espurgier les superfluités et les fumees9 qui se puent engerrer entour le cuer. Donques, se c'est cose I.B.àvivre. — 2. B. C. D..iij. — 3. Le passage suivant entre [ ] a été écrit après grattage de 2 lignes. — 4.B.C.D.liautre siestparlepousdou cors de l'homme. — 5. eve. B. laie. C. l'aide. — 6. B. al regart de. C. ou regart de. — 7. ewe. B. aide. — 8.B.keil. - 9. B. males fumees. que sans l'air ne puet on vivre, si vous aprenderons à counoistre li quels airs est boins et li quels malvais, por eslire ce k'est1 boin por santé garder. |F°3c, 5 Li airs clers si est li boins, là où il n'a meslee nule fumee et quant on puetveir le ciel apiertement et lonc, et li vens vente qui est meüs ||legierement, et quant on le sent delitable en alenant, et quant li solaus se lieve k'i<l> escaufe legierement2, c'est li boins airs et li naturex. 10 15 Li malvais airs est contraires à cestui, car il est mellés de fumees ki se lievent des estans 3 et de marès et des terres où croissent mal- vaises herbes et malvais arbres, si com sont chol, et eruce4, et ceu<e)5, et aultres malvaises herbes venimeuses, et malvais arbre venimel6 si com sont figuier, noier, et autre arbre malvais; et encore par fumees qui s'ellievent de cors mors et d'autres caroignes. Et est encore malvais airs ki est repuns entre valees et dedens mai- sons, et entre maisons, et ke li vens ne puet remuer, et ki n'est mie delitables à alener, ains le sent on gros 7, et ne s'escaufe ne ne refroide legierement au lever ne au coucier del solel, et ciertes, pau de coses sont ki metent l'oume si au desous comme malvais airs. F°3d. 20 Et devés savoir que delmalvais air comment on le doit amender por santé garder, nous le laisserons chi à dire, car nous || n'en dirons nient, car nous le dirons ou .xiiij. capiteles, là où il aprent com- ment on se doit garder de pestilence et de corruption d'air. I.B.celikiest. — 2. B. ajoute: « et quant li solaus se couche ke il se refroide legierement ». — 3. escaus. B. C. D. estans. — 4. erude. B. eruque. — 5. B. cocue. D. ceue. — 6. vermel. — 7. B. et chaut.. DE MANGIER po 4a. 20 Nous devonssavoir que toutes coses sont caudes et moistes, <caudes> et seches, froides et moistes, froides et seches, et si devés savoir que teles sont les complexions des oumes qui les reçoivent, si com li sanguins, qui est caus et moistes; li colerikes, Il caus et sès; li fleumatikes, frois et moistes, et li melancolieus, frois et sès. 25 Donques, covient, par le commandement des aut[r]eurs de phi- sique, ki vieut garder le nature qui est bien saine selonc çou k'ille trueve, qu'il doinst sanlant5 cose à le nature de cascun, c'est à dire cose caude à <caude nature, et froide cose à) froide nature, et ensi des autres natures. I. B. ajoute: u à savoir ». — 2. qu'il ne reçoit. B. ki le reçoit. — 3. [] ajouté enmarge. — 4. B. le santé. — 5. B. samblante. 5 Mais, les propres coses à garder le complexion de Tourne qui par nature est caus et moistes, si sont li pains ki est bien cuis et bien levés et fais d'un jor, et fais de boin forment pur et net 1, et char d'aigniel d'un an, et boin vin ki ait boine odeur et boine saveur et boine coleur tele com nous deviserons ça avant, et totes coses de boine complexion, de coi boins sans se puet engerrer. F°4b. 10 Che sont les propres coses à le nature de Tourne garder qui est bien sains, et totes autres coses qu'il couvient user à Tourne ne sont mie ausi propres, mais user les estuet, car tot fruit et toutchol 2 sont malvais à user por ce k'il font malvais ||sanc, et les humeurs qui de li sont engerrees se corrunpent legierement; et li plus sam- blant fruit et qui plus norissent le nature de l'oume si sont fighes et roisins bien meur. 15 Des autres fruis mangue on bien plus maintes fois por les mala- dies removoir que por boin nourissement qu'il doignent, si com de mangier coins, poires et autres pesans fruis por les viandes3 avaler et si com de mengiercohordes4, miel ons, lomies, grisomoles, piesches, poumes en esté au vin 5, por le grant caut et por le forcele, ou por le fie caut refroidier. F°4d. 20 25 Ensi poés entendre de tous leuns6, et de totes les chars, et de totes autres coses dont boins sans ne puet iestre engerrés; mais por l'usance 7 sont maintes coses qui ne sont mie boines por boin sanc engerrer à mainte nature couvignable, et vallent miex que ne font iceles que nous avons premièrement moustrees,car, si com dist Avi- cennes, se li cors de l'oume est sains, totes les coses ki li ont millor sa||vour à le bouche, miex le nourissent. 30 Aviegne que à maintes gens et à maintes natures lor plaise de diverses viandes de diverses natures mangier8, vous devés savoir que c'est li pire cose por santé garder c'on puist faire, et de çou vous mousterai raison par exemple, car qui meteroit en.i. pot cuire viandes de diverses natures, si com char de porch, car de boef, car de pouchins et d'autres cars qui ne se cuisent mie en .i. eure9, tout ausi avient à l'estomach de l'oume où les viandes se cuisent pre- mièrement, car li une se cuist avant de l'autre, et li menbre ki tous i. B. ajoute: «etchars de cievreul jouene dont la chievre soit noire, et boines hierbes, et charde viel noviel de lait ». — 2. B. colet. D. col et porees. — 3. mala- dies. B. C. D. viandes. — 4. B. caourdes. lomies, grisomeles. — 5.B.à engeun. — 6. cous. B. D. leuns. — 7. luxure. — 8. B. ajoute: « à un meignier». — 9.ewe. jors aimment1 lor norissement, prendent ausi bien le mal cuit com le bien cuit, et de ce puent avenir maintes maladies. F°4d. 5 Encore devés savoir que totes les viandes c'on prent ne doivent mie estre boillans si c'on les lieve du fu, ne si froides com s'eles fusse<n> engelees. Mais en esté covient qu'el es soient froides, et en yver caudes, et ce que nous vous avons dit de il ceste premiere cose, si com de savoir le nature et le complexion des viandes, nous l'avons dit brièvement, por ce que nous le dirons plus apertement en le partie, quant nous parlerons des simples coses. 10 15 Or, entendés de l'autre, ensi com de la quantité 2 des viandes pau ou assés 3. Il couvient assés savoir le vertu de l'oume, s'il est fors ou febles, ki la prent, et l'usance, car chil ki est de forte nature en puet plus prendre ke cil ki est de foible nature. Mais toutes vois, as fors et as foibles, si[l] couvient k'il manguent en tel maniere k'il ne se sente<nt) pesant apriès mangier et k'il ne sentent lor ventre enflé ne bruiant, qu'il ne puissent legierement alener; et ne covient mie tant mangier com li saveurs de le viande lor reviegné à le bouche, ains couvient ke cascuns laisse le mangier en tele eure k'il ait encore4 talent de mangier. POsa. 20 Et sachiés que en yver et en printans puet on prendre greigneur quantité de viandes de grosses nouretures, Il si com sont pois, feves, char de buef, et tous poissons, et autres grosses viandes, por ce que li ventrail 5 des gens sont plus fort et plus caut en tel tans por cuire les viandes. 25 30 Et en esté et en sietembre doit on prendre meneur 6 quantité des viandes ? legieres8, car les vertus sont lors plus foibles, et ne cou- vient mie que apriès chou que on a eu grant fain, c'on prenge grant plenté de viandes, pour ce ki li menbre en prendent plus que lor nature ne puet porter, por le grant covoitise qu'il ont, si en avienent trop de perilleuses maladies. 35 9 Or, dirons de le tierce cose, si com du tans, c'est à dire l'usance k'on a tenue longement, car c'est .i. cose c'on doit garder sor totes autres coses por santé maintenir, car longe usance, quele k'ele soit, ou boine ou male, tourne à nature, et por ce, vous disons que se maintes gens ont acoustumé malvaises viandes à mangier, eles lor I.B.atraient. — 2. contrariété. — 3. B. ajoute: « prendre ». — 4. B. ajoute: « aucun ». — 5. travail. — 6. milleur. B. meneur. D. menor. — 7. B. ajoute: «et soient ». — 8. B. ajoute: « si com sunt pouchin, pietris, capons, et autres legieres viandes». — 9. B. Dou tans. (en titre). poSb. 5 sont plus propres et miels lors valent que les boines, et por ce, dist Ypocras que ki ara longement .i. cose usee, aviegne qu'ele soit plus malvaise de celi qu'il n'aura mie||acoustumee, li vaut miels, et par ce, poés veoir que cascuns doit s'usance tenir. Car ki a acoustumé à mengier .ij. fois ou .iij. le jor n'en doit pas mangier .i. tant seule- ment, ains doit tenir le nombre du mangier selonc çou qu'il a acous- temé et usé, et doit mangier quant li volentés li vient. F"Sc. 10 45 20 Mais entendés ke ce soit appetis naturax1, car maintes gens demandent les viandes qui ont appetit ki n'est mie naturax, si com par le maladie que li phisitiien apielent apetit de chien et por autres maladies; et ne doit onques nus ons targier de mengier quant il en a talent, ne [de] souffrir fain. Car fains raemplist l'estomach de mal- vaises humeurs et de corrunpues, ki vienent de tout le cors, si com dist Avicennes, et li boins us et li drois si est de mengier legieres viandes avant, si com sont chol, laitues, porcelainne et autres herbes assés, et tous fruits, fors fruis pesans si com sont poires, coins, cas- taignes et autres que nous vous avons dit, et totes chars legieres si com de pouchins, de chiveros2, ||gelines et assés autres3, et totes autres viandes grosses et legieres aprenderons nous à conoistre là où nous parlerons des simples coses. Encore se doit on garderk'on acoustume mie de metre l'une viande sor l'autre, devant ke li premiere soit cuite, et ke on sente le forciele legiere por ce qu'eles ne se puent mie cuire ensamble à point et de ce puent avenir maintes maladies et grans. 25 30 Et entendés ce ke nous vous avons dit des<eure>, que les legieres viandes il couvient mangier avant, et les grosses apriès, mais cest usage ne doit mie tenir cascuns, car maintes gens sont ki ont l'estomach si caut, que ki lor donroit les coses legieres avant, eles arderoient anchois que les grosses fuissent moitié cuites; por ce [qu]ilcouvient les grosses user selonc ce que li nature4 couvient, car lointains us vaint droit et raison partout5. i.vantrax. — 2. B. cheverins. — 3. B. ajoute: « grosses viandes doit on man- gier apriès ,).. — 4. B. ajoute: « de cascun le requiert ». — 5. lonc tans us vaut droit et raison portant. D. lointains usage vaint droit et raison par tout. — On pourrait aussi restituer: « por tans ». Nous avons adopté la leçon de B. CAPITELESI DE BOIREI P6a. 25 30 Li ewe, donques, ki est boine à user si doit iestre clere, et qu'ele n'ait point de saveur, ne d'odeur, ne de coleur, car ces coses ne puetele avoir sans mellure d'autre cose, fors qu'ele doit iestre clere en totes manieres et doit coure sor tiere qui est apelee sablons, et tant com ele i cort plus longement4 Ij vaut miex, et doit courre vers soleil levant, et, tant com ele i cort, plus s'espurge et laisse le malvaistié 5. i. Dans tous les titres du ms. où il figure, ce mot est écrit: Cap'. -2.B.en titre:« De l'aighe». — 3. maladies. — 4. B. legierement. — 5. B. ajoute: «  k'ele puet avoir; et k'ele soit à soloile et as vens de toutes pars descouvierte. » 5 Et sans ceste ewe que nous vous avons nommee, si dient li philo- sophe que li ewe de le pluie qui est netement gardee et recuellie et qui est ceü<e> des hautes nues est mieudre de totes autres por ce qu'ele est plus soutiusI, car par la subtilité veons nous qu'eles cor- runpent trop plus legierement que les autres. 10 Et poés conoistre la quele est plus legiere et plus soutiels en ceste maniere : prendés .ij. dras de coton ou de lin d'un pois, et les baigniés en diverses ewes, et les repesés ariere; qu'il soient ouni 2, et les metés au solel sechier, cil qui pesera mains, li ewe où il sera moillés 3 vaura miex. Et encore vous di je que li ewe qui plus legierement [cort] par le solel escaufe et refroide, que cele vaut miex. F°6b. 15 20 Si vous dirai comment vous le devés user. Sachiés que boire ewe quant on est jeun et on est travilliet est malvaise cose, ains covient que on manguce avant .i. pau, mais que cil qui est sanguins et a grant caleur ou ventral, et as gens qui sont yvre, quant Il il ont soif, le puent plus hardiement boire, et ne mie trop ensamble, car trop boire ewe ensamble est trop male cose, car ele puet amortir le caleur natural, si com dist Avicennes; et qui a grant mestier de prendre grant quantité de ewe, si le prenge quant il aura assés mengié, et le doit prendre deliement ne mie trop engorgiement4. Et encore devés savoir que li ewe <teve> donne talent de vomir, et oste le talent de mengier. Li ewe qui est bien caude si fait mal à l'estomach 5 et fait bien aler à cambre. 25 Des autres manières de ewe et comment on doit amender celes qui sont corrunpues, ne dirons nous mie chi, nous en dirons ça avant, en sen propre liu. Dit vous avons de l'ewe, or vous dirons du vin. I.B.etpluslegiere. — 2. B. igall'un de l'autre, — 3. B. sera plus legiere et. — 4. engrogiement. D. engroissiement. — 5. B. ajoute: « mais cil ki pau l'use si leve l'estomac et le fait. » DU VIN F° 6c. 5 10 Li vins est diviers en coleur, en sustance, en saveur et en odeur, nouviaus et viès, et selonc le diversité si oevre diversement en cors d'oume. Mais li boins vins naturals si est ciuls qui est entre viès et nouviel ouniement, et que se sustance est clere et nete, et que se coleurs est blance, | et tient une partie ausi come rouge, et ki a flaireur boine, souef, et ki a saveur ne mie trop forte, ne trop foible, ains a. i. saveur entre douce et amere et vert1 : c'est li vins qu'il convient user à le nature de Tourne ki le veut sainement maintenir. 15 Car qui boit tel vin tempreement selonc ce que se nature demande et puet porter, et2 l'usance, et lipaiis, et li tans le requierent, il fait boin sanc, et boine coleur, et boine saveur, et totes les vertus de cors plus fors. Et si fait l'omme liet et deboinare, et bien parlant; et ce savoient maintphilosophe çà ariere, si com cil de le region de Pierse qui gouvernoient le pule et les cités, et buvoient boin vins ainçois qu'il vausissent conseiller ou jugier ou metre à raison les gens, por ce qu'il savoient et veoient bien que vins les faisoit plus soutiels et plus porveans en coses qu'il avoient à faire. F°6d. 20 25 Et ensi que vous veés que li vins fait bien à celui qui le boit atem- preement, ausi devés vous savoir qu'il fait mal à celui qui le prent selonc ce k'il ne doit. Car qui le prent à jeun, sor totes coses engenre goutes, por Il ce que li vins, quant il vient en le forcele, par subtilité ne demeure mie tant qu'il soit cuis, si s'en va par les menbres, tous crus, et fait venir goute et autres maladies assés; et apriès mangier, quant li viande cuist, si fait malvais boire, por ce que li viande ne se cuist mie à se nature. 30 Mais boire tempreement quant on mangue, et souvent, c'est covenable cose, et ne doit on mie tant boire que on deviegne yvre, jasoit ce que mains philosophes die que <d'iestre> enivrés .ij. fois le mois est sains, por ce que li force de vin destruit les superfluités i.B.verdelet. — 2. en. 5 du cors, et les purge par sueur et par orine 1 et par mains autres lius. Mais ciertes, de devenir yvre avienent maintes maladies si com apopletike, paralitike, espame2 et autres assés, et li menbres qui plus est grevés par trop boire si est li cerviele, et por ce, se doivent garder cil qui n'ont point de cerviele3, de trop boire. po 7a Et cil'cui 4 vins fait si legierement mal si doivent user apriès çou qu'il ont but: coins, pommes, olives au souci 5, miees de pain en ewe froide et totes coses qui fumee avalent. 10 15 20 Mais cil qui welent devenir yvre si prengent l'esdarnele 6 que phisique apele lolium, et d'autres coses si com <se>mence7 de jusquiam, de fuere et de nois muscades, et escorces de madragore, et silaloies 8, et galia muscate et autres coses qui le fumee de vin aiuvent9 à monter en le tieste; et apriès, quant il est devenus yvres por ces coses mengier, qui se vieut desyvrer, si boive soventvin aigre mellé en ewefroide et pau ensamble, et soi faire froter de ewe rose 10, et mete[s] ses piès en ewe froide, et mangue mies de pain au verjus. Et qui velt assés boire sans enyvrer, si puet user ces coses que nous vous dirons, si com semence de coins, commin, amandes parees, mente au sel, aloisne, rue seche II, ameos12 en l'ewe froideet ou vin 13. Et sachiés que cil qui ont le cervele foible se doivent garder de vin fort meslé en ewe boire, car vins fors meslé enyvre plus tost que li purs, si com dist Avicennes, et ausi 14 meslés divers vins, por diverses fumees qui raemplisent le cerveille. F°7b. 25 30 Et15 tous ces enseigne||mens que nous vous dirons du vin doit on faire, mais qu'il gart se nature selonc ce qu'ele est usee et qu'ele requiert. Car maintes natures16 sont qui aimment miex vin verdelet17 si com colerike, et autres qui aimment vin <douc> si com sanguin, et si a autres natures assés ki aimment miex vin cler, et autres qui aimment miex vin gros, et autres qui aimment miex vin nouvel, et autres qui aimment vin viés, et selonc ce c'on voit que li nature se delite plus à l'un que à l'autre, et miex li vaut, doit on user. 1. saveur et par ordure. — 2. B. espasme. — 3. B. cil ki ont les cervieles foibles. - 4. qui. — 5. B. en sucies. D. au souci. — 6. l'escarueille. B. C. l'esdarniele. D, esdarnele. — 7. si commence. B. semence de jusquiam, de suterre. C. lin et fu de terre. D. jusquium de futerre. — 8. B. silaloes. — 9. B. aident. — 10. B. et si flaire souvent la camfre et aighe rose. — II. ruesche. B. D. rue seche. — 12. amers. — 13. B. à engeun. — 14. B. ajoute: «  boire».-15.en. — 16. manieres. — 17. dous. B. D. verdelet. CAPITELES DU DORMIR 5 Vous devés savoir que li dormirs fu trouvés por 1 vertus du cors douner repos et assouagement du travail qu'il suefrent ou vellier por le travail et por le besoignier qu'il convient faire, fors que as vertus qui cuisent le viande, qui efforcent et se travaillent plus en dormir por le caleur naturel qui dedens le cors revient. F°7c. 10 15 achiés que li dormirs, s'il est fais selonc ce qu'il doit, il garde mont2 le santé du cors por ce qu'il fait bien le viande cuire, et boines humeurs engerrer; et si fait tres- passer maintes maladies qui vienent par courous, et par trop gesir à femme, et par trop || penser, et par viandes c'on prent qui metent le cors à nient. 20 Et li dormirs atempreement vaut miex as viex que as jovenes, por ce k'il garde les humeurs où li caleurs naturex se nourist, et por ce, dist Galiiens en se viellece, je mengue 3 cascun jor4, costes de laitues por ce qu'eles mi font dormir, et li dormirs me gaaigne 5 et engenre l'umeur où me caleurs est nouries. 1 25 Sachiés encore que li dormirs fermement6 est trop boins à 7 qui le fait ordeneement selonc ce que nous deviserons. Car qui velt dormir por le santé de sen cors garde<r>, il convient qu'il dorme apriès ce que li viande est avalee 8 de l'estomach, et doit iestre plus lonc li dormirs de celui qui prent assés de viande que de celui qui en prent pau; et cis dormirs doit estre de nuit, ne mie de jor; et quant il commence à dormir, qu'il gise sor. le destre costé, et puis se tourt sor I.B.les. — 2. Autre forme de mout, écrit: mot dans le ms. A. — 3. megnue. — 4. B. soir, chous de laitues et boines espeses. D. soir, cous, laitues àbonnes espices. — 5. B. garde. — 6. B. serreement. — 7. et. B. et. D. à personne qui le fait. — 8. B. ajoute:«el fons ». le senestre, et soit li cavés 1 du lit haus, et bien couvers2 de dras, car ce aide mout, avoec le dormir, à cuire le viande: c'est li drois dormirs et li naturex. po7d. 5 10 Mais qui dort de jors, si en avienent maintes maladies, si com ||3 malvaise coleur, maladie de rate, s'en devient on pesant et lens, si engenre apostumes et fievres et autres maladies assés. Donques, por ces maladies eskiver, si doivent cil ki ont acoustumé à dormir le jor, de jor en jor entrelaissier et revenir au naturel dormir de le nuit, et se les nuis sont petites, si dorment4 anchois le matinee que sor jor. 15 20 Encore devés savoir que dormirs adens est boins por ce qu'il re- tient et conforte le caleur naturel à bien cuire le viande, et li dor- mirs à envers 5 est malvais por ce qu'il fait maintes maladies venir, si com apoplesie, frenesie, fantosme, que li phisitiien apelent incubus, c'est à dire en françois apesart6, car les superfluités de le cervelle se traient par devers le haterel desriere et ne vont mie le droite voie par le nés et par le bouce, <si com eles deussent aler. Et por çou, la bouce tenir) ouverte en dormant n'est mie folie por les super- fluités espurgier; etli dormirs apriès ce c'on a prins le viande est mal- vais por ce qu'il fait le ventre enfler et bruire. F° 8a. Encore li torne<r>s de l' .i. costé sor l'autre souvent est malvais et ne laisse mie cuire le viande à Il point, et quant il avient ensi que li ons a mengié, et il li prent talent de dormir, il se doit aler .i. pau esbatre por le viande avaler. 25 Du vellier ne vous estuet mie moult dire. Car qui set le maniere de dormir il doit savoir le maniere du vellier. Car li velliers ne fait autre cose quant il n'est fais naturelment ke d'escaufer 8 et dama- gier 9 et de metre totes les vertus du cors à nient. i. B. kevés. D. caveis. —2.B.ajoute:«licors». — 3. B. ajoute:«reumes ». — 4. dorchon. B. dormient. — 5. B. souvins. — 6. que h phisitiien apelent en françois incubus, c'est-à-dire apesart. — 7. dormirs couvert. — 8. l'escaufer. — 9. B. d'amaigrir. COMMENT ON DOIT GARDER LE CORS; Ki velt le santé garder por le cors [re]movoir et travellier il cou- vient qu'il saice l'eure à le quele il le doit faire et le quantité du tra- vail, quant il sera pau ou assés. 10 Mais por ce que li travail sont assés de maintes manieres les quels il covient à Tourne faire par besoig<ne) et por gaaignier 2, si com estre fevres, carpentiers, maçons, foulons et autres manieres assés de mestiers, de ces travals n'entendons nous mie à dire. Car cas- cuns doit faire selonc ce qu'il a usé 3 et se nature li aporte. Mais nous vous dirons du traval qui est propres à le santé garder. F°8b. 15 L'eure que on doit garder por travellier si est devant mengier, et quant li viande est cuite Il par tous les menbres et que la forchele commence à demander le viande; et ceste eure pues tu conoistre par orine, ke quant l'orine commence .i. pau à enpoissier 4 et à avoir .i. pau de coleur, lors commencera li viande à cuire 5 et poés tra- vellier selonc le quantité que nous vous dirons, et quant ele est en- flammee de coleur, lors fait malvais travellier, por ce qu'il sece 6 le cors et met totes les vertus à nient. 20 25 Car trop miex valt li travals si le couvient faire quant li forciele est .i. pau plainne que quant ele est tote wide, por ce que li travals, quant la forciele est tote wide, fait le caleur croistre et enforcier, et en vienent fievres et autres maladies, et n'entendés mie 7 que quant la forciele est wide, qu'il faice por chou malvais travellier, que por ce quant ele est bien plainne, qu'il soit bien boins, car sor totes coses est li travals malvais apriès mengier, por ce qu'il fait atraire as men- bres le viande tote crue 8 de l'estomach, dont maintes maladies se puent engenrer, et n'entendés mie que deltout soit malvais li travax i. B. Li. v. capiteles dou traveillier. — 2. B. pour besoigne et pour son pain gaignier. — 3. B. uset. — 4. B. espessir. — 5. B. ajoute: « et quant ele sera un peu plus tainte et plus espesses, lors est la viande cuite ». — 6. B. seke. C. dese- che. D. seche. — 7.B.pour çou. — 8. cuite. B. crue. po8d. selonc ce que se nature puet porter. Car, si com dist li philo- <sa>phes, totes les oevres c'on fait outre ce que nature ne puet porter, ||convient qu'eles metent le cors à nient. 30 Dou reposer ne vous dirons plus ore, fors tant ke cil qui se sentent pesant por le travail qu'il ont fait, li repos est leur medecine, si com distYpocras; et ki set le maniere du travalier il doit savoir le ma- niere du reposer. I. B. par. — 2. B. suer.- — 3. B. ajoute: «à enfler ou ». — 4. B. D. à fondre etàsuer. — 5. B. ajoute: «à la nature». DU BAIGNIER Saciés que totes ewes salees et soufrees et de mer 3 valent à ma- ladies froides et moistes si com sont goutes, as maladies des rains, et i. B. Celes ki ne sunt douces sunt de maintes manieres. — 2. B. de sablon. — 3. grosses. B. vissees. D. gissees. — 4. nier. — 5. B. illuec. — 3. B. souf- freuses ameres. F°9b. 5 10 à ydropisie de froide et de moiste nature, à rougne de fleu||me1 ki rent moult d'ordure et toutes autres maladies de si faite nature.Et de teles aighes se doivent garder cil ki sont magre et de seche et de caude nature, et ki ont roigne de cole k'il amagrissentetdesechent, et leur escauffe li fies et leur done fievre et caude maladie, si com etike, causon, et autres ma- ladies assés. Aighes ki sunt d'alun, et de gis, et de fier, et d'arain, si re- froident et desecent et sont bones à maintes maladies si com || à chiaus ki rakent sanc et le gietent fors, et as menisons, <et à privees maladies de femmes>2 quant il en abonde trop, et à trop vomir et autres ma- ladies assés. 15 Li baigniers en ewe douce fais en estuves et en cuves, et en ewe froide. Cil ki velt se santé garder et sera sains et se fera baignier en estuves et en cuves, si se gart qu'il ne demort mie 3 trop, fors tant qu'il puist sen cors laver et soi netiier de l'ordure que li nature cache fors par les pertruis de le char, car d'autre cose n'a il mestier. F°9c. 20 25 Ne ne covient que il se baigne apriès mengier, por ce que li ca- leurs du baing atrait fors le caleur naturel ki devroiet cuire le viande, et por ceste meisme raison, ne doit on mie mengier ou baing, fors seulement cil qui sont maigre et sec qui welent leur cors en- craissier, mais tes craisse n'est mie boine; mais qui faire le velt et mestier en a, si le faice quant li viande commence à cuire ou fons de l'estomach, et puis boive .i. pau d'oximiel ; se c'est cose qu'il soit de caude nature, sipuetuser de piaperon 4 et Il dyamentastrum, et autre caut laituaire sont boins à chiaus qui sont de foible 5 nature. Ches coses sont boines por les maladies eskiwer ki puent avenir por le boire et por le mangier ou baing. 30 Encore se couvient il garder et atargier de mengier ou baing et apriès çou c'on est baigniés, por ce que li caleurs naturaus afoiblistdu baignier; et ne se couvient mie baignier apriès grant travail, ne boire ewe froide devant le baignier ne ou baing. Car por le baignier sont les voies aouvertes, si que li ewe porroit aler 6 es principaus menbres du corset metre le vertu à nient; et encore boire ewe bien i. Ici le parchemin de la première colonne est lacéré jusqu'en bas, il manque II lignes (fo 9, a et au verso, f° 9, d), II lignes manquent également à la fin de la 2e colonne. Nous avons rétabli les lacunes à l'aide du ms. B. dont le texte est donné en italiques. — 2. Ces mots sont raturés dans A. — 3. ment. - 4. B. triumpiperum et dyamentastrum. D. triompiperon et dyementastrum. - 5. B, froide. — 6. B. ajoute: « toute froide». 5 caude ou baing et devant mengier est malvaise cose, por ce qu'ele porroit faire l'oume devenir etike et tesike. Et à l'issir du baing, covient que on se gart de froit et que on se cuevre bien de reube, principalment en yver por le froidure de l'air; et quant il sera repossés, à l'isser du baing, si mengue atempreement tele viande que ses estomas puist soffrir et bien cuire le viande sans le vertu mout travillier. F"jd. 10 Et devés savoir que li baing||niers d'ewe caude [et de froide et de] douce, au coumencement, fait le cors devenir moiste et atempré, et por longement demorer, escaufe le cors et deseke. 15 Ki se veut baignier en ewe froide si prenge garde 1 au première- ment à sa complexion, qu'il ne sente reume ne autre maladie qui li puist grever 2, et en esté ne mie en yver, et qu'il ne se baingne pas tant que li froidure li grieve ne que si men bre li refroident 3;et que ce soit quant il vaura se caleur naturaument4 conforter, car ki se baigne en ewe froide ordeneement et selonc ce qu'il doit, il fait le caleur dedens le cors remuer 5 et enforcier. i. B. D. tout. — 2. B. ajoute: « mais k'il soit jovenes et de caude et de moiste nature». — 3. B. D. fremissent. — 4. B. D. naturel. — 5.B.C.D. revenir. D'ABITER AVOEC FEMME1 5 10 le cors maintenir en santé, et les maladies ki en pueent venir, eskiver. 15 Saciés dont ke la matere ki se part dou cors de l'home à user le feme3 si est superfluités de humeurs ke4 tout li membre norissent, et pour chou entendre, si vous couvient savoir ke toutes coses ki norissent le cors de l'home si 5 quisent premièrement en l'estomac, et cest quisement apiele fisike premiere digestion;apriès, ou fie, et ceste apiele seconde digestion; apriès si 6 quisent es vainnes ki vont par mi le cors, et çou est apielé tierce digestion. F°10a. 20 Et encore quant cil norissemens ist fors des vainnes Iletï retorne en sustance de char et d'os et d'autres menbres, lors dist phisike que c'est quarte8 digestions, si depart le matere9 ke nous vous avons nommee, à jugier10 i. Titre emprunté à la table des chapitres (p. 3). B. donne: «  Li VII. de habiter à feme. »— Les feuillets sur lesquels figurait ce chapitre dans le ms. A ont été lacérés et arrachés. Il n'en subsiste qu'un fragment de quinze lignes (f° 10, moitié inférieure de a), qui est imprimé ici en italiques. Le texte que nous donnons est celuideB(f°20càf°22b),avecles variantesdeC. etdeD. — 2. D. scet faire et user. — 3. D. que la femme rechoit. — 4. C. que. D. qui. — 5. D. se nour- rissent et cuisent. — 6. D. se. — 7. en italiques: texte subsistant de A. 8. tierce. — 9. nature. — 10. B. C. D. aviegne. que Ypocras dist qu'ele se part plus de le cervelle que des autres menbres, et cest prouve1 <par> esperiment, car il dist2 s'on colpoit .ij. vainnes qui sont desrier les orelles, cil à cui on les colperoit, n'aroit pooir d'engenrer ne de gésiràfemme. F°10b. 5 10 Or vous dirons comment et queles maladies 3 avienent par le trop user. Tous li cors en afloiblist, et tot[e]4 li veue, et tot li talent de mengier, et fait malvaise alaine, et fait malvai lise couleur, et fait venir doleur de flans, et foiblece de niers, et souvent avenir mauvaise alaine, et trestout le cors refroide, et les viertus de cascun membre met à nient, et sour toutes coses fait enviellir. Et fait plus, il fait pierdre l'en- genreretfait venir autres maladies asés ke nous ne vous contons mie pour plus briement parler. Et pour les maladies eskiver ki en avienent, si vous aprendrons le tans et l'eure ke on le doit faire. 15 20 Premieremènt se doit garder cascuns ke il ne le facequant il est plains de boire et de mengier, pour chou ke maladies en avienent,. si comme pour traveillier apriès mengier, si comme nous avons dit cha ariere 5. Et se cose avient c'on le face, si se doit on mouvoir6 et aler un pau pour le viande avaler, et puis apriès coucier, dormir.Et encor se doit on 7 garder ke onIl ne le face quant il est vuis et a grant faim, et ce chou est k'il soit magres et sès, pour chou k'il le fait etique et met9 le caleur naturel à nient. 25 30 Mais la droite eure dou faire si est quant la viande est prieske quite en la tierce digestion, et c'on soit widiet 10 d'orine et d'autre cose faire, et ceste poés savoir par les enseignemens ke nous vous disimes11 ou capitele dou traveillier. Et ceste eure n'est pas ingaus12 à cascun, car la viande se cuist plus tos à13 l'un ke à 14 l'autre;pour chou, cascuns se gart quant il cuidera ke sa viande soit quite, se15 le face, car saciés ke c'est bonne eure pour engenrer enfans, spe- ciaumentse la feme est délivré16 un jour devant de sa privee maladie. Et saciés ke hons17 yvres, et hom18 ki l'use trop, et jovenes enfans19, et homzo de grant viellece, et21 ki se lievent de maladie ne pueent 1. B. ce preuve. D. cest prouve. -2.D.kese. — 3. B. en. — 4. B. tot la veue et tot le talent. C. Li cors en afoiblist et la veue, et si taut le talent dou mengier. D. et toute la veue et tout le talent. — Il y a évidemment dans le texte confusion entre tot (de tollere, enlever) et tot (totum), tout. Le texte doit être rétabli ainsi: « et tot (tollit) le veue, et tot (tollit) le talent. »— 5. D. par- devant. — 6. D. et traveillier. — 7. D. li hons. — 8. D. qu'il. — 9. D. metre. — 10. D.wis. — 11. D. desimes. — 12. D. égal. — 13. D. en. — 14. D. en. — 15.D.lorssi, — 16. D. delivree. - — 17. D. homme. — 18. D. homme.— 19. D. jones enfes. — 20. D. homme. — 21. D. ajoute: « cil ». enfans engenrer. Mais cil ki sunt de bonne complection forte, et ne sunt pas ne trop cras ne trop magre, et ont les vaines larghes, tel home <le> puent plus faire et en fans engenrer. 5 Et pour l'atempreement faire, si comme nous avons devisé, fait le cors plus legier et fait demorer l'ome liet1, et tot 2 toutes pensees, et assouage les anguisses des amors dont maintes gens sont souspris, et fait eskiver maintes maladies ki pueent avenir ou cuer et en la cierviele par fumees ki sont detraites 3, ki par chou faire se puent vuidier. 10 15 Et saciés 4ki a chou apris à faire nel doit pas del tout entrelaissier pour chou ke tel matere, quant on le retient, s'a nature de venin, si comme vous poés veoir en femes veves, et à homes et à femes de relegion, et à pucieles ki trespassent l'eure de marier, ki muerent maintes fois soudainement si com dist Hali 5; et en avienent maintes maladies ke nous ne vous conterons mie. Et ki ne puet dou tout tenir ces ensegnemens, il vaut mius ke on6 le face quant on est plain ke quant on est vuit, et vaut miels à faire quant li cors est caus ke quant il est frois, si comme Galiens commande et ensegne. I.D.lié. — 2. C. taut. D. toult. — 3. D. qui i sont. — 4. D. que.— — 5. con dist du b'hali. C. Rasis. D. Hali. — 6. D. li hons. ,o d. I¡<POR COI>1 ON SE DOIT GARDER DE CORECHIER2 S'il est tempreement, lors a il leesce ki tient le cors sain et con- forte le caleur naturel, et li aide en totes evres 7 et li aide longe- ment à vivre. 25 Se c'est soudainement, c'est ire ki li escaufe le cors et deseche, et fait venir fievres et destruit le caleur naturel, et se li esperis et li caleurs se vienent des menbres de fors et reviegnent par dedens c'est i. Ici reprend le texte de A. — 2. B. Des accidens de l'ame. — 3.B.C.D. accidentia anime. — 4. [] passage écrit postérieurement après grattage. — 5. cors. B. D. cuer. — 6. Ce passage, omis par A, a été restitué à l'aide de B. — — 7. B. oevres. 5 ou soudainement ou tempreement. Se c'est tempreement, c'est tris- tece et envie qui refroident le cors et descendent, et amortissent le caleur naturel qui doit en santé le cors maintenir. Se c'est soudaine- ment, c'est angoisse et paours qui font le cors soudainement morir qu'il amortissent le caleur naturel du cuer et des men bres, si com li vens fait de le candelle <(et)> ce devés entendre 1 en grant pueur. Fo11b. 10 Honte avient autrement que celes que nous avons noumees, car ele avient par les esperis et par le Il caleur qui premièrement revient2 dedens, et apriès que li nature le3rechace as menbres dehors, si com vous veés aucunes gens qui d'aucune cose commencent à avoir honte, qui premièrement palissent, et puis commencent à devenir rouge. Et ceste 4 si 5 cange maintes fois le talent du cors en 6 froidure, ne mie en tel maniéré com les coses que nous vous avons dites. 15 Pensees ne sont en tel maniéré com7 les choses ke nous avons di es), car cascuns set que pensers et besoigniers à outrage destruit le cors et met à nient. Mais por ce que sans be[ig]soignier et sans penser ne puet on vivre, si couvient que on le face tem- preement por le cors sainnement maintenir. 20 Et sans ce que nous vous avons dit, il est.i. autre maniere de cose, si com de melancolie, ki moult destruit le cors8 c'onpuet removoir par purgier l'umeur et por user laituaires si com leticia Galieni9, et avoir joie et lieche. 25 Les autres, si com ire et courous, et celes ke nous vous avons noumees, n'i a autre cose de l'oublier et trespasser l'ocison 10 de coi elesvienent. i. ce dedens estaindre. — 2. B. C. revienent. — 3..B. D. les. — 4. C. chose. D. passion que nous disons honte. — 5. qui. — 6. B. de caleur à. — 7. con. — 8. B. ki puet avenir par humeurs ki est dedens le cors. — 9. B. lenticia Galieni. C. leticia Galieni. D. letisia Galieni. — 10. B. ocoison. C. oquoison. POR COION SE DOIT - SAINIER1 b:d. 20 25 Or, entendés donques premièrement de chiaus à cui il affiert plus li sainniers por le cors sainnement maintenir: c'est à celui ki sera asaziés 6 de boinnes viandes, si com de pain et de boin vin et de boine char, et ki iert demourés à repos, à celui qui sera ensi nouris et plains à outraige est boins li sainniers; et quant il est trop plains, si le puetcounoistre en tel mainiere que s'orine soit rouge et espesse et obscure, et li pous li debatera plus tost qui<l) ne sieut 7, et sera li pous mous8, et si ara dolour ou front devant, et plus ou destre ke ou seniestre; et li salive Il de se bouce sera douce, et ara le i. B. Li.ix.dousainnier. — 2. C. humours. D. humors. • -3.B.ii.coses. C.deus choses. — 4. B. puise. — 5. phisipke. B. des. auteurs defisike. —6. B. C. noris. — 7. B. k'il ne siut. — 8. B. plains et mos. visage et le blanc des iex rouge, en dormant songera tous jours de veir rouges coses, et ses cors sera velus, et ara les vainnes larges et plaines par tot le cors, et sera bien carnus et bruns, et ara par tout le cors coleur entre noire et rouge; à cestui affiert li sainniers. F°12a. 5 10 15 Autres gens, si <(com)>sontjovene de .xiij. 1 ans, et homme de grant aage, et hom <qui> de grant maladie se relieve, et femme ençainte, et hom yvres, ne cil ki a dur ventrail et plain si k'il ne puent aler à cambre, et ki a plain l'estomach et abomination2, et ki a por besoigne le cors travillié, ne se doivent mie sainnier, se grant mestier n'en ont, car, qui se fait sainnier, et mestier n'en a, il empire moult se nature et se complexion, et envieillist plus, et si fait venir ydropisie, et si taut3 l'appétit du mengier; il afoiblist le vertu du cuer, du foie, de l'estomach et de tot le cors, et fait devenir Tourne paralitike et apopletique4. Mais qui li fait quant il en a mestier, il garde le cors et remue les maladies si com fievres, apostumes, et vairoles etIl maladies qui vienent par pestilence: eschinance, mese- lerie et autres assés que vous sarés 5 çà avant. Donques, por les maladies eskiwer, et por le cors maintenir en santé, si vous aprenderons comment vous le devés faire. 20 Sachiés premièrement que ki se weut purgier par medecine et sainnier, si estuet qu'il le face en printans et à le sietembre, car ce sont li tans où les humeurs plus abundent, si com dist Ypocras. 25 Et li jors ou quel on se doit sainnier doit iestre caus et moistes, et ne mie trop caus ne trop frois; et l'eure du jor doit iestre à prime, et que on soit widiés de superfluités du cors, si com d'orine et d'autres coses. 30 En yvier, se doit on sainnier du bras seniestre, et en esté, du diestre, et apriès çou k'on est sainnié, n'estuet mie dormir, por ce ke au dormir, revient li caleurs dedens le cors qui fait le sanc escaufer et boulir, par coi li vainne reporroit ouvrir et sainnier, et en puent avenir fievres et maladies et brisemens de menbres, si com dist Avicennes. E°12b. 35 Et ne soit on mie baignié devant le sainnier, por ce ke on devient apriès Il pesans, et engroissse le cuir de le char, fors seulement cil qui ara le sanc gro;, por ce que li bains le fait devenir soutil, et n'es- tuet mie trop mengier apriès çou k'on a sainniés, ains estuet que le jor k'on est sainniés, k'on manguche pau, et ordeneement, et legieres I.B.C.D.xiiij. — 2. B.ki atropgeu àfeme, etkiamenison. — 3. B. tôt. — 4. apoplexion. — 5. B. saurés. 5 viandes, et ce, doit on faire le secont jor et le tierc, et puis apriès doit on tenir 1 à ce k'on a à usage, car grant garde couvient metre k'on ne mengut trop ne boive apriès le sainnier, por ce ke li caleurs naturaus est foible2, si se porroit amortir ausi com petisfus 3 de grant abundance de bouce4. 10 Et couvient c'on se prenge warde au sainnier, et que on en face tant traire com se nature puet porter, car miex vaut souvent 5 sain- nier que .i. fois trop grant sainnie faire; et couvient le sanc regarder, car s'il est clers et tiegne6i. pau de blanc ausi com de coleur de rose, si l'estànce, car c'est li sans ki nourist le caleur naturel. F°12c. 15 Mais se li sans est gros et noirs, si le laisse issir, et soit li plaie en esté estroit<e> et en yvier large, por ce ke li large espurge miex le sanc gros, et en yvier Il est il plus gros qu'en esté, aviegne qu'ele faice plus tost afoiblir, por ce qu'ele wide plus des humeurs et des esperis, et fait miex à chiaus qui ont abundance de gros sanc 7 et de malvais, s'il ne le font premièrement par le baignier et par autres coses delier8. Car, si com dist Avicennes, à 9 grant abundance de malvais sanc, li sainnie wiede premièrement le melleur, et le plus gros laist, por ce que li boins est aparliés à l'[1]issir plus ID. 20 25 Et couvient ke li sainniés soit en obscur liu et en froit II, por ce que li nature se travaille plus à le clarté por le regarder. Et encore couvient, ki sainnier se fait, que, se au premier cop ne puet avoir sanc, ne se faice plus ferir se moult grant mestier n'en a, por ce qu'il en porroit venir apostumes et porroit les niers ferir, dont maint peril avienent. Et <par> ce peril eskiwer 12, si vous aprenderons les vainnes ki ou cors sont c'on doit sainnier, et en quelliu ele sont13, et les queles sont à niers mellees, et les queles font bien., F°12d. 30 Les vainnes qui sont usees de sainnier si est: li vainne ki siet enmi liu du front, les .ij. vainnes qui sont es temples et les .ij. || vainnes ki sont deriere les orelles, et .ij. vainnes qui sont as angles iex14et .ij. vainnes desous le langue, et .iiij. vainnes kisont es levres, .ij. deseure et .ij. desous ; et .i. vainne qui est entre le levre et le menton. I B. revenir. — 2. B. ki est afoiblie. — 3. B. ajoute: « s'amorte par ». — 4. d'iauve. B. de buisce. D. de bûche. - C'est la bonne leçon. - — 5. soufrir. B. D. souvent. C. sovent. — 6. B. taigne. — 7. B. ajoute: « aviegne ke la sainnie ne soit pas bonne à chiaus ki ont habondance de gros sanc ». — 8. déliés. B. adelier. -9.B.kia. — 10. B. plus deliiés et plus apareilliés à l'issir. — 11. B. froidet. — 12. et ce peril si vous aprenderons à eskiwer les vainnes. B. Et pour tel peril eskiver, si vous aprenderons les vaines ki ou cors de l'home se doivent sainier. — 13. B. sient et les quelesce. — 14. B. ajoute: « deviers le nés ». Et ou bras sont vainnes ki sainnent, si com celes du chief et cele enmi 1, c'est cele du cuer, et cele du foie, et cele de le rate 2. Et encore ou ventre si en a .ij., une ki est desous le fie et une ki est deseure le rate. 5 Ou piet, sont .ij. vainnes desous les chevilles, par defors, que li phisikeapiele siatike, et .ij. autres par dedens, desous les chevilles, que phisike apele saphene. Encore i a .ij. vainnes ki sontseurle jointure du paus, 3 et ces .ij. vainnes que je vous ai dites sont celes ki sont usees à sainnier. Or, vous dirons à coi eles font bien. F°13a. 10 15 20 Deces vainnes que nous vous avons noumees, il en i a .i. partie que li phisique apiele artaires 4, ce sont les vainnes qui batent5, les autres proprement qui ne batent sont vainnes. Et de ces vainnes si est une, cele du front, ki est entre .ij. sourciels, car, ki en wieut sainnier, si couvient estraindre le gorge à .i. cuevrechief6, [1 et ausi couvient faire toutes celes qui sont ou chief, por bien veir, et cou- vient qu'ele soit sainnie en traviers, et toutes les autres vainnes qui sont en le tieste, fors celes qui sont deriere les oreilles; 7 [et li sainniers de ceste vainne si fait bien as doleurs et as longes maladies qui sont en le teste, especiaument as doleurs et as maladies qui sont ou haterel deriere, et as longes maladies des ieux. Les deus vainnes des tem ples que li fisitien apelent] [apelent] artaires8 por ce qu'eles bâtent aucunes fois, les fait on sainnier et cuire apriès chou qu'eles sont trençies, por le trop larmier9, et por reume, et por autres maladies assés qui as ieux avienent. 25 30 Les vainnes qui sont artaires I0, ki sont derriere les oreilles, si les sainne on por l'alainne qui engrosse à chiaus qui doivent devenir mesiel, et por reume, et por apostumes et por autres maladies assés qui as ieux avi<e)nent; et ces vainnes fait on II garder à sainnier por ce qu'eles sont trop perilleuses, si com dist li auteurs de phisike. Fo13b. Les vainnes ki sont es angles des iex, quant eles sont sainnies, si font bien as dolours de le tieste, et as apostumes des iex, et as larmes 12, et à totes Il les maladies qui as iex puent avenir. Mais gardés que li lancete ne voist trop dedens, por ce qu'il i a grant péril. 1. B. D. d'enmi. — 2. B. ajoute: « et es mains cele dou cief, et dou fie etdelarate. » — 3. B. poc. D. de la poce. — 4. arcaires. B. arteres. C. artaries. — 5. B. ajoute: « si sont apielés proprement vaines, les autres ki ne bâtent. — 6.B.keuvrekif. — 7. Le passage entre [] a été écrit après grattage. — 8.arcaires. — 9. B. larmiier. C. larmoiier. — 10. arcaires. — 11. B. bon. — 12. B. larmieus. 5 Les vainnes qui sont desous la langue sont boines à sainnier por les maladies qui avienent à le langue par sanc, et ou visage, et en le bouce, et à toute le tieste; et couvient qu'ele soit sainnie par lonc 1, car c'est les vainnes qui miex valent as apostumes qui vienent à le gorge. Les vainnes qui sont es levres valent as escaufures ki vienent à le bouce, et as apostumes, et as enchives2 ki sont enflees et grosses et sainnent volentiers. Li vainne ki est entre le menton et les levres est boine à sainnier à celui ki a malvaise alaine. P13c. 10 15 Les vainnes qui sont ou bras, si com cele du chief k'on trueve à le jointure du keuste3,ki est au desus 4 du brac et vient par deseure 5 l'espaule, wide le sanc des menbres ki sont par deseure le fourciele, et por ces 6 maladies qui à ces menbres avienent les doit on faire sainnier. Et à lesainnie ? de ceste vainne se doit on garder por ce ke s'<on>8 le fiert plus d'une fois et li plaie et li les 9 sera Il plus estrois et travillera le bras sans reposer; et se apostume avient si couvera tantost sainnier de l'autre brac. 20 Li vainne du fie wide le sanc ki est ou fie et es autres menbres dou ventrail10. Chele ki est enmi, por ce qu'ele ist de ces .ij. vainnes que nous vous avons nomees, si wide du sanc de l'une11 partie et de l'autre, et si couvient prendre garde au sainnier de ceste vainne por ce k'il i a niers par desous. - 25 Et cele ki ist du fie 12 par desous si doit on garder au sainnier, por ce qu'il ia niers par desous et molille13, que li lancete n'i a touché. Quant il i a toucié, si couvient queli plaie demeurt ouverte: ki le recloroit, apostumes en porroit venir; et se doit on garder de l'artaire14ki est priès de cest vainne, por ce que en l'attaire14 demeure li sans où li caleurs naturex se nourist; ançois le doit on bien des- traindre 15 maintenant, si com de sanc de dragon et paus16 de lievre17. 30 - - Et ailleurs, artaires ne doit on sainnier tors por maladies qui avi<e>nent as- membres par sanc <cler) od le délié18. Et poés 1. B. par lé. C. par lonc. — 2. B. C. gencives. — 3. C. keute. — 4. C. desous. — 5. B. C. D. desous. — 6. B. pour chou, as maladies. D. por ce as. -7.B. sainier. — 8. s suivi d'une lettre qui a été grattée. B. D. se on. — 9.B.etla plaie et li niers (D. fer.) seront trop estroit, et on traveillera le bras sans repo- ser, si en avienent apostumes, et se apostumes avienent tantost se couvient sainier de l'autre brac. — 10. travail. - -II.nule. — 12. c.-à-d. de celle du foie. — 13. B. ili a niers et mole desous, ke la lancete ne le touce. C. moule. D. moscle. -14. arcaire. — 15. B. restraindre. — 16. B. pex. C. peus. D. pox. — 17. D. ajoute: « et aloes. » — 18. B. cler et deliet. C. cler et délié. F°13d. conoistre quant li artaire est sainnie Il que li sans à l'issii sautiele. 5 10 Li vainnes k'on sainne es mains <qui sont) brances 1 de celes que nous vous avons nomees as bras, si couvient c'on loit le main à le jointure2 tot avant et mete le main en ewe caude, por ce que li vainne pert5miex; et cele qui est en le main destre, entre le petit doit et l'autre, est boinne à sainnier por le maladie du fie. Cele ki est entre le pauc et l'autre doit, si est boinne à sainnier por le maladie des iex et de le tieste. Et li vainne qui est en le senestre main, entre 4 le petit doit et l'autre, si est boinne à sainnier por les maladies de le tieste!, et li grans vainne dont ceste se depart truve on au seniestre bras, par des[O]us 6 les autres vaines, et vient par desous l'aissiele. 15 Les vainnes ki sont en ventre, cele qui est desous le fie si en fait on sainnier por ydropisie. Cele qui est deseure le rate, ou senestre, si en fait on sainnier por le maladie de le rate. F°14a. 20 Les .ij. vainnes ki sont desous les chevilles 8 par dehors, si en fait on sainnier por le doleur de le hanke ki vient au genoul et ou piet, et couvient qu'ele soit sainnie ou lonc, ne mie || en traviers, et por ce k'on voie bien, k'on tiegne le piet en caude ewe et k'on faice bender du genoul jusques à le cheville; et ce meisme 9 poroit on trover par deseure les chevilles, deseure10 le talon. 25 Les vainnes ki sont par dedens, desous le cheville, se fait on sainnier por fis, por amorredes11, por apostumes, por autres maladies ki avienent ou fondement, et por faire <Venir> les privees maladies de femmes qu'eles pierdent, et por autres caudes maladies ki leur avienent à le matris et cele part. Les vainnes qui sont desor le gros doit du piet valent as apostumes et as boces qui vienent es ainnes, et à ces meismes maladies que nous vous avons nomees. 30 Et ne doit on mie, apriès le sainnier les vainnes, trop estroit loier le bras, por ce que apostumes en vienent, et se li sans abonde trop, si puet on metre .i. pau de sel et d'oile. Et quant on se 12 fait sainnier, si puet on prendre garde au sanc; car, qui se fait sainnier por apostumes qui sont dedens le 1. blances et. B. ki sunt brankes de celes. — 2. B. et laist on courre. — 3. li ewe. B. la vaine apiert. — 4. et. — 5. B. pour délivrer le maladie de la rate. — 6. B. par desus. — 7. B. ou. — 8. B. ajoute: « dou piet ». — 9. B. ces menues vaines. C. ces meimes vaines. — 10. B. deriere. C. de desus. D. sus. — 11. B. emorroides. C. amerroides D. amorroides. — 12. le. F°14b. cors, li premiers sans ki en ist valt miex que chieus ki vient apriès, car li mal vais ki vient apriès est où l'apostume a || esté engenree, et por ce, le doit on laissier issir tant com se nature puet porter. 5 10 15 Mais ki a engaument 1 le sanc ou cors, si ne doit mie tant atendre que li sans soit cangiés, car tant en porroit issir ke se nature iroit à nient. Et doivent entendre cil qui por lesainnier afoiblissent legiere- ment, et ki ont l'estomach foible, et ki vomissent legierement le cole et ont le bouce amere : cil doivent mangier devant le sainnier une mie de pain en vin de poumes de gernates2, ou en verjus3. On en mengue por le peril qui poroit avenir eskiwer. Mais, à celui qui n'en a mestier, valt miex li sainniers devant mengier, que apriès, car, qui se fait sainnier apriès ce qu'il a mengié, si a grant péril, por ce que les vainnes atraient le viande crue por le sanc ki en est issus. Se foiblece avient par trop sainnier por le vainne ki escrieve4 en dormant ou en autre maniere, se doivent reconforter de laituaires et d'autres boines viandes ke li auteur de phisique enseignent. i. B. ieument. D. egaument. -- 2. B. pumes grenates. C. pumes grenades. — 3. B. ou en vin aigre. — 4. B. crieve. CAPITELES DE VENTOUSER diversement ou cors de l'homme selonc le diversité[s] des lius où eles sont asises2, si vous dirons qu'eles font. 15 Li tans, li lius 3 de ventouser si est quant li lune est plainne et enmi le mois, car si com aucunes gens dient, li menbre sont lors plus plain des humeurs. Li eure à coi on se doit ventouser si est 4 à tierce, ou entre tierce et prime. F°14d. 20 25 Et sachiés que les venteuses ki sont mises ou soumeçon 5 du chief, si com dient maint philosophe, valent à chiaus qui devienent fol par malvaise cierveille et auvertin 6, et garde 7 avenir cainnes 8. Mais à ce ventouser doit on bien prendre garde, car se li venteuse est mise desous le hateriel, Avicennes dist qu'eles destruisent l'entendement de l'hom, et aucunes gens font venir cainnes 9 plus tost, et font l'omme Il devenir oubliels à tous jors, males pensees et autres mala- dies assés. Mais eles font bien à toutes les maladies ki vienent as ieux et à le doleur et à le pesance qui vient as sourciux. I.sainnier. — 2. B. mises. — 3. B. eure. — 4.en. — 5. B. C. soumeron. D.someron. — 6. B. aviertin. C. esviertin. B. ajoute: « et pour acostomie ». — 7.B.targe. — 8. B. chaines. D. caines. — 9. B. kenus. D. chanus. 5 Les venteuses c'on met sor le caon 1 de col si font bien à le doleur des espaules, et as doleurs de le gorge et à tous les menbres du visage; et font bien à chiaus cui li tieste crolle 2. Les venteuses ki sont mises entre .ij. espaules font bien à chiaus ki racent le sanc par tous, et à totes les maladies du pis, mais eles afoiblissent l'estomach et font le cuer doloir3. 10 Les venteuses qui sont mises desous le menton espurgent les dens et les enchives ki sainnent volentiers, et tote le gorge, et le tieste, et les joues 4. Les venteuses des keutes font bien as doleurs qui vienent ou gros du bras 5 et traient les humeurs au keuste. F°15a. Les venteuses qui sont mises par desous les rains valent as apostumes ki vienent es cuisses, et à roigne, et as doleurs des piès, et amorroides, et as fis 6, et à ventosité ki avient <ou> poinil7|| et au matris. 15 20 Les venteuses c'on met as cuisses par dedens valent as apostumes ki vienent as couilles 8 et as plaies des ganbes et des cuisses 9. Les venteuses ki sont mises par dehors les cuisses valent as maladiès du fondement, si com apostumes et autres maladies ki vienent as niers10. Les venteusesc'on met ou cras de le ganbe si wident moult et valent as doleurs de la matris II, des rains, et de le vesie ki sont de lonc tans avenues, et font venir les privees maladies des femmes quant eles l'ont <perdues> 12 et valent as apostumes qui puent venir cele part. 25 Les venteuses c'on met deseure les ainnes 13 wident le sanc de trestout le cors, et aliegent tot le cors, et valent as maladies des estatures 14ki sont dedens le cors et puent avenir. Les venteuses c'on met desous les chevilles valent as doleurs des genouset des piès, et des 15 privees maladies des femmes. po1Sb. 30 Ches venteuses ke nous vous avons noumees sans sainnier et à sainnier valent as maladies que nous vous avons dit desus, mais ces sainnies16 furent trovees por .iij. coses qu'eles font. La premiere est por çou c'on puist cascun menbre widier || par lui, ki mestier en I. B. canole. C. canon. D. caignon. — 2. D. croule.. — 3. B. tramler. — 4. B. ieux. C. joes. — 5. B. ajoute: « par trop traveillier, mais eles afoiblissent les bras. — 6. fievres. B. fis. — 7. pornil. B. ponil. C. poinil. D. penil. — 8. oreilles. B. es couilles. C. as coilles. D. as coulles. — 9. B. ajoute «ki avienent par roigne.» — 10. B. es nages. C. apostumes des aines. D. es aines. — II. B. dou maris. — 12. B. ki perdues lesont. — 13. B. desous les nages. D. desur les aines. — 14. et as estatures. B. ki as estatines. C. et valent estatures dedens le cors. D. estatures. — 15. B. as. — 16. B. celes ki sainnent. a; li seconde, qu'el es gardent les esperis et le caleur naturel ke il ne wident; li tierce si est qu'il n' a pas peril à widier par venteuses quels menbres que ce soit, et tant ke li hom se vieut plus widier, tant couvient que les plaies soient plus parfondes. 5 Les venteuses c'on met sans sainnier, on les met por .vi. coses ke nous vous dirons. Li premiere est quant on doit traire d'une part humeurs à une autre, si k'aucunes fois met on les venteuses desous les mamieles por restraindre <les privees maladies des femmes>1 qui trop lor abonde. 10 Li seconde est de traire fors l'apostume ki sera trop repuse en parfont par le medecine c'on metera deseure. Li tierce est por retraire la matere de l'apostume, du menbre principal au plus vil. 15 Li quarte est por escaufer les menbres por le sanc qu'eles atrarent, et por le ventosité destruire. La quinte est por retraire les menbres à lor propre liu, si com de retraire les bouiaus 2qui à maintes gens avalent. Li siste si est por les doleurs de flans et du bonnent3, et du ven- trail, et de la matris ki vient par ventosité, oster. poIS c. 20 25 Et sachiés k'il fait boin prendre garde ke 4 li ventosités si tient l1 c'on le puist oster, por ce ke quant ele se tient trop, et por legiere- ment oster, si prendés .i. drapiel ou une espurge 5, si les molliés en ewe tieve et molliés entor 6, et quant li lius sera oins où li vento- sités sera, n'estuet mie targier à metre les venteuses sus, et à le premiere fois c'on le metra soit legiere, et li autre 7 plus fors, et ensi apriès tant qu'ele soit bien espurgie. 30 Et couvient à ciaus ki sont ventousé qu'il se reposent longement8, et apriès manguent tel viande que lor nature amera miex. Et con- vient ke jovene enfant s'il ont .[x]iij.9 .ans passé ne soient mie ventousé se grans mestiers- ne leur fait faire. I. Ces mots sont grattés dans A. — 2. boniaus. B. C. boiaus. — 3. B. bou- teri. C. bouteril. D. boteri. — 4. B. cornent. — 5. B. D. esporrge. — 6. encore. B. eritour. — 7. B. ajoute:«apriès». --8.B.uneeure. — 9.B.kenus jovenes enfes s'il n'a passet .iij. ans. C. trois. D..iij. DES SANSSUES ET A COI ELLES VALENT 25 < Eles valent à ciaus ki sont lentilleus, et à chiaus qui ont goute rose, et à malvaise coleur rouge6et boutonnee, et à plaies faites de lonc tans ki ne puent saner ? ; mais c'on soit ançois sainniet de vainne, car, si com dist Avicennes, li sans qu'eles espurgent vient plus de parfont que ne fait cil des venteuses. i. B.marois. — 2. B. spaumes. — 3. B. ravine. C. D. raines. — 4.B.C. D. ajoutent: « rouge ». — 5. B. C. keue. D. coue. — 6, B. ajoute: « devisage ». — 7. B. soudre. D. souder. F°16 a, 5 10 Encore couvient ke nous vous aprendons ke devant ke vous metés les sansues, ke vous les wardés .i. jor puis qu'elesseront prises, et les metés en ewe froide et clere pour espurgier ce qu'eles aront Il ou ventre, et seroit boin de les nourir de sanc d'aigniel1 ou d'autre cose devant chou c'on les mesist. Et apriès, couvient que là où on les doit metre, c'on soit bien frotés et que on i mete2i. poi de sanc de buef3 por plus tost prendre; et quant ele seront plainnes et vous les volés oster, prendés .i. pau de cendre, ou .i. pau de sel4 ou verde soie arse, ou lin ars, ou esponge arse, ou laine arse et le degoutés 5 sus, si kaïra maintenant6. F°16b. 15 Et puis qu'eles seront cheues, si couvient con leve le liu de boinne ewe caude, et ke li remanans du sanc soit espurgiés par ventouser; et se li sans ist plus qu'il ne doit et vous le volés estan- cier, si metés par deseure .i. drapel mollié en vin aigre. Se ce ne vaut, si ferés che ki plus fort estraint: prendés .i. piece de tille?, et le faites ardoir, et en faite delie pourre, et le metés par desus. Autant fait pourre de galles arses, et pourre de tiere arse rouge, et pourre de cendres bien delies, car merveilleusement8 totes ces pourres estraingllnent le sanc. i. B. d'anguille. — 2. mece. — 3.B.desancou deboe. C.D.sanc de bouc.- — 4. B. ajoute: « ou verborac ». — 5. B. getés. — 6. B. tout errant. — 7. B. C. tiulle. D. toile. - 8. merveilles useement. POR COION SE DOIT PURGIER ET EN QUEL TANS1 20 Li quarte si est cole noire, c'est à dire melancolie, ki est froide et seche. Mais li fleumes se part encore en v. manieres: Li premiere si est sause flume ki est plus caude et plus seche des autres maniérés de flume, pour ce qu'ele est mesleedecole rouge. ~0016 c. 25 Li seconde maniere si est fleume douce ki est caude et moiste, por ce k'ele est meslee|| en sanc. 1. B. Lixii. de purgier fleume et cole. — 2. B. ke les humeurs dou cors sisuntiiij. Li tierce maniere si est fleume acre 1 ki est froide et seche, por ce qu'ele est mesleeà le melancolie. Li quarte maniere si est cele ke phisike apele fleume vitreum ki vient de trop grant froidure, si com à gent de trop grant aage. 5 Li quinte maniere 2 <si est> le naturel fleume ki est de froide et de moiste nature, et n'a point de saveur. DE COLE ROUGE. 10 De cole rouge si est encore de v. manieres : Li premiere si est cole naturel rouge et cleire ki vient du fie, ki est caude et seche, si com nous vous avons dit. Li seconde maniere si est cole citrine ki a coleur d'un fruit ki a nom cetre 3, ki est faite de fleume, de cole rouge, et n'est mie si caude comme li premiere. 15 Li tierce maniere si est cole viteline 4 ki est samblans à mouiuex5 d'ues, ki est faite de fleume qui vient de grant froidure, et de cole[ur] rouge et cleire, et mains caude des autres. Li quarte maniere de cole si est verde ausi que jus d'ierbe ke phi sike apele prasine, et ce naist especiaument en l'estomach. F°16D. 20 Li || quinte maniere de cole si est erugineuse 6 ki est samblans à rouge 7 d'arain ki vient de trop grant caleur et est nature de venim. DE COLE NOIRE. De le cole noire sont .ij. manieres. Li premiere et li naturaus [.Li premiere] est loiee8 de sanc, et ceste est vraiement seche et froide. 25 Li seconde est ki vient par grant arsure de caut, si est apelee cole noire et est plus caude de l'autre. Ce sont les .ij. manieres des humeurs ki ou cors de Tourne puent abonder et les queles il couvient estre purgies par medecine. 30 Mais du premier, si com du sanc, nous vous avons dit comment on le doit purgier si com par sainnie et par medecine, si com de casse fistule, mauve, violat, fleurs de bourraces; mais li sainniers est plus propres, por ce que li lius où li sans demeure si est tous tans 1. autre. B. Et une autre maniere ke la fisike apiele fleume anoce. D. fleume ancre. Il faut lire: fleume acre. Le texte latin de Johannitius, dont ce passage est la traduction, donne: « Est et acre pertinens ad frigiditatem et siccitatem. »— 2.de naturel fleume. — 3. cedre B. cetre. C. chedre. D. citre. — 4. vitrine. B. C. viteline — 5. B. mieul. C. moieus. D. moiaus. — 6. B. C.verde. — 7. B. roulle. — 8.B.C.lalie. 1°17 a. 5 10 dedens les vainnes, et les autres humeurs si ont liu dehors les vainnes; et n'entendés mie que de ces humeurs ne puissent estre meslees au sanc dedens les vainnes, car tous jors [avoec le sanc] || de ces .iij. humors que nous vous avons noumees si sont avoec le sanc dedens les vainnes meslé, et ce se puent bien avoec le sanc par sain- nie espurgier. Mais quant eles sont dehors les vainnes, si couvient qu'eles soient purgies par medecines. Et ançois que nous vous apren- dons coument vous devés purgier quant eles abondent trop, si vous estuet savoir les signes coument vous connisterés li quel abondent trop1. DEL SIGNE DE FLEUME. 15 Li signes de fleume quant il abunde trop par tout le cors, si poés conoistre ke quant l'orine sera espesse et blance, lors abunde li naturex fleumes; et li autres est ki vient de grant froidure 2 quant l'orine sera blance et se sustance sera entre es[s]pesse et coulouree; si sera li fleume douce et clere, lors sera habundance de fleume noire; et s'ele est coulouree en tel sustance si sera fleume sause 3 ; et s'ele est espesse et colouree si sera flume douce. 1°17 b. 20 25 Awec çou, ki tele orine aura, il aura doleur en le tieste à le Il seniestre part, de la tierce eure de le nuit en avant, et aura le visage pale et dormira serreement, et sompnira tous jours pluves et rivieres, et si habunderont tous <jours> cuiçons4selonc le saveur de le maniere du fleume, et li bruira li ventres, et li cuira mal se viande, et sera pesans et lens 5, et aura usé6 viandes froides. Vous devés savoir ke cist signe sont de fleume. i. B. ajoute: « par tout le cors. » — 2. Tout ce passage est obscur. Voici les eçons des autres mss. où se retrouve d'ailleurs la même obscurité. Il manque un membre de phrase.— B. quant l'orine sera blanche et bien espesse : lors sihabonde la natureus fleume. Et l'autre ki vient de grant froidure quant l'orine sera blance et la sustance sera entre espesse et clere ; lors si sera habondance de fleume enoce, et se ele est coulouree en tel sustance : si sera fleume sause, et se ele est espesse et coulouree si sera fleume douce. — C. La maniere de fleume si est: quant li orine sera blanche et entre espesse et clere c'est fleume ancre. Se ele est coulouree c'est fleume sause. Et s'ele est espesse et coulouree douce avoec, cil qui tel orine aura si aura dolor ou chief. — D. quant l'orine sera blance et bien espesse : lors si habunde le fleume naturel et l'autre qui vient de grant froi- dure, quant l'orine sera blanche et sa sustance sera entre espesse et clere : lors si sera habundance de fleume ancre, et se elle est couloree en tel substance: si sera sausse fleume. Et se elle est espesse et couloree : si sera fleume douce. — 3. cause. — 4. B. cascun selonc la. — C. cuiçons. D. tousiours cuissons. — 5. D.ajoute:«dou cors ». — 6. D. uset. LI SIGNE DE LE COLE ROUGE. Li signes de le cole rouge ki abunde trop par tot le cors si est quant l'orine est rouge et clere, de soutil sustance, et aucune fois si puet estre de grosse sustance. F°17 c. 5 10 Seli cole viteline 1 et li cole citrine habunde, li pous va tost, et vient doleurs 2 ou front, ausi com dedens les iex, et a le grigneur doleur à le tierce eure du jour douques au viespre, et li visages et li blans des iex se traira en gaune 3, et tous li cors, et ara le bouche amere et le langue aspre et seche, et petit appetit de mengier, et grant talent de boire tous jors, || et tous jours songera fu et rouges coses. CAPITELES DE COLE NOIRE MELANCOLIEUSE. 15 20 Li signes de cole noire est melancolie, et quant l'orine est blance etclere et aucunes fois gaune et est soutiex plainne d'escume; et aucune fois quant li cole espurge par orine si est l'orine espesse4, et li pous sera tardius 5 et pesans, et li visages et li blans des iex seront pale, et piers, et cacieus 6; et li saveurs dou router7 sera ausi com de vin aigre, et li songe seront estrainge et paoureus, et li doleurs de le tieste sera pesans et plus en cele part senestre et par deriere qu'en autre liu, et li doleurs sera plus entour vespre8, et tous li cors sera pesans et lens et mal coulourés, et li ventres li bruira: ce sont signes des humeurs qui habundent parmi le cors. F°17d. 25 Or vous estuet savoir, ançois ke nous vous aprenderons le cors à purgier, ces coses si com de conoistre le tans, le complexion et l'aage, le maniere du cors, le santé 9, le vertu, et s'il est hom ou femme, et le païs. Car selonc le diversités des coses, cou||vient pre- mierement <(le)>10 purgier diversifier si com vous orrés. 30 Sachiés premierement ke li tans de purgier si est en ij. manieres. La premiere si est de savoir le tans du purgier, ki wieut sain garder le cors. Li seconde est de garder le tans por le maladie removoir, et ceste n'est mie de no entention, si com de dire en le quele maladie on se doit purgier au commencement, et à le quele en la fin. Mais, de le premiere devés vous savoir ke ki wieut le cors purgier, et mestier en a, k'il s'espurge en printans et en sietembre selonc le I. vitrine. B. C. D. viteline. — 2. de jor. B. doleurs. D. de jor. — 3. B. ganne. C. D. gausne. — 4. B. C. ajoutent: « et pierse ». — 5. B. tars. — 6. C. cachieus. D. chacieus — 7.B. reuper. — 8. B. encore viers viespre. — 9.B.l'usance. — 10. B. le. 5 commandement Ypocras, car ce sont les .ij. parties de l'an plus temprees. Et s'il avientqu'il couviegne le cors purgier en esté ou en yver par besoigne, si couvient, en esté, ke li airs de le maison soit refroidiés de fuelles 1 de myrte, de roses, de fuelles de vigne, et d'autres herbes; et en yver, couvient escaufer l'air de le maison de carbons sans fumee. F°18 a: 10 Et ne mie seulement ces2 tans couvient garder, mais quant on Jile doit faire ou de jor ou de nuit, <car se li prins tans tient la nature del yver si com3 d'iestre frois, vaut mius à donner de jours ke de nuit>4 por le froidure de le nuit, se ce n'est5 medecine de grosses sustances, si com sont piles. Seli sietembres tient le nature de l'esté, si com de caleur, si vaut miex à done[i]r6 de nuit ke de jor, por le caleur du jor. -- - - -.. - - 15 20 Or vous dirai de le complexion. Cil ki sera colorikes, caus, et sès, et magres, à chiaus couvient douner legiere medecine 7, et ciaus puet on legierement purgier par vomir, mais qu'il aient le pis large8.Achiaus ki sont sanguin convient legiere medecine, mais il le sueffrent plus fortke li colorike. Fleumatikes et melancolieus le suefre plus fort que li colorikes, et li melancolieus plus fort ke li fleumatikes, et les puet on legierement purgier par desous por ce ke les humeurs sont pesans. F°18b. 25 Encore doit on garder à l'age ki se vieut purgier, car li enfant et cil qui sont de grant aage ne suefrent mie fors 9 medecine por le foi- blece de lor complexion, mais cil ki sont de .xx. <ans> ou de .xl. suefrent plus fort me||decine por le nature ki est en aus plus forte. DuCORSGARDER. Le maniere du cors doit on garder. Cil ki sont fort et carnu sue- frent les medecines fors; et cil ki sont maigre et alis, à chiaus cou- vient douner les legieres medecines. 30 DE LE VERTU GARDER. Le vertu doit on garder s'ele est fors ou foible, car selonc ce, doit on le medecine douner, car sour toutes coses doit li cors foibles re- douter à prendre medecine. i. B. ajoute: « desauc ». — 2. de. B. ces. — 3. con. — 4. < )> Passage omis par A, restitué à l'aide de B. — 5. B. se cho est medecine de grosse substance. — 6. Mot surajouté. — 7. B. ajoute: « por chou ke les humeurs sunt legieres, si les puet on par legiere medecine purgier ». — 8. les piès larges. — 9. B. forte. 5 L'usance doit on conoistre. S'il est usés de prendre medecine, douner li doit on selonc çou. Et sour totes coses, se li ventraus se muet legierement ou envis 1, et s'il vomist <plus> volentiers k'i<1> ne va par desous, car selonc ces diversités couvient medecine douner. Encore convient garder se c'est hom ou femme ki se welle pur- gier, car li nature de le femme si est plus foible ke de l'hom, et por ce, leur couvient plus legierement2medecine doner. DE CONOISTRE LE PAIIS. F°18c. 10 || Le paiis doit on conoistre por ce k'en caus paiis doit on douner plus legierement 3 medecines, et si se purg<e>4 on plus legierement par deseure ke par desous. CAPITELES DU FROIT PAïs. 15 20 En froit paiis doit on donner plus fors medecines por les humeurs ki sunt grosses et pesans, et les puet on <plus> legierement es- purgier par desous ke par deseure 5. Et apriès çou ke dit vous avons si convient garder se li matere 6 est petite ou grans, ou s'ele est caude ou froide et en quelliu ele est. Car s'ele est en grant quan- tité, si couvient plus fors medecine donner que s'ele est en petite. Et selonc le liu doit on le medecine diversifier, et regarder avant que les coses que nous vous avons noumees ne soient contraires, si com les vertus et autres coses, car sans ces coses garder ne puet nus droitement7 ouvrer fors qu'en taske, si com font aujordui 8 li mal- vais phisitiien. DE LE MATERE MEURE<R)>. F°18d. 25 30 Or vous couvient savoir comment vous || devés le matere meurer, car selonc les commandemens Ypocras, il couvient le matere9 meu- rer ançois qu'i<1> le couviegne purgier, et por ce, qui 10 counistra que li cole rouge abunde <par> les enseignemens que nous avons devisé, si se convient en tel maniere meurer, car premierement il convient qu'il se garde de mengier coses salees II et toutes seches coses, et couvient ke on usececoses moles si com sont brouwet de poucins, d'uès mols12, de joutes13 de bouraches, d'esraces et de I.B.envis. — 2. B. legieres medecines. — 3. B. legieres. - — 4. purgon. — 5. par deseure ke par desous. B. par desus ke par deseure. — 6. nature. — 7. B. droiturirement. — 8. B. as jours d'ore. — 9. B. ajoute: «crue ». D. quant ele est crue. — 10. qu'il. — II. B. ajuoute : « et roties ». — 12. mais. - 13. B. de joutes si com d'arraches, de bouraces. C. porees de borraches. D. poree de bourraches. bietes, car, si com dist Ypocras, ki vieut le cors purgier, si le couvient amolir avant. 5 Et se gart bien boire vin fort et d'especes caudes, et couvient mengier pau, et couvient prendre cascun matin et cascun soir1sirop acetous ou sesacre2 à ewe caude, et ce doit on faire tant ke matere3 soit meure, et s'en puet on <a>percevoir quant li ventres cou- mence à amollir et l'orine à espessier, et <apriès si> prendera ceste medecine. F°19 a. 10 15 Tot avant, fera une decoction de violetes, de poumes 4, de se- mence || de cahordes 5, de melons, de citroles, d'ierbes froides si com de politricum, adyemptos 6, capilli veneris, et une rachine de fonoil, et de sebesten7, et de jujubes, et quant totes ces coses seront cuites en ewe, si les coulera on, et apriès convient desolvre .i. once de casse fistule mondee, demie once d'oximellaxatifouvrés de laituaires, de jus de roses ouvrés de silitikes, de frigido Cophonis, car tot cist laituaire purgent le cole et refroident le cors. Et ne convient mie prendre ces laituaires en se medecine ki a fievres, ou ki a le fie es- caufé, car eles sont aguisies de scamonie. 20 Mais il puetprendre .v. drames de jumbarbe8 ovrés de mi- rabolans citrins et faire pourre, et metre en l'ewe des coses ke nous vous avons noumees, et soit froide, et le doit on laissier de le soir jusques à l'endemain, et puis le puet on prendre et douner à chiaus qui ont fievre et ki ont le fie escaufé. Et encore puet on prendre le jumbarbe8 ou cler lait, ki à ewe ne le vieut prendre. po19b. 25 30 DE FLEUME PURGIER. || Ki vieut le fleume purgier ki trop abunde, si le couvient meurer premierement, si com d'amolir le ventre de porees 9 de bouraces, d'espinaces, d'erraces, de persin, de fenoul, et à boinnes especes si com de caniele, safran, gingembre, cardamon, brouet de gelines et d'uès à ces meismes especes. Et apriès, buvera cascun jor ewe caude, au matin et au soir, ou oximel simple ou ovret 10, sirop fait de ra- cines de fenoul, de persin, d'ache, d'esparge, de bruch 11. r. jor. B. D. soir. -2.B.cysacre.D.cesacre. — 3. nature. — 4.B.D. prunes. C. prones. — 5. B. caourdes. C. cahourdes. D. coordes. — 6. B. poli- tricon, adyemptos. C.politercon, adiantos. D. pelitricum, adiemptos. B. ajoute: « cytharac ». C. citerac. D. citarac. — 7. B. sabatem. D. sebaten. — 8. B. reubarbe. — 9. B. joutes de bouraches. — 10. B. D. vert compost fait de racines de feneule. -II.bruil.B. bruc. D. bruch. F°19 c. 5 10 Se li fleume est plus grosse, apriès, quant ele sera meure, si le porra on conoistre par l'orine ki sera plus colouree et ne mie si es- pesse, et li ventres sera plus maux 1, si porra prendre ceste mede- cine: et fera premierement ceste decoction où ces coses seront cuites si com polipode, racine de fenoul et de persin, aloisne, anisi, caroi, dauci, et quant li decoctions sera faite et coulee, si destemperra on l'ewe dedens demie once de benoite ou .v. drames de laituaires2, et s'il avoit fievres de fleume, si convient ke il prenge 3 en le décoc- tion mirabolans kebles 4||.v. drames, quant li ewe sera froide, et au matin sera coulee. CAPITELES DE LE MELANCOLIE PURGIER. 15 20 Ki vieut le melancolie purgier, si convient user le diete ke nous vous avons dite en le fleume, et encore plus 'caude; et convient user oximel squilliticum5 ou oximel compost, et le main et le vespre, tant que li matere soit meure, et de ce se puet on apiercevoir quant l'orine sera plus colouree et plus espesse, et dont prendra6 tel medecine : il fera cuire en ewe polipode, senecune 7, et epi- thime 8, cuscute et <a>garico, racines de fenoul et de persin 9, et apriès, quant eles seront cuites, si convient destemprer demie once de cassee et demie once de dyasené10laxatif,etprendre au matin. Mais ki a fievre si doit prendre v. drames de mirabolans indesII ou lapis lassuli. 25 Ensi doit on purgier les humeurs ke nous vous avons dit, mais que on garde que li laituaires soient aguisié de boine [n]escamonie, por cascun libre, une once, et qu'il soient bien fait et loyalment de boinnes coses. F°19d. 30 Et ne devés mie entendre ke nous vous doignons ces Il medecines ke nous vous avons dit, sans garder à le vertu et à le complexion et as autres coses, car selonc ces coses, convient le medecine diver- sefier. Ces medecines c'on donne en piles et en porre, et en autres manieres, si laisserons à dire, por ce que li matere seroit trop longe. Apriès ce que dit vous avons, [couvientsavoir en quel maniere on doit prendre le medechine, car il couvient, ki prent medechine, k'ilne se travaille mie trop, mais k'il soit] 12 à repos en maison ne mie I.B.mos.D.mol. — 2. B. ajoute: « dous ». D. douce. - 3. le purge.- 4. B. quibles. D. crebles. — 5. squillicitum. — 6. B. ajoute: « puis apriès ». — 7. B. D. sene chime. — 8. B. epetyme. D. epythime. — 9. B. ajoute: « et anis ». — 10. B. dyassene. D. diasone. — II. B. yndes. — 12. Le passage entre [ ] a été écrit après grattage. F°20a. 5 10 trop caude, ne trop froide. Et apriès, quant il l'ara prise, se ce sont piles, qu'il dorme sus; et se c'est en laituaires, si puet .i. pau dormir, et se c'est en coleur<e>1 et ele est forte, si fait boin dormir sus, et se il est foibles, si ne doit on mie dormir, si com dist Avicennes 2. Et quant ele commencera à removoir le cors, si doit on se movoir3 por medecine <faire> ouvrer, si com dist Ypocras, et ne doit on mie dormir 4 tant com ele oevre, car li medecine en piert se vertu. Ne ne couvient qu'il menguce ne boive tant ke li medecine ait ouvré, se ce n'est ewe caude por le medecine conforter, et quant ele aura ||ouvré .iij. fois ou .iiij. on boive5 ewe froide à chiaus ki prendent jumbarbe ou mirabolans. 15 Et quant il sara 6 k'il sera purgiés et bien widiés, et k'il commen- cera à avoir .i. pau de soif, et qu'il veira as egestions venir autres humeurs que celes qu'il vaura purgier, et ne se widera plus, si porra mengier gelines, capons, et boire vin tempré en ewe caude, se ce n'est medecine de jumbarbe ou de mirabolan où il convient boire vin en ewe froide; et apriès si puet on dormir et reposer, et s'on dort bien serrement7, on doit [sa]savoir vraiement ke li medecine a esté boinne. 20 Et le secont jor apriès, ou le tierc, se puet on baignier en ewe tieve où il ara roses, por le cors laver et por les superfluités espur- gier que li medecine a cacié. po20b. 25 30 35 Et por ce que maint peril avienent apriès ce que les medecines sont dounees, ou por le coupe du phisitiien, ou por le coupe de celui qui le prent qui ne se set garder, si vous aprenderons <comment on le puet amender. Et si vous dirai> premierement de le menison k'il en avient8, c'est c'on ne voise plus ke on ne doit9 ; si se faice loier à .ij. || bendes le gros du bras 10 bien et fort, et les mains et les gambes, et faire froter les mains et les piès, et faire cuire .i. geline vielle ou une tourterelle en ewe où il ara goume adragant, et so- mac, et goume arabiche, et bolarmenicum, et de ces ewes buvera. Et convient faire .i. baing, por le force de le medecine afoiblir, d'ewe tieve, mais qu'il demeur<e> .i. pau dedens. Et tele11 menison puet on conoistre quant cil qui prent medecine ara trop grant soif, et espurgeront les humeurs qui ne doient mie purgier. i. B. coleure. D. couleure. — 2. B. ajoute: « Et si tost ke on l'a prise, ne se doit-on remouvoir tant ke ele soit avalee. » — 3. removoir. — 4. donner. — 5.ou boinne ewe caude. B. on boive aighe froide à chiaus ki. D. ou boire yeau froide. — 6. B. saura.- — 7. seriement. — 8. B. ajoute: « car se menisons en avienent ». — 9. B. seule. — 10. bars. — II. En cele. 5 Se fievre li avient por le medecine ou por autre male garde, si boive de l'ewe d'orge assés, et faice faire .i. baing en ewe tieve por suer. Ce couvient faire se c'est fievre efimere1 ki dure .i. jor ou .ij. ou .iij. si com tierçainne2, cotidiaine, ou autre fievre. Et se c'est putrede, si convient derechief le matere espurgier, mais qu'il soit renforciés. F°20c. 10 Ke se estorsions li avienent por le medecine ou por froit, car por le medecine, avient qu'ele n'espurge mie l'umeur qu'ele doit purgier : si prendés dras de lin, et les metés en ewe caude,||et les espriendera on, et si caus c'on les porra soufrir, les metera on deseure le fourciele, ou une vesie d'arein plainne de vin ou de ewe caude, ou tiulles caudes envolepees en drap, ou millet3 mis en .i. sachet, ou entrer en baing de ewe caude. 15 20 Et se pressions 4avienent ou par grosses humeurs, ou par froit, ou par fort medecine; se par grosses humeurs ou par froit avient, si convient faire une clistere d'ewe où retrais 5 sera cuis et malves, mercurial, c'est6 por ces humeurs espurgier ï ; se c'est por le mede- cine, si le convera demorer en ewe, jusque à le boutine8, où seront cuites escorces de castainnes, de poumes guernates, d'aquacie, ipo- kistidos 9, escorce de pronniers, de nespliers, de çorbiers, de coi- gniers; ou on face autres esperimens ki moult sont boin, si com de prendre fumee de pois graillés10 par deseur les carbons. 25 Et se vomir le convient11 par le medecine qui est atoucie12 à le sustance de l'[estomach, si buvera ewe où sera cuis mastich, goume arabique et sirop rosat. Se c'est par humeurs ki sont à l'estomach par l'estracion de le medicine ki est atocie, si se convient purgier par medichine vomica. F°20d. Se c'est sang]llous13 au commencement du purgier ou en le fin, il couvient, se c'est au commencement, le forciele escaufer par froter, ou par esmovoir le cors, par metre tiules caudes sor le forciele, ou .i. vesie d'arain plaine d'ewe caude, car cis senglous avient por le medecine qui a les humeurs à la forciele atraites. - Se c'est en le fin, por trop widier, si se couvient haster de lui aidier, por ce k'il i a peril du cors 14. Si li doit on doner brouwet i. B. fievre estrine. - 2. B. ajoute « ou». — 3. B. ajoute: « rosti ». -4. B. D. espressions. — 5. B.brens.D.bren. — 6. seil por les humeurs. -7. B. ajoute: « se chou est par froit, si pregne on bren et le face on cuire en vin, et le mete on en .i. sakellet, et sera li malades descure. »- 8. B. bouteril. D. bou- teri. — 9. de quartie. B. quatre yposquitides. D. d'aquatie, iposquitidos. —10. B. gresoise. — II. B. li avient. — 12. B. accochie. D. acrocie. — 13. Ce passage entre [] a été écrit par un autre scribe après grattage. — 14. B. de mort. de gelines et soupes en vin bien tempré, et oindre l'estomach de bure, d'oile violat et de diauté 1. 5 Et s'il avient cose que on ait trop grant soif por çou que on est trop widiés, si sera cuite en ewe gomme arabique, goume adragant, et psilium, et de ceste ewe buvera seürement2 ; et pora boire syrop rosat avoec ewe tieve, ou avoec ewe cuite, ou avoec semence de coins, et tiegne sor le lange [semence de] candi, et leve se bouce souvent de froide ewe mais ne avale point. F°21a. 10 15 Et s'il avient menisons de sanc que les entrees > soient escor||cies por le medecine qui est trop fors, ou por les humeurs ki sont trop aigres si com est cole pressime 4 et rougeneuse, si boive brouwet de geline où sera cuite goume arabique, goume adragant, soumac, bolarmenique, sanc de dragon, et soit tout cuit en ewe de pluie, et puetboire de cest syrop qui soit fais de balaustes, d'escorce de poumes guernates, de cachie 5, de jus de plaintain, d'ewe de pluie et de citre6. Encore puet on user dyacodion7 et atanesie8. 20 25 Et s'il avient à celui ki prent medecine, trop grant foiblece por les humeurs ki sont venues9 habundanment à le forciele, par force de le medecine, si convient le malad[i]e escaufer, et les piès et les mains froter, et faire par aucune medecine rendre par le bouce, si com catapocis10, nois vomike et ewe tieve11; et se li foiblece avient por ce qu'il est trop purgiés, si doit prendre jus de gelines, et faire soupes dedens à 12 cardamonde et de caniele, et mangier .i. pau de geline et de piertris, et boire vin tempré en ewe caude, et doit flairier roses, mertilles 13, musc, ligno aloes. F°21b. 30 || Et s'il avient k'i<1> soit contrains par le medecine 14 por trop wieder, si n'i a mestier ne painne 15, car si com dist Ypocras, ceste est mortex se li contraiture est par tot le cors. Mais se li contrai- cions est en parties, si li estuet oindre l'eskine deriere par tot le dos de dyauté, de burre, d'oile violat, et faire baignier en ewe où seront cuites malves 16, violetes, retrais17, persins, ke nous vous avonsdit, et à l'issir du baing, oindre de lait de femme, et en tel maniere ke nous vous avons dit, poeés le peril de ces medecineseskiwer. i. D. diate. -— 2. B. tieve. C. D. tiede. -3.B.estatines. D. intestines. —4- B.D.pressine. — 5. B. d'acatie. D. d'acacie. — 6. B. D. chucre. — 7. dyaconi- cidon. B. dyconion. D. dyacodion. — 8. B. atanaisie. — 9. B. trop. — 10. capo- titis. -II. B.iamia. — 12. B. pourre de. — 13. B. melees. B. D. mertilles. — 14. maladie — 15. platime. B. painne. D. paine. C. si n'i a nul conseil.— 16. malvaises. B. menues. C. mauves, wimauves. D. mauves. — 17.B. bran- corsine. C. D. brens. POR COI IL FAIT BON USER LE VOMIR F°21c. 5 10 15 omirs, si com dist Avicennes, est especiaus medecine por pur- gier l'estomach des malvaises hu- meurs, et le tieste, et apriès tot le cors; et pour chou, qui <le> fait selonc ce k'il doit 1, si garde le santé du cors et2 aide le vertu de l'estomach à cuire le viande, por ce k'il espurge les malvaises humeurs ki à l'estomach sont contraires, et aliegent le tieste, et fait boine veue, et rent le talent de mengier à chiaus qui ont abhomination, et est boine medecine || à meselerie et au mal saint Leu3, se li racine du mal vient de le forciele, et au paralitike, et à chiaus ki tranblent, et à goutes de, hankes, de genous et des piès, et d'ytropisie, et à totes longes maladies. 20 Mais se li vomirs est fais outre mesure, il deseche le cors et fait mal au fie et au poumon, il afoiblist l'estomach, le veue, et fait mal au pis et les vainne crever ki sont ou poumon, et por ce, fait devenir Tourne tesike,et acroist totes les maladies de le tieste qui ne vienent des autres menbres, et autres maladies assés. 25 Et por ce, vous dirai comment on le doit faire. Car, si com dist Rasis etYpocras, por le santé garder, doit li hom <vomir) .ij. fois le mois, l'un jor apriès l'autre, por espurgier le secont jor ce ki remanra du premier. Et convient, ki faire le veut, qu'il mengue I.dist. — 2. ki. — 4. B. saint Eloi. C. sain Leu. D. de saint Leu.. 4 moult .ij. fois le jor et boinnes diverses viandes1, car s'il n'en mengue ke une, li estomas le retient plus que les diverses, et con- vient qu'eles soient boinnes2 miex que malvaises. F°21d. 5 10 Et quant il doit vomir, si se doit mouvoir por ce que li mou||voirs fait plus tost rendre que li reposers 3. Et convient qu'il ait coton sor les iex, et puis soit bendés jusk'à tant k'il ara vomi; et por bien vomir, si prenge .i. plume ointe d'oile d'olive 4; et doit prendre de ces coses devant le vomir, car c'est chou ki ligierement le fait 5, si com eruke, rafle, semence d'airaces6, calamenton vert, oignons, porions, ewe d'orge à tot se lie, miel, vin dous, et nois mengier en miel, et melons et cocombres, et catapuce7, et elebre8. - Et ki boit elebre9, por ce k'il fait forment vomir, si le doit on boire à jeun, apriès ce que .ij. eures du jorsontpassees, s'iln'i a cose ki soit contraire. po22a. 15 20 Et s'il avient que li medecine oevre soudainnement et fort, lors se doit reposer, et flairir coses de boin flair, et froter les paumes et les piès, et boire .i. pau de vin aigre, et mengier coins à .i. pau de mastic por paour ke10 li vomirs ne deviegne trop fors, car s'il est trop fors, qu'il donne angousse, et k'i<1> fait les iex issir fors et les fait rougir, et Il fait suer, et amortir le vois, en tel sueur11a peril de mort. 25 Mais li vomirs est boins dont on se sent plus legier et ki ne fait mie alener angoisseusement, et li drois tans c'on le doit faire si est en esté, et le doit on faire à miedi. Apriès çou c'on a vomi, si doit on laver se bouce 12 d'ewe et de vin aigre, et boire .i. pau de vin de puns de gernate à mastic, et convient qu'il ne manguce ne ne boive tant k'il soit reposés boinne eure13. - 30 Et se puet baignier, mais qu'il ne demourt gaires, et quant men- gier li convient, si mangut boines viandes et legieres et ki se cuisent legierement. Et ne convient mie vomir apriès sainnier se .iij. jor ne sont passé. Et du vomir se doivent garder cil ki ont le pis estroit, et ki mal- vaisement alainnent, et ki legierement rachent le sanc, et qui ont le col graille, et ki ont l'estomach foible, et tot cil qui ne l'ont usé 14, i. B. ajoute: « etpau ensamble ». — 2. B. ajoute: «por chou ke li estomas ne les vosist rendre, et pour chou vaut mius ke eles soient boines ke mauvaises. »— 3. B. ajoute: « et li reposers retenir. » — 4. B. et d'olie de sisseme. — 5. B. vomir. — 6. B.arraces. — 7. capatute. B. D. catapouce. — 8. lebre. B. celebre. D. crebre. — 9. crebre. B. celebre. D. crebre. - -Io. ki. — 11. B. C. vomir. D. sueur. — 12. B. ajoute: « et le visage ». — 13. B. piece. — 14. aise. B. D. usé. et ki sont moult cras, car li purgiers par desous leur vaut miex, et les femmes ençaintes. - po22b. 5 10 Et se ce avient que li vomirs soit || outrageus et qu'il ait grant doleur ou ventrail, si vaut à metre deseure1 drapiaus molliés en ewe caude, et s'il a grand doleur en le iorciele, si met on .i. ven- teuse sans sainnier, et oigne l'estomac par dehors d'ole violat ; et s'il a senglout, si doit estiernuer et boire .i. pau d'ewe caude por le vomir estankier, et se doit efforcier de dormir, et loiier les bras et les ganbes, et conforter l'estomach d'enplaistre, et boire jus de pourcelainne et bolarmenike, et faire autres cures que li auteur aprendent. i. desous. B. desous. C. sus. D. desus. COMMENT ON SE DOIT GARDER DE PESTILENCE ET DE CORRUPTION1 D'AIR 5 Ki garder se veut de pestilences, c'est à dire des maladies qui vienent parcorruption d'air, si com sont fievres, apostumes, vairoles et autres maladies assés qui font les gens soudainnement mourir, si li convient <savoir) l'ocison <de la corruption> de l'air et les signes par lesquels il les porra conoistre et les maladies La seconde ocoisons por coi li airs se corrunt si est les chieus et les estoiles, si com sont les estoiles ki samblent qu'eles chieent, et les grants flammes qui aperent el ciel ausi com eloidier 5. 25 Ces coses ke nous vous avons dites ne cangent mie seulement le sustance de l'air ains les cangent li qualités: c'est à dire quant li airs est caus et moistes de se nature au printans, et sera plus caus et moistes que nature n'aporte, lors seront les qualités cangies; i. correction. — 2. C. D..ij. — 3. B. ajoute: « en batailles, ou ». — 4. mesure. — 5. clocier. B. esclistre. C. clochier. D. eloidier. F°22d. 5 et en esté, quant il doit estre caus et sès, et il est frois et moistes, lors sont les qualités cangies, et ensi entendés de autres saisons de l'an. Et tel cangement fait venir pestilence ke li phisitiien apelent || ypidime, mais n'est mie si perilleuse ne si morteuse com est cele ki vient de corruption de l'air. 10 15 Or vous dirons des signes comment vous les poés conoistre por les maladies eskiwer. Vous devés savoir que ces pestilences avienent plus en sietembre k'en autre saison de l'an. Especialment, quant vous verrés que li vens enporte sovent par l'air le clarté des estoiles qui samblent qu'eles doient chaïr, et .i. grant flamme de fu ki samble estre ou ciel, et quant en l'esté devant ara eut moult de grans pluves, et li airs sera tous jors espès de nues, et ke li vent devers miedi venteront assés, ou ke li airs soit en repos, k'il ne se remue jamais, ke li vens devers miedi vente l, et rainnes et boteriel aperent deseure2 tere à grant abundance, et ke sou- ris 3, rat, et autres menues 4 bestes issent des fosses, et oisel etrange volent par l'air: ce sont signe de pestilence ki doit avenir. F°23 a. 20 Or vous dirons comment on se doit garder. Premièrement || devés l'air redefiier 5 et metre à se nature, car si com dist Ysaac, pis fait li malvais airs ou cors de Tourne ke ne fait li boiresne6 li mangiers, carli boires etli mangiers s'amende de se malice en l'estomach. Mais li airs ki est venimeus s'en va tot droit au cuer7,etenpuet on mourir, et si met le nature à nient. ') 25 30 Et por ce, si avient que li airs est moult caus, et moult sès, et moult halleus 8, si convient en tel maison demourer ki ait fenestres devers septemtrion, et qu'il ait en le maison cantepleures, et ke li pavemens soit arousés d'ewe froide, de fuelles de saus 9, de vignes, de roses, de mirte10 et de vinaigre, et si soit enfumee de canfre11 et de sandles 12, et avironnee de dras de camvene13 et de lin moulliés en ewe froide. F°23b. Che sont coses ki amendent l'air s'il est trop caus; et se ce est cose ke li airs soit trop frois et trop moistes, et par çou avigne pesti- lence, si doit on l'air espurgier et secier de fumees de silaloeten, || d'anbre, d'encens, demusc14, d'estorage15, de girofles, de laudene, de 1.tousjours. — 2. desous. — 3. B. ajoute:«et leu»- — 4. B. mauvaises. — 5. B. rectefiier. C. reedefier. D. reedifier. — 6.ne.B.C.ne. — 7.B.etau pomon. — 8. D. plain de halle. — 9. B. sauc. C. sauch. D. saus. — 10. mitre. B. mente. D. mirre. — II. chanvenes. B. camfre. — 12. B. sandles. D. sandres. — 13. B. canvre. D. canve. — 14. mise. — 15. B. D. d'estorace. mastic, de genoivre, de cyprès, d'eschinant 1, de savine, de galia muscata, asara et autres coses de boinnes odeurs. F°23 c. 5 10 Or convient encore autre cose savoir ki se velt de pestilence garder. K'il se haste de lui purgier et sainnier, et ne menguce nule viande faite de miel, ne nul douc fruit vert. Ne ne se doit baignier en ewe caude en nule maniere, et menguce pau, et se travaille, et se garde de mengier char; et se mengier li estuet, si mengut piertris, cavrois2, veel, mais ke ce soit au vert jus, ou en vin aigre, ou au vin de puns, ou à jus de somac, ou à jus de citrangles 3, ou de lommies4, ou pour briement dire, toutes viandes doit on user à vin aigre tant c'on puet, et vaut moult à mengier assés cocombres, citroles, porcelaine, et letues, et froides coses, et doit boire le vin tempré en ewe froide et cascun il matin sirop acetous 5, si com6 sirop violat à ewe froide, et encore vaut miex 7 vins à boire et laissier l'ewe. 15 20 Et ki au commencement de le mortalité, si com dist Rasis, prendera .ij. parties d'aloes et .i. partie de safren oriental et de mirre8, et en prendera cascun jor à jeun avoec le vin tempré ou pois de .xij. carubles, il trespassera le mortalité sans mal avoir; et Galiiens dist que, à prendre bolarmenike une drame en ewe et en vin aigre, si fait le mortalité trespasser. Et s'il avient c'on devigne malades et c'on ne puist le pestilence trespasser, face soi délivrer si com li auteur de phisique aprendent, car le maladie délivrer n'est pas no entencions. i. B.D.d'esquinant. — 2. B. chivroit. D. chevrot. — 3. cetrangoles. D. cor- transgoles. — 4. B. loumes. D. lomies. — 5. aceptable. — 6. B. ajoute: « à miedi». — 7. R à boire vins aigres et laissier le vin. -— 8. mirco. B. D. mirre. Or, dient li astronomiien que quant [quant] li solax entre <en> aries, c'est enmi mars; et passera gemini et taurus, c'est li printans ; 1.B.D.es .iiij. parties de l'an. C. es quatre saisons de l'an. — 2. tauri. — 3. sagittarius, pisces. — En marge ont été ajoutés: capricornus, aquarius. F°24d. 5 et quant li solax entrera en cancer, c'est le moiene de jung1 ; et pas- sera les autres trois, si com cancer, leo, virgo, lors est esté; et lors commence sietembres et dure tant qu'il passera libra, scorpio, sagittarius; et quant a li solaus entrera3 en capricorne, c'est en- mi décembre, lors coumence yviers et dure tant que li solaus aura passé capricornus, aquarius, pisces. F"25a. 10 15 C'estli drois devisemens des .iiij. saisons de l'an selonc astrenomie. Mais selonc les phisitiiens ki parolent plus grossement, li printans est quant li arbres commencent à flourir et à fuellir, et dure tant ke li solaus commence monter et escaufer, et cis tans est temprés et est caus et moistes. Et quant li caleurs commence fors, lors commence estés, et dure tant que li froidure vient, et cis tans es<t> caus et sès. Puis commence li sietembres que li airs refroide ne mie gran- ment, et les fuelles des arbres commencent à chaïr, et dure tant qu'il refroide mout plus, et cis tans est frois et sès. Après coumence li yviers quant li froidure [quant] croist bien et Illi solaus ceurt bas qui ne le puet escaufer, et dure jusqu'en printans, et cis tans est frois et moistes. 20 25 Apriès cest devisement vous aprenderons comment cascuns se doit garder. Sachiés que ausi com il sont .iiij. saisons en l'an,.iiij. complexions a li hom samblans, si com sanguins ki est caus et moistes qui est samblans au printans ; li colerikes est causet sès qui est samblans à l'esté; li mélancoliques est frois et sès ki est samblans à sietembre ; et li fleumatikes est frois et moistes ki est samlans à yver. Et à cascune de ces complexions, s'ele est bien sainne4, si vit et se sent miex ou tans ki li est samblans. Mais porce c'en! <ne> puet <trouver le cors si complexioné à point, si vous dirons> gene- ralment ke cascuns doit faire en ces .iiij. tans. F°25 b. 30 En printans doit on estre viestu de reubes ki ne soient trop caudes ne trop froides, si com de tiretainnes, de dras de coton fourrés 6 d'aigniaus. Et se doit on purgier et sainnier, por les humeurs oster qui en yver sont engenrees, les queles porroient engenrer fievres||et autres maladies, por le caleur du tans de l'esté qui fait les humeurs 1. C. jun. D. jung. - 2. Ce feuillet, moins large que les autres de 65 mm., et écrit seulement sur le recto, d'un graphisme différent, a été ajouté postérieurement pour rétablir tout un passage (de li solaus entrera en capricorne à li solaus ceurt bas), sauté par le copiste. — 3. entenra. — 4. B. D. ajoutent: « et bien propor- tionee ». C. se ele est bien pouporsionee. — 5. c'on puet savoir generalment. B. D. ne puet trouver le cors si complexioné à point, si vous dirons. C. trover les complexions si à point. — 6. B. dras de coton, penne d'aigniaus. 5 10 esboulir, jacoice qu'en printans aviegnent maladies et ne viegnent mie par se nature, mais por yver en coi les humeurs sont engenrees, car c'est li tans le plus temprés. Et ce doivent faire cil qui sont carnu et de grosses humeurs plain; et convient mengier legieres viandes, si com sont poucin, chievros au vert jus, et [char1 de moton au vert jus, et porrees2] d'airaces, et de bietes, et de bouraces, et de brouwet3 demoieux d'uès au vert jus, et lus, et perches, et tous poissons à escaille; et boive vin tempré ki ne soit pas dous, pour ce qu'en ce tans se doit on garder de toutes douces coses. Et si dorme à le matinee, et le jor ne dorme mie. F°25 c. 15 20 25 En esté se doit on vestir de reubes froides, si com de dras de lin ki sor tous vestimens sont plus froit, et de dras de soie, si com de cendal, de samit, d'estamines. Et doit mengier viandes legieres et froides, si com sont poucin au vert jus, laitues, porcelaine, melons, || citrons, cohourdes, pronnes, puns, les poissons ke nous vous avons noumés, mies de pain en ewe froide et toutes autres viandes ki refroident; et doit on mengier pau et souvent, et au matin ançois ke li solaux soit levés trop haut, et au soir quant il se couche4. Et se doit on garder des coses salees, de douces, de craisses, et user tant c'on puet totes ces viandes à coses aigres, et doit boire au matin syrop acetous aveuc5 cucre violât, ou syrop violat à 6 ewe froide, ou cucre à ewe boulie refroidie, et ce doit il faire totes eures k'il vaura boire, fors que à l'eure du mengier c'on doit boire vin foible verdelet 7, meslé 8 de ewe tant k'il sente plus le saveur de l'ewé ke du vin. Et se doit baignier souvent en ewe froide porle caleur foible9 ki est dedens le cors enforcier, et se gart de gesir <à femme) et de travellier 10, car en ce tans est ce li cose ki plus afoiblist le cors et deseche. F°25d. 30 36 Au sietembre doit || on estre vestu à le maniere du printans, mais ke li drap soient .i. pau plus caut. Et se doit on haster de purgier, et de sainnier, et de atempre<r) les humeurs, car c'est li saisons de l'an plus maladive et où 11 plus de perilleuses maladies avienent. Et por ce, estuet il mengier boinnes viandes si com capons, poules, jovenes paons ki commencent à voler, et car de porc, et boire vin boin, et ne s'estuet mie trop raemplir, et se doit on î. Passage entre [] ajouté en marge. -- 2. B. joutes. — 3.B.brouet. —4.chouce. — 5. B. C. D. etàmiedi. — 6.de.B.C.D .à. — 7. meslé verdelet — 8. B. moitiet d'aighe: — 9. por le caleur froide ki est foible, ki est dedans le cors. — 10. ajoute: «auplusk'il porra». -II. àu. garder de tous fruis, car c'est li cose ki plus fait fievres engenrer, car si com dist Galiiens, k'il n'ot onques fievres por ce k'il ne menga onques de fruit. Et s'estuet garder1 de ewe froide et de lui laver de ewe froide, mais on puet bien laver d'ewe caude. FO26a 5 Et si gart se tieste du froit de le nuit et de le matinee; et k'il ne dorme mie au solel à miedi, ne ne se travaille, ne ne pense trop, ne sueffre faim ne soif, mais menguce et boive quant il en a ta||lent, et ne mie tant qu'il se sente pesans ne se fourciele enfler. 10 15 20 En yver se doit on vestier de reube de lainne bien espesse et velue à boinne penne de houpius 2, car c'est li plus caude penne c'on puist trover, ou de cas, ou de counins, ou de lievres 3, et n'entendés mie ke ces pennes soient plus caude l'une de l'autre, mais quant eles sont escaufees, cele ki a 4 grant poil et plus espès si tient plus le caleur. Et doit on mengier char de buef, et de porc, et de cierf 5, et de pétris, et de lievres, et d'oisiaus de riviere, et autre viande qu'il amera miex, ke 6 c'est li tans en coi li nature sueffre plus grant plenté de viandes por le naturel caleur ki dedens le cors est fors 7. Et doit boire vin boin et boinne sauge, et user boinnes espese en se viande car c'est li tans plus sains, car on n'i ara ja maladies, se n'est por les grans outrages c'on fait à se nature. I. En marge est ajouté: «de boire». B. boire. — 2. B. d'oupius. C. houpil D.gourpil. — 3. liureres. — 4. B. plus. — 5. B. ajoute: «et de bisses ». —6.B. car. — 7. ki dedens est le cors fors. Les viles ki sont vers occident, <ki) sont avironnees de montai- gnes k'il n'i puet venter ke[le] li vens ki vient d'occident, si a l'air gros, et por ce, cil ki i demeurent ne sont mie si sain ke cil d'oriant, I. B. Li .xvi. Comment cascuns doit connoistre les viles et les lius pour plus sainement demorer. — 2. B. enviers. — 3. cel. — 4. B. et de montaignes. C. ou priés de montaignes. — 5. B. entre. — 6. B. C. D. quant. — 5 car li solaus ne puet l'air por se purté 1 desechier; por ce, avient à chiaus ki i demeurent longes maladies, si com ydropisie, mal de saint Leu, emorroides 2, et fievres quartainnes et autres maladies assés; et ne sont mie sage, por le gros air et por les fumees ki tous jors i demeurent, ki ne se puent espurgier, ki lor emplist le cer- viele. Mais il sont blanc, et de bel visage, et ont le char mole; mais il n'ont pooir de longement travellier. p26d. 10 Et les viles qui sont en septentrion sont froides por le mer et pour les vens Il ki ventent, mais k'ele soient avironnees de mon- taignes 3 devers miedi et couvertes devers septentrion, [k]il conve- roit qu'ele eussent le nature caude por le vent de miedi; et ausi devés entendre des autres [vens]. Et les gens ki demeurent en ces viles ki'sont en septentrion sunt sain, et fort, et grant, et de boine coleur por le caleur naturel qui est fors 4. 15 Les viles qui sont asises devers miedi sont plus maladives por le mer et por les caus vens ki i vienent, et cil qui i demeurent sont petit, et noir, et mal acoustumé et envillissent moult tost, et ne sont mie de grant savoir. 20 Apriès ce, devés savoir que les viles qui sont asises en haut lieu sont sainnes, por ce ke li airs espurge bien quant li vent ventent, et cil ki i demeurent vivent longement, et sont fort, et puent souffrir assés travals, et ces viles sont froides. F°27a. 25 Cheles ki sont es valees, si sont contraires à celes ki sont haut, car eles sont enfermes; et celes ki sont es valees où il a boue et marès et Il grant plenté d'arbres et d'ewes, ne sont mie sainnes, car cil ki i demeurent doivent avoir malvaise tieste, et malvaise veue, torsions et autres maladies ki par malvaises humeurs5 avienent. 30 Cheles ki sont asises en plain en pieres, et n'i a riens 6 de ces coses que nous vous avons noumees, sont froides et seches et por chou, ont eles natures contraires à celes ke nous vous avons nom- mees. Pour plus briefment dire, ki vieut les sainnes viles conoistre, regart le capitre de l'air, qu'il le sace bien conoistre, car selonc le boin air et le malvais, sont les viles sainnes et maladives 7. I. B. par sa force. — 2. et morrosces. B. et morroides. — 3. B. ajoute: « ke li vens de miedi n'i puist venter, car tout soit chou ke eles soient enviers septemtrion et eles fussent descouvertes des montaignes ». — 4. B. ajoute: « mais il ne sunt pas bien acoustumet, et si lor avienent maladies si sont fortes et perilleuses, car avenir ne pueent fors ke par grans ocoisons. » — 5. B. ajoute: « grosses ». — 6.B.et nient n'ia. C. et n'ia noient. — 7. B. et mau sainnes. C. et plus maladives-. COMMENT ON SE DOIT GARDER QUI CHEMINER VELT 20 Et se c'est cose qu'il ait abhomination, ne mangust pas, ains si 4 li estuet dormir et soffrir faim,tantke li abhominations soit passee; et apriès ce, convient mengier pau et legieres viandes, et le convient garder de tous fruis et de totes viandes ki engenrent les humeurs crues et malvaises, se che n'est por maladies removoir. p.27c. 25 Et se c'est cose ke cheminer li || conviegne par grant caut, si convient garder le tieste et couvrir por le solel, et oindre le pis d'oile rosat, et de mussilago psilii >, et de jus de pourcelainne, et 1. B. voront. — 2. B. hiebergiés. C. D. herbegié. — 3. c'est-à-dire: s'il ne peut le faire à cause de ses occupations. — 4. ki. — 5. musse lagosselie. B. muisse lagosilij.D.muisselagosilij. 5 mengier .i. pau devant chou qu'il chevalce, et reposer tant ke li viande soit avalee; et porte 1 syrop violât, et vin de poumes ger- nates, et oxisachar2 por boire ou cemin s'il ont soif; oile rosat et violat por oindre <l'eskine, pour) le resolution des esperis et de le caleur <naturel) ki le grant caleur du tans fait eskiwer. 10 Et se doivent garder de trop boire ewe froide, mais il en puet les bouces 3 laver, et .i. pau avaler; et por le soief eskiwer se doit on garder de mengier coses salees, et de trop parler et alener par le bouce. Et s'il avient qu'il aient soif, si usecent 4 poumes de ger- nate et tous fruis aigres, et vaut moult à porter en le bouce une pieche de cristal ou une pieche d'argent pur. F°27d. 15 Et devant qu'il se metent ou chemin, si faicent faire ces torques ) c'on fait de semences de || cetrueil6, de co hourdes, mondees oielment 7, et de semence de pourcelainne, et de semence de laitues, et de jus de ricolisse8, à jus de pourcelainne, à mussilago psilii9, et soitcas- cune de ces torques10 grans à maniéré de lupins, et le tiegne en se bouce ou cemin, et laisse fondre en le bouce, car cho oste le soif et le caleur. 20 25 Et s'il convient cheminer par grant froit,siconvient grans sensII avoir à tot le cors garder, especialment as piès, as mains et au visage, car por le grant froidure se destruisent. Si estuet, premierement, à chiaus ki par grant froit cheminent, k'il mengucent et boivent boin vin meslé à .i. pau d'ewe tieve, et garder de toutes coses aigres, et user au mengier oignons, et aus12, et porions, et se reposent avant qu'il cheminent. Et si tost com il seront herbegié13, ne se, doivent mie à grant fu escaufer, mais tot belement le cors movoir, et lui belement au fu aprocier, et froter ses piès et ses mains. FO28a. 30 En chevalchant, || doit on movoir ses piès et ses mains et tra- villier, por chou que s'il estoient à repos, si les porroit li grans froidure amortir; et puet on conoistre quand li grans froidure commence à destruire ces menbres, ke se li froidure est grans et li menbre ne se sente, dont vienent li menbre à nient. Et por ches perius eskiwer, vaut miexke on ne porte mie caucemente14 estroite, mais large, por ce ke li menbre se puissent removoir. 35 Pour garder le visage en caut15 et en froidure, si vaut moult 1.porce. — 2. oxicoctaire. — 3. B. leur bouce. C. lor bouche. — 4. B. usent. — 5. B. ce torcis. D. tortis. — 6. B. citoual. — 7. B. ieument. D. egaument. — 8.B.requlisse. — 9. musse lagosselie. B. muscillago psilij. — 10. tortis. — 11. B. grant garde. — 12. B. C. D. ajoutent: « et nois ». — 13. B. hiebergié. — 14. B. chaucement. C. caucheure. — 15. B. haut. prendre mussilago psilii 1, et semence de coins, et goume2 adragant, et goume2arabique, et aubin d'uef, et mesler tot ensamble à maniere d'ongement, et oindre le visage, et lui laver, quant mestier li sera, d'ewe caude. F°28b. 5 10 Et encore por chou ke, à chiaus ki ceminent convient user par besoigne malvaises ewes, si leur aprenderons comment il les por- ront amender, si com de faire cui||re, car li cuires les fait plus clere et plus delie, ou de faire le couler parmi .i. drap espès, ou faire le degouter à maniere de ewe [caude] 3 rose4. Qui le veut esclairier si le puet on faire en cestemaniéré: prendés .ij. pos dont li .i. soit perchiés, et k'il i ait .i. pau de lainne ou de coton par coi il peust coler en l'autre pot. 15 Et encore, qui faire le puet, vauroit moult à chiaus ki cheminent, porter nete boue de leur païs, et mesler en l'ewe ki est malvaise que boire li couvient, et faire boulir, et faire clere à le maniéré ke nous vous avons dit, et user. Et se de ces coses n'a loisir de faire, si puet user vin et vin aigre, et oignons, et laitues au vin aigre 5. 20 Se c'est cose qu'ele soit amere si le boive aveuc cucre, et par plus briefment dire: oignons, et vins aigres, et poumes de gernate, et totes coses aigres destruisent le malvaistié de totes mauvaises ewes k'il convient user. F°28 c. 25 30 Et s'il avient || cose k'il conviegne nagier par mer, devant qu'il entre en mer .iij. jors ou .iiij., si menguce mains k'il neseut6, et le premier jor qu'il entrera en le mer, ne doit mie regarder l'ewe; ainçois li convient flairir coses de boines flaireur et mengier fruit ki conforte le forciele, si comme coins et pumes de gernate et autres pumes aigres, et jasoit ce qu'il convigne vomir, n'est mie malvaise cose se ce n'est à outrage; et 7 li trop vomirs et8 grans abhomiria- tions remouvoir si est de boire .i. pau de semence de apie 9 en vin, et jus d'aloisne I0, et mengier rosins qui ne soient mie meur, et faire ce ke dit vous avons ou capitre du vomir. 1. musse lagosselie. — 2. goune. — 3. caude ne figure dans B., C. ni D. — 4. B. ajoute:« qui puet.» — 5. B. ajoute: « por sa malice remouvoir. Et s'il avient ke li aighe k'il trueve soit salee et il li covient user, si menguce cooins et use au vin aigre, et». — 6. B. siut. C. suellent. D. seult. — 7. car. B. C. et. — 8. est. — 9. B. d'ache. C. ape. — 10. de viegne. 1. B. ajoute: « et comment ele se doit délivrer. » — 2. B. groissece. C. grosece. D. groisse. -3. Du. — 4. B. preste. — 5. B. D. ajoutent: « amereset de coses ». - 6. B. ache — 7. B. chastron. D. castron. viandes qui volentiers se cuisent, et boivent boin vin tempré à .i. pau d'ewe. Et leur estuet garder de courous, de travail, de pensees, de paour, de batures, et user totes coses de joie et soulas, et ce lor convient faire especiaument au premier et au daierain. F°29b. 5 10 15 Et ne les convient mie trop baignier, si com nous le deviserons, ne au solel trop demorer, et si flaire coses de boinnes odeurs, et portent reubes fresces et netes. Et por l'apetit conforter si lor fait hom mengier 1 poires, et puns de gernate, et puns aigres; et faicent faire laituaires, ki faire le puet, et ki lor conforte l'estomach et tout le cors, c'on fait de pierles 2 ki ne sont mie piertruisies et || de piretre, de cascun .i. drame; et de gingembre et de mastic, de cascun.iiij. drames; et citoual, et de cassia lignea 3, de cardamon, et de nois muscate, et de cinamomum, de cascun .ij. drames; et de beten rouge et de poivre 4 lonc, de cascun .iij. drames, et faire poure de totes ces coses, et puis apriès, laituaires faire à cucre. Et encore puet user celes ki l'enfant ne puent porter à droit terme: usent pourre d'une herbe ke li phisitiien apelent bistorte, cascun jor, à .i. pau de vin meslé d'yawe, ou on en face laituaires. F°29c, 20 25 30 Et quant li tans vient de délivrer .xv.jours ou .iij. semainnes devant, si se doit baingnier, cascun jor, en ewe où soient cuites mauves, violetes, semence de lin, fiens grec, orge, camomille5, et se doit on faire oindre les gambes6, les cuisses, le poinil, et entour le liu privé d'oile de camomille, de gras de geline, d'escume7 de burre, de dyauté. Et à l'issir du baing, s'ele est || rice, si boive .ij. deniers8 pesant de basme en vin tieve, et s'ele est povre, si faiche cuire en vin racines de cost et d'armoise, et apriès, ou vin, boive .ij. deniers 9 pesant de fiel de toriel, et se painne d'estiernuer et de retenir s'alainne par le bouce et par le nés, et s'efforce d'aler, et de monter et descendre degrés, et apriès se repose, et face froter ses piès et ses mains,etflairir coses de boinnes odeurs, et face porfumer soi par desous de racines de cost et de pinkenart10. 35 Et se mengier l'estuet par foiblece, si menguce coleïsII et oès maus pau et sovent, et boive vin.tempré à .i. pau d'ewe. Et se c'est cose qu'il face froit, si facent l'air escaufer de carbon alumé, et en esté le refroident, et puent demourer en ewe tieve juskes au bouteril. 1. B. si lor faut, mengucent. — 2. piles. B. pierles. C. pielles. — 3. ligena. — 4. En marge est ajouté: noir. — 5. camonille. — 6. B. les hankes. — 7.C.de gaune bure. — 8. AetBécrivent:d1. C. drames. D. deniers. —9.Ecrit: d7. B. C. deniers D. deniers. — 10. B. piquenart. — 11. B. coulis de poules. F°29d. 5 Ches coses sont boinnes generaument as femmes ki délivrer se welent, mais se c'est cose ke li delivrers soit fors et perilleus, si com de l'enfant qui ne vient mie drotement si com il doit, les piès avant ou les bras, car vous devés savoir qu'il doit venir le Il teste avant naturelment, les bras estendus sour les cuisses, et s'il vient ensi que nous vous avons dit avant, si n'i a d'autre plus legierement. po 50a. 25 Et apriès ce que sera delivree, se doit baignier et soi conforter de boinnes viandes, et se dolours et autres maladies lor avienent, si facent medecines ki as maladies afierent.|| 1. B. sa baille qui soit sage. — 2. B. où fieugues et dates. — 3. B coussin. C. cousin. I. B. Li .xix. de garder l'enfant si tost com il est nés, et d'eslire et connoistre la norrice pour l'enfant norrir et garder. — 2. B. C. bouteril. D. nomblil. — 3. saiza- col. B. D. sarquacol. C. sarcacol. — 4. B. C. bouteril. D. nomblil. — 5. desous. B. D. metre drapiaus sus. C. sus. — 6. B. C. D. cheüs. — .7. B. boudiné. D.nomblil. 20 25 Et quant il ara loiiés 6 les bras et les mains envers les genous 7, et le tieste legierement loié et couverte, si le laisse dormir en bier- cuel 8, mais qu'il ne soit plains de coses dures et aspres, mais de soués ki le gardent du froit et ne li doignent mie trop grant caleur; et gardés ke li teste soit plus haute que li cors, et dorme droit, si que li cors ne penge 9 de l'une 10 part et li teste d'autre, ne nus des autres menbres. Et li maisons où il dormira soit oscure et ne mie trop, car li grans clartés li porroit trop grever à leveue. I030d. 30 Quant il ara asés dormi, si le doit on laver ll, car c'est se droite eure 12, et puet ce faire .ij. fois ou .iij. le jor, et se c'est en esté, qu'il face caut, si face l'ewe 15 .i. pau tieve, et se c'est en yver, si soit plus caude ; et au baignier, le gart ke li ewe ne li entre es orelles, et le doit prendre par le main diestre, et estenlldre par deseure sen pis à le se- nestre I4, et le senestre vers le destre, et les piès et les gambes ploiier legierement par deriere le teste, por les gointures des genous faire 1. B . ajoute « d'iauve tieve ».C.tiede. — 2. B. espraindre et espurgier. -3.B. roignies.C. rouognies. — 4. B. bender. — 5. [] ajouté en marge. — 6. B. ben- dés. — 7. B. ajoute: « estendus ». — 8. B. bercheul. — 9. B. pende. — 10.nule.B. d'une. — 11. lever. — 12. droiture. — 13. leune. —14.à n'existe pas dans B. 5 plus legieres et mouvoir, et ensi doit on faire des autres jointures et movoir por estre plus legieres. Et quant il sera lavés, si le doit essuer de drapiaus sès et souès et remetre dormir, et faire gesir première- ment sor sen ventre et puis seur le dos. En ceste maniere doit on l'enfant garder quant li femme s'en delivre. 10 Or vous dira en quel maniéré le devés aleter I. Sachiés que li lais que on li doit douner et cil ki miex li vaut si est cil de le mere, por ce ke de celi meisme dedens le ventre de le mere est nour- ris, car natureument puis qu'il est hors du ventre revient li lais as mamieles. F° 31a. 15 Et doit avoir asé 2 d'iestre alaitié[r] .ij. fois ou .iij. le jour, car c'est assés, et le doit on pau faire au commencement, et vauroit miex c'on li || mesist devant l'alaitier .i. pau de miel en le bouce, et con- vient espraindre le mamele et laissier aler avant, et puis apriès le poés alaitier, et ne convient mie tant alaitier 3 qu'il soit trop estendus, mais qu'il se repose tot belement apriès l'alaitier, tant que li lais soit avalés, et apriès doit on le biercuel doucement mener. 20 Mais, por çou que les meires ne puent mie tous jors nourir leur enfans, ains leur convient avoir nourices, si vous aprenderons quel es nourices eles doivent avoir. Si estuet4 ces coses garder. Il convient garder l'aage, se forme, se coustume, ses mameles, s'ele a boin lait, et le tans qu'ele a eu enfant, se c'est loing ou priès, et ki trovera ces coses boines selonc ce que nous vous dirons si les fait boin prendre. F°31b. 25 30 Premièrement vous dirons de l'aage. Li femme qui l'enfant nor- rist doit avoir aage de .xxv. ans 5, car c'est li ages où li caleurs na- turex est plus fors por boinnes humeurs engenrer. Vous devés re- garder le femme 6 qu'ele soit samblans Il à le mere tant com ele puet plus, et k'ele ait boinne couleur meslee de rouge en blanc, et qu'ele ait le col gros et fort et le pis large et le car dure, et ne soit mie trop crasse ne trop magre, et soit sainne tant c'on porra plus trover, car les maladives norrices tuent ains droite eure les enfans7. 35 Des coustumes, doit on garder s'ele est bien entechie, ne ne con- vient qu'ele soit ireuse, ne triste, ne paoureuse, ne sote, car ces coses remuent les complexions as enfans, et les fait devenir sos et mal acoustumés, et por ce, li philosophe aprendent ancienement à lors I. alever B. alatier. C. D. alaitier. — 2. B. asseis. — 3. B. quant ele le vaudra alaitier. — 4. B. Pour norrices boines avoir si estuet. — 5.B.dexxvansàxxxv. C. à xxv ans dusques à xxxv. D. de xxv ans jusques à xxxv. — 6. B. la forme. C. le feme. D. le feme. — 7. B. tuent ains tans et ains droit eure les enfans. D. tuent les enfans ains droite heure. seignours qu'il fesissent nourir lor enfans à sages nourices et bien acoustumees, por ce ke, par le malvaisté de lor nourrices ne peussent lor noble forme1 cangier. po 31c. 5 Le forme des mamieles doit on garder, et convient qu'el es soient duretes et ne mie trop moles, ne ne soient trop grans ne trop pe- tites, car trop grans mamieles font les enfans camus 2 devenir quant par deseur ||le nés le metent. 10 15 Le quantité et le nature de lait doit on garder, car li lais doit estre blans, ne trop clers, ne trop espés, ne vers, ne rouges, ne noirs, et convient que li flaireurs ne soit mie trop forte3 et li saveurs ne soit trop grosse4 ne trop amere, ne salee, mais douce; et porconoistre s'il est trop gros ou trop déliés, si en prendés une goute et le metés sour l'ongle, et s'il chiet sans l'ongle removoir, il est trop clers; et s'il ne chiet por l'ongle tourner, il est trop espès. Or, prendés dont qu'il ne soit trop espès ne trop clers. 20 Le tans que li norrice a eut enfant doit on garder, car au mains convient qu'il ait .i. mois ou .ij. de l'eure5 qu'ele a eu enfant, et s'il est cose qu'il ait .i. an ou .ij. il ne vaut riens, et vaut miex cele ki a eu fil que file; si gardés qu'elle soit <acoucie à>6 droit terme, qu'ele n'ait perdu sen enfant devant ou par bature ou par autre cose. po3Id. 25 C'est li cose qu'il convient garder por boinenorrice avoir, et quant on l'ara, si convient user à le norrice boines vian|des si com cau- diaus 7, car d'aigniel, chaveros, de poules, de poissons à escailles, joutes 8 de laitues et de bouraches, et li garder d'oignons, d'eruke, de senevé, d'apie, de mente, de basilicum et d'ail9 et de totes autres coses ki malvais sanc font; et se doit travellier temprement et ne mie tous jors reposer, et soi garder qu'ele ne gise à homme, car c'est li cose qui plus corrunt le lait, et por çou qu'ele ne deviegne ençainte, car femme ençainte quant ele alaite tue et destrait10 les enfans. 30 35 Et quant li norrice alaite, si doit tot avant espraindre se mamele, et apriès alaitier, et douner pau et sovent, car trop donner à .i. fois fait le ventre bruire et enfler et par le bouce regieter. Et quant elle l'ara alaitiet, si le met dormir, mais qu'il soit .i. pau reposés, tant ke li lais soit avalés, et mueve 11 le bercuel belement, à l'endormir de l'enfant doit cançonnetes beles et douces canter. 1.B.nature. - — 2. carnus. — 3. B. ajoute:«ne aigre. »— 4. B. ajoute: «mes soués».
    — 5. B. des lors. C. delivree. Car se ele. D. des l'eure.
    — 6. aiute (mot illisible). B. D. acouchie à droit terme. C. acoucie. — 7. B. chaudiaus d'amandes. — 8. B. chous. D. chois. — 9. aire. B. d'aus. D. d'aire. — 10. B. destruit. — II. muene. po32a. 5 Et li nature de l'alaitier si est jusques à,.ij. ans; et apriès remo- voir l'enfant ordeneement, especiaument || quant li dent devant li vienent, et les doit on garder de dures coses maschier, ançois li doit donner li norrice pain qu'ele ait en se bouce maschié et faire papin de mies de pain, et de miel, et de lait, et i. pau de vin douner; et s'il waugoit1 ou rendoit par le bouce, si le doit on tot entrelaissier et alaitier tant que li mais talens soit passés, et li puet on douner couleïs de char; et quant il commence à maschier si li face tortieles2 de pain et de cucre à maniere de dades. 10 15 Et quant il commencera à aler, si convient c'on ne li face pas tenir ses piès sor coses dures, mais en liu mol et souef, et ne soit pas li .i. gambe haute ne li autre basse, c[h]ar ce fait les enfans devenir boisteus, et ne doit pas faire l'enfant trop aler, ne sour gambes trop demorer se vij. ans ne sont passés, por le tenreur des menbres ki volentiers se desrunpent et ploient. F°32b. 20 Et quant li dent3 li commence à venir, si est boin à froter le bouce et les gencives de miel et de sel et li || face on tenir en se main .i. rachinete paree de ricolice ki ne soit mie trop sés, et .i. pieche de rachine de fleurs de glai4, car ces coses reconfortent les gencives et desechent les humeurs ki avienent as bouces des enfans. 25 Et quant il commencent à parler si convient le norrice le bouce froter de salse gemme5, de miel, et puis laver le bouce d'ewe d'orge, especiaument à celui qui targe trop à parler; et commence à dire pa- roles où il n'a lettres ki face le langue trop movoir, si com à dire maman, papa. Et por les dens faire legierement venir, si puetoindre les gencives de bure ou de cras de geline. 30 Ches ensegnemens que dit vous avons doivent savoir cil ki font lor enfans norrir, et se à6 venir des7 dens lor vient maladie ou8 autre eure, si en ait on consel que boins soit, car cis dire n'est mie no ententions. 1. B. et se par cest ongement avient cose qu'il enfle ou rende. D. et se par ceste chose avenoit qu'il enflast ou rendist. — 2. B. C. D. tourteles. — 3. B. ajoute: «  des enchives ». D. maisselieres. — 4.B.glar. — 5. siemme B. salaine. C. sal getne. D. saliame. — 6. B.au. -7. de. — 8. B. ajoute: « en ». COMMENT, ON DOIT LE CORS GARDER EN CASCUN AAGE2 F°32c. Entendu avés comment vous devés faire norrir vo enfant Il ou premier aage et ou secont. 5 r vous dirons comment cascuns se doit garder es autres aages 10 15 Premierement, vous devés savoir que li phisitiien dient qu'il sont .iiij. aege, si com adolescentia, juventus, senectus, se- nium. De le premiere dient qu'ele est caude et moiste, et en cest aages croist li cors, et dure jusques à .xxv. ans ou à .xxx. Li seconde est caude et seche, et dure 3 li cors en se vigeur et en se force juskes à .xl. ans ou .xlv. Le tierche est froide et seche4 et dure juskes à .lx. ans. La quarte est froide et moiste, por habundance des froides humeurs qui habundent par defaute de caleur 5, et dure jus- ques à le mort; et en ces aages va tous jors li cors à nient. po32d. 20 25 Mais, se nous volons parler .i. pau plus soutiument6, si poons dire qu'il en i a .vij. aages, si comli premiers quant li enfes est nés, et dure jusques à tant ke li dent commencent à venir: est infantia 7. L'autre, si est8 dentium plantatura, et c'est quant li dent sont venu, et dure jusques à .vij. ans. La tierce est pueritia et dure jusques à .xiiij. ans; et sachiés que ces .iij. se contienent || sor le premiere que dite vous avons deseure, ki a nom adolescentia; et de ces .vij. aages vous avons dit les .ij. si com infantia et dentium plantatura. Or vous dirons qu'il convient faire es autres. 1. C. Ichi comence la seconde partie qui ensegne àwarder les membres en santé. - 2. B. ajoute: « et sa viellece targier et soi maintenir jovenes. »-3.B. demeure. — 4. B. ajoute: « qui le cors commenche à descroitre et à afoblir ». — 5. B. ajoute: «naturel». — 6. B. C. soutilment. — 7. B. et c'est enfanche. - 8. C. ajoute: « apielee ». 5 Vous devés savoir que si tost que li enfes ara.vij. ans, si devés aefforcier tant qu'il soit bien acoustumés, et qu'il ne li aviegne cose ki le couroust trop ne ki le face trop vellier; et ce qu'il demande li soit douné, et qu'il ne demeurt cose devant lui ki li dessieche; et ce doit on faire por ce que se nature soit bien complexionnee et raemplie de boines costumes, car c'est li aages où li enfant detienent plus et aprendent les boines costumes et les malvaises costumes; et sachiés que boinnes costumes sont garde, de le santé du cors et de l'ame. po33a. 10 15 20 Et apriès chou, le doit on faire baignier le semainne .ij. fois ou .iij., especialment quant il se levera de dormir; et quant il est baigniés, si li doinst on à mengier et puis apriès, aler Il jouwer et esbatre; et quant il revient, douner li encore à mengier, et ensi poés faire .iij. fois le jor; et douner li à boire vin tempré à ewe,et gardés k'il ne boive ewe froide deseure le viande, car ele 2 le porroit trop agrever; et le devés garder de lait, de fruit et de fromage tant com vous poés, por le pierre qui en aus se puet engenrer. Et en tel aage, qui veut, le fait boin envoier à l'escole et douner à maistre 3 qui ordeneement le sa<che> aprendre sans batre, et qu'il ne le [f]force mie trop demourer outre sen gré en l'escole 4, et l'aprenge, et le castiche. 25 Apriès, quant il ara passé .xiiij. ans, si convient prendre garde que les humeurs ne li habundent trop, por trop mengier et por trop boire qu'il font; et s'il habundent trop, si les doit on purgier par sainnies 5 et par legieres medecines; et si se doivent garder les femmes de trop ongier 6, car à ce tans afoiblist trop li nature et li com- plexions, et por ce, converroit qu'il ne presissent femmes devant .xx. ans ou .xxv. F°33b. 30 35 Cil qui ont passé les .xxv. ans doivent user ||le travillier plus fort, selonc ce que nous avons dit, et lui garder de viandes ki engenrent cole rouge, si com sont aus et oignons, porions, totes autres coses seches, et use coses froides et moistes, si com poison sont 7, char de chievros8, et boivent vin meslé à ewe, et se gardent de vin viès et fort, et se facentsainnier et purgier si com li tans et lor nature le demande, car c'est li aages en coi on le puet plus seürement faire. I.B.de garder lasanté. — 2. B. ajoute : « l'atrurroit et ». — 3. B. mestier. — 4. B. ajoute: « mais qui à boines paroles l'apraigne, et à aspres le chastie. »— 5.B.sainier. — 6. B. C. de trop gésir à feme. D. de hanter trop les femes. — 7. B. sont poissons. — 8. B. ajoute: « fruit ». poHc. 5 10 Quant li .xxxv. an sont passé, si se doit garder de sainnier tant c'on puet, se grans besoins ne le fait faire, et doit on user le méde- cine por les mauvaises humeurs espurgier, car en cel aage est ele plus propre ke li sainniers, et se doit garder li femme1 d'ongier, car en cest aage est che li cose qui2 enviellist. Et por lui maintenir jovene et por atargier le viellece, se doit on garder de trop vellier3, de courous, de pensees, et doit on demourer en joie et en solas, et user coses qui bien norrissent et qui facent le sanc cler, et boivent vin, et se baignent le mois .i. fois || ou .ij., pour les superfluités du cors espurgier et netier. 15 Et les especiaus viandes <por la vielleche targier si sont viandes frites4, rosties, charbonees et toutes viandes <qui> sans iave se cuisent, et)>5 si doivent user mirabolan condin, cascun matin .ij. drames, à jeun, ou il prendra de ces laituaires, cascun matin à jeun à .i. pau d'ewe caude, c'on fait de mirabolans noirs et de mirabolans kebles qui soient demouré en lait6, et de mira- bolans ambleci 7, et8 escaille de fer ki chiet quant li fevres forge, en chucre ou en ree de miel, et de ces coses face le triphe9 ke dite vous avons. F°33d. 20 25 Et les laituaires 10 boins et esprouvés por le viellece atargier si est cis laituaires c'on fait de mirabolans kiebles, .x. drames, [et d'escaille defeer, .ij. drames]11 et d'agaric, .ij. drames12, et en face on poure, et le mellera on en miel et en chucre, et fera on laituaire. Et cel laituaires13 que nous avons dit, ki se weut jovene maintenir si les doit on user chascun jor de l'an, au matin, à enjun, et boire .i. pau de vinapriès14, et se doit retenir de mengier jusques à miedi, car ce sont coses ki sor totes coses atar||gent le viellece, si com dist Avi- cennes. 30 Mais s'il avient cose c'on passe IXV. ans, si se doit on garder de purgier et desainnier se grant besoigne15 ne le fait faire; et usent boinnes viandes qui legierement se cuisent, et boivent vin viès i. B. de gesir avoec feme. C. d'user le feme. D. de hanter feme. - 2.B.D. ajoutent:« plus ». C.« trop.» — 3. B. C.D.travellier. — 4. faites. — 5. Tout le passage entre y est sauté par A qui donne: « Et les especiaus viandes qui au sanc se cuisent, si doivent user. » — 6. B. D. ajoutent: « et de poivre lonc». — 7. B. D. ambleci. — 8.à.B.et. — 9. B. la trife. D. le trife. — 10. B. eletuaires. — 11. [] ajouté en interligne. — 12. B. ajoute: « et demi, et gingembre, poivre noir et giroufles, de cascun .i. dragme et demie ». -13. B. ces eletuaires. — 14. B. et boive on dou vin. C. et buvera un poi de vin. — 15. B. besoins. 5 viermel 1, et se gardent de vin blanc et de nouvel, et qu'il ne soit dous, car totes coses douces li grievent. Et se doit on garder de trop travellier, et se baingnent, et apriès le baignier se facent froter à le main ou à dras ki ne soient mie trop aspre, et se gardent de froit, et facent pourfumer leur lis et leur cambres où il demeurent de linaloes2, de mirre, de ambre, d'estorac calamit3, et usent de ces laituaires, si com diacinamomi 4, dyatrion5 piperon, diegien- gibreos6, dyaireos, dianisi, diantos7, et tous autres caus laituaires. I.B.viermeilg. — 2. B. de lin, de aloes. D. de ligno aloes. — 3. estoracralamic. — 4. de cinamomum. B. diachiminum. D. dyacheminum. — 5. dyadrion. — 6. diegiengibrees. — 7. dyarodiamiludientas. B. dierodannilii, dieutes. D. diero. dannilii, dientas. DEUXIÈME PARTIE DE GARDER CASCUN MENBRE PAR LUI COMMENT ON DOIT LES CHAVEUS GARDER, F°34a.
    Or, commençons dont premièrement des ca||viaus, et jasoit ce ke li cavel ne soient menbre à parler soutilment, mais soient por le cors enbielir, si vous aprenderons comment on doit garder les caviaus k'i<1> ne chient et comment vous leur porrés douner bele coleur. PHb. 10 15 Sachiés tot vraiement ke li cavel sont engenré d'une matere fumeuse caude et seche que li nature cache 2 fors jusques au cuir de le char, et ist par les petruis du cors, et <de> si faite matere wischeuse engenrent le poil et li cavel. Et por ce ke puisqu'il engenre3, par maintes ochisons puent chaïr, si com par le defaute de le matere fumeuse ke nous vous avons dit dont il s'engenrent et nourrissent, ou que c'est par le piertruis dont il vienent de estre trop ouvert ou trop clos, car quant il sont trop ouvert, li fumee en va trop hors, et quant il sont trop clos, li fumee n'en puet issir. Et ne mie tant seulement por ceste ochison puent li cavel caïr, || i. Le ms. A ne marque ici aucune autre divisionque celle séparant deux cha- pitres. Les autres, au contraire, indiquent la deuxième partie du traité: B. TERTIA PARS. (en réalité, seCIIllda.) — En ceste partie nous aprenderons comment on doit garder chascun menbre de son cors en santé, especiaument de chaus qui la vie dou cors maintienent, et des autres qui sont fait por le cors embelir, et legierement pueent chëoir en maladie. Or. — C. Ici endroit encomencent li menbre de l'home chascun à warder à par lui en santé, et la maladie remouvoir. — Premièrement en ceste seconde partie vous aprenderons coument vos garderés vos cheviaux. — D. Ci commence la secunde partie de ce livre qui aprent comment chascun doit garder chascun membre de son corps, especiaument des membres qui la vie du corps maintienent et des autres qui sont fais pous le corps enbelir. — En ceste secunde partie principal de ce livre seront contenu.viij. chapitres selonc la matiere et les membres dont nous entendons à traitier. — Le premier chapitre moustre comment on doit garder les cheveulx qu'il ne chieent et comment on leur puet bele couleur donner. — Le secont chapitre, comment on doit les ieux garder en santé. — Li tiers chapitre, des oreilles. — Li .iiij. comment on doit garder les dens. — Li .v. chapitre, comment on doit garder le visage. — Li .vj. comment on doit garder l'estomac. — Li .vii[j]. comment on doit garder le foie. 2. sache. B. cache. C. chace. — 3. B. sont engendré. mais por le 1 matere venimeuse ki mengue2 et desront les materes de chaviaus, si com par maladies ke phisique apele allopitia, tyriasis, ophiasis 3 et autres assés. î) De prendre garde que li cavel ne cient par tels ocuisons4 n'est mie notre entendons. Mais des autres .iij. ochisons4, si com par defaute de matere5 et por le malvaistié des piertruis, vous dirons comment li defaute de le matere avient, si com par avoir petit à mengier, et soufrir grant faim, et par trop villier, et par avoir longes maladies. F°34c. 10 15 A chiaus cui li cavel kient6 par tels ochisons, si lor estuet mengier boines viandes caudes et moistes ki se cuisent legierement et bien norrissent, et eles ne soient salees, ne fors; ne qu'il ne boivent vin viès fort, mais qu'il soi[en ]t entre viès et nouvel; si se doit on garder de gesir à femme7, et se doit on baingnier en bains qui ne soient mie || trop caut, et laver d'ewe tieve, et se gart de savon 8 metre ; et en tel maniere puet garder ses caviaus cil à cui il kient par defaute de norrissement. 20 25 Se c'est par le pertruis de le char qui soient trop ouvert, la quex9 cose avient maintes fois par trop travellier 10 ou avient par trop caut ki puetavenir de le nature du cors meisme, ou par l'air, ou par autres coses c'on porte deseur le tieste, vous en porrés11 apercevoir k'il cherront à pla[i]nté 12: si se doit on garder de mengiercaudes coses et seches, si com senevé, porions, oignons, aus, et totes autres coses de tel nature, et doit user coses froides et moistes, si com laitues I5, airaces, melons, cohourdes 14, poissons, char de porc freke, piès de buef ou de mouton; et pains de soile est moult boins à mengier à l'ewe froide IS, mais qu'il ne soit viès. F°34d. 30 Et se doit on faire laver le tieste en ewe degoutant qui vient par tuiaus, et se doit on faire oindre le tieste d'oile rose et d'oile || <de> mirte 16, et faire ces esperimens ki gardent les caveus de caiir, et font les autres venir et naistre, si com de prendre ladanum 17 et faire fondre en vin, et meller à oile mertin18 ou à oile de mastich, et oindre le tieste devant, et laverle apriès. 1. B. por mala matere. C. pour male matiere. — 2. meignue.B.meniue. D. mengue. — 3.exiasis. — 4. B. raisons. — 5.nature. — 6. mot surajouté. B. chient. C. chaient. — 7. C. que il ne soit en compaingnie de femme, ou il metent cure d'iaus moult avoir de lor volontés. (?) — 8. savlon. — 9. qs. — 10. B. vellier. — 11. emporrés — 12. B. C. D. plenté. — 13. laituaires. — 14.cohours des. — 15.B.ajoute: «et boive du vinmesléà iauve». — 16. mitre. B.mierre. D. mirre. — 1 7. B. laudamum. D. laudanum. — 18. B. D. mertin. 5 Et se c'est en yver, si convient metre .i. pau de pinkenart1 por le tieste escaufer; et encore fleurs de pa<v>ot broiies en oile d'olive retient les caviaus de chaïr à chiaus qui s'en font oindre; et encore .i. herbe ke li phisique apele columbaria, qui le prent à tote le racine, et le met sechier, et en fait poure, et le melle à oile de mirte, et le face cuire en lessive, et en face laver le tieste et oindre, retient2 les caveus de caïr. f"35a. 10 Et encore, qui prent capilli veneris et fuelle de myrte, et le fait cuire en lessive, et leve setieste si vaut moult; et encore prendre le racine d'une herbe qui croist en estans et en rivieres et a larges fuelles et rondes et || porte .i. gaune 3 fleur, et le fait cauper en roieles et cuire en lessive, et en fait laver le tieste, retient les cavials, et croist, et en belist. i:; 20 Et se c'est cose que li cavel cient et qu'il ne puissent revenir por les pertruis qui sont estroit, de che vous poés apercevoir k'il ne cairont mie à plenté, et li cuirs de le tieste commencera à luire: si convient que on use viandes [caudes] qui soient contraires à celes que nous avons dites caudes et seches, et se face froter se tieste4, apriès l'oingne on5 de se<ne>vé, ou d'eufourbe, ou de casia qui plus forment weut ouvrer, et oindre apriès d'oile de camomille 6 ou d'oile d'amandes ameres, et tôt che vaut miex, mais ke li tieste soit rese avant et sovent. F°35b. 2.) Et uns des esperimens certains et esprovés por retenir les caviaus et por faire naistre tout là où il n'en a nul, si est de prendre eis 7 ki font miel, et faire ardoir sour .i. tiule caude, et apriès faire poure et mesler I] avoec oile d'olive, et puis oindre le tieste, et se gart que il ne touche mie au visage, por chou qu'il feroit venir poil tot plain. 30 Se vous volés les caviaus faire biaus et gaunes, si prendés fleurs de geniesteet fleurs d'ongle cabeline8, et les faites cuire en lessive, et le coulés, et en faites vo tieste laver; et encore prendés orpiu- ment et faites pourre, et mellés à oile d'olive, et oigniés les caviaus : che fait les caviaus crespés et espès; et encore9, safrans, alcanne10 cuit11en lessive fait les caviaus rouges. 35 Encore, por faire biaus caviaus et coulourés, faiteslessive couler en cendre de sarment et laissier demorer .i. jor, et apriès prendés Ii.B.pikenart. — 2. s'en tient. B. D. retient. C. çou fait retenir. -3.B.C. gausne. — 4. B. ajoute: « de toile aspre ». C. de toille aspre. — 5. B. D. et d'oi- gnons. C. et l'oigne d'oile laurine. — 6. canellie. B. d'oilaurin ou d'oile de camo- mile. — 7.B.D.ces.C.eis — 8. B. de glai tabeline. C.d'ongle caneline, — 9. B. C. ajoutent: « coumins ». -io. B. alcaune. - II. taint, F°3)c. 5 ferine de lupins .x. drames, et myrre clere et bausme 1 .v. drames, et fleurs de saus et lie de vin seche, de chascun .iij. drames, et en faites poure et le destemprés à cele lessive que dite vous avons, et le soir, quant vous irés couchier, oigniés ||les caviaus, et au matin soiiés lavés de lessive, et faites ces coses tant que mestiers sera, car li cavel en devienent tot rouge. 10 Se vous le volés faire noirs, prendés achacie et escorce de nois vers, et les destemprés en vin aigre, et oigniés le teste. Encore, lais d'anesse norrist les cheviaus; encore, alcanne <et> gales des- temprés en oile d'olive en nourrist les chaviaus. Si vous les volés blanchir, prendés fiens d'aronde et semence de ravene2 et.i. pau de soufre, et en faites poure, et le destemprés en vin aigre et à amer de vache, et oigniés le tieste, mais qu'il soient enfumé devant de fumee de soufre. i. B. boenc. C. baie. D. baene.- — 2. B. D. rafle. C. rafene. — 3. B. C. soiron.— 4. B.ou de. — 5. B. seurons. C. D. soirons. — 6. C. comment on puet oster les che- viaus et lespeus. — 7. boulés. — 8. B. ajoute : « et vous frotés bien as estuves». 5 .ij. parties, et d'arsenic citrin .i. partie, si les faites cuire tant ke quant vous i metés .i. plume qu'ele poile1, et apriès metés .i. pau de cire et faites oignement, et por flarier souef, poés meller poure de girofles, d'encens et de musche, et autres coses de boinnes odeurs, et vous en faites oingdre à le maniere de l'autre. F°36a. 10 Et por cho que apriès, ces coses font cuire et ardoir là dont li poil chient, si oinderés apriès d'oile rosat ou de violat mellé à aubin || d'uef, à craisse de porc sans sel; et se vous volés qu'il ne reviegnent jamais, faites vous oindre de sanc de tortue ou de cauve souris, ou de sanc de rainnes, ou lavés apriès de vin aigre où2 juskiame blanc etnoir, mandegloires, apion 3 soient cuites 4. 15 Encore cest autre ki miex vaut: prendés argille > et alun autant de l'un que de l'autre, et le meslés tot ensamble à jus de juskiame vert, ou ki[l] ne l'ara, à ewe meslee de vin aigre, et se oindera sovent là où li poil seront cheü; sachiés certainement ke ce ne laissera le poil revenir. i. C. pelera. — 2. à. — 3. B. opium. -4.sorcuites. -5.B.arsile. DES IEX, COMMENT ON LES DOIT GARDER F°36b. 5 10- 15 veir les coses qui le cors porroient gre||ver, et por leur noblece, leur donna nature assés de couvertures, si com sourciels, paupieres, et ce leur donna por garder à eskiwe<r> ce qui nuire lor porroit. 20 Sachiés dont qui weut le santé des ieux garder, si li estuet garder de poure, de fumee, de vent, de solel en esté quant il fait trop caut, et de regarder coses qui sont de trop grant clarté, car c'est .i. des coses ki plus taut et destrait2 le veue, et por ce, dist li philosophes que trop grant clartés taut le veue, et li trop grans sons3 taut l'oiir. 25 Et ne fait mie seulement mal li clartés au regarder, mais totes coses k'on 4 regarde longement sans départirs, especialment petites coses, si com de regarder en livres qui sont de menues lettres, et autres coses dont li veue empire 6. Mais li trop plourers, et li trop -I.B.cors. — 2. B. destruist. — 3. caus. — 4. kem. B. que on. D. c'on. — 5. B. sineter. D. clungneter. — 6. B. se travelle trop dou regarder. Et ne grievent pas seulement ches choses la veue, mais. dormirs, et li trop villiers, especiaument li dormirs k'on <fait> maintenant k'on a mengié, et li ongiers le femme, gneve sour totes coses, et ce poés veir en ceus2 qui trop l'ont fait, car il [l]ont les ieux grevés 3 sor tos les autres menbres. F°36c. 5 10 Et encore, se fait boin Il garder de totes [autres] viandes et de buvrages gros dont fumees se lievent grosses et aguës, si com sont porrion, oignons, aus, olives, meures douces4,fiens5grec, cost, lentilles et basilicum qui especialment taut et apetice la veue, et totes coses trop salees et aguës, et devenir yvres, et user le vomir, jasoit ce que li vomirs face bien et espurge l'estomac des mauvaises humeurs dont fumees se porroient lever et grever le veue, mais il fait mal de ce qu'il remuet les humeurs de le tieste et les fait venir as ieux; et por plus briefment parler, totes coses qui remplissent et wuident trop le tieste grievent à le veue. l'i 2) Apriès ces enseignemens, si vous aprenderons esperimens6 qu'il vous convient user por le veue garder et por eskiwer les maladies. Sachiés .i. esperimens por le veue escla<r>cir et enforcier: si est bouter le tieste en ewe clere et froide et ouvrir les ieux dedens, et user d'ewe de fenoul faite à maniere de ewe rose, fait moult de bien à le tieste meisme 7. F°36d. Encore, prendre tuschie 8 ki soit faite en poure Il delie destempree de calament9, et apriès coulee deliement, mais qu'ele i soit de- mouree .i. jor, et metre as ieux, che garde mervelleusement le veue et ne laisse nule humeur venir ki grievece le veue. 25 30 Encore, prendre le jus d'une pume gernate douce et le jus d'une autre qui soit aigre, et soient mises en .ij. phioletes 10 cascuns par lui et soient bien estoupees et les laist on demourer .xv. jors, si en doit on oster le cler par deseure par lui, et le gros gieter, et puis faire ceste cose ki soit faite d'aloes, de poivre noir[e] et de poivre 11 lonc, et de sel ermoniac I2, de cascum .i. drame, et soient deliement broié et destempree de jus de pumes, ingaument, que dit vous avons, et les faites coler et user; et de tant que ceste medecine sera plus viès, tant vaura ele miex, et ceste medecine est de mervelleuse nature por le veue espurgier, si com dist Rasis. 1. grieve le femme. B. gesirs à la feme grieve. D. et trop hanter femme. — 2. celes. B. à ciaus. D. à ceuls. — 3. oreilles grevees. — 4. B. dates. D. meures douces. — 5. figes. B. fiengrec. — 6. B. especiaument. C. esperiment. - 7. B. à ceste meisme chose. — 8. B. D. tuscie. C. tutie. — 9. B. à jus de calemandete. C.calament. D.calemante. — 10. B. D. fioletes. C. fioles. — 11. poure. — 12. C.armoniac. F°37a. 5 10 Encore, prendés antimonum et tuschie, et les faites laver en ewe de pluie, mais que vous prendés antimonum .x. drames, || et de tus- chie et de camea aurea 1 lavee, de cascun .vi. drames, et d'une piere ki est samblans à or .iiij. drames, et petites perles qui ne soient mie pierçies et coral, de cascun .i. drame, et foli ind[a]ici et safran oriental, de cascun .i. drame, et de canfre le tierc d'une drame, et de musce le sietime partie d'une drame, et en faites pourre, et le destemprés en ewe de pluie et le laissiés .iij. 2 jors demourer, et apriès, le coulés, et le soir, quant vous alés couchier, le metés as ieus, et au matin, les lavés d'ewe de fenoul; et ce fait boin user à tous chiaus qui welent les maladies des ieus eskiwer. i.auree. — 2. B. iiij. DES ORELLES GARDER F°37b. 5 Tout ausi que nous vous avons dit et parlé des ieus, vous devés savoir des orelles, car ausi c'on ne puet vivre sainnement sans le veue, ne puet on vivre sans oiir. Mais, por chou que por oïr a on perfec- tion de savoir, si doit cascuns pener des orelles garder, car, si com dist Aristotles, quanke 1 nous savons, nous savons 2 por ce ke nous le trouvons de no enging, ou por chou Il ke nous l'oons 3 dire à autrui; et à ce meisme s'acordent li autre philosopheki apeloient les orelles porte de savoir. 10 15 Et vous devés savoir que les orelles, por l'ochison4 de l'oïr, sont bien nécessaires. Tant se pena nature de faire les orelles soutiulment qu'ele le fist de tenrun 5, car s'ele les eust faites de pure char, eles ne peussent retenir leur forme longement, et s'ele les eust faites d'os, eles seroient de maintes coses grevees; et fist les entrees des orelles à vis 6, <por> que le vois[por] <qui i vient puist> m iex resouner et por garder que li airs n'i venist soudainement caus ou frois, qui l'oïr peust enpeescier. 20 Or, convient donques, por l'oïr maintenir sain, c'on se gart de mengier grosses viandes et d'emplir trop l'estomac, et de dormir sus 7 tantost c'on a mengié, et garder de froit et de vent, et de grant caut, et de grant son oïr, car c'est .i. cose qui destruit trop l'oïr. F°37c. 25 Et estuet, por le maladie eskiwer, chascun jor netiier les orelles de l'ordure, et prendre garde que ewe ne Il autre ordure n'i puist entrer ne chaïr, car apostumes en vienent legierement, et especiaument li ewe taut l'oïr quant ele i entre; si vous hastés de metre le hors en tel maniere : prendés .i. tuelet de plonc 8 ou d'argent, et le metés en l'orelle, et le suchiés 9 hors; encore, estiernuers et tousirs i est moult i. B. quant que. — 2. nous savons est surajouté. — 3. l'ouns. — 4. B. le rai- son. — 5. tenrim. B. tanrim. D. tenrim (pour tenrun. Cf. p. 183). — 6. ains que le vois por miex resouner. B. à vis. C. (passage ajouté auXVe s.): à vis qui va tour- noyant. D. à wis. — Il faut lire: à vis (cf. la dénomination actuelle d'hélix). — 7. B. desous. — 8. B. de plume. D. tuiel de plume. — 9. sachiés. B. suchiés. D. suciés. boins, mais que li tieste soit clinee vers l'orelle où li ewe est entree1. 5 Et encore, por garder le santé des orelles, vaut moult à metre .ij. goutes ou .iij. d'oile d'amandes ameres, mais que li oile soittieve, car coses caudes ne froides n'i doit on mie metre, si com dit vous avons. 10 Et por garder les orelles d'apostumes et de boces qu'ele nzviegnent es orelles, et de che vous porrés vous apercevoir quant ou visage venront 2 boces et li tieste sera caude, prendés jus de memith 3, et le mellés à vin aigre, et le coulés, et cascune semaine en metés .i. pau.i. fois ou .ij. es orelles; c'est .i.cose ciertaine et esprouvee por les maladies des orelles eskiwer. i. B. ajoute: « Encore poés prendre manches de coton et metre dedens l'oroille, mais que chou qui sera defors sera moullié d'un peu d'oile et l'alumés, car la chaluers dou fu traire à soi l'iauve. Et ce vous avons apris por chou que tel chose avient souvent, tout soit ce que che ne soit pas de nostre entension. »— 2. vront (faute d'abréviation). B. venront. — 3. B. memit. D. memiht. CAPITELES DES DENS ET DES GENCIVES 157d- Li seconde, c'on se gart de vomirsouvent, car li vomirs raemplist les dens et les gencives des humeurs qui ens 1 se corrunpent. 20 La tierce si est de mascier coses wisceuses 2, si com sont viandes qui sont faites de miel cuit, et dates, et autres viandes samblans3. La quarte si est c'on ne brise as dens coses dures et fors, car se por ce doleurs avenoit, si porroit descendre tels humeurs qui grever li porroit. 25 Li quinte si est c'on ne mete en se bouce coses engielees, si com sont noif, glace et autres samblanscoses, por ce ke che destruit4 le vertu || des dens. Li sixte si est c'on ne prenge coses trop froides apriès coses trop caudes, ne coses trop caudes apriès coses trop froides. Li sietime si est de purgier et de netiier le viande qui l'ordure fait i. B. enqui. — 2. B. ajoute: « douces ». — 3. saillans. — 4. 13 ajoute: « le sens et». venir es dens, et ne mie si dedensI c'on faice les gencives sainnier et les dens estormir 2. Et li froters est boins de poure et d'autres coses tempreement qui confortent les dens et les gencives, si com nous vous aprenderons cha avant. 5 Li viijmes si est de garder c'on ne menguce coses ki de 3 leur propre nature <f>ont les dens destruire et grever4, si com sunt porion, oignons et maintes autres coses; et ce sontles coses des quels il estuet garder por les dens sainnement maintenir, et ne mie seu- lement ces coses ke nous vous avons noumees, mais autres assés. F38b. 10 15 Mais vous devés froter les dens des coses que nous vous dirons, ki les tient en biauté et lor5 fait maintes maladies eskiwer, mais ke li froters soit fais tempreement, ne mie si forment c'on destruise l'umeur qui est es dens et es gencives, et qu'il les face enfler6, et qu'eles || soient prestes de recevoir les fumees qui vienent de le four- ciele et d'autre part ; <et> si fais froters fait plus mal que bien por les dens garder. 20 Prendés .i. once de corne de cierf arse, et semence de tamaris, de cyperi, et roses, et pinkenart, de cascun autant, et salse gemme7 .i. quart de .i. once, et en faites poure deliee et lemetés en .i. drapel, et en frotés les dens, et apriès les lavés en boin vin caut; ceste poure garde moult et conforte les dens et les gencives. 25 Encore, prendés le racine du titimal8 et le faites boulir en vin, et du vin où ele sera cuite, lavés le bouche ij. fois ou .iij. le mois, car c'est .i. cose qui fait boinne alainne de bouce et garde les dens de doleurs et de maladies, si com dist Avicennes. F°38c. 30 Encore, por les gencives conforter et les dens enblancir, prendés marbre blanc, et coral blanc, et os de seche, et salse gemme 9, et encens et mastic, de cascun engaument10, et en faites pourre deliee, et le metés en .i. sachet de toile, et en frotés les dens, et lavés de vin, et apriès, les frotés d'un drapielll d'escarlate. Apriès, por les gencives ki volentiers sainnent, et por les dens blan- chir, et por faire boinne alainne, prendés galia muscate, spume11 ma- rine, sel rosti, corne de chierf arse, de cascun .iiij. drames, et alun, et nitre, et12 pume gernate, gale, balautie, de cascun .ij. drames, et 1.ç.à.d.
    et non si profondément.
    — 2. B. mouvoir. — 3. de a été ajouté postérieurement. - -4.ont les densdestruis et grevees. -5. loraété ajouté postérieurement. — 6. dedens et des gencives et qui les fait. B. es dens et es enchives et qu'il facent les gencives enfler. — 7. salxe. B. salgemme. — 8. verti- mal.B.titimail. — 9. B. saliame. — 10. B. iguament. — 11. B. prume. — 12. B. ajoute: « escorce de ». podien, spic, cost1, linaloes, cardamonde, cascun .i. drame, et en faites poure deliee et en frotés les dens. 5 Se vous volés removoir le aacement2 des dens ki sovent avient, machiés pourcelainne, amandes, avelainnes, froumage rosti; et vin COMMENT ON DOIT LE VISAGE GARDER1 5 Pour plus briement parler, si vous laisserons à dire des 2 levres et du menton, si vous dirons comment cascuns doit le visage garder et le couleur donner, et <en> cest ensegnement, porra cascuns savoir le nés et les autres menbres du visage garder. F°38d 10 Sachiés premièrement que li natureus coleurs du visage et li biautés se cange as hommes par maladies, et en || sains par maintes coses, si com par le solel, par vent, por froidure, por <pau> baignier, et por soi netiier de l'ordure, et por mengier coses salees et autres ki font sanc troble et melancolieus, et trop ongier3 femme, et por boire malvaises4 ewes, et por flairir et mangier coumin et amyos5, et por user vin aigre, et por pensees, et por tristece, et por courous, et por autres coses assés ke nous ne dirons mie chi. 15 Li mauvaise coleurs ki por maladies avient, si com gaunisse6 por fie escaufé, et palece por grant maladie que on mainne, et por autres maladies, les doit on removoir par les maladies oster dont eles vie- nent, et le maladie oster n'est mie no ententions, mais de faire bele coleur et removoir les malvaises qui vient par les malvaises okisons, si com nous vous aprenderons. F°39a. 60 25 Sachiés donques <que> coses, qui esclaircissent le sanc font boinne coleur, si com sont borraces 7, oès maus, brouès de char humer, ciches 8, figes seches cuites et crues, especiaument valent à user || à chiaus ki de maladie se lievent à revenir à leur premiere co- leur,.card'eles s'engenre sans soutiuls et clers qui legierement vient au cuir de le char, et de che vous poés apercevoir que ki l'usera, si faitassés de pous 9. Et ne mie seulement ces coses esclairissent le sanc, mais autre si I. B. Li .v. de garder le visage et de douner colour. — 2. del. B. dou nés. des levres, dou menton et des autres menbres de chascun par soi.- — 3. B. gesir à. C.user le. — 4. malvaisse. B. mauvaises. — 5. B. ameos. — 6. B. gaunisse. — 7. buverages. B. borraces. C. bourraches. — 8. On lit: cubes. B. chiches. B. ajoute: « boin vin et boin pain bien cuit et bien levé, et ». - 9. B. poous. C. pous. com sont mirabolan condi, et trifes, et autres laituaires que noumé vous avons ou daharrain 1 <capitre de la premiere partie qui aprent comment on doit la viellesce targier. 5 10 Encore ~t a autres choses qui donnent biele couleur pour lor force, qui font le sanc au cuir de la char venir, si comme sont oignons, porrions, aus, poivre, rafle, senevé, poume de paradis, girofles, cyperis, safran. Mais que dou safranprengnepeu,etysopepuet on prendre en ceste maniere, si comme prendre.ii. dragmes deysope, et demie dragme de safran, et demie onche de sucre, et destemprer en2 vin et boive. Teil beverage user faitboine couleur venir. Encore traveillier, et jouer, et courechier atempreement, et joie, et leece, et chanter, et oïr estrumens, etdemorer avec gens bien vestus et plaisans, et victore, font boine coleur et clere. Ces coses sont qui par dedens le cors font boine coleur venir. 15 Or vous aprendrons qu'il vous estuet user par defors, si com lavers et autres choses. Prendés premierement aluisne, et fuerre d'orge ou d'avaine 3 et vous estuvés le visage au soir quant vous irés couchier, et au matin, vous lavés de cou leure de retrait de fourment: ce vaut à blanchir le visage et nectoier. 20 Et ce mesmes faire: prendés ferine de feves, racine de flors de lis, wa- rance, glu de pisson, de chascun une once, et en faites porre, mais que la gluis soit fondue et destempree en yauve, et la porre meslee apriès ensi qu'il deviegne à maniere d'ongement, et en oigniés le visage le soir, et au matin, le lavés d'iauve chaude. 25 30 Encore, pour faire le cuir dou visage délié et blancetpour toutes ordures oster: prendés fluers de feves et en faites iauve à maniered'iauve rose, et vous lavés le visage et le col, et se plus fort le volés blanchir et nectoier4, prendés ental dental, borrache, sarcocol, marbre blanc, coral blanc, cristal blanc,ferine de feves, gis, et goume dragant, et en faites porre et destem- prés à l'iauveque noumé nous avons et en faites petis torcis; cist torcis sont piles scachees à maniere de lupins, et les faites sechier en l'umbre, et quant user les volés, si les destemprés à .i. pau diauve rose ou d'iave de flors de feves, et oigniéslevisage, et de ces meismes iauves vous lavés au matin. 35 Encore en cestemeisme maniere, faitesfaire yaves de flours ou defoilles de brioine, et vous lavés le col el le visage de ces meismes yaves [vos lavés I Le scribe du ms. A a sauté ici un long passage comprenant la fin de ce cha- pitre et le début du suivant: « Comment on doit garder l'estomac en santé. »— Nous donnons, en italiques, le texte de ce passage emprunté au ms. B (fo 73 a, à fo 74c). — 2. et vin. C. en vin. — 3. C. ajoute: « et faire cuire en aigue, et la puet on estuver ». — 4. noirchir. le col et le visage], car ceste yave vaut sor toutes choses à oster lentilles, et takes 1, et ordures qui vienent es visages. 5 Et encore faites yaves de flors de noele 2 en la maniere que dit nous avons, et se lavés le col et le visage, car ele vaut trop à ces meismes coses. Et, se de la semence de la noele 3 volés faire porre bien delié, si le meslés à alun de plume 4, et .i. pau de bresil, et le destemprés à iauve faite de sa flour, et en faites pilles grossetes 5, et quant user en volés, si en destemprés une once en l'iauve rose, ou en l'iauve de flours de noiele 6, et en oigniés le visage, cefait le visage blanchir et estre bien coulouré. 10 Se, pour solail, ou pour chaut, ou pour froit vient mauvaise couleurs, si vous estuet garder etfaire chou que, oucapitre qui aprent comment on se doit garder enchemin, nous apresimes. i. C. taches. -- 2. C. nielle. — 3. C. niiele. — 4. C. plume d'alun. —5- C. pilletes. — 6. C. niielle. LI .VI. COMMENT ON DOIT GARDER L'ESTOMAC EN SANTÉI 5 Devés savoir que la premiere ovre que la nature de chascun fait ou cors, si est de cuire la viande en2 l'estomac, et pour ceste ovre faire bien et acom- pliement, si convient que la viande soit maiscie en la bouche.Etquant ele est avalee, si secuist en l'estomac par .ii. raisons. 10 Li une si est que l'estomac en soit pour norris tout premierement, et dou remanant se norrist trestous li cors. Et ne devés mie entendre que la viande se cuise en la bouche de l'estomac, chou est à dire en la forchele, mais li propre) lius3 du cuire le viande si est ou fons, et ch 'est por le caleur du cuer et du fie et des autres mcnbres qui sont environ, car de se nature ne porroit il cuire viandes, sans le caleur des autres menbres que nous vous avons dit. 15 Por ce que li sustance soit nierveuse4que c'est .i. des menbres du cors qui plus longement5 sent coses qui grever puent, et de tant nierveuse sustance ke nous vous avons dit, li douna nature une fourme longe et reonde. F°59b. 20 25 Reonde li dona qu'il ne puist iestre encraissiés6, car si com vous savés, coses rondes se maintient plus sainllnement7, et por ce li dona nature longe, et reonde, et large pour retenir et soufrir grant plenté de viandes, pour soi nourir et tot le cors, et li fist .i. bouce deseure por prendre le boire et le mengier, et .i. autre par desous por es- purgier l'ordure et le superfluités des viandes qui s'en vont par les bouiaus, et jasoit ce que ce soit [grosse chose, n'est ele mie si grosse que li boiel n'en prengent nounssement. Et encore le fist natureJ8 aussi com enmi liu du cors por le nor- risement douner à tous les men bres plus legierement, et por ce, li philosophe apeloient l'estomach despense du cors, car ausi com i. Titre emprunté au ms. B. — 2. C. ou fons de. — 3. Ici reprend le texte du ms. A. — 4. B. sa sustance si est bien nierveuse. — 5. B. legierement. — 6. B. silegierementgrevis. — 7. sauvement. — 8. [] ajouté postérieurement après grattage. vous veés ke de le despense de l'ostel sont aministré li norrissement à ciaus de l'ostel, ausi de l'estomac issent li norrissement à tous les menbres du cors. 5 Par ces paroles, devés savoir que cascuns doit metre tote s'entente et se painne à le santé de l'estomac garder, car c'est fondemens de garder le santé du cors et tous les menbres, et de cui partent plu- seurs maladies qui garder ne s'en set. F°39c. 10 Sachiés que, en garder le || santé de l'estomac, convient garde pren- dre en boire et en mengier c'on soit si amesurés, que li premiere oevre que nature fait, si com cuire le viande, ne soit destourbee par outrage, car qui prent viandes outre chou qu'il ne doit, et boit, la vertuI de l'estomac en afoiblist; ensi remaint li viande crue qui s'en va parmi les menbres, dont maladies avienent mainte fois. 15 20 Et ne doit on mie garder seulement le viande 2 prendre por le santé de l'estomac garder, mais garder l'eure que li estomas le demande, et de douner cose qui li soit delitable, et por ce, dist Dyogenes que appetis de mengier aide à cuire le viande. Encore dist Ypocras que se li viandes est plaisans et amiable, car jasoit que li une ne soit si boinne comme l'autre, si vaut ele miex, car li estomas amende se malise et le cuist plus legierement; et enten- dés que totes voies, doit on le malise de le viande amender,qui puet, devant chou que on mengut, mais por l'amendement, ne soit mains plaisans ne mains delitables à l'estomac. F°39d. 25 Et encore devés savoir ke nus ne puet garder bien le Il santé de l'estomac, qui ne connoist se naturel complexion, car maintes gens sont ki ont l'estomac froit et sec de lor nature, et autre ki l'ont froit et moiste, et autre qui l'ont caut et moiste, et autre qui l'ont caut et sech; por ces natureus complexions connoistre, si vous dirons les signes. 30 35 Li estomas caus cuist plus legierement les grosses viandes que le soutix, si com char de buef, oès, awes 3, et assés d'autres; les soutiuls viandes, si com char de poucins, lait, chievrel4 et autres assés ardent et corrunpent, et por ce, cil ki a l'estomac de tel com- plexion doit avant mengier les grosses viandes ke les legieres, et se doit garder de mengier aus, et poivre, et totes coses caudes, et boire vin fort, se che n'est vins verdelès foibles. Cil qui a l'estomac natureument froit 5 si mengue plus volentiers I.li ventres. — 2. B. à la quantité de la viande. — 3. B. awes annes. C. aves. — 4. B. lait de chevriel. — 5. fort. F°40a. 5 qu'il ne cuist le viande, et ne puet cuire, fors que legieres viandes, car, por les grosses, enfle et bruit, et plus legierement prent les froides que les caudes, et n'a 1 mie trop grant talent de boire, et por ce, cil 11 qui ont l'estomac de tel complexion si se gardent tant com il puent de mengier caudes 2 viandes, et s'il les mengut, si les men- gut à boinnes especes, si com de caniele, de gimgenbre, gyrofle, cardamon et autres caudes especes, et k'il boivent boin vin meur. 10 15 Chil qui ont naturel complexion de l'estomac seche, si ont soief souvent et boivent por ce volentiers, et souvent, et pau ensamble, et prendent plus volentiers le seces coses que les moistes. Cil doi- vent user seches coses<pour la santé de lor estomac garder. Cil qui ont l'estomac naturaument moiste si n'ont mie soif, et regetent legierement la viande, etprendentplus volentierschoses moistes que seches, et cil quiont tel complexion doivent user coses seches. Eiy3 en totes complexions natu- reus, là où on connistra ke li quatre qualités 4 habundent, si doivent user totes coses contraires, car c'est li particulers abstinence ke dist Platons. 20 - Encore dist Constentins, par auctorité de Galiien, ke quant à Galiien fu demandé por coi il apetiçoit cascun jour se viande, si respondi k'il n'avoit5 entention de mengier fors tant qu'il peuist se vie alongier, et n'avoit cure de mengier6 tant que li fourciele li enflast et bruisist. po40b. 25 Et convient que Ilon menguce ordenement et que on boive devant et deriere les viandes, si com leur nature lor requier<t>. Et ne mie seulement che que nous vous avons dit en ces capitres vaut à garder li santés de l'estomac, mais savoir le capitre du mangier de le premiere partie. I.ne. — 2. B. grosses. — 3. Ce passage, en italiques, a été omis par le scribe du ms. A. Nous l'avons rétabli à l'aide du ms. B. — 4. quartier. — 5. B. ajoute: «autre». — 6. B. vivre pour mangier. Et pour chou, devés entendre que nus ne doit mangier tant que la forcele enfle et bruie. CAPITELES DU FOIE 5 Sachiés que li foies est uns des .iiij. principaus menbresdu cors où li sans <est> engenré dont tot li cors se norrist; et fait boin metre entente de lui garder en santé, por che que les humeurs que li cors nourist, si com li sans, est engenrés illuec, si com dit vous avons; et por che, devés entendre et savoir que li viande ki vient à le fourciele ne porroit cuire sans le caleur du foie, et por che, li fist nature .v. brances, por bien porprendre le fons de l'estomac et por miex le caleur douner. F°40c. 10 15 Si que, quant li viande est cuite et espurgie, ele remaint ausi com ewe d'orge à l'estomac, lors se part cele ewe de le fourciele et s'en va au foie par vainnes que li phisike apiele mesarache, et illuec se re||cuist, et quant ele est bien cuite, de cele partie ki cuist atem- preenent si devient sans, et s'en va par les vainnes par tot le cors, dont cascuns menbres reçoit sen norrissement; de l'autre partie, ki 1 se cuist à outraige, si devient cole, si le kace li nature à une vesie qui se tient à .i. des brances du foie, qui est apelee l'amer. 20 La partie qui est ausi com loiie 2 de sanc qui est apelee mélan- colie si s'en va à le rate; de l'autre partie qui ne se cuist mie bien qui est apelee flume 3, si s'en va avoec le sanc par tot le cors por ce que, si 4 sans faut, li nature recuist cestui et doune nourissement as menbres. pu4°d. 25 30 Et cesteviande qui est ou foie dont les humeurs s'engenrent, si a unes superfluités que li nature cache5 par les rains, et c'est orine. Et devés entendre que, jasoit ce que ce soient superfluités, si sont eles aucunes fies necessaires au cors de l'homme aidier à vivre, et por ce, lor douna nature propre liu, et por eles user quant on en ara mestier. Et ne doit nus iestre negligens à le santé du foie gar- der, puisqu'il est necessaires au II cors, si com vous avés oii. Et por le santé garder, si vous dirons les signes del <caude)> natu- I. si. - - 2. B. C.lie. — 3. B. figine. C. fleume. - 4. Ii. — 5.sache. 5 rel complexion du foie, si com avoir les vainnes larges et enflees, et le pis pelu, et avoir grant talent de mengier et de boire, et avoir le coleur du cors qui tient en gaune I por l'abundance <de la cole) qui ou fie est engenree. Et cil qui le complexion ont te le si doivent user coses froides et soi garder de totes coses caudes, si com d'aus, de poivre, oignons, porions, rafle, senevé et de vin fort, et doivent user vin mellé à ewe, especiaument vin verdet. 10 Li signes del naturel complexion <froide> si sont contraire à chiaus ke nous vous avons dit, car li sans qui est engenrés en cel foie si est delié[e]s et eweus, et sont totes les vertus du cors foibles et est tous jours maladius. Cil qui est à tel foie doit user les coses contraires à celes que dites vous avons deseure. F°41a. 15 Li signes del naturel complexions <seche> si est à avoir petites vainnes à pau de sanc, et trestout2 le cors sech, et assés de paus 3 et crespés, Il et avoir plus grant talent de boire que4 de mengier; à chelui fait boin user coses moistes. Cil qui ont le naturel complexion du foie moiste, si ont les signes contraires à ciaus qui ont le seche, et doivent user coses seches. 20 25 Et entendés que se ces complexions habundent outre ce qu'eles ne doivent, si doit on user coses contraires à le complexion, et se c'est cosequ'eles ne soient trop à outrage, si doit on user coses samblans, car par samblans coses doit on user en santé <por> cascune com- plexion garder, et par contraires les maladies removoir. Et sachiés generaument ke por destruire le santé du foie si est de metre l'une viande sor l'autre devant qu'ele soit cuite, et de boire ewe froide à grant abundance à enjun, et apriès baignier, et apriès l'user de le femme, et apriès grant travail, ke tels vous refroide le foie et fait legierement venir ydropisie. F°41b. 30 Et des coses qui sont convenables au foie si sont douces coses s, mais c'on n'en prenge trop por ce qu'eles estoupent legierement les voies por ille grant atration 6 ke li foies en fait. Et de ces coses douces, celes ki sont plus amiables et ki miex font si sont roisin sech, et figes, et noisetes de caure 7 et boin vin, mais que li foies ne soit trop caus. 35 Ches coses sont boinnes à garder le santé du foie, et se maladies avienent, si convient faire ce que li aucteur de phisique enseignent. I. ewe. B. yaune. C. gausne. D. iaune. - -2.reçoit. B.trestout. — 3. B. pous. C.peus.D.poils. — 4. et. — 5. de ces coses. — 6. B. estration. — 7. B. nois seces de corre. C. nois entees de caurre. D. noisetes de coudre. CAPITELES DU CUER 25 Et devés savoir que li fourme du cuer est large par desous et aguë par deseure, à maniere de pume de pin, et demeure ou cors de l'homme à rebous, car li chiés demeure par devers les piès, et li rachine par devers le chief; et jasoit ce qu'il soit enmi liu du pis, si com dit vous avons, totes voies, li chiés pent .i. pau plus vers seniestre. 30 Donques, puisque nature mist tote s'entente, si com vous avés oï, si se doit cascuns pener por lui garder en santé. Sivous dirai le naturel complexion de cascun, car selonc les diversités des com- I. B. ajoute: « pooir ». — 2. B. legierement. — 3. B. devant dos et deriere. — 4. B. eschuce. F"41d. 5 plexions, doit on user diverses coses por le santé du cuer 1 garder. Li signes de le caude complexion naturel du cuer si est avoir le pis large et pelu 2, et le pous fort3 et erant, et longe alainne; et est preus et hardis ki l'a caut, et se courouce volentiers. Iceux gens ki Il on<t> ceste complexion caude se doivent garder tant com il puent de coses caudes user, et prendre les contraires si com les froides, car en tel maniere gard<e> on le santé, si com dit vous avons. 10 Li signes de le complexion froide est d'avoir estroit pis, s'il n'i a contraires d'autres menbres, c'est à dire qu'il porroit avoir bien le cuer caut et le cerviele froide, si que, por le caleur du cuer, ne por- roit li pis iestre larges, ançois seroit estrois por le froidure de le cer- viele; et li pous sera petis, et lens, et foibles, et tous li cors lens et peurès, et resamblera femme en totes manieres. 15 20 Li signe de le complexion seche sont samblant à chiaus de le <caude, et est li hons mal acoustumés. Li signe de le complexion moiste sont samblant à chiaus>4 de le froide, et se li complexions du cuer est ensamble caude et seche, caude et moiste, ou froide <et> seche, ou froide et moiste, si se diversefieront li signe si com dit vous avons; et cascune usera les coses contraires à se naturel com- plexion, et por savoir les queles sont plus especiaus medecines du cuer, si les vous noumerons. F°42a. 25 Ce sont jaconces 5, or, argens, bougloses et basilicum qui porte .i. Il flourete noire: che sont coses temprees ki confortent le cuer. Coses caudes por user à chiaus ki ont le cuer froit si est: eci- doiare 6, musc, ambre, soie, safran,girofles, siloes 7, melise, carda- mon, cubebes, fuelles de citre 8, fuelles<indes> enula 9. 30 Cosesfroides por user à chiaus ki <l')ont caut si sunt: parles margerites10, canfre 11, sandales blances et rouges, coral blanc et rouge, roses, carabé, spode12, terre sigillata, et pumes, et coriandre sec et vert. Che sont les propres coses por le cuer maintenir en santé. Et vous meterons fin à cesteseconde partie et ne vous en parle- rons plus, por che que, ki set les principaus menbres des quels nous vous avons parlé garde<r> en santé, il sara garder les autres menbres legierement. 1.cors.- — 2. B. velus.- — 3. froit. — 4. <> Passage sauté dans le ms. A et res- titué à l'aide du ms. C. — 5. B. lagonces. C. jagonses. D. iagousces. —6. B. sydoare. C. D. zidoare. —- 7. B. sileos. C. D. siloes. — 8. B. cypre. D. cetre. — 9. B. foille ynde, emua. C. fueille ynde, enula. D. foille de cetre, inde, enula. — 10. magetices. B. pelles margerites. C. pielle margerites. D. pelles, marguerites. — 11. causte. B. camfre. D. canfre. — 12. et pau de. TROISIÈME PARTIE DES SIMPLES COSES QU'IL CONVIENT A OUME USER CHI APRIÈS DIST IL LES QUELES VIANDES ET LI QUEL BEVRAGE SONT MILLEUR1 Li premiers capiteles sera de totes manieres de blé, et du pain c'on en fait. po42b. 5 10 Li secons de totes manieres de buverages. Li tiers de toutes chars. Il Li quars de tous leuns. Li quins de tous fruis. Li .vi. de tous poissons 2. Li .vij. de totes manieres d'ierbes. Li .viij. de totes especes. DEL FORMENT 15 Fourmens est uns blés temprés, convignables sour tous blés à nature d'oume,mais il tient .i. pau de caut et diversefie se nature par viellece ou par nouvieleté, et par le tere en coi il croist, et por autres coses assés. 20 Et celui c'on doit mengier doit on eslire qu'il soit creüs en boinne tere, et qu'il soit purs3 de tot autres coses, etki soit entre viès et le nouviel, et qu'il ait coleur entre rouge et blance, et qu'il soit tenus netement, ne mie en fosse ne en relent, ains doit iestre 1. B. Ci commenche la tierche partie qui vous enseingncra la nature de toutes choses qui couvient à l'home user, et aura .IX . capitre. — 2. B. Li .vi. de toutes herbes. — Li .vij. de tous pissons. — Li .viij. de toutes manieres d'uès, de frou- mages et de lait. — Li .ix. de toutes espices. — 3. B. triés. <en> maisons où vens puist entrer1. Tel fourment convient à homme user, car li sans ki est engenrés de tel fourment ke dit vous avons, est plus temprés ke nus sans qui soit engenrés de nul autre blé. F°42C. 5 Etsachiés que li pains qui est fais de tel forment ke dit vous avons est plus caus que li four||mens, et tel caleur prent il ou four quant il cuist, et nus pains n'est si boins ne si tost cuist à le four- cele com fait cis, mais qu'il soit bien levés et soit .i. pau salés. 10 Et li pains alis de fourment est durs et ne se cuist à le fourciele, ains i demeure moult, et fait le ventre bruire et enfler, et estoupe les voies du foie, et engenre pierres 2, et por ce, de tel pain se fait boin garder. 15 Et se li fourmens est cuis 3 avoec lait ou avoec autres coses, si fait boin sanc, mais qu'il se puisse cuire à l'estomac, car il se cuist à grant painne, et qui l'use moult si fait venir maladies ke dites vous avons, ausi comme de pain alis. CAPITELES DE L'ORGE <ET DU SOILE> 20 Orges est frois et sès ou premerain degré et est priesque temprés, mais <il se trait plus à froidure. Et soiles> se tient à cestemeisme nature, si com dist Avicennes, jasoit ce qu'il ne soit si temprés, et por ce ke nous vous dirons de l'orge, si poés entendre du soile. F°42d. 25 Sachiés que li orges nourist mains que li fourmens et enfle, mais il refrode plus, et por ce, cil qui seront usé de ven||tosité avoir, et doleur des flans, et enflement de fourciele ne le doivent mi<e) user; mais cil le puent bien user ki sont caut4 et ki le welent mengier 5. 30 Et sachiés que li sans ki en est engenrés si est melancolieus, et por ce, vaut miex à user selonc le voie de medecine que por santé 6. garder, c'est à dire d'user le en fievres, si com de faire ewe d'orge et autres coses que li auteur de phisique aprendent. Et saciés que li pains qui est fais d'orge, à comparison à celui de fourment, si est I.B.C.D.venter. — 2. B. ajoute: « es rains». — 3. B. ajoute: « tous entiers ». — 4. B. ajoute : ( de nature N.- — 5. B. D. veulent amaigrir. C. voellent amagrir. - 6. sanc. plus frois 1, et doune mains de nourissement, et fait ventosité, et doleur des flans, et enflement de forciele, et acroist totes froides maladies, et restraint le ventre, et <tient en> totes coses de l'orge dont il est fais. s CAPITELES DE MILLOS2 ET DE PENIS 3- F°43a. 10 Millos4 et penis5 sont froit ou premier degré et sech ou secont, et vous dirons ensamble de ces ij., por ce que il ont .i. meisme nature, jasoit ce que li penis doinst mains de nourissement6, car li sanc qui en est engenrés est pesans7 et mauvais, et por che, cil qui welent encrassier et avoir || habundance de boin sanc ne le doivent mie user, car il restraint le ventre et fait enfler le fourciele. 15 Mais à celui qui user l'estuet, si le puet user à lait, et à oile d'amandes, et à char crasse, car coses crasses leur font perdre 8 leur malice. Car milos et penis valent miex à maladies removoir qu'il ne font à santé garder, et convient, s'on le weut user, metre rostir et caufer, as torsions et as autres doleurs qui par ventosité sont engenrees, et en autres pluiseurs maladies. CAPITELES DU RIS9 20 Ris est caus ou premier degré et sès ou secont, et se caleurs est tempree. Mais il est de se nature pesans, et demeure moult en le fourciele, et restraint le ventre, et por ce, ne le doivent pas user cil I. B.fors.C. frois. — 2. B.milet.D. millot. — 3. B. D. pennic. - 4. B. Millet. C. Milo. — 5. B. D. pennic. C. peili — 6. B. ajoute: «que li millet. Sachiés que sor toute grainsnies que li hom use et dont on fait pain, doune mains de norrissement». —7. B. porris. D. pou. -- 8. prendre. — 9. Ce chapitre n'existe pas dans le ms. C. qui ont mal de ventosité et qui ont le forciele foible à cuire le viande. F°43b. 5 Mas, qui user l'estuet, por le malice oster, et por douner assés nourissement, et por grant habundance de sanc engenrer, si le mengucent en lait d'amandes, et à cucre, et à totes coses crasses.|| CAPITELES DE L'AVAINNE <ET DE L'ESPIAUTRE> 10 Avainne et espiautre sont froit et sech, et sont de maniere d'orge, et ont samblans natures en totes oevres qu'eles font ou cors de l'homme; et valent à user plus assés à chiaus qui ont caude nature que à ciaus qui l'ont froide, et valent as maladies removoir plus que à santé garder. 15 20 Car el es font, de leur nature, le fourciele bruire et enfler, mais ils ont nature d'oster enfleures1 qui par ventosité avienent, se on les met caudes deseure; et valent miex à user à chiaus qui2 sont magre et welent encrassier, en cestemaniere : prendés ferine d'avainne et3 d'espiautre et le mellés avoec couleure de bren de forment à ewe caude4 et à candi, et à penides 5, et à .iiij. moieus d'uès, et faites cuire à maniere de grumiel, et faites user à chiaus qui encrassier welent et ki por caudes maladies sont amagri. C'est .i. viande sainne qui sor totes coses encraisse. CAPITELES DE SEGINE6 F°43c- Segine est une il maniere de blé froide et seche, et croist en Lon- bardie à maniere de canve7, ki n'est mie boinne à user por santé i. fievres. B. D. enfleure. C. enflures. — 2. B. ajoute: « sont etique et ». C. ethique. — 3.B.C.ou. — 4. B. ajoute: « et à lait d'amandes, et à chucre. » C.cucre. — 5. B. D. penides. C. ponides. — 6. N'existe pas dans le ms. C. - B. D. Segine..-Les autres ms. portent: « Rogier male branche. »- Le glossaire provençal figurant au commencement du ms. 2511 (Arsenal) donne: « Bléfrogier male branche, est sorgso » — 7. B. canne. D. canvre. garder, por ce qu'ele doune gros nourissement, et fait le sanc melancolieus, et enfle le ventre, et restraint le forciele, jasoit ce qu'ele1 alasce à le fois2por çou qu'ele est pesans, si 3 fait le viande avaler. 5 Et li pains c'on en fait de ce blé et de tous autres si tient le nature <du grain) dont il est fais,mais qu'il est .i. pau plus caus, et ceste caleurs li vient du fu dont il est cuis, si com dist Ysaac. CAPITELES DU FAR4 10 Far est .i. maniere de blé samblans à fourment, mais il est plus gros, et frois et sès tempreement, et a vertu de douner gros' nourrise- ment au cors quant il se cuist bien. Mais il enfle .i. pau le ventrail, et vaut plus à maladies oster que à santé garder, especiaument à maladies caudes. CAPITELES DE BRENS5 15 Brens6 de forment est caus et sès, et li norrissemens qu'il doune est petis et malvais, mais se couleure si a vertu de netoiier les menbres. po43J. 20 Et quant il est mis à ewe caude || et7 coulés, et apriès soit cuis à maniere de grumel, si a vertu de purgier le pis des grosses humeurs et de malvaises; si ne fait mie enfler le forciele et i demeure pau, et por ce, le puet on doner en fievres et à totes caudes maladies, avoec le cucre, atorné en [au] tel maniere. i. Par suite d'une surcharge on peut lire encore: qu'il, ou que li. — 2. B. aucunes fois. D. aucune fois. — 3. B. qu'il. — 4. N'existe pas dans le ms. C. — 5.B Dou retrait. C. De gruis. — 6. B. Retrais. C. Brens. — 7. B. ajoute: « bien frotéset». 5 Mais brens 1 d'orge vaut miex, car quant il est de forment, il refroide; et encore, faites boulir bren de forment en ewe ou 2 en vin et en faites emplaistre caut deseure les mamieles 3 qui sont enflees et dures por habundance de lait, si les desenfle et les met à garison ; et de ce meismes emplaistre vaut à morsures de culuevres et de totes autres bestes venimeuses. I.B.retrais. — 2.B.et.C.ou. — 3. maladies. B. C. mamieles. CAPITELES D'EWE1 5 Li ewe, si com li philosophe dient, naturelment si est froide et moiste, et ne doune point de norrissement, mais ele a vertu d'ame- nuisier le norrissement, qu'il voise plus legierement par tous les menbres, et a vertu d'aidier et de refroidier tous ciaus qui sont de caude complexion plus ke n'a li vins. F*44a. Et l'ewe ki est plus legiere doit on eslire, Il et ki legierement s'escaufe et se refroide, et ki tient .i. pau de saveur douce. Tele ewe doit on boire. 10 De tourbles, et de salees, et d'autres manieres assés se doit on garder, se ce n'est por maladies removoir; et se user les estuet, si les amendent selonc les ensegnemens ke nous feismes en le pre- miere partie, car por les ensegnemens que nous feismes là, nous en passerons briefment. Ii). CAPITELES DE VIN 20 25 Vins clers et bien rouges, et ki soit .i. pau amers, et qui suefre assés ewe, si est plus caus; cil qui est noirs, et gros.3, et a saveur i. B. Li .ii. de toutes manieres de beuvrages et premierement d'iauve. - 2.B, C. oriner, -3.caus, B. C.grps. F°44b. aigrete, si n'est mie si caus, mais il le fait malvais user Il por ce qu'il enfle et engrosse le forciele et estoupe les voies du cors, mais il estraint le ventrail et por ce, le fait boin user à chiaus qui ont me- nison. 5 Vins dous et gros escaufe, si com nouviax, et engenre assés sanc, et raemplist les vainnes, et doune norrissement sor totes manieres de vins, mais il ne fait mie boin user por ce qu'il enfle, et estoupe les voies du cors, et corrunt ou cors legierement. 10 15 Li vins viès de .i. an, ou de.ij., ou de plus, a nature contraire à cestui, mais se caleurs est plus soutiul que cele du nouvel, et est se comparisons de l'un à l'autre ausi com li comparisons de le caleur qui vient de bouces 1 verdes à celes qui vienent de bouces 2 seches. Et ne devés mie penser que por le parer ait plus grant caleur que li viès, car le parer 3 fait il por ce que li caleurs qui est ou vin, veut li grosse 4 et li wischeuse matere departir et depurer dont il est fais. F°44c. 20 25 Tels vins n'est mie boins à user, mais cil qui est entre le viès et le nouviel, et qu'il soit tels en flaireur et en saveur com dit vous || avons ça devant. Car sachiés que qui usera 5 tel vin si com il doit, il con- forte le naturel caleur, et doune assés de boin nourissement, et fait demourer l'oume liè, et aide nature en toutes oevres, et fait le viel- lece sor totes coses atargier; car c'est .i. cose ke li hom viex doit sor totes coses user, et ki miels le fait 6, mais qu'il ne boive à outraige, car ki le boit à outraige il fait mal au foie, et à le cerviele, et as niers ", et fait les menbres tranler 8, et fait l'omme devenir paralitike et appopletique9, et aucune fois fait l'omme morir sou- dainnement, et por chou, fait boin connoistre le nature de cascun, selonc ce qu'il aimme et li fait miex, si le doit user. CAPITELES DE CIERVOISE 10 30 Ciervoise est .i. maniere de buverages c'on fait d'avainne, et de forment, et d'orge. Mais cele qui est d'avainne et de fourment si i. B. bousche. D. buche. -— 2. B. busche. D. buche. — 3. caleur. D. car pour ce se pere il que la chaleur. — 4. viès l'engrosses. B. viaut. — 5. n'aura. — 6. B. livaut. D. li fait. — 7. B. ajoute: « et fait goutes ». — 8. B. trambler. — 9. appolicon. B. apopletique. — 10. B. cervoise. C. chiervoise. F°44d. 5 vaut miex, por ce qu'ele n'enfle mie ne ne fait tant de ventosité. Mais de quel cose qu'ele soit faite, ou d'avainne, ou d'orge, || ou de forment, si fait ele mal à le tieste et en le forciele, et fait malvaise alainne, et malvais dens, et emplist le cerviele de malvaise fumee, et por ce, qui avoec le vin le boit si enyvre legierement, mais ele a nature de <faire) bien oriner, et de faire blance char et souef. - Et ciervoise qui est faite de soile ou de pain de soile où il a mente1 et aace, sor tote[s coses] autre ciervoise vaut miex. CAPITELES DE VIN DE PUME2 10 15 - Vins qui est fais de pumes meures si est caus et moistes tempree-, ment, mais il n'est mie sains à user, por ce qu'il enfle et engrosse le forciele et estoupe les voies du foie et du poumon. Mais il a le nature d'encraissier et de douner assés norissement, et vaut espe- ciaument à ciaus qui ont le pis aspre et sech, et qui ne puent legie- rement rachier3. F" 45a. Et <se> tels vins est fais de pumes aigres, si tient nature de vin aigre, et vaut miex à ciaus qui ont le cole amere à le forciele et qui ont le foie escaufé; et totes gens porroient le tel vin user quant il fait grand caut.|| 20 CAPITELES DE VERJUS 25 Vers jus c'on fait de roisins qui ne sont mie meur, et de forcetes4 et de civaus, et d'autres coses aigres, si a cele meisme nature, si com de refroidier le caut, et d'amortir l'arsure de l'estomac ki vient de cole, et d'estanchier la soif 5 qui par grant caleur vient, et - de sierer le ventrail, et d'amortir et de restraindre le vomir; et ce fait viès vers jus et nouviaus, mais li viès est plus caus por le nature du sel. i. amerte. B. mente et asche. — 2. B. de puns. C. de pomes. — 3. C. ajoute: « et qui rachent sanc. » — 4. B. forchetes. D. forcetes. — 5. le foie. CAPITELES DE VIN AIGRE. F°45b. 5 10 Vins aigres est, de se nature, frois et caus mellés, si com dist Avi- cennes, mais il tient plus de froidure, et a nature de sechier, et de partir, et de passer. Et vaut plus à user por maladies removoir que por santé garder. Et le puet on plus faire en ceste maniere : prendés boin vin et le metés en .i. vasel, mais qu'il ne soit plains, et le laissiés descouvert, et ensi devenra aigres, et le poés metre ou solel .iij. jors ou iiij.; et se plus tost le volés faire, prendés .i. fiercaut, ou .i. piere de wason 1 de riviere escaufé, || et le boutés dedens, si sera aigres. Et se vous volés savoir s'il est boins, si en gietés sor le tere, et s'il bout et eskume, sachiés qu'il est boins, et s'il ne bout, il est malvais. 15 Tels vins est boins por user 2 pour restraindre le ventrail et escaufer, et le vomir estanchier, et est boins à user en totes caudes maladies; especiaument vaut quant li tans3 est corrunpus pour trop grant caleur. Et sachiés qu'il [i] a une caleur, si com li auteur de phisique dient,que s'il trueve l'estomac plain, il le fait aler à cam- bre, et s'il le trueve wit, si le restraint. - Mourés4 c'on fait de meures se tient à le nature des meures dont il est fais, et le nature des meures sarés vous el capitre des fruis. 20 Des autres buverages, si com d'oximiel, de syrop, de vin de pumes gernates, et de vins qui se cuisent, et de date, por ce c'on ne l'use mie por santé garder, si les entrelaisserons à dire por plus brief- ment parler. F°45c. 25 Mais nous vous dirons encore de vin saugé 5, || et de rosé, et de mouré, et d'autres buverages c'on fait de herbes, ki trestout tienent le nature de herbes dont il sont fait, si com d'escaufer et de refroi- dier, et de l'estomac conforter et enforcier. i. piece. B. piere de wacon. — 2. B. ajoute: « en sauses ». — 3. vins. B. tans. — 4. B.Meurés. D. Mouré. — 5. B. saugié. D. saugé. LI CAPITELES DE TOTES CHARS1 5 Vous devés savoir ke sour totes coses qui norrissement dounent, doune li chars plus de norrissement au cors de l'homme, et l'en- craisse, et l'enforce; et por ce, ci<1> ki l'usera moult à mengier et buvera boin vin avoec, si se doit faire sainnier souvent, por ce qu'ele raemplist les vainnes et tot le cors sor totes autres coses. Et por ce qu'ele est si convengnable à le nature de l'homme, si vous dirons le nature de cascune char qu'il convient user à cascun homme. P45d- 10 15 Or, devés savoir que totes chars c'on use, ou eles sont domesces 2 ou eles sont sauvegines, ou eles sont malles ou eles sont fumieles. Et sachiés que totes sauvegines sont plus caudes et plus seches que les domesces 3 et se cuisent plus à envis à le forciele, et por ce, dounent mains de norrissement et plus malvais; et ensi devés enten- dre que totes chars qui sont malles sont plus cau||des que les fumieles, mais eles dounent melleur norrissement et se cuisent plus legierement en le fourciele. Chars de biestes castrees si tienent le nature de malles et des femieles. 20 Et devés savoir que totes chars de vielles bestes, et de nouvieles qui sont traites des ventres des meres sont del tout mauvaises, et por che, s'en doit cascuns garder. Ch'est generaument ce que vous devés savoir de totes chars. Or, parlerons especiaument de chascune char, et premièrement de celi de porch. 1. C. Li tiers chapitres qui nos aprent àconoistre toutes manieres de chars. — 2. B. demeisse. — 3. B . demiesses. CAPITELES DE CHAR DE PORC 25 Cil qui sont de greignour aage valent miex et dounent milleur norrissement et engenrent milleur sanc, mais qu'il soient castré et nouri de grain. Cil qui sont viel sont de malvaise nature, et por ce, les fait mal user, car il engenrent mal vais sanc et melancolieuset fait venir fievres cotidiaines et quartaines et autres samblans maladies. l,ne. — 2. B. ajoute: « et de celui qui est de greignour aage, et de celui qui est vius.» — 3. B. ajoute: « de porchelet de lait est». — 4. B. ajoute: « s'en doivent garder por chou que lor acroist lor mauvaises humeurs et ». - 5. B. ajoute: « et dolor de flans ». F°46b. 5 Et apriès ce que dit vous avons de le char de porc, si devés savoir que s'ele est pouree d'un jour ou de .ij., ele est plus sainne por lesel ki li amende se malise de ce qu'ele est wischeuse; et s'ele demeure salee .i. an, ou plus, ou mains, si devient caude et seche par le force du sel ; lors engen||re mal vais sanc, mais ele doune apetit de men- gier ; et s'ele ne seüst1 herbe li chars de porc, li drois users del mengier seroit en esté por ce qu'ele est froide et moiste de se nature si com vous avés oii. 10 Ce sachiés que char de porc ne doit on pas user longement, mais les men bresc'on puet plus user ce sont li piet et li groing2. CAPITELES DE CHAR DE BUEF 15 20 Chars de buef est froide et seche de se nature et engenregrossanc et melancolieus, et quant ele se. cuist bien à le forciele si doune assés de boin norrissement; et ne le fait mie boin user fors à ciaus qui ont l'estomac caut et fort, por ce qu'ele demeure trop en le for- ciele et ne se cuist mie bien, et por ce, qui [l]ont le complexion melancolieuse s'en doivent garder, car de se nature fait3 venir quar- tainne,roigne, ydropisie, lentilles, et .i. maniere de meselerie ke phisique apele elephantine, et cranke4, et autres melancolieuses maladies. F°46c. 25 Vous devés savoir que chars de buef se diversefieselonc sen eage dont on le trueve, si com chars de buef5 qui alaite || ki doune melleur norrissement, et plus legierement se cuist por ce qu'il est caus et moistes por l'alaitier qu'il fait, et engenre boin sanc, et por ce, le puent user cil qui se lievent de maladie de cole, de tierçainne, de double tierçainne6 et d'autres samblans maladies. Chars de buefqui est de greignor eage ne fait mie à presier7 tant com cele que dit vous avons, et jasoit ce qu'ele soit boinne à ciaus qui se travaillent et à chiaus qui ont le fourciele fort. 1. B. et s'ele ne seüst l'erbe la chars de por freske. — 2. B. les groins. C.ligrong. - 3. doit. — 4. B. chancre. — 5. B.viel. — 6. ciertainne. -7. B. proisier. Chars de buef vielle est del tout malvaise car ele est froide et seche et doune petit et malvais norrissement, et por ce, le fait mal- vais user en totes manieres, car sor toutes les autres chars, fait ele venir les maladies ke dit vous avons devant. 5 DE CHAR DE BREBIS 10 Chars de brebis est plus caude de celi <de> porc, mais ele n'est mie si moiste, et est plus caude et plus moiste de celi de chievre ne de buef, et por ce, est ele plus legiere, et miex se cuist à le forciele, et donne milleur norrissement, et fait le ventre mol plus que cele de chievre ne de buef. F°46d. 15 Mais || ele diversefie sen norrissement selonc l'eage, car trestout aigniel, quant il alaitent, sont malvais à mengier por ce que leur chars est wischeuse, si ne se cuist mie bien à le forciele et especiau- ment à le forciele froide ki est plainne de malvaises humeurs. Et chars d'aigniel d'un an si est boinne à mengier, por ce qu'ele est caude et moiste, et se cuist legierement à le fourciele, et engenre assés de sanc et de boin norrissement. DE CHAR DE MONTON1 20 Chars de monton 1 jovene est mains wischeuse et mains moiste, mais ele est plus seche que cele d'aigniel de lait ou de berbis, et por ce, si vaut miex à mengier. Cars'ele2se cuist bien à le fourciele,si norrist asés plus et engenre boin sanc, especiaument quant il sont castré, car lors sont il caut I, mõton. B. motton. C. mouton. — 2, cele, F°47 a. 5 et moiste temprement, et est .i. des chars plus convignable à le nature; mais qu'il ne soient de trop grant aage, por ce qu'il sont des<ja) aagié 1 si pierdent leur boine nature et le boin norrissement por leur viellece, et toutes eures 2 sont il Il milleur que toutes autres biestes de grant aage. DE CHAR DE BOUC 10 Chars de bouc a complexion3 de celi de brebis, si est plus froide, et jasoit ce que li sans ki en est engenrés soit plus deliés et plus agus por ce ke se chars est seche, ne s'engenrent mie legierement mal- vaises humeurs; mais s'il est castrés si vaut miex, por ce qu'il est atemprés, si se cuist plus legierement et doune milleur norrisse- ment. 1'. Mais li norrissemens qu'il doune puet iestre boins ou malvais selonc l'eage, car chars de chievrot se cuist plus legierement à le fourciele de l'omme, et engenre milleur sanc, et est li plus temprés chars c'on puist trover. Et por ce, le puent user cil qui sont levé de caudes maladies et seche, et qui sont maigre et qui ont foible four- ciele. F°47b. 20 Et sachiés que, tant com il sont alaitant, de tant valent ilmiex, et miex norrissent, et mains ont de superfluités, et valent miex que ne font li aigniel alaitant, jasoit ce que li brebis est plus sainne de le chievre, car li lais dont li chievreux est || norris est mains wischeus et mains gros que li lais dont li aigniel sont nouri. 25 Car vous devés savoir que totes biestes qui alaitent ont le nature du lait dont eles sont nouries, et se ch'est cose que li chievros jovenes soit boins quand il alaite, et à l'entrelaissier4 donne assés de boin norrissement, mais il est malvais por ce qu'il engenre sanc melancolieus. Et por ce, Galiiens ne loa mie le bouc ne le chievre jovene à mengier, por ce qu'il engenrent mauvais sanc, et jasoit ce I.desaagie. — 2. B. toutes voies. — 3. B. à comparison. — 4.B.etsechou est que li bous soit jovene et doit l'alaitier entrelaissier. que li chievre soit plus sainne du bouc, et se li bous est de grant aage, tel char ne doit on mie mengier, por ce qu'ele est froide et eçhe, et nul bien au cors de l'homme ne porroit faire. DE CHAR DE CHIEVRE 5 Chars de chievre est froide et seche, et ne se cuist mie bien à le forciele comme cele de brebis, et por chou qu'ele est plus seche, si a mains de superfluités et nourist mains le cors, et n'est mie boinne à user à ciaus qui ont froide nature et qui vol entiers quient1 en froides maladies. F°47c 10 Mais cille doivent user qui sont de caude nature et qui de caudes maladies devienent || malade; et ki user les weut, si les menguce quant ele est jovene 2, car chars de vielle chievre n'est preus au cors de l'homme.. DE CHAR DE CIERF3 15 Chars deciert et de dainssont .ij. chars iroide et moiste4, mais que cele du dain est i. pau plus froide5, et totes voies se cuisent andeus malvaisement à le torciele et engenrentgros sanc et melanco- lieus. 20 Mais, si com dit vous avons d'autres chars, selonc l'eage, se diverse- sient de leur nature et de douner boin norrissement et malvais; car char decierf, quant ele est jovene, sor totes chars sauvegines vaut miex, et li sans qui en est engenrés est plus deliés <et mains a> de superfluités, et jasoit ce qu'il soit melancolieus, et quant il sont i. B. chient. — 2. B. ajoute: « et non pas quant ele est vielle ». — 3. B.C. chierf. — 4. B. C. seches. — 5. B. chaude. jovene, s'il sont castré, si sont assés milleur et est li chars plus sainne, car chars de viel cierf et de grant eage ne doit on mie user por ce qu'ele est del tot malvaise. - DE CHAR DE LIEVRE F° 47 ,J. 5 Chars de lievres est seche, et plus des autres sauvegines engenre melancolie, mais totes voies vaut ele miex à user quechar[ c] de bouc et de chievre. Et se doivent de tel char garder cil II-ki ont le com- plexion seche et magre, por ce qu'ele norrist pau et malvaisement. DE CHAR DE CONNINS 10 Chars de counins se tient .i. pau à le nature de celi <de) lievre, mais ele est assés plus tempree, et por ce, vaut ele miex à user;et le puent user cil qui de caude maladie sont escapé, car ele lor conforte l'estomac et leur doune appetit de mengier, et li sans ki en est engenrés est boins et soutis mais qu'il est .i. pau melancolieus. 15 DE CHAR D'OURS Chars d'ours est sor totes chars wischeuse, et plus malvaisement se cuist à le fourciele et donne pieur norrissement, et por ce, s'en fait boin garder. Et se user l'estuet, si vaut miex à maladies removoir ke à santé garder, car, si com dist Dyacorides, tot li menbre de l'ours ont grant vertu de délivrer les maladies des menbres ki au cors avienent. CHAR1 DE TOUS OISIAX VOLANS 5 Vous devés savoir que les chars des oisiaus volans ou eles sont sauvegines ou eles sont domesces, et totes domesces2 sont miex temprees et miex nourrissent que le sauvegines. Or vous dirons premièrement des domesces 2. F"48a. 10 15 Sachiés Il ke poucin ont char plus tempree, et ki plus legierement se cuist, et qui milleur sanc engenre de tous oisiaus domesces, et plus conforte, et plus est convengnable à nature d'oume. Et por ce, les fait boin à user à ciaus qui sont magre et ki ont foible fourciele et à ciaus qui se lievent de maladies, et por ce, les doivent user au vert jus et à .i. pau de caniele, por ce qu'il conforte l'estomac et doune appetit de mengier.. Si devés savoir que li cos 3, quant il coumenche à canter, vaut miex que li femiele, por ce ke se chars n'est pas si wischeuse, ains est plus moiste, et plus caude, et plus tempree. 20 Chars de geline est mains moiste de celi de poucin4, si se cuist mains tost à le fourciele, et quant ele s'i cuist bien, si doune assés de boin norrissement, et entendés que geline qui n'a puns 5 est cele qui miex vaut, car se chars est plus tempree et engenre milleur sanc, et conforte le nature de l'homme à user le femme. Fo48b. 25 Chars de cok, tant com il sont viel, valent pis à user por ce ke leurs chars est dure et doune malvais nourrissement, et plus vaut as mala- dies removoir que à santé garder. Si vous dirai comment, car qui prent Il .i. cok bien viel, et le wide dedens, et le remplisse de poli- pode6 et d'anis, et le faice cuire en ewe, et quant il sera bien cuis, si boive l'ewe : tele ewe vaut à chiaus ki ont doleurs de flans, et à ciaus I. B. De char. — 2. B. C. de miesse. — 3. B. cokelet. C. cochet. -4. B. ajoute: « et pour chou, à comparison de cele dou pouchin ». — 5. B. C. pus. — 6. B. poliol. qui ne puent aler à cambre, et à ciaus qui tranblent et à tous ciaus qui ont maladies de froidure. 5 Et entendés encore: prendés le cok 1 et le partés 2, et le metés deseur mors de venimeuse beste, si en traira le venin, et de tant que li cos est plus viex, de tant vaut il miex as coses que dit vous avons. CHAR DE COULON 10 Chars de coulon est caude et seche, especiaument de colons viex ki ont le char dure, et por ce, se cuisent il mal à le fourciele et dou- nent mauvais norrissement. 15 Mais cil qui sont jovene et ne puent voler sont caut et moiste et norrissent bien, mais li sans qui est engenrés d'aus est gros et wis- cheus ; mais cil qui commencent à voler norrissent miex et engerent plus cler sanc, mais ne les fait pas boin user à ciaus qui ont caude nature et seche et ki pour caleur devienent legierement malade. -- F'48c. CHAR DE VIELLE AUWE3|| 20 Chars de vielle awe4 si est froide et seche, et engenre gros sanc et mela<n>colieus, et por ce, se doivent garder cil qui ont le complexion melancolieuse, et ki ont foible fourciele, et ki ont maladies de rate, et ki chient volentiers en caudes maladies et froides 5, car de se nature, fait venir meselerie, cranche6, quartainnes et assés d'autres maladies samblans, et por ce, ne les fait pas boin user. Mais ki user le veut, si le fait milleur user quant ele est jovene, 1. cors. — 2. portés. — 3. B. De char d'auve. — 4. C. d'oe vielle. -5.B.en froides maladies. — 6. B. chancre. 5 car par leur jovenece est leur malvaise complexions plus atempree, et n'entendés pas ke tant qu'ele soit plus jovene soit mieudre, car de tant qu'ele est plus jovene est se chars plus wischeuse et de male saveur, et sa propre medecine si est aus <au> vert jus por se malise amender. Mais de quele maniere 1 qu'ele soit, vaut miex à user ke chars d'awe sauvage. DE CHAR D'ANETE F"48d. 10 Chars d'anete se tient à nature de char d'auve, et si engenre grosses humeurs et wischeuses, mais ele est plus caude de chars d'awe, et quant ele se cuist bien à le fourciele, si nourrist plus que char jj de geline, mais ses nourrissemens n'est pas si boins. Et enten- dés que anete qui n'a puns2 vaut miex que cele ki a puns2, car ele est plus tempree à se nature et engenre milleur sanc et vaut miex del tot que li sauvage. - 15 20 Et li droite medecine por se malise amender si est de mengier <li en rost) au noir poivre. Et à ceste nature se tient li domesces et li sauvages mallars, mais que leur nature est .i. pau plus caude, et entendés que sour tous oisiaus ki en riviere demeure, sont plus couvignable à nature d'oume, et convient ke on les mengut devant qu'il aient .i. an, et k'il soient ocis ou3 jor devant c'on les mengut. Et ki l'usera en tel maniere, si engenra boin sanc et donra assés boin norrissement. DE CHAR DE PIERTRIS4 25 Chars de piertris5 est caude tempreement, et sour toutes chars d'oisiaus ele est mieudre, et fait milleur sanc, et por ce, le doivent I. B. quel aage. — 2. B. pus. — 3. B. un. — 4. B. D'oisiaus sauvages, premie- rement de pertris. — 5. B. pertris. C. pietris. user cil qui welent avoir milleur sanc, et leur cors en santé main- tenir. F° 49a 5 La chars de le gouesce 1 || n'est pas si boine, mais ele se tient à le nature de le piertris, et le doit on eslire qu'ele soit jovene et crasse, et s'ele est vielle, s'engenre melancolieus sanc, et restraint le ventrail ki a menison. DE CHAR DE FAISANT 10 Chars de faisant est caude et moiste tempreement et doune ausi boin norrissement com chars de geline; mais qu'il soit jovenes et se tient <de) totes coses à maniere de gelines, fors ke vous devés entendre ke li chars qui est engenré de lui est plus grosse. Et ki user le veut, si le doit tuer .i. jour devant, et puis mengier. 15 Et la droite savuers à coi on le doit mengier est sause cameline où il ait assés de caniele et cardamon; et entendés que li malles vaut plus de le femiele, por ce qu'ele engenre plus gros sanc2. DE CHAR DE PAON <ET DE GRUE) F°49b. 20 Chars de paon et de grue se tienent à .i. nature, et sor totes autres chars d'oisiaus ont il le char plus grosse et plus dure, et plus tart se cuissent à le forciele, fors li chars de l'ostriche qui sor toutes II chars d'oisiaus est li plus dure et li plus grosse, et li sans qui en naist est plus melancolieus. 25 Et por ce, ki3 li chars de paon et de grue veut user, si convient ke se c'est en esté, qu'il soient tué .i. jour devant, et se c'est en yver,si demeurt .iij. jors mors, et apriès si les doit on mengier, mais que <Ii) saveurs soit poivres noirs. i. B. la grieche. — 2. B. que de lui s'en engendre li sans plus fors, et plus clers, et plus deliés. — 3. ke. DE CHAR DE CISNE1 Chars de cisne se tient à nature d'awe2sauvage, car de se char <si> engenre gros sanc et melancolieus. 5 Chars de hayron est plus caude, mais les humeurs ki de li sont engenrees sont mauvaises et perilleuses à mengier por le malvais norrissement k'il usent. En tel maniere se tient chars de couine 3 et totes chars de sam<b)lables oisiaus. 10 Et teus chars, ki 4 user les veut, si les use au poivre noir fort, car quant plus est fors tant vaut miex por se malise amender; et valent miex à user 5 en yver que en esté, por ce ke li ventrail sont plus caut, si puent miex le malise comporter. F°49c. DE CHAR DE MOINIAUS|6 15 Chars de moiniaus7 <est caude) sor totes chars de petis oiselès, et li sans ki en est engenrés est caus et colorikes plus ke nus autres sans qui soit de petis oiselès engenrés. Et por ce, les fait malvais user en esté à chiaus qui sont de caude nature, mais en yver les puet on seürement user, especiaument cil qui sont <malade) de froide maladie. 20 Li chars d'autres oisiaus est plus tempree et li sans qui en est engenrés est plus clers et plus deliés, et valent à user à ciaus qui se lievent de maladies, por ce qu'il norrissent bien et confortent l'ap- petit. DE CHAR DE QUAILLE <ET D'ALOE>8 25 Chars de quaille et d'aloe se tienent à .i. nature, et de leur nature ont de restraindre le ventrail. Mais quant ele sont cuites i. B. De cinnes et de hairons, et de tous grans oisiaus de riviere à Ions cous — 2.C.d'oe. — 3. B. chuingne. — 4. Et teus et kL B. et tel char qui user le viut. -5. B. ajoute: « au soir et». - 6. moinaius. B. De passelas et de tous autres oisiaus. —7. B. passelas. C. moissons. D. moigniaus. —8.B.etd'aloe. en ewe, ou 1 ele sont crasses, li ewe a nature de laschier le ventrail, et c'est par le nature de le craisse, non pas par le nature de 2 char. Mais qui user les veut, elles valent moult quant eles sont crasses, en rost au 3 sel délié. 5 DE CHAR DE PLOUVIER <ET DE MAUVIS> F°49d. 10 Chars de plouvier et de mauvis se tienent à .i. nature, mais li mau||vis est caus et moistes plus tempreement, et por ce, les fait boin user qu'ele engenre boin sanc. Chars de plouvier n'engenre pas si boin sanc, cil qui est engenrés de li s'est .i. pau melancolieus et de plus seche nature que li sans du mauvis. Et li drois tans c'on les doit user si est à le sietembresce, car lors est lor cars plus convignable à nature d'oume, et li drois mengier si est en rost, au sel delié et au poivre noir. DU ClEF4 15 Li ciés ki est de gros nourrissement et de grant, et por ce, si escaufe, et ne le doit on user, fors quant li tans est frois, por ce ke maintes fois engenre fievres, et doleurs de flans, et doleurs de rains. 20 Mais il a nature de conforter l'appetit et de croistre le sanc, et de douner talent d'user le femme. DE LA CERVIELE La chereviele 5 est froide et moiste, et por ce qu'ele est wischeuse si doune abhomination et se corrunt legierement à l'estomach, et I.B.et. — 2. B. ajoute: « lor ». — 3. B. à saveur de. - 4. B. De savoir la nature et la complexion de chascun menbre par soi, de toutes beste et de tous oisiaus qu'il couvient à l'home user. Et premierement dou chief. — 5. B,La chiervele, C. Li cierviele, F°50a. por ce, cil qui le welent mengier le doivent mengier devant totes viandes; se c'est cose k'il|| welent vomir, si le doit on mengier apriès toutes viandes autres. 5 10 Et devés savoir qu'ele n'est pas convignable à mengier ne devant mengier, ne apriès, fors à chiaus ki <ont> le complexion caude et seche et ki n'ont pas le forciele plainne de malvaises humeurs; et quant li hom de tel nature le cuist bien, si doune grant norrisse- ment et doune talent d'user femme. Mais qu'il le mengucent à saveur de vin aigre, et de poivre, et de gimgenbre, et de caniele, et de mente, et de parsin 1 et d'autres samblans coses. DE LA MOULE f5 La moule2 de l'eschine a complexion3<de le moule) des autres os du cors; si est froide et moiste et tient le nature de le cerviele. Mais li moule des autres os est tempree entre froit et caut, mais ele[s] se tient 4 plus à caut k'à froit, et jasoit ce qu'ele doinst .i. pau d'abomi- nation, ele nourist bien quant ele se cuist à le forciele, et de se nature, doune talent d'user le femme. Et li moule qui miex vaut c'est de biestes ki rungent. , DE LA CRASSE F°50b. 20 Li crasse 5 qui est meslee à le char et as os des costes et des autres lius || est caude et moiste, et de se nature engenre sanc moiste et gros, et nourrist mal et pau, et fait abhomi<n>ation. 25 Et li cras qui n'est meslés à le char ne as os se tient à ceste meismes nature, mais ele doune plus gros et plus malvais norrisse- ment, et engenre fleumegros, et estoupe les voies6 du pis7, et ne vaut seulement fors que por saveur douner as viandes. T. B. perresin. — 2. C. Li moule. D. La moieule. — 3. B. à comparison.— 4. tienent. — 5. B. La craisse. — 6. le vois — 7. B. cors. DES IEX 5 Li oel1 sont de diverse nature por che qu'il sont fait de diverses coses 2, si com de char, et de niers, et de craisse, <et) d'umeur. Et por cho, convient qu'il aient diverse nature, car li craisse [qui] est caude et moiste, li niers, et les autres coses sont froit et sec3. 10 Et sachiés qu'il se cuisent à le fourciele plus legierement des autres menbres, mais por le craisse qui est mellee, sont pesant et gros et ne se cuisent pas legierement, et por leur malise amender, convient c'on les menguce à saveur de gymgenbre, et de poivre, et de caniele. DES NARINES ET DES ORELLES po5°c. Narines et oreilles sont froides et seches 4, et se cuisent mal à l'es- tomac et dounent petit et malvais nourissement. Mais eles confortent l'appétit || ki les mengue au vin aigre ou à le mostarde. 15 DE LA LANGUE 20 La langue5 est faite de diverse matere, si com de char et de niers, et por ce, est se nature meslee entre caut et froit, mais ele se tient plus en froidure k'en caleur; et ki le mengue à saveur de poivre, et de caniele, et de gyngembre, et de vin aigre et de samblans especes, si a nature de conforter et norrist bien; et s'ele est salee si doune appetit de mengier. I.B.ouueil.C.iex. — 2. coleurs. — 3. B. ajoute: « mais vous entendrés gene- raument ke ouueil de crasse beste sont froit et moiste, de magre sont froit et sech. » — 4. B. C. ajoutent: « de lor nature ». — 5. C. lange. DU GARGEÇONS1 Li gargeçons est frois et sès de se nature, et por ce, doune pau et malvais norrissement, et n'est pas obeissans à2 l'estomach, et por ce, ki user le veut, l'estuet user à saveur de boines especes caudes. 5 DES CUERS3 10 Li cuers est de dure, et de froide, et de seche nature, et ne se cuist pas legierement à l'estomac, et i demeure moult. Et por ce, ne le fait pas boin user à chiaus qui ont le fourciele froide. Mais 'il se cuist bien à l'estomac, si donne assés boin[ne] et grant norrisse- ment. DU POUMONS F°50d. 15 Li poumons est de froide et de Il moiste nature, et demeure moult pau à le fourciele, et doune mains norrissement ke tot li autre menbre, et cil k'il 4 doune si est fleumatikes, et gros, et wisceus. Et por ce, ne le fait pas boin user à chiaus qui ont le fourciele froide et ki n'ont l'appetit de mengier. Et se user l'estuet, si le convient user à saveur de boines especes, por se malise amender. DU FIE 20 Li fies5 est caus et moistes de se nature, et sor tous les autres menbres demeure <plus> et se cuist plus envis en l'estomac. Mais I. B. Dou gargheçon. D. garguechon. — 2.B.ajoute;«lavertude», — 3. B. Dou cuer, — 4. ki. — 5. C, foies, quant il se cuist bien, si doune assés de norrissement. Et li foies qui miels vaut est cil des bestes alaitans; et de celes ki pas n'alaitent, si est cil de le geline, especiaument quant le geline sera norrie de figues et de fourment. 5 DE LA RATE F"Jia. 10 La rate1 est froide et seche de se nature, et doune petit et malvais norrissement, et demeure moult à le fourciele; et li sans ki en est engenrés <est> gros et melancolieus, et por ce, ne le fait pas boinuser por santé garder. Mais, de se nature, con||forte les gencives. Et sor totes rates de biestes, cele de porch est li mieldre. CAPITELES DU JUSIER <ET DE L'ESTOMAC> Li guisiers 2est de se nature et frois et sès, et doune pauet malvais norrissement, mais il a nature de conforter et de donner l'appetit de mengier. 15 20 Li estomas est de diverses natures, car li bouce de l'estomac est froide et seche por l'abundance3 des niers qui i est, et por se nature qui norrist pau et engenre sanc froit et melancolieus. Mais li fons de l'estomac est caus et moistes por le cras, mais il est durs et gros por cuire en le forciele4 foible, car de lui s'engenrent grosses humeurs et wischeuses. Et devés entendre que li fons de l'estomac est ce dont on fait les tripes. CAPITELES DU ROIGNON5 Li roignon 6 sont de malvaise ? nature, et dounent mal vais norris- sement, et se corrunpent moult legierement. Et por ce, ne les fait pas I. C. Li ratte. — 2. B. C. iusiers. — 3. l'abomination. — 4. B. ajoute: « et quant il se cuist bien, si nourist mout, et ne le fait boin user à ciaus ki ont la four- cele foible». — 5. B. Des rougnons. — 6. B. Li rongnon. C. Li rougnon, D. Les reignons. — 7. B. C. grosse. F"51b. boin user1, car li sans ki <en) est engenrés est gros et melancolieus; et le cras qui est entor doit on eskiwer, por ce qu'il est engenrés de l'orine qui par enki2 passe.|| CAPITELES DU PIET3 5 Li piet4, de lornature, engenrent sanc froit et wischeus. Mais il ont nature de conforter et de douner appetit de mengier. 10 Et valent miex cil devant que cil deriere, car de totes biestes vaut miex li partie 5 devant que cil deriere, por ce que li sans ki en est engenrés est plus clers et plus déliés, et est por ce ke li pars devant est plus caude, por le traviellier et por le removoir que les bestes font plus par devant ke par deriere. CAPITELES DE LA CUEUE6 15 La cueue7 est caude de se nature, et est pesans à l'estomac, et donne abhomination, et taut l'appetit de mengier, et li humeurs ki en est engenree est cole rouge. DE LA CHAR CRASSE ET MAIGRE MELLEE 20 Chars crasse et maigre meslee8 est caude et moiste tempreement, et por ce, li sans qui en est engenrés est clers et deliés et boins. Mais li chars qui est <sans> crasse si n'engenre pas humeurs si convi- gnables au cors de l'homme com li chars qui est meslee, et aporte superfluités, mais totes voies norrist ele miex que9 li crasse. I. B. ajoute: «à ciaus ki ont la fourciele froide ». — 2. B. iqui. C. illuec. — 3. B. Des piès. — 4. B. li piè. — 5. piè. — 6. cuisse. B. cueue. — 7. cuisse. B. cueue. C. li keue. D. coue. Il faut certainement lire cueue. — 8. B. C. ajoutent: «ensamble». — 9. B. ajoute: « ne fait ». F° 51c. CAPITELES DU CUIR ET DES NERS|| 5 Cuir et niers sont de leur nature froit et sech, et li humeurs qui en est engenree est froide et melancolieuse. Mais quant li niers se cuisent à le fourciele, si dounent plus norrissement et milleur que ne fait li cuirs. CAPITELES DE FEVESt Feves sont de .ij. manieres, si com sont verdes et seches: les seches sont froides et seches, et les verdes sont froides et moistes ou pre- mier degré. 5 Et li norrissemens ke les verdes font est malvais, et gros, et ven- teus, et font trop mal à l'estomac, et por ce, s'en doivent garder cil qui ont mal <de> ventosité et qui sont plain de grosses humeurs. 10 Et les seches engenrent malvais sanc, mais <s'>eles se cuisent à l'estomac, si donne assés norrissement, mais, de leur nature, si enflent de ventosité et valent miex à user por maladies removoir 2. Et li ewe où les feves sont cuites a nature de netiier le visage et d'espur- gier totes ordures. posrd. 15 Et entendés que les feves qui valent miex à user sont les blances ki sont entre vieses et nouveles, et valent miex celes qui sont cuites en l'eweque celes qui || sont cuites en breses, por ce que li ewe apetice 3 le ventosité. Mais les rosties ont nature de donner plus grant appetit de mengier, et encore celes qui miex valent sont celes qui sont cuites sans l'escorce, qu'eles demeurent pau à l'estomac, et nourrissent assés et dounent caleur d'user le femme. 20 Et por leur malise amender, ki user les veut, si les menguce à mente, à persin et à sauge, à pourre de poivre4, de caniele, et de safran et d'autres samblans coses ki puent leur malise amender. i. C. Li quars chapitres qui parole de toutes manieres de tremois. D. Li.iiij. chapitres de toutes manieres de leuns et premièrement de feves. — 2. B. ajoute: « que pour santé garder. Et si vous dirai coument : car ki prent ferine de feves et la menjue à .i. pau de graisse, si fait les humeurs dou pis et dou poumon rachier. Et encore qui fait emplastre deseure les mamieles quant il a apostumes, et as coilles, mais que les feves soient cuites en vin aigre. Ce font les maladies remou- voir.» — 3. appetit. — 4. de poure. CAPITELES DE POISI 5 Pois sont froit ou premier degré, et sec atempreement, et sontde diverse nature. Car li escorce, de se nature, restraint le ventrail et ce dedens l'amolist, et quant on les mengut sans escorce, si engenrent boinnes humeurs et norrissent bien, jasoit ce qu'il aient .i. pau de ventosité, mais il en ont assésmains que les feves. F° 52a. Et li premiere ewe là où il seront cuit vaut à chiaus ki ont fievres et ki ont2 tous et doleurs de pis 3, mais qu'ele soit sans sel et k'il n'i ait riens mellé 4 ki grever || li puisse.' 10 CAPITELES DES LENTILES Lentilles <sont>, de leur nature, froides et seches, froides ou secont degré et seches ou tierc. Et sont de diverses natures, car la mouele 5 restraint le menison et l'escorce le fait venir. 15 20 Et saciés, sour tous leuns 6 lentilles sont plus malvaises à user, car eles sont dures et grosses por cuire à le fourciele, et li sans ki en est engenrés si est gros et melancolieus, et d'ele se lievent grosses fumees ki raemplissent le cerviele, et ki tolent le veue et l'oïe, et font le tieste doloir. Et ne font pas ce seulement, mais eles engenrent lentilles, morfoies 8, et à moult user fait l'omme devenir mesiel, et por ce, si les fait malvais user. Et se user les convient,si doit on eslire celes qui sont grosses et nouvieles et se cuisent legierement, et convient qu'eles soient cuites I. Le ms. B donne ici un chapitre: De chiches, pui ne figure ni dans A ni dans C, mais qu'on trouve dans le ms. D. En voici le début et la fin : «  Chiches, de loi nature si sont chaudes et moistes, et sont <de> diverses manieres, si com verdes et seches.Et de seches, si sont blanchesJrcugesJ noires. Et entendés que quant eles sont rosties, ke eles sont ont mains de ventosité que cuites en l'iauve, et valent mius à user pour maladies remouvoir que en santé garder,sicom vous aveis oï ». — 2. B. ajoute: «toutes manieres de». — 3. C. ajoute: « et de chief ». — 4. nule. — 5. nouele. B. moele. D. moyeule. — 6. C. tremois. — 7. B. ajoute: « chancres». — • 8. mort foie. B. D. morfoies. en .ij. ew[e]es, mais que li premiere soit getee fors, et en l'autre sQient cuites avoec mente1, persin, et sauge et commin2, car tex coses amendent leur malise. CAPITELES DE FASOLES3 pu52b, 5 10 Fasoles sont caudes et moistes prieske ou secont || degré, et de leur nature ne se puent desechier, si com font autre leun, et por ce, ne se puent garder. Et quant on les mengue, si engenrent grosses humeurs, et enflent, et emplissent le cerviele de malvaisses fumees ki d'eles se depart, et por ce, ne les fait pas boin user, car les humeurs ki engenrees en sont dounent gros et malvais norrissement, et ce font plus les verdes que les seches. Mais por les maladies remouvoir les fait boin user à chiaus qui ne puent oriner et as femmes à cui leur privees maladies faillent. 15 Et se mengier les estuet aucune fois, si doit on eslire celes qui sont blances, et qui sont entre viès et novieles, et ki sont cuites en l'ewe, et parees d'escorces. CAPITELES DE LUPIN4 F°2c. 20 Lupin sont caut et sec ou premier degré, de leur nature, et valent miex ki user les veut apriès mengier ke devant, au sel délié. Et entendés qu'il soient tempré en l'ewe tant que leur amertume soit ostee; et se por maladies oster les volés user, si prendés ferine de lupins, et les destemprés de miel, et les dounés à boire <à) ciaus ki ont vers ou cors, car de leur nature les tue || et en cace. 25 Encore, qui les veutnieller avoec rue, si a sor toutes coses nature de purgier lev esie de totes maladies qui avienent. Encore, qui prent ewe où lupin sont cuit et les giete deseur punaises, si les tue et ocist toutes. I. pitre. — 2. B. ajoute: « saffraen ». — 3. N'existe pas dans le ms. B. Manque également dans le ms. C. — D. De faisoles. — 4. N'existe ni dans B ni dans C. CAPITELES DE ORBE, 5 Orbe 2 est caude ou premier degré et seche ou secont, et vaut miex à user por maladies removoir ke por santé garder. Car de se nature ele destoupe les voies du foie et du poumon, et fait bien oriner, et fait venir le privees maladies des femmes; et ne le doit on pas user por ce qu'ele fait pissier sanc. CAPITELES DE CIERRES3 10 Cierres 4 sont froides et seches et se tienent à maniere de lentilles, mais eles valent miex à user que lentilles, por ce que li humeurs ki <en> est engenree n'est pas si grosse ne si melancolieuse; et vaut miex à user li ewe ke se sustance, car li ewe de cierres puet on user à le maniere c'on fait cele de pois. CAPITELES DE VECES5 I"i2 d. 15 20 Veces6, de leur nature, sont caudes et seches, mais lor caleurs est tempree, et valent miex à user por maladies removoir ke por santé garder, porce Il qu'eles engenrent malvaises humeurs et ki dounent malvais norrissement, et font le tieste doloir et pesant, et font dormir assés. Mais leur nature est de bien faire oriner et de destouper les voies du foie ki sont racloses 7, et des rains qui sont plainnes de malvaises humeurs. 1. N'existe ni dans B ni dans C. — Courbe. D. D'orbe. — 2. Courbe. D. Orbe. — 3. N'existe ni dans B ni dans C. — D.Decerres. -- 4. D. Cerres. - 5. cices. B.D.veces. — 6. Cices. B. C. D. Veces. — 7. B. D. recloses. CAPITELE DE FIGES1 I. B. Li v. de toutes manieres de fruis, premierement de figues. — 2. B. Figues. — 3. B. ajoute: «en». — 4. B. doiscent. — 5. B. por chou que eles engendrent adont ventosité, et s'engendrent et convertissent es mauvaises humeurs que eles treuvent et engendrent poous adont plus que autre fois. — C. pour ce que lors elles engendrent ventosités et mauvaises humeurs et se convertissent as mauvaises humeurs que elles troevent et engendrent lors plus de pous que autres fois, jasoit ce que pour le longuement user, ceuls qui en usent aient tousiours grant habun- dande de pous. 5 Mais qui les 1 mangue quant li estomas n'est pas plains de mal- vaises humeurs, et eles se cuisent bien en l'estomac, si engenre boins sans, et espurge les malvaises humeurs du cors, et font bien oriner, et espurgent le pis, et eslargissent2 les voies du poumon, et por ce que on n'est pas sans ventosité, si doit on apriès user anich, ameos, gingembre, semence de fenoil, et autres coses por le ventosité oster. F°53b. io. Et qui veut des figues que boins sans en soit engenrés, si les menguce avoec nois, avoec amandes, et valent miex à mengier devant mangier c'apriès, car lors ont el es nature plus d'alaschier le ventre. Et comment c'on les use, vous devés. savoir que lesfighes sont plus convignables à nature d'omme que nus fruis. || LE CAPITELE DES ROISINS 15 Roisin sont de diverses manieres <si com vert, et neur>, et sec. Li vert sont froit ou tierc degré, et sec ou secont. - 20 Et totes manieres de roisins sont de diverses natures por cho qu'il sont de diverses sustances : si com de l'escorce et des grains3, mais li escorce ne li grain ne valent riens por santé garder, car si com vous veés quant on les presse, on les giete fors; et por ce, devés entendre que ce que nousvous dirons si est seulement de lerlikeur. Et vous entrelairai à dire de le likeur des roisins vers por chou ke - nous le devisames quant nous parlames du verjus. - F°53c. 25 30 Sachiés ke roisin meur sont caut et moiste tempreement et engenrent, apriès les figes, millor sanc et millor norrissement sortous les autres fruis. Mais vous devés savoir qu'il sont de diverses natures selonc ce que on les treuve divers en coleur et en sustance, car en sustance les trueve4on gros et petis, et de chaus ki ont le cuir gros et delié. Cil qui ont le cuir gros sont de grosse sustance, enflent le fourciele et engenrent malvaises humeurs. Cil qui l'ont delié et n'ont pas si grosse sustance, si ne de||meurent pas à le forciele, ains se cuisent plus tost, et engenrent milleur sanc, et font le ventre mol et l'encraissent. I.qu'eles. — 2. B. esclarissent, alargent. C. eslargissent. — 3. B. ajoute:« et dou likeur ». — 4. truevon. Les diversités que on trueve as roisins par le coleur si sont de .iiij. manieres : ou il sont blanc, ou <il> sont noir, ou il sont rouge, ou il sont mellé de rouge et de blanc. 5 10 S'il sont blanc et de legiere sustance, si se cuisent en l'estomac legierement, mais il norrissent pau; et s'il sont noir à grosse escorce, si norrissent plus, mais il enflent et engrossent le forciele et ne se cuisent pas legierement, et ki est yvres de vin ki de ces roisins est fais ne desyvre 1 pas legierement; car vins qui legierement enyvre, legierement se départ, et vins qui tart enyvre, desyvre1 tart. Et roisin qui ont coleur de rouge et de blanc, si tienent lor nature de chaus que nous vous avons dit. F°53d. 15 Roisin sec sont caut tempreement et sont à comparison de roi- sins meurs2. Si est autre <à> comparison à chiaus qui sont blanc, etli nature de chaus qui ont grosse sustance si est autre c'à chaus qui l'ont delie, mais comment qu'il soient, roisin sec ont nature de con- forter le cer||viele et de doner appetit de mangier, et de destouper les voies du cors, et d'espurgier le poumon, et le pis, et le vesie, et les rains de grosses et de malvaises humeurs, et conforte le fie sor tous fruis. - 20 25 Et devés savoir qu'il se diversefient en lor nature de doner norris- sement selonc ce c'on les mengue diversement, car maintes gens sont qui les manguent ausi com on les prent des vignes, et tel roisin encraissent, et font le char clere et luisant, mais il font estortions et ventosité, et engenrenr grosses humeurs. Il sont autre gent <qui> les manguent apriès cho qu'il sont sechié ou solel ou en l'ombre, et tel roisin sor tous3 autres roisins valent miex, car il confortent et si n'enflent pas, ains engenrent boin sanc et cler. 30 Autres gens sont qui les manguent quant il sont cuit ou vin novel, ou quant il sont demouré en moust, et cil valent pis des autres, car il enflent le forcele et estoupent les voies du cors, et jasoit ce cose qu'il encraissent, c'est de malvais et de gros sanc. 1,B.desenyvre.- — 2. roisins vers. B. ajoute: fC ensi com figues seches à com- parison de figes verdes, et en ont leur nature diverse selonc chou que eles traient de roisin qui premierement sont meur. Car, si com dit vous avons, la nature de raisins noirs. ». — 3. B. trestous. CAPITELES DE POIRES po 54a. Poires sont froides ou premier degré et seches ou secont, et enten- dés de celes qui sontmieldres, car des autres || n'entendés pas1. 5 10 Sachiés que toutes poires estraignent le ventrail devant mangier, et apriès mangier l'alaschent2 ; por ce qu'el es sont pesans, si font le viande avaler, et valent miex à user por maladies removoir que por santé garder. Car à santé garder eles ne sont preus, fors que por viandes avaler, et celes c'on doit user, si com dist Avicennes, sont celes qui ont l'escorce tenve 3, et ne sont trop grosses ne trop petites, et ki ont coleur muee4 de vert <et> de gausne, et ont doce savour ausi com de cucre. 15 Teles sont les poires que on[t] doit user; mais por ce k'il en i a de diverses manieres les queles il convient user, sachiés generaument de toutes poires qu'eles sont malvaises à user à enjun et ne valent riens à santé garder, fors que por user apriès mangier. DES PUMES5 20 Pumes, de leur nature, sont froides et moistes, et entendés de celes qui sont meures et qui ont pau de savour; et totes pumes se diversefient en leur nature et diversement oevrent ou cors de l'homme selonc le tans c'on les mangue. F°54b. 25 <Car qui les mangue> vers et ont aigre savour, si confortent l'es- tomac et va||lent à user à chaus qui ont le forcele froide6, por le nature del jus, mais por le nature de se substance si engenrent humeurs fleumatiques et porries dont fievres pueentengenrer, et ver, et dolours de flans. Celes c'on mangue meures si refroident le for- cele et engenrent sanc froit et malvais 7, et par le lonc us font doleurs de ners, especiaument à user en yver. 30 Mais il les fait boin user à chaus qui ont grant habundance de vin pur et froit but, car eles avalent le fumees du vin qui le cerviele porroient raemplir et faire l'omme enyvrer. - i. B. n'entendons nous pas. — 2. B. laschent. C. l'alasquent. — 3. tevene. B. teneve. C. tenrre. D. tenute. - 4. B. meslee. — 5. B. De poumes. - 6. B. chaude. D. froide. — 7. B. anieus. D. yaveus. DES PUMES GERNATES1 Pumes gernates2sont de diverses manieres, si com douches et aigres. 5 <Les douces ne sont pas si froides com les aigres>, et de lor nature, font le ventre enfler et dounent soief. Mais il valent à le sekereche de le gorge et du pis oster. 10 Les aigres sont plus froides et valent à chaus qui ont l'estomac <et le fie) escaufé, et qui ont fievre de cole3 rouge, et vomissent volentiers, mais eles ne sont preus à chaus qui ont le pis estroit et sec et ki toussent volentiers, et en parlons por cho briefment4 qu'eles valent miex à maladies removoir ke à santé garder. F°54c. DES COOINS5|| Cooins6 sont de diverses manieres, si com doue et aigre. Li doue sont froit et sec et ne sont mie si froit ni si sec com li aigre. 15 Et entendés que totes manieres de cooins confortent l'estomac et dounent appetit de mengier, et s'il sont mangié apriès les autres viandes, si alaskent, et devant mangier restraignent; et entendés que [les] restraindre et doner appetit de mangier font plus li aigre ke li douc. 20 DE PUMES CITRINES7 25 Pumes citrines sont de diverses manieres por ce qu'eles sont de .iiij. coses diverses faites, si com de l'escorce qui est caude ou pre- mier degré et seche ou secont, et qui les mangue si ne cuist pas legierement à l'estomac; mais por cho qu'ele est amere .i. pau et de boine flaireur, si conforte l'estomac et done appetit de mengier et 1. B.De poumes grenates. — 2. C. gernades. — 3. B. ajoute: « chaude ». — 4. B. de chou briement, por chou que. — 5. B. couoins. — Ce chapitre manque dans C. — 6.B. Couoins. — 7. B. cirrines, — Ce chapitre manque dans C. fait bone alainne de boche, et qui1 le prent contre venin à bon vin pur, si destrait le venin, si com dist Dyacorides. F°54d. 5 Et encore si vaut contre le naturel appetit de femmes qui sont ençaintes et qui manguent carbons et autres coses; et encore, qui prent l'escorce et le met entre les reubes si les garde || des mignes2, et maiement, de cele escorce frotés les dens au matin, si conforte les gencives et fait bone odeur de bouce. 10 La seconde cose qui est apriès, <si com> le blanc de l'escorce, est froide et moiste ou premier degré, et, de se nature, refroide le cerviele, mais ele ne se cuist pas legierement, et qui les veut user, si convient qu'eles soient usees devant totes autres viandes, et valent miex à user en esté qu'en yver, et les doit on mengier au miel ou au cucre. po55a. 15 20 La tierce cose, si comme moule3 qui est eweuse 4 et aigre, est froide et moiste ou secont degré, et li users por norrissement n'est preus, mais ele vaut por le caleur de l'estomac et du fie removoir, et por oster l'amertume c'on sent en la bouce au matin en esté, et done talent de mengier, et oste le soif, et encore oste les lentilles et les autres ordures qui pueent avenir au visage; et ce poés savoir par esprovance 5, car qui prent le jus de la moule et en frote le reube qui est conchiee d'encre6 et les mains qui sont conchies <d'escorce> de nois noveles, si les netoie on et les fait venir || à lor premiere nature. 25 La quarte cose, si com la semence qui est caude et seche ou pre- mier degré et ne vaut riens à mengier, mais ele vaut qui le destempre ou vin contre venin, et fait boine alainne et conforte l'estomac à cuire le viande. Les fuelles de l'arbre qui tiex pumes porte se tienent à nature de l'escorce. CAPITELES DE DADES7 30 Dades sont caudes et moistes ou secont degré, et de lor nature engenrent gros sanc et malvais, et ne se cuisent pas legierement à i. B. cui. — 2. B. minges. D. vers. — 3. B. meole. D. moieule. — 4. ewse. B. iauveuse.- — 5. B. esperance. — 6. de nee. B. d'encre. D. soillie d'enque. — 7. B. dates. — Ce chapitre manque dans C. l'estomac. Mais quant eles sont cuites, si norrissent moult et font bien oriner, et à chaus qui les usent, engraissent le fie, et tourtel 1, et rate, et font mal as gencives et as dens, et doleur à le forciele. F°55b. 5 10 Mais leur natures se diversifient selonc le païs où eles naissent <car aucunes fois i a qui naissent> ou froit et autres ou tempré. Celes qui naissent ou caut païs sont plus douces et plus vis- sieuses, mais eles norrissent miex et se cuisent plus tost en l'esto- mac, et ont nature d'amolir le ventre et d'estouper les voies et d'en- groissier le fie et le rate. Celes qui naissent en tere froide sont plus seches et plus visieuses || et mains norrissent, et plus demeurent à le forciele. Celes qui sont nees en tere tempree se tienent à le nature des unes et des autres. 15 Encore i a .i. autre maniere de dades qui sont cuites, si com on dist qui ne sont pas2 vissieuses, mais totes voies se tienent à le nature des autres. DES PESKES3 20 25 Peskes 4 sont froides et moistes, <froides> en le fin du secont degré et moistes en le fin du premier, mais lor nature est d'engenrer fleume et d'amolir le ventre, especiaument celes qui sont bien meures et sont convignables à le forciele, et donent appetit de men- gier; mais qu'eles soient mangies à enjun, et boive boin vin avoec, car qui les mengue apriès mangier si se corrunpent, et engenrent malvaises humeurs et font malvaise alainne et porrie; et s'eles sont seches si norrissent moult, mais eles donent moult de mal vais nor- rissement et demeurent moult à le forcele. Et entendés que celes qui sont peleuses 5, et grosses, et rougetes, et se tienent as noiaus dedens, engenrent plus grosses humeurs et plus sont vissieuses que les petites. F°55c. 30 Et li jus des fuelles;[1 qui le boit, vaut moult encontre vers, et meismement les fuelles mises sour le boutine6 à maniere d'em- plaistre. 1.B.letourteil.D.letortel. — 2. B. ajoute: «si ». — 3. B. pesques. C.piesques. — 4. B. Pieskes. — 5. B. velues. D. pelouses. — 6. B. desous le bouteril. D. desus le noubil. DES CRISOMILES1 5 Crisomiles 1 sont petites pesketes2 et sont froides et moistes ou secont degré, et engenrent fleume gros et vissieus, et qui les mangue il ne puet escaper sans fievre. Et por briefment dire, eles sont del tot malvaises, et jasoit ce qu'eles se tienent à nature de peskes, eskiwer3 les estuet por lor malisse. Si les convient mangier à enjun et boire bon vin avoec, et mangier anis et autres herbes por lor malisse amender. CAPITELES DES MOURES 10 Moures sont de .ij. manieres, si com sont meures et verdes. F°55d. 15 Celes qui sont meures sont caudes et moistes et ont nature d'amo- lir le ventre et de faire oriner, et ne sont pas convignables à l'esto- jnac, ains l'afeblissent et ostent le talent de mengier, et s'on 4 les prent quant li forcele est plainne, si se corrunpent et engendrent malvaisses humeurs et font l'estomac enfleret le teste doloir; mais s'eles sont mangies à enjun et sont refroidies en ewe, si ostent le soif et refroident le forcele et le fie, et por || ce, qui les veut user, si les doit on prendre à enjun, ne mie apriès mangier. 20 Celes qui sont verdes5 sont froides et seches de lor nature, et confortent l'estomac, et refroident,etdonent appetit de mangier, et valent plus por maladies removoir que por norrissement douner, car6 li jus de telx meures vaut à doleur de gorge qui vient de trop caut et si fait le maladie trespasser; et encore, qui a maladie 7 de cole et de caudes humeurs user8 les si estance. 25 Et li racine du morier cuite en ewe amolist le ventre et fait bien aler à cambre. Les fuelles cuites en ewe, et l'eve tenir en sa bouce, conforte les dens et les encives 9 et remue le doleur; et à ceste nature se tienent meures de roinses 10. i. Crisolites. B. grisoniles. D. grisomoles. — Ce chapitre manque dans C. -2.B.piechetes. — 3. escuer. — 4.sont—5.B.ajoute:«etnesontmie meures». — 6. D. ajoute: « gargoter n. — 7. B. D. menison. — 8. usés. B. D. user. — 9. B.gencives. — 10. B. ronsches. D. ronces. DES PROUNES 5 Prounes sont de tel nature qu'il sont froides et moistes, froides au commencement du secont degré, et moistes1 en le fin du tierc degré. Et en sont de diverses manieres, si com blances, et noires, citrines, grosses, petites. F"56a. Blankes et crasses2 si font mal à l'estomac, et donent menison, et norrissent pau, et tex prounes ne doit on pas ||mangier s'el es ne sont savoureuses et meures3. 10 Les noires bien meures sont mains froides et plus moistes des autres, et <de> leur nature remplissent4 le ventrail et l'estomac, et les doit on user à enjun por oster le cole, mais eles grievent moult à le forcele. 15 Les verdes dures et aigres sont malvaises por norrir, car eles grievent à le forcele, et le travaillent, et engenrent vers, mais eles i sont plus froides et miudres 5 des autres, et restraignent le ventrail, et donent appetit de mangier. Celes qui ne sont ne vers ne meures et ki ont l'escorce delie doit on mangier à enjun por le f[r]orcele refroidier, et donent appetit de mangier. 20 Autres manieres de prounes, si com avoisnes6 dont maint philo- sophe dient qu'eles alaskent le ventre, si com dist Galiiens, autres sont, si com Diacorides, qui dientqu'eles restraignent, et por savoir li quex dist miex, esprovance7 juge entre .ij. et dist que les sauvaiges, petites et grans8, de lor nature sont malvaises por santé garder. 25 DES CERISES F°56b. Et devés savoir que li nature de cerises est ausi que de prounes meu||res, fors de9 tant que cerises ameres sont mains froides que douces et ont nature de conforter plus l'estomac. 1. froides. - - 2. B. Les grosses. — 3. B. ajoute ici: « Les noires si sont en .ii. manieres, ou eles sont sauvages, ou eles sont demiesse. Les demiese sont encore de .iii. manieres, si com les bien meures, et les vers, et celes ki sont entre .ii., ne vers, ne meures. » — 4. B. amolissent — 5. B. mains moistes. — 6. B. de miesse. D. avoisnes. — 7. B. esperance. — 8. B. de lor nature restraignent, petites ou grans quieus k'eles soient. — 9. B. que. DES NOIS1 Nois sont de .ij. manieres, vers et seches. 5 10 13 Les sekes sont caudes ou tierc degré et sekes ou commencement. du secon<t>. Et entendés qu'eles devienent sekes quant eles sont2 vieses, et tex nois sont malvaises à l'estomac, et donnent malvais norrissement, mais <s'>il <se> cuisent, <si norrissent> moult, et ne les doit nus user, fors cil qui ont le forcele caude, et jasoit ce cose qu'eles se convertent legierement en caudes humeurs, ensi le dist Avicennes, mais Ysaac dist qu'eles valent miex à user à chaus qui ont l'estomac tempré, entre caut et moiste; et tant com eles sont plus vieses, tant valent pis por norrir; et tant com el es se tienent à nature de noveles 3 si valent miex, car les verdes ne sont pas si mal- vaises à le forcele, ains norrissent bien et donent appetit de mengier s'eles sont mengies au sel, et sont mains caudes et mains sekes que les vieses. po 56c. Et entendés que totes manieres de nois sont triacle qui les use contre 4 venin; especiaument, broiés les nois il avec sel et avoec oignons, et en faistes enplaistre, et le metés desor le morsure 5 de chien esragié ou d'autre venimeuse beste, et il i adera moult. 20 Et li oiles qu'on en fait est moult caus, et ne le fait pas boin user si com celi d'olive, car il se tient à le nature de nois dont il est fais. DENOIS DE CAURE6 25 Nois de caure 6 sont plus froides et plus sekes que celes de noier, et de lor nature norrissent plus que les nois de noier7, maiseles sont plus grosses et plus pesans et demeurent plus à le forcele. 30 Et qui les use, si engenrent ventosité, especiaument qui les8 broie au miel, et les usece cius qui a le vi us tous si li aidera moult, et valent encore qui les mangue à enjun, contre totes manieres de venin, et rosties restraignent le ventrail quant eles 9 sont mangies à enjun. i. B. De nois gaukes. — 2. B. ajoute: « bien. »— 3.B.vers. — 4. B. à toute. maniere de. -5.B.lemors. — 6. B. quarre. D. coudre. — 7. B. gaukes. - 8. B. ajoute: « menjue avoec l'escorche, et sachiés qu'eles valent moult se on les menjue broies. ». — 9. B. ajoute: « ne. » D'AMANDES Amandes sont de ij. manieres, ameres et douces. F"56d. 5 10 Les douces sont caudes et moistes tempreement ou premier degré, et de leur nature, norrissent à le maniere de nois. Mais les nois se cuisent plus ||legierement et se convertissent plus tost en humeurs coloriques caudes que ne font les amandes, car sachiés que les amandes sont pesans à l'estomac et demeurent moult, mais ne font pas tant de mal à l'estomac com font les nois, et s'eles sont mengies quant eles sont verdes, à tote l'escorce, si confortent les gencives et refroident le cervele1; et quant eles sont meures, et l'escorce com- mence à endurcir, si valent miex à user à chaus qui ont caude cer- vele2, et qui sont malade de fievres, et jasoit ce cose qu'eles nor- rissent pau, cho qu'eles norrissent est boen; et li oiles qui en est fais est boens et plus legiers que ne sont les amandes. P57a. 15 20 Amande<s) ameres sont caudes et sekes plus que ne sont les douces, car eles sont caudes et sekes en le fin du secont degré, et valent miex por le cors délivrer de maladies que por norrir, car de leur nature eles netoient le visage de lentilles et d'autres ordures qui puent avenir, et ne laissent enivrer qui les mangue à enjun, et con- fortent le ventre et Il valent à chaus3 qui sont malade du viès tous, s'eles sont broiés à ewe d'orge, et de lor nature font bien oriner, et d'ouvrir les voies du fie et des rains 4, et destruissent le ventosité du ventrail; et user les en vin destemprees, si valent en fievres longhes cotidiaines <et> quartaines. 25 DE PIN5 Pin sont caut en le fin du secont degré et sec ou commencement, et en sont .ij. manieres, petis et grans6. 30 Li petit et li gros, s'on les fait demorer en ewe caude, qui les use, si norrissent bien et assés, et encorede lor nature, valent à chaus qui ont tous, et ki ont kerkié 7 le pis de grosses humeurs et de mal- i. B. forciele. — 2. B. fourciele. — 3. B. ajoute: « qui rachent de sanc et ». — 4. B. ajoute: « et de l'amaris ». — 5. Manque dansC. — 6. B. ajoute: « Les petites sont plus chaudes et plus seches des grosses. Et de lor nature. » — - 7. B. cargié. vaises; et broiés avoec semence de choourdes, ostent l'arsure et le doleur de rains et de le vesie qui par orine avienent, et destruit le pierre des rains, et encraisse, et doune talent d'user femme. DE NEPLES1 57b. 5 Neples2 sont froides et seques ou secont degré, et, de lor nature, confortent l'estomac, et restraignent le vomir et le menison qui vient par caudes humeurs, et font bien oriner, et valent plus à maladies removoir c'à norrir le cors, Ilcar eles norrissent pau et engenrent grosses humeurs. 10 Et qui user le veut, si les doit user à enjun, car lors confortent eles plus l'estomac et donnent appetit de mengier. DES CAISTAIGNES5 15 Castaignes sont caudes ou premier degré etsekes ou secont, et font volentier ventosité 4, de lor nature, por le fumee 5 qui se depart de l'estomac, et de <la) grant demoree qu'eles i font. Mais quant la forcele est fors et eles se cuisent bien, si norrissent moult et res- traignent le ventre s'el es sont mangies à enjun, car apriès mengier, alaskent. - 20 Et qui les fait cuire en brese ou en ewe, si amende lor malice, mais il ont forte vertu de plus forment restraindre le ventrail, et sont boines por maladies removoir, por chou qu'eles donent appetit de mengier, et restraignent le vomir se eles sont mengies à enjun. 25 Et encore, contre morsure de chien esragié6 vaut à l'omme qui les prent, et les fait broier au sel et au miel, et fait emplaistre, et le met desus, si vaut moult. i. B. nesples. D. neffles. — 2. B. C. Nesples. — 3. B. chastaingnes. — Ce cha- pitre manque dans C. — 4. B. ajoute: « et doleur de tieste ». — 5. B. la fiance. D. fumee. — 6. B. ajoute: « ou d'ommes ». P57c. DES OLIVESI|| Olivessont de .ij. manieres, sauvages et domesces. Les domesces sont de .iij. manieres : verdes, roges et meures. 5 10 Lesverdes sont froides et sekes, et por <ce> qu'eles ont pau de ventosité2, si confortent le cerviele3 et restraignent le ventrail; 4 si cuisent tard à le forcele, et norrissent pau, especiaument quant eles sont mangies au sel, et au vin aigre, car quant eles sont mangies au vin aigre sans sel, si refroident plus et donent plus grant appetit de mengier, especiaument quant on les mangue enmi le mangier; mais quant sont mangies au sel, si mordent l'estomac5 et ne sont pas si sainnes à mengier. 15 Les noires meures sont caudes et sekesetdonent gros et malvais norrissement, mais eles norrissent moult quant eles se cuisent à l'es- tomac, et font abomination et ostent l'appétit du mangier, mais quant el es sont mengies au sel, si amendent lor malice. Celes qui sont rouges se tienent à le nature des unes et des autres et à comparisons des noires qui restraignent leventrail et confortent. F°57d. 20 25 Entendés que li oiles c'on fait des olives se diversefie selonc le diversité des olives dont il est fais, car li oiles qui est fais Il des olives meures si est caus et moistes, et sa nature amolist le ventre, et se convertist à nature de cole rouge. Cil c'on fait des olives entre vers et meurs est li mieudres, a nature de conforter plus l'estomac por ce qu'il est plus frois et plus sés, et por chou dient li philosophe qu'il tient plus le nature d'oile rosat. Oiles 6 c'on fait d'olives verdes se tient à le nature des olives de conforter et de restraindre le ventrail, et d'autres coses que ditavons. DES FRESES8 30 Freses sont caudes et moistes tempreement, mais eles se tienent - <plus>-en froidure qu'en caleur, et de lor nature, quant eles sont bien meures, si alaskent le ventrail, et les verdes9 restraignent. Et sachiés I. Manque dans C. — 2. B. vuiscosité. D. viscosité. — 3. B. laforciele. -4. B. - ajoute: « et sor toutes manieres d'olives ». — 5. B. ajoute: « et font mal as niers ». 6. B. Olies. — 7. B. ajoute: « vous ». — 8. Manque dans C. -9.B.niaiss'eles sont vers si. qu'eles norrissent pau à le forcele, et convient qui les mengue, qu'il les mangut à enjun, et qui les mangue apriès mangier si se cor- runpent et engenrent malvaises humeurs. DES CORNES1 58a. 5 Cornes sont froides et sekes, mais quant eles sont bien meures, si ne sont pas si froides; et de lor nature, confortent l'estomac et donent apetit de mengier, mais ilengenrent grosses humeurs et mauvaises, et norrissent pau, et valent pau por santé garder.11 DES ÇOURBES2 10 Courbes sont froides et sekes, et de lor nature, confortent et estraignent le ventrail et valent moult à chaus qui vomissent et qui ont le menison, mais li <norrissemens>3 qu'il font est petis et malvais. DES GENOIVRES4 15 Genoivres est caus [etsès] ou secont degré et sès au commence- ment du tierc, et vaut miex por maladies removoir que por le cors garder. Car, de se nature, norrist pau, mais il conforte l'estomac et fait boinne alainne de bouce, et fait le sueur 5 qui puet flairier souef de totes pars dou cors6. 20 Et ki le fait cuire en lessive et en leve sen chief, si escaufe le teste et restraint le reume qui vient par froidure. DES COHOURDES7 Cohourdes sont froides et moistes ou secont degré, et engenrent, de lor nature, humeur [et] fleutnatique froide, et por ce, valent miex I. Manque dans C. — 2. B. corles. C. corbes. — Ce chapitre manque dans C. — 3. vomirs, — 4. B. genuevres. — Ce chapitre manque dans C. — 5. B savenr. D.sueur. — 6. douces. — 7. B. caourdes. C. chaourdes. D. coourdes. à user as sanguins et as colorikes qui sont de caude nature c'à chaus qui sont de froide, et en esté miex qu'en yver qu'eles refroident le caleur du fie et de le forcele, et amortist les caleurs, qui en esté se puent engenrer. PS8b. 5 10 Et valent miex à caudes Il maladies removoir que por le cors norrir, especiaument li ewe de le cohourde. Et le poés oster en tel maniere : prendés le cohourde2 et le faites rere et enduire de mole paste, et puis apriès cuire ou four sor une tieule 3, et le porréssavoir quant ele sera cuite quant vous verrés le crouste dehors cuite. Lors le caupés et getés fors, et l'ewe qui en istera prendrés et en faites cyrop4,ou vous le donés à .i. pau de chucre, tot simplement, à chaus qui ont caude maladie, car sor totes coses a vertu de refroidier, et le grant caleur de fievre et le grant soief remuer. DES COCOMBRES5 15 Cocombres sont froides et moistes ou secont degré, et sont grosses et dures por cuire en le forcele, et de lor nature, font malvais esto- mac et ostent le talent du mengier. F°58c. 0 Et quant eles sont mengies apriès le mangier, si tienent crue le viande 6, mais eles font miex à l'estomac que li melon qui ont plus malvaise nature que li cocombre, jasoit ce qu'il se cuisent bien à le forcele et valent miex que li concombre 7, car, si com dist Ypocras, cocombre8 engenrent plus grosses humeurs que li - melon et font plus || oriner et amolissent plus le ventrail. DES CITROLES9 25 Citroles sont froides plus que cocombre, car eles sont froides en le fin du secont degré, et, de lor nature, sont plus grosses et plus viscieuses de cocombres. Et por ce, si engenrent grosse fleumeID et vissieuse, et se c'est cose qu'eles ne se cuisent à l'estomac, si se convertissent à nature de veni- I.[B.lacolequi.puet. — 2. B. caourde. C. caorde. — 3. B. tiule. - 4. B. D.syrop.C. sirop. — 5. B. coombres. — Ce chapitre manque dans C. — 6.- B. ajouté: « et ne laiscent mie cuire M. — 7. B. coombres. — 8. B. coombre. — 9. Manque dans C. — 10. B. fleime. meuses humeurs, et engenrent ventosité, et grievent à l'estomac plus que melons ne cocombres1. Et por ce, ne les2 fait pas bon user à chaus qui ont l'estomac caut et froit. DU CANAMIEL2 5 Canamiel est caus et moistes ou premier degré, et si est moult covignable à le nature de l'homme user. 10 Et, de se nature, fait bien oriner, et espurge les rains et les vessies, et amolist le ventrail et es[c]largist4 le pis et le poumon; mais qui en mangue trop, si enfle le ventrail et estoupe 5 les voies por le grant atraxion que li menbre en font, et espurge l'estomac par vomir qui apriès chou c'on <en) a mangié assés, prent ewe caude. Et entendés que li cucre c'on fait de canamiel6 se tient à cele meisme nature. DU MIEL 88 d. I.B.coombres. -2.nes. — 3. Manque dans C. — 4. B. eslarge. — 5. espurge. — 6. cananiel.- — 7.se. — 8. B. ees. est fais en septembre, et de l'yver. Et li miels qui miex vaut est cil du printans, et cil de septembre est malvais, et cil d'iver plus1 assés. P59a. 5 10 Et n'est pas seulement li diversités du tans <qui> diversefie le nature du miel, mais les fleurs dont e[1]es2 sont norries 3, si com de fleurs d'amandes, et autres samblans fleurs, si com de pumiers, de cerisiers, de peskiers; <si> est plus temprés et de millour savour de totes autres maniérés de miel. Car vous devés savoir que li miels qui est fais quant les hes sont norries de fleurs d'origano, de cala- ment4, de thym 5, d'ysope et d'autres samblans herbes ne se tient pas à nature || de celui ke dit vous avons, car [se] cil est plus caus et plus sès, et n'est pas temprés, et, pour plus briefment dire, sachiés qu'il se tient à le nature de ce dont il est fais. i. B. ajoute: « mauvais encore ». — 2. Il faut très vraisemblablement lire cesouhes. — 3. B. ajoute: « car ees qui sont nouries de fleurs de mandeliers ». — 4. calimerte. B. caleament. — 5. B. ajoute: « d'epytheme ». DES COLÈS1 Colès sont de.ij. manieres, sauvages et domesces. Les domesces sont de .ij. manieres, si com sont jovene colet2 et colès rouges. 5 10 Li colet salvage sont caut ou premier degré et sec ou secont, mais li domesces sont froit et sec 3, et plus li rouge que li blanc. Mais saciés comment qu'il soit, de lor nature il engenrent gros sanc et melancolieus et font malvaise alainne; mais qui les mangue avoec crasse char, et li premiere ewe où il seront cuit soit getee fors, si amende leur malice, et lors quant il sont ensi atorné, li ewe où il sont cuit amolist le ventrail, et li sustance l'endurist4. poS9b. 15 Et saciés qu'i<1> valent miex por maladies removoir que por santé garder, car as maladies removoir vaut il à faire oriner, et leur jus but avoec vin valt à chaus ki sont mors de chien esragié, et la semence quant ele est cuite et beue à enjun ne laist enivrer; et valt à maintes doleurs qui ou cors Il avienent ki en fait emplaistre, especiaument cuit en ewe. Et à ceste meisme nature se tient li cabus, mais qu'il est plus fors et plus durs por cuire à l'estomac. DES PORIONS5 20 25 Porions sont caut et sec ou tierc degré et valent miex à maladies removoir c'à santé garder, por cho que <de> leur nature font l'esto- mac enfler et doloir, et font doleur à le teste, et grievent à le veue, et c'est por les fumees ki en vienent à le teste 6 ki se departent de l'estomac quant on les mangue, et vous en poés apercevoir as estrainges7 visions que cil qui8 les manguent voient en dormant. Et i. B. Le .VI. de toutes maniérés d'erbes et premièrement de chous. — C. Li sietimes chapitres de toutes maniérés d'ierbes dont on use communément à cors d'ome. — 2. B. reves. — 3. B. ajoute: « ou premier degré, si com dist Ysaac. Mais Avicennes et Rasis dient qu'il est chaus et sès ». — 4. B. l'endurcist. — 5. B. De poriaus. D. poiriaus. - Ce chapitre manque dans C. — 6. B. ki muevent et montent à la tieste. — 7. estraignes. — 8. qu'il. por ce, s'en doivent garder cil de mangier ki ont malvaise teste et ki sont de malvaise 1 nature. F°59c. 5 10 Mais qui les aime2, si les faice cuire en .iiij. ewes, et mangue laitues et porcelaine apriès, car ensi amend> on3 lor malice. Li users por maladies removoir vaut miex, car il done appetit de man- gier, et restraint le sanc de narrines, mais qu'il soit atornés en tel maniere : prendés jus de porions et le mellés en oile rosat, et à vin aigre, et .i. pau d'encens || et le metés es narrines, si estangera4 maintenant, et le devés metre à une tante faite de drapel. Et encore vaut à chaus ki ont les voies du fie et du poumon estoupees de froides et de grosses humeurs. Li salvage est caus et sès ou quart degré, et a nature de bien faire oriner et de faire venir les privees maladies as femmes. CAPITELES D'OIGNON5 15 20 Oignon sont caut etsec, si com dist Rasis. Mais selonc Avicenne, il est caus ou tierc degré et moistes ou quart, et vaut miex por6 maladies removoir que por santé garder ne por norrissement doner. Car de lor nature, il donent soif et engenrent grosses humeurs et visqeuses. Mais il confortent l'appétit, et, selonc Avicenne, il norrissent moult, et s'il sont mangié cru, si font le teste doloir ; et tote nature d'oignons donent talent et confortent le nature d'user femme. 25 Et se emplaistres en est fais à rue et à sel, et soit mis sor mor- sure 7 de chien esragié ou d'autre beste envenimeuse, si vaut moult. Et vaut encore à user apriès mangier por amender le malice des malvaises viandes ki venimeuses humeurs portent8. CAPITELES D'AUS9 F°59d. Aus sont caut et sec ou commencement du quart degré, et en sont de .ij. mallnieres, salvage et domesce. i. B. chaude. — 2. B. ajoute: « et les vieut user ». — 3. B. car chou fait amender. — 4. B. si estraindera tout. — 5. Manque dans C. — 6.B.àuseren. — 7. B. sour le mors. — 8. B. ajoute: « et encore, pour boine coleur douner le fait boin user ». — 9. Manque dans C. 5 Li salvage sont plus sec et plus caut, mais les domesces ke nous mangons, destrusent le ventosité, et estance le soef, et fait l'omme luxurieus. Mais il les fait malvais user à chaus qui sont de caude nature, por ce que se nature engenre malvaises1 humeurs et fait le teste doloir; mais quant il sont cuit2 et on les tient en le bouce, si assouage le dolor des dens, mais il apetice le veue et atrait malvaises humeurs as iex, mais il esclarcist le vois et remue le tous viel qui est engenrés de froides 3 et de grosses humeurs. 10 Et encore, de se nature, done appetit de mangier, et vaut contre morsure de beste venimeuse, et por le malice amender des viandes qui venimeuses humeurs portent <et porroient) engenrer, et por chou, l'apele on triacle de vilains. CAPITELES D'ESCALOIGNES4 15 Escaloignes se tienent à le maniere des oignons, car eles sont caudes ou tierc degré, mais eles ne sont pas si moistes. F°60a. 20 Et, de lor nature, ont appetit de conforter et d'amender le malise des viandes venimeuses; mais eles font mal à la veue5 et malvaise alainne, et ne les fait pas bon user à chaus qui sont de caude et de sece complexion, car li humeurs ki en est engenree est caude et engenre volentiers fievres. Et ki les veut user, si les mangut avoec crasse6 char por le malise amender. CAPITELES DE SENEVÉS7 25 Senevés est caus et sès ou quart degré, et de se nature, seke8 les moistes humeurs et les grosses de le teste et de l'estomac, especiau- ment à chaus qui l'ont froit. Mais il le fait mal user en esté à chaus ki ont le complexion caude i. B. chaudes. — 2. caut. B. quand il est cuis. -3.B.froit. — 4- Manque dans C. — 5. B. D. male veue. — 6. B. grosse. — 7. Manque dans C. — 8. B. siadedesechier. et seke; et devés savoir que se caleurs apetice s'ele est destempree de vinaigre; et s'il est destemprés de vin novel, si n'est pas si sès, ains est plus amiables à l'estomac por le saveur1 du vin novel. CAPITELES D'ESPINACES2 5 Les espinaces sont froides et moistes en le fin du premier degré, et ont lor nature d'amortir le cole amere, <et> de <refroidier> le forcele caude, et d'afmolir le ventre, et valent miex por norrir que les esraces3, et sont bones à user à chaus qui ont le pis sec et le poumon caut. 10 CAPITELES DE BETES4 po60b. Betes sont froides et moistes de lor nature, et font engenrer bones humeurs, et amolissent le ventrail, et valent à user à chaus qui sont de caude || nature et qui ont tous des caudes humeurs, et ont l'estomac caut et ont grant soif. 15 CAPITELES DE BORRACES5 Borraces sont caudes et moistes ou premier degré, et de lor nature, font l'omme demorer liè, por ce que li sans qui en est engenrés est clers, et temprés, et conforte le cuer, especiaument quant on boit le jus avoec vin. 20 Et entendés qu'eles valent à totes maladies ki au cuer pueent avenir, et est, de se nature, plus covignable à nature d'omme que herbe c'on puist user. I. B. la doucheur. D. douceur. — 2. B. espinauces. — Ce chapitre manque dans C. — 3. B. arraches. — 4. Manque dans C. — 5. B. bourraches. — Ce chapitre manque dans C. CAPITELES <D'>ARRACES1 Arraces sont moistes et froides ou premier degré selonc Avicenne, mais selonc Ysaac, sont eles moistes ou secont degré, et de lor nature, selonc Rasis, norrissent bien et amolissent le ventrail. 5 Mais nous trovons2 qu'eles norrissent pau, et les fait bon user à chaus qui <ont> le fie escaufé et l'estomac, et qui sont par tot le cors gaune; et por ce qu'eles sont wisceuses, si les doit on user à bones especes, et sont plus convignables et plus sainnes noveles que viès. 10 CAPITELES DE MAUVES3 po 60c. 15 Mauves se tiennent à nature de betes, et, selonc Galien, eles sont temprees, mais eles sont wisceuses et valent plus à maladies remo- voir que à norrissement Il doner, car, de lor nature, moerent4 les apos- tumes; et ki boit le jus avoec vin, si espurge les rains de pierre et de grosses humeurs. Mais qui les use por norrissement doner, si ostent l'appétit de mangier, et font abomination, et5 le forceleenfler. CAPITELES DES NAVIEL6 20 Naviel sont moiste 7 et caut ou secont degré, et de lor nature, norrissent plus que les autres herbes, [et] se c'est cose qu'il se cuisent bien à l'estomac. Et comment qu'il se cuisent, si font enfler le for- cele. Et li chars du cors qui en est engenree est grosse et enflee, mais il ont grant vertu de doner talent d'user femme. 25 Et qui user les veut, por le malisse amender si convient qu'i<l> soient cuit en .ij. ewes, et andeus8 soient getees fors, et en le tierce i. B. arraches. — Ce chapitre manque dans C. — 2. B. créons. — 3. Manque dans C. — 4. B-. meurent. — 5.de.B.à.D.et. — 6. B. D. naviaus. — Ce cha- - pitre manque dans C. — 7. froit. B. chaut et moiste. -8.B,ambesdeus, soient bien cuit avoec char crasse, et entendés ke li ewe où il seront cuit assouage moult le pis et le cervele à chaus qui ont mal et s'en lievent. CAPITELES D'ESCHIERVIES1 F°60d. 5 Eschiervies sont caudes ou tierc degré et sekes ou secont, et de lor nature, norrissent mains que li naviel; et li norrissement qu'i<1> done est gros et malvais, <et fait fait enfler le forcele>2, et fait mal as iex, et as dens, et à le gorge; et entendés qu'ele valt miex por maladies removoir que por santé garllder. 10 15 Car qui les mengue apriès mangier, si fait le viande avaler et alaske3 le ventrail, et fait bien oriner, et brise le pierre des rains et de le vessie, et vaut à chaus qui ont tous de grosses et de moistes humeurs. Et s'ele est mangie à enjun, si n'est pas si covignable à nature d'omme com apriès mangier, ne ne fait pas si enfler, ançois conforte l'estomac por le viande cuire. CAPITELES DES PASNAISES4 20 Pasnaises sont caudes ou secont degré et moistes ou premier, et en i a de .ij. manieres, si com sauvages et domesces, mais li .i. et li autre norrissent pau et grossement, car qui user les weut s'en vient abundance de gros sanc et de malvais, et norrissent mains que li naviel, mais eles font bien oriner et destoupent les voies des rains, et du fie, et de le vesie, et donent talent d'user femme. 25 Et qui user les veut, por le malisse amender, si les faice cuire en .ij. ewes ou en .iij., et les manguit avoec poivre, canele et autres caudes especes. i. B. D. De rais. — Ce chapitre manque dans C. — 2. <> surajouté, d'une écriture postérieure; existe dans B. — 3. On lit: aleiske. — 4. B. pannaises. D. panaises. — Ce chapitre manque dans C. CAPITELES DES RAFLES1 ";¡po 61 a. 5 Rafles est caus et moistes ou premier degré, mais se semence est caude ou tierc degré, et 11 de se nature, est malvais à l'estomac, car il enfle et fait router2 ; especialment qui l'use devant mengier si ne laise le viande avaler, ançois qui vomir veut, le fait regeter legiere- ment. 10 Mais qui 1<e> mangue apriès mangier, s'amolist le ventrail, et conforte le vertu de l'estomac à cuire le viande, et oevre3 les voies du fie et de le rate, et destruit le ventosité du ventrail, et conforte l'appé- tit de mengier. Et boire de le semence vaut à morsure de venimeuse beste. CAPITELES DU FENOIL Fenoil4 est de diverse manieres, domesces et salvages. 15 Li domesces que nous usons est caus et sès ou secont degré, et valt miex à maladies removoir que à norrissement doner, car il done malvais norrissement et se cuit malvaisement à l'estomac. Mais user l'ewe) c'on en fait à maniere d'ewe rose et conforte le veue, et fait bien oriner, et brise le pierre des rains et de le vessie. 20 Et entendés qu'ausi fait tel maniéré de fenoil domesces et salvage, et valt encore à user en totes fievres qui sont longhes, et engenrees de grosses et de froides humeurs. CAPITELES DU PERSIN6 F°61b. 25 Persins est caus et sès ou tierc delgré, et de se nature, norrist pau. Mais il fait bone orine et destruit enflures et ventosité, et done talent d'user femme, et fait suer legierement, et vaut à longes fievres, et à ydropisie7, et à dolors de rains et de le vessie. i. Manque dans C. — 2. B. reuper. — 3. B. eouvre. — 4. C. Li feneules. — 5. leune. B. mais pour user le à maladies, l'iauve. — 6. B. peresin. D. perressin. — 7. B. ytropesie. C. ydropesie. CAPITELES DU CERFUEL1 5 Cerfeul2 est caus 3 et sec ou secont degré, et n'est pas si boins à norrir com4por maladies removoir,caril norrist pau, et fait bien oriner, et asouage le dolor du costé, et des rains, et de le vessie, et oste les estorsions qui vienent par ventosité à l'estomac et ou ven- trail, et destoupe 5 les voies du fie et du poumon, des rains et de le vessie qui de grosses humeurs sont raemplies. CAPITELES DES LAITUES 10 Laitues sont de .ij. manieres, salvagesetdomesces. Celes que nous usons sont froides et moistes tempreement, et valent sor totes autres herbes àboin sanc engenrer. Et de lor nature, sont bones à l'estoma<c> et se cuisent legierement, et especialment celes qui n'est pas lavees, por ce que cele qui est lavee pert et cange se bone nature dont li bons sans <s'>engenre, et acroist le froidure. po 61c. 15 Et entendés qu'ele vaut miex || à user à chaus ki ont le forcele caude que à chaus qui l'ont froide, por ce qu'ele refroide plus qu'ele n'escaufe; et encore fait bien dormir, et acroist lait, et done talent d'user femme, et de se nature, ne restraint ne n'amolist leventrail. CAPITELES DE PORCELAINE6 20 Porcelaine est froide ou tierc degré et moiste ou secont, et de se nature, vaut plus por maladies removoir que por norrissement doner, car ele vaut à chaus qui ont l'estomac, et le vessie, et les rains caudes, et apet<(ic>e 7 le grant caleur du fievres. 25 Et por ce qu'ele est .i. pau laschete 8 si conforte l'estomac, mais ele est vissieuse; et encore vaut à restraindre le sanc de quel part I. B. cierfuel. D. cerfoil. — Ce chapitre manque dans C. -2.B.ajoute:«si est une maniere d'erbe, et. » — 3. B. ajoute : « ou tierc degre». — 4. et. — 5.destempre. — 6. B. pourchelaine. — 7. B. apetiche. C. apetice. — 8. B. lacete. qu'il vigne, et qui en vieut faire emplaistre por doleur de le teste qui por caut avient, si l'asouage; et qui le maisce quant on a les dens aachies, si toit l'aacement, et apetice le talent d'user femme. DE SAUGE1 5 Sauge est caude et sece ou tierc degré, et de se nature, est bone à l'estomac froit2, et conforte les niers, et vaut à chaus 3 qui sont para- litique. F°61d. 10 Et ne le fait pas bon user en esté quant il fait grand caut, car de se nature, escaufe et seke, Il et qui en fait .i. saugié 4 s est bons à user en yver, especiaument à chaus qui ont le forcele froide et le pis estoupé de grosses et de froides humeurs. Encore vaut à chaus user qui ont malvaise alaine por le corruption des humeurs qui sont en l'estomac, et conforte le dens et les gencives. DE MENTE 15 Mente est caude et seke ou secont degré, et, por ce qu'ele a bone flaireur et est laschete 5, si conforte l'estomac et done appetit de mengier, etoste l'abomination qui par malvaises humeurs pue[en]t avenir qui sont en l'estomac. 20 Et encore, qui le prent6, et le fait broier, et en oste le jus et le melle à vin de pumes gernates, si restraint le vomir et oste le son- gloutir7. Et encore, qui en fait emplaistre et le met deseur les mameles qui sont enflees par trop grant habundance de lait, si les fait revenir à leur nature. i. Manque dans C. — 2. B. ajoute: « et conforte especiaument l'estomac froit». — 3.B. ajoute: « qui tramblent et ». — 4. B. D. vin saugé. - 5. B. lacete.- - 6. C. l'espraint. — 7. B. sougloutir. C. segloutir. D. sanglouter. DE BASILICUM 1 po62a. 5 Basilicum est caus et sès, et de se nature, norrist mal, et fait doloir le teste, et tolt le veue, et deseke le lait, et oste le talent d'user femme. Mais, de se nature, il conforte .i. pau le bouce de l'estomac et destruit les malyaises fumees Il ki entor le cuer puet avenir2 DE ERUKE3 10 Eruke 3 est caude et seke ou secont degré, et moiste ou premier; et s'ele est mangie par soi seulement, si fait doloir le teste et enfle, <et engenre> le ventosité, et done 4 talent d'user feme por le caude ventosité qu'ele engenre. 15 Et ne le fait pas bon user à chaus qui sont de caude complexion, si ne le manguent avoec laitues ou porcelaine; car quant ele est seule mengie, si escaufe, et ne laist cuire le viande, et restraint le ventrail, et ne done pas talent d'user feme, car ele valt miex du tot à user à chaus qui sont de froide nature, c'à chaus qui sont de caude. DE CAMPAIGNÈS) Campaigneus sont de maintes manieres, et devés savoir qu'il sont froit et moiste ou tierc degré; et en sont encore qui sont froit ou quart degré, et ce sont cil ki font les gens soudainement morir. F"62b. 20 Et entendés, selonc ce que li auctor de phisique dient, qu'il en sont d'autres qui ne sont pas si malvais, jasoit ce qu'il facent tot à redouter por le grand peril qui i est, car il sont engenré de malvaise nature et viscieuse || fumee qui de le tere sort. 25 Cil qui miex valent s'engenrent grosses humeurs et vissieuses et malvaises, et saciés que le malice qu'il ont, atraient il du liu dont I. B. basilicom. — Ce chapitre manque dans C. — 2. B. se pueent engendrer. — 3. B.rue. D. eruke. — 4. B. ajoute: « grant ». — 5. Manque dans B et C. r- D. champigniaus. il sont né, et por ce le fait bon [user] conoistre 1 k'il soient né en bon liu. 5 Et si vous aprenderons à conoistre chax qui sont mortel. Il sont mol et gros et viscieuses, et naissent en malvais liu. Si vous apren- derons à conoistre quant on les part par mi et on les lait .i. pau demorer en l'air, si les trov<e> on tous porris, et por ce que maintes gens ne2 prendent garde à ce si vous aprenderons comment on les doit mengier. 10 15 On les doit premièrement<^cuire)> avoec calament etavoec poivre 3, et puis geter cele ewe, et faire cuire en autre, et lors les doit on mangier avoec poivre, gyngembre, caroi 4, calament, origano, caniele et autres samblans especes, et doivent apriès boire bon vin vièsfort; et cil qui sont de froide nature qui les ont mangiés si usent apriès de ces laituaires, si com gyngembras, dyacorum 5, dya- citoniten, dyatrion pyperon, car ces coses sont bones por lor malice amender. DE YSOPE po62c. Isope est de .ij. manieres, li Il une croist en montaignes, li autre en gardins6. 20 25 Cele qui croist en montaignes est plus caude et plus seke que cele des gardins 6, et est, de se nature, caude et seke ou tierc degré, et ki l'use si fait bone coleur, et vaut à chaus qui ont cargié le pis de grosses humeurs et de malvaises et ki ont tous, especialment quant on boit ewe où fighes et ysope sont cuites, conforte, de se nature, le forcele froide pour miex cuire le viande et destruit le ventosité qui par viandes se puet engenrer. DE KERSON7 Kersons est de .ij. manieres, si com de riviere et de cortiex8. Cil de cortiex 9 est caus et sès ou commencement du tierc degré, 1. D. por ce, si les fait bon cognoistre. — 2. sen. — 3. poires. D. poivres. — 4.cabor. — 5. D. dyaconin. :— 6. B. jardins. — 7. B. cressons. C. cresons. D. resson. — 8. B. C. courtius. D. courtil. — 9. B. D. courtil. C. courtius. et se nature, conforte l'estomac et les gencives, et fait bone veue et destoupe les voies du fie et des rains, et fait bien oriner. 5 Cil de riviere 1 se tient à une meisme nature, mais il n'est pas si sès ne si caus, mais, de se nature, fait miex oriner et brisier le pierre des rains et de le vessie, mais ne done pas appetit de mengier si bien que li autres. <DE ORVALE)2 po62d. 10 Orvale est caude et seke, et de Il se nature, conforte l'estomac et done appetit de mengier, et le fait bon user à chaus qui ont doleur à le forcele par ventosité et par grosses humeurs, et tue et cace fors les vers qui ou ventrail sont engenré. Et qui 3 le fait broier4en 5 lart de porc qui ne soit salés 6et le met sor boces, si les fait meurer soudainement. DE ENULA7 15 Enulaest caude et seke ou secont8 degré, et de se nature, engenre bon sanc et conforte le cuer et l'estomac sor totes autres herbes, et espurge et sane9 plaies quant en en fait onghement et emplaistre, et valt moult à user li ewe 10 où ele sera quite à chax qui sont desrout II. 20 CAPITELES DE POULIEUS 12 Poulieus est caus et ses ou tierc degré, et est de .ij. manieres, sal- vages et domesces. Li domesces est caus et sès ou tierc degré, et de se nature, conforte 1. B. des rivieres. -2. D.orvalle. — 3. B. ajoute: « la prent et ». — 4.bolir. — 5. B.avoec. — 6. C. porc frès. —7. Manque dans B. — 8. C. premier. — 9. C. D. saude. — 10.D.levin. -II.D.rout. — 12, B. De poliouel. Polieussiest..,D.Poulieul. l'estomac, et aide à cuire le viande. Et le fait milleur user à chaus qui l'ont froit c'à chaus ki l'ont caut, et li sans qui <en> est engenrés est caus et colorikes, et qui l'use 1, si fait venir fievres. 5 Et li salvages se tient à ceste meisme nature, mais il est plus caus et plus sès. °T°63 a. DE ABROTE2|| 10 Abrote est caude et seke ou commencement du tierc degré, et por ce qu'il est amers, conforte l'estomac, et tue les vers ki s'engenrent ou ventrail, et destoupe[nt] les voies du fie et de la rate qui sont estoupees de grosses humeurs, mais ne le fait pas bon user à chaus qui sont de caude complexion. 1. D. ajoute: « trop souvent ». — 2. Manque dans B et C. — D. abrote. CAPITELES DE TOUS POISSONS1 30 Or, sachiés premierementque tot poisson sont de .iij. manieres. Li premiere maniere est des poissons de mer qui sont né et norri i. B. Li .vi. de toutes manieres de pissons. C. ajoute: « qui vivent en aige. » — 2. B. nouris. — 3. B. sablonneuse. — 4. B. où. — 5. B. ajoute: « et ». "63 c. dedens le mer et tous jors i demourent1. Li seconde maniere est de tous poissons d'ewe douce, si com de rivieres et d'estans2 où il demeurent Il et où il se norrissent. Li tierce maniere est des poissons de mer ki vont es ewes douces, et cil des ewe[e]s douces en le mer. 5 Cil qui sont norri dedens le mer il en i a de tel maniere qui vienent à l'ewe douce et lor plaist, si i demeurent: tel poisson sont covi- gnable à nature d'omme por ce que lor car n'est pas trop crasse ne trop magre, ains est savereuse et norrist plus que cars d'autres poissons. 10 Cil qui sont issu de le mer et vienent en l'ewe douce et ne lor plaist mie là 3 demorer, ains revienent ariere, ne sont pas si covi- gnableànature d'omme, ne ne donent pas si bon norrissement por ce k'il ne sont pas si bon ne si savereus, car viandes savereuses, tant com eles sont plus delitables à le bouce, tant norrissentmiex et valent por santé garder. F°63d. 15 20 Poisson qui demeurent en le mer puent estre de diverses manieres, car il en i a detelsquidemeurenten .i. partiede le mer où il a pierres ou savlon, qui loi<n>g est de vile,et où ordure ne puet aler : ce sont li millor pisson, et font millor sanc sor totesautres ma||niéres de poissons. Cil qui demeurent en mer coie et morte, et qui est pries de viles, et4est ausi com marès, cil ne sont preu à user,ançois s'en doit on garder. 25 30 Pisson d'ewe douce sont de .ij. manieres. Li premiere est de chau qui sont5 norri en rivieres, et l'autre est de chaus qui <sont>5 norri en estans6 et en marès. Cil qui sont norri en rivieres, et li riviere soit grande, et clere, et keure longhement, et soit désco- verte que li vent i puisent venter et <keure> sor piere ou sor sablon et soit loi<n>g de vile, li poisson 7 valent miex de totes manieres de poissons d'ewe doce. Mais pisson qui sont norri en petites rivieres qui sont en viles et <keurent> sor boe et sor ordure, cil ne sont preu à user, por ce qu'il norrissent <malvaise- ment> et engenrent grosses humeurs8. F°64a. 35 <L'autre maniere de poissons d'ewe douce ce sont cil qui sont norri en estans> et li estan puet etre de maintes manieres, car il i a estans priès de le mer, que li mer i entre et en ist, et si a de tel qui demeurent tôt coi qu'il n'i entre ewe ne ist, et li pisson qui en estans <sont> pris por tant qu'il i soient norri 9, valent pis ke pisson de riviere. Il --. 1. demouront. — 2. B. de viviers et d'estans. — 3. B. li. — 4. B. en. - 5. B. ajoute: «né et. »- — 6. B. estans. — 7.B.kiisont.D.en. — 8. B. ajoute: « et vuisqueuses ». — 9. sont norri, comment qu'il soient. 5 Mais cil qui sont en telliu où li mers puist entrer et issir et1 riviere, valent miex que d'estans qui se demeurent tot coi, car pisson d'estans qui demeurent tot coi et s'espurge de .ij. ans ou de .iij. une fois, cil sont de tous les autres plus malvais et ne sont preu à user à nature d'omme. 10 15 Entendés generaument que pisson valent miex et miex norrissent cil de mer que cil d'ewe douce, por chou qu'il ne sont pas si vissieus et ont le car plus dure. Et ne mie seulement vous devés savoir et conoistre le diverse nature des poissons à ce que dit vous avons, mais por cest autre enseignement que nos vous dirons, car vous devés savoir que chars2 de pisson se diversefie par .v. coses. Li pre- miere est por les escailles3, li secons por leviandes dont il sont norri, li tierce por les vens, li quarte por les coses que li ventamenent es rivieres et es lius où pisson demeurent, li quinte est de le diver- sité de l'apparellement4 c'on fait por mengier. F°64b. 20 Li premiere diversetés por les escales est en .ij. manieres. Il sont pissonIlqui ont assés escailles5, s'en i a de tiels ki n'en ont nules, et de tiels qui les ont delies. Cil qui ont grosses escailles et assés, cil valent miex que cil qui en ont pau ou nules, por ce que les escailles du pisson sont ordures que li nature6 cace fors, dont li cars remaint plus nete et plus pure, et tot ensi sont escailles as pissons que plumes as oisiax et poil7 as bestes. Cil qui ont escailles delies ne valent pas tant, et assés valent cil pis qui n'en ont nules8, et le raison por coi, devés savoir por ce que dit vous avons. 25 30 Li secons diversetés <est> por les norrissemens9 qu'il prendent en diverses manieres, car il i a poissons qui sont norri de bones herbes, et de bones racines, et de bons grains et d'autre bones coses, ce sont cil qui norrissent bien et sont plus sain. Mais cil qui se norrissent de boue et d'ordure et demeurent en marès, ceus ne doit on pas user ains s'en doit on garder, car il font les gens morir 10 soudainement. po64c. 35 Li tierce diversetés de poissons est por les vens qui <ventent où liu où li pisson sont, car li vens qui> vienent de septentrion et de solel||levant, quant il ventent en le mer ou es rivieres où li poissons demeurent, si les font plus sains et miex valoir que ne font li vent du miedi ne cil du solel coúcant II, par ce-que Ii deusI2 vent de soleil - - ce-quelideus vent de soleil 1. cil de. B. teis rivierès. D. et rivieres. — 2. B. nature. — 3. B. eskailles. — 4. B. aparaillement. — 5. B. D. ajoutent: « et grosses ». — 6. B. ajoute: « dou poisson». — 7. B. pous. — 8. B. ajoute: « ou pau ». — 9. norrissemens por les diversetés. — 10. B. ajoute: « aucunes fois ». —' 11. B. escousant. — 12. doi. B. doivent. D. ces .ij. vens. levant et de septentrion sont, de lor nature, plus sec, si convient que li cars du poisson soit plus dure, et malvaise, et vissieuse1. 5 La quarte diversité est de vens qui portent ordure si com poure, fuelles, fleurs, ou autres coses, en rivieres où poissons sont, dont il se pueent norrir, et selonc le diversité de ces coses, sont li poisson bon et malvais. °7°64Ù. 10 15 La quinte diversité est de l'apparillement2 c'on fait, si com de saler et de mangier rostis, fris, et en ewe ou en autres manieres. Cil qui sont salé valent miex, mais qu'il soient mangié .ij. jors ou .iij. apriès ce qu'il seront salé, por ce que li sels amende lor malice et le wiscosité 3 qu'il ont. Li rosti valent miex <que> li frit, por ce que li frit prendent wiscosité de l'oile où il sont frit. Cil qui sont cuit en ewe et4 en oile valent pis, car il sont vissieus, et font mal à l'estomac, et enflent, et grievent trop. Mais cil qui Il sont cuit en ewe pure <et> au sel valent miex des autres, mais qu'il soient mangié à saveur de gyngembre, de poivre, de canele5 et d'autres espesses. 20 Une autre maniere de poissons i a si com sont escrevices et autres poisson de tel samblant, ki, selon le jugement de Galiien ne sont pas covignable à l'estomac; mais, se user l'estuet, il covient qu'eles soient6 norries en boin lieu. Che sont li ensegnement que vous devés savoir generaument de poissons. 1. B. mains vuisqueuse. — 2. Ecrit d'abord: apparallement, puis surchargé pari. — 3. ventosité. B. de la vuisqueusité. - —4.ou.B.et. — 5. B. ajoute: «et de vin aigre». — 6. B. ajoute: « freskes et ». DES OÈS1 20 25 Li premiere diversités, qui avient por les oisiaus qui les pounent, est quant li oef qui sont d'oisiax de bone complexion et ne sont pas trop magre, et ke li malles l'ait caukié; cil sont millor, especialment cil de geline et de pétris, car ce sont li oef qui miex norrissent, et qui millor sanc engenrent, et sont plus covignable à nature d'omme. Apriès, sont oef d'anetequi norrissent mal; apriès, sont oef d'awe qui, <si) se cuisent bien à le forcele, si norrissent plus que li autre, mais il sont gros et pesant, et engraissent et enflent le forcele. Et cil apriès qui pis valent sont cil d'ostrice; et sor tous lesautresvalent pis cil de paon, car il sont mains covignable à nature d'omme, car il sont 1. B. Li .viij. d'uès, de froumages et de lait. Et premiers d'uès. C. Li witismes chapitres de toutes manieres d'ouees que on use. — 2. B. lor aage. - 3. B. ajoute: « et por la viellece des ouves ». — 4. B. por la diversité de l'aparellement que on en fait pour mangier. pesant et de malvaise[s] flaireur, et engenrent malvaises humeurs et venimeuses. Cil qui sont sor tous les autres <plus caut> sont oef de moison1 et apriès, oef de colons. 65b. 5 Li seconde diversités, qui avient por ||l'aage, est que cil ki sont de jovenes oisiaus valent miex et miex norrissent que cil des viex. 10 Li tierce diversités qui vient est de ce qu'ils sont frès ou viès et qu'il sont entre deus, si est que cil ki valent miex sont frès por ce qu'il sont caut tem preement et norrissent miex et confortent plus le caleur naturel. Cil qui sont viès sont del tout malvais et se corrunpent legierement à l'estomac, et engenrent malvaises humeurs, et se tienent à maniere2 de venin, et tant qu'il sont plus viès, tant valent pis. 15 La quarte diversités est por l'aparallement c'on en fait por le man- gier, et l'aparellement3 fait on diversement, si est de cuire en brese, et frire, et en ewe, et mangier avoec oignons, et au poivre, et au commin, et en brouet avoec car. 65c. 20 Cil qui <sont> cuit en brese sont cuit diversement, si commaus et durs4 ; cil qui sont dur sont gros et pesant et se cuisent trop mal 5 à l'estomac, et engenrent grosses humeurs, et tels oès pueent man- gier cil qui ont le menison, II especialment les moieus6. Li mol sont contraire à chiaus, qui7 amolient le ventrail et font petite demorance en l'estomac et amolissent la secheté du pis et du pomon. Cil qui sont entre deus ne tienent le nature de l'un ne de l'autre8, ains valent miex à user que nus de ces .ij. 25 - Cil qui sont cuit en ewe confortent le caleur naturel, especialment quant il sont cuit k'il ne sont ne mol ne dur, car por l'aigue s'amen- dent et perdent9 lor malvaistié, et valent miex à mengier en tel maniere10 que en totes autres manieres c'on les puist user II. 30 Li oef frit valent pis sor totes les autres manieres car il se conver- tissent en malvaises humeurs, et engenrent fumees et abominations, por ce, les fait malvais user. 35 Cil qui sont mengiet au brouwet, ou avoec char, ou en tel maniere, les doit on loer ou blâmer avoec les compaignies des autres coses où il sont12 mellé, car cil qui sont mangié avoec bones espesses, si com avoec canele, poivre, gyngembre, et avoec char se cuisent miex13 et 1. B. passelas. — 2.B.nature. — 3. B. l'apareil. — 4. B. ajoute: «ou entre deus». — 5. B. moult tard. — 6. mols (raturé postérieurement). B. mious. D. moyeuls. — 7. B. qu'il. — 8. B. si tienent la nature de l'un et de l'autre. -9. B. ajoute:«lormalisce et». — 10. B. ajoute: « et nourissent ». — 11. B. mangier. — 12. B. qui i sont. — 13. B. mains. F° 65 d. donent || millor norrissement, et acroissent plus le talent d'user feme que cil qui sont mengié avoec formage qui n'amende pas, ançois acroissent lor malisce. DU FROMAGE1 5 Fromages, si com dist Ysaac, est generaument du tot malvais por chou qu'il engrosse, et est pesans, et enfle le forcele, et de che, vous poés aperchevoir que cil qui l'use longement, il covient qu'il ait doleurs de flans, malvaise teste, gros entendement, pierre es rains et en le vessie. 10 Mais il est mains <ou plus> malvais por le diversetéde l'user c'on en fait, car qui[l] le mangue quant il est frèset noviaus, s'a nature de refroidier le forcele por ce[l] qu'il est frois et moistes ou premier degré, et si se cuit bien à l'estomac, si encraisse et norrist moult. F°66a. 15 20 S'il est mangiés quant il est viès, et selonc ce qu'il est plus viès, il est plus caus et valt pis à user, car il engenre[nt] malvaises humeurs et malvaises fumees caudes et sekes, et fait, sor totes autres manieres || de formage,pierre engenrer, et valt du tot miex2 por maladies removoir que por santé garder, car il valt moult mangiés rostis à chax ki ont menison, et conforte l'estomac et fait bien le viande avaler s'il est mangiés apriès ce q'on a pris grant quantité de viandes, especialment quant eles sont crasses et abominables. 2o Formages qui est entre viès et noviel 3 et qui est de bone saveur, et n'est pas trop cras, cil vaut miex4 à user et plus covignables à nature d'omme, jasoit ce qu'il ne soit pas sans malisce s'est il mains malvais des autres. 1. B. Des froumages. - 2. B. mains. — 3. B. ne trop viès ne trop nouviaus. — 4. B. mains. 20 Sachi<é>s que li lais est de diverses sustances, si com d'eweuse, et d'autre qui est à nature de formage, et autre qui a nature de bure; et selonc le diverseté de ces coses, poons dire qu'il i a diverses natures. Car cele sustance qui est eweuse est caude et seke, et a, de se nature, de purgier le ventre, et de destouper les voies du fie, et de purgier le cole. 25 Li sustance ki a nature de formage se tient à cele meisme nature que dite vous avons devant, car elle est grosse, et engenre malvaises humeurs, et piere es rains et à le vessie, et autres coses que dit vous avons du formage. 30 L'autre sustance qui a nature de bure est caude et moiste, et de se nature, amolist le ventre, mais il done abhomination et valt moult à 1.B.Des lais. —2. B.recuist. — 3. point est surajouté. B. ajoute: «et mort», F°66c. chax qui ont sech tous et froit, especialment mangier le à cucre et à lait d'amandes.|| 5 Et n'a pas li lais seulement ceste diversité que dite vous avons, mais il diversefie sa nature por le diversité du tans en coi on le trait, <et> des bestes <qui le portent>, et por l'eage, et por les diverses viandes qu'eles usent. Li diversités [est] qui avient por les bestes <si est> que vous devés savoir que li plus covignables lais à nature d'omme c'est cil de1 feme, especialment quant il est <usés si com il ist> de le mamele. 10 Lais d'annesse est, sor tous autres lais, plus deliés, et por ce, vaut à chax qui ont malvais poumon et qui sont etique por caudes ou por longhes maladies. Cil de kievre se tient à nature de ces .ij. lais. 15 Li lais de vake est plus gros que li lais de kievre ne tous autres lais ke nous usons, et est bons à user à chaus qui veulent encraissier. 20 Li lais de berbis se tient à nature de celi de kievre et celui de vake, car de se nature, il est plus gros que li lais de kievre et plus soutils que cil de vake, mais ne le fait pas bon user, por ce qu'il engenre malvaises humeurs et assés de superfluités, et de ce, vous poés aper- cevoir, car de pau de lait de berbis2 fait on formages assés. 66 d. Lais de jument est de le nature de lait d'annes||se, mais il n'est pas si soutils, et por ce, se tient à le nature <de> celi de kievre 3, jasoit ce qu'il ne soit pas si bons. 25 Lais de camel vaut miex por maladies removoir que por norris- sement doner, car de se nature, il est soutils, et por ce, destoupe les voies et assouage le dolor du fie, et vaut miex à chax qui ont le poumon corrunpu. Li lais de truie est malvais por user por ce qu'il est mal cuis et eweus et engenre[nt] malvaises humeurs et froides. 30 Et entendés que totes ces manieres de lait doit on prendre à enjun, et ne doit on pas mengier autres viandes dusques adont qu'il soit departis de l'estomac. 35 Li diversités qui vient du lait por l'aage 4 des bestes s'est que cil ki est de vielles bestes est mal vais, et li lais qui est de jovene beste vaut miex ; et cil qui vaut miex de tous lais <est> cil qui n'est ne trop jovenes ne trop viex, especialment quant li beste est crasse. Li diversité qui avient por le tans de l'an est que vous devés i.B.lilaisdela. — 2. bestes. — 3. B. ajoute: « et le puet on user [en] comceluidelakievre». — 4. les diverseté. F°67a. 5 savoir que cil qui est fais en printans vaut miex de tous les autres par .ij. raisons: l'une, si "1 est por le tans ki est temprés et lors rungent 1 les bestes millors viandes por user, l'autre, si est que li lais vaut miex por ce k'en che tans faounent plus les bestes qu'en autre tans. Et entendés, ançois que li lais soit bons por user, covient que li lais ait <passé> .xl. jors apriès ce que les bestes ont faouné. 10 Li lais c'on prent à le septembre n'est pas si bons por ce qu'il se 2 traist plus à nature de formage, si enfle le forcele et le ventrail, et engenre le ventosité, et fait assés mal. Li lais d'esté se tient à le nature d'entre .ij. Cil d'iver, jasoit ce que on <en> trueve pau est pires de tous les autres lais, car il est plus caus 3 et plus sès et s'est por ce qu'il est alongiés por ce que les bestes on<t> faouné de grant piece. F°67b. 15 20 Li diversités du lait qui avient por le norrissement que les bestes prendent est qu'il sont bestes qui se norrissent d'erbes froides et moistes, si com sont borraces, laitues, betes et autre maniere de <leuns, et li> 4 lais qu'eles portent <si> est eweus s et soutiex. Autres Il bestes sont, si com cievres, qui ne manguent fors tenrun 6 de brankes, cis lais valt miex à l'estomac. Autres bestes i a qui manguent toutes herbes 7, et du norrissement qu'eles prendent, si covient que li laissoit maladis8. 25 Li diversités du lait qui avient par le tans quant on le trait: si com on le trait novelement, tels lais vaut miex que tot li autre, et engenre millor sanc, mais qu'on le prenge selonc ce que li nature de cascun puet porter, car qui en prent à outraige, il fait mal à l'es- tomac, et malvaise teste, et malvais dens, et malvaises gencives et malvaise alainne. Et por chou, qui l'use, por ces coses eskiver si doit laver se bouce de bon vin ou de bon vin aigre. 30 Et se c'est cose k'il demore moult apriès cho qu'il est trais, si devient aigres, et cil est fors et sès de se nature, et le fait mal user car il est abominables à l'estomac, et enfle, et fait malvaises gen- cives et malvais dens; et por ce, devés vous savoir que tant ke on l'use plus tost apriès chou qu'il est trais, tant valt il miex. 1. B. truevent. — 2. qise. — 3. B. gros. — 4. tous lais. — 5. en eus. — 6. B. tenrons. -- 7. B. ajoute: « si com elebre, titimal; teus lais est mavais à l'es- toumac et au cors de l'homme. Et entendés generaument que selonc la diviersité deshierbes.». — 8. B. sains en maffdies. F°67c. CAPITELES DU POIVRES 1Il 5 Poivres est caus ou quart degré, et de se nature, conforte l'esto- mac froit et destruit les humeurs froides et viscieuses2. Et ne le fait pas bon user à chax qui sont de caude nature et de caude com- plexion, especialment en esté. Poivres blans 3 est de le nature du noir, mais il n'est pas si caus. DE GYNGEMBRE4 10 Gingembres est caus ou tierc degré et moistes 5, jasoit ce qu'il ne <le> samble mie, et a nature de conforter l'estomac froit et d'amolir le ventrail, et fait bien cuire le viande; et le doit on eslire qu'il soit blans, durs et noviaux. DE CANELE6 Canele est caude et seke ou secont degré, et en est .ij. manieres, grosse et delie. 15 Li grosse[s] n'est pas si caude, et est escorce d'arbres qui naissent en Ynde, et le doit on eslire qu'ele soit ausi com rouge, et ne soit ne blance ne noire; et le doit on assaier à le bouce, et s'ele point et ele n'est douce, ele est bone. Et le puet on garder par .xx. ans, mais qu'ele ne demeurt en liu trop cler, et trop caut, ne trop sech. po67d. 20 Et a, de se nature, de conforter le vertu du fie || et de l'estomac, et s'il a maladies qui soient par froides humeurs et qui ne puissent 1. B. Li .ix. de toutes manieres d'especes et premièrement dou poivre. C. Li nuevimes de toutes manieres d'espices. — 2. B. ajoute: « et fait bien cuire la viande, et pour chou, vaut à user à ciaus qui sont de froides complexions et qui ont tous de grosses et de froides humeurs. »— 3. B. lonc. — 4. B. De gen- gembre. — 5. 1'5 final a été gratté. — 6. B. De caniele. bien cuire le viande, si le fait bon user poure de canele 1 à poure de caroi2, et si le fait bon user en sauses de persin, et -de sauge 3, et de vin aigre, car tels sause done talent de mengier, et conforte le cer- vele, et fait bone alaine. 5 Li canele qui est grosse n'est pas si bone ne si profitable as coses que dit vous avons, com 4 soutiex. DE GYROFLES5 Gyrofles 6 est caus et sès ou tierc degré, especialment cil qui poingnent desous ? le langue et ont bone flaireur. 10 Saciés que c'est fruis d'arbres qui croissent en Ynde, et les kielt on en esté quant il sont meur, et les puet on garder par .v. ans, mais qu'il soient bon et gardé en liu ne mie trop moiste 8 ne trop sech,car s'il estoient en trop moiste liu, il porroient9 trop amolir, et s'il estoient en trop sech liu, il deverroient trop sec et trop dur. po68a. 15 Et si doit on eslire tels claus qu'il soient bon, si com cil qui sont plain, et sont .i. pau boçu par devers le teste, et à le saveur10 de le bouce poignent le langue, et ont bone flaireur, et quant on l'es- traint à l'ongle il devient moistes. Il 20 Tels gyrofles conforte le nature de l'estomac et du cors, et destruit le ventosité et les malvaises humeurs grosses et viscieuses ki sont engenrees par froit, et font bien cuire le viande, especialment qui les prent en tel maniere : prendés gyrofles et semence de fenoil, et le faites bolir en vin, et bevés le vin apriès. 25 30 Et encore valt à chax qui rumelent11 et qui ont à grant paine 12 lor alaine por humeurs froides et viscieuses qui ont le pis estoupé, mais qu'il pregnent en tel maniere : prendés gomme adragant et le faites demorer une nuit en .i. pau d'ewe d'orge, et prendés apriès gyrofles, et gomme, et mastic arabich 13, [et en faites poure] 14 et le mellés avoec le poure de le gomme adragant ki sera demoree en l'ewe d'orge, et en faites piles, et les tenra cius qui sera malades 1.B.ajoute: « mellee». — 2. B. careuin. D. caroi. — 3. saille. - 4. B. ajoute: «est la». — 5. B. Des claus de gerofle. — 6. C.girofe. - 7. B.. bien sour. — 8. B. freis. — 9. B. pouriroient. — 10. B. à l'assaier. — 11. B. remelent. — 12. B. puent avoir à grant paine lor alaine. — 13. B. et mastic et goume arabic. — 14. [] surajouté postérieurement. desus le langue une grant piece, et puis le pora avaler et user le vin où il seront cuit. 5 Gyrofles escaufe et enforce le cervele; et entendés ke ceste meisme nature tient li fuelle, mais qu'ele ne conforte pas si bien, ne n'est pas de si caude nature. F°68b. DE GARINGAUS1|| Garingaus est caus et sès ou tierc degré, et dient maintes gens que c'est arbres, mais Dyacorides dist que c'est .i. racine c'on trueve apriès le racine d'un arbre qui croist en Perse. 10 Et le puet on garder par v. ans sans corruption, mais qu'il soit tels: si com rouges, noueilleus2, pesans, et ait saveur qui à l'ass<a>ier de le bouce soit poignans sor le langue, car cius qui est pales, et legier, et pertruisiés, et a pau de saveur, n'est preus. i") 20 Mais cil que 3 nous vous avons nommé, de se nature, conforte les vertus du cors, especialment celi de l'estomac por bien cuire le viande, et qui boit le vin où il sera cuis, si assouage le dolor qui puet venir à l'estomac par grosses et par froides humeurs et par ven- tosité. Et seulement li flaireurs de lui escaufe et conforte le cerve le ; et encore, qui prent poure <degaringaus avoec jus de borraces, si vaut à chaus qui ont le cuerfoible>, devant chou qu'il manguent. DE COMMIM4 F°68c. 25 Commins 5 est caus et sès ou secont degré, et est semence d'une herbe qui croist6 à grant habundance. Et le puet on garder par .v. ans, et a, de se nature, de bien faire oriner, et destruire les vento||sité et de conforter le vertu de l'estomac, se en poure ou en sause est usés. Et qui use le vin où il sera cuis avoec fighes seches, si valt moult à chax qui ont tous de froides humeurs, et à chax qui ont torcions et dolors de ventrail; et que ce soit par froit, si valt moult à faire I.B.D.garingal. — 2. B. noeleus. D. noieleus. — 3. qui. — 4. B. coumin. — 5. B. C. Coumins. — 6. norrist. emplaistre, mais qu'il soit mellés avoec ferine1 d'orge, et arousés de vin. 5 Encore, por chax qui ont sanc es iex por batures, si est bons à prendre commin et meller avoec moieus d'oès, et metre sor .i. tiule caude, et apriès metre teve sorl'uel, et se li visages est pers encore por batures ou por autres coses, prendés poure de commin2 et le metés sus. Et devés savoir qu'il ne fait pas bon user trop le comin por ce qu'il fait l'omme pale et de male couleur. DE SAFFRAIN3 F°68d. 10 15 Saffrans est caus et moistes ou premier degré, et sont de .ij. manieres : l'une si est de celui qui naist es gardins et l'autre si est orienta<l>. Et sont fleurs d'une herbe dont il a assés en Lonbardie, et doitoneslire4celuiki est rouges et qui n'est pas mellés d'autre cose gaune, || et est purs et nès de totes autres ordures. Tel saffran puet on garder par .v. ans, mais qu'il soit tenus estroitement en .i. saket de cuir, et li lius où il demora ne soit trop clers ne trop moistes. 20 Tels saffrans a vertu de conforter le foiblece 5 du cuer et de l'esto- mac, especiaument quant il estsekiés6sor i.tiule caude, et apriès broiés avoec brouet de ghelines, ou de char, ou d'autres coses où on le vaura user. Et ne le fait pas bon prendre trop, ne trop user, qu'il fait abomination et done talent de vomir. 25 Encore, à7 chax qui ont les iex rouges et sanglens, prendés poure de saffran oriental, mais qu'il soit sekiés si com dit vous avons, et le mellés avoec moiel8 d'oès, et apriès moilliés 9 .i. pau de coton et le metés sor les iex, car ce fait le maladie trespasser. DE CUBEBES Cubebes sont caudes tempreement si com aucunes gens dient, mais, selonc Avicenne, eles sont caudes et sekes ou secont degré. Et i. frine. B. frine. C. farine. — 2. B. ajoute: « et le meslés avoec cire virgine et eschaufés le ». — 3. B. safran. — 4. esciver. — 5. forcele. — 6. B. desechiés. — 7. B. contre. — 8. B. mioul. C. moieus. — 9, B. et C. ajoutent: « ens ». F°69a. saciés que c'est fruis d'un arbre qui croist1 en Ynde, et doit on eslire celes qui poignent sor le langue quant on les use et ne mie trop, [et sont petites, et de bone flaireur, et ameires, ne mie trop] 2||et ont l'escorce 3 delie. 5 Telscubebes sont bones et se pueent garder par .x. ans, et con- fortent de lor nature, et escaufent l'estomac et le cervele, et por ce, valent miex 4 à user à chax qui ont l'estomac froit et ont malvaise color,especialment user le piument qui est fais des cubebes etde miel et d'autres especes. 10 DE CARDAMONS5 15 Cardamons est caus et sès ou tierc degré, et sachiés que c'est fruis d'un arbre qui en printans gietent boucetes6 ausi com semence de rue, enki dedens est li cardamon. S'en sont de .ij. manieres, de gros et de petis; li gros valt miex por ce qu'il est de meilleur <flaireuret doit avoir une> saveur aguë mellé à dous. F°69b. 20 Et quant mengier l'estuet, si covient qu'il soit bien triiés de pierres et frotés à .i. drapel por netir7le de le poure, et tel cardamon puet on garder .x. ans. Et a le nature de conforter et destruire le ven- tosité, et les grosses et les malvaises humeurs contre le foiblece de l'estomac, et [encontre] le vertu qui cuit le viande por conforter8, prendés cardamon et anis, et en faites poure et le faites || user por doner appetit de mengier. 25 Et por estraindre le vomir, prendés poure9 cardamon, mente, persin et vin aigre et en faites sause : ce done appetit de mengier. Et seulement cardamon flairier si valt à chax qui ont foiblece d'esto- mac 10. I. B. ajoute: «outre mer». — 2. [ ] passage ajouté au bas de la colonne. — 3. B. la keuue. -— 4. B. encore. — 5. Manque dans C. — 6. B. D.-bocetes. — 7. B. netoier. — 8. B. D. pour le vertu. conforter. — 9. poivre. B. pourre de. - 10. B. ajoute: « et de cierviele. » ce, est apelés d'aucunes gens commins dous. CAPITELES DE NOIS MUSCATES5 F°69c. 20 Nois muscates5 sont caudes et sekes ou secont degré, et est fruis || d'abre, et croissent à maniere de noissetes. Et les doit on eslire grosses, pesans, et qu'eles ne soient pertrusies, et ki se brisent legierement, et qui aient boneflaireur1.i. pau aigrete. 25 Tex nois ont nature de conforter l'estomac, et le fie, et le rate, et de faire bone alainne. [Mais elles restraignent le ventreil et font bien oriner et restraignent le vomir ki l'use broiésavoec seil, et sachiés I. B. semenche d'une herbe. - — 2. B. ajoute: « gros et noviaus M. — 3.B.Et encore vaut qui le fait broier avoec coumin. — 4. B. C. piers. — 5. B. musquate. C. muscades. — 6. B. ajoute: « et la saveur». ke] 1 le mascie 2 est li fuelle de le nois muscate qui demeure entor lui ausi com les fuelles qui demeurent entor les noisetes, et est caude et seke, et a nature de conforter l'estomae, et de faire bone alaine, et tote autre cose si com fait li nois muscate. 5 DU CITOUAL 10 Citouals2 est caus et sès ou tierc degré, et est racine d'une herbe; et [le] doit on eslire et prendre celui qui est deliés, et petis, et amers en le bouce. Tiex citouals 3 se puetgarder longhement, et a nature de conforter l'estomac et destruire le ventosité, et d'amortir le mal- vaise alaine qui vient d'aus et d'autres viandes c'on mangue. DU SEL4 F°69d. 15 SelS) est caus ou premier degré et sès ou secont, et est de maintes manieres, mais nous n'en|| usons que de .ij. maniérés, si com celui c'on fait de l'ewe de le mer et se cuit à le caleur du solel, et autre c'on fait de puis et de grans6 estans, <et> qu'on fait bolir en cau- dieres de plom ? et de métal, et ce sel apelent li François sel délié, qui en autres païs est apelés salines8. 20 Et li uns et li autres est clers et blans, et nés de pierres et d'autres coses, et done nature de conforter et talent de mangier, et oste l'abomination. Mais qui l'use à outrage, si engenre roigne et malvais sane9. I. [] ajouté après grattage.- — 2. B. la maise si est la foelle. C. et li masce si est fueille. D. qui les use broiees avec sel quant on les masche. La foille. — 2. B. chitouvaus. C. chitoual. — 3. B. cytouwaus. — 4. B. De seil. - 5. B. seil. C. seus. — 6. B. grandesimes. — 7. B. C. plonc. — 8. B. salinne. C. D. saline. — 9. B. C. ajoutent: « et taut le talent d'user la (C. le) femme. » C. Si meterons fin à ceste tierce partie. QUATRIÈME PARTIE PHISAN0Al lE C'EST LI COMMENCEMENS COMMENT ON PUET CONNOISTRE LE NATURE DE CASCUN HOMME PAR DEHORS, ET SE COMPLEXION1. tolt aucunes fois nature6 de ses drois par divers usages, si com vous veés tous jors en hommes et en bestes. 25 En hommes poés veoir quant maint homme sont de si male nature que par leur nature ne doivent faire se mal non, et par les ensegnemens et por le doctrine des sages hommes, devienent bon et font autre cose que lor nature n'aporte. As bestes veés vous ausi com chiens, chevals et autres bestes qui par ensegnemens font tels coses qu'il ne font pas par lor nature. Et I. B. Chi commenche la quarte partie, de fisanomie, qui aprent à connoistre les natures et les complexions de chascun. — 2. B.as. — 3. Complexions est une faute de scribe. Le sens demande coses ou conditions. Ce membre de phrase manque dans B, Cet D. — 4. done. B. doit. C. doigne. — 5. B. rechoivent. C. reçoivent. — 6. B. passe nature maintefois. C. acune fois. F*70b. n'entendés pas ke nous cuidons, por1 ce ke dit vous avons, que nature ne passe norreture, mais li .i. puetl'autre passer par aucunes coses, si vous <en> prendés garde soutiument. [Ore prendons 2 premiere- ment des kavels]3.|| s DES CAVELS PLAINS4 Cil qui ont les caveus plains sont lent et peureus; cil ki les ont crespés sont hardi et artilleus. Et qui est pelus ou ventre5, si estluxu- rieus et demeure volentiersavoec femmes; et qui a les costés plains de peus, c'est entor le cuer, si est preus et hardis. 10 Qui les a desous6 les espaules et ou col, s'est7 fors et pesans ; et qui en a en le teste assés et par tot le cors, si doit estre peureus et ne mie de grantsens8. DE LE COLEUR CLERE ET ROUGE 9 15 Cil qui ont le coleur clere et rouge c'est signes d'abundance de sanc, et qui a coleur10 entre rouge et blanc c'est signes11 de bone nature. Et se c'est cose que li cuirs du visage soit blans, et il soit .i. pau rouges, et ait pau de peus, c'est signe12 de sotie et de legier corage. 20 Et se li coleurs estclere et rouge, especialment quant on le regarde, c'est signes d'estre 13 hontels et de bone nature. Et se li coleurs est verde, ou pale, ou noire, ou perse, c'est signes de male costume, et de pau de sens et de male nature. I. que. — 2. B. commencherons. — 3. [] ajouté postérieurement. - 4.B. Li ensegnement des chevaus. — 5. B. et qui a pous aseis ou ventrail. — 6. B. sour. — 7. B. C. si est signes qu'il soit. — 8. B. savoir. — 9. B. Li ensengnemens delacoleur. — 10. B. l'a meslee. — 11. C. dingal. — 12. B. ajoute « de sanc et M. — 13. B. d'omme. DES IEX QUI SONT GROS1 F°70c. Cil qui a les iex gros et grans doit estre lens et pesans. Qui les a enfossés2||et petis doit estre malicieus et enginnieres. Ki les a fors et gros si est sos et grant parleres, et ne doute nule 3 honte. 0 10 Qui a les pronneles bien noires si est peureus; et ki a les iex4 à maniere de chievre, si est sos; et qui les a movans et regarde soutil- ment, si est traitres et enginieres et leres ; et ki les a molvans, mais qu'il regart assiduelment en .i. liu, si est sages et enginieres. Et qui regarde ausi com li femme, et ke li oel li rient volentiers, et samble tous jors liès ou visage, doit estre luxurieus 5, et de longhe vie et de bone nature. •i;"70d. 15 Ki a les iex gros et grans et tranblans, si est lens, et de grande vie, et amerès de femmes; et qui a les iex rouges et ardans, c'est signes qu'il soit malvais et mal acostumés. Ki a les iex petis et tranblans et vers, si se corouce volentiers et est amerès de femmes. Cil qui les a vairs et mellés ausi com à colour de safran est mal acostuméset de male nature; et qui les a petis 1I et ors c'est signes de sotie et d'omme ki veulle faire ses volentés. 20 Qui les a parfons, et petis, et mouvans, et que les paupieres meu- vent et se cloent solvent et oevrent, c'est signes de male nature d'omme et d'envieuse6. Cil qui ont les iex noirs et .i. pau vair, et ne sont rouge7, ains sont cler et luisant, c'est signe de bone nature et bien acostumee et sage, car c'est li mellor oel qui soient. DES SORCIEUS8 m Ki a es sorchieus grant habundance de peus, c'est signes de grans pensees, et de tristece, et de gros et d'enuius9 parler. Qui les a Ions si est outragius <et> sans honte. Et ki a les sourciex ki pendent10 devers le nés et haucent devers les temples, si est lens et sans honte. I. B. Li ensegnement des iaus. - — 2. Ci enflés. — 3. nulu. — 4. B. ajoute: «  vairs et ». C. vairs. — 5. B. C. D. ajoutent : « et honteus ». — 6. B. de veni- meuse. — 7. B. pas ne rouge ne citrins. C. ne trop rouge, ne trop citrin. — 8. B. Ensegnemens de sorcius. — 9. enuis. — 10. prendent. DES NARRINES1 5 Ki a les narrines delies, si se corouce volentiers et tence; ki les a larges et grosses, si est luxurieus; ki les a grosses et estroites, si est petis de savoir 2; et ki plus les a larges et grosses c'est signes de corechier volentiers. DU FRONT3 LARGE4 F° 71a. Ki a le front || large 4 et estendu, si est combateres et aime mellees ; ki l'a froncié5 et les fronces vienent aval, si se courouce volentiers; et ki l'a petit, si est sos6 ; et ki l'a grant si, est lens7. 10 DE LE BOUKE8 Ki a grant bouke9, si est grans mangieres et hardis; ki a grans levres, s'est sos et lens, et s'el es sont mal colourees c'est signes de maladie. 15 Qui a les dens petis et febles et ne sont mie espès, c'est signes de feblece de cors et petite vie; qui les a Ions et fors, si doit estre grans mangieres et de male nature. DU VISAGE10 20 Ki a le visage samblant à homme yvre, si est hardis de parler et s'enyvre volentiers. Et qui a le visage plain de car, si est lens et sos. Et qui a les iex11 gros et cras et carnus, si est de grosse nature et a malvais entendement, et qui les a déliés, si est soutiex et de maintes pensees. I. B. Les ensegnemens des narines. — 2. saveur. B. ajoute: « qui les a larges et grosses, si est luxurieus». C. si doit iestre luxulieus. — 3. B. Les ensegnemens dou front. — 4. rouge. — 5. C. et cil qui ont plenté de fronces. — 6.C.siest signes de poi de sens. — 7. C. si doit iestre lens et de pau d'engien. — 8. B. Les ensegnemens de la bouche et des levres et des dens — 9. C. ajoute: « par rai- son». — 10. B. Les ensegnemens dou visage. —1 1. OS. F*71b. 5 Et ki a le visage reont, si est signes qu'il soit sos et de trop de paroles; et ki l'a bien gros1, si est lens et de gros entendement. Et qui l'a petit, si est malvais, et enginnieres, et2 luxurieus. Et qui a||le visage qui n'est pas bien formés ne de bele taille, àgrant painnepuet il estre bien acostumés. Et se les vainnes et les artaires3 sont grosses des temples et enflees, et qui a les orelles grans, c'est signes d'omme qui se corouce volentiers, et qu'il soit sos et de longue vie. DE LE VOIS4 10 Ki a le vois grosse, c'est signes qu'il soit hardis et de malvais enten- dement, et ne mie de grant sens. Qui parole tost, c'est signes qu'il soit legiers en totes ses besoignes, et qu'il soit mal acoustumés, et qu'il se couroce volentiers. Et qui a longhe alainne, si est wis 5 et de malvaise nature. 15 Ki a pesante vois et longe, si n'a cure fors de sen cors servir6, et de tous autres est desp<r>isieres. <Qui l'a aspre, si>7 est envieus et tient en sen cuer tous jors les maus 8. <Qui l'a petite> c'est signes de sotie <et> de trop pau de savoir. DE LE CHAR9 20 Ki a car dure 10, c'est signes de pau de sens et de gros entende- ment; ki l'a mole et souef, c'est signes de bone nature et de bon entendement. DE CELI QUI RIST VOLENTIERS11 F°71c. 25 Ki rist volentiers et assés, si est benignes et amables || à totes coses, et por chou 12qu'il aità faire ne pense gaires. Cil qui pau rist a nature I. B. C. D. grant. — 2. C. ajoute: « aveuc tout ce ». — 3. C. artaries. — 4. B. Li ensegnemens de la vois. — 5. viex. B. wis. C. à mierveille vius. D. vis. — 6. C. de soi aisiers. — 7. cil qui. — 8. C. en son cuer a et tient volentiers tous jours maus, et pense. B. ajoute: « et choile ». — 9. B. Li ensegnemens de la char. — 10. B. ajoute: « et assés ». — 11. B. Li ensegnemens dou ris. — 12. B. à choses. C. ne pour chose. contraire à cestui et Ii desplaisent totes autres choses que li homme font. Cil ki rit en haut si ne doute honte; <et qui toust> quant il rist et1 reprent s'alaine à force, si est sans honte et beubenciers2, DU LENT3 5 Ki est lens à l'aler, c'est signes de pensees <et de pesance> de cors. Qui va tost et legierement, c'est signes de pau de sens et de legier- reté de cors. DU COL4 10 Ki a le col cort5 et gros, c'est signes qu'il soit fors et sage; et qui l'a lonc et graille, c'est signes qu'il soit sos, et peureus, et tencieres. Qui a le col gros, et fort, et bien nervu 6, si se couroce volentiers et est legiers en totes ses besoignes. DES COSTES7 13 Ki a les costes larges, si doit estre beubenciers, et fors, et ne mie de grant savoir. Qui les a estroites, si a nature contraire à cestui et est mal acoustumés. Qui les a entre deus, si est signes de bone nature. DES ESPAULES8 20 Ki a les espaules, grailles, [et grosses], et aguës, et hautes, si doit estre sos et mal acoustumés. Qui les a larges et plaines, si est de grant sens et de bone nature. I. si. — 2. B. beubenchieres. C. beubenchiers. D. bobancier. — 3. B. Li ense- gnemens de l'aler.- - 4, B. Li enseignemens dou col. — 5. tort. B. C. D. court. — 6. Ecrit ; nerw. C. niervu, — 7. B. Li ensegnemens des costes. - 8.B.Li ensegnemens des espaules. F°71d. DES BRAS1|| 5 Ki a les bras de telmaniere que les mains puisent toucier 2 les genous, c'est signes de gentillece de cuer, et est beubenciers, et aime 3 avoir los et segnorie. Qui les a cors, si doit estre peureus et malvais. DES MAINS4 10 Ki a les mains moles et delies, et les dois agus et Ions, et les ongles5 soutils et bien colourees, c'est signes de savoir et de bon[e] entendement. Qui les a cortes, si doit estre sos; et qui les a moult longes et grailles, si doit estre sos et beubenciers. DES PIÈS6 Ki a les piès gros, et carnus, et plas 7, si doit estre lens, et sos et de malvais entendement. Qui les a petis et biax8, si doit estre amerès de femmes, et liès, et joiaus. 15 Qui a les talons grailles et petis, si est febles et peureus ; qui les a gros, si doit estre fors et hardis. Et qui a les kevilles et les gambes grosses ouniement, si est sans honte, et pesans, et lens; et se les cuisses ont assés <char> par defors, c'est signes d'estre fors, mais totes eures est li cors lens et pesans. 20 Qui a les os des hankes qui issent fors, si doit estre fors et de grant hardement9; mais qui les a petites et grailles, si doit estre amerès de femmes et febles 10 et peureus. DES CAVEUS GROS11 F°72a. 25 Cil doit estre hardis qui a les ca||vels gros, et aspres, et fors, et qui le cors a droit et les os fors et gros, et mains, et piès, et jointures fors I. B. Li enseignement des bras. — 2. C. que les mains avingnent. - 3. B. ajoute: « les femes et ». — 4. B. Li enseignemens des mains. — 5. B. ongheles. — 6. B. Li ensegnemens des flans, et des cuisses, et des jambes, et des piès. — 7. B. plains. C. D. plas. — 8. C. bien fais. — 9. B. hardiece, — 10. B. C. ajoutent: «de cors ». — 11. B. Li ensegnemens de connoistre l'omme qui est hardis. et bien formees, et le col, et le pis, et les espaules grosses et bien for- mees, et les cuisses 1, et les gambes, et les piès respondans as autres menbres. 5 Encore a autres signes si com d'avoir par mi le front vainnes plainnes et larges et sans fronces ; et ne soit pas sans peus, et quant il se corece c'on ne le rapaisepas 2 legierement. DES CAVELS PLAINS3 10 Cil doit estre peureus qui a les cavels plains, et va tous jors ploiés et courbés 4, et qui est grailles par tout 5 le cors, et ki a le coleur ausi comme pale, et qui oevre les iex et clot souvent, et ke li regar- ders li 6 est tristes e[s]tde male maniere. DE LE CAR MOLE7 15 Ki a le char mole et souef, et n'est mie trop cras ne trop magres, et ne mie moult carnus ou visage, et est colourés entre rouge et blanc, et luisant, et cler, et le cuir de le char soutil et reluisant, et a les caveus ne crespés ne plains, et a le coleur des cavels gaunes, ausi com entre noi<r>s et rouges, tels hom doit estre de bone nature et de grans engiens. 20 < LI ENSEIGNEMENS DE CONNOISTRE CHEAUS QUI ONT NATURE DE CAITIF ET DE LENT8> F°72b. Cil qui ont tel nature ont le cors droit et grant, et tient 9 plus à nature Il d'estre cras que magre, et ont plus le coleur blanke que rouge, et <ont cavels entre peu et assés, et entre plains et crespés, et 1.guises. — 2. B. ne repasse mie. C. que on ne le rapie mie. — 3.B.Li ensegnemens de connoistre l'omme qui est paoureus. — 4. croubes. — 5. tout est surajouté. — 6. B. qu'il fait si est tristes. — 7. B. Li ensegnemens de connoistre celui qui est de haut engien et de boine nature. — 8.TitredeB.Iln'yani séparation ni titre dans les mss. A et C. — 9. B. D. se traient. C. traient. ont coleur entre noir et rouge:teus hom doit estre de boine nature, et> sont legier au rire et au plourer1,et ont le front grant et large, et les iex entre vairs et noirs. DES IEX CARNUS2 5 Cil qui honte ne doute doit avoir les iex carnus et <f>ors3, et doit regarder soltilment, et les paupieres 4 grosses et carnues, et n'ont pas le[s] cors de grant longuesce; et à l'aler qu'il font5 tienent lor pis avant et vont tost, et ont coleur rouge et oscure, et le visage reont, et les pumials6 des joues gros, et sont de moult de paroles. 10 DE CELUI QUI SE COROUCE VOLENTIERS Cil qui se corouce volentiers doit avoir le visage hideus, ne mie amiable ne plaisant,et ont le coleur rouge et oscure, et le visage sec et froncié, et le coleurdes cavels noire. DU LUXURIEUS 15 Cil qui est luxurieus doit avoir coleur entre rouge et blanke mellee, et habundance de cavels gros et mous, et les iex clers et rians, et le visage bien formé et <de> bone ciere 7, et qui se delite 8 en oïr parler de femmes, i. au tenir et au ploier. B. à rire et au plourer. C. arrire et à plourer. — 2. B. Li ensegnemens de connoistre l'omme qui n'a point de honte. — 3. B. C. fors. D. hors. - Le texte latin (Razès II, 53) porte: foris prominentes. — 4.B.C. ajoutent: «sont». — 5. qui font. B. qui fort se tiennent. — 6. B. le poumiel.C. le pumiel. D. le pommel. — 7. B.C.D.chiere. — 8. C. ajoute: « en pensees et », DU DARERAIN <CAPITELE>1 F°72c. 5 Or, convient qui jugier velt, qu'il ne gart mie seulement à.i. ense- gnement que dit avons, mais à .ij., ou à .iij., ou à .iiij. ou autant com il porraplus, car tant com li ensegnement s'acordent2|| plus ensamble, si sera plus drois li jugemens. Et li ensegnemens ki font plus à droit <jugier> 3 sont cil des iex et du visage4. 1. B. Li ensegnemens comment on doit jugier et connoistre les complexions et les natures que dit vous avons. - 2. C. se concorderont plus à celui cui vos vorrés jugier. -3.C.lipluscreable,ce. — 4. C. Ex. pli. chit. — Ichi endroit fine li livres qui doit iestre apielés la flours et la rose de toute medecine de fisique. Et le fist maistre Aldebrandins de Sciane, pour le bone Contesse de Prouvence, a quele fu mere as .iiij. roines, l'une de France, l'autre d'Alemagne, d'Engleterre et de Sezile. — D. Ci est la fin de ceste quarte partie, et par conséquent de tout le livre.