Le Reboisement et le régime des eaux en France

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Reboisement et le régime des eaux en France
Revue des Deux Mondes2e période, tome 19 (p. 633-660).
LE REBOISEMENT
ET
LE REGIME DES EAUX EN FRANCE

I. Etudes sur les Torrens des Hautes-Alpes, par M. Surell, ingénieur des ponts et chaussées. — II. Du Climat et de l’Influence qu’exercent les sols boisés et non boisés, par M. Becquerel, 1853. — III. Etudes sur les Inondations, leurs Causes et leurs Effets, par M. F. Vallès, ingénieur en chef des ponts et chaussées; Paris 1857. — IV. Solution du problème des Inondations, par M. Dausse, ingénieur en chef des ponts et chaussées; mémoire lu à l’Académie des Sciences le 5 juillet 1858. — V. Note sur la Sécheresse, les Irrigations et les Déboisemens, par M. Babinet, de l’Académie des Sciences, etc.



« Certes, a dit Montaigne, c’est un sujet merveilleusement vain, divers et ondoyant que l’homme; il est malaysé d’y fonder un jugement constant et uniforme. » Cette opinion que le philosophe bordelais avait de l’humanité en général est surtout applicable à la nation française, dont la mobilité proverbiale s’est manifestée particulièrement à propos des inondations de 1856. La France a été consternée des désastres qui en ont été la conséquence; l’Europe entière a répondu à l’appel que lui a fait la charité pour soulager les victimes du fléau; l’Angleterre surtout, qu’on accuse si volontiers d’égoïsme, a montré dans cette circonstance un élan et une spontanéité qui prouvent combien la nation britannique est en réalité généreuse et sensible aux malheurs d’autrui. Cependant avec le souvenir de la souffrance passée ont disparu les craintes qu’inspirait l’avenir; parce qu’on a réparé les anciennes digues, qu’on en a fait construire de nouvelles, on s’est hâté d’oublier combien peu ces moyens de défense avaient été efficaces, et l’on se croit sauvé à jamais. C’est à peine si quelques esprits plus prévoyans osent aujourd’hui jeter un cri d’alarme au milieu de la confiance universelle.

La valeur morale d’un peuple peut en quelque sorte se mesurer aux efforts qu’il fait pour dompter la nature, et il est évident que les phénomènes météorologiques ont sur sa prospérité une influence d’autant moins considérable qu’il sait mieux les combattre et les dominer. En ce qui concerne les inondations, nous n’avons pu malheureusement parvenir encore à les maîtriser. Loin de là, en les voyant devenir de jour en jour plus fréquentes et plus désastreuses, on en est venu à se demander si les travaux de défense effectués sur divers points ne contribueraient pas à augmenter le danger, au lieu de l’écarter. Cependant, si les résultats obtenus sont à peu près illusoires, ce n’est pas faute de discussion. On ne saurait vraiment se faire une idée de tout ce qui a été dit et écrit sur cette question, sans que jusqu’à présent on ait fait un pas décisif vers une solution, et sans qu’aucun des divers moyens de préservation mis en avant ait pu encore s’asseoir solidement sur ce fond de sable mouvant qui chez nous constitue l’opinion publique. Digues longitudinales et digues transversales, puits absorbans et canaux de dérivation, réservoirs artificiels et fossés horizontaux, ont tour à tour été prônés et combattus. De ces différens remèdes néanmoins aucun n’a eu le privilège d’être plus vivement et plus souvent discuté que le reboisement des montagnes; plus que tout autre, il a eu ses défenseurs convaincus et ses adversaires acharnés. Se présentant avec un caractère moins scientifique et moins hérissé de formules algébriques que la plupart des autres, il semblait permettre à chacun de prendre part au débat. A quelle conclusion ce débat nous amène-t-il? C’est ce qu’il convient d’établir nettement dans l’attente d’éventualités dont le retour n’est que trop probable.

A entendre les uns, on ne saurait reboiser trop ni trop tôt. Le reboisement serait un remède à tous les maux : non-seulement il supprimerait à tout jamais les inondations, mais encore il devrait provoquer les pluies dans les pays secs, les diminuer dans les pays humides, protéger les uns et les autres contre l’effet des vents dangereux, équilibrer la température, régulariser les cours d’eau, supprimer les marais, assurer la salubrité, nous garantir contre les invasions étrangères, que sais-je encore? Avec lui, plus d’inondations, plus de vignes gelées, plus d’épidémies, partout l’abondance et la prospérité. Suivant les autres au contraire, le reboisement serait plus encore qu’une amère déception : loin de diminuer les maux qu’il devrait combattre, il les aggraverait. Y a-t-il jamais eu plus d’inondations qu’à l’époque où la Gaule était couverte de bois? Alors tous les fleuves ne gelaient-ils pas pendant l’hiver, et n’accusaient-ils pas une température plus rigoureuse? Quel avantage trouverait-on à revenir à ce climat sibérien? Les marais ne sont-ils pas moins nombreux aujourd’hui que lorsque des forêts sans limites empêchaient les eaux de s’écouler? Et l’humidité perpétuelle qu’elles entretenaient n’était-elle pas une cause d’insalubrité permanente, dont nos tables de mortalité constatent aujourd’hui la disparition? Que dire enfin d’une mesure qui ferait reculer le blé devant le chêne, et nous forcerait, en nous remettant au régime de nos ancêtres, à chercher notre nourriture dans les bois?

En présence d’opinions aussi divergentes, s’appuyant du reste l’une et l’autre sur des faits réels, ceux qui n’avaient pas de parti-pris attendirent que le temps vînt leur apporter des lumières. Ils ne comprirent pas que ces faits, en apparence contradictoires, prouvaient seulement que l’influence des forêts, au point de vue climatologique, est le résultat de phénomènes très complexes et encore imparfaitement étudiés. Les effets que l’on constate à la suite d’un défrichement ou d’un reboisement sont si variables et dépendent de tant de causes, souvent purement locales, que ce n’est qu’après une étude générale, entreprise non-seulement dans une contrée déterminée, mais sur différens points du globe, qu’on pourra, au moyen des données recueillies, asseoir la théorie complète de cette influence et déterminer avec précision les parties qu’il serait utile de conserver boisées, comme celles qu’il serait sans inconvénient d’abandonner à l’agriculture [1]. Toutefois, si parmi les effets qu’on attribue à la présence des forêts il en est quelques-uns sur lesquels la science n’a pas dit son dernier mot, il en est d’autres au contraire qui se présentent avec un caractère de généralité qu’on ne peut méconnaître, et qui permettent de remonter aux causes qui les ont engendrés. De ce nombre est par exemple l’action des forêts sur le régime des eaux. Cette influence mérite qu’on l’étudié avec une attention particulière. Après en avoir analysé les résultats et constaté que, dans certaines limites, le reboisement des parties actuellement dénudées de notre territoire serait un moyen préventif souvent efficace contre les inondations, qu’il contribuerait à l’alimentation des sources comme à la régularisation des cours d’eau, il faudra chercher sur quels points il paraît le plus urgent d’y procéder sans retard, et la discussion des moyens pratiques d’exécution terminera cette étude, dont elle forme la conclusion naturelle.

I.

Un premier phénomène s’offre à l’examen de quiconque étudie le régime des eaux : c’est la pluie. Ce phénomène donne naissance aux sources et aux rivières : dans certaines conditions de durée, il engendre les inondations.

La pluie est due à la précipitation des vapeurs contenues dans l’atmosphère, et cette précipitation elle-même est en général produite par le refroidissement des vents humides. Lorsque ces vents, qui nous arrivent de l’Océan ou de la Méditerranée, viennent à rencontrer sur leur parcours un lieu dont la température est trop basse pour maintenir à l’état de vapeur l’eau qu’ils contiennent, celle-ci se condense et se résout en pluie. Aussi résulte-t-il de ce phénomène que, puisque les pays montagneux sont généralement plus froids que les plaines situées aux mêmes latitudes, les pluies, toutes circonstances égales d’ailleurs, doivent y être plus fréquentes, et les faits confirment cette déduction théorique.

On a prétendu que la présence des forêts, comme celle des montagnes, avait pour effet d’abaisser la température et par conséquent d’augmenter l’abondance des pluies, bien qu’elle en diminuât d’ailleurs l’intensité. On ne saurait contester sans doute que les forêts, en abritant le terrain contre l’irradiation solaire, en produisant une transpiration cutanée des feuilles et en multipliant, par l’expansion des branches, les surfaces qui se refroidissent par rayonnement, n’agissent d’ordinaire comme cause frigorifique; mais cet effet est loin d’être général, et, particulièrement dans nos climats, il est souvent masqué et même détruit par des circonstances locales, telles que les propriétés physiques du sol, la situation topographique du lieu que l’on considère, la direction des vents dominans, etc. S’il est certain que la température moyenne de notre pays est supérieure à ce qu’elle était du temps de César, alors que la Gaule était couverte de bois, on n’en doit pas moins admettre que, dans les localités protégées par les forêts contre les vents froids, un abaissement dans la température ne soit la conséquence du déboisement. Ainsi on a constaté, par exemple, que le département de l’Ardèche, qui ne renferme plus aujourd’hui un seul bois considérable, a éprouvé depuis trente ans une perturbation climatérique, dont les gelées tardives, autrefois inconnues dans le pays, sont l’un des effets les plus funestes. La même remarque a été faite dans la plaine d’Alsace, à la suite de la dénudation de plusieurs crêtes des Vosges. Dans les pays intertropicaux au contraire, où les nuits sont ordinairement très sereines, le pouvoir émissif des plantes augmentant sensiblement, et l’énergie des autres causes frigorifiques se développant dans la même proportion, la présence des forêts tend constamment à faire baisser la température. Cette vérité a été prouvée par les nombreuses observations auxquelles s’est livré M. Boussingault dans les régions comprises entre les 11e degré de latitude nord et 5e degré de latitude sud; elle explique parfaitement pourquoi l’Amérique est moins chaude que l’Afrique.

L’action des forêts sur les pluies, très difficile à préciser dans nos pays, est donc parfaitement accusée dans les pays chauds, et constatée par de nombreux exemples. M. Boussingault rapporte que dans la région comprise entre la baie de Cupica et le golfe de Guayaquil, région couverte de forêts immenses, les pluies sont presque continuelles, et que la température moyenne de cette contrée humide s’élève à peine au-dessus de 26 degrés. M. Blanqui, dans son voyage en Bulgarie, raconte qu’à Malte les pluies étaient devenues si rares depuis qu’on avait fait disparaître les arbres pour étendre la culture du coton, qu’à l’époque de son passage (octobre 1841), il n’y était pas tombé une goutte d’eau depuis trois ans. Les affreuses sécheresses qui désolent les îles du Cap-Vert doivent également être attribuées au déboisement. A l’île de Sainte-Hélène, où la surface boisée a considérablement augmenté depuis quelques années, on a remarqué que la quantité de pluie s’était accrue dans la même proportion; elle est aujourd’hui le double de ce qu’elle était pendant le séjour de Napoléon. En Egypte enfin, des plantations récentes ont amené des pluies à peu près inconnues jusqu’alors.

Dans nos climats tempérés au contraire, le morcellement de nos forêts empêche de déterminer exactement l’influence qu’elles exercent sur les pluies. Les observations hygrométriques effectuées sur différens points de la France, en raison des résultats très divers qu’elles ont fournis, ne permettent pas, dans l’état actuel de la science, de formuler en termes précis la loi générale qui préside à ces phénomènes et d’en déduire les conséquences pratiques qu’elle pourrait comporter. Nous ne pouvons donc, en attendant que de nouvelles études aient éclairé le côté météorologique de la question, que nous borner à l’examen de l’action des forêts sur le régime des eaux au seul point de vue des effets mécaniques et physiques.

La pluie qui tombe sur nos continens se distribue ainsi : une partie s’écoule à la surface du sol, se rend directement dans les cours d’eau, puis à la mer; une autre partie s’évapore quelques instans après sa chute, et retourne dans l’atmosphère; une troisième partie enfin est absorbée par les terres. C’est la première et la troisième de ces parties qui alimentent exclusivement les sources et les rivières, la deuxième leur étant totalement soustraite. Cette alimentation est plus ou moins régulière, plus ou moins constante, suivant qu’elle se fait par la voie superficielle ou par la voie souterraine, et dépend dès lors non-seulement des propriétés physiques du sol et de la configuration topographique, mais encore des cultures qui le recouvrent.

L’écoulement superficiel, dans les circonstances ordinaires, ne se produit que sur les terrains en pente et complètement impénétrables à l’eau, tels que les roches dénudées ou l’argile compacte : quand ils sont perméables, toute l’eau qui tombe est absorbée par ces terrains. Dans les plaines dont le sol n’est point perméable, elle reste à l’état stagnant jusqu’à ce que l’évaporation l’ait restituée à l’atmosphère, et forme par conséquent des étangs naturels et des marais. Dans les montagnes au contraire, elle s’écoule par la ligne de plus grande pente avec une vitesse proportionnelle à la déclivité comme à la longueur du chemin parcouru, et vient se déverser dans les ruisseaux qui occupent le fond de la vallée. Elle y arrive très peu de temps après sa chute sous forme de pluie, en sorte que rigoureusement, si elle contribue à l’alimentation de ces cours d’eau, ce n’est qu’en leur fournissant un volume considérable à certains momens, nul quelques instans après. L’écoulement superficiel ne peut donc pas assurer la régularité du débit des cours d’eau. On a vu que, sauf dans les terrains imperméables, cet écoulement est nul en temps ordinaire; mais il arrive qu’après plusieurs jours de pluie consécutive le sol, complètement imbibé, ne peut plus absorber l’eau qui continue toujours à tomber : celle-ci, ne trouvant point d’autre issue, doit nécessairement s’écouler à la surface. C’est alors que l’action des forêts commence à se manifester. Si en effet le sol est découvert, la masse liquide se précipite avec une vitesse d’autant plus grande que la pente est plus rapide, et entraîne bientôt avec elle des matières de toute nature, qui augmentent à la fois son volume et sa puissance destructive. Il se produit dans les vallées des torrens, dont les ravages sont circonscrits, si les pluies n’ont été que locales, mais qui deviennent d’épouvantables inondations, si elles ont été plus générales. Si au contraire le sol est boisé, l’écoulement ne se fera que d’une manière relativement très lente. Arrêtée à chaque instant, brisée par les arbres, les branches, les mousses qu’elle rencontre sur sa route, l’eau tombée arrivera au bas de la vallée avec une vitesse beaucoup moindre. La forêt, en retardant le débit de cette eau, aura par suite amoindri les chances d’engorgement.

L’évaporation se produit, on le sait, à toutes les températures, mais avec plus ou moins d’intensité, toutes les fois que l’air ambiant n’est pas déjà saturé d’humidité. Toutes choses égales d’ailleurs, elle est beaucoup plus considérable lorsque le terrain est dénudé que lorsqu’il est couvert de forêts, car celles-ci, arrêtant l’action du vent, empêchent les couches d’air de se renouveler une fois qu’elles sont saturées, et les maintiennent à une température inférieure en protégeant le sol contre l’irradiation solaire. En diminuant la quantité d’eau évaporée, elles augmentent par conséquent d’autant celle qui reste disponible pour l’absorption. Il est inutile au reste d’insister sur un fait dont tout le monde a pu se convaincre : personne n’ignore qu’après les pluies le sol des forêts reste beaucoup plus longtemps humide que celui des parties découvertes. L’évaporation ne peut se produire que lorsque, pour une température donnée, l’air n’est pas encore saturé d’humidité : or, la pluie provenant elle-même d’un excès de saturation, il s’ensuit qu’il ne peut y avoir évaporation quand il pleut, que par conséquent l’écoulement superficiel, qui se produit aussitôt après la pluie, n’est que faiblement diminué par l’évaporation; celle-ci est donc sans action sérieuse sur les inondations proprement dites. Sous ce rapport, les terrains découverts ne présentent aucun avantage sur les forêts.

La troisième partie de l’eau tombée est absorbée par le sol. Une portion est employée à la végétation; elle sert à charrier dans les tissus des plantes les élémens minéralogiques solubles, et se trouve ensuite rendue dans une certaine mesure à l’atmosphère par la transpiration des feuilles. L’autre portion s’infiltre peu à peu dans la terre jusqu’au point où elle rencontre une couche imperméable; elle glisse alors sur cette couche, en suit les ondulations, et apparaît bientôt à la surface sous forme de source, quand elle n’est pas entraînée dans les profondeurs de l’écorce terrestre, si la couche qui l’a reçue ne vient pas elle-même affleurer le sol. C’est exclusivement à cette partie absorbée que sont dues l’existence des sources et l’alimentation des cours d’eau. Toute cause qui contribue à l’augmenter au détriment de l’eau qui s’évapore en pure perte, ou qui s’écoule superficiellement, a par cela même une influence salutaire sur le régime des eaux, et sous ce rapport les forêts exercent une influence des plus sérieuses.

Tous les terrains ne sont pas également perméables : les uns, comme ceux de la formation oolithique, absorbent jusqu’aux neuf dixièmes de l’eau qui tombe à leur surface; les autres, comme les roches primitives et les terrains liasiques, ne se laissent pénétrer qu’en raison de la terre végétale qui les recouvre. Il importe donc au plus haut point que cette couche végétale soit maintenue, puisqu’elle suffit par sa seule présence à augmenter le contingent souterrain d’une partie de l’eau, qui sans elle s’écoulerait superficiellement. Or les forêts remplissent merveilleusement la fonction de fixer les terres sur les pentes les plus rapides. Il n’est pas besoin pour s’en convaincre de parcourir les Alpes ni les Pyrénées : tout paysan sait que, pour consolider les rives du ruisseau qui traverse son champ, et empêcher le ravinement des talus du chemin, il suffit d’y planter quelques arbres. Tout le monde d’ailleurs connaît la force de cohésion que donne aux mottes de gazon l’enchevêtrement des racines de l’herbe : les forêts sont des gazons dont les brins d’herbe sont remplacés par des arbres, et dont les racines plongent dans le sol à une profondeur d’un mètre ou deux. Qu’on réfléchisse à la résistance qu’elles peuvent opposer aux affouillemens des eaux. D’après M. Brongniart, ces racines contribuent elles-mêmes à augmenter la pénétrabilité de certains terrains, en faisant en quelque sorte l’office d’un drainage perpendiculaire.

Là ne s’arrête pas l’action des forêts. Lorsque le sol est découvert, pour peu qu’il renferme une certaine proportion d’argile, après s’être humecté sur une profondeur qui, suivant M. Becquerel, ne dépasse pas six fois la hauteur de la tranche d’eau tombée, il se tasse naturellement, les pores s’obstruent par l’effet mécanique de la pluie qui le pétrit; il agit alors comme s’il était imperméable, et livre à l’écoulement superficiel un volume d’eau considérable, qui ne peut plus être absorbé. Lorsqu’au contraire il est couvert de bois, le dôme de feuillage et l’humus qui recouvre la terre diminuent l’intensité de la pluie; celle-ci n’arrive plus au sol que dans un état extrême de division, et ne peut dès lors y opérer ce tassement qui empêche l’absorption de s’effectuer. Enfin, par l’humus qu’elles produisent, les forêts augmentent l’hygroscopicité des différons terrains, et par suite la quantité d’eau dont ils peuvent s’imprégner. Cette hygroscopicité, qui est de 25 pour 100 du poids pour les terres sablonneuses, varie de 50 à 90 pour 100 pour les terres argileuses, et s’élève à 190 pour l’humus. C’est là un nouveau et considérable déchet que subit l’écoulement superficiel [2].

En résumé, pour une quantité donnée de pluie, les forêts tendent à augmenter la partie qui est absorbée au détriment de celle qui s’évapore ou qui s’écoule superficiellement; de plus, elles ralentissent la marche de cette dernière. Il est bon toutefois de faire observer que toutes les forêts n’agissent pas avec une égale intensité. Les futaies, par exemple, qui maintiennent le sol constamment couvert et plongent leurs racines très avant dans la terre, ont une action beaucoup plus sérieuse que les taillis, qui découvrent le terrain tous les vingt ou vingt-cinq ans, et le laissent à chaque nouvelle révolution exposé sans abri, pendant quatre ou cinq ans, à toutes les influences atmosphériques. Les taillis se rapprochent par conséquent des parties dénudées, et c’est ce qu’il faudra se rappeler dans la suite de cette étude.

Les données du problème étant posées, il nous sera facile d’en déduire les conséquences. Si l’on suppose que la moyenne annuelle des jours de pluie est de 120, et celle des jours de sécheresse de 244, il faut, pour que les rivières aient toujours un niveau constant, que le temps nécessaire à l’écoulement de leurs eaux soit à peu près trois fois plus considérable que celui pendant lequel elles sont tombées sous forme de pluie, c’est-à-dire qu’elles soient en quelque sorte emmagasinées dans un réservoir dont l’orifice de sortie serait trois fois plus petit que l’orifice d’entrée, mais qui laisserait échapper le liquide pendant trois fois plus de temps qu’il n’en a mis à s’introduire. Si l’écoulement se fait plus rapidement, les cours d’eau auront une période de sécheresse après en avoir eu une d’abondance excessive, qui aura pu produire des inondations soit locales, soit générales. Si au contraire l’écoulement est sensiblement plus lent, il ne suffira plus alors à débiter toute l’eau tombée : il y aura engorgement, production de marais et enfin inondations. Ainsi un excès de rapidité ou un retard général dans l’écoulement des eaux pluviales, causés, comme on le verra plus loin, l’un par l’absence, l’autre par l’extrême abondance des forêts, peuvent avoir les mêmes conséquences.

Les forêts, en favorisant l’absorption, ne laissent de libre qu’un certain minimum d’eau. De plus, en allongeant le trajet que le liquide absorbé est obligé de faire dans les canaux souterrains avant de reparaître à la surface du sol, elles augmentent considérablement le temps nécessaire à l’écoulement : elles réunissent donc toutes les conditions voulues pour faire l’office d’un véritable réservoir, dont les sources seraient les orifices de sortie, et pour assurer ainsi l’alimentation des cours d’eau d’une manière constante et continue. Les terrains dénudés au contraire laissent échapper une partie de cette eau, tant par l’évaporation que par l’écoulement superficiel, ne retiennent qu’imparfaitement celle qu’ils absorbent, permettent aux rayons du soleil de pomper l’humidité jusque dans les couches inférieures, et laissent par conséquent tarir les sources pendant l’été, après avoir engorgé les rivières pendant l’hiver. Parmi les faits nombreux qui constatent cette influence des forêts sur la production des sources et le régime des eaux, nous nous bornerons à citer le suivant, qui nous paraît caractéristique : « Quand Napoléon fut conduit à Sainte-Hélène, dit M. Blanqui [3], les Anglais comprirent la nécessité de s’emparer de l’île de l’Ascension, qui n’était qu’un rocher stérile, à peine couvert de quelques cryptogames, et ils y établirent une compagnie de cent hommes. Au bout de dix ans, cette petite garnison était parvenue, à force de persévérance et de plantations, à créer un sol dans l’île et à y faire jaillir de l’eau. Elle était abondamment pourvue de légumes. Voilà ce qu’ont produit les plantations sur un rocher au milieu de l’Océan. » A quoi bon d’ailleurs chercher si loin la preuve d’un phénomène qui se renouvelle journellement sous nos yeux et dont tout Parisien peut se convaincre sans s’aventurer au-delà du bois de Boulogne ou de la forêt de Meudon? Qu’il se promène après quelques jours de pluie sur la route de Chevreuse, bordée à droite par la forêt de Meudon, à gauche par des terres cultivées. La quantité de pluie tombée ainsi que la durée de la chute ont été les mêmes d’un côté et de l’autre; néanmoins le fossé de la route qui touche à la forêt sera encore rempli de l’eau provenant de l’infiltration à travers le sol boisé, tandis que depuis longtemps celui de gauche, contigu aux terrains découverts, aura été mis à sec, après avoir servi à l’écoulement immédiat de la pluie tombée. Le fossé de gauche aura donc débité en quelques heures toute l’eau que le fossé de droite met plusieurs jours à conduire au fond de la vallée.

Examinons maintenant le rôle des forêts lorsque les pluies sont assez intenses et assez prolongées pour que des crues puissent se produire. Avant d’arriver au sol et de l’imbiber complètement, la pluie doit traverser le dôme de verdure formé par les feuilles, et mouiller la superficie considérable qu’elles présentent; c’est un premier déchet auquel vient s’ajouter celui que produisent la plus grande pénétrabilité des terrains boisés et la plus grande hygroscopicité de l’humus des forêts. Ce n’est donc qu’après que son volume aura été ainsi réduit que l’eau tombée pourra s’écouler superficiellement. L’écoulement se fera plus lentement et avec une moindre puissance destructive que sur les terrains dénudés, par suite des obstacles de toute nature que la masse liquide rencontrera sur sa route, en sorte qu’elle n’arrivera dans le thalweg d’un fleuve [4] que lorsque la pluie tombée dans les parties basses aura déjà été débitée. Ce retard dans les écoulemens est surtout très sensible au moment de la fonte des neiges. Lorsqu’une partie d’un bassin est boisée, les neiges qui la recouvrent ne fondent que bien longtemps après celles des parties dénudées, et tandis que les pluies diluviennes, qui amènent ordinairement les inondations, provoquent instantanément la fonte sur les parties découvertes et augmentent subitement ainsi la masse liquide, les mêmes pluies n’agissent que lentement sur les neiges des parties boisées; elles n’en opèrent la fonte que peu à peu, ce qui rend beaucoup moins sensible l’augmentation du volume d’eau qui en résulte, et atténue encore le danger de la crue.

En résumé, au point de vue des inondations, les forêts agissent de quatre manières. — Elles diminuent la portion de la pluie tombée afférente à l’écoulement superficiel au profit de l’écoulement souterrain, c’est-à-dire la quantité d’eau disponible pour l’inondation. — Elles ralentissent cet écoulement superficiel. — Elles empêchent le ravinement des terres en les retenant sur les pentes, et produisent ainsi une nouvelle atténuation dans le volume de la crue. — Elles retardent la fonte des neiges [5].

Le reboisement est donc l’obstacle le plus efficace qu’on puisse opposer au fléau des inondations; de tous les moyens de les prévenir, c’est le moins coûteux, et il offre de plus sur tous les autres l’inappréciable avantage de se conserver et de se multiplier de lui-même. Il ne faudrait pas croire que ses effets soient longs à se faire sentir : pour qu’ils se produisent, il n’est pas nécessaire que les arbres aient atteint toutes leurs dimensions; dès l’âge de quatre ou cinq ans, ils ont déjà une efficacité marquée. Chaque reboisement effectué sur les pentes ou les plateaux est en quelque sorte une conquête faite sur le domaine du fléau et une réduction dans les ravages qu’il peut faire ultérieurement. Cependant, pratiqué sur une trop grande étendue, le reboisement irait précisément contre le but qu’on veut atteindre. Si les forêts recouvraient une trop grande portion du territoire, elles pourraient ne pas laisser échapper assez rapidement, par les sources ou les voies souterraines, toute la quantité de pluie tombée dans un temps donné, avant qu’il ne s’en produise de nouvelle. Ce nouveau liquide, ne pouvant plus alors pénétrer dans un sol déjà complètement imbibé, couvrirait le pays d’eaux stagnantes, et, s’il était considérable, causerait infailliblement des inondations; ce serait comme un vase rempli qui déborde parce qu’on y verse plus d’eau que son orifice n’en peut laisser écouler. Tel était l’état de la Gaule à l’époque où elle était couverte de bois; tel est encore celui de certaines parties de l’Amérique, boisées sur une étendue considérable, et c’est ce qui explique une apparente contradiction qu’on reproche aux partisans du reboisement.

Il faut donc, pour arriver aux résultats désirables, qu’il y ait entre les parties boisées et les terrains découverts une certaine proportion, impossible à préciser quant à présent, et qui ne pourra être déterminée avec exactitude qu’après des études suivies, entreprises de manière à rapprocher chaque bassin d’un réservoir qui laisse échapper d’une manière régulière et constante l’eau qu’il ne reçoit que par intervalles. Quoi qu’il en soit, on peut dire dès aujourd’hui d’une manière générale que le reboisement devra principalement porter sur les parties montagneuses des différens bassins. C’est en effet sur les montagnes que les vents humides de l’Océan et de la Méditerranée produisent la condensation de vapeur la plus abondante, en raison de la température moins élevée qu’ils y rencontrent. C’est là que l’écoulement superficiel se produit, et par conséquent qu’il faut chercher à le diminuer en augmentant l’absorption; c’est là que les sources prennent naissance, et qu’il est permis d’en régler le nombre et le volume; c’est là enfin qu’apparaissent les torrens précurseurs des inondations, et qu’il est possible de les combattre. Toutefois cette prescription n’a rien d’absolu, et il pourra se faire que, même au point de vue des inondations, il y ait moins d’inconvénient à laisser déboisée telle montagne pastorale de l’Auvergne ou des Pyrénées que telle partie marécageuse de la Sologne ou telle plaine stérile et brûlée de la Provence ou des Landes.

Est-ce à dire qu’une fois ces travaux terminés, nous serons pour toujours à l’abri des inondations? Cela n’est pas probable, car il n’est pas encore au pouvoir de l’homme d’empêcher les perturbations atmosphériques, et il n’a pas jusqu’à présent trouvé de remèdes contre les retours périodiques du courant d’air chaud et humide venant de l’Atlantique, auxquels M. Babinet attribue les pluies diluviennes qui nous amènent ces fléaux; mais au moins par le reboisement, si nous ne pouvons les conjurer entièrement, parviendrons-nous à atténuer considérablement les désastres qu’ils causent, à augmenter en outre l’efficacité des autres moyens de défense, jusqu’à présent à peu près illusoires. Aujourd’hui la plupart des travaux effectués, loin d’empêcher le mal, ne font que l’accroître. Impraticables aux yeux d’un grand nombre d’ingénieurs, les digues transversales, pour être de quelque utilité, devraient être établies dans les parties les plus basses des vallées, presque à l’embouchure des affluens; mais la première conséquence de cette construction sera de provoquer l’inondation dans ces parties, qui sont en général fertiles et bien cultivées, et qui, sans ces digues, eussent été à l’abri. On aura donc à payer, à titre d’indemnités, pour dommages causés à ces propriétés, des sommes très considérables que ne compenseront pas toujours les avantages obtenus. Ce système n’aboutit qu’à déplacer le mal et non à l’éviter; ce n’est qu’un dérivatif et non un remède radical. Quant aux digues longitudinales, non-seulement elles ne peuvent pas toujours, en temps de crue, résister à la puissance des eaux, mais elles ont un effet réellement fâcheux, puisqu’elles contribuent à exhausser le lit du fleuve en créant des obstacles contre lesquels se déposent et s’arrêtent les matières qu’il charrie. Dans cet état, les fleuves deviennent, pour les pays qu’ils traversent, un danger permanent. Au lieu de l’abondance et de la prospérité, c’est la crainte et l’effroi qu’ils apportent avec eux. Ici le reboisement éloignerait complètement le péril. En empêchant les érosions et les affouillemens, il s’opposerait par cela même aux atterrissemens, à l’exhaussement du lit des fleuves et à l’obstruction de leur embouchure par des accumulations de sable et de gravier. Il rendrait ainsi possible l’établissement de digues longitudinales sur les points où l’utilité en aurait été reconnue.

Quelques personnes regardent, il est vrai, le ravinement des montagnes non comme un mal, mais comme un grand bien, en ce qu’il permet le colmatage des plaines et des vallées, c’est-à-dire le dépôt, dans les parties inondées, d’un limon fertilisant. Bien loin de créer des obstacles à l’envahissement des eaux, il faudrait en favoriser l’expansion par tous les moyens possibles. Nos fleuves répandraient ainsi dans nos campagnes, pendant les crues, les trésors que le Nil apporte annuellement à l’Egypte, et qui lui ont valu d’être mis au rang des dieux. Malheureusement on oublie que, si nos rivières déposent effectivement quelquefois un limon qui fertilise, bien plus souvent encore elles charrient des sables et des cailloux qui stérilisent et qui dévastent. Si les crues du Nil sont si bienfaisantes, c’est qu’elles reviennent périodiquement aux mêmes époques, alors que les pluies tropicales ont grossi les eaux divinisées du grand fleuve : elles règlent ainsi l’ordre des travaux agricoles, auxquels elles servent de base. Chez nous, les inondations se présentent à des époques irrégulières, et souvent quand les terres sont encore couvertes de moissons. Allez donc persuader aux paysans berrichons ou provençaux de se prosterner avec reconnaissance devant les eaux débordées de la Loire et du Rhône, qui viennent d’emporter le fruit de leur travail d’une année, et de couvrir leur maigre héritage d’un lit de gravier! D’ailleurs le limon du Nil provient des montagnes du centre de l’Afrique, encore peu habitées, du moins on le présume, et dont la population doit peu se ressentir de la privation de cet élément fécondant; mais chez nous en est-il de même? Dépouiller nos montagnes du peu de terre végétale qui les recouvre encore pour fertiliser, à leurs dépens, quelques points privilégiés, ce n’est pas autre chose qu’augmenter la richesse des pays riches par l’appauvrissement des pays pauvres.


II.

Si, comme nous l’espérons, nous sommes parvenu à démontrer la nécessité de maintenir à l’état de forêts certaines parties du territoire, il ne reste plus qu’à déterminer l’étendue et la situation de celles dont le reboisement aurait été jugé utile et à discuter les moyens de l’effectuer le plus économiquement possible, en tenant compte de tous les intérêts engagés.

Quiconque a jeté les yeux sur la carte de France aura pu remarquer que la partie la plus montagneuse, celle qui donne naissance à presque tous nos fleuves et à leurs principaux affluens, est située au sud-est du pays, dont elle occupe environ 15,400,000 hectares, soit un peu plus du quart de la superficie totale. Elle serait limitée à peu près par une ligne brisée allant de Bayonne à Dijon et de Dijon à Genève, et comprendrait les vingt-six départemens situés au sud de cette ligne. La température de cette région, très élevée en été, y provoque souvent des sécheresses prolongées et parfois désastreuses, tandis que la présence des montagnes, arrêtant les vents humides de l’Océan et de la Méditerranée, y cause au printemps et en automne ces pluies diluviennes qui dévastent au lieu de féconder. Aussi presque tous les cours d’eau y sont-ils plus irréguliers et plus capricieux que partout ailleurs. Dire que cette portion du territoire se compose de la majeure partie des bassins du Rhône, de la Loire, de la Garonne, de la Durance et de leurs nombreux affluens. c’est y constater l’urgence d’un reboisement sur une très grande échelle.

On compte dans cette partie de la France huit chaînes principales : les Pyrénées, les Cévennes, les monts d’Auvergne, du Vivarais, du Forez, du Charolais, le Jura et les Alpes françaises. On conçoit que dans un pays aussi accidenté les conditions d’existence soient extrêmement variables. On y trouve en effet tous les élémens de la richesse à côté de toutes les causes de ruine et de pauvreté. Ce n’est pas seulement d’une contrée à l’autre que se produisent ces contrastes; on voit souvent dans un même département se présenter la misère dans toute son horreur à côté d’une prospérité remarquable. Dans l’Isère, en face de la belle et fertile vallée du Graisivaudan, se dressent les rochers dénudés des Alpes; dans le Var, la partie septentrionale du département contraste tristement avec la partie méridionale, couverte d’oliviers et d’orangers; les plaines arides de la Camargue et de la Crau paraissent peu se ressentir de la prospérité et de la proximité de Marseille. Partout cependant où ne manquent pas les eaux, la fertilité des plaines et des vallées est exceptionnelle ; quelques-unes d’entre elles, comme la Limagne et la plaine de Nîmes, comportent deux et trois récoltes par an. La garance, la vigne, l’olivier, le mûrier, constituent les principales richesses agricoles de ces contrées. Le département de Saône-et-Loire, grâce à l’humidité de son climat et au peu de rapidité de ses cours d’eau, possède d’excellens herbages et de nombreux bestiaux. Quant à la partie montagneuse, partout où les bois ont disparu, ils ont emporté avec eux les derniers vestiges d’une prospérité qui n’est plus. Les pentes et les plateaux ne présentent qu’une cultare appauvrie. Quelques terres labourées, desséchées par le soleil et ravinées par les pluies, des landes, des bruyères et des rochers nus, tel est l’aspect qui s’offre à l’œil attristé.

Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que le pâturage soit resté, sur un grand nombre de points, la base de l’économie rurale de ces contrées. Malheureusement ce ne sont plus ces troupeaux de vaches rouges et blanches qu’on voit attachés aux flancs des montagnes de la Suisse et du Jura, et dont les cloches argentines retentissent au loin dans les vallées; ce sont surtout des bêtes à laine qui couvrent ces rochers, et leur bêlement plaintif trouble seul le silence de ces âpres solitudes. Le mouton et la chèvre arrachent l’herbe au lieu de la couper; ils se jettent sur toute espèce de végétaux: ils dévastent les forêts, ruinent les pâturages, et causent des dommages beaucoup plus graves et plus irrémédiables que tous les autres bestiaux. Quand ils sont très nombreux, ils ravagent un pays comme pourrait le faire une nuée de sauterelles; ils mettent littéralement le roc à nu, ils ravinent le sol avec leurs ongles pointus, le rendent plus attaquable par les eaux, et facilitent ainsi la formation des torrens. Ces troupeaux, qui, pour les quatre départemens du Var, de l’Isère, des Hautes-Alpes et des Basses-Alpes seulement, comptent un nombre de têtes qu’on évalue à 1,500,000 environ, n’appartiennent pas exclusivement aux habitans du pays. Un tiers au moins sont des troupeaux transhumans, appartenant à des propriétaires de la Provence ou du Piémont. Après avoir passé l’hiver dans les pleines, ils se rendent pendant l’été dans la montagne, où, moyennant une rétribution de 50 centimes par tête, ils ont le droit de ne laisser sur leur passage aucune trace de végétation.

Restreint dans de justes limites, le pâturage est certainement une ressource très précieuse pour certains pays; mais, poussé à l’excès, comme il l’est dans ces contrées, il devient un vrai fléau. Il faudra cependant prendre un parti si l’on ne veut pas voir la plus grande portion de ce riche territoire se stériliser et s’appauvrir tous les jours davantage, et la population réduite à chercher dans des contrées lointaines des moyens d’existence que la patrie lui refuse. Toute cette région est très peu boisée : sur 15,400,000 hectares, elle comprend à peine 2,700,000 hectares de bois, et quels bois! Sauf dans les Pyrénées et sur quelques points des Alpes, ce ne sont que des broussailles éparses, des cépées buissonnantes, périodiquement dévastées par les incendies et ravagées par la dent du bétail. C’est environ 17 pour 100 de la superficie totale, quand un tiers au moins de cette étendue devrait être couvert de forêts épaisses. A côté, nous trouvons près du double, c’est-à-dire 4,200,000 hectares ou 27 pour 100, en landes, pâtis et bruyères! Est-ce bien là la situation d’un pays prospère? On ne peut guère se méprendre cependant sur les conséquences d’un pareil état de choses. L’histoire du passé nous les dira, si le présent ne suffit pas à nous instruire: elle nous prouvera une fois de plus que si l’homme peut dominer les influences du milieu dans lequel il vit, ce n’est qu’à la condition de ne pas méconnaître les lois de la nature; une fois qu’il a tari les sources de sa prospérité, il faut des siècles pour les rétablir.

Tout le monde sait en effet que le Languedoc et la Provence étaient pendant le moyen âge dans un état de prospérité dont la situation présente est loin d’approcher. Les guerres des Albigeois, celles de la réforme et les déboisemens qui en ont été la conséquence, ont amené cette déchéance, dont la situation exceptionnellement favorable de ces deux provinces ne les a pas encore relevées. Dans le département de l’Ain, la Bresse et la Dombe, aujourd’hui couvertes d’étangs et de marais pestilentiels, étaient autrefois riches et peuplées, et c’est en partie à la disparition des bois qu’il faut attribuer l’état actuel. Sans remonter aussi haut, un fait extrêmement grave vient de nous être révélé par le dernier dénombrement de la population, dont les résultats ont été publiés officiellement à la fin de décembre 1856. Les chiffres de 1856, comparés à ceux de 1851, indiquent pendant cette période quinquennale, dans la population de cette région, un accroissement de 101,000 habitans, Au premier abord, ce résultat semble dénoter une contrée en voie de progrès et en pleine prospérité; mais, en étudiant ces chiffres d’un peu plus près, on ne tarde pas à être péniblement désabusé. Le relevé par département montre en effet que l’augmentation n’a porté que sur ceux des Bouches-du-Rhône, du Var, de Vaucluse, du Rhône, de la Loire, du Gard, des Pyrénées-Orientales et de Saône-et-Loire, pour lesquels elle a été de 204,100 habitans, tandis que pour tous les autres la diminution a été de 103,800 habitans. Or, si l’on remarque que les premiers sont à peu près tous situés en plaine, dans des conditions très favorables; qu’ils renferment en outre des centres de population comme Lyon, Saint-Étienne, Marseille, Toulon, Montpellier, Nîmes, etc., dont l’importance et la richesse s’accroissent tous les jours, on verra que la diminution porte exclusivement sur les pays montagneux et naturellement pauvres [6]. Que conclure de ce fait, sinon que certains départemens deviennent de jour en jour moins aptes à nourrir leurs habitans, que les sources de la production s’y tarissent, qu’en un mot ils s’appauvrissent? Plusieurs causes ont contribué à produire ce triste résultat : la maladie de la vigne et celle des vers à soie ont dû ruiner bien des familles sans doute; mais elles n’ont pu avoir d’influence que sur quelques points restreints, tandis que les inondations, les ravages des torrens, le desséchement des cours d’eau, conséquences inévitables des déboisemens, ont dû agir avec une intensité plus réelle et causer un malaise beaucoup plus général.

Nulle part du reste cette décadence ne s’est manifestée d’une manière plus terrible et plus continue que dans les deux départemens des Alpes et dans les parties montagneuses de l’Isère et du Var. Dans les Basses-Alpes seulement, de 1846 à 1851, la population a diminué de 5,000 habitans, et de 1851 à 1856 de 2,400. L’étendue des terres cultivées, qui était de 99,000 hectares en 1842, n’était plus en 1852 que de 74,000 hectares : 25,000 hectares avaient été, en l’espace de dix années, emportés par les torrens ou stérilisés par les abus du pâturage! Suivant M. de Lavergne, les deux départemens des Alpes, qui avant 1790 possédaient ensemble 400,000 âmes de population, n’en ont plus aujourd’hui que 280,000, à peine 22 habitans par 100 hectares, tandis que la Corse elle-même en a 27! La dépopulation d’ailleurs se manifeste bien avant cette époque, et marche en quelque sorte parallèlement avec les progrès des défrichemens. Un avocat à la cour impériale d’Aix, M. de Ribbe, dans un ouvrage récent [7], constate, en comparant les différens cadastres généraux, que depuis le XVe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe, la Haute-Provence avait perdu la moitié de son sol cultivable. Les choses en sont arrivées à ce point que M. de Bouville, préfet des Basses-Alpes, dans un rapport adressé au ministre le 17 mars 1853, expose ainsi la déplorable situation de ce département : « Si des mesures promptes et énergiques ne sont pas prises, il est presque permis de préciser le moment où les Alpes françaises ne seront plus qu’un désert. La période de 1851 à 1856 amènera une nouvelle diminution dans le chiffre de la population. En 1862, le ministère constatera une nouvelle réduction, continuelle et progressive, dans le chiffre des hectares consacrés à la culture; chaque année aggravera le mal, et dans un demi-siècle la France comptera des ruines de plus et un département de moins. » Nous avons vu déjà, par le dernier dénombrement, se réaliser la première partie de cette sinistre prédiction; la laisserons-nous s’accomplir tout entière?

Les épouvantables ravages des torrens expliquent trop bien des résultats aussi désastreux. Or, d’après M. Surell, dont l’ouvrage sur les Torrens des Hautes-Alpes est en quelque sorte devenu classique, les crues des torrens n’ont jamais lieu qu’à la suite des orages, ou de la fonte des neiges, qui en raison de la latitude se fait très rapidement dans les parties dénudées de ces montagnes. Ces masses liquides, s’écoulant avec violence sur des pentes friables, formées de lias, de grès verts et de mollasse, piétinées par des milliers de moutons et dépouillées de toute végétation, y affouillent le sol et en répandent les débris dans les plaines. M. Surell insiste sur un double fait bien remarquable : « Partout, dit-il, où il y a des torrens récens, il n’y a plus de forêts, et partout où l’on a déboisé le sol, des torrens récens se sont formés, en sorte que les mêmes gens qui ont vu tomber les forêts sur le penchant d’une montagne y ont vu apparaître incontinent une multitude de torrens. On peut appeler en témoignage toute la population de ce pays. » Encore quinze ans de discussions stériles, et la question du reboisement peut devenir le to be or not to be de nos départemens des Alpes.

III.

En face de tant de maux cependant, on ne s’est pas toujours tenu dans le domaine de la spéculation ; plusieurs fois on a tenté de réaliser certains plans. Nous avons vu déjà, chiffres en main, que si le bassin supérieur de la Loire eût été en partie reboisé, l’inondation de 1846 eût été probablement évitée, et l’on peut presque affirmer qu’il en eût été de même de celle de 1856; du moins les désastres eussent-ils été diminués dans une proportion bien supérieure au montant des dépenses qu’on eût été obligé de faire. Consultés en 1843 sur les moyens d’empêcher le retour des inondations, la plupart des conseils-généraux se prononcèrent en faveur du reboisement des montagnes. En 1844, même unanimité : sur soixante-trois conseils qui émirent leur avis, pas un seul ne contesta l’utilité de cette mesure. Intimement liée à celle des défrichemens dans les bois particuliers, cette question fut, pendant plusieurs sessions consécutives de la chambre des députés, l’objet de vives interpellations. Enfin, en 1844, M. Lacave-Laplagne, ministre des finances, vint déclarer à la chambre que l’administration avait fait réunir tous les documens statistiques nécessaires à l’exécution d’un travail qui préoccupait à si juste titre l’opinion publique [8]. Un projet de loi fut même préparé par les soins du gouvernement; mais ce projet, on ne sait pour quel motif, ne fut point apporté aux chambres. En 1848, M. Dufournel, membre de l’assemblée constituante, présenta un nouveau projet par lequel il proposait de reboiser 500,000 hectares, au moyen d’une prime de 125 francs par hectare à distribuer aux particuliers, et d’affecter à cette dépense, qui pourrait s’élever à 62,500,000 francs, le produit de l’aliénation de 100,000 hectares de forêts domaniales. Ce projet n’eut aucune suite. Depuis lors, cette question ne fut plus en quelque sorte abordée qu’au point de vue théorique, et, à part les vœux réitérés d’un grand nombre de conseils-généraux, aucun document officiel n’indique qu’on ait l’intention de la faire passer du domaine de la spéculation dans celui des faits.

A quoi tiennent ces indécisions continuelles? D’abord et surtout à la versatilité de notre caractère, qui, tout en nous faisant désirer la fin, nous fait hésiter sur les moyens. On craint de léser les intérêts des populations qui, ne vivant que du pâturage, se trouveront, par l’effet du reboisement, privées de leur unique ressource. Étranges scrupules, qui ruinent ceux mêmes dont on prétend servir les intérêts! Leurs champs sont emportés, leurs maisons effondrées, des villages entiers contraints d’émigrer, et on craint de violenter leurs habitudes! On comprend à la rigueur qu’on ne veuille pas faire leur bonheur malgré eux; mais d’autres intérêts que les leurs sont en jeu, et montrer tant de délicatesse pour les uns, n’est-ce pas faire preuve de beaucoup d’insouciance pour les autres? La prospérité d’une notable partie du territoire de la France dépend d’un reboisement. Le fait admis, il n’y a plus à discuter que les moyens d’y arriver le plus promptement, le plus économiquement, et en lésant le moins d’intérêts possible. Comment et par qui ces travaux devront-ils être exécutés?

Les terrains à reboiser, dont l’étendue est encore indéterminée [9], appartiennent à l’état, aux communes et aux particuliers. En ce qui concerne les premiers, la question ne saurait être douteuse; le reboisement devra être à la charge de l’état. Du reste, si nous ne nous trompons, l’administration forestière est déjà entrée largement dans cette voie : un crédit de 10 millions, qui lui a été alloué, il y a quelques années, pour cet objet, lui a permis sans doute de restreindre beaucoup l’étendue des parties qui lui restent à reboiser. Pour les terrains appartenant aux communes et aux particuliers, la question est plus complexe. Trois moyens se présentent : 1° forcer purement et simplement les propriétaires de ces terrains à les reboiser, sauf, en cas de refus ou d’impossibilité de leur part, à faire le reboisement à leurs frais; 2° faire contribuer l’état, au moyen de primes et d’exemptions d’impôts, aux dépenses de ces opérations; 3° procéder par voie d’expropriation pour cause d’utilité publique, et confier exclusivement à l’état, et à son profit, l’exécution des reboisemens. Le premier de ces moyens présenterait dans l’application des difficultés sans nombre. Non-seulement les neuf dixièmes des communes et des particuliers sont dans l’impossibilité d’entreprendre un travail qui exige des capitaux disponibles assez considérables; mais, en admettant qu’ils aient les ressources suffisantes, il n’y aurait en aucune façon lieu de compter pour cela sur leur bonne volonté. Il faudrait donc les contraindre, ce qui nécessiterait de la part du gouvernement une intervention constante, et toujours fâcheuse, dans la gestion de leurs biens. Et d’ailleurs, une fois le reboisement effectué, quelle garantie aurait-on de le voir maintenu? Les causes qui ont amené la dénudation actuelle cesseront-elles d’agir du jour au lendemain? Et aura-t-on changé la condition des habitans, parce qu’un décret aura prescrit le reboisement? Un ouvrage déjà cité [10] reproduit une longue série d’ordonnances royales et d’arrêts du parlement, rendus à partir du XVe siècle pour mettre un terme, par l’action d’une pénalité des plus sévères, aux défrichemens et aux abus du pâturage. Sous Louis XV, un arrêt du conseil alla même jusqu’à édicter la peine de mort contre les délits de ce genre. Toutes ces mesures ont-elles empêché le mal de s’étendre tous les jours? Et pense-t-on être plus heureux aujourd’hui avec de simples amendes? Serait-il juste d’ailleurs d’imposer à ces propriétaires l’obligation de reboiser leurs terrains à leurs frais? Nous ne le pensons pas. En bonne justice, ces travaux devraient être à la charge de ceux qui y trouveront leur avantage. Or les propriétaires dont nous parlons tirent aujourd’hui de leurs terres un certain revenu, médiocre il est vrai, mais réel, qui constitue pour eux un produit net plus considérable que celui qu’elles leur procureraient si elles étaient reboisées. Ils auraient de plus des avances à faire, dans lesquelles ils ne pourraient pas rentrer de leur vivant, et que leurs petits-enfans seuls pourraient recouvrer. Or bien peu sont sensibles à la satisfaction de pouvoir se dire :

Mes arrière-neveux me devront cet ombrage.


C’est donc en réalité un sacrifice qu’on imposerait aux habitans de la montagne, et au profit de qui? Au profit de ceux des plaines et des vallées, désormais protégées contre les inondations et fertilisées par des irrigations rendues possibles, ou de ceux du littoral, dont la navigation se trouvera débarrassée des entraves que lui créaient les atterrissemens.

Espérerait-on, au moyen de primes, d’exemptions d’impôts, de distinctions honorifiques, décider les propriétaires à reboiser spontanément leurs héritages? Ce serait encore une illusion. Le principe de l’exemption de l’impôt est déjà, pour les travaux de ce genre, inscrit dans la loi; quels résultats a-t-il produits? Aucun. La plupart de ces terrains sont peu productifs, et les impôts dont ils sont grevés sont par suite trop peu importans pour que l’exemption puisse décider le propriétaire à modifier son système d’exploitation, s’il n’y trouve pas d’ailleurs son avantage. Ces dégrèvemens ne sont après tout qu’une prime déguisée. Or de deux choses l’une : ou la prime sera faible, ou elle sera élevée. Dans le premier cas, elle ne produira certainement aucun résultat; dans le second, elle imposera à l’état, sans aucun profit pour lui, et sans lui donner moyen de rentrer dans ses avances, des charges fort lourdes pour arrivera un résultat problématique. Ainsi que nous venons de le dire, même en admettant que ces terrains soient reboisés, rien ne garantit que les forêts se maintiendront à cet état désirable, et il resterait toujours à trouver les moyens d’en empêcher le défrichement à l’avenir. Quant aux distinctions honorifiques, peu onéreuses il est vrai pour le trésor, si elles séduisent certains esprits, elles en laissent beaucoup d’autres indifférens; d’ailleurs elles supposent des propriétaires assez riches pour acheter par de grands sacrifices une simple satisfaction d’amour-propre.

Tous ces moyens sont en définitive complètement insuffisans et propres tout au plus à engendrer une illusion dangereuse : ils ne peuvent trouver faveur que chez ceux qui n’ont fait qu’une étude incomplète de la question, et ne satisfaire que les esprits timorés qui, n’osant pas envisager de face une difficulté sérieuse, s’imaginent, en se la dissimulant, la vaincre plus facilement, et reculent devant les conséquences qu’impose une situation donnée. Il ne reste donc plus que l’expropriation pour cause d’utilité publique et le reboisement par l’état, et à son profit, des terrains où cette opération aura été reconnue nécessaire. Ce principe de l’expropriation ne doit sans doute être invoqué qu’avec la plus extrême réserve : c’est un premier pas fait sur une pente au bas de laquelle se trouve le communisme; mais si l’on arrive à prouver que ce seul moyen qui nous reste est à la lois équitable et moins attentatoire que tous les autres à la liberté individuelle, on aura réussi, pensons-nous, à rallier autour de cette opinion les partisans les plus absolus du self-government.

Il serait à désirer que l’état fût détenteur de toutes les forêts dont la conservation aurait été jugée nécessaire au point de vue du climat, de la salubrité, du régime des eaux ou de la défense du territoire, parce que les services qu’elles rendent dans ces circonstances intéressent la société tout entière, et non pas seulement leurs propriétaires, et qu’il n’est d’ailleurs pas juste d’exiger d’un individu, dans un intérêt général, le maintien d’un terrain en nature de bois, s’il voit du bénéfice à le transformer. En outre, la propriété forestière ne trouve aucune garantie de conservation entre les mains des particuliers, dont le besoin immédiat de jouir ne peut guère se concilier avec le temps qu’exigent les produits ligneux pour acquérir des qualités marchandes. Aussi faut-il conclure à la reconnaissance complète des terrains dont l’intérêt de la société exige à un titre quelconque le maintien en nature de bois, et à l’acquisition de ces terrains par l’état. Voilà, croyons-nous, la seule solution logique de cette interminable question du défrichement, solution purement théorique d’ailleurs. La solution pratique est celle qu’a proposée M. Tassy, ancien professeur de sylviculture à l’institut agronomique de Versailles, dans une note remarquable qu’il a publiée sur ce sujet : elle consiste, après la reconnaissance générale effectuée, à borner l’interdiction du défrichement aux forêts comprises dans ce cadastre, en laissant toutes les autres sous le régime de la liberté la plus absolue. Puis, à titre d’indemnité en faveur des propriétaires que la prohibition de défricher viendrait atteindre, il proposait de compléter cette mesure par le dégrèvement d’une partie des charges qui pèsent aujourd’hui sur les forêts particulières, et par la conversion en futaies de toutes les forêts de l’état, dont la concurrence se trouverait ainsi en partie écartée, en raison des produits spéciaux que fournit ce mode de traitement. Quoi qu’on fasse, cette reconnaissance préalable devra toujours être la base de toute loi sur le défrichement, attendu, comme dit quelque part fort spirituellement M. de Lavergne, « qu’il est absurde de s’opposer aux défrichemens dans les plaines humides et fertiles de la Seine-Inférieure, du Pas-de-Calais ou du Nord, parce que les montagnes de la Provence se déboisent et qu’il est de plus en plus urgent d’y arrêter les ravages des torrens et de la dépaissance. » Quoi qu’il en soit, l’état est le propriétaire naturel des forêts, d’un côté parce que la nation tout entière, et non tel ou tel particulier, telle ou telle commune, est intéressée à la conservation de certains massifs de bois, en raison de leur influence au point de vue climatologique; de l’autre, parce que seul il peut entreprendre un genre de culture dont les produits ne sont souvent réalisables qu’après un siècle ou deux. Ce n’est qu’entre ses mains que les forêts peuvent atteindre le maximum de production ; entre les mains des particuliers, placées à chaque génération sous le coup d’un nouveau partage, elles se détériorent infailliblement, et, donnant de jour en jour des produits moins considérables, arrivent enfin à une ruine complète.

Si telle est la conclusion à laquelle on arrive pour les forêts déjà existantes, quelle n’en sera pas l’évidence quand il s’agira de terrains dénudés dont le reboisement aura été reconnu indispensable? Tout ici milite en faveur de la possession par l’état. Il n’est plus seulement en effet question d’imposer à un propriétaire l’obligation de conserver un bois sur pied, ce qui peut bien à la rigueur être une entrave à sa jouissance, mais ce qui ne lui apporte aucune charge nouvelle; il s’agit au contraire de travaux dispendieux auxquels on le contraindrait, non pas dans son intérêt exclusif, mais dans celui de cinquante départemens dont la sécurité et la prospérité dépendent, dans une certaine mesure, du succès d’une telle opération. Si jamais le principe de l’utilité publique peut être invoqué, c’est bien certainement dans cette circonstance, avec autant et plus de raison peut-être que pour l’ouverture d’une route, le creusement d’un canal ou la construction d’une forteresse, car le reboisement, au bout de quelques années, rembourserait les frais qu’il aurait coûtés, et d’un autre côté dégrèverait le budget des travaux d’entretien et de réparation des digues, routes, etc., périodiquement détruites ou endommagées par les inondations. Bien loin d’être une charge, il serait devenu pour l’état une source de revenus. Qu’on ne se méprenne pas sur l’action de l’état dans cette circonstance. Ce ne serait là, en aucune façon, un pas vers le communisme; ce serait de l’administration pure et simple, et beaucoup moins gênante pour les particuliers que si le gouvernement intervenait d’abord pour les obliger à reboiser leurs terrains, ensuite pour les empêcher de les défricher. En reculant devant l’expropriation, «vous aurez à la vérité, comme dit M. de Ribbe, respecté le droit de propriété; mais la propriété elle-même aura disparu, » et non pas seulement celle du propriétaire récalcitrant, mais encore celle de l’habitant de la plaine que l’inondation aura envahie.

Le principe de l’expropriation des terrains à reboiser étant admis, on se trouve en présence d’un nouvel ordre de questions. Il ne faut pas se dissimuler qu’une pareille entreprise présentera des difficultés nombreuses, dont les plus graves ne sont pas celles qui résulteront de l’exécution matérielle des travaux, mais bien celles qui proviendront de l’opposition et du mauvais vouloir des populations. Quoique vivant dans un milieu misérable, il est incontestable qu’elles accueilleront de très mauvaise grâce toute mesure qui aura pour effet de modifier leurs conditions d’existence et d’entraîner un changement dans leurs habitudes. Rendues apathiques par leur misère même, elles ressemblent au voyageur raidi par le froid, qui, sachant bien que le sommeil sera pour lui la mort, s’y abandonne néanmoins et résiste à quiconque veut le réveiller. Un grand nombre de ces populations, surtout dans les Alpes et dans les Pyrénées, n’ont d’autre ressource que le pâturage, et l’on comprend que toute restriction à ce sujet soit pour elles une cause de misère. D’un autre côté, dans les conditions actuelles, le pâturage est un fléau dévastateur qui rend impossible toute tentative de reboisement. Voilà le nœud de la question. Le principe de l’expropriation, que nous avons admis comme base préalable du travail, nous donne un moyen fort simple de la résoudre.

La première chose à faire, ainsi que nous l’avons dit, est le relevé exact de tous les terrains qu’il sera reconnu nécessaire de reboiser. Ce cadastre comprendra naturellement les parties les plus dénudées et les plus arides, celles qui par conséquent offrent dès aujourd’hui le moins de ressources alimentaires pour les animaux ; il pourra sans doute laisser en dehors bien des montagnes pastorales, bien des plateaux, bien des parties inférieures de vallées dont le reboisement aurait été jugé moins urgent, et où le pâturage pourra être continué sans grands inconvéniens. Quoi qu’il en soit, les terrains ainsi désignés deviendraient la propriété de l’état, moyennant une rente de 3 pour 100, inscrite sur le grand-livre au nom de leurs propriétaires, particuliers ou communes. Cette rente, équivalente au revenu de ces terrains et fixée contradictoirement, n’aurait aucun caractère spécial, et pourrait être aliénée au gré de ses détenteurs. L’interdiction absolue du pâturage dans toutes les parties ainsi acquises par l’état aura probablement pour résultat la diminution, au moins momentanée, des troupeaux ; mais cette diminution ne lésera en rien les intérêts des propriétaires, indemnisés par la rente, et ne causera pas du reste de perturbation bien grave dans l’existence des populations qui vivent du pâturage. Une très grande partie en effet de ces troupeaux appartiennent à des habitans de la plaine, qui, moyennant une certaine rétribution par tête de bétail, les envoient passer l’été dans la montagne. Ces troupeaux transhumans, dont les ravages sont tels que M. de Bouville ne craint pas de les comparer à l’une des plaies d’Egypte, disparaîtraient, il est vrai, en partie; mais le mal ne serait pas grand, car ils constituent aujourd’hui une véritable exploitation de la montagne par la plaine. Il faudra bien d’ailleurs, quoi qu’on fasse, arriver un jour ou l’autre à supprimer ces émigrations périodiques : c’est une mesure réclamée depuis longtemps par un grand nombre de préfets. Du reste, des irrigations bien entendues, rendues possibles par le reboisement, permettraient la création de prairies artificielles, qui remplaceraient avantageusement ces voyages annuels.

Quant aux habitans des montagnes, leurs troupeaux trouveraient dans les vallées et les montagnes pastorales conservées une nourriture que ne viendraient plus leur disputer ceux de la plaine. D’ailleurs la plus grande partie de ce bétail n’appartient qu’à un très petit nombre de propriétaires relativement aisés qui, maîtres de l’administration municipale, exploitent à leur profit, et pour une redevance insignifiante, les pâturages communaux, le tout au très grand détriment de la classe vraiment nécessiteuse, dont ils prétendent cependant prendre la défense, quand on parle de restreindre les abus de leur propre jouissance. Ils agissent ainsi comme nos fabricans protectionistes, qui disent s’opposer au libre échange, non dans leur propre intérêt, mais seulement dans celui de leurs ouvriers. Un pareil état de choses, qui est en définitive la spoliation de ceux qui ne possèdent rien par ceux qui possèdent, puisque les biens communaux sont à tous et qu’ils ne profitent qu’à quelques-uns, ne présente donc rien qui doive en faire regretter le maintien. Bien loin de nuire à la masse de la population, le reboisement entrepris sur une grande échelle exigera l’emploi de nombreux ouvriers qui trouveront, d’abord dans l’exécution des travaux de plantation, et plus tard dans l’exploitation des forêts, une source de bien-être que ces terrains, aujourd’hui abandonnés au parcours, sont loin de leur fournir.

Le pâturage étant le principal obstacle au reboisement des montagnes, il faudrait peut-être chercher plutôt à entraver qu’à encourager cette industrie telle qu’elle s’exerce actuellement, par conséquent supprimer la prohibition et réduire considérablement les droits qui frappent encore à l’entrée en France tous les produits où la laine et les peaux figurent comme matière première. Si le décret du 14 janvier 1853, qui a réduit à 25 c. par tête le droit d’entrée sur les moutons, et à 10 c. celui sur les chèvres, était complété par la suppression de la prohibition qui frappe encore les draps, la bonneterie, les filés, etc., et par la réduction des droits qui pèsent si lourdement sur les laines, les couvertures, les tapis, etc., on arriverait peut-être, chez nous, à transformer d’une manière très avantageuse l’industrie de l’élève du mouton. La production de la laine se trouvant ainsi découragée dans une certaine mesure, on s’attacherait plus spécialement à celle de la viande, et l’on serait alors naturellement conduit à substituer la stabulation, qui se propose surtout le développement de cette dernière, au pâturage, qui a plus spécialement en vue le rendement en laine. Le nombre des moutons n’en serait certainement pas diminué, car le produit d’un hectare bien cultivé peut en nourrir autant que cinquante dans l’état actuel. En tout cas, on ne ferait plus payer à la France entière un impôt fort lourd pour le maintien d’une situation aussi déplorable.

Une fois les terrains à reboiser entre les mains de l’état, les travaux pourront s’effectuer en un certain nombre d’années consécutives, et ne présenteront plus que des difficultés dont le personnel de l’administration forestière sera parfaitement à même de triompher, et dans le détail desquelles il est superflu d’entrer ici. Sa tâche sera du reste considérablement facilitée, sur bien des points, par l’action puissante de la nature, qu’il suffit d’abandonner en quelque sorte à elle-même en supprimant le pâturage. C’est donc à seconder ce travail naturel qu’il faudra surtout s’attacher, garantissant ces plantations contre les érosions pendant les premières années. Restreintes dans ces limites, les dépenses n’excéderont probablement pas une moyenne de 100 francs par hectare. En admettant le chiffre de 1,268,000 hectares, donné par M. Lacave-Laplagne, comme représentant l’étendue des terrains à reboiser, ce serait une dépense première de 126,800,000 fr. à répartir sur dix ou quinze années. Un emprunt de pareille somme au taux de 5 pour 100 demande un intérêt annuel de 6,340,000 fr. A ce chiffre il faut ajouter la rente à payer, dans notre hypothèse, pour l’acquisition de 1,214,000 hectares, appartenant aux communes et aux particuliers. Ces terrains sont aujourd’hui dans des conditions telles que le produit net par hectare n’excède certainement pas la somme de 10 fr. En adoptant cette moyenne, on aurait à payer pour ce chef une rente annuelle de 12,140,000 francs, qui, jointe à la précédente, porterait à près de 19 millions la somme que coûterait annuellement à l’état l’acquisition de 1,268,000 hectares de bois. Ces forêts, une fois exploitables, rapporteraient un revenu minimum de 20 francs par hectare, c’est-à-dire environ 25 millions, en sorte que les avances faites ne tarderaient pas à être couvertes par les produits de l’opération.

Tous ces chiffres, nous l’avons déjà dit, sont hypothétiques, mais ils suffisent pour faire comprendre que le reboisement, non-seulement n’exigerait aucun sacrifice, mais pourrait même, au point de vue pécuniaire, être la source de bénéfices considérables. Là ne se borneraient pas les avantages qu’il présente. En rendant les inondations moins fréquentes et moins désastreuses, en arrêtant les ravages des torrens, il diminuerait non-seulement les dépenses que l’état est obligé de faire pour l’entretien et la réparation des routes, digues et ponts exposés à ces fléaux, mais il contribuerait encore à sauvegarder les capitaux énormes que coûte au pays chaque nouvelle crue. Enfin, la conservation des sources, la régularisation des cours d’eau auraient pour résultat de détruire les effets des sécheresses, de faciliter la navigation fluviale, de faire jouir des bienfaits des irrigations des contrées qui en sont aujourd’hui totalement privées, et d’augmenter dans une proportion énorme les produits qu’elles sont susceptibles de fournir. Cette augmentation, qui n’est pas évaluée à moins de 100 francs par hectare par M. Aristide Dument [11], donnerait, rien que pour les 400,000 hectares restant à irriguer dans le bassin du Rhône, une plus-value annuelle de 40 millions. Ces irrigations, en permettant l’établissement de prairies artificielles dans les plaines aujourd’hui brûlées de la Provence et du Languedoc, compenseraient amplement, par l’abondance des fourrages qu’elles fourniraient, la privation des ressources que les troupeaux transhumans trouvaient dans la montagne, et faciliteraient sans doute, au grand avantage de ces contrées, la substitution, dans leur économie rurale, de la race bovine à la race ovine.

On peut se convaincre par là combien sont chimériques les craintes de ceux qui reprochent aux partisans du reboisement de vouloir restreindre l’étendue des terres arables, et diminuer par suite l’importance de la production. Ces alarmistes oublient trop que l’abondance dépend beaucoup plus de l’excellence de la culture que de l’étendue des terrains cultivés, et que, pour amener le pays à son maximum de production, il faut non-seulement affecter chacune de ses parties à la destination qui lui convient le mieux, mais encore à celle qui concourt le plus à la prospérité générale. C’est la division du travail appliquée à l’élaboration des produits agricoles. Aux plaines fertiles, aux vallées humides, le blé et les prairies; aux crêtes dénudées, aux pentes stériles, les forêts.

On voit ainsi que la question du reboisement, envisagée en elle-même, et sans tenir compte des produits ligneux qu’en retirera la consommation, est intimement liée à celles de l’irrigation, de l’élève du bétail, des progrès agricoles, et qu’une heureuse solution obtenue sur un point peut en provoquer de non moins heureuses sur beaucoup d’autres [12]. L’importance de cette question n’a pas été méconnue par l’opinion publique, car elle l’a vivement préoccupée dans les rares momens de trêve que lui laissaient nos luttes politiques, et c’est une de celles que soulèvent encore le plus fréquemment les conseils-généraux. La science a fait son œuvre : elle a observé, décrit, expliqué les phénomènes; c’est maintenant à la pratique de faire servir les résultats acquis par la science aux intérêts du plus grand nombre. Ici commence la tâche de l’état. L’état, nous l’avons vu, peut seul mener à bien une pareille entreprise. Espérons qu’il comprendra la nécessité d’agir, et de hâter ainsi le jour où l’augmentation de bien-être promise à la nation par un reboisement bien dirigé de notre territoire lui serait enfin assurée.


J. CLAVE.

  1. Dans l’état présent de la question, l’incertitude est telle qu’il a été impossible jusqu’à ce jour de rédiger sur le défrichement des bois particuliers un projet de loi satisfaisant, ayant pour objet de mettre un terme au régime provisoire sous lequel ils sont placés depuis trente ans.
  2. « On admet que la nappe d’eau produite par les plus forts orages n’a guère plus d’un décimètre d’épaisseur. Or la couche de terre des forêts bien peuplées, y compris l’humus, a sur de grandes surfaces une profondeur plus que décuple. Il n’y a pas de forêts, je ne parle pas des bois ruinés, épuisés, auxquels on donne à tort cette qualification, mais de terrains boisés, comme le sont les forêts de l’état et toutes les forêts communales des départemens de l’est, dont le sol n’ait une capacité d’imbibition supérieure au volume d’eau produit par les plus forts orages. C’est ainsi que s’explique ce fait, qu’après des pluies diluviennes les cours d’eau sortant des forêts bien peuplées ne subissent qu’une faible augmentation de volume, laquelle se soutient pendant assez longtemps, et que leur limpidité n’est pas troublée ou l’est très peu. » Des Inondations et des moyens de les prévenir, par M. Mun, conservateur des forêts.
  3. Voyage en Bulgarie.
  4. Le thalweg (de l’allemand thal vallée et weg chemin) est le milieu du courant d’un fleuve.
  5. En partant de ces données, M. A.-F. d’Héricourt (les Inondations et le Livre de M. Vallès, Annales forestières, décembre 1857) prouve que le reboisement d’une partie du bassin supérieur de la Loire aurait prévenu l’inondation de 1846 et les désastres qui en ont été la conséquence. Après avoir reconnu, avec son adversaire, qui a fait de cette catastrophe une étude toute spéciale, qu’il eût suffi, pour atteindre ce but, de soustraire au volume total de l’eau tombée la quantité de 175 millions de mètres cubes, M. d’Héricourt suppose le reboisement, accompli en temps utile sur 213,000 hectares du bassin supérieur de la Loire particulièrement propres à cette opération. « Ces 213,000 hectares, dit-il, auraient reçu pour leur part 325,290,000 mètres cubes d’eau. L’hygroscopicité et la perméabilité de ces terrains ayant été augmentées de 40 pour 100 par l’effet du reboisement, cette dernière opération aurait par cela même créé à elle seule une absorption de 130,356,000 mètres cubes. L’écoulement superficiel se serait ainsi trouvé réduit, dans les terrains reboisés, à 195,434,000 mètres cubes; mais cette masse liquide aurait été, d’après ce que nous avons dit plus haut, considérablement ralentie dans sa marche vers les vallées par les résistances passives de toute nature que présentent les forêts, et la moitié au moins ne serait arrivée qu’après l’écoulement des eaux pluviales tombées sur les autres points du bassin. Il nous est donc permis de conclure que l’écoulement superficiel ne se fût élevé réellement qu’à 500 millions de mètres cubes en chiffres ronds, et que les désastres occasionnés par les crues en 1846, dans le bassin supérieur de la Loire, eussent été complètement conjurés par le reboisement. » Encore, dans les chiffres sur lesquels il s’appuie, M. d’Héricourt a-t-il omis de tenir compte du volume des matières charriées par les eaux, matières dont le poids s’élève jusqu’à 8 et 10 kilogrammes par mètre cube d’eau. Le reboisement, en empêchant les érosions, aurait par conséquent atténué en outre d’une manière sensible le chiffre total des mètres cubes, et dans tous les cas aurait diminué de beaucoup les désastres en empêchant que les terres inondées fussent recouvertes de graviers et de cailloux.
  6. Le département du Rhône s’est accru de 51,000 habitans, dans lesquels Lyon seul figure pour 35,000; — Marseille a passé de 195,000 à 234,000, différence en plus 39,000; — Saint-Etienne de 78,000 à 94,000, différence 16,000, etc. La population de, la Haute-Garonne a diminué de 400 habitans, quoique celle de Toulouse eût augmenté de 10,000; ce qui prouve bien que ce sont surtout les grandes villes, qui ont gagné, et non les campagnes.
  7. La Provence au point de vue des Torrens et des Inondations avant et après 1789.
  8. « D’après les renseignemens recueillis, disait M. Lacave-Laplagne, la contenance totale des terrains dénudés est de 2,594,816 hectares
    dont à l’état 145,431 —
    aux communes 1,570,285 —
    aux particuliers 879,100 —
    « Sur cette contenance, 1,326,000 hectares n’ont pas été jugés susceptibles d’être reboisés. Il reste donc en chiffres ronds, pour être reboisés 1,268,000 hectares
    dont à l’état 54,000 —
    aux communes 715,000 —
    aux particuliers 499,000 —
    « Les frais de reboisement ont été évalués à 96,658,000 fr,
    dont pour l’état 3,606,000
    pour les communes 50,256,000
    pour les particuliers 42,796,000


    « L’administration des finances devait commencer par recueillir tous les documens qui pouvaient préparer l’examen de ces questions. Elle a accompli cette portion de sa tâche. Il ne reste maintenant qu’à faire usage de ces documens, et la chambre peut compter que la sollicitude du gouvernement ne cessera de se porter sur un objet aussi utile qu’important. »

  9. Les chiffres cités plus haut no paraissent pas présenter une bien complète garantie d’exactitude, attendu qu’on n’avait pas fait connaître les bases qui avaient servi à les établir.
  10. La Provence au point de vue des Torrens, etc., par M. de Ribbe.
  11. Des Travaux publics dans leurs rapports avec l’Agriculture, par M. A. Dumont, ingénieur des ponts et chaussées.
  12. Dans une note intéressante destinée à l’Académie des Sciences, M. Babinet n’hésite pas à attribuer au reboisement et aux irrigations la plus heureuse influence sur la prospérité du pays. « Pour ajouter, dit-il, à son empire vingt millions de Français, avec la paix et la science, et sous un gouvernement soucieux du bien public, la France n’a qu’à se conquérir elle-même. »