Mozilla.svg

Le Robinson suisse/I

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Anatole Bordot.
Morizot (p. 1-15).

CHAPITRE PREMIER

Notre naufrage. — Nous sommes abandonnés sur le navire. — L’appareil de sauvetage. — L’embarcation faite avec des cuves. — Nous abordons à un rivage inconnu. — Le homard. — L’agouti. — Nous couchons sous la tente, dans des lits d’herbe et de mousse.

La tempête, qui durait depuis six jours déjà, au lieu de se calmer le septième, sembla redoubler de fureur. Écartés de notre route, entraînés vers le sud-sud-est, personne de nous ne pouvait dire où nous étions. Notre malheureux équipage était tombé dans l’abattement ; plus de manœuvre, plus de lutte contre les flots, et, du reste, que faire avec un navire sans mâts et déjà ouvert en plusieurs endroits ? Maintenant les matelots ont cessé de jurer ; ils prient avec ferveur, ils recommandent leur âme à Dieu, tout en pensant au moyen de sauver leur vie. Ma famille et moi nous restions dans la cabine que nous avions louée en partant. « Enfants, dis-je alors à nos quatre fils, qui, pleins d’épouvante, se serraient autour de moi. Dieu peut nous sauver, s’il le veut ; soyons soumis à sa volonté ; si nous devons périr, le ciel sera à tous notre rendez-vous. »

Ma femme essuya les larmes qui tombaient de ses yeux et se calma à mon exemple. Au fond de l’âme, j’éprouvais une affreuse douleur et de terribles craintes sur le sort qui nous menaçait. Tous ensemble nous invoquâmes le secours de Dieu : les enfants, eux aussi, savent prier à leur manière.

Fritz, mon fils aîné, priait à haute voix, et, s’oubliant lui-même, il priait pour son père, sa mère et ses frères. À la vue de ma femme, de mes enfants prosternés, je me dis que le ciel, sans doute, se laisserait fléchir et nous viendrait en aide.

Tout à coup, à travers le bruit des vagues, nous entendons un des matelots crier : « Terre ! terre ! » En même temps notre navire frappe sur un rocher et s’entr’ouvre avec un horrible craquement. Le capitaine ordonne de mettre les chaloupes à la mer ; je monte sur le tillac. Déjà, de toutes parts, les passagers s’élancent, par-dessus les bastingages, dans les chaloupes de sauvetage. Un matelot coupe la corde qui attachait la dernière de ces chaloupes au navire. Je le prie de recevoir ma femme et mes enfants. Au milieu du mugissement de la tempête mes supplications furent vaines : il ne les entendit pas ou ne voulut pas les entendre, et disparut bientôt.

Pour ma consolation, je vis que l’eau, entrée déjà par plusieurs endroits, ne pourrait point s’élever jusqu’à la chambre où était ma famille, et vers le sud, malgré la brume et la pluie, je découvris une côte à l’aspect sauvage ; mais enfin c’était la terre… c’était l’espérance !

Quoique profondément affligé, j’affectai, en rejoignant mes enfants, un air calme et serein. « Prenez courage, leur dis-je ; nous pouvons encore être sauvés. Le navire, serré entre des écueils, reste immobile, il est vrai, mais au moins nous y sommes en sûreté ; l’eau ne montera pas jusqu’à nous ; si demain le vent et la mer s’apaisent, nous gagnerons le rivage, qui est peu éloigné. » Ces paroles tranquillisèrent nos pauvres enfants, habitués à toujours croire, sans examen, ce que leur père leur disait. Pour ma femme, elle comprit les inquiétudes que j’éprouvais ; mais sa résignation vraiment chrétienne ne se démentit pas.

« Prenons quelque nourriture, me dit-elle : l’âme se ressentira du soulagement donné au corps ; la nuit qui approche peut être une nuit bien affreuse. Que la volonté de Dieu soit faite ! »

Le soir vint ; la tempête continua ; de tous côtés, le navire était battu par les vagues, nous vîmes bien qu’aucune des chaloupes ne pourrait échapper à la tourmente.

« Papa, s’écria le plus jeune de mes enfants, âgé de six ans, le bon Dieu se décidera-t-il bientôt à nous secourir ?

— Tais-toi, répondit son frère aîné. Est-ce à nous de prescrire quelque chose à Dieu ? Attendons son secours avec patience et humilité. »

Ma femme nous prépara à souper ; nos enfants mangèrent avec plus d’appétit que nous ; ensuite, s’étant jetés sur leurs lits, ils s’endormirent profondément. Fritz seul, qui comprenait mieux que ses frères la gravité du danger, voulut veiller avec nous une partie de la nuit.

« Mon père, me dit-il, n’aurions-nous pas ici de quoi faire des espèces de corsets natatoires pour mes frères et ma mère, avec des vessies, des morceaux de liège ou des bouteilles vides ? Quant à nous, il nous sera facile de nous sauver à la nage, à force de bras.

— La pensée est bonne, lui répliquai-je ; je vais m’occuper de la mettre à exécution afin d’être, cette nuit, prêts à parer à tout événement. »

Nous trouvâmes dans notre chambre des petits barils et des boîtes de fer-blanc qui nous avaient servi à emporter des provisions de voyage ; nous les liâmes deux à deux avec des mouchoirs et les attachâmes solidement sous les bras de nos enfants ; ma femme fit la même chose pour elle ; nous mîmes dans nos poches des couteaux, des briquets, de la ficelle, tout ce qu’elles purent contenir enfin, et nous attendîmes patiemment le retour du jour, espérant, en cas que le navire achevât de se briser pendant la nuit, arriver à terre moitié en nageant, moitié poussés par la vague.

Je dis à Fritz, qui était accablé de fatigue, de dormir ; ma femme et moi nous veillâmes. Cette nuit fut pour nous la plus horrible des nuits. Que d’alarmes, de craintes, de terreurs à chaque bruit des flots, sur le bâtiment à demi brisé ! mais aussi que de ferventes prières adressées à Dieu avec la plus entière confiance ! Le matin nous montra un ciel pur, un soleil brillant ; plus de vent furieux, une mer calme et unie. Réjoui par cette vue, j’appelai ma femme et mes enfants sur le pont, où je m’étais rendu le premier. Mes fils furent fort surpris de ne plus voir un seul matelot. « Où sont nos gens ? me demandèrent-ils. Sans eux, comment continuer notre voyage ?

— Chers enfants, leur répliquai-je, ceux en qui nous avions tant de confiance nous ont trahis ; mais, si nous espérons fermement en Dieu, il ne nous abandonnera pas au milieu du danger. Maintenant, à l’œuvre ! point de temps à perdre ! Voyons comment nous quitterons la carcasse du navire, et comment nous gagnerons la terre, qui n’est pas loin de nous.

— Jetons-nous à l’eau, dit Fritz, et nageons pendant que la mer est calme. Je me charge de conduire ma mère ; vous pousserez mes deux frères, et Ernest est assez fort pour nous suivre à l’aide de ces deux barils. »

Ernest, un peu lourd de son naturel, n’accepta pas cette proposition, et dit qu’il valait mieux construire un radeau sur lequel on se sauverait tous ensemble.

« Je serais de ton avis, dis-je à Ernest ; mais construire un radeau est chose longue et difficile ; et puis, comment le diriger ? Visitons d’abord l’intérieur du navire ; que chacun de nous songe à se munir des objets qui nous doivent être de la plus grande utilité. » Aussitôt ils parcoururent le bâtiment, tandis que moi je me rendis à la cambuse, lieu où l’on garde les vivres et l’eau fraîche. Il me fallait penser à nourrir toute ma famille. Ma femme et Fritz allèrent voir la volaille et les animaux domestiques, qui, oubliés au fort de la tempête, n’avaient plus de nourriture.

Fritz visita ensuite la chambre des munitions ; Ernest, la cabine des charpentiers ; Jack, celle du capitaine. Au moment où Jack ouvrit la porte de cette dernière cabine, deux chiens en sortirent ; et, dans leur joie de recouvrer la liberté, ils renversèrent en s’élançant l’enfant, qui, d’abord effrayé, se remit bientôt et put se rendre facilement maître des deux animaux, devenus, du reste, fort dociles par la faim. Les ayant pris chacun par une oreille, il les fit monter sur le pont, où je me trouvais moi-même alors ; Fritz nous rejoignit bientôt, portant deux fusils de chasse, du plomb et de la poudre. Ernest avait son chapeau rempli de clous et tenait dans ses mains une hache, un marteau, des tenailles, un ciseau, des vrilles. Le petit François lui-même n’avait pas voulu revenir sans rien. Il nous présenta une boîte pleine, disait-il, de jolis crochets. Ses frères voulaient rire de la trouvaille. Je leur imposai silence, et leur expliquai que ces crochets étaient de bons hameçons qui pourraient nous être plus utiles que tout le reste. Cependant je louai aussi Fritz et Ernest.

« Pour moi, dit ma femme, je vous apporte d’excellentes nouvelles : apprenez que dans le navire se trouvent une vache, un âne, deux chèvres, sept moutons et une truie pleine, à laquelle j’ai donné à manger et à boire : nous les sauverons, je l’espère.

— Vous méritez tous des louanges, dis-je à nos enfants, à l’exception de Jack, qui nous amène deux mangeurs de plus.

— Mais, papa, fit Jack, quand nous serons débarqués, mes chiens nous serviront pour aller à la chasse.

— Oui ! précisément, voilà le difficile… débarquer !… Espères-tu gagner le rivage sur le dos de tes chiens ? — Ah ! répliqua l’enfant d’un ton triste et chagrin, si j’avais des cuves comme celle dont j’ai vu ma mère se servir, je me chargerais bien de vous mener au rivage. J’ai souvent navigué de la sorte sur les étangs de mon parrain. »

Ces paroles furent pour moi une inspiration subite.

« Bravo, Jack ! m’écriai-je transporté de joie ; ton conseil est bon. En avant les scies, les marteaux, les vrilles, les clous ! à l’œuvre ! »

Et, disant cela, j’emmène tout mon monde à fond de cale, où je me rappelai d’avoir vu des tonneaux vides. Les tonneaux nageaient à la surface de l’eau, entrée là par plusieurs fentes. Sans trop de peine, ma femme et moi nous les transportâmes sur le premier plancher, qui était presque au niveau de la mer. Ces tonneaux, en bois de chêne, forts, solides, garnis de cercles de fer, convenaient à mon but. Je les sciai en deux, et, après un long travail, j’eus huit cuves d’environ huit pieds de diamètre sur quatre de hauteur ; je les attachai l’une à côté de l’autre sur une longue planche, au moyen de grosses chevilles. Ensuite, je les garnis, de chaque côté, d’une autre planche ; ces deux planches, qui se joignaient par devant et par derrière, formaient ainsi la proue et la poupe d’une sorte de bateau. Il s’agissait maintenant de le lancer à la mer ; mais il était si lourd, que, malgré tous mes efforts, je ne pus seulement le remuer. Comment faire ? Par bonheur, Fritz avait vu un cric dans une des chambres ; il courut le chercher. À l’aide de cet instrument et d’un rouleau que je mis sous la planche formant le fond, mon bateau fut bientôt à flot. Jack trouva que je manœuvrais très-lentement mon cric. Je pris de là occasion de lui faire remarquer qu’il ne fallait jamais, en aucune chose, trop se hâter, de peur de perdre son temps et sa fatigue précisément par trop de promptitude.

La machine de mon invention tenait bon sur l’eau, mais malheureusement elle penchait beaucoup trop d’un côté. Je compris qu’elle avait besoin de lest. Je jetai dans les cuves quelques corps assez lourds, mais tenant peu de place ; alors ma barque fut en équilibre. Mes enfants firent entendre des cris joyeux. Ils se disputaient déjà à qui entrerait le premier dans la barque. Je les retins, car je me disais avec raison qu’ils pourraient, par leurs mouvements trop brusques, faire chavirer la machine, et je pensai, afin de parer à cet inconvénient, à me pourvoir d’un balancier comme celui qu’emploient certains sauvages pour maintenir l’équilibre de leurs longues pirogues. J’en fis donc un, et voici comment. À l’avant et à l’arrière je plaçai deux morceaux de vergues égaux en longueur et attachés par une cheville de bois, mais pouvant se mouvoir ; à l’extrémité de chacun de ces morceaux de vergues je suspendis solidement deux tonneaux vides et bien bouchés. On comprend qu’ainsi mon bateau ne devait plus chavirer ni à droite ni à gauche. Je fabriquai ensuite des rames.

Il fallait sortir du navire ; sur un des flancs était une grosse crevasse ; je l’élargis à coups de hache, et nous eûmes ainsi un passage assez large ; mais, comme la journée touchait à sa fin, nous remîmes notre départ au lendemain, tout en regrettant de rester encore une nuit sur ces débris de bâtiment.

Nous mangeâmes avec d’autant plus d’appétit que, durant les longues heures de travail, nous n’avions pas même pris un morceau de pain ni bu un verre de vin. Comme nous étions bien plus tranquilles que le jour précédent, nous nous livrâmes sans crainte au sommeil. Nous avions eu soin pourtant de nous munir des appareils natatoires imaginés par mon fils aîné. Je conseillai aussi à ma femme de changer ses vêtements pour un habit de matelot qui serait plus commode en ces circonstances et laisserait plus de liberté à ses mouvements ; elle y consentit, non sans peine : ici la raison faisait loi. Elle trouva précisément dans le coffre d’un jeune matelot des effets qui allaient très-bien à sa taille.

Le lendemain, au point du jour, nous étions tous éveillés : l’espérance comme l’inquiétude ne laisse pas dormir longtemps. Dès que nous eûmes fait en commun notre prière, je dis à mes enfants : « Maintenant il s’agit, avec le secours de Dieu, de nous mettre hors de danger. Donnez à manger aux bêtes pour plusieurs jours ; si notre expédition réussit, j’espère que nous pourrons venir les chercher. Prenez tout ce que vous croyez le plus nécessaire dans ce moment. »

Notre premier chargement consista en un baril de poudre, trois fusils de chasse, trois carabines, des balles, du petit plomb autant que nous pouvions en prendre, deux paires de pistolets de poche, une paire de pistolets d’arçon et des moules à balles ; chacun de mes fils et leur mère avaient une gibecière bien garnie ; nous en avions trouvé de très-bonnes dans les effets des officiers de l’équipage. Nous avions, de plus, une caisse de tablettes de bouillon et de biscuit sec, un baril de harengs, une marmite en fer, une ligne à pêcher, une caisse de clous et une autre d’outils, tels que marteaux, scies, tenailles, haches, tarières, etc., etc. ; une toile à voile dont je voulais faire une tente. Mes enfants apportèrent tant de choses, que je dus en laisser, bien que j’eusse déjà remplacé le lest par des objets utiles.

Après tous ces préparatifs, quand nous étions déjà descendus dans la barque, après avoir imploré la protection de Dieu, nous entendîmes le chant des poules et des coqs, qui semblaient nous dire un long et triste adieu : je pensai alors que nous ferions bien de les emmener avec nous, ainsi que les oies, les canards, les pigeons ; car, me dis-je à moi-même, en supposant qu’il nous soit impossible de les nourrir, ils nous nourriront peut-être à terre.

Nous allâmes donc prendre une dizaine de poules et deux coqs, que je mis dans une des cuves en les couvrant d’une toile pour les empêcher de s’envoler. Quant aux oies, aux canards et aux pigeons, je leur donnai la liberté, persuadé qu’ils sauraient bien trouver moyen d’atteindre le rivage plus tôt et mieux que nous, les uns en nageant, les autres en volant.

Nous étions tous rentrés dans nos cuves, excepté ma femme, que nous attendions, et qui revint tenant dans ses bras un assez gros sac qu’elle jeta dans la cuve où se trouvait le petit François. Je crus que c’était uniquement pour servir de coussin à cet enfant assis sur des ballots assez durs ; je ne fis donc à ce sac aucune attention particulière. Je coupai le câble qui nous retenait au corps du navire, et nous partîmes. Voici quel était notre ordre d’embarquement :

Ma femme occupait la première cuve sur le devant ; dans la seconde, à côté d’elle, était le petit François, âgé de six ans ; dans la troisième, Fritz, âgé de quatorze à quinze ans, surveillant nos munitions de guerre ; les poules et la toile à voile étaient placées dans la quatrième, et les provisions de bouche dans la cinquième ; dans la sixième était Jack, âgé de dix ans ; dans la septième, Ernest, âgé de onze ans ; enfin, dans la huitième, moi, la main appuyée au gouvernail. Au moment où nous commencions à nous éloigner du navire, les deux chiens, restés à bord, poussèrent des hurlements plaintifs, puis sautèrent à la mer. Bientôt ils nous eurent rejoints à la nage. Je n’avais pas voulu les prendre avec nous, car, comme ils étaient fort gros, leur poids aurait pu faire chavirer notre bateau. Turc était un chien anglais, et Bill un chien danois. Quand ils se sentirent fatigués, ils s’appuyèrent de temps à autre avec leurs pattes de devant sur la barre du balancier : Jack ayant cherché à leur faire lâcher prise, je l’en blâmai vivement en lui disant que ces chiens étaient aussi des créatures vivantes, et que, si nous les protégions maintenant, elles pourraient bien elles-mêmes nous protéger plus tard.

Nous allions lentement : point de vent, à peine quelques vagues douces et peu élevées ; seulement, autour de nous, flottaient çà et là des caisses, des tonnes, des ballots, arrachés par la mer à notre navire. Fritz et moi nous pûmes, au moyen d’un croc de fer et de longues cordes, saisir au passage quelques-unes de ces tonnes ; les ayant attachées aux côtés de notre bateau, nous les traînâmes à notre remorque.

Quand nous fûmes plus près du rivage, il perdit un peu de son aspect sauvage, car de loin il nous avait paru affreusement désert. Fritz, de ses yeux perçants, assurait déjà reconnaître certains arbres, entre autres des palmiers. Ernest se mit à vanter la noix de coco, bien préférable, selon lui, à nos noix d’Europe. Comme je me reprochais d’avoir oublié d’apporter le télescope du capitaine, Jack tira de sa poche une petite lunette et me l’offrit.

« Comment, lui dis-je, tu t’étais donc réservé d’abord cette lunette pour toi seul, sans vouloir faire part de ta trouvaille à personne ? »

Il me répondit que son intention n’avait point été de la garder pour lui seul, et qu’il avait seulement oublié de me la remettre.

Je pris la lunette, qui me servit à découvrir un petit enfoncement propre à débarquer ; mes oies et mes canards nous précédaient dans cette direction. Luttant contre les courants, assez rapides en cet endroit, j’arrivai enfin à un point de la côte où le rivage était à peine plus élevé que nos cuves, et où cependant nous avions encore assez d’eau pour voguer ; devant nous était l’embouchure d’un ruisseau qui se déchargeait dans la mer.

Mes enfants s’élancèrent sur le rivage ; François voulut faire de même, mais il était trop petit, et il lui fallut l’aide de sa mère pour le retirer de la cuve.

Les chiens, arrivés plus tôt que nous, nous accueillirent par de joyeux aboiements, pendant que les oies et les canards, entrés dans la baie, poussaient de bruyantes clameurs auxquelles répondaient les cris des manchots, des flamants et autres oiseaux de mer ; il y avait peu d’harmonie dans les voix de ces musiciens sauvages et de nos musiciens civilisés.

Notre premier soin, en touchant le rivage, fut de remercier Dieu de sa protection et de nous recommander avec confiance à sa céleste bonté pour l’avenir. Ensuite nous nous mîmes à décharger notre bateau, et nous nous trouvâmes bien riches du peu que nous avions sauvé. Il fallut chercher un emplacement pour la tente, ce qui ne fut pas long. Ayant enfoncé un grand pieu horizontalement dans un trou du rocher, je posai dessus notre voile, laissant tomber à terre ses deux bouts, qui furent assujettis au moyen de malles, de caisses, de tonnes et autres objets pesants ; des crochets fixés en avant nous serviraient à la fermer durant la nuit. Mes enfants allèrent ramasser de l’herbe aux alentours, et l’étendirent au soleil sur le sable afin de la faire sécher : nous devions coucher dessus. Non loin de la tente, je construisis une sorte de foyer avec quelques pierres plates, je ramassai des morceaux de bois jetés sur le rivage par les flots, et bientôt, grâce à mon briquet, un feu pétillant réjouit nos yeux. On plaça sur le feu la marmite pleine d’eau ; ma femme, aidée du petit François, se mit à faire la cuisine. L’enfant, voyant sa mère couper des tablettes de bouillon, crut que ces tablettes étaient de la colle forte ; il dit donc d’un ton chagrin : « Maman, ce n’est point de la colle forte que je veux manger, mais de la soupe grasse ; où trouver de la viande ? il n’y a ici ni boucher ni boucherie.

— Mon enfant, lui répondit la mère, ce que tu prends pour de la colle forte est une gelée de viande cuite depuis longtemps et séchée ensuite. On a inventé ces tablettes pour remplacer la viande, qui se gâterait trop vite dans les voyages en mer. »

Pendant ce temps Fritz, ayant chargé son fusil, se dirigea de l’autre côté du ruisseau ; Ernest descendit vers la mer. Jack grimpa sur les rochers pour prendre des moules. Pour moi, j’étais occupé à tirer de l’eau les tonneaux que nous avions remorqués derrière notre barque, quand, tout à coup, j’entendis, à quelque distance, pousser de grands cris. Je reconnus la voix de Jack, et courus vers lui. Je le trouvai dans un bas-fond, ayant de l’eau jusqu’aux genoux : un homard le tenait fortement serré à la jambe, en vain l’enfant cherchait à écarter les pinces de l’animal. À mon approche le homard lâcha prise, mais je ne voulus pas le tenir quitte à si bon marché de la peur qu’il avait faite à Jack ; je le saisis avec précaution par le milieu du corps et l’emportai. Jack, qui le croyait mort, voulut le toucher ; il reçut en pleine figure un violent coup de queue ; pour se venger il le tua avec une grosse pierre, puis courut tout fier et tout glorieux le montrer à sa mère.

« Maman ! maman ! s’écria-t-il, une écrevisse de mer ! Regardez, Ernest, Fritz, François ! mais prenez garde ! elle mord ! si je n’avais pas eu un solide pantalon de matelot, elle me traversait la jambe de part en part avec ses pinces. Enfin je la tiens ! »

Ernest, après avoir examiné le homard, conseilla de le faire cuire dans le bouillon ; cette proposition ne plut pas à ma femme, qui décida que le homard serait apprêté séparément.

Je retirai nos tonneaux de la mer. Ernest me dit alors qu’il avait, lui aussi, trouvé quelque chose de bon à manger, mais que c’était assez profondément caché dans l’eau et qu’il craignait de se mouiller en voulant l’atteindre. « Ce sont des moules, interrompit Jack, quelle belle trouvaille ! des moules ! je n’en voudrais pas manger, moi.

— Et si c’étaient des huîtres ! répliqua fièrement Ernest, je vais m’en assurer. » Il partit, accompagné de son frère François. Bientôt nous les vîmes revenir avec deux pleins mouchoirs d’huîtres et du sel blanc ramassé dans le creux des rochers, où le soleil avait fait volatiliser l’eau de mer.

La soupe était prête. Les écailles d’huîtres devaient nous servir de cuillers. Pour commencer notre repas, nous n’attendions plus que Fritz, qui arriva enfin d’un air mystérieux, les deux mains cachées derrière le dos. « Je n’ai rien trouvé, » nous dit-il. Mais ses frères, qui déjà l’entouraient, s’écrièrent tous ensemble : « Si ; tu as trouvé quelque chose ! un cochon de lait ! un cochon de lait ! Où l’as-tu pris ? » Et Fritz nous présenta sa capture. Après l’avoir félicité sur sa chasse, je le blâmai de son mensonge, et lui dis qu’il ne fallait jamais déguiser la vérité, même en riant. Il rougit et me promit de se souvenir de ma réprimande.

Alors il nous raconta que de l’autre côté du ruisseau il avait trouvé un pays admirable rempli de beaux arbres, et qu’il avait vu sur le bord de la mer une grande quantité de caisses, de tonneaux et de pièces de bois de toutes sortes.

« N’irons-nous pas chercher tout cela, mon père ? me demanda-t-il. Et le navire, n’y retournerons-nous pas pour en tirer notre bétail et surtout la vache ? Changeons de domicile ; ici le soleil nous brûle ; plus loin, nous aurons l’ombrage des palmiers.

— Patience, patience, Fritz ! lui répliquai-je : chaque jour suffit à sa peine ; nous verrons ce qu’il nous faudra faire demain et après-demain ; avant tout, dis-moi si tu as découvert quelque trace de nos malheureux compagnons.

— Aucune, ni d’homme vivant ni d’homme mort.

— Espérons encore ! interrompit ma femme : peut-être un bâtiment les aura-t-il recueillis en route. »

Je ne dis rien ; seulement, en moi-même, je réfléchis sur les dangers d’un embarquement fait en tumulte au milieu de l’effroi général.

Fritz reprit son récit : « J’ai vu plusieurs autres animaux de la même espèce que celui-ci. Ils m’ont paru fort singuliers ; leurs habitudes diffèrent de celles des porcs ordinaires : ils sautent légèrement ; ils portent l’herbe à leur bouche à la manière des écureuils. »

Pendant ce temps Ernest, le sérieux observateur, examinait, palpait, retournait en tous sens le prétendu cochon de lait ; puis il s’écria d’un ton solennel : « Ton porc n’est point un porc ; je lui vois des dents incisives comme aux rongeurs ; c’est un agouti.

— Très-bien, j’y consens, monsieur le savant, dit Fritz en s’inclinant du côté de son frère.

— Allons, repris-je à mon tour, ne te moque point de ton frère, Fritz. Ernest a raison : cet animal est un agouti, ses mœurs se rapprochent assez de celles de nos lièvres ; il vit de fruits et se cache sous les racines des chênes. »

Durant notre discussion scientifique, Jack s’efforçait, mais en vain, d’ouvrir une huître avec son couteau. J’en fis donc mettre plusieurs sur le feu, où leurs valves ne tardèrent point à s’écarter d’elles-mêmes. « Tenez, dis-je aux enfants, vous pourrez goûter les huîtres, mets si recherché en Europe, et que, pour ma part, je n’estime pas beaucoup ; soyez juges vous-mêmes en cette matière. »

J’en avalai une ; Jack suivit mon exemple, en faisant une horrible grimace, comme quand on prend une médecine ; ses trois frères déclarèrent unanimement que les huîtres étaient chose détestable.

Pendant que nous mangions, les chiens pensaient aussi à prendre leur repas. Ayant découvert l’agouti rapporté par Fritz et déposé au pied d’un arbre, ils se mirent à le déchirer à belles dents. Le jeune chasseur, furieux à cette vue, arme son fusil et se dispose à tuer les chiens. Ernest, heureusement, détournant le canon, l’arrête ; mais il ne peut empêcher son frère de se ruer sur les pauvres Turc et Bill à coups de pierres, de leur lancer même son fusil, dont le bois se brisa en morceaux. Je fus vivement peiné de voir mon fils aîné ainsi transporté de colère, et je lui reprochai cette violence de caractère, qui affligeait sa mère et était on mauvais exemple pour ses frères. Ce cher enfant, qui, malgré son extrême vivacité, avait le cœur excellent, me fit ses excuses, versa quelques larmes de repentir et redevint calme.

Le soleil commençait à baisser à l’horizon ; les poules se rassemblaient autour de nous pour ramasser nos miettes ; ma femme, qui s’en aperçut, tira le sac mystérieux jeté par elle dans la cuve du petit François, et en prit quelques poignées d’avoine, de pois et d’autres graines, que notre volaille mangea avec avidité. Je lui fis remarquer que ces graines pourraient nous être plus tard, à nous-mêmes, d’une grande utilité ; elle les remplaça, comme nourriture de nos poules, par des morceaux de biscuit.

Nos pigeons se perchèrent dans le creux des rochers ; les poules prirent pour juchoir le bâton de notre tente, et les oies et les canards se cachèrent dans les joncs du ruisseau ; tout annonçait l’heure du sommeil. Je rappelai mon petit monde ; je chargeai nos armes, et, après avoir fait notre prière du soir, nous nous retirâmes dans notre tente.

La nuit vint tout à coup sans crépuscule, au grand étonnement de mes enfants. « Ces ténèbres subites me font croire, leur dis-je, que le lieu où nous nous trouvons est voisin de l’équateur, ou, du moins, qu’il est situé entre les deux tropiques : le crépuscule est produit par les rayons du soleil brisés dans l’atmosphère ; or, plus ces rayons frappent la terre obliquement, plus leur lueur affaiblie éclaire d’espace ; au contraire, si ces rayons se rapprochent de la perpendiculaire, moins l’espace embrassé par eux est étendu, plus vite, par conséquent, la nuit succède au jour.

Après avoir examiné encore une fois les alentours de ma tente, j’en fermai l’entrée. À minuit le coq chanta et je m’endormis. Je m’aperçus qu’autant le jour avait été chaud, autant la nuit fut froide. Il nous fallut même nous serrer comme de vrais moutons pour nous réchauffer mutuellement ; néanmoins, grâce à notre extrême fatigue, nous goûtâmes quelques heures d’un bon sommeil.