Le Roman du Chaperon rouge

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Amoureuses ; Poèmes et FantaisieCharpentier (p. 145-188).


LE ROMAN DU CHAPERON ROUGE


Un chemin de traverse dans les bois. Des fleurs, des oiseaux, des papillons. Le Chaperon-Rouge porte le costume traditionnel dans sa famille, sans oublier la galette, ni le pot de beurre.


Scène I



Le Chaperon-Rouge

Par ma galette ! il est des jours où l’on est heureuse d’être au monde, où il semble que vos bottines aient des ailes, que vos yeux lancent des fusées, que vos veines soient bourrées de salpêtre ; des jours où l’on éprouve une envie furieuse de faire des cabrioles sur le gazon, de sauter au cou de quelqu’un, et de patiner sur la cime des peupliers. Aujourd’hui, je suis tout à fait dans ces dispositions-là, et, entre nous, j’ai beaucoup de jours comme aujourd’hui. (Il gambade.) Tra deri, deri, deri ! La la houp, tra la !



Polonius, entrant.

Voilà une jeune personne singulièrement affolée. J’ai déjà vu ce minois quelque part.


Le Chaperon-Rouge

Que peut me vouloir ce vieux ?


Polonius

Hé ! là-bas ! petite fille, venez çà qu’on vous dise deux mots.


Le Chaperon-Rouge

Dépêchons-nous, je vous prie ; je suis pressée.


Polonius

Mais attendez donc. Parbleu ! j’en étais bien sûr que je vous connaissais. Ce jupon court, ce pantalon brodé, cette coiffure écarlate, ce panier, cette galette… D’où diable sortez-vous, mon petit Chaperon-Rouge ?


Le Chaperon-Rouge

Je sors de chez nous, et je vais chez bonne-maman lui porter ce pot de beurre.


Polonius

Parole d’honneur ! vous êtes le petit Chaperon-Rouge ? le vrai Chaperon-Rouge ?


Le Chaperon-Rouge

Eh ! mon Dieu, oui ! Que voyez-vous d’étonnant à cela ?


Polonius

Pour rien au monde, chère enfant, je ne voudrais réveiller en vous de cruels souvenirs ; mais cependant… je croyais… j’avais ouï dire que vous aviez été dévorée un certain jour…


Le Chaperon-Rouge

Hélas !


Polonius

Par un loup méchant et dissimulé.


Le Chaperon-Rouge

C’est bien cela.


Polonius

Ce qui ne vous fût pas arrivé sans votre étourderie.,.


Le Chaperon-Rouge

Comme tout cela est bien vrai !


Polonius

Mais, alors, puisque vous convenez d’avoir été dévorée. ..


Le Chaperon-Rouge

Sachez, monsieur, que j’ai été déjà dévorée un nombre infini de fois, et toujours par ma faute ; voilà quatre mille ans que le même accident m’arrive, quatre mille ans que je ressuscite, quatre mille ans que, par une incroyable fatalité, je vais me remettre inévitablement entre les pattes du loup. Que voulez-vous ? Je meurs toujours très-jeune, et lorsque je reviens au monde, je n’ai de mes existences antérieures qu’un souvenir si vague, si vague… Oh ! l’intéressante histoire à écrire et à feuilleter que l’Histoire du Chaperon-Rouge dans tous les siècles ! M. Perrault en a esquissé un chapitre ; heureux celui qui écrira les autres.


Polonius

Je n’ai jamais vu une créature plus originale.


Le Chaperon-Rouge
Et maintenant, docteur, si vous n’avez plus rien à me dire, je vous baise les mains.

Polonius

Mais si ! mais si ! j’ai beaucoup à vous dire, au contraire. .. Vous me connaissez donc, que vous m’appelez docteur ?


Le Chaperon-Rouge

Docteur Polonius, La Palisse de votre petit nom.


Polonius

C’est cela, c’est cela ! Est-elle gentille ! Dites donc, fillette, puisque vous allez chez bonne-maman, et que je me rends du même côté, nous ferons route ensemble, voulez-vous ?


Le Chaperon-Rouge

Oh ! quel bonheur ! nous allons nous amuser, vous verrez ! Hopp ! en route et promptement. Docteur, je te conseille de retrousser ta souquenille, tu pourras courir et gambader plus aisément… En avant, marche ! suis-moi ! . ..


Polonius

Eh bien ! eh bien ! par ou passez-vous donc, jeune évaporée ? Ce n’est point là le chemin pour aller chez votre bonne maman : la grande route nous y conduit en droite ligne.


Le Chaperon-Rouge

Bah ! vous prenez la grande route ? Et la poussière ? Et le soleil ? et les voitures ?? Ah ! vous prenez la grande route ! ., Serviteur !


Polonius

Voyons, petite folle, réfléchissez une fois dans votre vie. La grande route est un peu ennuyeuse, j’en conviens ; mais, au moins, on est sur d’arriver à heure fixe et sans beaucoup de peine.


Le Chaperon-Rouge

Oh ! docteur, voyez par ici l’adorable chemin. Des oiseaux, des marguerites, des mûres, de l’herbe tendre, des ruisseaux. Passez de ce côté, vous verrez comme nous rirons. Je vous ferai des bouquets, des bouquets gros comme ma tète ; nous chercherons au fond des fleurs toutes sortes de bêtes bleues et rouges, et nous en ferons un chapelet avec un bout de fil. Vous verrez, vous verrez. Allons ! des cabrioles sur l’herbe ! Allons ! une poignée de mûres : aimes-tu les mûres, gros ventre ?


Polonius

Et le loup, petite malheureuse !


Le Chaperon-Rouge

Ah ! oui, c’est vrai, le loup !… Bah ! il n’y en a pas tous les jours, des loups, et puis, s’il en vient un, eh bien !… nous le mangerons.


Polonius
, lui tâtant le crâne.

Cette enfant a la bosse de l’imprévoyance développée d’une façon effrayante.


Le Chaperon-Rouge

Décidément, vous ne venez pas ? Non ! Bonsoir, alors. Pourquoi diable me faire perdre mon temps ?


Polonius

Ah ! la malheureuse !


Le Chaperon-Rouge

Adieu, docteur, prends garde aux coups de soleil, mon amour ! (Ils sortent.)


Scène II

Un peu plus avant dans la forêt. Toujours même paysage.


Le Chaperon-Rouge

Bah ! chassons ces tristes idées ! D’abord, un loup, ce n’est pas si méchant qu’on veut bien le dire ; il aura peut-être pitié de moi, celui-ci. Je suis très gentille aujourd’hui ; je viens de me voir en passant, dans une feuille sur laquelle il y avait une goutte d’eau… Je suis, du reste, plus forte que bien des gens ; je prendrai mon loup par le cou, et crac !? Tout de même, ça m’aurait amusée d’enjôler ce vieux poussif et de le faire entrer dans la grande famille des chaperons. Mais non !? cervelle étroite, tiroirs en ordre, toujours fermés à clef. On n’en pouvait rien tirer. Je trouverai mieux que cela.


L’enfant
, pleurant.

Holà ! mon Dieu ! que je suis donc à plaindre !


Le Chaperon-Rouge

Pourquoi te désoles-tu de la sorte, mon mignon ?


L’enfant

Je pleure, ma jolie demoiselle, parce qu’il me faut aller à l’école et que c’est ben ennuyeux avec le temps qu’il fait.


Le Chaperon-Rouge

D’abord, tu es un nigaud de pleurer ; le bon Dieu ne t’a pas donné des yeux pour en faire des citernes ; du reste, si tu épuises toutes tes larmes aujourd’hui, comment feras-tu quand tu seras grand ; il faut garder une poire pour la soif, que diable !? Viens t’asseoir à mes côtés sur le pied de cet arbre-là !? Comment t’appelles-tu ?


L’enfant

Je suis le petit Picou, le fieu du grand Picou qui louche.


Le Chaperon-Rouge

Eh bien ! Picou, si tu m’en crois, nous allons d’abord déjeuner ; ensuite… nous verrons. Qu’as-tu dans ce panier ?


L’enfant

Oh ! mam’selle, faut pas y toucher ; c’est pour le goûter, et la mère Picou gronderait ben trop.


Le Chaperon-Rouge

Tu n’as donc pas faim ?


L’enfant

Heu ! J’ai mangé une grande terrine de soupe aux choux il n’y a pas un quart d’heure, mais je lipperais tout de même quelque chose.


Le Chaperon-Rouge

Qu’attends-tu donc, alors, petit sot ? Ouvre ton panier. Bon ! des confitures et des noix fraîches ; moi, j’ai de la galette et un pot de beurre, c’est pour bonne maman ; mais elle ne mangera pas tout, pauvre chère femme ! (Ils mangent.) Hein, comment trouves-tu ?


L’enfant
, la bouche pleine.

C’est bon comme tout… Oui, mais qu’est-ce qu’elle va dire, la mère Picou ?


Le Chaperon-Rouge

Que t’importe ! Elle peut bien dire la messe et les vêpres, tu n’en auras pas moins mangé les confitures.


L’enfant

C’est ben vrai, ça !? Oui, mais je n’aurai plus rien pour goûter.


Le Chaperon-Rouge

Es-tu bête ! tu n’auras pas faim à goûter ; est-ce que tu as faim, voyons ?


L’enfant
Non… presque plus. (Il se lève.)

Le Chaperon-Rouge

Eh bien ! où vas-tu si vite ?


L’enfant
,

A l’école, parbleu !


Le Chaperon-Rouge

Bah ! mais tu pleurais tant tout à l’heure.


L’enfant
, avec hésitation.

C’est que… j’ai peur du fouet… pour demain.


Le Chaperon-Rouge

Si tu y vas maintenant, tu recevras encore le fouet pour être resté si longtemps en route. Amuse-toi donc aujourd’hui, puisque tu y es ; la fessée de demain ne sera pas plus terrible que celle d’aujourd’hui. Puis, que sait-on ? D’ici à demain, le maître peut s’être cassé la jambe ; le tonnerre tombera sur l’école, peut-être, elle est tout juste près de l’église, et le tonnerre, ça ne tombe que sur les églises.


L’enfant

Dame ! c’est ben un peu vrai, tout ce que vous dites.


Le Chaperon-Rouge

Allons ! ne songe plus à l’école… Entends-tu les merles qui sifflent là-haut ? Déniche-moi une paire de nids. ? Est-ce que les oiseaux vont à l’école, eux ? Cueille des fraises, un plein panier de fraises des bois. C’est un joli goûter ! A l’école, il fait chaud ; ici, tu peux te déshabiller et t’allonger, tout nu, de tout ton long, sur le sable fin du ruisseau. Les arbres se baisseront pour te servir d’éventail et de chasse mouches. Avec ton couteau, tu tailleras des bateaux dans des morceaux d’écorce ; déchire ton mouchoir pour faire des voiles, et charge-moi tout cela de fourmis bleues et de bêtes à bon Dieu… Tu verras comme on s’amuse.


L’enfant

Ô Jésus ! Marie ! vous parlez comme une vraie musique ! Voulez-vous m’emmener avec vous ? Je vous aime déjà de tout mon cœur.


Le Chaperon-Rouge
, secouant la tête.

Non, Picou ; vois-tu, il vaut mieux que tu restes là ; s’il t’arrivait quelque malheur avec moi, ce me serait un trop grand déplaisir. Viens m’embrasser…


L’enfant

Avec ben de la joie, allez. Comme vous sentez bon ; ça m’a fait tout chose d’appliquer mes lèvres sur les vôtres.


Le Chaperon-Rouge
, avec émotion.

Adieu ; amuse-toi bien.


L’enfant
Oh ! oui, que je vas m’amuser,., Tout de même, je mangerais volontiers un croûton.

Scène III

Une clairière dans les bois. ? L’homme de lettres est étendu sur le dos, un cahier sur le ventre, un crayon entre les dents.


L’homme de lettres

J’ai beau me torturer la cervelle et m’enfoncer mes poings dans les yeux, ? rien !… Pas la tête d’une phrase, pas la queue d’une idée. ? J’ai cependant promis mon roman pour demain, sans faute… Ah ! mille poils de chèvre ! moi qui suis venu aux champs pour travailler de meilleur goût.


Le Chaperon-Rouge
, chantant.

Je suis bâtard d’un papillon El filleul d’une sauterelle, J’ai l’œil fin et la taille grêle Comme une patte de grillon. Qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il grêle, Sans parapluie et sans ombrelle, Je cours la plaine et le sillon. (Parlé.) Oh ! oh ! un homme qui travaille ; voilà une singulière idée. (S’avançant vers l’homme de lettres.) Monsieur est artiste, sans doute ?


L’homme de lettres
, se soulevant sur le coude.

Où voyez-vous cela, ma charmante enfant ?


Le Chaperon-Rouge

A quel autre aurait pu venir la pensée de faire d’une forêt un cabinet de travail ?


L’homme de lettres

Ma foi, oui, je suis artiste romancier, et j’étais venu ici pour écrire d’après nature… Mais… je ne me trompe pas… Je vous ai vue quelque part… Ah ! je vous connais, vous êtes le Chaperon-Rouge.


Le Chaperon-Rouge

Dame ! on le dit.


L’homme de lettres

Non ! c’est impossible ; je rêve les yeux ouverts. ? Vite un peu d’eau bénite ; vite un signe de croix, que je chasse cette vision du diable.


Le Chaperon-Rouge

En voilà bien d’une autre à présent !


L’homme de lettres

Vade retro, Satanas. Tu es le démon de la paresse, le démon de l’insouciance, le démon de l’imprévoyance. Vade rétro, m’entends-tu ? Oh ! je te connais bien, tu es notre ennemi le plus terrible. Va-t’en, pourvoyeuse d’hôpital ; va-t’en, succube d’enfer. Qu’as-tu fait de Malfilàtre ? Qu’as-tu fait d’Hégésippe et de Gustave Planche, et de ce pauvre Gérard ? Qu’aurais-tu fait de Lamartine ? Qu’as-tu fait d’Abadie ? Qu’as-tu fait de Traviès ?


Le Chaperon-Rouge

Quand vous aurez fini, mon cher ?


L’homme de lettres

Je vais finir par t’écraser, si tu ne t’en vas pas au plus vite, serpent maudit.


Le Chaperon-Rouge

Vous n’êtes pas caressant, savez-vous ? Oh ! je m’en vais, je m’en vais. Laissez-moi vous dire pourtant que ceux auxquels j’ai porté malheur ne se sont jamais plaints ; ils savaient trop bien les heures délicieuses que je leur avais fait passer et tous les bonheurs dont ils m’étaient redevables. Oui, je suis le Chaperon-Rouge, la reine du farniente, la déesse fantaisiste des lazzarones et des poëtes ; je suis votre maîtresse à tous, et tous vous m’avez bâti un temple au fond de votre cœur. Allez, je vous pardonne vos injures, parce que je vous aime et que vous m’aimez… Encore maintenant tu vas me devoir une journée de bonheur, vilain ingrat ! Regarde, le temps est superbe, le bois rempli de fraîcheurs silencieuses ; sur ta tête, la chanson des oiseaux ; à tes pieds, la chanson des rivières. Fermez les yeux à demi, mon doux poète ; posez votre tète sur ce banc de gazon ; laissez-vous aller, laissez-vous aller ; douze heures de rêveries devant vous ; douze belles heures en robes blanches et couronnées de fleurs. Adieu, mon poète ; les bois sont les bois, un rêveur est un rêveur… Bonsoir, (Elle jette son cahier par-dessus les arbres.)


L’homme de lettres
, assoupi. Embrasse-moi, Chaperon-Rouge ; Dieu !… que… je… suis… bien !

Scène IV

Sur la lisière d’un fourré bien épais. ? Entrent les deux amoureux. ? Chaperon-Rouge, cachée derrière un buisson, les regarde venir..


Lui

Vous êtes fatiguée, Marie ; appuyez-vous sur mon bras.


Elle

Non, j’aime mieux m’asseoir ; voilà une éclaircie ; le soleil a séché les herbes ; arrêtons nous ici un moment.


Le Chaperon-Rouge
, cachée.

C’est drôle : les femmes ont toujours l’initiative en amour.


Lui

Voulez-vous que j’ouvre votre ombrelle et que je la tienne sur votre tète.


Le Chaperon-Rouge
, Cachée.

Nigaud ! comme si ses mains le gênaient.


Elle

Non ; merci, les branches de ce mélèze me garantissent assez.


Lui

N’est-ce pas qu’il fait bon ici, Marie, loin du bruit, loin du monde ? De l’ombre, du silence et notre amour.


Le Chaperon-Rouge
, cachée.

Bravo ! je le vois venir.


Elle
, appuyant sa tête sur l’épaule de

Lui

Oui ! mais j’ai peur ; voyez ! je tremble malgré moi ; je ne sais ce que j’éprouve ; le moindre souffle m’émeut, le moindre bruit me fait tressaillir. ? Oh ! j’ai peur !


Lui

Rassurez-vous, mon cher trésor. ? Que craignez vous, et pourquoi trembler ? Voulez-vous vous rapprocher de la ferme ou rentrer chez votre mère ?


Le Chaperon-Rouge
, cachée.

Imbécile, va ! Comme cela sent ses dix-huit ans.


Elle

Oh ! non. Je suis trop bien près de vous. (Un moment de silence.)


Le Chaperon-Rouge
, agacée.

Vous verrez qu’ils ne se diront rien ;


Elle

Ah ! mon pauvre cher, pourquoi vous ai-je connu ? (Bruit de baisers.)


Le Chaperon-Rouge

Enfin on se décide ; (Sortant de sa cachette.) C’est égal, montrons-nous, et donnons-leur quelques conseils.


Les deux amoureux
, à la fois.

Ciel ! ou Grand Dieu !


Le Chaperon-Rouge

Là, là ! ne vous effrayez pas ; je suis Chaperon-Rouge, un enfant comme vous, et, de plus, la patronne des amoureux. Embrassez-vous ; cela me réjouit le cœur, et chacun de vos baisers me chatouille agréablement les lèvres. Encore ! encore !


Lui
, s’interrompant.

Ah ! mon pauvre Chaperon-Rouge, nous sommes bien à plaindre.


Elle
, ne s’interrompant pas Oh ! oui, bien à plaindre.

Le Chaperon-Rouge

Et pourquoi cela, seigneur ?


Lui

Dame ! tu comprends, nous nous aimons de toute notre âme, et l’on ne veut pas nous marier.


Le Chaperon-Rouge

Et puis ?


Lui

Et puis… c’est tout ; n’est-ce pas assez ?


Le Chaperon-Rouge

Pourriez-vous me dire, mes enfants, à quoi servent les roses, et pourquoi Dieu les a mises sous nos pas, ? sinon pour être cueillies et pour embaumer ? Pourriez vous me dire aussi pourquoi on trouve comme cela des buissons au coin des routes et d’épais taillis dans les forêts ; pour qui ils poussent là, si ce n’est pour les amoureux ?? Ah ! l’on ne veut pas vous marier, pauvres enfants ; je vous plains de tout mon cœur. Adieu, mes petits. N’oubliez pas que demain n’est qu’un grand menteur…; n’oubliez pas non plus l’utilité des roses et des buissons. (Elle se sauve.)


Elle

Avez-vous compris ?


Lui

Non, et toi ?


Elle
Je crois que oui…

Scène V

Dans l’épaisseur du bois.


Le Chaperon-Rouge

La vue de ces deux enfants m’a troublée. Quelle belle chose que l’amour ! Moi, personne ne m’aime : aux uns je fais pitié, pour les autres je suis un objet de haine ; ceux qui m’adorent ne me le disent jamais. Je me souviens pourtant d’un rouge-gorge qui a eu pour moi une grande passion…; il en est mort, je crois.. Tiens ! est-ce qu’il pleut, que j’ai une goutte d’eau sur la mai ?? Il m’arrive quelquefois de pleurer, jamais longtemps. Je suis bâtard d’un papillon Et filleul d’une sauterelle… Bon Dieu ! le singulier personnage que je vois là-bas. Quelles cabrioles il fait ! quelles gambades ! Le voilà qui marche sur la tête, maintenant. Est-il drôle ! est-il amusant ! ah ! ah ! ah ! Il faut que je lui propose de jouer avec moi. Hé ! l’homme ! l’homme !


Le fou

Qui m’appelle ? Est-ce vous, petite fille, qui m’appelez ?


Le Chaperon-Rouge

Oui, c’est moi, le Chaperon-Rouge, et je viens vous demander s’il vous plairait de nous amuser ensemble. Vous m’avez l’air réjouissant ;


Le fou

Pour être réjouissant, je suis très-réjouissant. Ah ! vous êtes le Chaperon-Rouge, vous ; qu’est-ce que cela ? Oui, je me souviens, une fillette qui aimait beaucoup les fleurs et qui s’en allait toujours par les chemins de traverse. Moi aussi, je les aime, les fleurs ; veux-tu que je te fasse une couronne avec les branches de ce saule ? Elle est très-jolie comme cela. A propos, vous m’avez déjà dit votre nom, je l’ai oublié.


Le Chaperon-Rouge

Chaperon-Rouge.


Le fou

J’oublie toujours. Dis donc, toi, tu ne vas pas me reconduire là-bas ! (Pleurant.)Je suis si heureux d’être libre ; je ne fais de mal à personne ; petite, je t’en prie, ne me reconduis-pas là-bas.


Le Chaperon-Rouge

Où donc là-bas ?


Le fou

Chez le médecin, ce gros à lunettes, qui m’arrose d’eau froide tout le jour, comme un jardin potager.


Le Chaperon-Rouge

Tiens ! c’est un fou ; je ne m’en serais jamais doutée.


Le fou

J’ai la cervelle un peu malade, mais ce n’est pas une raison pour me meurtrir le crâne et me faire mal aux oreilles.


Le Chaperon-Rouge

N’aie pas peur, je ne te reconduirai pas. Y a-t-il longtemps que tu t’es échappé ?


Le fou

Je ne sais pas. Quand on est heureux, on ne sait jamais depuis quand. Veux-tu que je te raconte l’histoire du colibri et de la princesse ? Mais, auparavant, il faut que tu me dises ton nom, j’oublie toujours.


Le Chaperon-Rouge
Est-il amusant ! Voilà dix fois que je le lui répète. Je m’appelle Chaperon-Rouge.

Le fou

Chaperon, assieds-toi sur mes genoux et écoute mon histoire,


Le Chaperon-Rouge

Nenni ! nenni ! Il se fait tard, la nuit tombe, il faut que je coure vite chez bonne-maman.


Le fou

Allons, je commence…


Le Chaperon-Rouge

Non, tais-toi, je m’en vais… (Sans bouger de place.) Adieu !


Le fou

Va-t’en.


Le Chaperon-Rouge

Eh bien ! non, je reste… Raconte-moi ton histoire. (On entend hurler un loup.)


Le fou

Viens te mettre sur mes genoux. ? Qu’as-tu ? tu trembles.


Le Chaperon-Rouge
,

As-tu entendu la vilaine bête ? Hou ! hou !


Le fou

N’aie pas peur ; je suis là.


Le Chaperon-Rouge

Qu’il est gentil, mon fou ! Allons, je t’écoute. (Elle passe ses bras autour du cou de son ami.)


Le fou

Il y avait une fois un colibri et une princesse qui s’aimaient éperdument… Est-ce que tu dors ?


Le Chaperon-Rouge

Non, mon ami ; ? un colibri et une princesse.


Le fou

Seulement, on s’opposait à leur mariage, parce que le colibri était trop… M’entends-tu ?


Le Chaperon-Rouge

Oui ; mais ne raconte pas si fort.


Le fou

Un soir, le colibri dit à la princesse…


Le Chaperon-Rouge
, à moitié endormie.

Elle est… bien… jolie… ton histoire.


Le fou

Elle dort ! son haleine douce me glisse dans le cou ; elle respire lentement ; ses boucles d’oreille me caressent la peau. Je suis très-heureux. (Il s’endort. Le loup passe en courant.)


Scène VI

Le lendemain. Il fait grand jour. Les oiseaux chantent en s’éveillant. Au fond, la maison de la bonne-maman. Les volets sont fermés. ? A côté de la maison, un puits.


L’enfant
, entrant, les yeux rouges et un gourdin à la main.

Asseyons-nous par ici et attendons qu’elle arrive. Je vas lui appliquer une roulée soignée de coups de gaule. (Il s’assied dans un coin.)


L’homme de lettres
, entrant, la figure déconfite. Où est-il, ce conseiller maudit, que je l’étrangle un peu, et que j’en débarrasse la face du globe ?

L’enfant

Si c’est le Chaperon-Rouge que vous cherchez, faites comme moi, asseyez-vous. Il va arriver par là. Entre


L’amoureux
, en sanglotant.

Oh ! la misérable ! Cachons-nous quelque part, et faisons-lui payer tous les malheurs dont elle est cause.


Scène VII

LES MÊMES,


Le fou
ET LE

Le Chaperon-Rouge
(Ils arrivent en folâtrant, bras dessus, bras dessous.)

Le Chaperon-Rouge

Vois-tu, mon ami, je te parle franchement, tu es le seul homme au monde avec qui je puisse m’entendre, et je jure de ne t’oublier de ma vie. Promets-moi de songer quelquefois à moi, de ton côté.


Le fou

Je veux bien, je veux bien ; mais il faudra que tu me dises ton nom. Est-ce que tu me l’as déjà dit ?


Le Chaperon-Rouge
, essuyant une larme.

Hélas ! le seul homme que j’aie jamais aimé !? L’ami prête-moi ton dos, que j’atteigne ce cerisier ; je veux me faire des pendants avec les cerises.


Les trois affligés
, se montrant tout à coup.

Enfin, la voilà !


Le Chaperon-Rouge
, un peu effrayée.

Que voulez-vous de moi, braves gens ? à qui donc en avez-vous, avec vos mines furibondes ?


Tous les trois
, à la fois.

C’est à toi, à toi seule que nous en voulons… C’est tout ton sang qu’il nous faut.


Le Chaperon-Rouge
, au fou.

Hé ! l’ami, au secours, au secours !


Le fou

C’est très-bon, les cerises !


Le Chaperon-Rouge

Messieurs, messieurs, expliquez-vous d’abord, mon sang coulera après. (A l’enfant.) Toi, commence ; que me veux-tu ?


L’enfant

Te dire que tu es une méchante fille et la cause de tous mes malheurs. Grâce à toi, on m’a mis à la porte de l’école ; le père Picou m’a cassé les reins à coups de trique, et la mère Picou (avec un sanglot) ne veut plus me bailler à manger.


Le Chaperon-Rouge

Et d’un. ? A un autre,


L’homme de lettres

J’avais bien raison de me méfier de toi ; tu m’as encouragé dans ma paresse et dans mes folles rêveries ; j’ai laissé mon travail de côté, et me voilà sans ressources pour un mois.


Le Chaperon-Rouge

Peccaïré, et toi ?


L’amoureux

Moi, je veux te demander raison de tes mauvais conseils et des méchantes idées que tu nous a mises hier dans la cervelle ; ma pauvre Marie a taché de vert sa robe blanche ; sa mère a tout deviné et l’a mise au couvent.


Le Chaperon-Rouge

Est-ce fini ? Vous n’avez plus rien à dire ?


Tous

Que te faut-il davantage ?


Le Chaperon-Rouge

Écoutez-moi, mes enfants, écoutez-moi quelques minutes. Je ne suis point le démon pernicieux et malin pour lequel vous voulez bien me prendre, et j’éprouve un profond chagrin de tous les malheurs qui vous arrivent. Êtes-vous tant à plaindre, du reste ? Chacun de vous me doit une journée adorable, qui n’a duré que vingt-quatre heures, il est vrai, mais ce n’est point par ma faute. Ne vaudrait-il pas mieux accepter vos maux présents en souvenir des bonheurs passés, vous résigner un peu et me remercier beaucoup ? Telle que vous me voyez, mes pauvres amis, je vais payer dans quelques instants mes plaisirs d’hier et de cette nuit. Un loup est là qui s’impatiente à m’attendre, et pour éviter sa dent cruelle, je ne puis rien faire, hélas ! Il est dans ma destinée de Chaperon-Rouge d’accepter cette mort sans me plaindre ; ? imitez mon exemple, chers enfants, et ne regrettez jamais un plaisir, si cher que vous ayez pu le payer : le bonheur n’a pas de prix ; il n’y a que des sots pour le marchander. Et maintenant je me livre à votre vengeance, faites de moi ce que vous voudrez.


Tous

Si jolie et si malheureuse ! Comment pourrions nous lui en vouloir ?


Le Chaperon-Rouge

Là ! j’en étais bien sûre que vous ne me feriez pas de mal ; vous êtes des enfants, de bons enfants, et je veux vous laisser un souvenir de moi. (Quittant ses boucles d’oreilles.) Une cerise pour chacun. Tenez, et gardez les jusqu’à demain… C’est bien long, n’est-ce pas ? .. Allons, adieu, mes amis, et songez quelquefois au Chaperon-Rouge. (S’ adressant au fou.) Et toi ! veux-tu venir m’embrasser un brin, un dernier brin ?


Le fou
, gambadant sans l’entendre.

Alors le colibri dit à la princesse : Le moment est venu do nous séparer… Tra la la la, deri deri, la la.


Le Chaperon-Rouge

Il n’a pas beaucoup de mémoire, mon amoureux… (Huit heures sonnent.) Allons, voici le moment ; tous les romans ont une fin, le mien comme les autres ; il est plus court, et voilà tout. Bonsoir, la compagnie. (Elle entre dans la maison.)


Tous
Adieu, Chaperon. (On entend un grand bruit à l’intérieur.)

Scène VIII

LES MÊMES,


Polonius
, accourant à toutes jambes.

Polonius

Arrêtez ! arrêtez !… Hélas ! toujours trop tard ! Oh ! comme l’expérience et la sagesse sont boiteuses à courir après la folie et l’imprévoyance. J’ai beau me hâter, je ne puis jamais arracher le Chaperon-Rouge à la gueule du loup. (S’adressant à ceux qui l’entourent :) Çà, vous autres, je devine qui vous êtes : des victimes de cette petite malheureuse. Suivez-moi, je vais répa3 réparer tout le mal, et vous remettre dans la bonne voie. (Au fou qui ne l’écoute point.) Venez-vous, monsieur !


Le fou

Non, merci, merci. J’ai terminé mon histoire, et le colibri est mort ; vous me ramèneriez à l’hôpital ; je préfère me noyer. J’aime les romans qui finissent mal. (Il se jette dans le puits.)


Polonius
, gravement.

Voilà le sort des fous et des imprévoyants, du Chaperon-Rouge et des siens, Avis au public. (Ils sortent.)


FIN