Le Roman du Renart, supplément, 1835/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Polycarpe ChabailleSylvestre (Supplémentp. 39-54).

DE RENART ET DE PIAUDOUÉ.


----



Mors, qui en tant de lieus s’espart,
Moult nous demeures et viens tart
Quant tu es tant en oubli mis,
De ce que ne nous prens Renart ;
De félonie frit et art,
Se li trouble et crolle li vis ;
Parjures est, ce m’est avis ;
Par nuit voit pou, dont il vaut pis ;
Trouble a et obscur le regart.
10Mors, c’or le pren, quar plus amis
Auras quant tu l’auras tramis
En enfer, où nus n’a sa part.

— Par Dieu, Piaudoué, tu as tort
Qui esveilles le chien qui dort,
Quant tu sor moi prens à redire ;
Si m’aït Diex, vers de la mort
Ne fu vengiez, je cuit, si fort
Con cis sera, se je sai dire.
Il a en toi tant de matire
20Que l’en te puet assez mesdire.

On l’a pieçà geté en sort,
Qu’ainsi doit-on glouton despire
Qui ne set ne chanter ne lire,
N’à nul bien fere ne s’amort.

De ton père le lecheor
N’éus-tu onques nule honor,
Qui en la fin songieres fu
Et cleiastre et faus pecheor,
Quar de son mestier le greignor
30Repera-il au plus menu :
Por provoire l’ot-on tenu,
Mès il li fu trop meschéu
Quant on l’apeleoit seignor :
Il ot la coustume au vaincu,
Qui son baston et son escu
Gete en mi le champ por péur.

— Renart, n’i a mestier celée
Que ce ne soit chose provée
Qu’engendrez fus d’un coroné ;
40Moult fu ta mère bien donée
Quant issis de c… sacrée.
Contre droiture et léauté
L’en t’en avoit à clerc voué ;
Je croi por ce as-tu desvoué
Cel veu et clergie faussée.
Le vis as rouge et alumé ;

Fui ! jà serons envenimé
De ta chière que voi enflée.

Renart, de vil geton issis,
50En si vil geton te r’es mis
Dont tu jamès hors ne seras.
Li père à celi que as pris
D’autretel malage est espris
Que tu queuves desouz tes dras.
Or pués-tu bien crier hélas !
Quar ti dé sont de deus et d’as ;
N’onques nul bon geu ne préis.
De clerc venis, fille à clerc as,
Et ta mère li Sathanas
60Ne vaut pas miex de li, mès pis.

C’est une vielle piaucelue,
Sèche, maigre, vielle et ossue ;
N’est jor d’embler ne s’entremete :
Quant ele va parmi la rue
Entor li gete sa véue
Ausi conme un gorpil aguete ;
Por pain nule foiz ne s’endete,
Ne tient rien souz guiart ne mete
Por porter Renart en sa mue ;
70Bien sai que jà n’en ert retrete
Jusques grant honte l’en soit fete ;
S’en a ele mainte béue.


— Ahi, Clers ! mainte charbonée[1]
As sus platiau détronçonée
Dont ta langue gist en langueur.
Or as ta teste coronée,
Mès jà nul jor n’ert honorée
Clergie par tel lechéeur.
De toi sont issu trichéeur
80Qui t’ont toute toloite honeur,
Et si t’ont honte abandonée.
Lécherie t’a tel saveur,
Qu’ele te tient à son seigneur ;
Si t’a toute s’amor donée.

— Renart, tant as assavorée
La lécherie et entamée,
Paor ai que mal ne te face ;
Si as jà retrete cornée
Ta teste de chaines meslée,
90Ton vis crolle, ta face passe,
Et viellece qui te manace,
Qui chascun jor t’use et esface,
Qui t’a soufrete abandonée ;
Et puis que mis es en espasse,
Droiz est que teus vilains embrace
Granz fains et longue consirrée.


— Clers, ne t’es pas por ce resqueus
Qui as parlé de mes cheveus,
Et dis que j’ai la chiere flestre.
100Se je sui viex, tu que m’en veus ?
Je nasqui quant tens fu et leus,
Qui te vea dès lors à nestre ?
Deseur moi me voiz toz dis metre,
Et à trop plus biau harnois estre
Que tu n’es, fols maléureus.
Trop te lieve, qui te veut pestre ;
Encor auras cheval en destre
Qui soustendroit quatorze leus.

— Renart, à nul bien ne t’avoies,
110Fors à mal fere toutes voies
N’erent jà tes mains recréues.
Por ce m’est bel que tu teus soies,
Et que jamès ne te recroies
Tant qu’aies les hontes éues ;
Tu trueves tant choses perdues,
C’on te fera aus naces nues
Nier les rues et les voies ;
Si seras présentez aus nues
Les mains derrier le cul tendues,
120Les iex bendez, que tu n’i voies.

— Piaudoué, jà Diex ne t’ament !
De moi as fet conmencement,

Et je referai de toi fin.
Ne me sez blasmer autrement
Fors que vescu ai longuement
Et que je de croller ne fin.
Je boif au soir et au matin,
Et si faz feste Saint-Martin
Moult volentiers et moult sovent :
130Je prophesi et si devin
Que se mon croller est par vin
Le tien croller sera par vent.

— Renart, di quanques tu voudras ;
Ne fus-tu cil qu’à cele emblas
Les hanas dant Jofroi bouchier ?
Se tu fusses pris, chetiz las !
Tu ne volaisses pas si bas ;
Plus haut t’estéust gibecier.
Se tu fez auques tel mestier,
140Tu en auras por ton loier
Forche ou gibet, jà n’i faudras ;
S’auras de hart laisse ou colier,
Et les cornoiles au jugier,
Si qu’au pié prendre les porras.

— Clers, qui à bien ne veus entendre,
Ta coustume te covient rendre :
De larrons es et de putains.
Je n’ai cure de l’autrui prendre,

Ne je n’i quier jà la main tendre,
150Quar du lingnage es plus prochains.
Gontars fu tes cousins germains
Qui vers son cul tendi ses mains
Quant il les déust à Dieu tendre.
Il est alez, c’est or del mains ;
Il ne fu onques puis bien sains,
C’uns maus le prist c’on claime pendre.

— Renart, j’ai un livre véu
De tes ancisseurs et léu
Du père ta mère Gascot
160Qui se combati à dant Gu ;
Si trestost conme il fu vaincu
On li fist dire le mal mot ;
Proière puis mestier n’i ot,
Qu’il fu pendus à un seul mot
Au saint où il vouez se fu.
De combatre se tint por sot,
Qu’au darrenier sa goule sot
Combien son cul pesant li fu.

— Clers, de l’aler as bien t’estors ;
170Lecherie, où tu es amors,
T’a hors de bone voie mis.
Doubles lechierres es retors,
A moult grant honte ira tes cors ;
Je le t’ai bien pieçà promis.

Se tu es à Dieu, je devis,
Taverne est eve qui t’a pris,
Qui t’a fet fere le mal mors.
Se ton jardin est paradis,
Toz jors est Diex, ce m’est avis,
180Qui tout t’en a mis au dehors.

Las ! que fera cis alechiez
Quant cis jardins sera sechiez
Où il se geue, où il s’esbat ?
Refera-il noviaus pechiez ?
Encor n’est pas cuites des viez,
Que fols fera s’il s’i embat.
L’autr’ier, chiés Bauduin le Chat,
Prist-il tel chose sanz achat
Dont il dut estre corouciez ;
190Je l’en vi bien hontex et mat ;
T’i faz un tret dont je le mat ;
Eschec li di d’uns avanpiez.

— Et d’avanpiez et d’autre afère
Te déusses-tu moult bien tere,
Quar de toi la purté savon :
Entor soi te fet mal atrere,
Quar tu ne fines de fortrere,
Si con tu féis à Loon.
Ton oste emblas en sa meson,
200Dont tu féis grant desreson,

La farse d’une pane vaire.
S’on te féist droite reson
On te singnast conme larron
Des oreilles ou des iex traire.

— Clers, je te voi si alechié,
Si ardant et si abechié,
Que bien me sambles hors du sens.
Bien te demoustrent li pechié
Dont tu te sens si entechié
210Que Dans-Martins t’est en desfens ;
On t’i fera paier ton cens
Moult malement, si con je pens ;
Se tenuz i es ne bailliez,
Tu i seras à tel despens
C’on t’i feras iex de harens,
Qu’il te seront andui brochié.

— Renart, se t’as honte, or t’en fui :
D’un tien frère vi et connui
La vie à Dant-Martin l’autr’ier ;
220Tant le gardai en mon estui,
Pesera toi c’onques nez fui
Quant je parlerai de Gautier :
Bouriaus fu, n’ot autre mestier.
Oreilles aprist à trenchier
Par son pechié, par son anui ;
En la fin en ot tel loier

Qu’ainsi li covint vendengier
Ses oreilles con les autrui.

— Clers, tu qui as parlé d’oreilles,
230Il me vient à moult granz merveilles ;
Tu t’en déusses bien garder.
A nul bien tu ne t’apareilles,
Se tu ne dors ou ne sommeilles
Tu ne te pués tenir d’embler ;
N’onques ne se sot d’el mesler
Harduins de Moustier-Viler
Ton cousin aus faces vermeilles.
Sanz joie le vi haut baler
Et de sa pance saouler
240Huans et pies et corneilles.

— Menestereus viex et peu chiers
Qui estes devenus bouchiers
Dont la char n’est pas décopée,
A la beste est bons li mestiers,
Toz jors a ses membres entiers ;
Por cop qu’ele ait, n’ert jà tuée.
Viument as ta vie menée
S’en as éu mainte goulée
Dont tu auras mauvès loiers.
250Tu me déis mat en l’anglée,
Mès j’ai chevance recouvrée ;
Si te renui, viex bordeliers.


Deus manières sont de bordiaus :
Li un sont fet por les mesiaus
Et li autre por les putains.
Renars, cil fel, cil desloiaus,
Cil traïtres, cil vilains faus,
Qui tant est envieus vilains,
Où la fame qui fiert des rains
260Sera du tout, se il est sains,
Quar li geus li est bons et biaus ;
Et s’il avient qu’il i ait grains
Nous li metrons tel chose ès mains
Qui li sera nommé flaviaus.

— De bordiaus tere te déusses
Se tu la vérité séusses
Con tu en es d’ancisserie ;
Se tu t’aiole connéusses
Jà tel’ parole dit n’éusses,
270Qu’en ta mère n’ot que demie.
Par maaille venis en vie,
En bordiaus fu la char norrie
Dont tu issis, que mar créusses !
Par toi ert une ame perie
Qui en enfer sera ravie,
Qui jà n’i fust se tu ne fusses.

Clers, quar respon à ma parole,
Jà por ce ne fai chiere fole ;

Bien sai que d’embler es hardis ;
280Or me di par l’ame t’aiole,
Qui de putains tenoit escole,
En quel bordel tu fus norris.
Ne te membre-il de Senlis,
Où tu fus por lerres eslis,
Et si fus mis en la jaiole ?
Lors déus-tu estre honis,
Assez en fu li sainz oïs
Por fere toi de hart estole.

Clers, ne sai s’onques te souvint
290D’un homme qui près t’apartint ;
Baras ot non, ce sevent maint.
La justice vers lui le tint
Por un forfet qui li avint
Dont on l’ot prové et ataint,
Et en fu mis en tel destraint
Que sa couverture l’estaint
Por le grant fais que il soustint ;
Bien sai que au-desouz remaint
Se la terre hors ne l’empaint
300Qui à toz jors mès le retint.

Voirs est que Piaudoué se vante
Que il pas à Senlis ne hante ;
Quar par sa langue i est haïs
Puis que Dan-Martin li sous-plante

Voire chançon et acréante
Qu’averer li fera ses dis.
Gadifer[2], qui fu si hardis,
Ne fu pas si bien del laris
Con ton père et une toie ante.
310Por toi et por eus es banis
De là où fus nez et norris ;
S’as non Thomas hors de Maiante.

Ahi, Clers ! plus ne frougeras,
N’à clergie plus n’entendras ;
Tu en as fet voler les coins ;
Quar tant te plut et tant l’amas
Lecherie, quant l’acointas,
Que toz t’i es aers et joins.
Sez-tu que je t’en ai enjoins
320Anuis, soufretes et besoins,
Tout ce auras-tu, chetis las.
Tant as ouvré des mains, des poins,
Que s’en tes braies n’a plus poins,
Tu nous mousterras par tans las.

— A cel viel lecheor que vaut
Qui si m’arguë et si m’assaut

Tout sanz reson et sanz droiture ?
Se la cort au bouteillier faut
Je le verrai si vil ribaut
330Que nus n’aura mès de lui cure ;
Se ne fust or cele poture
Qu’il a ceenz par aventure
Et cele cote et cel feu chaut,
Yvers m’en féist bien droiture :
Là fors l’atent fains et froidure,
Dont il aura par tans l’assaut.

De ta mère, que t’amentui,
A cui tu féis maint anui,
Qui si viument se maintenoit ;
340Certes, je ionques la connui,
Si m’aït Diex et li sains dui,
Si sai-je bien quele ele estoit :
Par ma ante querant aloit
Du pain au povre qui ne voit ;
N’avoit c’un chienet avoec lui.
Parmi ce qu’ele ne veoit,
Si pute ert, goute ne tenoit ;
Nus ne s’en alast escondit.

— Clers, tu qui mesdis de Renart,
350Prendre dois bien en toi regart :
Ne pués faillir qu’il ne te rende.
Tu claimes tant en l’autrui part,

Mestiers est que chascuns se gart
De tel ouvrier s’il ne s’amende.
N’est nus qu’à ton mestier entende
Que mauvès guerredon n’atende,
Que qu’il demeurt ou tempre ou tard ;
Là est assise ta provande
Où li gibés reçoit l’offrande,
360Et les estoles sont de hart.

— Fols est Renars, qui amentoit
Chose dont il parler ne doit ;
Miex li venist lessier ester.
Sa mère point ne se recroit,
Moult volentiers des rains feroit,
Nus n’en pot escondis aler ;
Son mestier fu de bordeler ;
Sor li fist son père croller
Et autres quiconques voloit ;
370Ne savoit au père assener,
Si que Renars ne set nommer
Le père dont engendrez soit.

— Par Dieu, Piaudoué, tu as tort
De ce que me mesdis si fort ;
Tu quiers ta grant mesaventure.
Viellece, la suer à la mort,
Me destraint et lie si fort
Que je de tel mestier n’ai cure :

Ne sui pas si plains de luxure,
380Et tu es plains de grant ardure ;
Moult bien le te di et recort ;
Mès il t’avint honte et lédure
Quant tu fus pris en la couture
Sor l’asnesse de Nuevefort.


Explicit de Renart et de Piaudoué.

  1. Charbonée, carbonée, grillade, côtelette. Ce mot est encore employé en Picardie et en Artois.
  2. Gadifer. La bibliothèque des ducs de Bourgogne possédoit deux exemplaires d’un roman de ce nom. Voir les nos 1303 et 1947 de la Bibliothèque protypographique, par M. J. Barrois. In-4o, Paris, 1830.