Le Roman du Renart - D. M. Méon — 1826/32

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par D. M. MéonTreuttel et Würtz (Tome 3p. 167-290).


C’est la Branche de Renart com il fu Empereres.


Ce fu en la douce saison
Que cler chantent li osellon
Por le tens qui est nez et purs,
Que Renart ert dedenz les murs
De Malpertuis son fort manoir,
24350Mais moult ot son cuer tristre et noir
Por sa viande qui le lache.
Durement s’estent et s’afaiche,
De fein li dolent li bouel.
Devant lui vit venir Rovel
Son fil qui de fain vet plorant,
Et Hermeline maintenant
Qui moult par est et simple et coie,
Et Malebranche et Percehaie
Qui moult parfont chiere dolente.
24360N’i a celui ne se demente,
De lor mere sont moult dolent
Qui plore de fain durement
Et moult par fist dolente chiere.
Renart li dist, amie chiere,
Por qoi vos voi-je si ateinte ?
Sire, fet-el, je sui enceinte,
D’enfant ai tot le ventre plein,
Mais certes je ai si grant fein

Que j’en quit perdre mon enfant.
24370Renart l’oï, moult fu dolant
Et moult en devint esperdu,
A Hermeline a respondu :
Dame, ne vos esmaiez pas,
Que foi que doi Saint Nicholas
Assez vos en ferai avoir,
Que je voil orendroit movoir
Et aler là où Diex m’avoit
Qui par tens viande m’envoit
Trestot ausi con je le voil.
24380Atant feri le pié au soil,
Si s’en issi tot maintenant.
Durement vet Deu reclamant
Que il viande li envoit,
Que moult grant mestier en avoit.
Atant s’en entre en un plessié,
Tot belement le chief bessié
Vet por savoir et esprover
Se viande porroit trover.
Belement s’en vet tot le pas,
24390Sovent coloie et haut et bas,
Et qant il ot coloié tant,
Si se regarde et voit venant
Mesire Ysengrin son conpere ;
Mès onques foi que doi Saint Pere
Ne vit beste de tel aïr.
Sire, bien puissiez-vos venir,

Fet-il ! Ysengrin l’esgarda,
Renart, fait-il, ce que sera,
Allez vos en moult tost de ci,
24400C’après moi viegnent, je vos di,
Trestuit li vilain d’une vile :
Se il vos pernent, par Saint Gile,
Il vos liverront à essil.
Sire, ce respont le Gorpil,
Alons-en donques sanz targier.
Atant se metent au frapier
Entre Renart et Ysengrin,
Ne tindrent voie ne chemin,
Que chascuns durement se dote ;
24410Mès li vilain en ont la rote
Perdue et retorné s’en sont :
Et cil moult durement s’en vont,
Car il n’ont talent d’arester.
Lors se pristrent à regarder,
Mès les vilains ne virent pas.
Dist Ysengrin, je sui moult las,
Que bien sachiez par Saint Omer
Que ne puis en avant aler ;
Un petit reposer m’estuet.
24420Einsi le fet qui miex ne puet,
Fait Renart, et je m’en irai,
Que hui en cest jor ne mengai,
Si irai querre ma viande.
Ysengrin à Deu le conmande

Qui moult fu las et traveilliez,
Lors s’est soz un arbre cochiez,
Et Renart s’en vet meintenant ;
Mès n’ot gaires alé avant
Qu’il jura foi qu’il doit Saint Pere
24430Qu’il engingnera son conpere.
Savoir viaut con se contendra,
Desoz un arbre se muça,[1]
Et Ysengrin si s’endormi.
Renart nel’ mist pas en obli,
Einz se porpense qu’il fera
Et conment le conchiera,
Que mainte foiz li à mal fet.[2]
Tantost vers Ysengrin se tret,
Et voit qu’il dormoit durement :
24440Une hart a fete erraument
D’un plançon d’un cesne menu,
A Ysengrin en est venu
Qui desoz l’arbre se gisoit
Con cil qui nul mal ne pensoit,
Einz se gisoit trestot en pès.
Renart qui fu fel et engrès
Et qui fu plains de grant voisdie,
Ysengrin par les deus piez lie[3]

De la hart au chene si fort
24450Que se l’en le chaçast de mort
Ne se poïst-il remuer.
Renart le voit, ne pot muer
Qu’il n’en rie, puis si s’en torne,
Un pou fors de la voie torne
Por savoir conment avendroit
A Ysengrin qui se gisoit.
Tantost s’est en un buisson mis,
Mais n’i a mie grantment sis
Qant iloques vint un vilain
24460Qui tint un baston en sa main
Qui ert grant et gros et de hous.
Qant l’aperçoit Renart li rous,
Moult en a en son cuer grant joie ;
Et li vilains ne se desvoie,
Einz s’en vet tot droit le cemin.
Qant le vilain vit Ysengrin
Qui fu liez devers les piez,
Tantost s’est vers lui eslessiez :
Le baston hauce par aïr,
24470Si corut Ysengrin ferir
Parmi le chaaingnon dou col.
Or se pot bien tenir por fol
Ysengrin qant il s’endormi :
Tot meintenant les eus ovri,
Si a le Vilein regardé
Qui avoit son coup entesé

Et le volt ferir sanz targier.
Ysengrin se cuide drecier,
Au Vilain voloit corre sus,
24480Mès maintenant rechéi jus
Que il ne pot sor piez ester.
Li Vilains le prent à fraper
Dou baston menu et sovent.
A Ysengrin vet malement,
Mais nequedent tant agaita
Que le Vilain soz lui sacha ;
Tot estendu le fist chaïr,
Li Lous le prent par grant aïr,
As denz le hocepaingne et mort.
24490Or a moult grant poor de mort
Li Vilains, si a grant raison,
Forment prie Deu et son non
Par son plesir et par sa grace
Que Ysengrin mal ne li face.
Ysengrin si fu moult iriez,
Le Vilain ot soz lui sachiez,
Durement le mort et estraint,
Par poi le cuer ne li estaint,
Si éust-il, bien le sachiez,
24500Mès li Vilains s’est efforciez,
Si a repris cuer et alaine,
D’Ysengrin s’estort à grant paine.
Moult fu malement atornez,
Tantost est en fuie tornez ;

Mais sachoiz por un marc d’or fin
Ne retornast vers Ysengrin.
Fuiant s’en vet tot corociez
Que durement estoit bleciez.
Et qant Renart voit qu’il s’en vet,
24510Un petitet en sus se tret
Qu’il ne velt qu’Ysengrin le voie.
Tantost se r’est mis à la voie
Qui moult estoit et bele et grant :
Mi sire Renart vet chantant
Une chançon tote novele
D’amoretes qui moult iert bele
Et bien fete, par Saint Firmin,
Chantant s’en vet tot le chemin.
Un chapelet vest en sa teste,
24520Moult moine grant joie et grant feste
Et fait sanblant que riens ne sache
D’Ysengrin ne de son domage.
Quant Ysengrin le voit venant,
Si li escrie meintenant :
Renart, Renart, baux doz amis,
A poi que n’ai esté maumis ;
Je me sui ci trové liez
D’une hart très parmi les piez
A cest chesne qui est branchu,
24530Et un vilain qui m’a batu
D’un baston moult granz cous el dos,
Que trestoz en ai mos les os.

A pou que il ne m’a tué,
Mais je le r’ai moult bien plumé,
Bien li ai les cheveus sachiez,
Tot de verité le sachiez,
Par qoi je me confort plus bel.
Par foi, fait Renart, ce m’est bel,
Mais de vos sui forment iriez,
24540Mès vos serez jà desliez,
Ice vos di, foi que doi vos
Qui estes mes comperes doz,
Que miex amasse estre batuz
Que vos fussiez ci enbatuz.
Dist Ysengrin, bien vos en croi,
Mès par amor desliez moi,
Que je vos en saurai bon gré.
Dist Renart, ce me vient à gré.
Lors le cort deslier Renart,
24550Des piez li a osté la hart,
Que il n’i a demoré plus,
Et Ysengrin est sailliz sus
Qui moult en ot grant desirier,
Si est alé Renart besier
Et dist, Renart, par Sainte Foi
Je vos aim moult en bone foi :
Se je vos aim je n’ai pas tort,
Que vos m’avez gari de mort,
Que mort fusse, bien le sachiez,
24560Se ça ne fussiez repairiez.

Dex le fist por amor de moi ;
Mais par la foi que je vos doi,
Orendroites sanz delaier
Vendroiz avecques moi mengier
Une cuisse d’aignel novel
Que je lessai à mon ostel :
Or en venez sanz atargier.
Atant se metent el sentier
Entre Renart et Ysengrin,
24570Onques ne gerpirent chemin,
Si sont venu à la meson
Mesire Ysengrin le baron
Qui bien estoit de mur fermée.
Dame Hersent i ont trovée
Qui moult grant joie lor a fete.
Tantost à mengier lor afete
Tel viande con ele pot ;
Aigniax rostis, chapons en pot
Lor apareilla à foison,
24580Si en mengierent li baron
Tant con il lor vint à talent.
Mesire Renart ne fu lent,
Ainz dist qu’il s’en voloit aler :
A Dame Hersent vet parler
Por congié demander et querre,
Car aler s’en viaut en sa terre
Son preu porchacier et trover.
Dist Ysengrin, lessiez ester,

Par la foi que doi Saint Germain
24590Ne nos movrons hui ne demain.
Ha ! sire, dist Renart, merci,
Je ne puis plus demorer ci,
Car j’ai afere en autre leu.
N’en iroiz pas, ce dist li Leu,
Hui ne demain, foi que vos doi.
Sire, dist Renart, par ma foi
Je ne demorroie por rien,
Mès de verité sachiez bien
Que au plus tost que je porrai
24600Ci endroit à vos revendrai.
Dist Ysengrin, dont en iroiz,
Mès vostre foi fianceroiz
Que revendroiz jusqu’à quart jor
Ci ilec por fere sejor,
Que je vos aim en bone foi :
Et dist Renart, einsi l’otroi.
Renart prent congié, si s’en part,
Si chemine tot un essart
Sanz conpaignie que il ait.
24610Moult prie Deu que il l’avoit
En tel leu que viande truisse
Que à sa feme porter puisse
Que il lessa ençainte et grosse.
Lors voit devant lui une fosse
Qui moult estoit parfonde et grant,
Ainz ne fina si vint devant.

Desus la fosse s’aresta,
Longement i fist son esta
Por esgarder que dedenz ot ;
24620Et qant assez esgardé ot,
Si vit qu’el fu de ronces plaine
Si durement que à grant paine
I paroit-il se ronces non.
Tant a esgardé environ,
Si vit que meures i ot tant
Que onques mès en son vivant
N’en avoit tant véu ensemble.
Par foi, fet Renart, ce me semble,
Ici se feroit bon logier,
24630Qui des meures vodroit mengier,
Moult s’i féist bon osteler.
Adonc conmença à aler
Entor le fossé por savoir
Se des meures porroit avoir ;
Mais il ne voit mie par oùt
Il en puisse avoir, si en grout,
Por ce qu’il n’i pot avenir.
La langue li prent à fremir
De lecherie et de corroz :
24640En la fosse sailli deboz
Por ce qu’il en voloit avoir.
Sachiez qu’il ne fist pas savoir ;
Car il ne se pot detenir
Qu’aval ne l’estuise venir.

Ou li pesast, ou bel li fu,
Onc ne fina dusqu’as fons fu.
De rooler tot contreval
Bien sachiez qu’il ot assez mal ;
Ainz que il s’en poïst issir
24650I a fait li las meint sopir,
Car le fossé estoit trop haut ;
Mais conment qu’il viegne ne aut,
A grant poine s’en est estors,
Mais moult fu ainz dolent del cors.
Totevoie en est eschapez,
Si est sor le fossé montez
Con cil qui art de lecherie ;
Biax sire Diex, fait-il, aïe !
Conment n’arai-ge nule meure ?
24660Oil certes, que qu’il demeure
J’en aurai à qui qu’il anuit,
Ainz i serai jusqu’à la nuit
Que je n’en aie. Lors s’asiet
Mais sachoiz que pas ne li siet
Que as meures ne pot ateindre,
Ne el fossé ne s’ose enpeindre,
Que trop i ot grant paine éue.
Lors se lieve sanz atendue,
Queut des pierres plain son giron,
24670Si en aroche le boisson
Qu’il voloit les meures abatre :
Bien en i giete trente et quatre,

Mès celes qu’il a abatues
Sont dedenz le fossé chéues,
Si li anuie moult forment.
Lors dist Renart iréement,
Je sui fox que je ci demeure
Ne je ne menju nule meure ;
N’en mangai long tans a passé
24680Que par mon chief je l’ai voé
Que je n’en mengerai jamès.
Atant s’en vet tot à eslès
Moult corocié et moult dolant ;
Mais il n’ala gaires avant
Plus de deus arpens ou de trois
Qu’il a trové enmi le bois
Gisant mon segnor Roonel
Desoz un arbre grant et bel :
Gisoit Roonel estendu,
24690Car un vilain l’avoit batu
Tant de son baston et frapé
Qu’à poi qu’il ne l’avoit tué,
Ne pot movoir ne pié ne mein.
Renart s’en vet à li de plein
Qanque il pot toz eslessiez.
Moult fu dolanz et corociez
Por les meures où ot failli,
Tantost vers Roonel sailli,
Si le cuida trover dormant ;
24700Mès Roonel de maintenant

Li dist, sire, bien veigniez-vos !
Ne me puis lever contre vos,
Car n’en ai aise ne pooir.
Il ne vos estuet jà movoir,
Fet soi Renart, par Saint Denis,
Mès dites moi, biax douz amis,
Qui vos a si vilment feru.
Sire, un vilain qui m’a batu,
Bien sai n’en porrai eschaper.
24710Renart entent bien au parler
Qu’il est moult durement bleciez,
Forment en est esléesciez,
Car maintes foiz li ot fet mal.
Lors regarde tot contreval
Le bois por savoir s’alme orroit,
Et qant il nul alme ne voit,
Si jure cil qui l’engendra
Que Roonel ilec pendra,
Que jà n’en aura raençon.
24720Lors regarde vers un boisson,
Si a une corde trovée
C’uns vilains i ot obliée.
Maintenant a prise la corde
Renart qui n’ait misericorde !
(Non aura-il au chief del tor,)
De la corde un bon laz corsor
A fet, ne fu mie trop fol,
A Roonel le mist au col ;

Mès tant mesprist, bien le sachiez,
24730Qu’il mist avec deus de ses piez.
Qant li ot mis el col le laz
Renart qui sot touz les baraz
Plus que beste noire ne blanche,
La corde desus une branche
A gitée, puis sache à lui,
Roonel à l’arbe pendi,
Au miex qu’il pot li atacha,
Le pié du laz li eschapa,
Que maintenant fust estranglez
24740Se les piez n’éust enz botez.
Qant Renart l’a véu en haut,
Si li dit, sire, Dex vos saut !
Parlez à moi se vos volez ;
Moult vos estes haut encroez :
Conment diable ! estes-vos tiex
Quidiez-vos monter as sainz ciex
Avec Dame Dieu là amont ?
Vos estes li plus fox dou mont ;
Bien vos devroit honte venir
24750Qant vos volez sainz devenir.
Dites moi, fet-il, en quel leu
Vos avez si fort servi Deu
Que vos volez aler à lui.
Roonel mot ne respondi,
Qar il ne pot, que trop l’estraint
Le laz, et Dant Renart l’enpaint

Par les piez et le fet branler.
A lui se prent à porpenser ;
Por ce qu’estrangler le voloit,
24760Arier soi regarde, si voit
Venir la mesnie le Roi :
Adonques fu en grant effroi,
Car de sa vie ot grant paor.
Fuiant s’en vet sanz plus demor
Qanque il pot de grant randon,
Et cil vienent à esperon
Au plus tost qu’il porent venir,
Ainz ne se vodrent retenir.
Devant vienent li escuier
24770Et li Rois si venoit derier
Chevauchant avec ses barons.
Atant estes-vos les garçons
Qui sont desoz l’arbre venu,
Roonel troverent pendu :
Tuit s’arestent, ne vont avant.
Estes-vos le Roi à itant
Et ses barons aveques lui,
Roonel voient qui pendi,
Si en fu le Roi moult dolant.
24780Despendre le fist erraument
Que moult en fu maltalentis :
Maintenant l’ont à terre mis
Trestot belement et soé,
Les yex ovri, si a parlé

Et dist, biax sire Dex, merci,
A poi que n’ai esté peri.
Qant li Lions l’oï parler,
Descenduz est sanz demorer ;
Delez lui s’asist maintenant,
24790Son chief li mist en son devant.
Conme deboneire et cortois
Conmença à plorer li Rois
Por la pitié qu’il a de li,
Et qant Roonel l’a oï,
Si se merveille que ce est,
Et li Rois dist, conment vos est,
Biau doz amis ? dites le moi.
Sire, dist Roonel, par foi
Moult ai esté en grant torment,
24800Mès or ne me celez noient
Qui vos estes tot demanois,
Qar certes je ne vos conois
Se ne me dites vostre non.
Amis, ce respons le Lion,
Je sui Rois de ceste contrée.
Roonel l’ot, moult li agrée
Et moult en a où cuer grant joie ;
La teste lieve sanz deloie
Si a son seignor regardé :
24810Sire, fait-il, moult grant bonté
M’avez faite vostre merci,
Sire, qant venistes-vos ci ?

Orendroit voir, biaus douz amis,
Mais qui vos a issi maumis ?
Sire, fait-il, foi que doi vos,
Tot ce m’a fet Renart li ros ;
Ne je n’en cuit jamès garir.
Adonques a fet un sospir
Et après a jeté un plaint,
24820Tot le viaire li estaint
De la paine qu’il ot soferte.
Segnors, dist li Rois, vez quel perte
C’ainsi ai perdu mon baron :
Se je puis prendre le laron,
Il sera maintenant pendu.
Et li baron ont repondu :
Bau sire, laissiez cest afere,
Mès faites une biere fere
A porter Roonel en l’ost.
24830Il n’i a nul qui le deslot
Ne le contredie de rien.
Une biere font de merrien
Li barons, onques n’i ot autre,
Si ont dedenz couchié li viautre,
Mès ainz ont mis herbe desoz.
Li Rois li a dit oiant toz :
Roonel, moult estes bleçié,
Mès se Dex ait de moi pitié,
Il m’en poise moult durement.
24840Maintenant conmande à sa gent

Que il gardent qu’il soit aése ;
Et cil qui en sont à malese
De ce que il malades fu,
S’en entremetent et fait fu
Ce que li Rois ot conmandé.
Onques plus n’i ont demoré,
La biere trossent es chevax,
Puis chevauchent les fons d’un vax
Tot belement et à lesir,
24850Tot soavet à l’aserir.
Moult ot Roonel son voloir,
Car li Rois où n’ot que doloir
Por lui qui malades estoit,
Le meine issi con il voloit,
Ne onques son conmandement
Ne trespassa nus de noiant,
Ainz s’en vont belement le pas,
Et sachiez qu’il ne nuisent pas
A Roonel, ainçois li plest.
24860Tant ont erré par la forest
Qu’il ont esloingnié grant partie ;
Onques n’i ot gent departie,
Si sont venu à la meson
Mon segnor Noble le Lion.
Descendu sont devant la porte,
Brichemer et Brun l’Ors enporte
Roonel amont en la sale,
Qui ot le vis et taint et pale

Por les cous qu’il ot recéuz,
24870Et por ce que il fu penduz
Estoit pale et descolorez.
Li Rois a ses mires mandez,
Et lor prie qu’il s’entremetent
De lui et que grant paine i metent,
Ausi grant con à lui méismes.
Li mires qui vindrent de Nimes
Et de Montpellier par delà
Por le Roi qui les en pria,
I ont mis tote lor entente ;
24880En totes ses plaies ot tente,
Que ainz que li mois fust passez
Fu-il gariz et respassez,
S’en fu moult bel à tel i ot
Et au Roi qui forment l’amot ;
De ce qu’il fu delivre et sain
Sont li baron de joie plain
Et tuit en demeinent grant joie,
Et li Rois qui vout que l’en l’oie
Et qu’en sache qu’il en fait feste,
24890En crole de joie la teste.
Li Rois fet joie por le chien
Qui est gariz et bel et bien,
Si font tuit li autre baron.
Ici de la Cort vos lairon,
Et qant leus en sera et tans,
Si vos en dirons tot à tans.

Dès or vos dirai de Renart
Qui chevauche tot un essart
Toz plains de joie et de léesce.
24900Devers un grant chesne s’adresce
Qui moult estoit haut et branchu,
Amont regarda, s’a véu
Un ni d’escofle qui ert biax,
Dedenz avoit quatre escofliax
Ausi dru conme pere et mere.
Renart jure l’ame son pere
Qu’il est venuz sa droite voie ;
Se li Escofles nel’ desvoie
Il les voudra trestoz mengier.
24910Amont l’arbre prent à puier,
Au miex qu’il pot monta en haut,
Au ni en vient que pas ne faut.
Conme desvez et erragiez
Trestoz quatre les a mengiez,
Qu’il avoit à son cuer grant fain.
Or en a-il le ventre plein,
Mès einz que il fust descenduz
Sont les deus Escofles venuz :
Qant n’ont lor oiseillons trovez,
24920Chascuns li cort conme desvez
Bien entalenté de mal fere.
Cil ne pot arere retraire,
Que trop estoit plaine sa pance ;
Li uns des Escofles s’avance,

Si a Renart doné tel flat
Que jus à la terre l’abat,
A poi qu’il ne l’a mehaingniez.
Isnelement s’est redreciez
Qu’il se voloit foïr atant ;
24930Mès li autres vint au devant
Tot autresi con un dragon,
Renart sesi au peliçon,
Jus à terre l’a abatu,
Moult par ont bien Renart batu.
Ambedui li corurent sus,
Renart traïnent sus et jus,
Batent des eles et des piez,
Des bés fierent con esragiez,
Ne Renart ne se pot deffendre.
24940Il le corent as ongles prendre,
En la char li metent dedenz,
Et Renart a jeté les denz
A tant de forces con il a,
Un des Escofles pris i a :
As denz le prent, si l’estraint si
Que le cuer en deus li parti
Et puis l’a depeciée tote.
L’autre Escofle por ce nel’ dote
Ne plus à enviz nel’ requiert,
24950Vers lui en vet et puis le fiert
Granz coz et menu et sovent.
Moult esta Renart malement,

Car cil qui estoit sanz poor,
Li est sus coruz par iror,
Si li fist tot le pis qu’il pot.
Onc Renart tant crier ne pot,
Merci ne crier ne rover,
N’onques merci n’i pot trover :
Ocis l’éust tout vraiement,
24960Jà de la mort n’éust garant
Jà li éust les eux crevez
Qant Renart saut conme desvez,
Si l’a pris par le col as denz
Que totes li enbati enz.
Il ne l’espargna illec mie,
Dou cors li a traite la vie
Con cil qui fu preus et delivres ;
Mais qui li donast cinc cent libvres,
Ne marchast-il un pas avant,
24970Iloc se couche. Ez-vos atant
Un Chevalier qui trespassoit
Par iloques, et si menoit
Un escuier et un garçon.
Si con il vienent à bandon
Par entre le bois et l’essart,
Gardent, si ont véu Renart
Enmi le chemin tot envers,
Tot ot le vis et pale et pers
Si con il ot esté blecié,
24980Tot le cuir avoit detrencié.

Li Chevalier l’a regardé,
Son escuier a apelé,
Si li a dit, se Dex t’aïst,
Es-ce Gorpil qui ici gist ?
Oïl, sire, foi que vos doi,
Mès il est mors en moie foi.
Fait li Chevaliers, ce m’est vis
Que cil Escofle l’ont ocis
Et il les a morz ambedeus.
24990Sire, fait-il, ce n’est pas jeus,
Gorpil set trop de mal por voir ;
De cestui voil le cuir avoir,
Bien vos porra avoir mestier.
Tu dis voir, fet le Chevalier,
Fai le donc porter en meson,
La pel est bone et de saison.
Li Escuiers descent atant,
Renart par les deus gambes prent
Et maintenant a tret s’espée,
25000Par les jarez li a botée,
Un plançon de chesne a copé,
Adonc li a parmi boté.
Le garçon apele et il vient,
Le Gorpil li baille qu’il tient,
Et cil le prant moult volentiers.
Tien, va, fait soi li Escuiers,
Pran et porte en meson cest beste,
Et garde en nuleu ne t’areste ;

Et qant tu à meson vendras,
25010La pel tantost en osteras.
Volentiers, fait-il, par Saint-Pol.
Le Gorpil a mis sor son col,
Lors s’en est tornez demanois,
Et laisse son seignor el bois.
A l’ostel vait son droit chemin.
Or est Renart en mal traïn,
Se par enging ne s’en estort
Il ne puet eschaper de mort,
Car il est bien pris au braion.
25020Et li garz s’en queurt le troton
Tant que le bois a trespassé :
En la praerie est entré
Qui estoit grande et longue et lée,
Renart en porte qui pas n’agrée
Ce qu’il le tient si malement
Et par les piez contreval pent,
Durement en fu esbahi.
Lors regarde tot entor lui,
Si ne voit nul home vivant.
25030Lors se tient moult à recréant
Qant einsi se laisse porter,
Si se conmence à porpenser
Conment il porra esploitier
Por eschaper au pautonier.
Qant Renart porpensé se fu
Et il ot entor lui véu

Et il ne choisi home nul,
Celui par les naches dou cul
A pris as denz sanz delaier,
25040Et li garz conmence à crier
Qanque il pot, pas ne se faint,
Et Renart les naches estraint
Et au plus qu’il pot les denz serre
Tant que li garz chéi à terre.
Ou biau li fust ou mal li sache
Le tint Renart parmi la nache,
Ne onques ne le volt laschier,
Tant que li garz corut sachier
Le baston qu’as jarez avoit,
25050Por ce que ferir le voloit ;
Car durement fu esperdu,
Et cil sache de grant vertu.
Qant Renart se vit delivré
Et il vit celui aterré
Et li vit prendre le baston,
Maintenant se part du garçon,
Qu’il ot poor qu’il nel’ ferist :
Atant à la fuie se mist
Au plus durement que il pot.
25060Or se pot bien tenir por sot
Li garz qant il l’en vit aler,
De dol conmença à plorer.
Dolent en est, si s’en retorne,
Jusc’à son segnor ne sejorne,

Si li conte conment Renart
S’en vait fuiant parmi l’essart,
Et conment il le prist as denz,
Et conment il li mist dedenz
Les naches par où il le prist,
25070Et conment le baston hors mist
Por ce qu’il le voloit ferir,
Mès tantost se prist à foïr,
Si s’en torna parmi les plains.
Je remès qui fui d’ire plains
Por ce que je aler l’en vi.
Qant li Chevaliers l’entendi,
Ses paumes en bati de joie :
Par foi, fait-il, ne cuit que j’oie
Jamès aussi bele aventure.
25080Atant s’en vet grant aléure,
Si lessierent ester atant
Et Renart s’en vet randonant
Parmi les prez à grant esploit
Conme cil qui asez savoit
Plus que nul autre de barat.
S’en vait fuiant pensif et mat,
Moult dolent et moult corociez
Parmi les prez toz eslessiez :
Moult se demente et moult s’esmaie
25090Que moult li cuit et diaut sa plaie ;
Mès il fu sajes et recuit,
Tot belement trotant s’en fuit,

Car à grant paine puet aler
Et dist que se il puet trover
Une erbe qu’il bien conissoit,
Tantost sa plaie gariroit.
Moult reclaime Deu doucement
Qu’il li envoit proceinement
Si con il en a grant mestier.
25100Atant trespassa un sentier
Qui en la praerie estoit,
Sor un fossé qui grant estoit
A trovée l’erbe qu’il quiert :
Maintenant ses pates i fiert
Si l’en a tantost esrachie,
Ne l’a triblée n’esquachie,
Ençois la menja sanz tribler.
Del remanant ala froter
Trestotes les plaies qu’il ot,
25110Et li cuir maintenant reclot,
Et fu gariz et trestoz sains,
Vers le ciel en tendi les mains.
De la joie qu’il ot tressaut,
Outre le fossé fist un saut ;
Moult se senti fort et legier,
Maintenant s’est mis au frapier
Tant qu’en la forest est venu.
Ne fait pas chiere d’esperdu,
Liéement s’en vet et joiant
25120Tant qu’il trova en un pendant

Un cerisier trop bien chargié.
Et Renart s’est tant aprochié
Qu’il est desoz l’arbre venu,
Mès onques tel joie ne fu
Con Renart fet, li desloial,
Et puis bée amont et aval
Tant qu’il choisi sor l’arbre en haut
Le moisnel qui saut et tressaut
De branche en branche moult soé.
25130Sire Renart l’a apelé :
Droïn, moult as de tes aviaus,
Plus en as que nul autre oisiaus,
Qu’en ces cerises te delites.
Renart, ges vos clein totes quites,
Fet Droïn, qu’anoiés en sui.
Quides, fet Renart, c’est anui[4]
Que je n’en puis nules avoir :
Or m’en donez deus por savoir
S’eles sont bones à mengier.
25140Ainc ne manjas de tel mengier,
Fait Droïn, en tote ta vie :
Ne sai se tu en as envie,
Mais je t’en donrai volentiers,
Se mengier en puez, uns setiers.
Moult grant merciz, biax douz amis,
Que n’estes pas à contredis,

Fait Renart ; qant je les tendrai
Grant gerredon vos en rendrai.
Atant se test, qu’il ne dist plus,
25150Et Droïn li a jeté jus
Trois cerises en un tenant,
Et cil les menga meintenant
Moult volentiers et de bon grez.
Ha ! Droïn, donez m’en asez,
Fet soi Renart, que bones sont.
Par l’ame de toi, et ne sont,
Fait Droïn, oïl, par mon chief
Tu en auras, qui qu’il soit grief,
A grent plenté et à foison.
25160Lors l’en gita plein son giron,
Si en menga Renart assez
Tant que il en fu tot lassez.
Tant en menga qu’il n’en veult mès,
Et Droïn dist, veulz-en tu mès ?
Nenil, dist-il, vostre merci,
N’en puis plus mengier, ce vos di.
Renart, dist Droïn, or entent,
Je t’ai or fait tot ton talent
Et tot ce que tu m’as requis,
25170Et tu as meint afere enquis
En plusors leus où as esté ;
En cest iver et cest esté
As esté en meinte contrée,
Meinte aventure as encontrée

De tex où tu as moult apris
Dont tu porras entrer en pris
Se tu les as bien retenues ;
Mès ne sai se as genz menues
Vodroies point de ton savoir
25180Ensegner, fait le moi savoir,
Et por ce que j’en ai mestier
Conseil te demant et requier.
Dist Renart, par Saint Nicolas
Ne te mesconseillerai pas
Que bien m’as ma volenté fete :
Or puez dire qant qu’il te hete,
Que je te conseilleré bien,
Ne t’en estuet doter de rien,
Car par la foi que je doi vos
25190Qui estes li miens amis doz,
Jà riens ne sauras demander
Que ne face sanz demorer.
Se tu dis chose que ne sache,
Que je n’i doie avoir damage,
Tot maintenant sanz decevoir
Vos en vodrai dire le voir ;
Mès dites moi ce qu’il vos siet.
Droïn qui desus l’arbre siet,
Li respont, Renart, or entent
25200Ce que je dirai belement.
J’ai ci ilueques delez moi
Noef moiniax, foi que je te doi,

Qui chascun jor chéent de gote.
Or n’en soies jà mès en dote,
Fet Renart, que bien les garrai,
Or n’en soies jà en esmai :
Tu sez bien qu’il n’a pas passé
Plus de deus anz que j’ai esté
En Calabre et en Romanie,
25210En Toscane et en Hermenie ;
J’ai quatre foiz passé la mer
Por medecine querre et trover
Mon segnor l’Emperaor Noble.
Por lui fui en Costentinoble,
S’ai esté en meinte autre terre :
J’ai passé la mer d’Engleterre
Por le Roi deus foiz, voire trois.
Je fui en la terre as Yrois,
Tant alai cerchant la contrée
25220Que j’oi la mecine trovée
Dont li Rois fu gariz et sains,
De son païs sui chastelains.
Renart, fait-il, or m’ensegniez
Conment mes enfanz garriez.
Droïn, fait-il, par Saint Omer,
Tu les feras crestiener :
Sitost con bautissiez seront
Jamès de cest mal ne cherront.
Et dist Droïn, ce pot bien estre,
25230Mès où troveroie-ge prestre ?

Prestre ! dist Renart, par ma foi
Ne sui-ge prestre, di le moi ?
Dist Droïn, par l’ame mon pere
Il ne m’en sovenoit, biau frere ;
Mès ore vos pri-ge et requier
Que vos les vaingniez bautisier.
Moult volentiers, ce dist Renart,
L’ainz-nez aura à non Liénart,
Et des autres penseron bien.
25240Dist Droïn, vos distes moult bien.
Atant s’en est el ni entré,
Et si a pris son fil l’ainz-né,
Si li a gité sanz tençon,
Et Renart tendi son giron,
Si le reçut, tot sanz dangier
Le fist en son cors prisonier.
Un et un les i a gitez,
Renart les a crestienez.
Dist Droïn, bautisiez les bien.
25250Ne vos estuet doter de rien,
Qu’il ne cherront mès de cest mal.
Droïn regarde contreval,
N’a ses fiuz véuz ne choisiz,
Bien s’aparçoit qu’il est traïz.
Renart, fait-il, où sont mi fil ?
Je cuit fort m’en avez essil.
Non ai, ainçoins sont là aval.
Haï ! traïstre desloial !

Fait Droïn, tu les as mangiez.
25260Non ai, dit Renart, ce sachiez.
Si avez, ce dit Droïn, certes
Mal m’avez rendu les desertes
De ce que je servi vos é.
Tu es fox, il s’en sont volé.
Volé ! nu sont. Si sont, par foi.
Mentiroies en tu ta foi ?
Par foi, oïl bien, se je voil.
La male gote te criet l’oil,
Fait Droïn, mais à toi si face,
25270Je te donroie lez la face
Se je te pooie tenir.
Tu me ferras ! vien moi ferir.
Non ferai. Por qoi ? Je ne puis.
Tu ne puez ! voir, ne je ne ruis,
Mès or me di, traïtres fax,
Que as-tu fet de mes oisax ?
Que j’en ai fait ? Voire, di moi.
Jes ai mengiés en moie foi.
Mengiez, las ! Voire, par mon chief
25280Tu n’en vendras jamès à chief,
Et par trestoz les Sains del mont
Jamès d’icel mal ne cherront,
Et que qu’en déust avenir
Je te vodroie ausi tenir.
A icest mot s’en est tornez
Renart, n’i est plus demorez,

Et Droïn son dol reconmence,
Toz seus à soi méisme tence
Et dist : helas ! mes doz enfant,
25290Je vos ai morz, or m’en repant :
Recéu avez mort par moi,
Nus hom n’i a mesfet fors moi.
Tot certenement vos ai morz,
Sor moi en est tornez li torz,
Ne je ne quier jà vivre plus.
Atant se lesse chéoir jus
A la terre trestot pasmé,
Moult durement s’est meheingnié,
Si se claime chaitis et fox,
25300De son bec se done granz cox ;
Si durement se fiert et plume
Pou a sor lui lessié de plume
Que il ne l’ait tote esrachie.
Moult a soferte grant hachie.
Qant il se fu tant conbatuz
Et à soi mal fere esbatuz,
A ledengier et à malmetre,
Pense conment porra fin metre
A lessier le duel qu’il demaine,
25310Car moult i a soffert grant paine.
Tantost à porpenser se prist
De Renart qui vers lui mesprit,
Conment il s’en porra vengier,
Car la vengance auroit moult chier.

Lors se porpense qu’il ira
Et tot le païs cerchera
S’il troveroit de nule part
Qui le puist vengier de Renart.
A itant s’est mis à la voie
25320Moult prie à Deu que il l’avoie
En itel leu et en tel Cors
Que trover puisse aucun secors ;
Et si sachoiz par Saint Martin
Ne lessa lisse ne mastin
En tot le païs qu’il ne prist
Que envers Renart li aïst.
De ce que il li a promis
Durement s’en est entremis ;
Mais chascuns à qui il parloit,
25330Moult gentement li responoit
Qu’il ne s’en volent entremetre.
Grant entente i covendroit metre,
Font cil, ne nos entremetrons
Que durement Renart dotons,
Ne jà sor lui en nule guise
Ne movrons por fere justise :
Alez vos aillors porchacier.
En Droïn n’ot que corocier
Qant le respons ot entendu.
25340Onques n’i a plus atendu,
Einz se depart d’eus, si s’en vet
Corouciez et moult grant dol fet.

Qant Droïns fu d’eus departi,
Vet-s’en corrociez et mari
Et demene sa grant dolor
Con cil qui ot asez tristor.
Que qu’il vient en son reperier
Si trove desor un fumier
Un mastin et megre et menu
25350Qui tot estoit de fein velu ;
Ne pot movoir ne pié ne main,
Moult ot en son païs grant fain.
Qant Droïn l’a trové gisant,
Devant li vient de meintenant :
Morout, fait-il, conment t’esta ?
Sire, fait-il, moult mal me va ;
Fait Morout, ne me puis aidier,
Car ne puis trover que mangier :
J’ai servi un mavès vilain
25360Qui crient oan morir de fain.
Par mon chief, fait Droïn, Morout,
Il quide avoir trové Herbout
Por le tens qu’il voit un poi chier ;
Mais ore enten çà, amis chier,
Se tu me viaus faire un servise,
Je te di bien tot sanz faintise
Que puis l’ore que tu naquis
Nul si prodome ne servis,
Car je te di sanz losengier
25370Tu auras assez à mengier.

Sire, fait Morout, entendez,
Se vos à mengier me donez
Tant que je sente un poi mon cuer,
Je vos di bien que à nul fuer
Ne sauroiz chose conmander
Que ne face sanz demorer ;
Et bien sachoiz sanz nule dote,
Qant j’avoie ma force tote,
Ne m’eschapast n’à bois n’à plain
25380Biche ne cers, ne porc ne dain,
Ne beste nule, tant fust saje.
Trop avoie grant vaselage,
Car moult avoie grant effors ;
Mès d’où que viegne li confors,
A mangier me conforteroie,
Que bien sai se mangié avoie,
Onc ne fui si fort à nul tens
Conme je seroie par tens.
Morout parole, cil se test ;
25390Beax sire, fait-il, se vos plest
Qu’à mangier aie à mon voloir,
Ne sauroiz riens amentevoir
Ne conmander que je ne face.
S’à mangier ai par vostre grace
En ma force me r’auroiz mis
Et ge serai moult vostre amis.
Dist Droïns, asez en auroiz,
Que jà tant mangier ne sauroiz

Qu’il ne vos en remaigne assez.
25400Morout respont, or en pensez
Que je sui toz près à devise
Que je face vostre servise ;
Mès qui est cil que vos haez ?
Gardez qu’il ne me soit celez.
Dist Droïns, foi que je doi vos,
Ce est Renart li mavès ros
Qui toz mes enfanz a mangiez,
Forment sui par lui damagiez.
Grant domage m’a fet et let,
25410S’estoie vengiez, Dex le set,
Riens où monde ne me faudroit.
Droïn, dist Morout, tu as droit,
Mès tu en seras bien vengiez.
Moult est Renart outrecuidiez
Qui ce t’a fet ; mès par ma foi
N’en soies jà mès en esfroi,
Fet Morout, ne n’en dote jà,
Que par celi qui me forma,
Se vos mes convens me tenez,
25420Renart si ert mal atornez,
Se gel’ puis tenir entre piez.
Levez sus et si vos dreciez,
Fet Droïn, et aveques moi
Vos en venez sanz nul deloi.
A cest mot s’est Morout levez,
Mès si forment estoit lassez

Qu’à paine se pooit aidier.
Tot soavet et sanz dangier
S’en vet Morout après Droïn
25430Trestot belement le chemin,
Car covoitise ot de mangier.
En un buisson le fist mucier
Près d’un chemin iloc delez.
Droïn li dist, car vos séez
Ci ileques tot belement,
Car à mangier aurez briément,
Car je voi là venir un char
Où il a asez pain et char :
G’irai le charetier lober,
25440Et tu penses de tost aler ;
Qant tu verras qu’il entendra
A moi, à la charete en va,
Maintenant et sanz contençon
Entraïneras un bacon
Si con tu sez qu’il est mestiers.
Par foi, fait Morout, volontiers.
Atant s’en vait Droïn corant :
Ez-vos le charretier errant
Qui moult grant oire cheminoit.
25450Droïn qui cele part coroit
Moult bone oire sanz atargier,
S’en vet devant le charetier
Tot ausi con s’il fust ferus.
Li charetiers est descendus

Ausitost con il l’aperçut,
Maintenant cele part corut,
Moult le quida bien detenir ;
Mès qant Droin le vit venir,
Sailletant s’en vet ça et là,
25460Et li charetiers après va
Corant un levier à son col.
Mès Droin ne fist pas que fol,
Que pas atendre ne le vost.
Li charetiers court quanqu’il pot
Après, que prendre le voloit.
Droïn toz jorz devant coroit
Quanqu’il onques pot voletant,
Et Morout ne vet demorant,
Qui se gisoit lez le boisson.
25470A la charete de randon
S’en est venuz si con il puet,
Mès ce qu’en haut monter l’estuet
Li anuie moult, ce sachiez,
Que moult estoit mesaiesiez ;
Totes voies est montez sus,
Si a un bacon jeté jus,
Puis descendi de maintenant.
Son bacon en vet traïnant,
A poine et à dolor l’en porte ;
25480Et Droïns qui si se deporte
Au charetier qu’il fet muser,
S’envole sanz plus demorer,

Si a lessié le charetier.
Et cil se met au repairier,
A sa charete vint corant,
Tote ot la pel dou dos suant.
Durement se ledenge et blasme,
Il méismes se mesaame
De ce qu’il a Droïn charié,
25490Il se tenoit à engingnié.
Moult corociez et moult mariz
Est desus son cheval sailliz
Et s’en vet à tot sa viande,
Droïn au Déable conmande.
Et cil qui aillors fu pensis,
Desus le boisson s’est asis,
Si trueve Morot qui manjut.
Morot, fet-il, Dex ti ajut !
Sire, fet-il, bien vaingniez-vos !
25500Ge me levasse contre vos,
Mès ge n’en sui pas aésiez.
Séez-vos et si vos taisiez,
Fet Droïn, et saiez en pose,
Car n’avez mestier d’autre chose.
Sire, c’est voir, se Dex me saut,
Mès par foi à boivre me faut,
Car à mangier ai à foison.
Vos en auroiz se nos poon,
Fet Droin, à qui qu’il anuit,
25510A grant plenté encore anuit,

Car je voi là, si con devin,
Une charetée de vin
Dont tu auras à grant plenté,
Que je sui bien entalenté
De toi servir à ton voloir.
Vos faites, fait-il, grant savoir.
A cest mot s’est Droïn levez
Con cil qui le sert de bon grez
Et qui asez savoit d’engin,
25520S’est venuz enmi le chemin.
Ilec s’areste : es-vos atant
Un charetier qui vint corant
Et ne vint pas à reculons.
Droïns au cheval des limons
Saut sus la teste maintenant,
Et de son bec le vet bechant
En l’oil, à pou que ne li crieve.
Au charetier durement grieve
Et li ennuie moult forment ;
25530Son tinel a pris erraument,
Sel’ voloit ferir, mès il faut,
Et Droïn de l’autre part saut
Qui ne volt pas estre feru.
Cil a le cheval conséu
Parmi la teste si très fort
Que ilecques l’abati mort,
Si est tot maintenant versez
Enmi la voie, que quassez

Li est li cous et les deus piez.
25540Li charetiers ne fu pas liez,
Car il méismes tresbucha.
Le fès del vin l’esnel brisa,
S’est li fons volés du tonel.
D’autre part vole le moinnel
A Morout qui fu en la haie :
Morout, fet Droïn, ne t’esmaie,
Qar tu auras à boivre asez.
Sire, Dex vos en sache grez,
Fet Morout, et ge si faz voir.
25550El charetier n’ot que doloir,
Son cheval vit mort estendu,
Et si vit son vin espandu.
Grant dol en ot, son cotel tret
Tot belement et tot à tret,
Si a son cheval escorchié
Moult dolant et moult corocié ;
Mès à Morhot en fu moult poi,
Et Droïn li dist, par ma foi
Or s’en vet nostre charetier,
25560Et tu as assez à mangier
Deus mès de char fresche et salée,
Or vien boivre se il t’agrée,
Que tu en auras à plenté.
Lui et Droïn en sont alé,
S’en but assez tant con il vost.
Es-tu bien aése, Morost,

Fait Droïn, as-tu ton voloir ?
Sire, se vos plet, oïl voir,
Fait Morost, la vostre merci.
25570Une piece furent issi,
Et manja et but à grant tas
Tant que il fu et fort et gras,
Et delivres et bien isnel :
Adonques a dit au moinnel.
Sire, fait-il, vostre merci,
Moult m’avez bien et bel servi
Tant que je sui fort et legier :
Venez, si vos irai vengier
De Renart dont vos pleingniez si,
25580Il conperra par tens l’anui
Que il vos a fet, ce sachiez.
Et Droïn s’est levez en piez
Sitost con il l’a entendu,
Et à Morhout a respondu :
Biaux douz amis, vos dites bien,
Ne me faudroit el monde rien
Se g’estoie vengiez de lui ;
Ge m’en vois, vos remandroiz ci,
S’irai savoir et esprover
25590Se porroie Renart trover.
Et gardez que ne vos movez
Jusqu’à tant que me reverrez.
Ge m’en irai à son recet,
Trestot belement et sanz plet

Sel’ vos amenrai se ge puis.
Dist Morhout, se tenir le puis,
Ge ne demant nule autre chose.
Droïn s’en vet, cil se repose ;
Si s’en vole par un essart
25600Droitement au recet Renart,
Car il le savoit moult très bien.
Droïn qui nel’ dote de rien,
S’en est venu devant son huis,
Si regarde par un pertuis
Et voit Renart qui se gisoit.
Et cil qui moult de mal savoit,
S’escrie quanqu’il pot crier :
Renart, car me venés mangier,
Vien tost à moi et si m’estrangle,
25610Ge ne me movrai de cest angle,
Ne me voil d’ici desrengier :
Tel dol ai je cuit enragier.
Vien, s’en delivre le païs,
Qant tu as mes enfanz ocis,
Car certes ne quier vivre mès.
Renart se gisoit tot en pès ;
Moult aése se reposoit
Qant oï Droïn qui crioit
Que il l’alast mangier là fors.
25620Trestot maintenant sailli hors,
Où qu’il voit Droïn, si li cort,
Mès n’ot cure de tel acort,

Qu’il ne volt pas encor morir.
Un petit a pris à foïr
Avant, et puis se r’est asis.
Fi, dist Renart, mavès chaitis,
Tu fuis, si ne m’oses atendre ;
Quides-tu que te voille prendre ?
Par la foi que doi Saint Simon
25630Ge ne me faz se joer non,
Et si ne bée à toi tochier
Ne plus que vodroie sachier
Mon œil de ma teste et crever.
Ne te vodroie-je grever,
Si ne te voil certes nul mal,
Sié-toi ci ilec en cest val,
Si te repose delez moi,
Ge ne te voil nul mal par foi.
Certes je ne te prendrai pas
25640Ne jà par moi nul mal n’auras.
Si feras par l’ame de toi,
Fet soi Droïn, vien près de moi
Que je ne me movrai de ci :
Ce poise moi que je foï,
Par m’ame n’irai en avant.
Renart qui fu moult desirrant
Et covoiteus de lui avoir,
Quide moult bien qu’il die voir,
Si li corut et si li saut,
25650Et Droïnet un poi tressaut

Tot coiement et sanz tençon,
Tant qu’il vint devant le boisson.
Adonc s’asist et dist, par foi
De ci ne me movrai por toi,
Ci iloques voil-je morir.
Renart fu en moult grant desir
De lui prendre, et entalentez,
Moult en avoit grant volentez,
Si li est sus coru tantost ;
25660Mès Morhout qui s’estoit repost,
Si est maintenant hors sailliz,
Par lui fu Renart asailliz,
Si li curt sus plus que le trot.
Qant Renart l’a véu, por sot
Se tint, si torne le talon,
Et cil l’aert par le crepon,
As denz le pigne et house et hape
Renart s’estort, si li eschape,
Et cil cort après, si le prent
25670Par la cuisse, pas ne mesprent,
Et tantost à terre le lance,
Puis si li monte sor la pance.
As denz le hucepigne et sache :
Tel coroie del dos li sache
Qui plus de troi doie ot de lé.
Ez-vos Renart moult adolé
Et corocié, si n’en pot mès,
Que Morout le tint de si près

C’onques les denz de son dos n’oste.
25680Renart n’éust soing de tel hoste,
Mès il ne s’en pot escondire,
Durement sa pel li descire.
Tant le desache et tire et mort
Que Renart a lessié por mort ;
Par anui l’a Morhout lessié.
Ez-vos Droïn tot eslessié,
Si est devant Morhout venu,
Conment, fait-il, t’est avenu ?
Bien, dist Morhot, n’en dotez jà,
25690Ge cuit jamès ne mangera ;
Ge l’ai tant tiré et sachié
Que bien sai qu’il est mehaingnié.
S’il eschape, n’en dotez mie,
Le Déable aura en aïe.
Certes n’en eschapera pas,
Que je l’ai tant batu li las,
Je cuit jamès ne mangera,
Ne jamès sor piez n’estera,
Trop a en males mains esté.
25700Dist Droïns, ce me vient à gré,
Bien m’as rendu ce que t’ai fet.
A icest mot Morhout s’en vet,
S’a li uns l’autre conmandé
Moult debonerement à Dé.
Morhout s’en vet, plus ne demande,
Droïn à Dam le Deu conmande,

A icest mot s’en est tornez.
Droïn qui ne fu pas irez,
Remeist, s’est venuz à Renart
25710Corant, que moult li estoit tart
Qu’il li éust dit son plaisir
Que moult en avoit grant desir.
Les sauz menuz vers lui en vient,
Demande li con se contient :
Conment vos est, sire Renart ?
Ci endroit vaut petit vostre art,
Moult estes malement bailliz,
Vostre peliçon est failliz,
Pieces i faut et palatriaus.
25720Moult sont descirées vos peax.
Si li tens un petit se tient,
Autre peliçon vos convient,
Ou vos morrez de froit sanz dote
Se dame Hersent ne vos bote
Entre sa chemise et sa char.
Or n’el’ tenez mie à eschar
Se gel’ vos ai amentéu.
Renart n’a nul mot respondu,
Si l’ot-il bien, mès n’a pooir
25730De nul de ses menbres movoir.
Qant Droin l’ot asez gabé
Tant con li plot et vint à gré,
De lui se parti si s’en vet
Et durement grant joie fet

De Renart dont il ert vengiez.
Renart remest toz detranchiez
La pel du dos en tel maniere
Que il n’alast n’avant n’ariere
Que li déust couper les piez.
25740Ilec remest grains et iriez
Con cil qui ne se pot movoir
D’iloques por nul estovoir,
Que tant ne qant son cuer ne sent.
Atant ez-vos Dame Hersent
Sa conmere qui tant l’amoit,
Qui son douz ami le clamoit,
Et Ysengrin aveques lui ;
Et quant il ont Renart choisi
Et le virent si atorné,
25750Maintenant sont vers li torné
Moult corocié et moult dolent.
Lasse chaitive ! fet Hersent,
Nostre conpere si est mort,
Dolente ! où prendrai-ge confort ?
Ha ! chaitive maléurée,
Con je fui de male heure née !
Dist Ysengrin, dolent chétif !
Moult hé l’eure que je tant vif,
Qant mon conpere ai si perdu
25760Qui si m’avoit bien secoru :
Au grant besoing me fu ami,
Or le voi mort, ce poise mi.

Las chaitif ! qui li a ce fet ?
Durement est vers moi mesfet ;
Si m’aït Dex, se gel’ savoie,
Moult hautement le vencheroie :
Se gel’ pooie as mains tenir
Moult tost le convendroit fenir,
Et si me face Dex pardon,
25770Il n’en auroit jà raençon.
Mès ce que vaut ? Ce est del mains,
Moult a esté en males mains
Mes conperes dont sui iriez.
Ha ! las, dont est-il repairiez ?
Par qoi et par quel acoison
Se departi de sa meson ?
Ahi, li las maléuré
En male prison a esté ;
Sa maléurté i gisoit
25780Et avant aler ne pooit.
Renart entendi sa conmere
Et oï crier son conpere
Qui por lui moult grant duel menot,
Si respondi au miex qu’il pot,
Biau conpere, ne plorez pas,
Se Dex plaist, je ne morrai pas,
Ançois en eschaperai bien.
Ne vos estuet doter de rien,
Se Dex plaist et sa douce Mere.
25790Qant Ysengrin ot son conpere

Qui parole, s’en fu moult liez :
Vos estes moult mesaeisiez,
Fet Ysengrin, bau doz amis,
En grant dolor mon cuer a mis ;
Jà mès n’en aurai mon cuer lié.
Qui einsi vos a damagié
Cel crepon et cele pel frete ?
Male jornée avez hui fete.
Voire, dist Renart, Diex merci,
25800Malement m’a le cors nerci
Et desachié et detiré,
Je sui malement atiré,
Je ne sai se porrai garir.
Dist Ysengrin, moult le desir
Que à garison soiez mis.
Oïl voir, biau très doz amis,
Fet Renart, je garroie bien
Se g’ avoie un fuisicien.
Dit Hersent, biaux très doz amis,
25810Dites qui vos a si malmis.
Dame, dist Renart, sachiez bien
Einsi m’a atorné un chien ;
Ne puis traire à moi mainz ne piez.
Se vos garir en poiez,
Ne me chaudroit, dit Ysengrins,
Trois mars ou quatre d’esterlins,
Ou plus encor, biax amis chiers,
Donré au mire volentiers

S’il vos pot trere à garison.
25820Biau conpere, par Saint Symon,
Fait Renart, bien eschaperé.
Lors a Ysengrin acolé
Et baisié trois foiz en la face.
Dit Renart, se Dex bien me face
Ne me puis de ci remuer,
Se vos ne m’en fetes porter,
Ge ne verrai jà l’aserir.
Atant le corurent sesir
Hersent et Ysengrin viaz,
25830Si le porterent entre braz
A lor ostel à moult grant paine.
De lui servir chascun se paine,
Moult par i metent grant entente ;
En totes ses plaies ot tente,
Poison li font boivre et mecine,
D’erbe a mengié mainte racine
Si con li mires lor ensaingne.
Ne cuit mie que il se faingne
De lui garir et respasser,
25840Q’ainz qu’en véist le mois passer
Fu-il garis et respassez.
Li mires qui s’en fu lassez
A li garir et alegier
Estoit venuz de Montpellier :
Ysengrin l’ot envoié querre,
N’ot meillor mire en Engleterre

Ne en France, si con je cuit,
Car il fu sages et recuit
De plaies garir et saner.
25850Tant se vost de Renart pener
Que il l’a à garison mis.
Un marc d’or li avoit promis
Ysengrin, si li a baillé,
Et il s’en fu si traveillié
Que il fu toz gariz et sain,
Congié prent, si s’en va à plain
Li mires, et Renart remeint
Et si fesoit-en sanz gabois.
25860Ilec sejorna près d’un mois
Avec Hersent et Ysengrin
Tant qu’à un vendredi matin
Se leva, si a congié pris.
Conme cortois et bien apris
Li done Ysengrin doucement,
Mès moult en pesa à Hersent,
Et jure le cors Saint Johan
Qu’à son voil n’en partist oan.
Dame, fait-il, bien vos en croi,
25870Mès par celui en qui je croi
Vos m’avez bien servi à gré.
Atant avale le degré
Et s’en issi de meintenant.
Dame Hersent remest plorant,

Mès Ysengrin si le convoie
Tant que il l’ot mis en la voie.
Retornez s’en est toz pensis,
Et Renart s’est au troter pris,
Parmi la forest de randon
25880S’en vet fuiant à esperon.
Renart s’en vet à grant alene,
Moult grant joie en son cuer demeine
De ce qu’il est forz et delivres ;
Mès qui li donast cinc cent libvres
Ne vodroit-il estre en tel point
Con il a esté. Adonc point
Son cheval moult très durement
Qui de corre ne fu pas lent.
Delez un boisson bel et grant
25890Trova un escuier pissant ;
Son cheval fu enmi la voie.
Renart le voit, vers lui s’avoie
Et voit qu’en la sele au roncin
Si avoit pendu un bacin
Dont en fet as anes péor :
Moult par estoit baus li tabor,
Delez le tabor à l’arçon
Avoit atachié un faucon.
Renart qui bien l’a regardé,
25900Est tantost cele part alé
Et choisi celi qui pissoit ;
Vers le roncin vint qu’il prisoit,

Que il n’i ot demoré plus,
Tot meintenant est sailliz sus
Et le fiert grans cous des talons
Et il s’en vet de grans randons.
Trestot aussi con a besoing,
Le faucon a mis sor son poing
Dont il ot à son cuer grant joie,
25910Esperonant s’en vet sa voie.
Li escuiers oï la freinte,
L’espée tret qu’il avoit ceinte,
Si li cort sus de meintenant,
Et Renart si s’en vet fuiant
Qui n’avoit soing de son acost.
Li escuiers l’ot perdu tost
Qui ne pot pas sitost aler,
Et cil pense d’esperoner
Grant aléure par le bois
25910Tant qu’il a trové un marois
A l’oissue dou bois ramé ;
D’anes i avoit à plenté
En un estanc qui i estoit.
Renart s’en vet cele par droit :
Qant Renart a l’estanc véu,
Onques mès si joiant ne fu ;
Son tabor sone et eles saillent,
Je ne cuit pas qu’ainsi s’en aillent :
Se Renart puet, il en aura.
25930Tantost le faucon deslaça,

Les gex lacha sanz demorée,
Et il se mist à la volée,
Et moult durement s’esvertue.
Atant a une ane abatue,
Soz li la tient entre ses piez.
Renart revint toz eslessiez,
Le faucon reprent, si le giete,
Et il tot meintenant s’adresce,
Si en a une autre sesie
25940Et à la terre l’a jalie,
Et Renart si l’a tantost prise.
Moult en fet grant joie et moult prise
Le faucon et moult le tient chier ;
Tantost le r’a mis au frapier.
Qu’iroie lonc conte fesant ?
Trois anes prist en un tenant,
Renart moult très grant joie en fet,
Très li les trosse, si s’en vet :
De son gaain bien se deporte,
25950Le faucon desus son poing porte
Et est en la forest entré.
Mès il n’ot pas granment esté
Qu’il vit le Limaçon venir
La lance el poing l’escu tenir
Sor un cheval tot afichié,
Bien armé, le haume lacié,
Poingnant venoit par un essart.
Sitost con a véu Renart,

Grant joie en ot en son corage,
25960Qu’il li ot fet maint grant damage
Et grant rancune et grant anui,
Venchier s’en quide encore enqui :
Trestot l’anui que fet li a
Orendroit, ce dit, li rendra.
Qant Renart a Tardif choisi,
Lors vousist bien estre à Choisi
Tot sanz cheval et sanz faucon.
Atant ez-vos le Limaçon
Qui s’eslesse sanz atargier,
25970En Renart n’ot que corocier.
Son faucon atache viaz
Desus son arçon o les laz,
Et Tardif le cheval brocha,
Que il mie ne demora,
Sel’ feri si de son espié
Que du cheval l’a mis à pié
Tot estendu et trestot plat.
Il resaut sus pensis et mat,
Et le tabor par les laz tint.
25980Maintenant vers Tardif en vint
Et de moult bien ferir s’afete.
Jà ot Tardif l’espée traite
Et s’est de ferir aprestez ;
Mès Renart s’est un pou hastez
Et le fiert tel cop del tabor
Qu’il l’abat jus del missoudor.

De si haut conme Tardif fu
Chaï envers sor son escu,
Et quant Renart le vit chéu,
25990A lui cort, si li tolt l’escu,
Del tabor le fiert lez l’oreille
Qui la teste li fist vermeille ;
Tot le vis li a escorchié,
Si li a tolu son espié
Qui estoit grant et fort et gros,
Si li lance parmi le cors,
Mort l’a, puis monte, si s’en vet,
L’espée ceint, grant joie en fet :
L’espié en porte tot vermeil
26000Qui reluist contre le soleil.
Renart s’en vet joiant et lié,
En son poing porte son espié
Fort et legier et bien plané.
Le cheval a esperoné
Qui li vet moult grant alenée :
Sa vitaille avoit trossée
Sor le cheval au Limaçon
Qui moult ert de bele façon,
Par la resne le meine en destre.
26010Devant lui regarde à senestre
Et voit un messagier venant
Sor un cheval esperonant ;
Venoit hastivement et tost,
Bien semble home qui vegne d’ost,

Car de tost venir s’esvertue.
Quant Renart voit, si le salue :
Sire, fait-il, cil Diex vos maint
Qui là amont el seint ciel maint !
Et Renart tantost respondi :
26020Amis, Dex benéie ti !
Dont viens et où vas et que quiers ?
Sire, ce dist li messagiers,
Droiz est que le voir vos dions,
Mi sire Nobles li Lions
M’a ci ilec à vos tramis
Con à un des meillors amis
Que il ait et qu’il aime plus :
Ge ne quit qu’el mont en ait nus
Que il aint autretant que vos.
26030Cest bref vos envoie par nos,
Tenez le et si le brisiez.
Renart le prent, s’en fu moult liez.
Renart a brisié le soiax
Et puis lut les lettres roiax.
Bien sot à dire que il i a,
Le messagier araisona
Et dist : amis, foi que vos doi,
Ge m’en vois orendroit au Roi ;
De ce qu’il requiert sache bien
26040Que je ne li faudrai por rien.
Cil li respont, vostre merci.
Congié prent, si s’en est parti,

Et Renart s’en vet autresint,
Son faucon desus son poing tint :
Moult resemble bien home apert.
Devant lui encontre Grimbert
Son cosin qui l’a salué,
Bon jor vos soit hui ajorné,
Fet Grimbert, et dont venez-vos ?
26050Cosin, Dex benéie vos,
Fet Renart quant il l’ot parler,
Venez sor cest cheval monter,
Si iron moi et vos à Cort.
Lors ne fu mie Grinbert sort,
Ainz dist, sire, moult volentiers.
Montez ileuc par cel estrier.
Qant Grinbert ot conmandement,
Si est montez isnelement
Que il ne velt plus delaier :
26060Or a Renart bon escuier.
Tot maintenant que montez fu,
A à son col pendu l’escu
Et l’espié li baille en son poing,
De tel conpaignie avoit soing.
Desor son poing son faucon porte,
En aler forment se deporte,
Et vont andui parlant ensenble ;
Mès poi ont alé, ce me senble,
Qu’il ont Percehaie encontré,
26070Ce est des filz Renart l’einz-né.

Moult venoit grant duel demenant
Sor un cheval esperonant.
Son pere a tantost salué,
Et Renart si l’a acolé
Et dist, con vos est convenant ?
Sire, fait-il, maveisement
Nos est avenu, bau doz pere.
Conment ? Par foi morte est ma mere.
Morte ! fet Renart. Voire, sire.
26080Moult en ot à son cuer grant ire
Renart quant la novele entent,
A poi que li cuers ne li fent.
Moult ot grant dolor en son cuer,
Ha ! Hermeline bele suer,
Quant morte estes que porrai fere ?
Percehaie li dist, biau pere,
Cestui duel convient à laissier,
Desconforter n’i a mestier.
Las ! dist Renart, maléuré !
26090Et conment m’en conforteré ?
Pas conforter ne me porroie,
Beax filz, mès alez totevoie
Arriere, si ne demorez,
Et vos deus freres m’amenez
A la Cort Noble le Lion,
Toz trois chevalier vos feron
Mès que veingne la Pentecoste,
Qui que soit bel ne que qu’il coste,

Que au Roi moult grant guerre sort.
26100Alez, ses m’amenez à Cort
Moult tost et moult delivrement.
Sire, vostre conmandement
Ferai, et volentiers l’otroi.
A itant departent tuit troi,
Si s’en retorne Percehaie,
Et Renart se mist à la voie
Grant aléure, par le bois
S’avalerent tout demanois,
Et Grinbert fu lez lui en coste
26110Qui au miex qu’il pot le conforte.
Tant ont à aler entendu
Que il sont à la Cort venu.
Entre Renart et le Tesson
Andui descendent au perron,
Et Dant Tiecelin li Corbeax
Reçut anbedoi les chevax
Et l’escu et la lance après.
Atant monterent el palès
Où l’Enperéor ont trové,
26120Moult gentement l’ont salué,
Et Renart con bien ensegniez
S’est devant lui ajenoilliez.
Li Rois conmande qu’il se liet,
Maintenant delez lui l’asiet
Et dist : Renart, mandé vos ai
Que moult très grant mestier en ai,

Por paiens qui me font grant gerre.
Il sont jà entré en ma terre,
Et si les conduit li Chameus.
26130Jà ont de mes chastiax pris deus
Des meillors, des plus fors donjons.
Tant i a des Escorpions,
Oliphanz, Tigres et Yvoires,
Trestoz ont perdu lor memoires,
Bugles, dromaderes legiers
Qui moult sont orgueillos et fiers.
Guivres, Serpenz, n’en sai le conte,
Moult dot qu’il ne me facent honte ;
Lesardes i a et Culovres.
26140Dist Renart, ci a males ovres :
Mandez vos genz sanz plus atendre,
S’irons vostre terre deffendre.
Renart, Renart, dist l’Emperere,
Vos dites moult bien, par Saint Pere ;
Einsi ert con vos conmandez,
Toz mes barons seront mandez
Par non, jà n’en i faudra un,
Tuit seront mandé de conmun.
Atant fet escrire ses briés
26150Qui que soit bel ne qui soit griés,
Ses envoie par ses barons.
N’i remest Grues ne Hairons
A semondre, n’Ors ne Liéparz,
Néis mon segnor Espinarz

Le Hireçon, ne Lou ne Chien,
De ce se puet-il vanter bien.
Et Bernart l’Archeprestre i vint
Et Baucent que par la main tint ;
S’i vint li Tors sire Bruiant,
26160Brun l’Ors et mon Segnor Ferrant
Le Roncin et Tybert le Chat,
Et si i fu Pelé le Rat,
Et Brichemers et Ysengrin,
Roussel l’Escuirol et Belin,
Et Roonel lasche le frain,
Et il et Coarz main à main.
Si i est venuz Chantecler
Li Cos qui est fort bacheler,
Li Singes i vint de sa part,
26170Hardis li Conins et Rohart
Le Corbel frere Tiécelin.
Tant en i vient par le chemin
Que ce n’est se merveille non.[5]
Frobert i vint le Gresillon
A grant desroi et à estrif,
Trestuit i vienent fors Tardif.
Li Rois s’est apoiés as estres,
Si regarde par les fenestres,
Vit venir penons et enseingnes.
26180Renart, esgarde, quiez conpaignes,

Fet li Rois, de barons de pris :
Cist m’aquiteront mon païs
Vers toz homes par lor puissance.
Vois tante enseigne, tante lance,
Tant blanc haubert et tant escu ;
Cil de là seront tuit veincu.
Moult avons gent, la Deu merci,
Onc mès tant ensemble n’en vi,
Non fist nus hom au mien quidier.
26190Et cil se prenent à logier,
Es prez qui sont et granz et lons
Tendent tentes et paveillons.
Quant tuit se furent atorné,
Bruns l’Ors est el palès monté
Et li haut baron avec li.
Li Rois moult bel les recueilli
Et lor fet grant joie et grant feste,
Et puis lor a conté son estre.
Segnor, à vos me plaing trestoz
26200De ces felons paiens estoz
Qui en ma terre sont entrez ;
Mes chastiax et mes fermetez
Prenent par force de lor gent.
Sachiez ne m’est ne bel ne gent
Que vos tant les avez soffert :
Li Camaus malement me sert
Qui nos ameine ses paiens :
Mès nos avons moult crestiens,

Fet-il, jà ne nos atendront,
26210Ge croi miex que il s’en fuiront.
Sire, dist Belins li Mostons
Moult avez ci riches barons
Et haus homes de grant lignage ;
Si i a meint prodom et sage
Qui bon conseil sauront doner
Conment vos en porrez ovrer.
Renart qui sist joste le Roi,
Li respont en haut, par ma foi,
Sire Belin, vos dites bien,
26220Vos n’i avez mespris de rien ;
Mès jà conseil de cest afere
N’i aura plus fors dou bien fere,
Ançois movrons demein matin.
Sire Renart, ce dist Belin,
Vos dites bien, se Dex me saut,
Mès mon segnor Tardis nos faut,
Il n’est pas à la Cort venuz,
Ne sai por quoi s’en est tenuz.
Rosiauls l’Escuireil saut avant,
26230Si li respondi maintenant :
Sire Belin, n’atendez pas
Tardif, car il ne vendra pas,
Que il est morz, n’en dotez mie.
Li Rois a la parole oïe,
S’en fu moult dolanz et si dist,
Roxel, di moi, se Dex t’aït,

En quel leu fu mort et conment.
Sire, se Dam le Dex m’ament,
Ge sai bien qu’il fu ocis,
26240Et si le vi, jel’ vos plevis,
Tot mort, et si vi bien la plaie.
Li Rois l’oï, moult s’en esmaie,
Qui moult l’amoit et tenoit chier :
Segnors, ci a grant enconbrier,
Fet li Rois, car me conseilliez.
Ysengrin est levez en piez
Et dist au Roi, lessiez ester,
Que mort ne puet-on recovrer :
Puis que sire Tardis est mort,
26250Querez qui le gonfanon port,
Et qui que le doiez baillier,
Vos covient-il gonfanonier.
Voirs est, dist li Rois, par mon chief,
Mès por Deu or ne vos soit grief,
Esgardez, por Deu vos prion,
De qui gonfanonier feron,
Por Deu vos en requier et pri.
Sire, nos l’otrions ensi,
Fet chascuns de la seue part.
26260Atant ez-vos les filz Renart,
Tuit troi el paleis sont entré,
Moult bel ont le Roi salué,
Que moult sont de bele parole.
Li Rois les conjoit et acole,

Conme debonere et cortois
Les asiet delez lui touz trois
Et dist que moult sont bel et gent.
Maintenant conmande à sa gent
Que entr’eus gonfanonier facent
26270Si bon que de rien ne mesfacent.
Sire, dist Ysengrin au Roi,
Tot le mellor que ge i voi
Et que sache eslire entre nos,
Ce est Renart, foi que doi vos.
Hardiz est et de fier corage,
Et moult a en lui vasselage,
Et si est bien enparentez.
Li Rois respont, c’est veritez,
Puis que vos l’avez esgardé,
26280Gonfanonier soit de par Dé
Puis que il vos vient à talent.
Renart ne fu mie dolent,
Ainz en fu moult liez, ce sachiez.
Tantost l’en est chéuz as piez
Con cil qui est bien afaitiez,
Li a endeus les piez besiez
De la grant joie que il a,
Et puis le Roi en apela
Et dist : Baux sire, mi enfant
26290Sont, Dex les sauve ! bel et grant,
Si vos pri por Deu et requier
Que demein soient chevalier.

Li Rois li respont meintenant,
Renart, je l’otroi voirement,
Le matin chevalier seront,
A cest besoing nos aideront.
Atant lesserent le plaidier,
La nuit veillerent au mostier,
Et quant ce vint à lendemein
26300Li Rois méismes de sa mein
A à chascun ceinte l’espée
Et si lor done la colée.
Qant il furent fet chevalier,
Li Rois n’i vost plus delaier,
Renart apele, si li dit :
Renart, fait-il, se Dex m’aït,
Movoir nos covient le matin,
Mès je vos pri par Saint Martin
Que vos ci ilec remanez,
26310Ma terre et mon païs gardez,
Rovel o vos et Malebranche :
Le penon et l’ensegne blanche
Qui est tote pure de soie
Portera en l’ost Percehaie.
Celui veil-ge mener o moi,
Et ici remaindroiz tuit troi
Et autres barons à plenté
Qui vos jureront féelté.
Tybert li Chaz, n’en dotez mie,
26320Sera o vos par conpaignie

Et Ysengrin et sa mesgnie
Qui moult est bele et alignie ;
Feelté vos jureront tuit
Voiant moi à qui qu’il anuit.
Et la Roïne, ce vos di,
Gardez bien, que je vos en pri :
Ne puis plus demorer o vos,
Ge la lés à Deu et à vos.
Sire, fait-il, vostre plesir
26330Ferai que qu’en doie avenir ;
Mès la féelté des barons
Vodrai-ge avoir, que c’est resons.
Li Rois respont, vos l’aurez jà.
Atant Ysengrin apela
Et Tybert, toz les iauz voiant,
Segnor, fet-il, venez avant,
S’amenez tote vostre gent,
Si jureront le serement
Que avecques Renart toz dis
26340Demorrez en icest païs.
Bel seignor, à Renart vos lés
Por garder mon païs en pès,
Mès un serement li ferez
Que vos partot li aiderez
Loiaument à vostre pooir
Se nus i velt gerre movoir.
Atant ont le serement fet
Devant le Roi sanz plus de plet.

Adont s’en velt li Rois partir,
26350Mès einz fist ses males enplir.
Li Rois fist chargier ses deniers
Sor charetes et sor somiers ;
Paveillons et tentes trosserent,
Congié pristrent, si s’en tornerent
A un mardi à l’esclerier,
Et furent plus de cent millier.
Chevauchant vont par la campaigne
Percehaie porte l’ensegne
Qui baloie contre le vent,
26360Mès le cuer ot triste et dolent
Por Renart dont il est sevrez.
Renart qui fu moult mal senez,
Fu remès avec la Roïne
Qu’il aime d’amor enterine
Et longement l’avoit amée.
Or est avec li demorée
Lie et joiant et envoisiée ;
Moult soventes foiz l’a besiée
Renart qui en ese en estoit,
26370N’ele pas nel’ contredisoit,
Ançois li plest moult et agrée.
Renart a grant joie menée
De sa dame qu’il ot o lui,
Moult a bien le chastel garni
Au miex que il pot de vitaille,
Qu’il se dote qu’en ne l’asaille.

Einsi remoinent à grant joie,
Et li Rois s’en vet totevoie
Avec sa gent au meux qu’il pot,
26380Ne vente, ne jele, ne plot,
De ce lor est bien avenu.
Tant ont alé qu’il sont venu
Chevauchant durement et tost
A mains de trois liues del ost,
A un chastel qu’il ot asis.
Li Rois fu durement pensis,
Si a ses homes apelez :
Segnor, fet-il, or m’entendez,
Je vos pri por Deu et requier,
26390Fetes mes batailles rengier.
Sire, font-il, vostre plesir,
Dont covient noz armes sesir.
Lor batailles ont devisées,
Et après si les ont rengiées,
Dis eschieles font de lor gent,
Moult chevauchent et bel et gent.
Percehaie porte l’ensegne,
Moult les conduit bel et enseigne,
Les eschieles font departir.
26400Coarz li Lièvres sanz mentir
Conduit la première et chadele
O l’enseigne qui moult ventele.
La seconde meine Belins,
La tierce conduit Tiecelins,

La quarte quadele Brun l’Ors
Qui moult estoit et pros et fors ;
La quinte conduit Chantecler,
Moult ot en lui bel bacheler.
La siste, si con nos lisons,
26410Meine Espinarz li Heriçons.
La setime conduit Baucenz
Li Sengler as agues denz ;
L’uitime conduit Roenel,
Et avec li estoit Rovel.
La nofime tot en apert
Chadele mon segnor Frobert ;
La disime conduit li Rois
Et Percehaie li cortois
Qui estoit de tote l’ost mestre.
26420Mon segnor Bernart l’Archeprestre
Qui moult fu prodom et de pès,
Si les a fet trestoz confès,
Et dit, segnor, ne dotez jà,
Cele parjure gent de là ;
Jà n’auront force ne pooir,
Ice sachiez moult bien de voir ;
Mès or chevauchiez sajement
Q’ainz que soient armé lor gent
Les aurons detrenchiez et mort.
26430Dit li Rois, ci a bon confort,
Moult a en vos bone persone,
Bien ait qui tel conseil me done !

Par la foi que doi Saint Selvestre
Moult a en vos bon Archeprestre :
Ge vos vodrai moult honorer
Se Dex me done retorner,
Que par la foi que je vos doi
Evesques seroiz de la loi ;
Le don vos en otroi ici.
26440Sire, fet-il, vostre merci.
Atant prenent à chevauchier,
N’en sorent mot li aversier,
Si est Coarz sor euls venuz,
Moult en ont pris et retenuz,
Car il furent tuit desarmé.
Ez-vos en l’ost li cri levé,
As armes corent meintenant,
Jà fust Coarz mal covenant
Quant Tiecelins i est venuz
26450Qui hautement l’a secoruz.
Là ot moult estote mellée,
Tiecelin tint el poing l’espée
Dont li brans fu bien esmolu,
S’a un Escorpion feru :
La teste li coupe et les piez.
Li Chamex en fu moult iriez,
A Tiecelin est coruz sus,
Et jure Deu qui est lasus
Que mal s’est sor lui enbatu.
26460Lors l’a si durement feru

De sa lance que il l’abat
Tot envers à la terre plat.
Jà fust retenuz en la fin
Qant entr’eus se feris Belin,
Si con il venoit escorsez,
Si a deus Sarrazins hurtez
Que il lor fist voler les euz.
Li Chameus nel’ tint pas à jeuz,
Ainz li anuie, ce sachiez :
26470Et Belin se r’est eslessiez
Tot autresi conme desvé,
Un autre r’a escervelé.
Trois en a en pou d’ore morz,
Mès neporquant n’en fust estorz
Que mort ne fust sanz raençon
Quant Brun l’Ors vint à esperon
Et avec lui tex cent barons
Qui héent les escorpions
Si conme des testes tolir.
26480En la presse se vont ferir
D’aus desconfire entalentez,
Moult en ont mort et cravantez.
Qu’iroie lonc conte fesant ?
Maté fussent et recréant
Cil delà, n’en eschapast pié
Quant d’un val se sont desbuchié
Plus de dis mile escorpions.
Chantecler o toz ses barons

S’i est de l’autre part feruz,
26490Là ot et granz criz et granz huz
Des abatuz et des plaiez,
Moult en i ot de mahaingniez,
De morz, d’abatuz, de navrez.
Chantecler qui fu desréez
I mostre moult bien sa proesce,
Conme cil qui est sanz paresce
S’i est ferement esprovez,
Qar ne pooit estre provez
Par home del ost son pareil,
26500Et moult durement me merveil
Par quel achaison ne conment
Il puet avoir tel hardement
Home de si petit éage
Con il est et de tel corsage,
Qui ausi est vistes et proz,
Qui son cors abandone à toz.
En l’estor se fiert par aïr,
Meintenant corut envaïr
Le Bugle qui moult se desroie :
26510Des nos a mors, et que diroie ?
Plus de set par lui solement.
Chantecler en pesa forment
Quant si le vit sa gent malmetre,
Encontre lui se voudra metre,
Maintenant broche le destrier,
Bien fu afichié en l’estrier

Et mist sa lance sor le fautre,
Lors point li un encontre l’autre.
Li Bugles vint esperonant,
26520Chantecler fiert moult durement
De sa lance par tel vertu
Qu’il li a peçoié l’escu ;
Mès li haubers fu si tenant
Que il ne pot aler avant,
La lame vole en deus moitiez.
Chantecler qui fu afaitiez,
Le r’a feru iriéement ;
De sa lance si roidement
Le feri si parmi le cors
26530Que le tronçon en paru fors.
Mort le trebuche del cheval,
Onques ne li fist autre mal :
Puis a meintenant tret l’espée,
Si se refiert en la mellée
Lui et ses homes moult iriez.
Là ot des morz et des plaiez
Tant que n’en sai dire le conte.
Là ot et maint Roi et maint conte :
Quant iloc lor segnor mort voient,
26540Grant dol en ont et moult s’esmoient ;
Vers Chantecler en sont venu
Tuit plein de corus esméu,
Plus de cinc cent toz à un fès
Qui de mal fere sont engrès.

Sor Chantecler et sor sa gent
Ferirent moult iréement ;
Moult en i ot morz et navrez.
Là fu Chantecler mors ruez
Et de ses homes bien cinc cent,
26550Dont li baron furent dolent.
Desconfis fussent à cel point
Qant mi sire Espinarz i point,
O lui Baucent et Roonel,
Moult venoient tost et isnel ;
En l’estor se fierent manois,
Moult i ot de lances granz frois.
Missire Espinarz si s’eslesse
Là où il vit la greignor presse ;
Le Dromadaire a encontré
26560Qui des autres estoit sevré.
Tel cop le feri de l’espée,
Qu’il li a la teste coupée :
Mort le trebuche enmi la place.
Tot meintenant l’escu enbrace
Espinarz conme home hardi,
Ne fet pas senblant d’estordi,
Mès de tex rencontra assez
Qu’il a morz et acravantez ;
Et si home conmunaument
26570Li aïdent hardiement.
Moult en vient d’une part et d’autre,
Mort i ot maint chien et maint viautre ;

Mès sor aus en torna le pis,
Car Espinart i fu ocis
Dont li Rois Nobles fu irié
Et tuit li autre corocié.
Desconfit fussent à cel saut
Qant Froberz li Gresillon saut,
O lui de sa gent grant tropé :
26580Moult par ont ceus mal atrapé,
Plus de vint mile ocis en ont,
Jà mès en lor terre n’iront.
Serpant s’en vont moult esmaiant,
Gresillons les vont enpressant,
Moult les meinent à grant desroi.
Estes-vos l’eschiele le Roi
Que Percehaie conduisoit.
Tantost con li Chamex la voit,
Ses genz apele et dist, segnor,
26590Ne poons plus garir as lor ;
Or tost, ne vos puis meintenir,
Pensez de vos vies garir.
Adont s’en tornent de randon,
Frobert les suit le Gresillon
Et tuit li autre à grant esploit ;
Et quant li Rois foïr les voit,
Si s’escria : or tost après.
Sire Frobert les suit de près,
Et sa mesnie et tuit li autre,
26600Li Rois les suit lance sor fautre ;

Par force les ont porséus
Tant qu’en mer les ont enbatus ;
Es nès entrent, drecent lor voile,
Si s’en tornent, fors la Chamoille.
Cil n’i entra pas, ainz foï
Par terre, si le consivi
Mesire Frobert, si le prent,
Et par le frein au Roi le rent
Et dist : Sire, la Deu merci,
26610Tuit sont vencu vostre enemi,
Lor segnor vos rent demanois.
Vostre merci, ce dist li Rois.
Moult firent grant joie par l’ost,
Le Chameil desarmerent tost :
Sitost con fu deshaubergiez,
Si a les piez le Roi besiez
Et dist : sire, merci te quier,
Ge me rent à toi prisonier :
Vostre plaisir de moi feroiz,
26620Pardonez moi à ceste foiz
De ce que je vos ai mesfet.
Li Rois dist, jà mon cors bien n’ait
Se merci avez jà nul jor,
Ainz serez conme traïtor
Destruis et ars et tormentez.
Lors a meintenant apelez
Brun l’Ors, Baucent et Tiecelin,
Roonel, Roussel et Belin,

Percehaie, sire Frobert,
26630Li Roi lor a dit en apert :
Segnor, fet-il, conseilliez moi
De cest laron de pute foi
Quel justice de lui ferai,
Et conment je m’en vengerai.
Frobert respont, par Saint Richier
Ge lo qu’el’ faciez escorchier
Touz vis se cuidiez que bien soit.
Li Rois dit, à vo plaisir soit.
Tot meintenant sanz plus atendre
26640Font le Chameil à terre estendre ;
Escorchier le fet errament.
Baucent i enbati la dent,
Et Roonel i mist la soue,
S’ont conmencié devers la coe :
Moult lor aïde bien Brun l’Ors,
Le cuir li ont trait à rebors.
Escorchié est, bien sont venchié,
Durement en est li Rois lié
De ce qu’il a si bien ovré
26650De ses enemis qu’a maté.
Li Rois ot grant joie à son cuer,
Mès bien sachiez que à nul fuer
Ne vosist de sa gent la mort,
Il en est à grant desconfort.
Toz les mors a fet enterrer
Fors Espinart et Chantecler,

Cels ne volt-il iloc lessier.
Tantost fist li Rois conmencier
Deus bieres où les fist couchier,
26660Puis se metent au repairier
Con cil qui desirrant en erent.
Vers lor terre s’acheminerent
A grant joie tot sanz desroi.
Ci ilec vos lairon dou Roi
Si vos rediron de Renart
Qui moult estoit de male part
Et moult fu plein de fausseté.
Un petitet s’est porpensé
A soi méismes et a dit
26670Que se Dam le Dex li aït,
Empereres sera et Rois,
Se il pot, ainz que past li mois.
Il fera entendre as barons
Que morz est Nobles li Lions.
Unes letres a fet errant,
Puis si apela un serjant :
Amis, dist-il, entent à moi,
Tu me fianceras ta foi
Que de rien que ge te conmant
26680Ne parleras d’ore en avant.
Sire, sachiez sanz nule faille
N’en parlerai conment qu’il aille,
Foi que doi vos, n’en dotez mie.
Atant li a sa foi plevie

Que il fera tout son plaisir.
Renart li conseille à loisir,
Amis, tant feras, je te proi,
Que tu en iras de par moi
As barons demein à la Cort,
26690Et si diras, conment qu’il tort,
Que li Rois a esté ocis :
Ice lor diras, baus amis,
Et ces letres de meintenant
Me bailleras lor iex voiant.
Sire, fet-il, vostre plesir
Ferai, que qu’en doie avenir.
A cest mot les letres li tent,
Et li vallés tantost les prent
Et a pris congié ; il s’en part
26700Et Renart remest qui est tart
Qu’il éust fet ce qu’il pensoit.
Remest, cil s’en vet à esploit
Si que ame ne s’en perçut.
Au matin quant li jorz parut
S’en est issuz fors de la vile
Con cil qui asez sot de guile.
Dedens la praerie entra,
Son destrier i esperona
Tant que il le fist tot suant,
26710Puis retorna isnelement.
Tel cop li dona des talons
Es costez que li esperons

Li sont dedens la char entré.
Tant s’est li messagiers hasté
Que par la porte entre en la cort,
Descenduz est et puis s’en cort
El paleis trestot meintenant,
Renart salue tot avant
Et puis en après la Roïne
26720Conme cortoise et enterine,
Et dit : Dame, salus vos mande
Li Rois et as barons conmande
Que il facent lire cest brief,
Et si vos di bien par mon chief
Qu’il est en la bataille ocis.
Ocis ! dist Renart, las caitis !
Est donques morz li Rois mi sire !
A cest mot li saut sanz plus dire,
S’el fiert d’un baston si forment
26730Que la cervele li espant,
Mort l’abati enmi la place.
Tais-toi, dist Renart, Dex ne place
Q’einsi aion le Roi perdu.
Savez por coi il l’ot feru ?
Por ce, sachiez de verité,
Que par lui ne fust encusé ;
Moult par fu veziez. En apert
Le brief prent, s’el bailla Tybert
Le Chat, voiant toz les barons,
26740Et Tybert lieve les gernons,

Puis lut le brief de chief en chief,
Et puis dit, Renart, par mon chief
Li Rois est morz veraiement,
Et si mande à tote sa gent
Que Dame Fiere la Roïne
Prengne Renart par amor fine,
Delivrement et sanz desfoi
Soit sire de la terre au Roi.
Qant la Roïne a entendu,
26750Tot simplement a respondu :
Bel seignor, puis que il le mande,
Fere m’estuet ce qu’il conmande
Qant je voi qu’autre estre ne puet
Et li Roiaumes de moi muet,
Miens est et bien le doi avoir ;
Mès or vodroie-je savoir
Se Renart le viaut otroier.
Dame, gel’ voil sanz delaier
Fere quanque conmanderez.
26760Par foi, sire, bien dit avez.
Li baron sont dolant et lié
Por le Roi qui n’est repairié ;
Sont dolant et lié d’autre part
Quant il ont à segnor Renart.
Tantost sanz plus de demorance
Fu d’eus deus prise la fiance.
Grant joie font par le palais
Et vielent et sons et lais

Cil jogléor o lor vieles,
26770Qerolent dames et puceles,
Grant joie font totes et tuit,
Moult dormirent poi cele nuit.
Li lendemein sanz demorée
A Renart la dame esposée :
Maintenant li font féelté
Trestuit li baron del regné.
Une corone d’or de Frise
Li ont desus le chief assise
Qui moult estoit bien painte à flor :
26780Moult semble bien Emperéor,
Et li baron juré li ont
Que par tot li aïderont
Se il avoit d’els nul besoing.
Renart n’a del reposer soing,
Grant joie demeinent entr’eus,
Moult i ot grant dances et jeus ;
De joie ne sont pas aver.
Tantost donerent à laver
Cil qui en sont li connestables :
26790Ysengrin fet metre les tables
Si se sont asis au mangier.
Grinberz li Tesson tot premier
Qui fu Renart cosins germains,
Lor aporta entre ses mains
Tex mès con à tel gent covint :
Ge cuit plus en orent de vint

Des mès, mès ne les contai pas.
Qant mengié ont plus que le pas,
Se lievent tuit premierement,
26800Tybert et Grinbert solement,
Qui moult furent bon conpaingnon,
Cil dui font la benéiçon
Desus les lis as deus amanz,
Puis s’en partent liez et joianz,
Et cil remestrent totevoie.
Lor déduit firent à grant joie
Jusqu’au matin qu’il ajorna.
Mi sire Renart se leva
A grant joie et à grant baudor :
26810Tot meintenant et sanz demor
A fet le tresor esfondrer
Que là ne volt plus demorer.
Les deniers et l’or et l’argent
En a fet doner à sa gent,
Par convent qu’il n’i entra puis :
Porter en fait à Malpertuis
Que il se dote, si a droit,
Del Roi qui arier revenoit.
Contre lui se vodra tenir,
26820Por ce fet son chastel garnir
D’arméures et de vitaille,
Ne cuit devant set ans li faille.
Li chastiax est si bien asis
Jà ne sera par force pris,

Se par autre n’est afamez
Jà par Noble ne sera grevez.
Renart fait garnir son chastel,
Asez i a de son avel,
Et moult a de ses volentez
26830Qant Enpereres est clamez.
Grant joie en ot et grant léesce,
Bien fait garnir sa forteresce :
La Roïne l’aime et tient chier
Conme son segnor droiturier,
Que miex l’amoit, si con dison,
Qu’el ne fist Nobles le Lion.
Grant joie demeinent entr’eus,
Mès par tans i aura grans deus,
Que li Rois chevauche à esploit
26840Qui Chantecler en aportoit
Et le Heriçon en litieres
Ausi fetes conme deus bieres.
Moult ot de ses barons grant dol,
Devant envoie l’Escuirol
Por les noveles aporter,
Mès el chastel ne pot entrer
Que li pont estoient levé.
Renart fu as murs acosté,
Si l’apele et li dist, amis,
26850Dont iestes vos ? de quel païs ?
Sire, fait-il, par Saint Simon
Ge sui hom Noble le Lion ;

De l’ost repere où a esté,
Moult l’a bien fet, la merci Dé :
Toz ses anemis a vencuz,
Mès il est forment irascuz
Por Chantecler que il aporte
Mort (dont il moult se desconforte)
En litiere et sire Espinart.
26860Si m’aïst Dex, ce dist Renart,
Bien puet venir qant il vodra,
Mès céenz le pié ne metra :
Alez, si li dites itant
Que Rois sui dès or en avant,
Il n’i a mès que conmander.
En l’Esquirol n’ot qu’à irier,
Si li respondi erraument :
Qu’est-ce, sire Renart, conment !
Est-ce à certes ou à gas
26870Que li Rois n’i enterra pas ?
Dist Renart, tot de voir sachiez
Que jamès n’i metra les piez
A nul jor tant con il soit vis,
Or vos en ai dit mon avis.
Qant li Escuirous l’entendi,
Va s’en, que plus n’i atendi ;
N’a gaires longement erré
Que il a le Roi encontré.
Qant il le voit, ne se vost tere,
26880Ainz li reconte tot l’afere

Si con Renart li avoit dit.
Li Rois l’oï, si en sosrit,
D’ire et de mautalent nercie,
Si apele sa baronie :
Segnor, fet-il, avez oï
De Renart con il m’a traï ;
Ma terre a sesi contre moi,
El païs se fet clamer Roi.
Ge vos pri que me conseilliez
26890Et qu’à cest besoing me vailliez.
Sire, dist Brun l’Ors, sanz faillir
Le matin l’irons asaillir
A perieres, à mangoniax,
S’il tient contre vos voz chastiax :
Nos les asaudron le matin,
Se prendre le poon, sa fin
Est venue sanz raençon,
Desus cel tertre le pendron :
Einsi le lo, einsi le veil,
26900Dist li Rois, ci a bon conseil.
Atant se metent à la voie
Et cheminerent totevoie
Tant qu’il vindrent vers le chastel :
Paveillons tendent, n’i ot el,
Qu’il ne porent dedenz entrer.
Li Rois s’en prent moult à irer
Et jure s’il le pot tenir,
De tel mort le fera morir

Conme l’en doit laron traitier,
26910Pendre ou ardoir ou traïner :
Il ne s’en puet partir par el.
Drecier a fet meint mangonel,
Meint trebuchet et meint chaable.
Qu’est-ce ce, dist Renart, déable !
Me quident-il dont issi prendre ?
Ge istrai fors por moi deffendre
Encor anuit sanz demorer.
Atant a fet sa gent armer
Et ses deus filz et son cosin,
26920Par tens seront au Roi voisin :
Dis mile furent, voire plus.
Le pont a fet avaler jus,
Et s’en issirent de randon,
Atant poignent à esperon.
Percehaie les vit venant,
Dou Roi se parti meintenant :
Cels qu’il pot mener avec soi
Par tens feront anui au Roi.
Sor lui corurent demanois,
26930Encor n’estoit armez li Rois,
Einz l’ont tot desarmé sorpris.
Or fu li Rois moult entrepris ;
Un escu a sesi à plein
Et un espié en l’autre mein.
Là ot grant cri et grant mellée,
Meint cop i ot feru d’espée ;

Moult i éust li Rois perdu
Qant Bruns li Ors l’a secoru.
Bruiant et Bernart et Baucent
26940As armes corent meintenant,
Si ont secoréu le Roi
Que Renart menoit à besloi.
Baucent desrenge tot premiers,
Moult fu estoz li pautoniers.
Quant Ysengrin le vit sevrer,
L’Ors aquelt à esperoner,
Grans cox se vont entreferir,
Ysengrin nel’ pot pas soffrir
Le cop que Baucent le feri
26950Si qu’à la terre l’abati.
Sor lui s’areste et trait l’espée,
Jà fust de lui la pès jurée
Que mort l’éust sanz raençon
Qant Grinbert i vint le Tesson ;
A qui qu’il en déust peser,
A fet Ysengrin remonter,
Mès moult i soffri peine grant.
Brun l’Ors i vint esperonant,
Si encontra enmi sa voie
26960Un des filz Renart Percehaie.
Qant Percehaie l’a véu,
Envers li torne son escu,
Granz cox se donent des espiez,
Li brans l’Ors est par mi froissiez

Et est en deus moitiez volé.
Percehaie l’a asené
Haut en l’escu con chevalier ;
La lance dont trenche l’acier,
Li passa par le costé destre.
26970Estes-vos Bernart l’Archeprestre
A la rescusse de Brun l’Ors
Venoit poingnant plus que le cors
Desor un grant destrier baucent.
Des Renart i corurent cent
Por aïdier à Percehaie.
Ysengrin forment s’en esmaie,
Rovel et Malebranche ensenble,
Tot le parenté, ce me senble,
Ou fust ou bien ou mesprison,
26980Brun l’Ors en meinent en prison
Maugré toz ceulz qui laienz sont.
L’Archeprestre dolant feront
Por ce qu’aïdier le voloit.
Qant Malebranche l’aparçoit,
Vers li trestorne son cheval,
Andui poingnent parmi un val,
Des lances se ferent granz cox,
Sus les testes et sus les cox
Les lances volent en asteles,
26990Puis traient les espées beles,
Sor les hiaumes se vont ferir.
Cil qui bien ne se sot covrir

Fu moult malement atorné,
Bernart li a un cop doné
Parmi le hiaume de l’espée,
Jus l’abati jambe levée
A la terre tot estendu.
Jà l’éust pris et retenu
Qant Tybert li Chaz i a point,
27000Por lui a enforcié son point.
Malebranche fist remonter
A qui qu’il en déust peser.
Forment est li chaple enforciez,
Et Renart vint toz eslessiez,
L’escu au col, l’espée trete,
Forment de conbattre s’afete.
Bruiant le Tor a encontré
Qui moult fu richement armé ;
Sitost s’en vont entreferir
27010Con lor chevax porent tenir.
Bruiant le fiert premierement,
Renart met l’escu en present
Et l’a contre terre abatu,
Et Bruiant le r’a si feru
Que la lance li brise el poing.
Renart le fiert si que le coing
De son helme fiert el sablon,
Puis descent du cheval gascon
L’espée haute por ferir.
27020Qant Bruiant vit le cop venir,

Péor a que il ne l’ocie,
A meins jointes merci li crie :
Sire, fet-il, por Deu merci,
Ge me renc à toi, ne m’oci.
Qant Renart ot parler Bruiant,
Si li respondi en riant :
Sire, fait-il, à ceste foiz
Vos quit, mès vos fianceroiz
Prison à tenir el chastel.
27030Sire, dist Bruianz, ce m’est bel,
Einsi le ferai con vos distes
Mès que soie de la mort quites,
Einsi con il vos plaist l’otroi.
Atant remontent sanz deloi
Con cil à qui moult estoit tart.
A cest mot li chaples depart,
Bien l’a fet Renart à cel cors,
En prison en meine Brun l’Ors
Et Bruiant le Tor autresi,
27040Où chastel en sont reverti
Tuit ensenble lié et joiant.
Li Rois remest tristre et dolant
Et corocié de ses barons,
Forment jure Deu et ses nons
Que d’ilec ne departira
Jusqu’à tant que pris les aura.
Moult par est à Renart petit
De trestot ce que li Rois dit,

N’en dorroit pas un esperon.
27050Descendu sont tuit li baron
Et puis sont monté el palès ;
Onc si grant joie ne fu mès
Conme la Roïne lor fet,
Puis lor demande, qu’avez fet ?
Bien, fet Renart, la merci Dé,
Brun l’Ors vos avons amené
En prison et Bruiant le Tor :
Jà n’en prendrai argent ne or
Ne nul denier de raençon,
27060Mès ci ilec les garderon.
De ce sui-ge certeins et fis
Que se uns des nos estoit pris,
Que par ices les r’aurion.
Sire, foi que doi Saint Simon,
Vos en avez moult bien parlé.
A icel mot l’a accolé ;
Et Malebranche et Percehaie
Et à toz les autres fet joie.
Grant joie font par le palès,
27070Chantent et viélent des lès
Totes et tuit, si con moi semble,
Firent là moult grant joie ensemble.
Harpes i sonent et viéles
Qui font les melodies beles,
Les estives et les citoles,
Les damoiseles font caroles

Et treschent envoisiement.
Laienz ot meint son d’estrument
Par le palès et par la sale,
27080Einc n’i ot dit parole male,
Ne nus que tant fust cointe et noble,
Ne mès solement dou Roi Noble,
Celui menacent-il trestuit.
C’est merveille s’il ne s’enfuit,
Font-il, moult l’avons esmaié,
Moult en avon mort et plaié.
Segnor, dit Renart, or est bien,
Onques nes menaciez por rien ;
Mes le matin quant jor vendra,
27090Sauron bien qui miex i vaudra
As cox ferir et enploier
Et as ensegnes desploier.
Se là vos voi bien meintenir
Envers le Roi et contenir,
Qu’à la fuie le puisson metre,
S’einsi vos volez entremetre,
Vos m’auriez servi à gré.
Sel’ avoie desbareté
Moult auroie de mon deduit.
27100Einsi furent jusqu’à la nuit,
Onc ne finerent de parler
De si que vint à l’avesprer.
Cil qui estoient connestables
Conmandent à metre les tables,

Et puis aséent au souper.
Ne voil pas toz les mès conter
Ne fere ci grant demorée,
Tant mangerent con lor agrée,
Puis firent les napes oster.
27110Nuis fu, si se vont reposer
Jusqu’au demein à l’esclairier
Que se lievent li chevalier.
Sitost con il furent levé
Se sont de meintenant armé.
Autresi s’arme d’autre part
L’Enperere sire Renart
Et si dui filz et son cosin
Grinbert qui moult fu enterrin
De loiauté et de valor.
27120Congié prent nostre Emperéor
A la Roïne simplement
Et dist, Dame, mon escient
Encore anuit aurez le Roi
En prison si conme je croi.
Sire, fait-ele, Dex l’otroit
Que ce que vos dites voir soit.
Atant la bese au departir,
Puis a fait les portes ovrir
Et le pont a fait avaler.
27130Hors issirent sanz demorer,
Si s’ont feru en l’ost le Roi.
Mès chascuns a péor de soi,

Si se sont armé richement.
Li Rois méismes et sa gent
Avoient lor garnemenz pris,
Ne voloient estre sorpris ;
Sitost con choisi cels de là
Ses chevaliers en apela.
Segnor, fait-il, je vos requier
27140Que vos m’aïdiez à vengier
De cel traïtor, ce laron
Qui si a sesi ma meson
Et me gerroie si à tort,
Ge sui honis se il m’estort,
Jamès nul jor joie n’auroie
Se je de lui venchié n’estoie.
Sire, font-il, or i parra,
Honiz soit qui vos en faudra
Et qui jà s’en feindra nul jor,
27150De ce n’aiez onques poor.
Li Rois les en a merciez
Conme cil qui moult en fu liez.
Atant asenblent les deus oz
Qui moult estoient grant et forz ;
Moult fiere mellée i conmence,
Là ot brisiée meinte lance
Et meint chevalier abatu.
Renart escrie de vertu :
Rois Nobles, où estes alez ?
27160Se conbatre à moi vos volez,

Venez, que la bataille auroiz
Et moult proceinement sauroiz
Que je ne vos ein que riens vaille :
Si me conquerez en bataille,
Le chastel et tote la terre
Vos lairai en pez et sanz gerre,
Et se par moi estes conquis,
Alez vos ent hors du païs
Et me lessiez la terre en pès.
27170Li Rois vint vers lui à eslès
Sitost con la parole oï,
De nule rien ne s’esbahi,
Ançois s’escrie hautement :
Sire Renart, par Saint Climent
Je ne te demant autre chose,
Honiz sui s’atendre ne t’ose.
Adont prent à esperoner
Li Rois où il n’ot qu’aïrier,
Et Renart d’autre part rebroche
27180Le bon destrier qui pas ne cloche.
Les chevax lesserent aler,
Granz cox se vont entredoner
De lor lances es fors escus,
Percent et le cuir et le fus ;
Les lances covint à quasser.
Li hauberc ne porent fausser
Qui trop sont serré et tenant.
Lors reviengnent esperonant

Conme foudre qui doit descendre,
27190Que les estriers firent estendre.
Li cheval s’encontrent de front,
Embedui chiéent en un mont ;
Mès tost refurent sus sailli,
Forment li uns l’autre asailli,
Et si ont traitent les espées,
Dont s’entredonent granz colées
Desus les haumes de lor chief.
Jà i fust trop grant le meschief
Devers Dant Noble le Lion
27200Qant tuit cil de sa region
S’esmurent por lui aïdier.
Baucent i acurut premier,
Por le Roi secore s’esmut,
Baucent et Brun l’ont secorut,
Et l’Archeprestre et Roonel,
Et Dant Tiecelin le Corbel,
Si i vint mon segnor Belin.
Là fust Renart en mal traïn
Qant Percehaie et le Tesson,
27210Et Malebranche à esperon,
Et Tybert le Chat et Rovel,
D’aïdier Renart sont isnel.
Ysengrin est el chief premier
Tout prest de Renart aïdier.
Li chaple ont entr’eus conmencié,
Là véist-en meint pié trenchié,

Tantes testes, tant haterel :
Merveilles i fesoit Rovel
Et cil qui furent de sa part.
27220Par force ont remonté Renart,
Mès li autre à moult grant dolor
Ont remonté l’Emperéor.
Ainz qu’il poïst estre monté
I ot meint ruiste cop doné
Et mout en i ot recéu.
Moult par i ot le Roi perdu
De ses homes les miex proisiez
Dont il fu moult greins et iriez ;
Et Renart refu moult dolent,
27230Q’un home i perdi moult vaillant.
Ce fu Tyberz qui fu ocis,
Dont il furent voir moult pensis :
Moult i perdent d’ambedeus parz.
Totes voies sire Renarz
Est remontez à quelque force.
La mesgniée le Roi s’efforce
De lui monter ; monter l’ont fet
Qui que soit bel ne qui soit let :
Le r’ont monté sor son cheval,
27240Mès li chéoirs li fist grant mal ;
Estonez fu, mès que ce vaut ?
Sor le cheval qui moult fu haut
Fu montez et joste demande.
Atant es-vos parmi la lande

Renart qui ot son cuer repris
Conme cil qui fu d’ire espris :
Sus se corurent de rechief,
Sor le Roi torna le meschief
Moult grant se ne féust sa gent
27250Qui le rescovrent bel et gent,
Quar tuit se ferirent entr’eus,
Mès il nel’ tindrent mie à jeus
Ne ne lor en fu mie bel.
Atant esperone Rovel
Le destrier qui tost se remue,
En son poing tint l’espée nue.
Roonel en fiert durement,
La teste jusqu’as denz li fent,
Mort le trebuche de la sele
27260Et prent le destrier de Castele,
Mener le quide à sauveté
Quant Brichemer l’a encontré
Qui li crie, n’enmenrez mie
Tant conme j’aie el cors la vie.
Rovel entendi Brichemer,
Tantost let le cheval aler
Que il en destre en ramenoit,
Et voit Brichemer qui venoit
L’espée traite contre lui.
27270Rovel moult bien le recueilli
Et au branc nu bien le requiert.
Moult vertueusement le fiert

Parmi le haume si granz cox
Que tot li fait ploier li cox :
Si forment le fiert et demeine,
A poi que il ne pert l’aleine
Ne il n’a pas tant de vertu
Qu’il giet devant li son escu,
Einz est autresi conme pris.
27280Qant il le voit si entrepris
Un autre cop li a doné
Que trestot l’a escervelé ;
Son cop estort, jus del destrier
Le fet à terre trebuchier :
A terre chaï tot envers
Messires Brichemers li Cers.
Li Rois a véu son domage,
Par un petit que il n’enrage,
Tant fu pleins de coroz et d’ire.
27290Hé Dex ! dist-il, que porrai dire
De ces larons de male gent
Qui si me meinent malement ?
Brichemer, por vos sui iriez,
Mès vos serez par tens venchiez
S’il plest à Deu en qui je croi.
Atant esperone le Roi
Vers Rovel broche le destrier,
Et cil con hardi chevalier
Le requiert, si s’entreferirent
27300Tex cox que li escu croissirent.

Rovel a brisié son espié
Dont il fu auques enpirié
Et moult li desplut, ce sachiez,
Si a moult tost ses brans sachiez ;
Mès li Rois avant le feri
De l’espié qui estoit forbi.
L’escu li perce et le haubert,
El costé li a fet un merc,
Trois doie en la char li enbat :
27310Rovel chiet à terre tot plat,
Estordiz et mal atornez,
Et li Rois se r’est retornez
L’espée trete, si s’areste.
Jà li éust copé la teste
Et ocis l’éust meintenant,
Quant Baucent vint esperonant.
Sire, fet-il, merci vos quier
Que vos l’envoiez prisonier,
Que se vos ici l’ociez
27320Sachiez blasmez en seriez,
Mès metez le en vo prison.
C’est le filz Renart le laron,
Et por li se vos le menez
Toz quites vos prisons r’aurez
Que Renart a mis en la tor.
Se vos l’ociez sanz retor
Sachiez que pendu en seront
Vos deus prisoniers en amont,

Mès s’il vos plest si l’en menez.
27330Li Rois respont, bien dit avez,
A vostre plesir sera fet.
Tot meintenant mener le fet.
Li Rois en fet mener Rovel,
A Renart ne fu mie bel,
Ainz li anuie durement,
Mès il ne pot estre autrement.
Moult fu dolans, moult fu iriez,
Ses barons en a aresniez :
Seignor, fet-il, car retornons,
27340Rovel mon fil perdu avons,
Li Rois si l’en maine en prison.
Atant retornent li baron,
Chascun forment se desconforte ;
El chastel entrent par la porte,
Les pons font après eus lever.
Si se vont trestuit desarmer,
Puis en monterent el palès,
Et la Roïne à grant eslès
Vint encontre, si les conjoie.
27350Dame, Dame, n’ai soing de joie,
Fet Renart, foi que je vos doi,
Car ainssi come je le croi,
Mon filz Rovel perdu avon,
Que li Rois l’en meine en prison.
Qant la Roïne entent Renart,
A poi que li cuers ne li part :

Ahi ! lasse, que porrai faire ?
Lasse ! con ci a mal afaire
S’ainsi avons perdu Rovel !
27360Miex vousisse que cest chastel
Fust mis en charbon et en cendre.
Faites voz deus prisoniers prendre
Et si mandez à ceus del ost
Se ne vos rendent Rovel tost,
Que vos ferez pendre Brun l’Ors
Et Bruiant, n’en auront secors.
Dame, fet-il, bien avez dit,
Je méismes sanz contredit
Irai desus le mur crier.
27370Lors vait sus le mur apoier,
Et s’escria que bien l’ot-on :
Entent çà, Noble le Lion ;
Tu tiens en prison mon enfant,
Et je r’ai Brun l’Ors et Bruiant :
Or fai lequel que tu vodras,
Ou tu Rovel mon filz rendras,
Ou tu verras Brun sanz demor
Pendre là amont sus ma tor,
Et si sera pendu Bruiant.
27380Li Rois respont, ce est noiant,
Que jamais nul jor nel’ verras,
Or i parra que tu feras.
Atant est Renart descendu,
A pou qu’il n’a le sens perdu ;

Aus prisoniers en vait errant
Si les fist prendre maintenant,
Puis les fist en la tor mener,
Si lor a fet les iex bender
Et puis el col metre la hart.
27390Seignor, ce lor a dit Renart,
Hui est ajorné vostre jor,
Priez le Roi vostre saingnor
Qu’il me rende mon filz Rovel,
Ou foi que je doi Saint Marcel
Jà serai enbedui pendu.
Qant li baron l’ont entendu,
Chascuns ot grant poor de soi,
Maintenant escrient au Roi :
Sire, por Dieu et por son non,
27400Nous somes mort sanz raençon
Se vos n’avez de nos merci.
Li Rois les barons entendi
Et bien les vit les iex bendez.
Ses barons en a apelez :
Seignor, fait-il, que m’en loez ?
Jà seront au vent encroez
Se nos Rovel ne lor rendon.
Sire, ce dient li Baron,
Fetes Rovel ci amener
27410Et si li faites fiancier
Que vos prisoniers maintenant
Vos rendra et sain et vivant

Tot ausi con il furent pris,
Armez sus les destriers de pris.
Vos dites moult bien, dist li Rois.
Lors le fist venir demanois
Devant li, et sanz atargier
Li fist plevir et fiancier
Que sitost con laienz sera
27420Les prisoniers delivrera.
Sire, fait-il, ainsic l’otroi.
Atant a pris congié au Roi,
Et li Roi li baille conduit
Que de sa gent ne fust seurduit,
Sel’ conduisent vers le chastel.
Renart se sist lez un crenel,
Si a véu Rovel venir,
Tantost a fait la porte ovrir,
Si le reçut à moult grant joie,
27430Le conduit arieres envoie
Et puis est monté el palès.
Onc si grant joie ne vi mès
Conme son pere li a faite,
N’i ot mie grant noise faite
Ne n’i ot parlé fors de joie.
Je ne cuit que jamès tel oie,
Non fera nul home vivant.
Mi sire Brun l’Ors et Bruiant
Les fist delivrer conme ber,
27440Tantost les a fait desbender :

A grant joie et à grant léesce
Issirent de la forteresce
Desus les destriers Arrabiz,
A lor costez les brans forbiz.
En l’ost sont venu sanz deloi
Très devant la tente le Roi :
Sont andoi descendu à pié.
Durement en fu li Rois lié ;
Il les acole et si les baise
27450Et dist, moult ai éu mesaise
Por vos deus, mès la Dieu merci
Moult sui liez quand je vos voi ci
Devant moi et sain et haitiez.
Durement refu Renart liez
Por son filz ; mès Rovel s’esmaie
Que moult li deut et cuit sa plaie.
Desarmer le font maintenant,
Si li vont sa plaie cerchant,
Bons mires ot et bien senez.
27460Tant sont de li garir penez
Que ainz que passast la semaine
Fu sa plaie garie et saine,
Et bien pot ses armes porter.
Renart qui fist moult à douter,
En a apelé ses barons :
Saingnor, fait-il, quel là ferons ?
Il nos convient aler là fors,
Il n’i a que d’armer nos cors

Por nos anemis esmaier.
27470Atant s’arment sanz delaier ;
Par desus le pont tuit ensemble
S’en issirent si con moi semble.
Qu’iroie lonc conte fesant ?
En l’ost se ferent meintenant,
Mès nes trovent pas desarmez,
Mès bien garniz et aprestez
Conme de deffendre lor cors.
Là ot de tabors et de cors
Grant noise fete et grant esfrois :
27480Devant les autres vint li Rois
Trestoz armez sor son cheval ;
Moult ot en lui noble vassal.
Qant Renart vit le Roi venir,
Envers lui broche par aïr
Quanque cheval pot randoner.
Les lances brisent au joster,
Embedui tot conmunément
Outrepassent isnelement,
L’un à l’autre plus ne forfist.
27490Ysengrin sor un cheval sist
Qui bien valoit cent besans d’or,
Il broche vers Bruiant le Tor
La lance droite au fer trenchant ;
Bruiant revint esperonant
Sitost con il le vit venir,
Grans cox se vont entreferir

Des lances o les fers tranchant.
Ysengrin qui moult fu vaillant,
Le feri de si grant vigor
27500Que de la lance travers d’or
Li mist el cors et le fer tout,
D’autre part en parut li bout.
Del destrier à terre le met,
Cil trebuche et si gete un bret
Si grant que tot l’ost en fremi.
Li Rois l’oï et entendi,
Cele part vint esperonant,
Si a trové Bruiant gisant
Tot estendu enmi la prée,
27510L’ame li ert del cors sevrée :
Iloques se gist estendu.
Las ! dist li Rois, qu’ai atendu
Que ne vois vencher mon baron
Que m’a mort cel cuvert felon ?
Qu’aten-ge que nel’ vois venchier ?
Il m’amoit tant et tenoit chier.
Lors point le destrier de Castele,
La lance où le penon ventele
A desploié de meintenant.
27520Poignant s’en vet devant sa gent
Toz hors del sens, toz enragiez.
Un des autres s’est desrengiez
Qui contre le Roi esperone,
Mès li Rois si grant cop li done

De la lance parmi le cors,
Que li fers en parut defors
Ge cuit plus de demie toise,
A ce que la lance pendoise :
L’a mort trebuchié enz el pré.
27530Malebranche en a moult pesé
Qui l’ot esgardé et véu,
Tantost est cele part venu.
Malebranche fut tot desvé
Quant vit son home mort geté ;
Moult en fu dolanz et iriez.
Envers le Roi s’est eslessiez,
Et li Rois qui bien l’aperçut
Meintenant cele part corut
Quanqu’il pot trere del destrier.
27540Bien fu afichiez en l’estrier ;
Et Malebranche d’autre part
S’eslesse parmi un essart :
Sitost con a véu le Roi
L’escu enbrace par desroi.
D’ire et de maltalent espris
Li Rois revint maltalentis,
Doner se vont mervellos cox
Desus les escus de lor cox
Se ferirent sanz demorance.
27550Malebranche brise sa lance,
Et li Rois le fiert à bandon,
Que sa lance jusqu’au penon

Li fist parmi le cors glacier,
Mort le trebuche del destrier.
A la rencontre vint Renart,
Mès il i est venuz trop tart :
Il et sa gent i sont venu,
Mais malement l’ont secoru,
Qar iloques l’ont trové mort.
27560Ci n’a, dist Renart, nul confort,
Mès or verrai qui m’aura chier,
Que je le voil aler venchier.
Sire, ce dient li baron,
Volentiers vos i aideron.
Adont conmence la mellée,
Meint cop i ot feru d’espée,
Moult véissiez bestes morir,
Onques nus ne se pot tenir
Encontre l’espée Renart,
27570Quant ferant s’en vint cele part
Tiex vint mile en sa conpaignie
Qui au Roi firent grant aïe.
En l’estor se fierent errant,
Des genz Renart ont ocis tant
Que nus n’en sot le conte dire :
Lors n’ot Renart talent de rire.
Qui donques véist Percehaie
Parmi l’ost con il se desraie,
Nus ne puet à son cop durer.
27580Belin prent à esperoner,

Percehaie l’a si feru
Que il li a percié l’escu,
Ou li pesast, ou bel li fust
Que de la lance et fer et fust
Ne li passast parmi li foie ;
Mort le trebuche enmi la voie ;
Puis sacha del fuerre l’espée,
A Ferant done tel colée
Que li fist la teste voler :
27590De dis fist la guerre finer.
Renart s’eslesse d’autre part,
Grant cop vet ferir le Liépart
De son glaive parmi le cors,
Que li fers en parut defors ;
Tant con la lance li dura,
A la terre le trébucha.
Moult i ot grant chaple et felon :
Estes-voz Noble le Lion
Armé sor son cheval ferrant,
27600La lance en son poing paumoiant :
O li ot maint Duc et maint Conte,
Tant en i ot n’en sai le conte.
O li fu li Conte Frobert
Et l’Escoufle sire Hubert
Qui héent Renart durement ;
Vers lui vienent iréement.
Sire Frobert le Gresillon
Plus tost que un alerion

Vint poignant encontre Renart.
27610Renart le voit qui moult fu tart
Que il se fust à lui mellé,
En sa main tint le branc levé, [6]
Et Frobert avoit le suen tret.
Li uns près de l’autre se tret,
Grans cox se fierent de manois,
Des brans qui sont sarazinois
Si merveillos cox s’entredonent
Que totes les testes estonent ;
Et si grant cop se sont feru
27620Qu’à terre se sont abatu :
Andoi chéent enmi la voie.
Estes-vos poignant Percehaie,
O lui maint vaillant bacheler,
A force font Renart monter,
Puis retornerent à itant
Vers le chastel esperonant :
Tuit sont au chastel descendu
De lor bons chevax de vertu.
Maintenant montent el palès
27630Qui riches estoit et bien fès :
Moult las et moult travellié sont,
Si se desarment là amont
En la tor qui est bele et blanche.
Moult font grant duel de Malebranche :

Las ! dist Renart, maléurez !
De male ore fu onques nez
Quant g’ai Malebranche perdu
Par qui dui estre secoru.[7]
Or n’aten-ge mès nul secors,
27640Dame Fiere, les voz amors
Ai-je conparées moult chier,
Mès foi que doi à Saint Richier
A qui je ne doi néis point,
Li Rois Nobles est en mal point,
N’en puet partir en nule guise
Que de cest siege ne se cuise.
Dist Rovel, or lessiez ester,
Vos n’i poez rien conquester.
Vos dites voir, sire Rovel,
27650Mès foi que doi Saint Filebel
Que je n’ains qui vaille un denier,
Li Rois le conparra moult chier :
Ainz que cist chastiaus soit renduz
Sera-il as forches penduz.
Atant ont lessié le pledier,
Li Rois Nobles se fist logier
Enmi le pré desoz la tor,
Et jure Deu le Créator
Que jamès ne s’en partira
27660Tant que Renart penduz sera.

Einsi se sont à grant léesce
Rendu devant la forteresce ;
A grant joie et à grant baudor
Furent ilec trestote jor
Et grant partie de la nuit,
Et tant qu’il se dormirent tuit,
N’en i ot nul qui ne dormist.
Renart qui onques bien ne fist,
Se mal non et desloiautez,
27670En a ses deus fils apelez
Et Ysengrin son conpaignon :
Segnor, fet-il, que là feron ?
Il se dorment trestuit en l’ost ;
Fetes et si vos armez tost,
Ses irons là fors estormir.
Se poons au Roi avenir
Jà Dex n’ait de m’ame merci,
Sel’ puis tenir se ne l’oci.
Sire, font-il, bien avez dit.
27680Adont s’arment sanz contredit
Tuit quatre c’onques n’i ot plus,
Le pont ont fet avaler jus,
Tot belement et tot soef
Ont entr’eus le pont avalé,
S’en issent sanz noise et sanz cri,
Durement ont l’ost estormi.
Quatre en ont mort au premier saut,
L’ost estormist et bas et haut.

Vers la tente le Roi en vont,
27690Les cordes copées en ont,
La tente chiet, li Rois s’esveille,
La noise entent, moult se merveille.
As armes corent et moult tost
Si furent armé cil de l’ost ;
Mès cil se sont mis el retor,
Grant chaple ont fet devant la tor.
Là conmence chaple felon,
Bien se contienent li baron
Tuit quatre contre les roiaus,
27700Et Ysengrin et Roviaus
Et Percehaie qui fu forz,
Maint en ont ocis, et maint morz,
Mais qui que soit ne morz ne pris,
Sor aus en est tornez li pis,
Que la gent le Roi tant s’esforce
Que Renart i pristrent à force,
Et li autre qui que soit bel
Si se ferirent el chastel,
Et Renart par moult grant desroi
27710Fu amenez devant le Roi
Tot corocié et tot plein d’ire,
Et li Rois li a pris à dire :
Ha ! punès rox de male part,
De ma gent m’as fet grant essart,
Mès moult chier te sera renduz,
Que orendroit seras penduz,

Ne t’i vaudra engin ne lobes.
Merci, fet-il, gentix Rois Nobles,
Pardonez moi à ceste foiz,
27720Si abessiez vostre bufoiz :
Se ceste foiz me pardonez,
Adont m’ert bien gerredonez
Le servise que je vos fis
Qant de la fievre vos garis,
Qant je fui por vos en Palerne,
En Romanie et en Salerne ;
Outre mer en Sarazinois
Fui-ge por vos plus de set fois
Por querre vostre garison :
27730Or m’en rendez le gerredon,
Et Dame Diex et Nostre Dame
Guerredon vos en rende à l’ame !
Li Rois qui fu pleins de savoir,
Ot le servise amentevoir
Que Renart li ot fet jadis,
Adonc à porpenser se prist,
Et quant il ot pensé grant pose
Si dit : or oiez une chose,
Seignor baron, dit l’Emperere,
27740Vez-ci Renart qui meint contrere
M’a fet ; or me porchace ci
Ce que de mon mal m’a gari.
Il le me doit bien reprochier,
Orendroit li aura mestier,

Que por tot l’or qui el mont soit,
Ne li mefferoie orendroit,
Ainz li pardoing tot le mesfet
Que il m’a en cest monde fet,
Trestot li cuit orendroit ci.
27750Renart respont, vostre merci.
A icest mot fu la pès fete,
Li Rois fet corner la retrete :
Cels qui asailloient la tor
A-il fait toz metre el retor,
Et maintenant sanz arester
A fet ses pavellons oster.
Trestot meintenant s’en retorne,
Jusqu’à son chastel ne séjorne :
Tantost au peron descendi,
27760L’Empereris vint contre lui
Qui à grant joie le reçut
Si con son segnor fere dut,
Durement son segnor conjoie.
El palès montent à grant joie.
Li Rois que sa feme deçoit
Si que il point ne s’aperçoit
Que Renart l’éust esposée,
N’onques n’en fu aresonée,
Ne il n’en fu parole puis.
27770Renart ala à Malpertuis
Où à grant joie le reçurent
Si filz si con il faire durent,

Et avec mi sire Ysengrin
Qui l’aime de cuer enterin ;
Et puis fu si bien du Roi Noble
Que tuit cil de Constantinoble,
Par parole ne par mesdit,
Einsi con l’escriture dist,
Nel féissent au Roi meller
27780Por rien qu’il séussent parler,
Mès entr’eus moult grant amor ot.
Li contes fenist à cest mot.



  1. Al. En un buisonet se muça.
  2. Al. Lors est hors du buisson issuz.
    Et vient à lui les sauz menuz.
  3. Al. Par les piez deriere le lie.
  4. Al. Déauble enportent tel deduit,
    Fait Renart, quant nel’ puis avoir.
  5. Al. Qu’il n’i paroit que gonfanons.
  6. Al. Del fore tret le branc letré.
  7. Al. Le mien ami et le mien dru.