100 percent.svg

Le Silence des Morts

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Œuvres de Jean LahorAlphonse Lemerre, éditeurL’Illusion (p. 279).




LE SILENCE DES MORTS


Nous évoquons sans fin le ciel morne et la terre,
Et nous les supplions de nous révéler Dieu :
Mais le Destin les a condamnés à se taire,
Et paraît se complaire à ce terrible jeu !

Nulle parole encor ne leur est échappée,
Trahissant le secret qui nous rend soucieux ;
Et, pareils à ces noirs dont la langue est coupée,
Les êtres devant nous restent silencieux.

Mais vous, les morts, ô vous qui savez ce qu’on souffre
A toujours ignorer le sort qui nous attend,
Vous qu’on a descendus aux profondeurs du gouffre,
Et qui pourriez enfin dire ce qu’on entend,

Ce qu’on voit dans la tombe, entré dans sa nuit noire,
O morts, qui connaissez les doutes d’ici-bas
Et les tourments de ceux qui ne veulent plus croire,
Pourquoi, muets aussi, ne répondez-vous pas?