Le Suicide/Introduction/II

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alcan (p. 8-17).
◄  I
CHAPITRE I  ►


II.


Mais le fait ainsi défini intéresse-t-il le sociologue ? Puisque le suicide est un acte de l’individu qui n’affecte que l’individu, il semble qu’il doive exclusivement dépendre de facteurs individuels et qu’il ressortisse, par conséquent, à la seule psychologie. En fait, n’est-ce pas par le tempérament du suicidé, par son caractère, par ses antécédents, par les événements de son histoire privée que l’on explique d’ordinaire sa résolution ?

Nous n’avons pas à rechercher pour l’instant dans quelle mesure et sous quelles conditions il est légitime d’étudier ainsi les suicides, mais ce qui est certain, c’est qu’ils peuvent être envisagés sous un tout autre aspect. En effet, si, au lieu de n’y voir que des événements particuliers, isolés les uns des autres et qui demandent à être examinés chacun à part, on considère l’ensemble des suicides commis dans une société donnée pendant une unité de temps donnée, on constate que le total ainsi obtenu n’est pas une simple somme d’unités indépendantes, un tout de collection, mais qu’il constitue par lui-même un fait nouveau et sui generis, qui a son unité et son individualité, sa nature propre par conséquent, et que, de plus, cette nature est éminemment sociale. En effet, pour une même société, tant que l’observation ne porte pas sur une période trop étendue, ce chiffre est à peu près invariable, comme le prouve le tableau I (V. p. 9). C’est que, d’une année à la suivante, les circonstances au milieu desquelles se développe la vie des peuples restent sensiblement les mêmes. Il se produit bien parfois des variations plus importantes ; mais elles sont tout à fait l’exception. On peut voir, d’ailleurs, qu’elles sont toujours contemporaines de quelque crise qui affecte passagèrement l’état social[1].
Tableau I

Constance du suicide dans les principaux pays d’Europe (Chiffres absolus).

ANNÉES. FRANCE. PRUSSE. ANGLETERRE. SAXE. BAVIÈRE. DANEMARK.
1841……… 2.814 1.630 290 337
1842……… 2.866 1.598 318 317
1843……… 3.020 1.720 420 301
1844……… 2.973 1.575 335 244 285
1845……… 3.082 1.700 338 250 290
1846……… 3.102 1.707 373 220 376
1847……… (3.647) (1.852) 377 217 345
1848……… (3.301) (1.649) 398 215 (305)
1849……… 3.583 (1.527) (328) (189) 337
1850……… 3.596 1.736 390 250 340
1851……… 3.598 1.809 402 260 401
1852……… 3.676 2.073 530 226 426
1853……… 3.415 1.942 431 263 419
1854……… 3.700 2.198 547 318 363
1855……… 3.810 2.351 568 307 399
1856……… 4.189 2.377 550 318 426
1857……… 3.967 2.038 1.349 485 286 427
1858……… 3.903 2.126 1.275 491 329 457
1859……… 3.899 2.146 1.248 507 387 451
1860……… 4.050 2.105 1.365 548 339 468
1861……… 4.454 2.185 1.347 (643)
1862……… 4.770 2.112 1.317 557
1863……… 4.613 2.374 1.315 643
1864……… 4.521 2.203 1.340 (545) 411
1865……… 4.946 2.361 1.392 619 451
1866……… 5.119 2.485 1.329 704 410 443
1867……… 5.011 3.625 1.316 752 471 469
1868……… (5.547) 3.658 1.508 800 453 498
1869……… 5.114 3.544 1.588 710 425 462
1870……… 3.270 1.554 486
1871……… 3.135 1.495
1872……… 3.467 1.514

C’est ainsi qu’en 1848 une baisse brusque a eu lieu dans tous les États européens.

Si l’on considère un plus long intervalle de temps, on constate des changements plus graves. Mais alors ils deviennent chroniques ; ils témoignent donc simplement que les caractères constitutionnels de la société ont subi, au même moment, de profondes modifications. Il est intéressant de remarquer qu’ils ne se produisent pas avec l’extrême lenteur que leur ont attribuée un assez grand nombre d’observateurs ; mais ils sont à la fois brusques et progressifs. Tout à coup, après une série d’années où les chiffres ont oscillé entre des limites très rapprochées, une hausse se manifeste qui, après des hésitations en sens contraires, s’affirme, s’accentue et enfin se fixe. C’est que toute rupture de l’équilibre social, si elle éclate soudainement, met toujours du temps à produire toutes ses conséquences. L’évolution du suicide est ainsi composée d’ondes de mouvement, distinctes et successives, qui ont lieu par poussées, se développent pendant un temps, puis s’arrêtent pour recommencer ensuite. On peut voir sur le tableau précédent qu’une de ces ondes s’est formée presque dans toute l’Europe au lendemain des événements de 1848, c’est-à-dire vers les années 1850-1853 selon les pays ; une autre a commencé en Allemagne après la guerre de 1866, en France un peu plus tôt, vers 1860, à l’époque qui marque l’apogée du gouvernement impérial, en Angleterre vers 1868, c’est-à-dire après la révolution commerciale que déterminèrent alors les traités de commerce. Peut-être est-ce à la même cause qu’est due la nouvelle recrudescence que l’on constate chez nous vers 1865. Enfin, après la guerre de 1870 un nouveau mouvement en avant a commencé qui dure encore et qui est à peu près général en Europe[2].

Chaque société a donc, à chaque moment de son histoire, une aptitude définie pour le suicide. On mesure l’intensité relative de cette aptitude en prenant le rapport entre le chiffre global des morts volontaires et la population de tout âge et de tout sexe. Nous appellerons cette donnée numérique taux de la mortalité-suicide propre à la société considérée. On le calcule généralement par rapport à un million ou à cent mille habitants.

Non seulement ce taux est constant pendant de longues périodes de temps, mais l’invariabilité en est même plus grande que celle des principaux phénomènes démographiques. La mortalité générale, notamment, varie beaucoup plus souvent d’une année à l’autre et les variations par lesquelles elle passe sont beaucoup plus importantes. Pour s’en assurer, il suffit de comparer, pendant plusieurs périodes, la manière dont évoluent l’un et l’autre phénomène. C’est ce que nous avons fait au tableau II (V. p. 12). Pour faciliter le rapprochement, nous avons, tant pour les décès que pour les suicides, exprimé le taux de chaque année en fonction du taux moyen de la période, ramené à 100. Les écarts d’une année à l’autre ou par rapport au taux moyen sont ainsi rendus comparables dans les deux colonnes. Or, il résulte de cette comparaison qu’à chaque période l’ampleur des variations est beaucoup plus considérable du côté de la mortalité générale que du côté des suicides ; elle est, en moyenne, deux fois plus grande. Seul, l’écart minimum entre deux années consécutives est sensiblement de même importance de part et d’autre pendant les deux dernières périodes. Seulement, ce minimum est une exception dans la colonne des décès, alors qu’au contraire les variations annuelles des suicides ne s’en écartent qu’exceptionnellement. On s’en aperçoit en comparant les écarts moyens[3].

Il est vrai que, si l’on compare, non plus les années successives d’une même période, mais les moyennes de périodes différentes, les variations que l’on observe dans le taux de la mortalité deviennent presque insignifiantes. Les changements en sens contraires qui ont lieu d’une année à l’autre et qui sont dus à l’action de causes passagères et accidentelles, se neutralisent mutuellement quand on prend pour base du calcul une unité de temps plus étendue ; ils disparaissent donc du chiffre moyen qui, par suite de cette élimination, présente une assez grande invariabilité. Ainsi, en France, de 1841 à 1870 il a été


Tableau II


Variations comparées du taux de la mortalité-suicide et du taux de la mortalité générale.


A. — Chiffres absolus.
PÉRIODE
1841-46.
SUICIDES
par
100.000
habitants.
DÉCÈS
par
100.000
habitants.
PÉRIODE
1849-55.
SUICIDES
par
100.000
habitants.
DÉCÈS
par
100.000
habitants.
PÉRIODE
1856-60.
SUICIDES
par
100.000
habitants.
DÉCÈS
par
100.000
habitants.









1841 8,2 23,2 1849 10,0 27,3 1856 11,6 23,1
1842 8,3 24,0 1850 10,1 21,4 1857 10,9 23,7
1843 8,7 23,1 1851 10,0 22,3 1858 10,7 24,1
1844 8,5 22,1 1852 10,5 22,5 1859 11,1 26,8
1845 8,8 21,2 1853 9,4 22,0 1860 11,9 21,4
1846 8,7 23,2 1854 10,2 27,4      
      1855 10,5 25,9      
 

 

 

Moyennes 8,5 22,8 Moyennes 10,1 24,1 Moyennes 11,2 23,8
B. — Taux de chaque année exprimé en fonction de la moyenne ramenée à 100.
1841 96   101,7 1849 98,9 113,2 1856 103,5 97  
1842 97   105,2 1850 100   88,7 1857 97,3 99,3
1843 102   101,3 1851 98,9 92,5 1858 95,5 101,2
1844 100   96,9 1852 103,8 93,3 1859 99,1 112,6
1845 103,5 92,9 1853 93   91,2 1860 106,0 89,9
1846 102,3 101,7 1854 100,9 113,6      
      1855 103   107,4      
 

 

 

Moyennes 100 100 Moyennes 100 100 Moyennes 100 100
C. — Grandeur de l’écart.
ENTRE DEUX ANNÉES
consécutives.
AU-DESSUS
et au-dessous de la moyenne
Écart
maximum.
Écart
minimum
Écart
moyen
Maximum
au-dessous.
Maximum
au-dessus.





Période 1841-46.
Mortalité générale. 8,8 2,5 4,9 7,1 4,0
Taux des suicides. 5,0 1 2,5 4 2,8
Période 1849-55.
Mortalité générale. 24,5 0,8 10,6 13,6 7,0
Taux des suicides. 10,8 1,1 4,48 3,8 7,0
Période 1856-60.
Mortalité générale. 22,7 1,9 9,57 12,6 10,1
Taux des suicides. 6,9 1,8 4,82 6,0 4,5
successivement pour chaque période décennale, 23,18 ; 23,72 ; 22,87. Mais d’abord, c’est déjà un fait remarquable que le suicide ait, d’une année à la suivante, un degré de constance au moins égal, sinon supérieur, à celui que la mortalité générale ne manifeste que de période à période. De plus, le taux moyen de la mortalité n’atteint à cette régularité qu’en devenant quelque chose de général et d’impersonnel qui ne peut servir que très imparfaitement à caractériser une société déterminée. En effet, il est sensiblement le même pour tous les peuples qui sont parvenus à peu près à la même civilisation ; du moins, les différences sont très faibles. Ainsi, en France, comme nous venons de le voir, il oscille, de 1841 à 1870, autour de 23 décès pour 1.000 habitants ; pendant le même temps, il a été successivement en Belgique de 23,93, de 22,5, de 24,04 ; en Angleterre de 22,32, de 22,21, de 22,68 ; en

Danemark de 22,65 (1845-49), de 20,44 (1855-59), de 20,4 (1861-68). Si l’on fait abstraction de la Russie qui n’est encore européenne que géographiquement, les seuls grands pays d’Europe où la dîme mortuaire s’écarte d’une manière un peu marquée des chiffres précédents sont l’Italie où elle s’élevait encore de 1861 à 1867 jusqu’à 30,6 et l’Autriche où elle était plus considérable encore (32,52)[4]. Au contraire le taux des suicides, en même temps qu’il n’accuse que de faibles changements annuels, varie suivant les sociétés du simple au double, au triple, au quadruple et même davantage (V. Tableau III, p. 14). Il est donc, à un bien plus haut degré que le taux de la mortalité, personnel à chaque groupe social dont il peut être regardé comme un indice caractéristique. Il est même si étroitement lié à ce qu’il y a de plus profondément constitutionnel dans chaque tempérament national, que l’ordre dans lequel se classent, sous ce rapport, les différentes sociétés reste presque rigoureusement le même à des époques très différentes. C’est ce que prouve l’examen de ce même tableau. Au cours des


Tableau III


Taux des suicides par million d’habitants dans les différents pays d’Europe.
  PÉRIODE
1866-70
1871-75. 1874-78. NUMÉROS D’ORDRE À LA
1e période. 2e période. 3e période.
Italie 30 35 38 1 1 1
Belgique 66 69 78 2 3 4
Angleterre 67 66 69 3 2 2
Norwège 76 73 71 4 4 3
Autriche 78 94 130 5 7 7
Suède 85 81 91 6 5 5
Bavière 90 91 100 7 6 6
France 135 150 160 8 9 9
Prusse 142 134 152 9 8 8
Danemark 277 258 255 10 10 10
Saxe 293 267 334 11 11 11


trois périodes qui y sont comparées, le suicide s’est partout accru ; mais, dans cette marche en avant, les divers peuples ont gardé leurs distances respectives. Chacun a son coefficient d’accélération qui lui est propre.

Le taux des suicides constitue donc un ordre de faits un et déterminé ; c’est ce que démontrent, à la fois, sa permanence et sa variabilité. Car cette permanence serait inexplicable s’il ne tenait pas à un ensemble de caractères distinctifs, solidaires les uns des autres, qui, malgré la diversité des circonstances ambiantes, s’affirment simultanément ; et cette variabilité témoigne de la nature individuelle et concrète de ces mêmes caractères, puisqu’ils varient comme l’individualité sociale elle-même. En somme, ce qu’expriment ces données statistiques, c’est la tendance au suicide dont chaque société est collectivement affligée. Nous n’avons pas à dire actuellement en quoi consiste cette tendance, si elle est un état sui generis de l’âme collective[5], ayant sa réalité propre, ou si elle ne représente qu’une somme d’états individuels. Bien que les considérations qui précèdent soient difficilement conciliables avec cette dernière hypothèse, nous réservons le problème qui sera traité au cours de cet ouvrage[6]. Quoi qu’on pense à ce sujet, toujours est-il que cette tendance existe soit à un titre soit à l’autre. Chaque société est prédisposée à fournir un contingent déterminé de morts volontaires. Cette prédisposition peut donc être l’objet d’une étude spéciale et qui ressortit à la sociologie. C’est cette étude que nous allons entreprendre.

Notre intention n’est donc pas de faire un inventaire aussi complet que possible de toutes les conditions qui peuvent entrer dans la genèse des suicides particuliers, mais seulement de rechercher celles dont dépend ce fait défini que nous avons appelé le taux social des suicides. On conçoit que les deux questions sont très distinctes, quelque rapport qu’il puisse, par ailleurs, y avoir entre elles. En effet, parmi les conditions individuelles, il y en a certainement beaucoup qui ne sont pas assez générales pour affecter le rapport entre le nombre total des morts volontaires et la population. Elles peuvent faire, peut-être, que tel ou tel individu isolé se tue, non que la société in globo ait pour le suicide un penchant plus ou moins intense. De même qu’elles ne tiennent pas à un certain état de l’organisation sociale, elles n’ont pas de contre-coups sociaux. Par suite, elles intéressent le psychologue, non le sociologue. Ce que recherche ce dernier, ce sont les causes par l’intermédiaire desquelles il est possible d’agir, non sur les individus isolément, mais sur le groupe. Par conséquent, parmi les facteurs des suicides, les seuls qui le concernent sont ceux qui font sentir leur action sur l’ensemble de la société. Le taux des suicides est le produit de ces facteurs. C’est pourquoi nous devons nous y tenir.

Tel est l’objet du présent travail qui comprendra trois parties. Le phénomène qu’il s’agit d’expliquer ne peut être dû qu’à des causes extra-sociales d’une grande généralité ou à des causes proprement sociales. Nous nous demanderons d’abord quelle est l’influence des premières et nous verrons qu’elle est nulle ou très restreinte.

Nous déterminerons ensuite la nature des causes sociales, la manière dont elles produisent leurs effets, et leurs relations avec les états individuels qui accompagnent les différentes sortes de suicides.

Cela fait, nous serons mieux en état de préciser en quoi consiste l’élément social du suicide, c’est-à-dire cette tendance collective dont nous venons de parler, quels sont ses rapports avec les autres faits sociaux et par quels moyens il est possible d’agir sur elle[7] .


  1. Nous avons mis entre parenthèses les nombres qui se rapportent à ces années exceptionnelles.
  2. Dans le tableau, nous avons représenté alternativement par des chiffres ordinaires ou par des chiffres gras les séries de nombres qui représentent ces différentes ondes de mouvement, afin de rendre matériellement sensible l’individualité de chacune d’elles.
  3. Wagner avait déjà comparé de cette manière la mortalité et la nuptialité (Die Gesetzmässigkeit, etc., p. 87).
  4. D’après Bertillon, article Mortalité du Dictionnaire Encyclopédique des sciences médicales, t. LXI, p. 738.
  5. Bien entendu, en nous servant de cette expression nous n’entendons pas du tout hypostasier la conscience collective. Nous n’admettons pas plus d’âme substantielle dans la société que dans l’individu. Nous reviendrons d’ailleurs, sur ce point.
  6. V. L. III, ch. i.
  7. On trouvera en tête de chaque chapitre, quand il y a lieu, la bibliographie spéciale des questions particulières qui y sont traitées. Voici les indications relatives à la bibliographie générale du suicide.

    I. — Publications statistiques officielles dont nous nous sommes principalement servi :

    Oesterreischische Statistik (Statistik des Sanitätswesens). — Annuaire statistique de la Belgique. — Zeitschrift des Koeniglisch Bayerischen statistischen bureau. — Preussische Statistik (Sterblichkeit nach Todesursachen und Altersclassen der gestorbenen). — Würtembürgische Iahrbücher fur Statistik und Landeskunde. — Badische Statistik. — Tenth Census of the United States. Report on the Mortality and vital statistic of the United States 1880, 11e partie. — Annuario statistico Italiano. — Statistica delle cause delle Morti in tutti i communi del Regno. — Relazione medico-statistica sulle conditione sanitarie dell’ Exercito Italiano. — Statistische Nachrichten des Grossherzogthums Oldenburg. — Compte-rendu général de l’administration de la justice criminelle en France.

    Statistisches Iahrbuch der Stadt Berlin. — Statistik der Stadt Wien. — Statistisches Handbuch für den Hamburgischen Staat. — Jahrbuch fur die amtliche Statistik der Bremischen Staaten. — Annuaire statistique de la ville de Paris.

    On trouvera en outre des renseignements utiles dans les articles suivants :

    Platter, Ueber die Selbstmorde in Oesterreich in den Iahren 1819-1872. In Statist. Monatsch., 1876. — Brattassévic, Die Selbstmorde in Oesterreich in den Iahren 1873-77, In Stat. Monatsch., 1878, p. 429. — Ogle, Suicides in England and Wales in relation to Age, Sexe, Season and Occupation. In Journal of the statistical Society, 1886. — Rossi, Il Suicidio nella Spagna nel 1884. Arch. di psychiatria, Turin, 1886.

    II. — Études sur le suicide en général.

    De Guerry, Statistique morale de la France, Paris, 1835, et Statistique morale comparée de la France et de l’Angleterre, Paris, 1864. — Tissot, De la manie du suicide et de l’esprit de révolte, de leurs causes et de leurs remèdes, Paris, 1841. — Etoc-Demazy, Recherches statistiques sur le suicide, Paris, 1844. — Lisle, Du suicide, Paris, 1856. — Wappäus, Allgemeine Bevölkerungsstatistik, Leipzig, 1861. — Wagner, Die Gesetzmassigkeit in den scheinbar willkürlichen menschlichen Handlungen, Hambourg, 1864, 2e partie. — Brierre de Boismont, Du suicide et de la folie-suicide, Paris, Germer Baillière, 1865. — Douay, Le suicide ou la mort volontaire, Paris, 1870. — Leroy, Étude sur le suicide et les maladies mentales dans le département de Seine-et-Marne, Paris, 1870. — Oettingen, Die Moralstatistik, 3e Auflage, Erlangen, 1882, p. 786-832 et tableaux annexes 103-120. — Du même, Ueber acuten und chronischen Selbstmord, Dorpat, 1881. — Morselli, Il suicidio, Milan, 1879. — Legoyt, Le suicide ancien et moderne, Paris, 1881. — Masaryk, Der Selbstmord als sociale Massenerscheinung, Vienne, 1881. — Westcott, Suicide, its history, litterature, etc., Londres, 1885. — Motta, Bibliografia del Suicidio, Bellinzona, 1890. — Corre, Crime et suicide, Paris, 1891. — Bonomelli, Il Suicidio, Milan, 1892. — Mayr, Selbstmordstatistik, In Handwörterbuch der Staatswissenschaften, herausgegeben von Conrad, Erster Supplementband, lena, 1895.