Le Tombeau de Jean de La Fontaine/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Tombeau de Jean de La FontaineMercure de France (p. 185-186).

PHILOMÈLE


Dans l’allée où Diane au port farouche et fier,
De son arbre pareil au flocon de la mer
Blanchit l’ombre indécise :
Au-dessus du vivier, miroir du vieux château,
Que ride à peine au bord le bec des poules-d’eau,
J’égrène le collier des perles de la brise.

Mais je ne fais cela qu’avec timidité,
Car Jupin me chargea, le printemps et l’été,
Lorsque la nuit endort tes chants, ô La Fontaine,
De les continuer sous la lune sereine !