Le Vilain de Bailleul

La bibliothèque libre.
 
Aller à : navigation, rechercher
Auteurs du Moyen Âge
Texte établi par Anatole de Montaiglon et Gaston Raynaud, Librairie des Bibliophiles, 1872 (pp. 212-216).

CIX

DU

VILAIN DE BAILLUEL

[PAR JEAN DE BOVES]

Paris, Bibl. nat., Mss. fr. 837, fol. 242 vo à 243 ro,

et 12603, fol. 239 vo à 240 ro et 255 ro à 255 vo.

Bibl. de Berne, Mss. 354, fol. 102 vo à 103 vo.



Se fabliaus puet veritez estre,
Dont avint il, ce dist mon mestre,
C’uns vilains à Bailluel manoit.
Formenz et terres ahanoit :
N’estoit useriers ne changiere.
.I. jor, à eure de prangiere,
Vint en meson mult fameilleus :
Il estoit granz et merveilleus
Et maufez et de laide hure.
Sa fame n’avoit de lui cure,
Quar fols ert et de lait pelain,
Et cele amoit le chapelain.
S’avoit mis jor d’ensamble à estre
Le jor entre li et le prestre.
Bien avoit fet son appareil.
Ja ert li vins enz ou bareil,
Et si avoit le chapon cuit,
Et li gastiaus, si com je cuit,

Estoit couvers d'une touaille.
Ez vous le vilain qui baaille
Et de famine et de mesaise.
Cele li cort ouvrir la haise,
Contre lui est corant venue :
Mès n'eüst soing de sa venue ;
Mieus amast autrui recevoir.
Puis li dist por lui decevoir,
Si com cele qui sanz ressort
L'amast mieus enfoui que mort :
« Sire, » fet ele, « Dieus me saint !
Con vous voi or desfet et taint !
N'avez que les os et le cuir.
— Erme, j'ai tel fain que je muir, »
Fet il, « sont boilli li maton?
— Morez certes, ce fetes mon ;
Jamès plus voir dire n'orrez :
Couchiez vous tost, quar vous morez.
Or m'est il mal, lasse chetive!
Après vous n'ai soing que je vive,
Puisque de moi vous dessamblez.
Sire, com vous estes emblez,
Vous devierez à cort terme.
— Gabez me vous, » fet il, «dame Erme?
Je oi si bien no vache muire :
Je ne cuit mie que je muire,
Ainz porroie encore bien vivre.
— Sire, la mort qui vous enyvre
Vous taint si le cuer et encombre
Qu'il n'a mès en vous fort que l'ombre:

Par tens vous tornera au cuer.
— Couchiez me donques, bele suer, »
Fet il, « quant je sui si atains. »

Cele se haste, ne puet ains,
De lui deçoivre par sa jangle.
D'une part, li fist en .I. angle
.I. lit de fuerre et de pesas
Et de linceus de chanevas ;
Puis le despoille, si le couche :
Les ieus li a clos et la bouche,
Puis se lest cheoir sor le cors :
« Frere, » dist ele, « tu es mors :
Dieus ait merci de la teue ame !
Que fera ta lasse de fame
Qui por toi s'ocirra de duel ? »
Li vilains gist souz le linçuel,
Qui entresait cuide mors estre ;
Et cele s'en va por le prestre
Qui mout fu viseuse et repointe.
De son vilain tout li acointe
Et entendre fet la folie.
Cil en fu liez et cele lie
De ce qu'ainsi est avenu :
Ensamble s'en sont revenu,
Tout conseillant de lor deduis.

Lues que li prestres entre en l'uis
Commença à lire ses saumes,
Et la dame à batre ses paumes ;
Mès si se set faindre dame Erme
Qu'ainz de ses ieus ne cheï lerme ;

Envis le fet et tost le lesse,
Et li prestre fist corte lesse ;
N'avoit soing de commander l'ame.
Par le poing a prise la dame;
D'une part vont en une açainte,
Desloïe l'a et desçainte :
Sor le fuerre noviau batu
Se sont andui entrabatu,
Cil adenz et cele souvine.
Li vilains vit tout le couvine,
Qui du linçuel ert acouvers,
Quar il tenoit ses ieus ouvers.
Si veoit bien l'estrain hocier,
Et vit le chapelain locier;
Bien sot ce fu li chapelains :
« Ahï ! ahï ! » dist li vilains
Au prestre : « Filz à putain ors !
Certes, se je ne fusse mors,
Mar vous i fussiez embatuz,
Ainz hom ne fu si bien batuz
Com vous seriez ja, sire prestre.
— Amis, » fet il, « ce puet bien estre,
Et sachiez se vous fussiez vis
G'i venisse mout à envis,
Tant que l'ame vous fust ou cors ;
Mès de ce que vous estes mors,
Me doit il bien estre de mieus.
Gisiez vous cois, cloez vos ieus :
Nes devez mès tenir ouvers. »
Dont a cil ses ieus recouvers ;

Si se recommence à tesir,
Et li prestres fist son plesir
Sanz paor et sanz resoingnier.

Ce ne vous sai je tesmoingnier
S'il l'enfouïrent au matin;
Mès li fabliaus dist en la fin
C'on doit por fol tenir celui
Qui mieus croit sa fame que lui.

Explicit du Vilain de Bailluel.