Le fourbisseur malencontreux

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ajouter un fac-similé pour vérification, — comment faire ?


Le Fourbisseur malencontreux
1609


La fruictière Pomone n'avoit presque pas encore à moitié devestu les bois & les champs de leurs acoustremens vers, que me promenant du long d'un petit coustau (pour digerer l'amertume de quelques ennuis) rencontray un homme d'assez mauvaise mine, qui d'une disposition esmerveillable faisoit d'autant de sortes de saults que l'imagination nous en {4 v°} sauroit peindre, & frappant dedans ses mains s'esclattoit de rire, comme ensorcellé du charme de quelques doux contentement, la curiosité qui (pour ne nous abandonner jamais) nous importune tousjours de son escorte fit, à mesme temps germer dans mon ame un extresme desir d'apprendre ce qui l'animoit ainsi : & afin de ne l'ignorer plus longuement je le priay de me declarer le subject de ses gayes boutades. Quoy (d'une courtoisse parolle) me fit responce que se n'estoit point les trenchées du sainct de l'Archant qui l'entretenoient en ses folastres bigeareries, ains une incomprehensible aise de revoir la lumiere du jour dont il avoit esté prié l'espace de six sept années par un accident admirable qu'il me reciteroit si je voulois faire trouver bon à mes oreilles de l'escouter. Ce que je luy promis {5 r°} avec protestation de tenir segret tout ce qu'il voudroit immoller au sacrifice du silence : & sur ces vœux saintement jurez commença de me desduire qu'il avoit bien esté l'un des plus exprimentez fourbisseurs de son temps, mais que la fortune (se plaisant tousjours d'apporter du trouble à la tranquilité de ceste humaine vie) l'ayant despoüillé des biens dont elle gratifie ses plus affectionnez, fut contraint de mendier le secours de quelques harpies qui l'assisterent d'un peu de quinte essence de bourse sur le plus asseuré gage de ses biens, dont il vescut assez honnestement jusqu'à ce que se vint à la restitution qu'il ne peut si bien esclaircir ses affaires que ses l'ames, pource que n'ayant (aux termes venus) dequoy repaistre l'insatiable appetit de ses arrabes creantiers, fut (sans nulle grace) enlevé de sa maison {5 v°} par deux tiercellets de Belzebut & trainé dedans une obscure chartre d'où par je ne sçay quelle ingenie trouva l'invention de sortir deux jours apres, toutesfois ceste liberté qui luy faisoit les doux yeux, renfrongna bien tost le sourcil de son beau visage, d'autant que se laissant emporter à la passion du desespoir il alloit nfetastiquant un stratagesme que le Roy des Demons n'eust osé concevoir tant il estoit superstitieux, & n'eust (en ceste detestable fantaisie) arpenté le chemin de trois quarts de lieuë à la traverse d'un bois, où rayonnoit difficilement la splendeur lumineuse d'Ecate, qu'il s'apparut à luy un cavallier de brave apparence chevauchant un grand coursier noir, l'abord duquel l'eust conduit au tombeau par le funeste pouvoir d'une frayeur panicque, n'eust esté que le sucre de deception (emmiel- {6 r°} lant ses leures de toutes les douceurs de Pithon) luy faisoit proferer des parolles dignes d'apprivoiser le plus hagard & sauvage des vivants. O parler la matiere dont tu fus composé estoit plus forte que le fer, que l'acier, ny que tous les mettaux que l'on ait jamais tirez des facondes entrailles de ce terrestre eslement : tu sçais ouvrir quant il te plaist un cœur fust-il de marbre, de bronze, ou de diamant pour le rendre susceptible d'autant de formes que tu fais de miracles. C'est honneste monsieur dont qui lisoit (intelligiblement) dedans l'interieur de ce pauvre fugitif laccostant (à ce qu'il me dist) s'offrit de le secourir en toutes les plus urgentes necessitez ui sçauroient marteller ne ame née aux perturbations, luy demandant ce qui l'obligeroit de cheminer en une heure que tous les hu- {6 v°} mains noyez de leurs journalieres fureurs restoient estendus dedans la sommeilleuse carriere de Morphée. A quoy il luy repartit, que là où la force dominoit, les loix demeuroient estaintes, qu'il estoit contraint de cheminer la nuict pour se trouver au jour en quelque estrange païs eslongné de sa natalle terre pour les causes sus specifiées, qu'il luy declara de point en point ainsi que je les ay c devant desduittes, & ne luy eut sur ces intermedes si tost rendu compte de sa condition qui le pressa de se donner à luy, l'asseurant de l'employer en ce bel art le residu de ses jours, sans qu'il regoustast jamais aux aspres fruits de l'indigeance, qu'il le meneroit en un regne où ceste glorieuse invention des armes n'estoit point encore usagée, & que restant seul de sa condition parmy un peuple le plus {7 r°} curieux & determiné, pourroit en un seul jour recompenser toutes les pertes qu'il avoit faictes durant l'infortuné cours de sa miserable vie. Aquoy ce pauvre desesperé presta si bien l'oreille, que vaincu de ses douces & mignardes persuasions resolut de l'assister, & ne s'y estoit presque encore du tout accordé que ce secourable eigneur le pria de le suivre. Ce qu'il fit l'espace pour le moins de trois grandes heures, mais d'une telle vistesse qu'il eust peu facillement empoter le pris de la course sur la belle Athalante aussi bien que fit jadis Hypomene, sans avoir (ainsi qu'il eut) recours aux pommes des Hesperides ; & comme (quelque on courage que l'on puisse avoir) la fatigue nous rend aux abbois, aussi luy commençant peu à peu de diminuer de force & d'haleine, ce Commissaire des broüillars mor- {7 v°} fondus le pressa de ce [sic] jetter en crouppe pour advancer païs. Ce qu'il fit, tant pour l'aise de son humanité, que pour satisfaire au desir qui le print d'augmenter le nombre des habitans de ceste fameuse contrée : mais il fut bien estonné, que pensant (en la compagnie de quelque bravache courtisan) chevaucher un domestique cheval, il n'embrassoit qu'une fumée, porté d'un foudre si nébuleux qu'il s'esgara de jugement, & perdit cognoissance de la terre & du Ciel enveloppé de tant de tenebres qu'il resta comme mort, jusques à ce que parvenu sur le bord d'un fleuve vid de l'autre part des feux donner jour és environs, & pource qu'il avoit leu des Enfers jugea incontinent que c'estoit l'onde Acheronide pour y voir toutes les marques depeintes aux escrits de ceux qui disent y avoir voyagé, {8 r°} dont il eut une apprehension qui ne se peut exprimer, pour-autant qu'elle passe encore au delà de nostre imaginative, si que la timidité agitant toutes les parties de ses membres d'un continuel tremblement, ce phantosme (ainsi l'appelleray-je) tourna promptement le visage vers luy, luy demandant d'une façon toute plaisante s'il clacquetoit ainsi des dents pour le mordre : surquoy il l'asseura que non, qu'il en avoit peu d'envie : mais que c'estoit la crainte de participer aux tourments qui faisoient plaindre tant de pauvres ames sur qui sa malicieuse Pandore versoit chasque jour des malheurs de son abominable boüette. Et n'eut par ces dernieres parolles si tost descouvert son interieure douleur que ce ministre de Pluton pressa le Nautonnier, passant les manes, de venir prendre avecque luy une {8 v°} tourbe d'esprits que la rage exorbitante des filles de la nuict, penetroit des-ja de mille mortelles pointes. Ce que ce bon Charon fit avec tant de diligence, que les ayant humainement receus dedans sa vieille barque les poussa en deux coups de rame au port Tenarien, où prenant terre, entrerent dans un pré, dont l'herbe esbloüissoit les yeux de tous ceux qui marchoient dessus, afin que privez de veuë ils ne peussent prevoir les perils que la marastre fortune leur fasoit courre, où nostre faiseur de daguenettes fust infailliblement tombé n'eust esté que son fidelle guide fit d'une verge enchantée je ne sçay quel petit sentier de terre poudreuse, qui (se refermant à leurs tallons) faisoit perdre en mesme temps le tract de leur piste, & n'eurent si tost essuyé des yeux la premiere advenuë de {9 r°} ce grand palais d'Erebe qu'il commença de luy faire entendre, qu'un petit bazané d'Espagne nommé Crocquepie (se ventant d'avoir faict gronder les canons de l'Auguste François) s'estoit installé n'agueres és champs Elisées, & que non contant de la possession d'un si beau reigne se vouloit encore authoriser des Enfers, où à toute heure on le voioit estendre ses courses ravageuses que les Esprits en restoient troublez, & que ce brave Pluton, qui pour ne degenerer à la gloire de ses ancestres, aymeroit mieux perdre son estat qu'un point de l'honneur qui anime les grands courages, s'estoit resolu de faire forger deux poignards & deux espées pareilles pour luy (donnant le chois des armes) venir aux mains de gallantise, & voir s'il sçavoit aussi bien tailler du vaillant que du bravache, combien qu'il {9 v°} recogneust que la valeur de ceste nation reste enfermée dedans une glace, & qu'elle ne sort au jour qu'en temps que l'action collerique vient à resouldre ou briser la froideur qui l'enserre, mais que s'il faisoit refus sur ces offres, il auroit à tout le moins cest advantage de l'avoir timidé. Que pour doncques venir aux fins il regardast de choisir un lieu propre à dresser sa forge, qu'il estoit nouvellement arrivé un Limosin des confins de la basse Marche, lequel luy fabriqueroit ses fourneaux, (commodité pourtant inesperée) que pour des enclumes, des marteaux & outils necessaires à son estat, y en avoit de tous preparez dedans l'orque. Ce que ne pouvant desnier à ces raisons se submit du tout de luy obeyr, & comme il recherchoit un lieu propre à cest effect s'arresta sur l'une des rives phlegetoni- {10 r°} des, tant pour la commodité de l'eau, que de raisons assez peremptoires, & que je tairay pour fuïr plus grande prolixité en ce veritable discours. Ainsi donc qu'il travailloit à la premiere de ses secondes javelines, & qu'il lavoit presque parachevée, reservé je ne sçay quel historiage aux pommeau, voicy lever un effroyable cry d'ombres rendant un bruit non moins espouventable que feroit celuy de toutes les artilleries de l'Europe, qui l'obligea (pressé de la curiosité coustumiere à toutes sortes de personnes) de regarder par l'ouverture de sa boutique de là où procedoit le fouldre de tant de tonnerres : & comme il s'y portoit apperceut venir à lui d'une démarche furieuse & demesurée ce grand Gontal, qu'il recogneut d'abord, pour-autant qu'il avoit travaillé pour luy trois ou quatre fois {10 v°} en ce monde, lequel arrivé ne l'eut si tost consideré en posture fourbisaïque qu'il ne luy demandast s'il avoit point quelque bonne espée. Aquoy il repartit (avec toute l'hmilité qu'il peut tirer des fourneaux de sa courtoisie) que non, qu'une qu'il achevoit pour son nouveau prince & souverain seigneur, mais sur une assez legere difficulté qu'il fit de la luy bailler, il luy deschargea un Vive l'amour sur le masque suffisant, de dementibuller la machoire d'un des enfans d'Iphimidée, se saisissant à mesme temps de ceste dangereuse flamberge, de laquelle (apres l'execution de mille belliqueux exploits), il subjuga les Enfers, qu'il remit pourtant en apres de courtoisie és mains de Pluton aux charges de deux carolus de cens, payables chacun an le premier jour d'Aoust, qu'il retint seulement {11 r°} pour marque à la posterité de ceste execution glorieuse. Et comme ce fourbisseur de malencontres recogneut la fortune n'estre qu'une influence procedant & dependant de la revolution des Cieux (comme dit le philosophe) il se repentit de ce que sa folle intention avoit conduit la lampe de sa pauvreté en un regne incogneu pour y manifester toutes ses miseres, qu'il y voyoit croistre comme l'ombre alors que le Soleil se va reposer sur les moittes genoux de sa chere Amphitrite. Ce que considerant resolut de s'en revenir, & pour ce faire alla prendre congé de Pluton, qu'il pria avec tout l'honneur requis en pareil cas, luy faire bailler certificat pour n'estre empesché à son retour des Esprits immundes ; ce qu'il fit, & en la teneur duquel je leu ce qui s'ensuit, {11 v°}

Nous Pluton Prince souverain de la Monarchie Stigialle, Roy des Climats tenebreux, & Empereur universel de l'universelle estenduë des brouïllars : Certifions à tous Silvains, Pans, Faulnes, Priapes, Napées, Driades, Thiades, Lenes, Menades, Feres, Hamadryades, Evantes, Oreades, Satires, Biformes, & Mybouquins, que Hapelopin de la Vestempenarde, foubisseur françois nous a servy fidellement en de tres-urgentes occasions pour la conservation & entretenement de nostre estat ; Si commendons à tous Succubes, Larves, Incubes, Lemurs, Lares, Penates, Empouses, Laemiens, Luitins, Aegipans, & Ephialtes nos fidelles sujects, le laisser librement passer sans luy donner aucun trouble ny empeschement, ains en nostre faveur tout aide, secours & consolation en temps que de besoin, soit à passer le centre obscurcy de nos tenebres, l'horrible & large estenduë des grondeuses mers, {12 r°} le Diaphane corps de l'air tonnant d'orages & de foudres, l'affreuse obscurité de nos forestts, & des secrettes vallées où vous vous esbatez : car tel est nostre vouloir. Donné dedans e creux de nostre averne parmy les lamentables cris des miserables persecutez, &c.

Ce qu'ayant leu & fort exactement consideré, me pria de le suivre (non loing) desireux de me faire voir le lieu par lequel il avoit perdu la tenebreuse voye pour gaigner este belle clairté du jour, & prenant le chemin d'un petit destour, auunement oblique, arivasmes entre deux inaccessibles rochers, derriere l'un desquels il me monstra un gouffre caverneux, par lequel il estoit sorty de la voye Tenarienne, vomissant je ne sçay quelle jaunastre & pestifere fumée, qui ne me rendit moins estonné que fut Apollo quand sur le {12 v°} point de jouïr des embrassements de sa chere Dapné, il luy vid prendre la forme de ce petit arbrisseau glorieux des rameaux, duquel nous avons tousjours du depuis honoré nos victoires & nos triomphes. Mais comme j'apposois la premiere pierre d'un bastiment imaginé sur le sable de mes fantaisies (estrange metamorphoze) j'apperceu fondre deux ou trois pieds de terre tout autour de ceste gueulle d'Enfer qu'il la referma ; & une roche croullant du couppeau de l'une de ces montaignes, sans rouller plus outre, pirouettant une assez grande espace de temps, se renversa sur le mesme endroit du golfe qui restoit encore creux par deffaut de la terre perduë en le remplifiant, de façon qu'il n'y reste ores nulle apparence sinon que l'on ne void croistre aucune herbe s environs que les arbres n'y por- {13 r°, numéroté 25} tent plus de fueilles, de fleurs, ny de fruits : & que l'esprit d'AEolle y gronde incessamment. Ce fut là le mesme endroit où il me quitta, s'en allant chercher femme & maison, suivant le precepte de Xenophon, apres m'avoir communiqué beaucoup de particularitez touchant les martiaux exploits de ce brave, tres-amplement descrits en ces vers suivants, où je renvoye les yeux de la curiosité.